Navigation – Plan du site
Varia

Un château en Espagne : la traduction castillane du Perceforest par Fernando de Mena

Noémie Chardonnens

Entrées d'index

Géographique :

France, Espagne, Castille

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le texte français a été édité par G. Roussineau, Genève, Droz, 1987-2015.
  • 2 Le chercheur a consacré un article à sa trouvaille : « The Spanish Perceforest : a recent discovery (...)
  • 3 Cf. F. Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », in Perceforest. Un roman arthurien (...)

1Dans les années 1570, un dénommé Fernando de Mena signe l’unique traduction espagnole connue du Perceforest1. Elle porte sur les deux premiers livres du roman arthurien en prose, qui en compte six au total. Le texte est transcrit à la main, d’une écriture cursive, à la manière d’un brouillon. Les ratures sont nombreuses et sont fréquemment accompagnées de corrections, tant lexicales et stylistiques que linguistiques. Aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Royale de Madrid (Real Biblioteca) dans deux manuscrits portant la côte 266 et 267, cette traduction, découverte par Ian Michael en 19732, a été pratiquement ignorée par les érudits. Elle soulève pourtant de nombreuses questions, tant sur l’identité de son auteur et la genèse de son travail que sur son résultat. La date de la traduction interpelle également : dans le dernier tiers du XVIe siècle, la matière arthurienne n’a plus les faveurs du public espagnol. Fernando de Mena a-t-il voulu relancer une mode éteinte ? Ou a-t-il été sensible à d’autres aspects du Perceforest ? Ces différentes interrogations sont au cœur de notre article. Dans un premier temps, nous reviendrons sur le texte francophone, afin d’en retracer brièvement l’itinéraire, d’en rappeler le projet et l’esthétique, ainsi que le devenir au XVIe siècle. Nous examinerons ensuite la version espagnole qu’en donne Fernando de Mena, tant d’un point de vue historique, que codicologique et textuel. En mettant en lumière une traduction particulière, il s’agira de mieux comprendre la réception du Perceforest français, mais aussi de cibler les rapports entretenus par l’Espagne de la deuxième moitié du XVIe avec la littérature française, notamment par rapport à l’Italie de la même époque qui voit, elle, paraître une traduction complète du Perceforest en 15583.

Trajectoires et réceptions d’un monstre littéraire

  • 4 La version de David Aubert (Paris, Arsenal, 3483-3494), seule complète, s’étale sur près de 3000 fo (...)
  • 5 Pour une mise au point sur la datation du texte et la tradition manuscrite, en lien avec le milieu (...)
  • 6 Sur les rapports du texte avec la Bourgogne de Philippe le Bon, cf. C. Ferlampin-Acher, Perceforest (...)
  • 7 Le plus ancien manuscrit conservé, par ailleurs le seul ensemble complet, le Paris, Arsenal, 3483-3 (...)

2En traduisant le Perceforest, Fernando de Mena se confronte au plus long texte que le Moyen Âge nous ait laissé4. La genèse de cet immense roman arthurien tardif rédigé en prose a suscité de nombreuses interrogations. Vraisemblablement issu du remaniement, vers le milieu du XVe siècle et dans un milieu littéraire proche de Philippe le Bon, d’une œuvre composée dans le deuxième quart du XIVsiècle sous le règne de Guillaume Ier de Hainaut, le Perceforest nous est parvenu exclusivement à travers des codices de la deuxième moitié du XVe siècle, de sorte que les contours du proto-Perceforest henuyer demeurent flous5. En dépit de cette origine mystérieuse, les liens du texte avec le milieu curial bourguignon du dernier quart du XVe siècle sont établis6, en particulier grâce aux différents manuscrits conservés et aux codices perdus dont on a gardé une trace, tous liés, de près ou de loin, à Philippe le Bon7.

  • 8 Cf. C. Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 87-261.
  • 9 Voir M. Szkilnik, « Le Clerc et le Ménestrel : prose historique et discours versifié dans le Percef (...)
  • 10 Voir notre livre L’Autre du même, op. cit.

3On peut alors aisément postuler une diffusion politique du texte au XVe siècle. Celle-ci est sans doute liée à la volonté historiographique de son auteur, qui déroule une intrigue prenant place essentiellement en Grande Bretagne ainsi que dans les anciens Pays Bas bourguignons, et qui multiplie les éléments narratifs faisant écho aux fastes de la cour de Philippe le Bon8. Il serait pourtant incorrect de réduire le Perceforest à cela, tant les ambitions de son auteur sont multiples. Cet anonyme entend en effet décrire la vie des ancêtres préchrétiens d’Arthur et de ses chevaliers en les faisant descendre d’Alexandre le Grand et en les confrontant notamment à Jules César. Il cherche ainsi à prendre en charge l’histoire de la Grande-Bretagne préchrétienne, de ses origines à sa christianisation. Pour ce faire, il alterne entre la prose, largement dominante, et le vers, qui parsème le texte à intervalle régulière, sous forme de lais, de chansons ou encore d’inscriptions9. Lié à plusieurs univers de fiction préexistants, à la fois arthuriens et antiques, le texte se construit sur la base de mécanismes intertextuels et transfictionnels10. Il multiplie les emprunts à des traditions antérieures, de sorte que son public est invité à être actif, sans cesse renvoyé à un réseau de souvenirs littéraires.

  • 11 Voir S. Albert, « Les souvenirs de Perceforest dans le manuscrit de Paris, BnF, fr. 363 », in Perce (...)
  • 12 C’est le cas de plusieurs manuscrits du Pas du Perron fée, texte qui relate un pas d’armes organisé (...)
  • 13 Voir G. Roussineau, « Ethique chevaleresque et pouvoir royal dans le Roman de Perceforest », Actes (...)
  • 14 Voir J. Barrois, Bibliothèque protypographique ou librairies des fils du roi Jean, Charles V, Jean (...)
  • 15 « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité », art. cit.

4Dès lors, parallèlement à une réception bourguignonne, le Perceforest a également pu attirer en raison des univers de fiction qu’il convoque. Le montrent les allusions faites au texte dans l’exemplaire de Guiron le Courtois appartenant à Louis de Bruges (Paris, BnF, fr. 363, vers 1470) et dans la compilation arthurienne réalisée par Micheau Gonnot pour Jacques d’Armagnac (Paris, BnF, fr. 112, vers 1470)11, mais aussi la présence, au début de manuscrits de la fin du XVsiècle, de listes associant le roi Perceforest à des héros arthuriens tels qu’Arthur, Uterpendragon ou Lancelot12. En somme, si le Perceforest semble avoir été conçu comme une geste britannique et s’il a été diffusé en lien avec des enjeux bourguignons, il a rapidement été reçu comme un récit arthurien, dont les personnages représentent des chevaliers exemplaires. Par endroits, le texte se rapproche également des miroirs des princes, réfléchissant volontiers à l’exercice du pouvoir, notamment autour de Perceforest et de son fils Bethidès13. Les princes bourguignons ont clairement été sensibles à cet aspect didactique et pédagogique. L’inventaire de la bibliothèque des ducs de 1469 indique ainsi un manuscrit perdu intitulé Enseignements du bon roy Perceforest a son fils14. En outre, Hanno Wisjman a montré que quatre tomes du Perceforest faisaient partie des vingt-deux ouvrages mis à disposition de Philippe le Beau enfant, durant son séjour à Gand entre janvier 1483 et juin 1485, lorsque le jeune héritier est littéralement pris en otage par des insurgés flamands et qu’il est question de mener à bien son éducation15.

  • 16 Cf. T. Van Hemelryck, « Du Perceforest manuscrit à l’imprimé de Galliot du Pré (1528) : un long (...)
  • 17 Cf. M.-D. Leclerc, « Le Chevalier Doré ou comment déconstruire l’entrelacement du Perceforest », Pe (...)

5Au-delà de ses prétentions identitaires et politiques, le Perceforest paraît donc digne d’un intérêt plus général, lié à l’universel arthurien et antique, à une manière mythique de raconter l’histoire, mais aussi à des aspects didactiques. Voilà qui peut expliquer la postérité du texte au XVIe siècle. Il fait en effet l’objet de deux impressions intégrales – l’une sortie des presses de Nicolas Cousteau, éditée par Galliot du Pré en 1528, l’autre ré-imprimée par Gilles de Gourmont en 153116 – ainsi que de dix éditions partielles, centrées sur l’histoire de Néronès et du Chevalier Doré, parues entre 1503 et 162017. Entre Galliot du Pré et Gilles de Gourmont, les changements sont minimes. Les titres choisis par les deux imprimeurs l’illustrent bien :

Imprimé de 1528 (Paris, BnF RES-Y2-28-1) :

La Treselegante Delicieuse Melliflue et tresplaisante hystoire du tresnoble victorieux et excellentissime roy Perceforest Roy de la grant Bretaigne fundateur du franc palais et du temple du souverain dieu. En laquelle le lecteur pourra veoir la source & decoration de toute Chevalerie Culture de vraye Noblesse Prouesses & conquestes infinies aco(m)plies des le temps du conquerant Alexandre le grand & de Julius Cesar au par avant la nativité de nostre saulveur Jesuchrist avecq(ue)s plusieurs Propheties comptes damans et leurs diverses fortunes.

Imprimé de 1531 (Paris, Arsenal, Res. FOL-BL-926-1) :

La Treselega(n)te Delicieuse Melliflue et tresplaisante hystoire du tresnoble victorieux et excellentissime roy Perceforest Roy de la grant Bretaigne fundateur du franc palais et du temple du souverain dieu. Avecques les merveilleuses entreprinses faitz et adventures du très belliqueulx Gadiffer, roy Descosse. Lesquelz l’empereur Alexandre le grant couronna Roys soubz son obeissance. En laquelle le lecteur pourra veoir la source & Decoration de toute Chevalerie Culture de vraye Noblesse Prouesses & Conquestes infinies aco(m)plies des le temps de Julius Cesar avecq(ue)s plusieurs propheties, Comptes dama(n)s & leurs diverses fortunes.

  • 18 Voir A. Hoernel, « Réécriture(s) et réception du Perceforest au XVIe siècle », in Perceforest. Un r (...)

6Gilles de Gourmont n’apporte que deux changements au titre de Galliot du Pré. L’un, mineur, concerne la situation temporelle du récit, puisque l’imprimeur se contente de mentionner Jules César, là où son prédécesseur mentionnait également Alexandre le Grand et la période précédant la naissance du Christ. Il mettait ainsi en place un horizon chrétien, absent dans la version de Gilles de Gourmont. L’autre est plus significatif, puisqu’il influe sur l’horizon d’attente du public. Alors que le roi de la Grande Bretagne, Perceforest, apparaît comme l’unique héros du texte de Galliot du Pré, le lecteur de 1531 s’attend à découvrir également les aventures du roi d’Ecosse, Gadifer. Alexandre le Grand est convoqué pour légitimer les deux souverains, placés sur un pied d’égalité (conformément au texte médiéval). Gilles de Gourmont a visiblement été plus sensible aux multiples héros développés par l’auteur du Perceforest. Que ce soit dans l’une ou l’autre version, ces imprimés vont assurer la diffusion de l’œuvre, qui influence de nombreux auteurs francophones ultérieurs18. Une réception plus large se dessine également, avec les traductions italienne et espagnole réalisées dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Le Parsaforesto italien

  • 19 Cf. F. Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », art. cit. Voir aussi son livre, L’a (...)

7Le texte français servira tout d’abord de base à une version italienne du texte, le Parsaforesto, imprimée en 1558 par Michele Tramezzino, l’un des principaux éditeurs italiens de la Renaissance. Constatant que cette parution est contemporaine de celle de deux autres traductions arthuriennes, le Lancilotto et le Meliadus, Francesco Montorsi estime qu’il faut y voir la conséquence du tarissement des sources espagnoles utilisées jusqu’alors par les éditeurs de la Péninsule italienne19. Si le Parsaforesto reprend le format éditorial des libros de caballerias, il ne cache pas pour autant son origine linguistique et se revendique, sur la couverture, comme un texte « nuovamente traslatato di Francese in lingua Italiana » (Paris, Arsenal, 8 BL 17351 1). Michele Tramezzino suit par ailleurs la voie tracée par Gilles de Gourmont en choisissant pour titre « La dilettevole historia del valorosiss. Parsaforesto Re della Gran Brettagna con i gran Fatti del Valente Gadiferro Re di Scotia vero essempio di Cavalleria (8-BL-17251-1) ». Gadifer est mis en avant comme héros, aux côtés de Percedorest, indice qui permettrait de postuler que l’imprimé de 1531 est la source de la traduction italienne. Michele Tramezzino ajoute par ailleurs aux noms de Perceforest et de Gadifer la mention d’authentiques exemples de chevalerie (« vero essempio di Cavalleria »). Dans son prologue, l’éditeur suit la même stratégie en évoquant :

gl’egregi fatti de gl’antichi cavalieri erranti co’maravigliosi essempi di notabili virtù, quali debbo credere, che infinito diletto le siano per recare, trascorrendo in cotal lettione varii casi d’amore, giostre torneamenti, duelli, e molti altri dilettevoli successi, venture e tante altre novelle, che tante, ne si piacevoli oso di dire, che non si ritrovano ne in Giovanni Boccaccio, ne in alcun altro scrittore, che fino al presente si legga (Arsenal, 8 BL 17351 1, p. 4v-5v).

  • 20 Ibid, p. 402.
  • 21 Ibid, p. 402-403.

8Le texte est en somme présenté à la manière d’un roman chevaleresque espagnol, avec une insistance sur les aventures des chevaliers errants. Michele Tramezzino cherche en outre à profiter du succès des novelle dans l’Italie des années 1550 et n’hésite pas à convoquer Boccace comme comparant. Au niveau du contenu, le traducteur respecte le moule des six livres, mais se montre sélectif. Francesco Montorsi constate ainsi une forte condensation du récit et la disparition de toutes les parties non essentielles à la ligne diégétique principale (descriptions, parties discursives, monologues, récits enchâssés)20. Il remarque également la suppression de passages à la tonalité féodale trop marquée, des scènes trop sentimentales ou charnelles, ou d’une scène de sabbat de sorcières, autant de changements qui montrent, pour le chercheur, l’adaptation du texte original à l’esprit d’un temps marqué notamment par la Contre-réforme21.

  • 22 Voir C. Gaullier-Bougassas, « Alexandre le Grand et la conquête de l'Ouest dans les romans d'Alexan (...)

9Le public italien connaissait peu Arthur, aussi n’est-on guère étonné qu’il soit peu mis en avant par la traduction. Alexandre reste en revanche présent à l’intérieur du texte, en dépit de sa disparition du titre. Comme dans le texte français22, il apparaît même comme un empereur sage et mesuré, dont les actions sont décisives sur la civilisation de la Grande-Bretagne. On le voit donc, les choix entourant le Parsaforesto se comprennent aisément : l’actualisation du texte original, le format, le titre, comme le mode de présentation visent à assurer le succès du texte auprès du public italien du XVIe siècle. La traduction italienne du Perceforest poursuit une visée commerciale, entreprise par un professionnel désireux de poursuivre la ligne des libros de caballerías qui ont fait son succès. Il en va autrement de la traduction espagnole du Perceforest, pour laquelle les mystères sont nombreux.

Le Percefores espagnol : présentation matérielle

  • 23 Voir I. Michael, « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit., p. 210.

10On l’a dit, la version hispanique du Perceforest nous est parvenue à travers un unique ensemble de deux manuscrits, présentant chacun l’un des deux premiers livres du texte (Madrid, Bibliothèque Royale, 266-267). Ils offrent au chercheur l’accès à un véritable laboratoire de traduction. Rédigés à la main, dans une écriture cursive, ils présentent de nombreuses ratures et corrections témoignant du travail linguistique de leur auteur. Certains termes sont tracés, tandis qu’on déchiffre au-dessus d’eux plusieurs propositions de synonymes espagnols inscrits et, eux aussi, successivement barrés. Le papier a pris l’eau par endroits. Comme l’a remarqué Ian Michael, l’écriture est d’une seule main, si l’on excepte les folios 6 à 15 du premier volume, visiblement réécrits par une main plus tardive, et quelques lignes au bas des folios 124v et 125r du manuscrit 266, et 4v-5r du manuscrit 26723. Le premier volume compte aujourd’hui 258 folios, dont 256 de texte. La foliotation originelle indique qu’il avait auparavant 278 folios, le contenu des folios 4 à 33 ayant visiblement été réécrit d’une écriture plus serrée et petite sur les folios 6 à 15, où l’on retrouve précisément une autre main. Le deuxième volume contient 230 folios, dont 229 de texte, tous de la même main.

11Le premier volume annonce les deux tomes sous l’intitulé :

Primer y segunda parte dela antigua y moral Historia del noble Rey Persefores, y del esforçado Gadifer su hermano, Reyes de Inglaterra y Escoçia.

12La présentation du texte se rapproche ainsi de l’imprimé de 1531 et de la version italienne, avec un recentrement sur les rois d’Angleterre et d’Ecosse que sont Perceforest et Gadifer. Difficile pour autant d’évoquer l’imprimé de Michele Tramezzino comme source, du moins si l’on croit le manuscrit 266. Sa page liminaire revendique en effet une œuvre « traducida de la lengua Francesa en la nuestra Castellana por Fernando de Mena ». Les explicits des volumes répètent le nom du traducteur, en ajoutant de précieuses informations quant à la genèse de l’entreprise : le premier mentionne sur son dernier feuillet que Fernando de Mena a achevé le volume à Tolède, le 10 mai 1573, tandis que le second évoque en guise de clôture la date d’avril 1576.

  • 24 Sur l’histoire de cette ville au Moyen Âge, voir J. Montemayor, Tolède entre fortune et déclin (153 (...)
  • 25 Voir T. S. Beardsley, « Spanish printers and the classics : 1482-1599 », Hispanic Review, 47, 1979, (...)

13La mention de Tolède, dans l’explicit du premier volume, ne manque pas d’intérêt. Rappelons que la ville est, au XVIe siècle une des capitales de la Castille et l’une des villes les plus riches et puissantes d’Espagne. Charles Quint y séjourne fréquemment, même si sa cour demeure le plus souvent à Valladolid. Son fils, Philippe II, y vivra un an, entre 1560 et 1561, avant de s’installer de manière permanente à Madrid, avec toute la cour et les organes du gouvernement24. Tolède est également un centre de traduction très réputé depuis le XIIe siècle, ainsi qu’un lieu de rencontre des grands savants des religions juive, musulmane et chrétienne. Entre 1559 et 1586, elle fait partie des six villes espagnoles à produire le plus grand nombre d’imprimés, aux côtés de Salamanque, Saragosse, Séville, Alcala et Madrid, la littérature se taillant en Castille la part du lion25. Couplée aux dates de 1573 et 1576 évoquées par les codices, la mention de la cité castillane permet par ailleurs de remonter jusqu’au traducteur à l’œuvre dans les manuscrits 266 et 267.

Fernando de Mena 

  • 26 Sur le statut particulier des médecins de cour, voir le recueil Être médecin à la cour (Italie, Fra (...)

14Parmi les traducteurs rattachés à Tolède dans la deuxième moitié du XVIe siècle figure un dénommé Fernando de Mena. Peu d’informations nous sont parvenues sur lui. Tout porte pourtant à croire qu’il s’agit du responsable du Perceforest espagnol, et ce même si on lui connaît un homonyme vivant à la même époque. Ce dernier était un éminent représentant de la médecine humaniste (1520-1585), ayant étudié à l’université de Alcalá avant d’y devenir professeur. Nommé médecin de chambre du roi Philippe II en 1560, ce Fernando de Mena restera lié à la cour royale jusqu’à sa mort. S’il a œuvré comme traducteur, son champ d’action était très spécifique, puisqu’il a principalement transcrit des œuvres de Galien du grec au latin. Dans le prologue du Liber de urinis (1553), l’homme se présente comme un médecin philologue dont les profondes connaissances de grec et de latin l’autorisent à traduire et à commenter des textes antiques. Ce profil se comprend parfaitement dans un contexte curial, qui s’impose comme un lieu privilégié d’élaboration d’un savoir médical, soutenu par un roi passionné par le domaine de la médecine26. Il cadre mal en revanche avec une tentative de traduction du français vers l’espagnol, à Tolède, d’un texte fictionnel comme le Perceforest.

  • 27 La première, réalisée par un anonyme, est parue en 1554 et sera réimprimée à Tolède en 1563 et à Sa (...)
  • 28 On le trouvera édité ibid., p. 827-828. Fernando de Mena est, lui, évoqué p. 762-763.
  • 29 Cette traduction assurera au roman grec une fortune durable jusqu’au XVIIe siècle. Il a été édité i (...)
  • 30 Cf. ibid., p. 750-752.
  • 31 Ibid., p. 763.

15 Le premier Fernando de Mena offre un profil plus convainquant. Plaident pour lui non seulement son statut de traducteur tolédan, mais aussi le fait d’avoir mené à bien une autre traduction d’un texte de fiction vers l’espagnol, à partir, notamment, d’une source française. Il est en effet l’auteur d’une version espagnole des Ethiopiques d’Héliodore, roman grec probablement composé vers le milieu du IVe siècle. Le texte de Fernando de Mena est intitulé La Historia de los dos leales amantes Theágenes y Chariclea. Il s’agit de la seconde traduction espagnole de l’œuvre d’Héliodore27. Dans son prologue28, Fernando de Mena accuse son prédécesseur d’avoir livré une traduction trop proche de la version française de Jacques Amyot (1548)29, incomplète et remplie de contre-sens. Il revendique pour sa part avoir travaillé à partir de la version latine des Ethiopiques réalisée en 1552 par le polonais Stanislas Warschewiczki30, et avoir eu recours au contrôle d’une traduction française et d’une traduction italienne (vraisemblablement celles réalisées par Jacques Amyot en 1548 et par Leonardo Ghini en 155631).

  • 32 Ibid., p. 827.
  • 33 Voir J. Fabri, « Un ami de Juste Lipse : l'humaniste André Schott (1552-1629) », Les Études classiq (...)

16 Le traducteur explique par ailleurs avoir pu bénéficier de l’aide « del maestro Andrés Escoto, catedrático de la lengua griega en esta ciudad de Toledo, de conferirla con un ejemplar griego, muy entera y muy verdadero […] »32. La mention de ce célèbre humaniste est intéressante à plus d’un titre. Elle montre tout d’abord les liens de Fernando de Mena avec des érudits et des professeurs de Tolède, signe vraisemblable d’une bonne insertion dans la société intellectuelle locale. Surtout, elle donne des indications sur une fenêtre temporelle pendant laquelle le traducteur s’est attelé aux Ethiopiques. Si André Schott a enseigné le grec à Tolède, c’est uniquement entre 1580 et 158333. Après avoir quitté le Collegium trilingue de Louvain suite aux émeutes de 1576, il a vécu quelque temps à Douai, puis à Paris, avant de s’installer en Espagne en 1579. Après Tolède, où sa présence est mentionnée entre 1580 et 1583, il part ensuite enseigner à Saragosse (1583-1586), avant d’entrer dans la Compagnie de Jésus et de faire son noviciat dans la même ville (1586-1588). Il complète ensuite sa formation théologique à Valence, avant d’être appelé à Rome en 1593 et de terminer sa vie à Anvers.

  • 34 L. Plazenet l’édite dans son édition d’Héliodore, L’Histoire æthiopique, op. cit., p. 829.
  • 35 Un argument similaire est avancé par I. Michael, « The Spanish Perceforest : a recent discovery », (...)

17La Historia de los dos leales amantes Theagenes y Chariclea est imprimée en 1587 à Alcalá de Henares par Juan Gracián, imprimeur actif dans le dernier tiers du XVIe siècle, qui dédie le livre à don Antonio Polo Cortès « señor de la villa de Escariche, Patron del monasterio de nuestra Señora de la Concepcion de dicha villa34 ». Elle sera couronnée de succès, puisqu’à la parution de 1587 succéderont trois ré-impressions, publiées en 1614, 1615 et 1616. Il est vraisemblable que Fernando de Mena était déjà occupé à ce texte aux alentours de 1580-1583, lors de la présence de André Schott à Tolède. On peut alors imaginer qu’il s’était lancé, dans la décennie précédente, dans l’adaptation du Perceforest en espagnol, dont il avait terminé les deux premiers livres, respectivement en 1573 et 1576. On peut légitimement penser que les brouillons réalisés à partir du roman en prose français devaient se destiner à une future impression, sans doute aux côtés des livres suivants. Cela expliquerait la proximité des explicits des manuscrits 266 et 267, qui laissent entendre que d’autres livres suivent35. La traduction aura alors été abandonnée au profit de celle d’Héliodore. L’arrivée d’André Scott à Tolède a-t-elle joué un rôle ? La décision de Fernando de Mena avait-elle déjà été prise ? Aucun élément ne permet ici de trancher et de poursuivre plus avant dans cette voie.

La source de la traduction castillane

  • 36 Cf. H. Wisjman, « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité » (...)
  • 37 Le souverain possédait par ailleurs plusieurs traductions d’ouvrages espagnols : cf. ibid., p. 40-4 (...)
  • 38 Ibid., p. 73-78.

18Par quel biais Fernando de Mena a-t-il connu le Perceforest ? Au vu des tentatives du traducteur pour rendre minutieusement les termes français dans sa langue, il est clair qu’il a eu un accès direct au texte francophone. Pour le chercheur, la tentation est grande de lier la présence du Perceforest en Espagne à sa dimension politique et à ses origines bourguignonnes, notamment en envisageant la piste de Philippe le Beau, petit-fils de Charles le Téméraire, devenu, par son mariage, roi de Castille (1506). On sait l’attachement de ce souverain au Perceforest, notamment de par l’usage de ce texte dans son éducation36. On connaît également ses voyages en Espagne, au début du XVIe siècle37. Les comptes bourguignons nous apprennent par ailleurs que la reliure de « six volumes de libre appellez Percheforest » (Lille, ADN, B 2169, fol. 180r) a été refaite peu avant le voyage de Philippe le Beau de 1501-1503, comme d’autres reliures de volumes, qui ont selon toute vraisemblance été emportés en terre ibérique par le prince38. Celui-ci aurait-il alors laissé tout ou partie d’un Perceforest en Espagne à l’issue de son voyage, peut-être même des volumes liés à l’un des exemplaires bourguignons perdus, qui auraient ensuite servi à Fernando de Mena ? Si l’hypothèse est séduisante, elle ne repose sur aucun élément concret – on n’a ainsi pas la moindre trace de manuscrits du Perceforest dans les bibliothèques espagnoles –, ce qui nuit considérablement à son sérieux. D’autres pistes doivent alors être envisagées.

  • 39 « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit.
  • 40 Pour la différence entre ces versions, cf. G. Roussineau, introduction au livre IV du Perceforest, (...)
  • 41 La bibliothèque de Louis de Bruges est cédée à son fils, Jean de Bruges, puis ses volumes sont en p (...)

19Les sondages que nous avons effectués sur le Perceforest espagnol, de même que ceux faits par Ian Michael39, plaident pour un modèle issu de la version courte du texte, soit celle utilisée à la fois par les imprimés et par les manuscrits de Louis de Bruges et de Jacques d’Armagnac40. Un contact entre Fernando de Mena et ces deux ensembles de codices n’est pourtant guère envisageable : les volumes des Perceforest ayant appartenu à Louis de Bruges et à Jacques d’Armagnac se trouvent dans la bibliothèque du roi de France au moment où travaille le traducteur espagnol41. Une indication dans le prologue de la traduction espagnole exclut par ailleurs leur utilisation comme source directe. Comme ses prédécesseurs, Fernando de Mena mentionne au début de sa traduction le mariage d’Isabelle et d’Edouard II d’Angleterre, qui offre l’occasion au comte Guillaume Ier de Hainaut de trouver le manuscrit caché du Perceforest. Le traducteur castillan date ces noces de 1286 (Madrid, Bibliothèque Royale, 266, fol. 2r). Or, cette date, commune aux imprimés et à la traduction italienne du Perceforest, ne se retrouve pas dans les manuscrits, qui tous évoquent 1307. Restent alors comme sources possibles la version de Michele Tramezzino, l’imprimé de 1528 et l’imprimé de 1531.

20Si l’on fait confiance au tolédan lorsqu’il présente, dans le titre même, un texte « traducida de la lengua Francesa en la nuestra Castellana » et au vu des efforts linguistiques du traducteur, on est amené à mettre de côté la version italienne et à postuler le recours à l’un des imprimés français. Le titre choisi par Fernando de Mena, qui mentionne Gadifer d’Ecosse aux côtés de Perceforest, pourrait indiquer un recours à l’édition de 1531, plutôt qu’à celle de 1528. La piste des imprimés se révèle d’autant plus convaincante que plusieurs d’entre eux se trouvent dans la Péninsule ibérique au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle.

Imprimés du Perceforest en Espagne

  • 42 S. Roubaud-Benichou, Le Roman de chevalerie en Espagne, entre Arthur et Don Quichotte, Paris, Champ (...)
  • 43 Voir, entre autres, H. Sharrer, A Critical Bibliography of Hispanic Arthurian Material, Londres, Gr (...)
  • 44 On pourra consulter avec intérêt la chronologie de C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Soc (...)
  • 45 Voir notamment ibid., p. 253-256. Sur la Castille, cf. I. Beceiro Pita, « Modas estéticas y relacio (...)
  • 46 J. N. H. Lawrance, « The Spread of Lay Literacy in Late Medieval Castille », BHS, 62, 1985, p. 79-9 (...)
  • 47 C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », art. (...)
  • 48 J. L. G. Sánchez-Molero, Regia Bibliotheca. El libro en la corte española de Carlos V, Mérida, Edit (...)

21La présence d’imprimés du Perceforest en Espagne peut surprendre à une époque où la littérature arthurienne n’a plus la cote dans ce pays. Les romans bretons français ont eu un impact indéniable dans la Péninsule ibérique, notamment à travers les traductions des principaux cycles romanesques français, le Lancelot en prose, le Tristan en prose et la Post-Vulgate42. Au tournant du XVe et du XVIe siècle, plusieurs romans arthuriens traduits en espagnol sont imprimés : c’est le cas de la Tragèdia de Lançalot (1496), du Baladro del sabio Merlin (1498) et de la Demanda del Sancto Grial (1515 et 1534). La matière tristanienne n’est pas en reste, avec une version catalane intitulée Tristany de Leonis, imprimée à Valladolid en 1501 et à Séville en 1534. La littérature arthurienne a joué un grand rôle en Espagne dans le développement des romans de chevalerie espagnols43. Pour autant, elle n’est plus imprimée après 1534, comme si le goût du public avait changé44. Peu de seigneurs espagnols possèdent des textes arthuriens à la fin du Moyen Âge45. Si à cette époque, la possession de livres et la constitution de bibliothèques était un signe de noblesse46, les critiques virulentes faites à l’encontre de la matière arthurienne par les moralistes et certains auteurs peuvent, selon les spécialistes, expliquer ce manque d’intérêt du public47. Ainsi, si l’on se fie à l’inventaire qui en a été fait en 1558, la bibliothèque de Charles Quint ne contenait aucun texte rattaché à la matière de Bretagne, tandis que son fils, Philippe II, roi d’Espagne (1556-1598) et brièvement d’Angleterre (1554-1558), n’admit aucun ouvrage de ce genre dans son immense bibliothèque de l’Escorial48. Sur les 45000 volumes que comptait l’endroit, seuls une centaine de manuscrits français sont recensés, et aucun d’eux n’appartient à la matière arthurienne.

22N’oublions pas toutefois que le Perceforest n’est pas qu’un roman arthurien. Il est aussi rattaché à la matière antique et au genre des chroniques, il a été utilisé comme un ouvrage didactique destiné à l’éducation d’un prince, et il se rattache à l’Angleterre et à la Bourgogne. Ces multiples aspects ont visiblement intéressé certains lecteurs en Espagne, puisque les inventaires et catalogues des bibliothèques de ce pays permettent de remonter jusqu’à quatre imprimés du Perceforest. Trois sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale d’Espagne : un imprimé italien (CCPB000020277-0), un exemplaire de l’imprimé de Galliot du Pré (CCPB000020275-4) et un exemplaire du travail de Gilles de Gourmont (CCPB000020276-2), tandis qu’un autre ensemble de cet imprimé de 1531 se trouve à Séville, dans la Bibliothèque colombine, qui regroupe la collection de Fernand Colomb, grand humaniste et fils de Christophe Colomb.

  • 49 Voir R. Lebègue, « Contacts français avec la littérature espagnole pendant la première moitié du XV (...)
  • 50 G. Beaujouan, « Fernand Colomb et l’Europe intellectuelle de son temps », Journal des savants, 4.1, (...)
  • 51 http://213.97.164.119/ABSYS/abwebp.cgi/X5102/ID29094/G0 (page consultée le 26 mars 2016). Fernand C (...)
  • 52 Ibid., p. 157-158.

23Si les circonstances politiques, en particulier celles des guerres d’Italie, ne sont guère favorables aux liens entre la France et l’Espagne au XVIe siècle, on sait que des contacts existaient entre les élites des deux pays, notamment autour de la littérature. Plusieurs livres castillans sont traduits et imprimés en France, notamment par Galliot du Pré, qui est l’un des premiers à avoir compris l’intérêt que présentait la littérature espagnole pour les Français49. À l’inverse, certains représentants du courant humaniste en Espagne possédaient des ouvrages imprimés en France. C’est le cas de Fernand Colomb, qui a acheté de nombreux livres français dans les années de paix 1530-1536, entre la septième et la huitième guerre d’Italie. Le Perceforest en faisait partie. Les six livres ainsi acquis se trouvent aujourd’hui encore à la Bibliothèque colombine de Séville, enregistrés sous l’ancienne cote 13452 et 13457, chiffres qui indiquent une acquisition entre août 1535 et septembre 153650. Cela est confirmé par une indication manuscrite de Fernand Colomb qui indique, d’après le catalogue en ligne de la Bibliothèque colombine, au verso du dernier folio de chacun des volumes : « Esta parte juntamente con las otras cinco costó un escudo de oro en León por setiembre de 1535 »51. Voilà qui permet de déduire que le Perceforest de Gilles de Gourmont faisait partie d’un lot important de livres, manuscrits et imprimés acquis par Fernand Colomb à Lyon, lors d’un séjour de plusieurs mois52.

  • 53 « The Matter of Britain in Spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », art. cit, p. 2 (...)
  • 54 Voir H. Wisjman, « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité  (...)
  • 55 Voir C. Lemaire, « La bibliothèque des imprimés de la reine Marie de Hongrie régente des Pays-Bas ( (...)

24Parmi les trois exemplaires du Perceforest conservés à la Bibliothèque nationale d’Espagne, un seul a une histoire pareillement retraçable. L’un des imprimés français, celui de Galliot du Pré si l’on en croit Carlos Alvar53, a appartenu à Marie de Hongrie (1505-1558), sœur de Charles Quint, archiduchesse d’Autriche, infante d’Espagne et, par son mariage, reine consort de Hongrie. Très sensible aux arts, elle possédait plus de 400 ouvrages, dans des langues différentes, puisqu’elle lisait aussi bien le latin que le français, le castillan, l'italien, le bohème ou l’allemand. Cette sensibilité lui venait sans doute de sa tante, Marguerite d’Autriche, sœur de Philippe le Beau, qui était chargée de son éducation, ainsi que de celle de son frère et de ses sœurs. Marguerite d’Autriche possédait une riche bibliothèque, en partie issue de cadeaux de son frère54 et héritée de la librairie des ducs de Bourgogne. Marie de Hongrie aura elle aussi à cœur de développer sa bibliothèque personnelle jusqu’à sa mort. La sœur de Charles Quint termine sa vie en Espagne. Elle y emporte une partie de sa bibliothèque et s’installe dès 1556 à Valladolid, où elle meurt en 1558. Tous ses biens reviennent à son neveu, le futur Philippe II. Un inventaire en a été dressé le 18 octobre 1558, montrant qu’un imprimé du Perceforest y figure en bonne place, désigné comme « Chroniques d’Angleterre et Perceforêt »55.

25Reconstruire l’histoire de ce volume n’est pas chose aisée. Tout juste sait-on que Marie de Hongrie a acquis la majeure partie de sa collection entre 1531 et 1558. On y retrouve une forte proportion d’ouvrages historiques et humanistes. La littérature y tient peu de place : Claudine Lemaire classe, aux côtés du Perceforest, dix-sept ouvrages littéraires, dont, aux côtés du Perceforest, seul un Amadis de Gaule montre un intérêt pour les romans de chevalerie. Les autres textes littéraires sont des œuvres de Boccace, de Virgile ou encore d’Ovide. La présence du Perceforest n’en est que plus remarquable. Sans doute peut-on penser que l’œuvre a attiré Marie de Hongrie du fait de ses prétentions autres qu’arthuriennes, qu’il s’agisse de son lien avec l’Antiquité, de ses rapports avec la Bourgogne ou de son positionnement comme chronique d’Angleterre.

  • 56 T. S. Beardsley Jr, Hispanico-Classical Translations printed between 1482 and 1699, Duquesne Univer (...)
  • 57 « La biblioteca de María de Hungría y la bibliofilia de Felipe II », art. cit., p. 173.
  • 58 Cf. P. M. Catedra, « La biblioteca de la Universidad de Toledo (siglo XVI) », Bulletin of Spanish S (...)

26Quoi qu’il en soit, l’exemplaire imprimé du Perceforest possédé par Marie de Hongrie finit par revenir à Philippe II. Le fils de Charles Quint revendiquait volontiers ses origines bourguignonnes, malgré ses problèmes avec la langue française. Bibliophile averti, il a commandé de nombreuses traductions entre 1550 et 1575, en particulier de textes classiques en grec56. Il ne parut pourtant guère intéressé par l’héritage livresque de sa tante. Pratiquement aucun des livres français de la collection de Marie de Hongrie ne se retrouve dans la grande bibliothèque de l’Escorial qu’il fait construire à partir de 1563. On ne sait ainsi pas ce qu’il advint du Perceforest imprimé de Marie de Hongrie. Juan Luis Gonzalo Sánchez-Molero émet l’hypothèse que la reine Isabelle de Valois (1545-1568), troisième épouse de Philippe II, ait pu vouloir garder ces ouvrages pour elle et ses dames de compagnie françaises57, sans que l’on puisse en avoir la certitude. Pour notre propos, on relèvera en revanche avec intérêt que si Marie de Hongrie décède en 1558, Philippe II et sa cour vivent à Tolède en 1560-1561. On pourrait alors envisager que l’imprimé du Perceforest ait été laissé dans la ville après le départ de la cour, permettant à Fernando de Mena d’y avoir accès, même momentanément. Aucun élément tangible ne vient confirmer l’hypothèse, ni les inventaires connus des bibliothèques de Tolède58, ni le traducteur tolédan. Ce dernier ne rédige ni prologue, ni dédicace à son Perceforest et il ne laisse aucun élément, pas plus textuel que codicologique, qui nous renseigne sur la genèse de son projet. Reste alors à voir quels éléments apporte la traduction elle-même.

Le contenu du Perceforest castillan

  • 59 Sur les nombreux emprunts du Perceforest français, cf. notre livre, L’autre du même, op. cit.
  • 60 Ce topos, très fréquent dans la littérature médiévale française, est également exploité par de nomb (...)

27Les choix faits par Fernando de Mena laissent penser qu’il a été avant tout sensible à l’aspect fictionnel du Perceforest. Le prologue initial a été largement remanié et s’ouvre directement sur la trouvaille du manuscrit par Guillaume Ier de Hainaut, puis sur l’arrivée d’Alexandre le Grand en terre anglaise. Sont donc supprimés le positionnement comme une chronique de Grande-Bretagne, avec la description de cette terre et de son histoire, empruntée tant à Orose, à Darès qu’à Geoffroy de Monmouth59. Le traducteur ne ressent pas le besoin de justifier la véracité de son récit en convoquant des autorités antiques : la mention du manuscrit trouvé suffit60.

28Une fois le prologue remanié, Fernando de Mena se concentre sur la trame principale du récit, liée, dans les livres I et II, à la présence d’Alexandre le Grand en Angleterre, à la mise en place d’un cadre pré-arthurien et aux premières aventures chevaleresques des héros. Pour ces aspects, le traducteur est globalement fidèle aux imprimés, même s’il adapte assez librement sa source et procède à de nombreuses réductions. Les descriptions, dialogues, monologues et autres récits enchâssés sont éliminés, de sorte à ce que l’histoire se déroule sans longueur. On constate néanmoins une focalisation sur la relation entre Alexandre et Sebille, au contraire de la traduction italienne du Perceforest, qui édulcorait sensiblement les relations sentimentales entre les deux personnages. La version espagnole maintient par ailleurs une partie des insertions en vers qui ponctuent le texte : Fernando de Mena conserve les deux premiers lais du texte, le Lai de Complainte de Lyonnel (Madrid, Bibliothèque Royale, 267, fol. 129r/v), auquel répond le Lai de Confort de Blanche (Madrid, Bibliothèque Royale, 267, fol. 134v/135r). Un soin particulier est apporté au premier, dont les vers sont transcrits sur deux colonnes, alors que le texte en prose est copié sur une seule. Le moule du vers est respecté avec un retour à la ligne après chaque vers, tandis que chaque strophe est précédée d’un petit trait horizontal, séparée des autres par une ligne blanche. À l’inverse, le Lai de Confort est transcrit à la suite du texte, sur une seule colonne, au fil de cinquante-quatre lignes. La reprise ultérieure d’une strophe du poème est également intégrée par Fernando de Mena (Madrid, Bibliothèque Royale, 267, fol. 150r).

  • 61 Le roman de chevalerie en Espagne, op. cit., p. 97. Voir aussi les pages 85-114.

29On ne s’étonnera guère de la conservation de ces parties versifiées, la littérature espagnole étant familière de la pratique des insertions en vers. Sylvia Roubaud-Bénichou note même leur multiplication à partir de 1530, notamment dans les romans de chevalerie, même si la présence du vers est très variable et n’obéit à aucune règle précise61. Les pièces suivantes du Perceforest sont en revanche supprimées par Fernando de Mena, tant le Lai de l’Ours, qui raconte la transformation du chevalier Estonné en ours, épisode que le traducteur abrège considérablement, que le Lai de Pergamon, qui reprend et résume des épisodes antérieurs, conservés, eux, par Fernando de Mena. Le traitement des inscriptions versifiées du texte français varie : certaines sont maintenues (voir par exemple Madrid, Bibliothèque Royale, 267, fol. 108v, 136v ou 149v, où l’on retrouve l’inscription figurant sur le pilier du Temple de la Franche Garde), tandis qu’à d’autres endroits, le traducteur semble changer d’avis en cours d’écriture. C’est le cas pour la prière de Dardanon, à laquelle assiste Perceforest au Temple du Dieu Inconnu. Composée de six strophes dans le texte français (l. I, t. I, §373), seule la première est conservée par Fernando de Mena, alors même qu’il s’est lancé, au départ, dans la traduction du tout. On voit ainsi quatre strophes traduites, le moule du vers marqué par une mise en page qui marque un retrait à la fin de chaque vers. Les trois dernières strophes ont pourtant été soigneusement tracées, rendant illisible le travail du traducteur (Madrid, Bibliothèque Royale, 266, fol. 96v et 97r). On constate le même phénomène dans le livre II, avec l’inscription du pilier d’Estonné, traduite puis tracée (Madrid, Bibliothèque Royale, 267, fol. 146v). En somme, si certaines parties versifiées trouvent grâce aux yeux du traducteur, d’autres sont supprimées, parfois dans un deuxième temps, comme si elles étaient finalement jugées superflues au déroulement du récit.

  • 62 Voir notamment ibid, p. 51-54 et H. L. Sharrer, « Evidence of a Fifteenth-Century Libro del Infante (...)

30Au vu des choix effectués, on peut penser que Fernando de Mena a été avant tout sensible à un texte qui met en scène Alexandre le Grand, héros dont la légende est solidement ancrée en terres hispaniques depuis le XIIIe siècle, dans la foulée du Libro de Alexandre62. La dimension arthurienne du Perceforest n’est pas pour autant gommée, puisqu’on constate le maintien scrupuleux des quelques allusions explicites présentes dans les deux premiers livres, comme par exemple la révélation du fait qu’Arthur est un descendant lointain d’Alexandre et de Sébille (Madrid, Bibliothèque Royale, 266, fol. 38v). Le Perceforest pourrait alors avoir été traduit avec des ambitions commerciales, s’adressant à un public friand de romans de chevalerie, de matière antique, voire arthurienne, dans une démarche proche de celle des imprimeurs français du XVIe siècle.

Destin d’une traduction

  • 63 Cf. J. Lawrance, « “Une bibliothèque fort complète pour un grand Seigneur” : Gondomar’s Manuscripts (...)
  • 64 L’inventaire de 1600 (Madrid, Bibliothèque Royale, ms 2222, fol. 118r-122r) est édité par Andrés a (...)
  • 65 Voir ibid., p. 297
  • 66 Cf. J. Lawrance, « “Une bibliothèque fort complète pour un grand Seigneur” : Gondomar’s Manuscripts (...)
  • 67 « “Une bibliothèque fort complète pour un grand Seigneur” : Gondomar’s Manuscripts and the Renaissa (...)
  • 68 Ibid., p. 1088. Sur la place des manuscrits dans la bibliothèque de Gondomar, cf. p. 1081-1085.
  • 69 Ce alors même que Gondomar aimait les romans de chevalerie : J. M. Lucía Megías, El libro y sus púb (...)
  • 70 Le Perceforest espagnol figure encore dans les inventaires réalisés de la bibliothèque de Gondomar (...)

31Si les brouillons de Fernando de Mena n’ont pas connu l’heur de l’impression, ils n’ont pas pour autant été abandonnés. Une signature sur la page de titre du second volume indique qu’il a appartenu à la bibliothèque du Comte de Gondomar (1567-1626), ambassadeur de Philippe IV en Angleterre de 1613-1622. Cette bibliothèque contenait plus de 15000 volumes, ce qui en fait une des plus anciennes et des plus riches d’Espagne63. Deux inventaires en ont été réalisés, l’un en 1600, l’autre entre 1619 et 162364, et le second mentionne le Perceforest65. On ne possède aucune information sur la manière dont le Comte de Gondomar a acquis ces ouvrages. Tout juste sait-on qu’il a commencé très tôt à recueillir des livres, en particulier après son installation dans son palais de Valladolid en 1598. On sait aussi que ses années passées à Londres comme ambassadeur de Philippe II entre 1613-1618 et 1620-1622 ont donné lieu à de nombreuses acquisitions66. Rien n’indique que le comte de Gondomar ait lu les volumes, ni même que le contenu l’intéressait; la bibliothèque possède toutes les caractéristiques des bibliothèques renaissantes, pour lesquelles Jeremy Lawrance écrit : « whether the owner of a great library read his volumes was, however, beside the point : it was conceived as a kind of museum, whose purpose lay in the skilful conservation, ordering and display of the contents, not in their use67 ». Tout au plus peut-on faire un parallèle entre l’intérêt du comte pour les documents historiques et les autographes, sans qu’il soit clair que cela explique l’acquisition des manuscrits de Fernando de Mena68. Il n’était en tous cas clairement pas intéressé par la matière de Bretagne : sur l’ensemble des ouvrages de sa bibliothèque ne figurent que deux romans arthuriens : une copie de la Demanda del Sancto Grial (Séville, 1535) et une de Le preux chevalier Artus de Bretaigne (Paris, 1536)69. Cette bibliothèque fut vendue par le Marquis de Malpica, l’héritier du Comte de Gondomar, à Charles IV. Le roi n’ayant pas tout payé, 1'600 volumes ont été retenus à Vallolid, dont les volumes du Perceforest espagnol. Tous ont ensuite été transférés dans la Bibliothèque Royale de Madrid, sans doute vers 178570.

32La traduction du Perceforest entreprise par Fernando de Mena aux alentours de 1570 garde de nombreux mystères. Elle illustre pourtant l’intérêt qu’a pu susciter un roman aux ambitions multiples, alternant prose et insertions versifiées, lié autant à la matière arthurienne, aux histoires antiques et au domaine des chroniques qu’à la Bourgogne des ducs de Valois. Ce polymorphisme explique sans doute sa postérité, au-delà même des terres francophones et du Moyen Âge. Alors que le roman médiéval présuppose un lecteur averti, féru de littérature, sa réception, tant en Italie qu’en Espagne, montre qu’il a également réussi à retenir l’attention au XVIe siècle. Pour des lecteurs comme Michele Tramezzino ou Fernando de Mena, les jeux sur, allusions à et autres reprises de la littérature médiévale devaient indéniablement être moins évidents que pour le public originel. Visiblement, la référence à des figures ayant la stature de mythes littéraires, telles qu’Alexandre le Grand et Arthur, suffisait, telle une toile indicielle formée d’évocations lointaines, à intéresser un public lettré. Sans doute cet aspect vaut-il encore aujourd’hui, alors que les chercheurs ne cessent de redécouvrir le Perceforest.

Haut de page

Notes

1 Le texte français a été édité par G. Roussineau, Genève, Droz, 1987-2015.

2 Le chercheur a consacré un article à sa trouvaille : « The Spanish Perceforest : a recent discovery », in Studies in Medieval Literature and Languages in Memory of Frederick Whitehead, éd. par W. Rothwell, Manchester, Manchester University Press, 1973, p. 209-218.

3 Cf. F. Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », in Perceforest. Un roman arthurien et sa réception, éd. par C. Ferlampin-Acher, Rennes, PUR, 2012, p. 395-406.

4 La version de David Aubert (Paris, Arsenal, 3483-3494), seule complète, s’étale sur près de 3000 folios.

5 Pour une mise au point sur la datation du texte et la tradition manuscrite, en lien avec le milieu curial bourguignon, voir notre livre L’Autre du même. Emprunts et répétitions dans le Roman de Perceforest, Genève, Droz, 2015, p. 23-35.

6 Sur les rapports du texte avec la Bourgogne de Philippe le Bon, cf. C. Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir. Propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2010.

7 Le plus ancien manuscrit conservé, par ailleurs le seul ensemble complet, le Paris, Arsenal, 3483-3494, est une minute réalisée pour Philippe le Bon par David Aubert entre 1459 et 1460. Deux autres ensembles offrent une rédaction légèrement différente, plus courte, l’un copié pour Louis de Bruges (BnF, fr. 345-348) et datant vraisemblablement de 1470-1480, l’autre réalisé pour Jacques d’Armagnac (BnF, fr. 106-109), très proche du précédent, copié selon toute probabilité en Flandres, dans les années 1470-1477. La minute de David Aubert a en outre donné lieu à une « grosse » des trois premiers livres, réalisée pour la cour d’Angleterre (Londres, BL, Royal, 15 E V, 19 E III et 19 E II). Les liens du Perceforest avec le milieu curial bourguignon sont confirmés par les exemplaires perdus dont on a la trace. L’inventaire de la bibliothèque des ducs de 1469 indique un autre Perceforest en cinq volumes en parchemin. H. Wisjman a montré qu’un volume du Perceforest (livre II) a appartenu à Louis de Luxembourg (1418-1475) et qu’un ensemble complet du Perceforest a appartenu à Charles de Croy (1450-1527) (Luxury Bound, op. cit., p. 432-441 et p. 328-338).

8 Cf. C. Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 87-261.

9 Voir M. Szkilnik, « Le Clerc et le Ménestrel : prose historique et discours versifié dans le Perceforest », CRMH, 5, 1998, p. 87-105 et C. Ferlampin-Acher, « Les vers dans Perceforest : la promesse d’une révélation ? », Littérales, 41, 2007, p. 211, ainsi que notre article « Mémoire de la prose, destin du vers : les lais du Perceforest du xve au xvie siècle », Le Moyen Français, 76-77, 2015, p. 30-43.

10 Voir notre livre L’Autre du même, op. cit.

11 Voir S. Albert, « Les souvenirs de Perceforest dans le manuscrit de Paris, BnF, fr. 363 », in Perceforest. Un roman arthurien et sa réception, éd. par C. Ferlampin-Acher, Rennes, PUR, 2012, p. 287-299.

12 C’est le cas de plusieurs manuscrits du Pas du Perron fée, texte qui relate un pas d’armes organisé à Bruges en 1463 (voir M. Szkilnik, « Que lisaient les chevaliers du XVe siècle ? Le témoignage du Pas du Perron fée », Le Moyen français, 68, 2010, p. 103-114), mais aussi de The Book(e) of the Order of Chivalry que publie William Caxton en 1484.

13 Voir G. Roussineau, « Ethique chevaleresque et pouvoir royal dans le Roman de Perceforest », Actes du 14e congrès international arthurien, Rennes, 16-21 août 1984, éd. C. Foulon, Rennes, PUR, 1985, t. 2 p. 521-531 et C. Ferlampin-Acher, « A la croisée des cultures : Perceforest roman arthurien tardif », in La littérature française au croisement des cultures, Actes du colloque des 5-8 mars 2008 à l'Université Paris-Sorbonne, éd. M. Berteaud, Genève, Droz, 2009, p. 81-91.

14 Voir J. Barrois, Bibliothèque protypographique ou librairies des fils du roi Jean, Charles V, Jean de Berri, Philippe de Bourgogne et les siens, Paris, Treuttel et Würtz, 1830, n° 1000, p. 157.

15 « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité », art. cit.

16 Cf. T. Van Hemelryck, « Du Perceforest manuscrit à l’imprimé de Galliot du Pré (1528) : un long fleuve tranquille? », éd. par A. Schoysman, Le roman français dans les premières impressions, à paraître.

17 Cf. M.-D. Leclerc, « Le Chevalier Doré ou comment déconstruire l’entrelacement du Perceforest », Perceforest. Un roman arthurien et sa réception, éd. par C. Ferlampin-Acher, Rennes, PUR, 2012, p. 371-394, et, dans le même volume, J. Taylor, « Profiter du Perceforest au XVIe siècle », p. 353-369.

18 Voir A. Hoernel, « Réécriture(s) et réception du Perceforest au XVIe siècle », in Perceforest. Un roman arthurien et sa réception, éd. par C. Ferlampin-Acher, Rennes, PUR, 2012, p. 317-333 et A. Berthelot, « Traces du Roman de Perceforest à la fin du XVIIe siècle », in Du roman courtois au roman baroque, éd. par E. Bury et F. Mora, Paris, Belles Lettres, 2004, p. 77-90.

19 Cf. F. Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », art. cit. Voir aussi son livre, L’apport des traductions de l’italien dans la dynamique du récit de chevalerie (1490-1550), Paris, Garnier, 2015.

20 Ibid, p. 402.

21 Ibid, p. 402-403.

22 Voir C. Gaullier-Bougassas, « Alexandre le Grand et la conquête de l'Ouest dans les romans d'Alexandre du XIIe, leurs mises en prose au XVe et Perceforest », Romania, 118, 2000, p. 83-104 et 394-430 et M. Szkilnik, « Conquering Arthurian Romance, Alexander in Perceforest », in The Medieval French Alexander, éd. par D. Maddox et S. Sturm-Maddox, Albany (New York), SUNY Press, 2002, p. 203-217.

23 Voir I. Michael, « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit., p. 210.

24 Sur l’histoire de cette ville au Moyen Âge, voir J. Montemayor, Tolède entre fortune et déclin (1530-1640), Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1996. Sur Philippe II, voir J. L. G. Sánchez-Molero, Felipe II : la mirada de un rey (1527-1598), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Polifemo, 2014.

25 Voir T. S. Beardsley, « Spanish printers and the classics : 1482-1599 », Hispanic Review, 47, 1979, p. 33.

26 Sur le statut particulier des médecins de cour, voir le recueil Être médecin à la cour (Italie, France, Espagne, XIIIe-XVIIIe siècles), éd. par E. Andretta et M. Nicoud, Firenze, SISMEL - Éd. del Galluzzo, 2013, en particulier l’article de M. Rey Bueno, « The Health of Philip II, a Matter of State. Medicines and Medical Institutions in the Spanish Court (1556-1598) », p. 149-159.

27 La première, réalisée par un anonyme, est parue en 1554 et sera réimprimée à Tolède en 1563 et à Salamanque en 1581. Elle est dédiée à don Alonso Enriquez, abbé de Valladolid, un fervent partisan de l’humanisme. L. Plazenet remarque ainsi que la diffusion d’Héliodore s’ancre, en Espagne, dans le milieu humaniste et, spécifiquement, des érasmiens hostiles à la condamnation de la fiction prononcée par l’Église catholique. Voir les annexes de son édition, Héliodore, L’Histoire æthiopique, Paris, Champion, 2008, p. 754-755.

28 On le trouvera édité ibid., p. 827-828. Fernando de Mena est, lui, évoqué p. 762-763.

29 Cette traduction assurera au roman grec une fortune durable jusqu’au XVIIe siècle. Il a été édité ibid. Le volume contient également une longue introduction et de riches annexes restituant le rôle tenu par Jacques Amyot dans l’histoire du genre romanesque et dans la diffusion de l’œuvre d’Héliodore en Espagne, en Italie et en Angleterre.

30 Cf. ibid., p. 750-752.

31 Ibid., p. 763.

32 Ibid., p. 827.

33 Voir J. Fabri, « Un ami de Juste Lipse : l'humaniste André Schott (1552-1629) », Les Études classiques, 21, 1953, p. 188-208.

34 L. Plazenet l’édite dans son édition d’Héliodore, L’Histoire æthiopique, op. cit., p. 829.

35 Un argument similaire est avancé par I. Michael, « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit., p. 210-211.

36 Cf. H. Wisjman, « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité », art. cit.

37 Le souverain possédait par ailleurs plusieurs traductions d’ouvrages espagnols : cf. ibid., p. 40-44.

38 Ibid., p. 73-78.

39 « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit.

40 Pour la différence entre ces versions, cf. G. Roussineau, introduction au livre IV du Perceforest, t. I, p. XV.

41 La bibliothèque de Louis de Bruges est cédée à son fils, Jean de Bruges, puis ses volumes sont en partie recueillis par Louis XII dans son château de Blois. Le Perceforest figure dans l’inventaire de la librairie de François Ier dressé en 1544 lors du transfert de la bibliothèque de Blois à Fontainebleau : voir G. Roussineau, introduction du quatrième livre du Perceforest, t. I, p. XXII-XXIV. Quant aux manuscrits appartenant à Jacques d’Armagnac, on perd leur trace après la décapitation du duc en 1477 et la dispersion de sa bibliothèque. Ils refont surface en 1523, dans l’inventaire de la librairie du château des Moulins, dressé par Pierre Antoine après que François Ier eut confisqué les biens du connétable de Bourbon. Les codices figurent ensuite dans le Catalogue des bibliothèques du roi à Paris à la fin du XVIe siècle.

42 S. Roubaud-Benichou, Le Roman de chevalerie en Espagne, entre Arthur et Don Quichotte, Paris, Champion, 2000. Voir aussi le volume collectif The Arthur of the Iberians, éd. par D. Hook, Wales, University of Wales Press, 2015, notamment les contributions de A. Contreras Martín (« The Hispanic Versions of the Lancelot en prose », p. 289-308) et M. L. Cuesta Torre (« The Iberian Tristan Texts of the Middle Ages and Renaissance », p. 309-363).

43 Voir, entre autres, H. Sharrer, A Critical Bibliography of Hispanic Arthurian Material, Londres, Grant & Cutler, 1977 ; M. R. Lida, « Arthurian literature in Spain and Portugal », in Arthurian literature in the Middle Ages : a collaborative history, ed. Loomis, Oxford, 1959, D. Eisenberg, Romances of Chivalry in the Spanish Golden Age, Newark, Delaware, 1982 ; S. Roubaud-Benichou, Le Roman de chevalerie en Espagne, op. cit. ; J. M. Losada Goyna, « Les Romans de chevalerie en Espagne : origine, tradition, innovation », in La Chevalerie du Moyen Âge à nos jours. Mélanges offerts à Michel Stanesco, éd. par M. Voicu & V.-D. Vlădulescu, Bucarest, Editura Universitatii din Bucuresti, 2003, p. 345-359.

44 On pourra consulter avec intérêt la chronologie de C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », in The Arthur of the Iberians, éd. par D. Hook, Cardiff, University of Wales Press, 2015, p. 267-270.

45 Voir notamment ibid., p. 253-256. Sur la Castille, cf. I. Beceiro Pita, « Modas estéticas y relaciones exteriores : la difusión de los mitos artúricos en la corona de Castilla (s. XIII – comienzos s. XVI) », En la España Medieval, 16, 1993, p. 135-167.

46 J. N. H. Lawrance, « The Spread of Lay Literacy in Late Medieval Castille », BHS, 62, 1985, p. 79-94.

47 C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », art. cit, p. 254 et E. Sarmati, La critiche ai libri di caballería bel Cinquecento spagnolo (con uno sguardo sul Seicento) : un’ analisi testuale, Pisa, Giardini, 1996.

48 J. L. G. Sánchez-Molero, Regia Bibliotheca. El libro en la corte española de Carlos V, Mérida, Editora Regional de Extremadura, 2005. Voir aussi C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », art. cit, p. 255.

49 Voir R. Lebègue, « Contacts français avec la littérature espagnole pendant la première moitié du XVIe siècle », in Charles Quint et son temps, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1959, p. 143-155.

50 G. Beaujouan, « Fernand Colomb et l’Europe intellectuelle de son temps », Journal des savants, 4.1, 1960, p. 150.

51 http://213.97.164.119/ABSYS/abwebp.cgi/X5102/ID29094/G0 (page consultée le 26 mars 2016). Fernand Colomb tenait en effet des répertoires de sa bibliothèque, souvent transcrit de sa main : voir G. Beaujouan, « Fernand Colomb et l’Europe intellectuelle de son temps », art. cit.

52 Ibid., p. 157-158.

53 « The Matter of Britain in Spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », art. cit, p. 255.

54 Voir H. Wisjman, « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité », art. cit., p. 55-58.

55 Voir C. Lemaire, « La bibliothèque des imprimés de la reine Marie de Hongrie régente des Pays-Bas (1505-1558) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 58, 1996, p. 119-139. L’entrée “Perceforest” correspond au numéro 158, p. 132. Sur les livres possédés par Marie de Hongrie, voir aussi J. L. G. Sánchez-Molero, « La biblioteca de María de Hungría y la bibliofilia de Felipe II », in Marie de Hongrie. Politique et culture sous la Renaissance aux Pays Bas, éd. B. Federinov et G. Docquier, Morlanwelz, Musée royal de Mariemont, 2008, p. 156-173.

56 T. S. Beardsley Jr, Hispanico-Classical Translations printed between 1482 and 1699, Duquesne University Press / Editions E. Nauwelaerts, Pittsburgh / Louvain, 1970, p. 121-129.

57 « La biblioteca de María de Hungría y la bibliofilia de Felipe II », art. cit., p. 173.

58 Cf. P. M. Catedra, « La biblioteca de la Universidad de Toledo (siglo XVI) », Bulletin of Spanish Studies, 81: 7-8, 2004, p. 927-956.

59 Sur les nombreux emprunts du Perceforest français, cf. notre livre, L’autre du même, op. cit.

60 Ce topos, très fréquent dans la littérature médiévale française, est également exploité par de nombreux auteurs hispaniques, de manière tant solennelle qu’ironique, de sorte que le thème du livre-source apparaît comme une véritable convention narrative dans les romans de chevalerie du XVIe siècle. Voir S. Roubaud-Bénichou, Le roman de chevalerie en Espagne, op. cit., p. 131 (plus largement p. 123-138) et M. Pina, « El tópico de la falsa traducción en los libros de caballerías », in Actas del III Congressos de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, éd. M. I. Toro Pascua, Salamanque, Departamento de Literatura Española, 1994, p. 541-548.

61 Le roman de chevalerie en Espagne, op. cit., p. 97. Voir aussi les pages 85-114.

62 Voir notamment ibid, p. 51-54 et H. L. Sharrer, « Evidence of a Fifteenth-Century Libro del Infante don Pedro de Portugal and its relationship to the Alexander Cycle », JHP, 1, 1976, p. 85-98.

63 Cf. J. Lawrance, « “Une bibliothèque fort complète pour un grand Seigneur” : Gondomar’s Manuscripts and the Renaissance Idea of the Library », Bulletin of Spanish Studies, LXXXI, 2004, p. 1071-1090.

64 L’inventaire de 1600 (Madrid, Bibliothèque Royale, ms 2222, fol. 118r-122r) est édité par Andrés and Rodríguez, « Manuscritos y saberes », in « Los libros que yo, don Diego Sarmiento de Acuña, tengo escriptos de mano », p. 42-45. L’inventaire de 1623 (BNM MS 13594, fols 163r-194) est publié dans M. Serrano y Sanz, « Libros manuscritos o de mano [de la biblioteca del conde de Gondomar] », RABM, 3rd s. VIII, 1903, p. 65-68, 222-228 et 295-300.

65 Voir ibid., p. 297

66 Cf. J. Lawrance, « “Une bibliothèque fort complète pour un grand Seigneur” : Gondomar’s Manuscripts and the Renaissance Idea of the Library », art. cit., p. 1072. Voir aussi I. Michael et J. A. Ahijado Martinez, « La Casa del Sol : la biblioteca del Conde de Gondomar en 1619-1623 y su dispersion en 1806 », in El libro en palacio y otros estudios bibliographicos, éd. par M. L. Lopez-Vidriero et P. M. Catedra, Salamanca et Madrid, Ediciones Universidad de Salamanca ans Patrimonio Nacional, 1996, p. 185-200.

67 « “Une bibliothèque fort complète pour un grand Seigneur” : Gondomar’s Manuscripts and the Renaissance Idea of the Library », art. cit., p. 1089.

68 Ibid., p. 1088. Sur la place des manuscrits dans la bibliothèque de Gondomar, cf. p. 1081-1085.

69 Ce alors même que Gondomar aimait les romans de chevalerie : J. M. Lucía Megías, El libro y sus públicos, Madrid, Ollero & Ramos, 2007, p. 151-187

70 Le Perceforest espagnol figure encore dans les inventaires réalisés de la bibliothèque de Gondomar en 1769 (Palacio ms 2618, fol. 202v-203r) et entre 1781-1783 (Academia de la Historia, madrid, ms 9/4855, fol. 31r).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Chardonnens, « Un château en Espagne : la traduction castillane du Perceforest par Fernando de Mena », Memini [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 25 mars 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://memini.revues.org/876 ; DOI : 10.4000/memini.876

Haut de page

Auteur

Noémie Chardonnens

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org