Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Solitude et solidarités en ville : Montpellier, mi XIIIe-fin XVe siècles, Lucie Laumonier, Turnhout, Brepols, 2015

Lochin Brouillard

Index terms

Geographical index :

France, Montpellier

Chronological index :

Moyen Âge
Top of page

Full text

1Avec Solitude et solidarités en ville : Montpellier, mi XIIIe-fin XVe siècles, Lucie Laumonier offre une monographie soignée et nuancée, s’appuyant sur la richesse de ses recherches doctorales. Ses travaux s’inscrivent dans une tradition d’histoire sociale, économique et culturelle déjà bien établie et dont elle maîtrise manifestement les méthodes d’investigation. Tout en s’inspirant de ces acquis, l’intérêt et l’originalité de la démarche réside dans le choix de la thématique de la solitude, qui n’a été que très peu exploitée jusqu’ici, si ce n’est des recherches de médiévistes comme Cordelia Beattie sur le statut de femme sole en Angleterre. Au fil d’une introduction à la fois fluide et limpide, Laumonier justifie son angle de recherche et en cerne les enjeux : la solitude représente un statut social « multifactoriel » qui exige le croisement de variables ou « d’axes d’inégalité » multiples (statut social, richesse, sexe, âge…). C’est un statut nécessairement dynamique, façonné par les aléas du « cours de la vie » d’un individu tout autant que par le contexte spécifique de Montpellier à la fin du Moyen Âge. Une telle approche exige une connaissance éprouvée d’un vaste corpus traitant de Montpellier, son histoire et ses institutions, mais aussi de la vie urbaine, du travail, des pratiques légales et notariales, en passant par le cycle de vie, le genre et la religion.

2Le premier chapitre de l’ouvrage dresse un portrait d’ensemble de la solitude à Montpellier, en mesure l’ampleur et l’établit dans l’espace. Avant toute chose, Laumonier décrit ses sources – notamment les registres fiscaux, ou « compoix », et les archives notariales – et identifie leurs écueils. Dans les compoix, par exemple, 85% des personnes seules sont des femmes, alors qu’elles ne représentent que 15% des contribuables. La proportion est inversée lorsqu’il s’agit du sexe opposé. Un survol de la répartition des richesses entre 1380 et la fin du XVe siècle indique que les personnes seules se rangent d’abord parmi les strates sociales les moins favorisées, mais qu’elles s’enrichissent progressivement à partir du deuxième tiers du XVe siècle, au rythme de la prospérité de Montpellier elle-même. Puis, Laumonier porte un regard de plus en plus intimiste sur ses sujets, dépeignant leur environnement urbain, leurs lieux de résidence et leur entourage. Le chapitre se conclut sur la question du ménage et de la parenté, des liens que tissent les personnes seules avec leur famille immédiate ou éloignée, leurs voisins, collègues, et amis.

3Dans un deuxième temps, Laumonier aborde le cas des enfants et des adolescents (entre 12 et environ 20 ans) orphelins ou abandonnés, dont la solitude est souvent temporaire. Leur solitude est de fait rapidement prise en charge par les institutions publiques et par les habitants de Montpellier. Alors que les bambins et les jeunes enfants sont mis sous tutelle ou placés chez des familles nourricières, les adolescents peuvent être envoyés au service d’un maître où ils seront nourris et logés, mais surtout être initiés à un métier. Par la suite, le troisième chapitre démontre combien la jeunesse constitue un point tournant pouvant mener au succès ou à la ruine. Si des facteurs comme la situation économique et le statut d’immigrant ne sont pas à négliger, la différence de genre semble à ce stade fortement déterminer l’expérience de la solitude. Les jeunes hommes sans réseau sont perçus comme suspects, associés au vagabondage et à la délinquance, tandis que les jeunes femmes privées de la protection de leur famille sont susceptibles de devenir les victimes de violence physique et sexuelle. L’établissement d’un foyer, le mariage et la pratique d’un métier, dans le cas des jeunes hommes en particulier, s’imposent dès lors comme les objectifs à atteindre afin de mettre un terme à cette période de transition. Comme c’était le cas pour les enfants, le sort des jeunes, garçons ou filles, est influencé par les politiques de la ville, qui vont par exemple favoriser ou restreindre l’immigration, et par les valeurs de ses habitants, qui sont nombreux à effectuer des dons pour doter les « pauvres filles à marier ». L’entrée dans un couvent ou un reclusoir offre finalement une option à ceux et surtout celles qui se tournent vers la solitude spirituelle.

4Le passage à l’âge adulte, abordé dans le quatrième chapitre, renverse en quelque sorte la perspective de la solitude explorée jusqu’alors. Plutôt que des orphelins, on se penche sur les parents qui perdent leurs enfants, les conjoints leurs époux ainsi que sur les rares célibataires. Les sources notariales et fiscales attestent que le veuvage et le remariage sont communs à Montpellier. Bien que le veuvage conduise à l’appauvrissement des hommes comme des femmes, on trouve davantage de femmes seules dans une situation économique précaire. À travers des études de cas qu’elle analyse comme des négatifs, Laumonier décèle une solitude plus fugace, la solitude-sentiment qui s’exprime par l’action. Ainsi, le remariage et l’accueil d’enfants n’étaient apparemment pas systématiquement motivés par des considérations matérielles, mais suggèrent plutôt le désir de pallier à une solitude vécue et ressentie. Le chapitre final portant sur la vieillesse expose les circonstances d’une population particulièrement vulnérable, les personnes seules et âgées se distinguant en effet par leur pauvreté. Cette fois, ce sont des facteurs tels que le réseau social et la richesse qui l’emportent sur la différence de genre : même si les femmes âgées sont surreprésentées dans les documents, il semble que la vieillesse égalise les rapports entre hommes et femmes, qui, à la fin de leur vie, dépendent tout autant de la générosité de leurs parents et amis. Laumonier met en lumière les stratégies employées par les personnes âgées et leurs proches pour prévenir une solitude redoutée et se préparer à une mort prochaine. Différents types d’arrangements permettent à une personne âgée de demeurer intégrée au sein d’un ménage, que ce soit dans une position d’autorité ou de dépendance. Certains trouvent plutôt le réconfort et la compagnie dont ils ont besoin à l’hôpital.

5Tel que Laumonier le souligne dans sa conclusion, la solitude n’est pas synonyme d’isolement. Une histoire de la solitude met en relief les réseaux d’entraide qui s’organisent autour des personnes seules de Montpellier, du noyau de la parenté jusqu’aux institutions municipales. En démontrant son ubiquité et sa nature multidimensionnelle, Laumonier justifie la place de la solitude comme objet d’étude à part entière, indispensable à la compréhension du « cycle de développement familial » et du cours de la vie au Moyen Âge.

Top of page

References

Electronic reference

Lochin Brouillard, « Solitude et solidarités en ville : Montpellier, mi XIIIe-fin XVe siècles, Lucie Laumonier, Turnhout, Brepols, 2015 », Memini [Online], 21 | 2017, Online since 26 March 2017, connection on 29 April 2017. URL : http://memini.revues.org/892

Top of page

About the author

Lochin Brouillard

Université de Toronto

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org