Skip to navigation – Site map
Varia

Le Traictié des Neuf Preux de Sébastien Mamerot :gérer l’autorité dans une compilation au second degré

Anne Salamon

Index terms

Geographical index :

France

Chronological index :

Moyen âge
Top of page

Full text

  • 1 L’expression est empruntée à Jacqueline Cerquiglini-Toulet (La Couleur de la mélancolie. La fréquen (...)

1Les vagues de traductions de textes latins, antiques ou non, en français ont souvent été mises en rapport avec le goût bien connu de l’aristocratie médiévale pour l’histoire et particulièrement pour l’histoire ancienne. Or elles ont été accompagnées d’autres pratiques textuelles, comme celle de la compilation d’histoires anciennes ou universelles, en français, textes qui, du fait de leur ampleur, ont été moins étudiés. Ces traductions et compilations en langue vernaculaire ont ensuite elles-mêmes fait l’objet de nouvelles utilisations, de nouvelles compilations, que l’on pourrait appeler des textes « de seconde génération » ou « au second degré »1. La présentation du texte source originel est dans ces circonstances différente de celle d’une traduction autonome, et la divergence avec une traduction présentée pour elle-même réside dans la relation plus complexe et ambiguë qui s’établit avec l’autorité, qui peut être explicitement affichée et revendiquée, ou au contraire effacée au nom d’une cohérence et d’une homogénéité textuelle que peut viser la compilation dans sa démarche de vulgarisation d’un contenu historique. Dans ces circonstances, différentes strates d’autorités peuvent se superposer si le compilateur a lui-même recours non seulement aux œuvres originales en latin mais également à des œuvres intermédiaires en latin ou en langue vernaculaire.

  • 2 Pour le choix de ce titre, voir la démonstration dans Sébastien Mamerot, Traictié des Neuf Preues, (...)

2Il serait impossible de faire dans le cadre de cet article une typologie générale de toutes les techniques d’affichage de l’autorité dans les compilations en langue vernaculaire, c’est pourquoi cette étude ne prétend pas exposer un discours général sur les compilations historiques, mais plutôt disséquer les mécanismes d’un texte unique, afin d’identifier quelques fonctionnements possibles qui pourraient ensuite être testés sur d’autres textes. Le texte en question est le Traictié des Neuf Preux (ms. Vienne, Önb, 2577-2578)2, composé entre 1460 et 1468, par Sébastien Mamerot pour son seigneur Louis de Laval, grand seigneur de la cour de Louis XI. Le choix de ce texte comme corpus d’analyse présente plusieurs avantages : d’abord, il s’agit d’un texte encore largement inédit auquel la critique n’a prêté que peu d’intérêt ; ensuite, par son ampleur textuelle et par l’étendue historique couverte, le Traictié des Neuf Preux offre des exemples de traductions et de rapports à l’autorité variés qui permettent d’examiner différentes attitudes face à la traduction de grandes autorités médiévales et antiques. Par ailleurs, il s’agit d’une œuvre de la deuxième moitié du xve siècle, qui utilise des textes bien connus et bien diffusés, que nous pouvons encore identifier, et qui se situe à une date tardive dans les réseaux de transmission et appartient à cette seconde génération de textes vernaculaires déjà évoquée. Enfin, étant données nos connaissances sur son contexte de production, il est possible d’avoir une idée assez précise de l’utilisation et de la visée de cette œuvre : conservé dans un manuscrit unique, production luxueuse réalisée pour le commanditaire du texte, ce texte a été composé à des fins de vulgarisation pour un public amateur d’histoire, mais ne lisant visiblement pas ou peu le latin.

3Depuis la construction globale jusqu’aux détails du texte, cette étude mettra d’abord l’accent sur les grandes autorités convoquées et affichées par Sébastien Mamerot avant de mettre en lumière les sections de textes sans autorité ou pourvues d’autorités de seconde main. La question qui se pose dès lors est celle de la possibilité d’un transfert de l’autorité de l’original à la compilation. Le Traictié des Neuf Preux, lui-même de nature compilatoire, utilise souvent des traductions ou des compilations intermédiaires et se construit une autorité par procuration.

I. L’autorité affichée et revendiquée

  • 3 Voici une liste des sources principales utilisées (nous omettons délibérément les sources secondair (...)

4Le Traité des Neuf Preux de Sébastien Mamerot se présente comme une succession de sections, chacune consacrée à l’un des neuf héros constitutifs du motif (Josué, David, Judas Maccabée, Hector de Troie, Alexandre le Grand, Jules César, Arthur, Charlemagne, Godefroy de Bouillon), à la manière des biographies sérielles antiques dont Pétrarque et Boccace ont relancé le genre à la fin du Moyen Âge. Mais la particularité de Sébastien Mamerot est sa volonté de lier entre eux les différents Preux de manière à retisser la toile historique à laquelle les héros sont arrachés pour constituer le motif des Neuf Preux. L’auteur, en développant leurs généalogies et leurs descendances, montre qu’ils sont les jalons d’une histoire universelle qui les dépasse. On comprend dès lors que les ouvrages auxquels il va puiser afin de constituer sa compilation sont d’une part des récits historiques de périodes précises mettant en scène les Neuf Preux, mais également de vastes compendiums d’histoire universelle3.

  • 4 Pour une discussion de ce phénomène et de nos critères d’évaluation de ce que peut être une bonne d (...)
  • 5 Il est plus vraisemblable que la référence désigne ce texte, et qu’il s’agisse d’une référence indi (...)

5Chaque section ou presque fait apparaître un récit qui fait autorité au sujet de chaque Preux, c’est-à-dire, en général, un texte de référence par période historique et, le cas échéant, par ère géographique : l’Antiquité romaine, l’histoire de la Bretagne, celle de France, les récits des croisades, etc. Les textes choisis comme sources sont ainsi tous des textes dont nous avons conservé un grand nombre de manuscrits et dont on peut incontestablement dire qu’ils étaient bien diffusés au Moyen Âge4. Cette autorité du texte choisi, que l’on peut vérifier de manière externe à l’époque moderne, se manifeste dans le texte de Sébastien Mamerot de deux manières différentes, par les déclarations de l’auteur ainsi que par la fidélité qui est manifestée à l’égard de chaque source. D’abord, le compilateur indique toujours, sauf pour les trois Preux antiques, le nom de l’autorité suivie, voire le titre de sa source. Les désignations des textes sont tout à fait traditionnelles. Si la Bible est citée d’après les noms de ses différents livres (« Genesis », Önb, cod. 2577, fol. 3d ; « Exode », fol. 16d ; « livre des Nombres », fol. 17d ; « livre de Josué » et « livre des Rois », fol. 20b ; etc.) ; les autres textes sont plus communément désignés par le nom de leur auteur, « maistre Geuffroy de Mumemutense » (Geoffroy de Monmouth, Önb, cod. 2578, fol. 1va), pour la section sur Arthur, « Guillaume, arcevesque de Sur, qui estoit le plus excellent clerc qui lors vesquist et qui fut celluy qui l’Ystoire des cronicques d’oultremer » (Önb, cod. 2578, fol. 198ra) pour la section de Godefroy de Bouillon. Pour la section sur Charlemagne, les « croniques Vincent » (Önb, cod. 2578, fol. 141va) et « celles de Martin » (Önb, cod. 2578, fol. 145rb) ou « cronicques martiniennes » (Önb, cod. 2578, fol. 204va) désignent le Speculum historiale de Vincent de Beauvais et le Chronicon pontificum et imperatorum de Martin de Troppau. Sébastien Mamerot cite encore les « Croniques de France » (Önb, cod. 2578, fol. 106vb), que l’on voudrait spontanément identifier aux Grandes Chroniques de France, utilisées par ailleurs plus tard dans le texte, mais qui désignent le Liber historiae Francorum, directement ou, plus vraisemblablement, par l’intermédiaire de Vincent de Beauvais5.

6Ces mentions des autorités fournissant les sources majeures du texte se font principalement aux seuils des passages auxquels ils fournissent la matière, et donc souvent en début et fin de section ou quand une autre source est venue temporairement interrompre le récit principal, comme ici dans la section arthurienne : « mais m’en retourne la ou j’avoye laissé selon l’ystoire de maistre Geuffroy » (Önb, cod. 2578, fol. 60va). À titre d’exemples, les sections bibliques abondent de références précises aux versets de la Bible cités, et permettent d’établir un rapide aperçu des différentes raisons qui donnent lieu à ces précisions bibliographiques, visant essentiellement à garantir l’authenticité et l’autorité du propos. Elles ont d’abord pour fonction d’éclairer le rapport du texte à sa source quand cette dernière est manipulée. Dans un premier cas, elles peuvent signaler un passage abrégé : « Et aprés bailla nostre Seigneur a Moÿses deux tables de pierre ou les x conmandemens de la Loy estoient escrips du propre doit de Dieu, comme il est escript en la Bible ou xxiiiie chapitre d’Exode. », Önb, cod. 2577, fol. 16vb ; « comme ces choses sont assez plus au long declarees ou xe chapitre du livre de Josué », fol. 22c). Le deuxième contexte de citation de la source correspond aux moments où Sébastien Mamerot entend sauter un passage de sa source (« comme assez est au long escript ou livre des Nombres ou xiiiie chappitre », Önb, cod. 2577, fol. 17vb ; « comme se treuve ou xxe chappitre ensuyvant », fol. 17vb), ou plus radicalement, le changement de source déjà signalé :

Aulcuns dient qu’ilz l’ediffioient voulans resister contre le Deluge s’il venoit ung aultre foys. Mais ou livre de Genesis en l’onziesme chappitre se dit qu’ilz l’ediffioient voulans acroistre leur nom perpetuelment avant qu’ilz se separassent par les divers lieux de la terre […] (Önb, cod. 2577, fol. 3d).

Mais pour retourner a ma matiere moult fait a loer la grant obedience de Josué, car comme il se lit ou livre des Nombres en l’onziesme chappitre ; conme assez est plus au long mis ou xvie chapitre du tiers livre des Roys. Comme se dit ou livre de Josué ou vie chapitre fut nostre Seigneur avec luy (Önb, cod. 2577, fol. 20b).

7Elles indiquent également les cas de citation exacte du texte original, quand l’auteur veut attirer l’attention sur la lettre du texte biblique (Önb, cod. 2577, fol. fol. 16vb) :

Et y fut xl jours et ou xxxie chappitre d’Exode meismes en la fin est escript : « Et donna Dieu a Moÿses, toutes ces parolees acomplies ou mont Synaÿ, les deux tables de pierre de tesmoingnage escriptes du doit de Dieu. »

  • 6 En fait, Sébastien Mamerot omet le roi de Béthel, 16e roi dans la liste biblique, ce qui le contrai (...)

8Enfin, elles peuvent venir appuyer des passages plus techniques, tels que des énumérations de noms ou des précisions numériques comme la liste des ennemis vaincus par Josué, en particulier parce que l’auteur en discute un point6nb, cod. 2577, fol. 23va-b) :

Des roys qu’il tua oultre Jordan estoit le roy de Jherico le premier, le roy de Haÿ, qui est du costé de Bethel, le second, le roy de Jherusalem le tiers, le roy de Hebron le quart, le roy de Iherimoth le quint, le roy de Lachis le vie, le roy de Eglon le viie, le roy de Gazer le viiie, le roy [de] Dabir le ixe, le roy de Gader le xe, le roy de Herma [le] xie, le roy de Beroth le xiie, le roy de Lebna le xiiie, le roy de Odollam le xiiii[e], le roy de Macheda le xve, le roy de Taffua le xvie, le roy de Afer le xviie, le roy de Afech le xviiie, le roy de Saron le xixe, le roy de Madon le xxe, le roy de Azor le xxie, le roy de Someron le xxiie, le roy de Achsaph le xxiiie, le roy de Chemath le xxiiiie, le roy de Maggedo le xxve, le roy de Cedés le xxvie, le roy de la Chamen du mont du Carme le xxviie, le roy de Dor le xxviiie, le roy des Gens de Galgal le xxix e, le roy de Tarse le xxxe et le roy de Cananee le [fol. 23d] xxxie, combien que l’acteur de ce traittié des ix Preux y a mis de son auctorité le roy de Cananee pour faire le xxxi e, obstant que la Bille ou livre de Josué ne nomme que ces xxx roys et en la fin du nombre dit « tous ces roys estant xxxi », et aussi est bien convenable estre mis le xxxi eu regart a la promesse que nostre Seigneur fist a Abraham qu’i donroit a luy et a sa lignee la terre de Cananee.

9Les noms des autorités sont généralement accompagnés de marqueurs lexicaux témoignant du statut d’autorité de l’auteur cité. Geoffroy de Monmouth est ainsi « le reverend pere et grant orateur maistre Geuffroy de Mumemutense, hystoriographe d’Engleterre, et aultres tresrenommez orateurs » (Önb, cod. 2578, fol. 1va), tandis que Guillaume de Tyr est « Guillaume, arcevesque de Sur, qui estoit le plus excellent clerc qui lors vesquist » (Önb, cod. 2578, fol. 198ra). Sébastien Mamerot peut d’ailleurs accompagner ces actes de nomination de jugements consolidant la fiabilité et l’excellence de la source choisie, comme ici pour la partie sur Arthur, construite à partir de l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth :

[…] combien que de plus en raconter me passe, obstant ce que le tresnotable hystoriographe maistre Geffroy de Numemutense n’en fait nulle mencion, jassoit ce que, par la grant excellence de la tresgrant science dont lors flourissoit, fut prié tresaffectueusement par le tresreluysant Alexandre, evesque de Lincolineuse, de translater au vray de breton en latin les tresrenommez fais des roys et princes de la Grant Bretaigne et aussi les prophecies du tressage Merlin (Önb, cod. 2578, fol. 37va-b).

10La mécanique est comparable dans la section sur Godefroy de Bouillon qui se fonde sur l’Historia rerum in partibus transmarinis gestarum de Guillaume de Tyr, comme l’affirme Sébastien Mamerot, qui décrit sa source au début du xxiiie chapitre, ce qui correspond à la fin de la matière racontée par Guillaume :

[Amaury] ne fut pas tant beau parlier que son frere, le roy Baudouyn, avoit esté, par quoy il ne fut pas tant renommé, mais il entreprint trop plus de grans choses que roy de Jherusalem n’avoit fait depuis le bon roy Godefroy. Sur tous hommes se delittoit en ouyr parler et desputer les clercs de la Sainte Escripture et luy meismes leur faisoit souvent de grans questions, et entre les aultres, ung jour qu’il sejournoit ou chasteau de Sur pour une fievre qu’il avoit, en fit ung jour une a Guillaume, arcevesque de Sur, qui estoit le plus excellent clerc qui lors vesquist et qui fut celluy qui l’Ystoire des cronicques d’oultremer mist en latin tant excellenment que bien monstra qu’il estoit de grant prudence, car c’est l’ystoire de toutes les aultres que j’ay veues plus consonant a raison naturelle et dont j’ay extrait ce present traittié intitulé de Godefroy de Buillon. (Önb, cod. 2578, fol. 198r)

  • 7 A. Salamon, « Sébastien Mamerot, traducteur de l’Historia regum Britannie », dans L’Historia regum (...)

11Ensuite, une fois la source principale sélectionnée, Sébastien Mamerot lui manifeste une grande fidélité, tant pour le contenu que pour l’organisation des faits, et il suit le livre jusqu’à épuisement de sa source et non en fonction des bornes chronologiques établies par la naissance ou mort des Preux. Ainsi, la section sur Arthur commence bien avec Enée fuyant Troie et donc le début de l’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth, qui est retravaillé avec les histoires universelles en français. Comme ce texte commence par la description de la descendance troyenne et le récit de la fuite d’Enée, il faut enchaîner correctement avec ce qui a déjà été dit dans les sections précédentes, en particulier celles sur Hector et sur Jules César (« conme j’ay dit et declairé es faiz et soubz l’intitulacion du tresrenommé Julius Cesar », Önb, cod. 2578, fol. 1vb). À l’autre extrémité, la section arthurienne se termine avec l’épuisement de la matière du texte de Geoffroy. Pourtant, Le Traictié des Neuf Preux ne présente aucun prologue du traducteur, ni de profession d’une méthode de traduction similaire à celle que le même Sébastien Mamerot peut décrire en tête de sa traduction du Romuleon de Benvenuto da Imola. Il ne justifie à aucun moment ses choix linguistiques et ne se pose pas en traducteur. Et il est vrai qu’il se permet quelques libertés, en abrégeant quelques passages, ou en en amplifiant d’autres pour donner des versions alternatives tirées des romans. Cependant, le résultat n’en demeure pas moins une traduction fidèle du texte de Geoffroy, les passages divergents étant généralement mentionnés7. Ce même raisonnement fonctionne aussi dans la section sur Hector, qui suit l’Historia destructionis Troiae de Guido delle Colonne, du début à la fin, incluant aussi bien la première destruction de Troie que toute la guerre de Troie après la mort d’Hector et les retours des Grecs chez eux, et pourrait être étendu à toutes les sections.

  • 8 Ce n’est pas vraiment le cas du Traictié des Neuf Preues, qui sont presque toutes des héroïnes anti (...)

12Le Traité des Neuf Preux8 est ainsi une sorte de livre-bibliothèque, aussi proche, d’une certaine manière, du recueil que de la compilation, du fait de l’homogénéité des sources internes à chaque section. Il ne faudrait pas croire cependant que cette unité soit totale, puisque le texte présente des traces d’interférences ou d’ajouts d’autres sources minoritaires, sur lesquelles il faut maintenant s’arrêter.

II. Autorités usurpées et autorités dissimulées

13Si les autorités médiévales par excellence sont les auteurs latins classiques, on peut se demander quelle place leur est accordée dans le Traité de Sébastien Mamerot. Trois des Preux sont en effet des personnages de l’Antiquité, Hector, Alexandre et Jules César, et on pourrait donc s’attendre à un renvoi à des autorités antiques. Pourtant, aucune de ces sections ne repose sur une source antique, alors même que de nombreux noms d’auteurs sont cités. Si l’on met de côté le cas de la section sur Hector, les deux autres parties antiques puisent à des compilations en langue vernaculaire qui sont elles-mêmes des traductions-adaptations d’œuvres latines.

  • 9  L’édition de ce texte est partielle. Pour les différentes éditions existantes : The Heard Word : A (...)
  • 10 A. Rochebouet, D’une pel toute entiere sans nulle cousture. La cinquième mise en prose du Roman de (...)
  • 11 Li Fet des Romains compilé ensemble de Saluste et de Suetoine et de Lucan, éd. L.-F. Flutre, K. Sne (...)
  • 12 C. Croizy-Naquet, « Penser l’histoire antique au xiiie siècle à la lumière de l’historiographie con (...)

14Dans la section sur Jules César, Sébastien Mamerot invoque à plusieurs reprises l’autorité de chacun des auteurs suivants : Orose (Önb, cod. 2577, fol. 202ra), Suétone (fol. 257rb), Tite-Live (« Tythus Livius », fol. 209vb), Eutrope (fol. 261rb) ou encore Lucain (« Lucan », fol. 245ra). Pourtant, l’examen détaillé du texte révèle que les sources de cette section sont trois compilations historiques en ancien français, L’Histoire ancienne jusqu’à César9 qui traduit Orose en l’enrichissant d’autres textes, la Chronique de Baudouin d’Avesnes10 qui emprunte à l’Histoire ancienne et au Speculum historiale de Vincent de Beauvais, ainsi que Li Fet des Romains11 qui constituent une compilation de différents auteurs latins, en particulier César, Suétone, Lucain et Salluste. La liste d’auteurs citée par Mamerot est très visiblement héritée de ces sources françaises, et il est tout à fait vraisemblable qu’il n’ait pas eu accès directement au latin ou même qu’il ne l’ait pas jugé nécessaire. Li Fet des Romains, qui bénéficient d’une tradition abondante sur plusieurs siècles à l’époque de Sébastien Mamerot, « proclament leur statut de discours autorisé, en affichant leur savoir sur les autorités antiques, et motivent leur reconstruction de la réalité passée12 ».

  • 13 Guido delle Colonne, Historia Destructionis Troiae, éd. N. E. Griffin, Cambridge (Mass.), Mediaeval (...)

15À l’exception des Fet des Romains, consacrés à l’histoire romaine, ce sont les mêmes textes qui constituent la source de la partie sur Alexandre, malgré de nouvelles invocations d’auteurs anciens comme Justin (Önb, cod. 2577, fol. 192a), Orose (fol. 182d) ou le compilateur Solinus (fol. 183c). La section sur Hector, qui suit l’histoire en latin de Guido delle Colonne, l’Historia destructionis Troiae13, ne fonctionne pas différemment en faisant référence à Homère (Önb, cod. 2577, fol. 136va) ou encore à Darès et Dictys (« Daire et Ytis », 101vb), les grandes autorités médiévales sur la guerre de Troie. Ce phénomène est bien sûr banal et ces références de seconde main sont tout à fait courantes, apportant à un texte récent la caution et la garantie des auteurs anciens. Mais par ailleurs, il n’est jamais fait, dans aucune de ces trois sections, référence au texte qui fournit réellement la matière de la compilation. Le nom qui fait autorité figure seul, et si le texte du Traité des Neuf Preux présente une certaine ressemblance avec la source antique, il ne s’agit que d’une parenté éloignée, par l’intermédiaire, le plus souvent, de plusieurs états textuels. On ne peut que s’étonner que ce soit pour les parties antiques précisément que le système de renvoi à la source utilisée défaille. Le texte présente une perpétuation et une transmission d’une autorité par l’énoncé de noms illustres, qui semble suffire à cautionner le contenu historique et son authenticité.

16Est-ce à dire que Sébastien Mamerot ne remonte jamais à l’autorité latine ? L’argument pratique de la disponibilité d’une source pourrait ici être invoqué : le compilateur n’utiliserait que les textes auxquels il a eu accès. Cependant, de multiples passages permettent de voir que Sébastien Mamerot suit une méthode assez constante prouvant qu’il a pu, au moins dans certains cas, remonter les fils de l’autorité et consulter les sources de ses sources. Nous en donnerons ici deux exemples. Le premier se situe dans la section arthurienne quand Sébastien Mamerot entend compléter les histoires bretonnes, représentées par Geoffroy de Monmouth :

[…] obstant ce que soubz ceste presente intitulacion ay entreprins declairer les fais des Bretons, j’ay en ce procedé selon leurs hystoires composees en latin tresantenticquement, y adjoustant aulcuns ditz d’aultres hystoriens assez conformans selon la matiere (fol. 16rb).

17Ces autres historiens sont aussi appelés plus loin, sans autre précision, les « hystoires rommaines » (Önb, cod. 2578, fol. 22ra-b) :

Selon les hystoires rommaines, pluseurs citez de Bretaigne, sachans Cesar appointter grant armee, luy manderent messages de paix, qu’il receult, et aprés ala contre les aultres qu’il desconfit, Cassibellanus non y estant, et par ce luy promisrent payer tribut. Et lors, s’en voulant retourner en Gaulle, furent peries de tempeste grant partie de ses nefz, par quoy les Bretons rompirent la paix et luy coururent sus, le cuydans desconfire legierement, mais il fit prendre xii de ses nefz les plus rompues et en fit remettre a point les aultres, et ce fait envoya de ses gens en fourrage, ausquelz coururent sus les Bretons et en tu[e]rent pluseurs, et brief les eussent desconfis se Cesar, qui sceut leur estat, ne les eust secourus, lequel venu furent tost desconfis les Bretons, et requirent de rechief paix que Cesar leur ottroya, recepvant leurs ostages qu’ilz luy envoyerent avec Acominus, roy d’Arthois, message de Cesar par eulx par avant retenu deslors que Cesar leur avoit envoyé demander tribut.

  • 14 Titi Livi Ab Urbe condita, éd. Robert Seymour Conway et Charles Flamstead Walters, Oxford, Clarendo (...)
  • 15 Sébastien Mamerot, Le Romuleon en français, éd. Frédéric Duval, Genève, Droz, 2000.
  • 16 Voir le début du chap. XXXVI. Le texte, inédit, peut être consulté en ligne d’après le manuscrit Co (...)

18Or, l’étude suivie du Traictié des Neuf Preux révèle que le compilateur a eu accès au texte de Tite-Live Ab Urbe condita, V, 33-3714, ou au moins à des extraits, qu’il utilise pour décrire l’arrivée des Gaulois en Italie et leur conflit contre les Fabiens, puis la prise de Rome par les Gaulois (Önb, cod. 2578, chap. XII, fol. 15ra-16rb), développements absents de l’Historia regum Britanniae. Sébastien Mamerot a par ailleurs traduit pour Louis de Laval le Romuleon de Benvenuto da Imola, un abrégé d’histoire romaine en latin15. La confrontation avec le Romuleon, qui suit à ce moment de l’histoire Tite-Live, ne permet pourtant pas de rendre compte du récit de l’arrivée des Gaulois, qui n’y est pas racontée16. Sébastien Mamerot ne peut donc pas être passé ici par la compilation intermédiaire qu’est le Romuleon. Cependant, au chapitre suivant, un détail ajouté dans une amplification du récit de Geoffroy ne se comprend que si Sébastien Mamerot a, à ce moment-là, également sous les yeux le Romuleon. Il distingue en effet le « Capitole » d’une « aultre forte place lors appellee par aulcuns la Roche, faitte en maniere de chasteau » (Önb, cod. 2578, fol. 15vb), sans comprendre qu’il s’agit d’un seul lieu. Or la dénomination de « Roche », traduit le latin rocam (rocham dans le manuscrit consulté, Romuleon, Fondation Martin Bodmer, cod. Bodmer 143, fol. 44r), mot de latin médiéval utilisé dans le Romuleon pour désigner ce que Tite-Live nomme en latin classique arcem. D’après les dictionnaires (Du Cange, Blaise Médiéval et Latinitas Italica), en latin médiéval, le mot rocha renvoie à un château ou une forteresse construite sur un rocher. De la part de Benvenuto da Imola, il peut également s’agir d’un italianisme, dans la mesure où le terme rocca en italien a ce sens. Sébastien Mamerot peine visiblement à traduire et joint à la traduction littérale par « la Roche », qui se retrouve aussi bien dans sa traduction du Romuleon que dans le Traictié des Neuf Preux, le groupe « faitte en maniere de chasteau ». Ces confusions prouvent que Sébastien Mamerot avait à sa disposition les deux textes. Sa connaissance du Romuleon est en outre confirmée par la présence dans le chapitre XV (fol. 18vb-19rb) de la section sur Arthur d’une traduction, depuis le latin, du chapitre VIII du livre VIII du texte de Benvenuto da Imola. Sébastien Mamerot semble donc bien se promener entre les différentes générations de texte, complétant au besoin la source la plus récente de ce qu’elle a perdu de ses versions plus anciennes. On notera par ailleurs qu’alors qu’il pourrait ici citer Tite-Live de plein droit, le nom de l’auteur n’apparaît pas directement.

19Un exemple similaire peut être observé dans la section sur Alexandre. À travers les nombreuses pages qui suivent la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes, le texte de Sébastien Mamerot fait apparaître des échos du Speculum historiale de Vincent de Beauvais, puisque la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes en traduit de larges sections, comme en témoigne l’exemple suivant :

  • 17 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, Douai, BM, ms. 797. Les renvois sont faits à partir des B (...)

Hic Alexander Anaxarcho comiti suo ex auctoritate Democriti innumerabiles mundos asserenti : Heu, me, inquit, miserum, quod ne uno quidem adhuc sum potitus (Vincent de Beauvais, Speculum Historiale, V, 6017).

Amasarchum, uns de ses compaignons, li dist ke Demotricus, li phylosophes, avoit dit ke il estoient pluiseur monde. Dont dist Alixandres : « Helas ! Quant tant sont de monde et jou n’en ai pas encor .i. seul en ma baillie ! » (Cambrai, BM, ms. 683, fol. 106v)

Amazarchum, ung de ses compaignons, luy dit que Democritus, le philozophe, avoit dit qu’il estoit pluseurs mondes. Lors dit Alexandre : « Helas ! Il est tant de mondes et encores n’en ay je pas ung seul en mon bailliage ! » (Traictié des Neuf Preux, Önb, cod. 2577, fol. 190ra-b)

20Cependant, dans quelques passages, les données fournies par Sébastien Mamerot ne peuvent pas provenir de la Chronique d’où elles sont absentes, pas plus que du Speculum historiale, qui ne les présente pas non plus. On ne peut exclure l’hypothèse d’un manuscrit particulier de ces textes, mais il serait vraisemblable que Sébastien Mamerot ait pris ces informations supplémentaires directement dans l’Historia de Preliis, c’est-à-dire le texte qui servait déjà de source à Vincent de Beauvais et à la Chronique. Cette dernière avait même déjà pu amplifier son récit au moyen de l’Historia pour compléter le Speculum historiale. Sébastien Mamerot aurait alors remonté la tradition textuelle, au-delà de deux intermédiaires, jusqu’à l’ancêtre le plus complet pour enrichir son récit. Le passage suivant permet d’éclairer ce fonctionnement. Alexandre, se hâtant à la rencontre de Darius, se baigne dans le Cydnus, près de Tarse, et tombe malade. L’événement est très brièvement raconté dans le Speculum Historiale, par l’Actor lui-même qui mentionne l’Historia Alexandri, c’est-à-dire le texte que nous nommons Historia de Preliis) :

  • 18 Ibid.

Cumque Tharsum venisset, captus Cigni amnis amenitate per mediam urbem influentis qui secundum Hystoriam Alexandri nulli fluviorum secundus est, vel magnitudine vel perspicuitate, proiectis armis, plenus pulveris ac sudoris in prefrigidam undam se proiecit, cum repente nervos eius occupat rigor. Hystoria vero Alexandri dicit quod cum armis e ponte se precipitaverit et natabundus exierit, sed calente tunc corpore incidens aque illius vehementiam, tantam de rigore nervorum iniuriam perniciemque traxit, ut mox expirabilis videretur. Sed a Philippo medico poculum confectum accepit, ac secundum Iustinum quarta die sanitatem recepit (V, 29)18.

21Dans cette version, après une brève description du fleuve Cydnus, Vincent de Beauvais raconte qu’Alexandre se baigne et est pris d’une maladie qui lui provoque un raidissement des nerfs. Et l’auteur donne ensuite d’autres précisions d’après l’Hystoria Alexandri : Alexandre est allé nager et le contraste entre la température du fleuve et la chaleur de son corps provoque un choc nerveux qui le fait tomber malade ; il est ensuite soigné par son médecin Philippe, qui le guérit en trois jours. L’Histoire ancienne jusqu’à César n’offre pas de comparaison intéressante ici, puisqu’elle retrace l’épisode en quelques lignes seulement, sans même signaler comment guérit Alexandre. Le passage équivalent dans la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes (Cambrai, BM, 683, fol. 101ra) élabore davantage :

Et erra tant k’il vint a la cité de Tharse. Il s’ala baignier ou flun por la calour k’il avoit le jour eue. Si refroida durement ke li pluisour cuidierent k’il deust morir, car li nierf li enroidirent tout. Ses phisisyens ki Phelippe avoit nom li atourna une puison pour boire. Et en chou k’il li aportoit, li rois lisoit unes lettres ke Parmenus li avoit envoÿes, esqueles il li mandoit k’il se deportast dou buverage Phelippon, son phisisyen, car il avoit pris loyer dou roi Dayre. Dont bailla li rois au phisisyen la letre et prist la puison et en but et garist de sa maladie.

22La Chronique ajoute une scène autour du médecin Philippe ; Alexandre reçoit une lettre pour le prévenir de se méfier des remèdes que lui donnerait son médecin : « Parmenus » annonce à Alexandre que Philippe l’aurait trahi pour le roi Darius en échange d’une récompense. Alexandre, qui lui conserve malgré tout sa confiance, boit le remède et guérit. Il n’est pas dit qui est ce Parmenus : en réalité, il s’agit de Parménion, un des généraux d’Alexandre. La version de Sébastien Mamerot ajoute encore quelques détails supplémentaires par rapport à celle de la Chronique :

[...] et chevaucha tant qu’il vint a la cité de Tharse et la s’ala baignier au fleuve pour la chaleur qu’il avoit eu le jour, mais il se reffroida si durement que pluseurs cuiderent qu’il deust mourir pour les nerfz qui luy enroidirent tous. Son phisicien, qui avoit nom Phelippe, luy fit ung bruvage et ainsi qu’il le presentoit, le roy lisoit unes lettres que luy envoyoit par envie ung aultre phisicien, nommé Parmenas, ou il se contenoit que sur toutes les choses du monde et sur tout ce qu’il amoit sa vie qu’il gardast bien de boire le bruvage de son phisicien Phelippe, car c’estoit venin dont il le devoit empoisonner, pour quoy il devoit avoir en loyer la fille du roy Daire. Alexandre, qui congnoissoit la bonté de son phisicien, les lettres leues, but le bruvage et de l’aultre main les luy bailla. Quant Phelippe le phisicien eut veues les lettres, il devint tout honteux et dit au roy Alexandre qu’il congnoistroit s’il avoit pourchassé sa mort. Alexandre luy fit tresgrant chiere et aussi tost aprés fut retourné en sa plaine santé.

  • 19 Les rapports précis entre le Traictié des Neuf Preux et l’Historia de Preliis sont, du fait des int (...)

23Parmenius n’est pas identifié par Sébastien Mamerot comme le général d’Alexandre qui ailleurs est toujours nommé Parmenas ; il fait donc de ce nouveau Parmenius un médecin rival de Philippe. Or, outre cette confusion et deux amplifications vraisemblablement dues à Mamerot (« sur toutes les choses du monde et sur tout ce qu’il amoit sa vie » ou « car c’estoit venin dont il le devoit empoisonner »), toutes les autres informations qui manquent dans le Speculum historiale et la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes se trouvent dans l’Historia de Preliis19 :

  • 20 Historia Alexandri Magni (Historia de Preliis), Rezension J2 (Orosius-Rezension). Erster Teil, op(...)

Accidit voluntati eius, ut lavaretur in Cidnum fluvium perfrigidum, statimque obriguit et contractu nervorum morti proximus fuit. [...] Tunc Alexander vocavit ad se Philippum, medicum suum, et sciscitabatur eum de infirmitate sua. Erat autem iste medicus iuvenis et perfectus in arte medicine promiseratque Alexandro, ut per unam potionem sanaret eum. Quidam homo, qui tenebat Armeniam, nomine Parmenius, habebat hunc medicum in odium pro eo, quod diligebatur ab Alexandro, statimque scripsit epistolam ad Alexandrum dicens : « Domine rex, cave tibi a Philippo medico et noli bibere potionem eius, quia promisit ei Darius dare filiam suam uxorem et faciet eum consortem regni sui, si occiderit te. » Recepta itaque Alexander hac epistola legit et tenuit eam in manu et non est exinde turbatus pro eo, quia securus erat de conscientia Philippi. Et ecce Philippus medicus cum potione preparata ingressus est ante Alexandrum et obtulit ei ipsam potionem. Alexander accepta ipsa potione cum una manu et in alia tenens epistolam respiciebat in faciem Philippi medici. Cui medicus ait : « Maxime imperatore, noli expavescere potinem, sed bibe illam. » Statim Alexander bibit potionem et postea dedit Philippo medico epistolam. Relecta Philippus epistola dixit : « Maxime imperatore, non sum culpatus in hoc, quod dicit hec epistola. » Alexander autem sanus effectus vocavit ad se Philippum medicum et amplexatus est collum eius20 [...].

24Comme dans l’original latin, Sébastien Mamerot rappelle la confiance portée par Alexandre à son médecin, décrit comme compétent ; il précise que la récompense promise à Philippe serait la fille du roi Darius ; il reprend la gestuelle de la scène où Alexandre boit d’une main le breuvage tandis que de l’autre il tend à Philippe la lettre incriminante, et enfin, il étoffe la fin de la scène en incluant la réponse de Philippe et l’accolade d’Alexandre.

  • 21 R. Dragonetti, Le Mirage des sources : l’art du faux dans le roman médiéval, Paris, Le Seuil, 1987.

25Concrètement, la méthode et les choix de Sébastien Mamerot témoignent de la confiance qu’il accorde à des traductions en langue vernaculaire de textes latins ou de textes qui sont déjà des compilations, en latin ou en langue vernaculaire, comme le Speculum historiale ou le Romuleon d’une part et Li fes des Romains ou la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes d’autre part. Pourtant, la mécanique de présentation de ces textes diverge de celle exposée dans un premier temps, et la source n’est plus mise en valeur par une profession d’autorité précise. Au contraire, la source se dissimule souvent derrière une formule imprécise (comme celle d’« hystoires rommaines ») ou une mention d’autorité empruntée à la source réelle, créant, pour utiliser l’expression de Dragonetti, un « mirage des sources »21. À l’antithèse de ce qui apparaît dans la pratique et par l’examen concret du texte, le discours de l’auteur jette un voile pudique sur la nature exacte de ses sources quand elles sont en langue vernaculaire. Cependant, si Sébastien Mamerot choisit la Chronique de Baudouin d’Avesnes pour Jules César, c’est en sachant qu’elle résume Li Fet des Romains ou le Speculum historiale de Vincent de Beauvais, par exemple, qu’il utilise par ailleurs également, et avec la conscience que ses sources puisent aux textes originaux des autorités historiques. Ses choix s’expliquent donc pour des raisons pratiques, par exemple liées à l’abrégement du texte, et non par des différences de nature de l’information contenue. Le texte de seconde génération, même quand il s’agit d’une traduction en langue vernaculaire, se voit donc doté aux yeux du compilateur de l’autorité suffisante pour fonder sur elle son récit, bien qu’il se laisse la possibilité de le compléter par le texte original, quand cela est possible ou que cela lui semble souhaitable. En cette fin de xve siècle, et du moins pour cet auteur, la traduction ou l’intermédiaire compilatoire, même en traduction, semblent dans les faits revêtir une autorité comparable à celle du texte en latin, même si Sébastien Mamerot témoigne visiblement d’une réticence à l’afficher.

III. Une autorité par procuration : l’autorité latine convoquée, mais citée en traduction

  • 22 M. Jacob, Dans l’atelier des Colombe, Bourges, 1470-1500 : la représentation de l’Antiquité en Fran (...)

26Cette réticence à proclamer une source en français est confirmée par un dernier exemple qui vient appuyer l’hypothèse d’une identité tacite entre texte original et traduction, qui existe mais ne peut se dire. Dans la section arthurienne, Sébastien Mamerot a ponctuellement recours au De casibus virorum illustrium de Boccace. Ce texte fournit en effet à la section arthurienne le contenu du début du chapitre xxxviiinb, cod. 2578, fol. 58rb) consacré à la Table Ronde, ainsi que celui de la fin du chapitre xlvi (Önb, cod. 2578, fol. 82rb), relatif à la mort d’Arthur. La comparaison de ce dernier chapitre avec le texte de Boccace et sa traduction en français par Laurent de Premierfait laisse supposer que Sébastien Mamerot a travaillé à partir du français. La proximité avec le texte français permet d’affirmer qu’il avait accès à une traduction française. Le manuscrit Paris, BnF, fr. 232, ici reproduit, présente des similarités graphiques et lexicales qui pourraient appuyer l’idée que c’est bien ce manuscrit qu’a utilisé Sébastien Mamerot, ce qui serait cohérent avec l’hypothèse de Marie Jacob22, spécialiste d’histoire de l’art, qui le place parmi les livres possédés par Louis de Laval :

  • 23 Giovanni Boccaccio, De casibus virorum illustrium, éd. P. G. Ricci et V. Zaccaria, Tutte le opere, (...)

Sane, seu quod a successore Arturi mors arte celata sit, seu eo quod, existentibus rebus perturbatione maxima involutis, in se Arturus paucis consciis moreretur et nullo apparatu sepultus sit, quasi non mortuum sed sub taciturnitate servatum adhuc tanquam insignem et precipuum regem suum vulgo vivum arbitrantur Britones eumque solidatis vulneribus procul dubio rediturum asserunt (Boccace, De casibus virorum illustrium, Liber VIII, XIX23).

Boucace met en son livre troys causes par lesquelles les Bretons cuident qu’il ne soit pas mort, mais soit gardé taisiblement et en secret, le reputans et tenans estre vif et leur noble seigneur, et afferment qu’il sans nulle faulte retournera visiblement et reprendra son ancien estat royal si tost que ses playes seroient souldees et garies. La premiere des troys causes et de leur erreur et fole creance est par ce que Constantin, nepveu et successeur du roy Artus, couvrit et cela par art sa mort ; la seconde, par ce que peu d’ommes sceurent conment ne la ou il morut, sinon qu’il se fist porter par navie en l’isle d’Avalon pour les grans triboulz et debatz qui furent en Bretaigne a cause de sa mort et aussi de celle de Mordret, son filz. La tierce fut pour ce que son corps ne fut pas aprés sa mort enseveli en aulcun appareil ne attornement sollemnel en maniere royal. (Sébastien Mamerot, Traictié des Neuf Preux, Önb, cod. 2578, fol. 86rb-va).

Mais trois causes furent et sont encores pour quoy les bretons cuident communement que leur roy Artus ne soit point mort et cuident qu’il soit gardé taisiblement et en secret en tant qu’ilz cuident qu’il soit encore tout vif et le reputent leur noble seigneur. La premiere des trois causes de ceste erreur et fole creance fut pour ce que Constantin successeur du roy Artus couvri et cela par art la mort du roy Artus. Seconde cause pour ce que pou de hommes sceurent la mort du roy Artus pour les grans tribouleis et debatz qui fut (sic) en Angleterre a cause de la mort de Artus et de Mordet (sic) son filz. La tierce cause fut pour ce que le corps du roy Artus après sa mort ne fut pas enseveli en aucun appareil ne attournement solennel a manière royale (BnF, fr. 232, fol. 302c, traduction par Laurent de Premierfait du De casibus virorum illustrium de Boccace).

  • 24 A. Salamon, Écrire les vies des Neuf Preux et des Neuf Preuses à la fin du Moyen Âge : étude et édi (...)

27Ici encore, l’argument matériel de la mise à disposition du texte latin pourrait être invoqué, et si nous pouvons lier à Sébastien Mamerot un exemplaire de la traduction en français de Boccace, nous ne disposons d’aucun indice concernant la version latine. Cependant, il est révélateur que, pour les questions d’autorité, Sébastien Mamerot ne s’embarrasse pas de signaler l’étape intermédiaire qu’est la traduction : Boccace, même traduit, demeure Boccace. Devant un tel exemple, il est légitime de se demander si tous les textes latins n’ont pas été cités d’après leurs traductions. Il semblerait que ce ne soit pas le cas, même si un doute persiste quant à la section sur Godefroy de Bouillon, dont seule l’édition et l’étude phrase par phrase permettrait d’identifier la source exacte, les abrégements apportés par Sébastien Mamerot obscurcissant les filiations entre les textes24. Le Traité des Neuf Preux est donc intéressant dans la mesure où il illustre, tard dans le Moyen Âge, l’attitude d’un auteur face aux différentes strates de textes qui lui ont été transmises, et il semble bien que Sébastien Mamerot, pour son projet de vulgarisation historique, soit prêt à accepter l’autorité d’un texte déjà traduit et son équivalence avec l’original latin, bien qu’il s’abstienne scrupuleusement d’en faire état dans son discours.

28Compilateur scrupuleux, Sébastien Mamerot s’applique à citer ses sources quand il s’agit de textes latins qu’il traduit : Geoffroy de Monmouth, Vincent de Beauvais, la Bible etc. Cependant, il est beaucoup moins précis quand il emprunte ses récits à des compilations historiques en langue vernaculaire comme l’Histoire ancienne jusqu’à César ou la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes, dont il ne délimite jamais les emprunts, mais dont il conserve les mentions d’autorités, souvent sans les avoir jamais consultées. Or, l’examen précis des sources permet de constater que, dans certains passages, Sébastien Mamerot est effectivement remonté de ces compilations aux originaux latins, parfois par l’intermédiaire d’étapes supplémentaires, encyclopédies ou autres compilations latines. Une attitude parallèle s’observe avec le cas de Boccace, cité comme source, mais qui n’est en réalité cité qu’à travers sa traduction en français par Laurent de Premierfait. On observe grâce à ces deux exemples qu’alors même qu’il met en scène ses traductions intégrales et ne fait référence qu’aux autorités latines originelles, l’auteur accorde, dans les faits, à l’étape intermédiaire de traduction la même autorité qu’au texte latin, la préférant parfois quand elle est disponible, même quand il doit l’enrichir de passages supplémentaires, disparus d’une compilation à l’autre en retraduisant lui-même depuis l’original. Cependant, ces passages se trouvent dépourvus de toute mention à une autorité et sont présentés sans aucun des signes qui accompagnent les autres traductions. Les jeux complexes de citations explicites ou au contraire d’effacement des frontières textuelles entre les textes compilés conduit souvent le philologue moderne à remonter trop loin dans les traditions textuelles pour identifier des sources anciennes, souvent latines, faisant de certains auteurs de véritables érudits ayant à leur disposition de vastes bibliothèques. L’image construite par la critique de la culture et des habitudes des auteurs peut se trouver profondément altérée, par rapport à la réalité. Face aux compilations du xve siècle, il est dangereux de négliger des textes en langue vernaculaires dont les pratiques textuelles médiévales révèlent, paradoxalement, une autorité silencieuse.

Top of page

Notes

1 L’expression est empruntée à Jacqueline Cerquiglini-Toulet (La Couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au xive siècle, Paris, Hatier, 1993, p. 11) qui l’utilise de manière plus générale pour parler de la littérature du xive siècle.

2 Pour le choix de ce titre, voir la démonstration dans Sébastien Mamerot, Traictié des Neuf Preues, éd. A. Salamon, Genève, Droz, 2016 (Textes littéraires français, 636), p. xxiii-xxxii. Nous avons délibérément écarté le Traictié des Neuf Preues, qui fait pendant au traité sur les héros dans la mesure où, du fait du caractère parfois obscur de certaines héroïnes, le traité accorde une place plus large à l’invention, empêchant un suivi phrase à phrase, que permet presque entièrement le Traictié des Neuf Preux. Toutefois, les mécanismes décrits ici fonctionnent de la même manière.

3 Voici une liste des sources principales utilisées (nous omettons délibérément les sources secondaires et ponctuelles) : la Bible, Historia destructionis Troiae de Guido delle Colonne, Histoire ancienne jusqu’à César, Chronique dite de Baudouin d’Avesnes, Li fet des Romains, Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, Speculum historiale, Liber historiae Francorum, Grandes Chroniques de France, Chronicon pontificum et imperatorum de Martin de Troppau, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum de Guillaume de Tyr.

4 Pour une discussion de ce phénomène et de nos critères d’évaluation de ce que peut être une bonne diffusion, voir A. Salamon, « Deux manuscrits pour Neuf Preux », Le manuscrit unique, une singularité plurielle, dir. V. Gontero-Lauze et E. Burle-Errecade, Paris, PUPS, à paraître.

5 Il est plus vraisemblable que la référence désigne ce texte, et qu’il s’agisse d’une référence indirecte : si Sébastien Mamerot utilise ce texte par l’intermédiaire de sa version trouvée dans le Speculum historiale, il le connaît sous le titre Ex hystoria Francorum, et dans ce cas, on comprend très facilement que ce titre soit traduit par « croniques de France ».

6 En fait, Sébastien Mamerot omet le roi de Béthel, 16e roi dans la liste biblique, ce qui le contraint à rajouter un 31e roi et l’oblige ainsi à commenter sa liste par rapport à sa source.

7 A. Salamon, « Sébastien Mamerot, traducteur de l’Historia regum Britannie », dans L’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth et les Bruts en Europe, dir. G. Veysseyre et H. Tétrel, Paris, Garnier, 2015, t. I, p. 211-230.

8 Ce n’est pas vraiment le cas du Traictié des Neuf Preues, qui sont presque toutes des héroïnes antiques et pour lesquelles la tradition littéraire et historiographique est non seulement plus ou moins commune, mais également beaucoup plus mince. Voir Sébastien Mamerot, op. cit., p. xcvi-cix.

9  L’édition de ce texte est partielle. Pour les différentes éditions existantes : The Heard Word : A Moralized History. The Genesis Section of the Histoire ancienne in a Text from Saint-Jean d’Acre, éd. M. Coker Joslin, Lafayette, University of Mississippi Press, 1986 (Romance Monographs, 45,) ; Histoire ancienne jusqu’à César, Estoires Rogier. Tome I : Assyrie, Thèbes, Le Minotaure, les Amazones, Hercule, éd. Marjike de Visser-Van Terwisga, Orléans, Paradigme, 1995 (Medievalia, 19) ; Histoire ancienne jusqu’à César, Estoires Rogier. Tome II, éd. Marjike de Visser-Van Terwisga, Orléans, Paradigme, 1999 (Medievalia, 30) ; M.-R. Jung, La Légende de Troie au Moyen Âge : analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Bâle/Tübingen, Francke, 1996 (Romanica Helvetica, 114,), édition de la section troyenne de l’Histoire ancienne jusqu’à César, p. 358-430 ; L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille. L’histoire de la Macédoine et d’Alexandre le Grand, éd. C. Gaullier-Bougassas, Turnhout, Brepols, 2012 ; L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille. L’histoire de la Perse, de Cyrus à Assuérus, éd. A. Rochebouet, Turnhout, Brepols, 2016 ; Ch. Pavlidés, L’Histoire ancienne jusqu’à César (1ère), Étude de la tradition manuscrite. Étude et édition partielle de la section d’histoire romaine, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, École nationale des Chartes, 1989. La deuxième rédaction du texte a également été éditée récemment (section II, Ninus ; section III, Thèbes ; section IV, Hercule et Theseus ; section Troie), L’Histoire ancienne jusqu’à César, Manuscrit Osaka, Otemae University Library, 1, éd. Y. Otaka, C. Croizy-Naquet, Orléans, Paradigme, 2016.

10 A. Rochebouet, D’une pel toute entiere sans nulle cousture. La cinquième mise en prose du Roman de Troie, édition critique et commentaire, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2009, p. 207-233.

11 Li Fet des Romains compilé ensemble de Saluste et de Suetoine et de Lucan, éd. L.-F. Flutre, K. Sneyders de Vogel, Paris, Droz ; Groningue, J.B. Wolters, 1938 ; Slatkine reprints, Genève, 1977.

12 C. Croizy-Naquet, « Penser l’histoire antique au xiiie siècle à la lumière de l’historiographie contemporaine », Littérature, 148, 2007, p. 28-43. En ligne : <https://www.cairn.info/revue-litterature-2007-4-page-28.htm#no2> (consulté le 2 juin 2016).

13 Guido delle Colonne, Historia Destructionis Troiae, éd. N. E. Griffin, Cambridge (Mass.), Mediaeval Academy of America, 1936.

14 Titi Livi Ab Urbe condita, éd. Robert Seymour Conway et Charles Flamstead Walters, Oxford, Clarendon press, 1951, t. I, Libri 1-5.

15 Sébastien Mamerot, Le Romuleon en français, éd. Frédéric Duval, Genève, Droz, 2000.

16 Voir le début du chap. XXXVI. Le texte, inédit, peut être consulté en ligne d’après le manuscrit Cologny-Genève, Fondation Martin Bodmer, cod. 143, fol. 43r : <http ://www.e- codices.unifr.ch/en/cb/0143/43r/small>.

17 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, Douai, BM, ms. 797. Les renvois sont faits à partir des Bases Textuelles de l’Atelier Vincent de Beauvais, en particulier la base Speculum historiale. En ligne : <http://atilf.atilf.fr/bichard/> ; Version 2.1 (septembre 2004), (c) ATILF-Centre de médiévistique Jean Schneider (ERL 7229), ARTeM (consulté le 2 juin 2016).

18 Ibid.

19 Les rapports précis entre le Traictié des Neuf Preux et l’Historia de Preliis sont, du fait des intermédiaires possibles, problématiques. L’examen ligne à ligne de la section sur Alexandre révèle des données contradictoires, certains passages manifestant une proximité avec la recension J1 (Historia Alexandri Magni : Historia de Preliis, Rezension J1, éd. A. Hilka et K. Steffens, Meisenheim am Glan, A. Hain, 1979) et d’autres avec la recension J2 (Historia Alexandri Magni [Historia de Preliis], Rezension J2 [Orosius-Rezension]. Erster Teil, éd. A. Hilka et H.-J. Burgmeister, Meisenheim am Glan, A. Hain, 1976 et Historia Alexandri Magni [Historia de Preliis] Rezension J2 [Orosius Rezension]. Zweiter Teil, éd. A. Hilka et R. Grossmann, Meiseinham am Glan, A. Hain, 1977). Cette oscillation peut évidemment être due aux choix initiaux de la Chronique de Baudouin d’Avesnes d’une part et du Speculum historiale d’autre part. Pour éclairer ce point, il faudrait pouvoir savoir à quelles versions renvoient ces deux textes.

20 Historia Alexandri Magni (Historia de Preliis), Rezension J2 (Orosius-Rezension). Erster Teil, opcit., §47, p. 172-174 ; nous traduisons : « Alexandre fut pris du désir de se baigner dans le fleuve Cydnus, qui était très froid, et aussitôt ses membres se raidirent et, à cause de la contraction de ses nerfs, il était près de la mort. [...] Alors Alexandre appela près de lui son médecin, Philippe, et le consulta sur sa maladie. Or ce médecin était jeune et expert en médecine, et il promit à Alexandre qu’il le guérirait au moyen d’une seule potion. Un homme du nom de Parmenas, qui gouvernait l’Arménie, haïssait ce médecin parce qu’Alexandre le favorisait, et aussitôt il écrivit une lettre à Alexandre en ces termes : « Seigneur roi, méfie toi de ton médecin Philippe et ne bois pas sa potion, parce que Darius lui a promis de lui donner sa fille en mariage et de partager son royaume avec lui, s’il te tue. » C’est pourquoi, après avoir reçu cette lettre, il la lut et la garda en main, mais elle ne le troubla pas, parce qu’il était sûr de la disposition de Philippe. Sur ce le médecin Philippe se présenta devant Alexandre avec la potion qu’il avait préparée et la lui donna. Alexandre, la prenant d’une main et tenant de l’autre la lettre, regardait son médecin Philippe dans les yeux. Le médecin lui dit : « Général illustre, ne redoutez pas cette potion, mais buvez-la. » Aussitôt Alexandre but la potion et ensuite il donna la lettre à Philippe, son médecin. Philippe lut la lettre et dit : « Illustre général, je ne suis pas coupable de ce dont m’accuse cette lettre. » Mais Alexandre, ayant recouvré la santé, appela devant lui Philippe, son médecin, et le prit dans ses bras. »

21 R. Dragonetti, Le Mirage des sources : l’art du faux dans le roman médiéval, Paris, Le Seuil, 1987.

22 M. Jacob, Dans l’atelier des Colombe, Bourges, 1470-1500 : la représentation de l’Antiquité en France à la fin du xve siècle, Rennes, 
Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 83-84. 


23 Giovanni Boccaccio, De casibus virorum illustrium, éd. P. G. Ricci et V. Zaccaria, Tutte le opere, dir. V. Branca, Milan, Mondadori, 1983, t. IX, p. 728-735.

24 A. Salamon, Écrire les vies des Neuf Preux et des Neuf Preuses à la fin du Moyen Âge : étude et édition critique partielle du Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses de Sébastien Mamerot, thèse de doctorat, Paris, Université Paris-Sorbonne, 2011, p. 1074-1076.

Top of page

References

Electronic reference

Anne Salamon, « Le Traictié des Neuf Preux de Sébastien Mamerot :gérer l’autorité dans une compilation au second degré », Memini [Online], 21 | 2017, Online since 25 March 2017, connection on 28 May 2017. URL : http://memini.revues.org/881 ; DOI : 10.4000/memini.881

Top of page

About the author

Anne Salamon

Université Laval

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org