Skip to navigation – Site map
Varia

Au miroir des anniversaires : la commémoraison des morts dans le livre des fondations de la collégiale Notre-Dame-du-Châtel d’Autun (1468-1649)

Arnaud Montreuil

Index terms

Geographical index :

France, Autun

Chronological index :

Moyen Âge
Top of page

Author's notes

Cet article, qui présente les conclusions générales de mon mémoire de maîtrise (A. MONTREUIL, Ob remedium et salutem animae : la commémoraison des défunts et le livre des fondations de Notre-Dame-du-Châtel d’Autun, Université Laval, 2014), a fait l’objet d’une communication lors du XIIIe colloque annuel de la Société des études médiévales du Québec en septembre 2014. Je remercie les organisateurs pour leurs efforts et leur dévouement à l’occasion de cet événement, de même que Didier Méhu, Robert Marcoux, Michel Lauwers et Kouky Fianu pour leurs judicieuses suggestions.

Full text

1In nomine Domini Amen. Tenore hujus presentis publici instrumenti cunctis pateat evidenter et sit notum quod anno a nativitate ejusdem Domini millesimo quadragentesimo septuagesimo octavo, die vero XVII mensis junii, venerabilis et discretus vir dominus Johannes Drouhoti, presbyter chorialis ecclesiae Eduensis ac curatus ecclesie perrochialis sancti Quintini, motus devocione in honorem Dei et Beate Virginis Marie et ut particeps fiat benefactorum ecclesie collegiate Beate Virginis Marie Eduensis, pro remedio anime sue et suorum parentum donavit ac realiter deliberavit ecclesie collegiate predicte et collegio ejusdem Virginis Marie Eduensis, presentibus et futuris, hunc parvum librum bene religatum ad scribandum anniversaria dicte ecclesie.

2Johannes Drouhoti curatus Sancti Quintini.

  • 1 Archives départementales de Saône-et-Loire (ADSL), 10 G 4 (le manuscrit est disponible en ligne sur (...)

3Anima ejus requiescat in pace Amen.1

  • 2 Au tournant du XVe siècle, l’église paroissiale de Notre-Dame d’Autun, attestée depuis l’Antiquité (...)

4Le 17 juin 1478, le chanoine Jehan Drouhot offrait pour le salut de son âme et celui de ses parents un petit livre bien relié afin que les chanoines de la collégiale Notre-Dame-du-Châtel d’Autun y inscrivent les anniversaires fondés auprès de leur chapitre.2 Ce manuscrit de parchemin ne contenait alors que les six anniversaires que Jehan Drouhot fonda auprès de son chapitre et le texte présenté ci-haut. Respectant la volonté du chanoine, les membres du chapitre autunois employèrent ce manuscrit pour y compiler, entre 1478 et 1649, un total de 68 actes de fondation d’anniversaire, fruits des donations de 50 fidèles soucieux de leur salut.

  • 3 J. CHIFFOLEAU, La comptabilité de l’au-delà : Les hommes, la mort et la religion dans la région d’A (...)
  • 4 M. LAUWERS, La mémoire des ancêtres, le souci des morts : morts, rites et société au Moyen Âge, Par (...)

5Les fondations de messes anniversaires à Notre-Dame d’Autun et le don du livre par Drouhot s’inscrivaient pleinement dans le contexte, bien décrit par Jacques Chiffoleau, de la piété flamboyante et de l’explosion de la liturgie funéraire caractéristique des derniers siècles du Moyen Âge (XIIIe-XVIe).3 À cette époque, comme l’a montré Michel Lauwers, la pratique de la commémoraison des morts - l’intercession par la prière des vivants pour le salut des défunts -, autrefois réservée à l’élite, fut adoptée par l’ensemble de la société.4 Une des façons d’assurer son salut et celui des siens était de fonder auprès d’une communauté régulière ou séculière un anniversaire, c’est-à-dire une messe des morts, habituellement précédée de vigiles, qui devait être dite une fois par année, souvent le jour du décès du fondateur, et ce à perpétuité. Les anniversaires étaient très coûteux et formaient une part importante des revenus ecclésiaux. On les célébrait en échange d’une rente ou d’une somme en argent sur laquelle étaient prélevés de petits montants destinés à rétribuer les célébrants.

  • 5 Jean-Loup Lemaitre a montré dans ses travaux tout l’intérêt des documents nécrologiques médiévaux. (...)
  • 6 Je me base ici sur la typologie proposée par Jean-Baptiste Lebigue dans : « 4. L’organisation du cu (...)

6À la fin du Moyen Âge, la charge de la liturgie des défunts devint si lourde que les communautés religieuses se dotèrent de véritables documents comptables permettant la gestion efficace des prestations liturgiques, des rentes attachées aux fondations et des distributions aux célébrants.5 C’est dans ce contexte que fut produit le manuscrit offert par le chanoine Drouhot à son chapitre. Ce document correspond typologiquement à un « livre des fondations – j’y référerai désormais sous cette appellation – un manuscrit semblable à un cartulaire dans lequel étaient transcrits des actes de fondations.6

  • 7 J.-L. LEMAITRE, Répertoire des documents nécrologiques français : troisième supplément (1993-2008), (...)

7Ce codex inédit, qui constitue la matière de cet article, est longtemps demeuré inaperçu et n’a été que récemment recensé dans le troisième supplément du Répertoire des documents nécrologiques français.7 Entre 1478 et 1791, soit depuis le don du manuscrit à la collégiale jusqu’à la disparition de Notre-Dame, le codex fut conservé au chapitre. En 1791, il fut transféré à la bibliothèque du Grand Séminaire d’Autun, où il portait la cote B 51. Depuis 1905, année de la loi de séparation des Églises et de l’État, il est conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire, où il est aujourd’hui consultable sous la cote 10 G 4.

8Quel était le sens social de ce document ? De quelles pratiques et de quelles représentations est-il le témoin ? Mon hypothèse est que son sens social résidait dans la conjonction de ses fonctions pratiques et symboliques, et qu’on peut, puisqu’il contient des actes écrits entre 1478 et 1649, observer à travers lui l’évolution du phénomène de la fondation d’anniversaire à Notre-Dame.

  • 8 À ce sujet, voir J. MORSEL, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une (...)

9Dans un premier temps, je présenterai succinctement les différentes étapes de la rédaction du livre des fondations avant d’évoquer ses dimensions pratiques et symboliques, mises au jour grâce à une approche codicologique. Celle-ci s’est avérée nécessaire pour deux raisons : parce que les actes du codex ne sont pas en ordre chronologique ni en ordre de réalisation, et parce que les caractéristiques physiques des documents écrits telles que le support matériel, la mise en page et les modes de conservation, ainsi que leurs usages, contribuent à la dimension signifiante des documents au même titre que le texte qu’ils contiennent.8 Il faut donc questionner la relation entre les caractéristiques codicologiques d’un manuscrit et le texte qu’il affiche sur ses pages.

10Les observations de la première partie serviront de canevas aux deux suivantes, qui porteront sur l’évolution du phénomène de l’anniversaire spécifiquement à Notre-Dame d’Autun. L’une traitera du profil des fondateurs d’anniversaires auprès de la collégiale, tandis que l’autre s’intéressera aux anniversaires eux-mêmes. Au cœur de ces deux parties se trouvera la préoccupation de mettre en rapport les évolutions codicologiques du codex étudié avec celles de la pratique sociale dont il témoigne.

I. De l’écriture et de l’usage du livre des fondations

11Le livre des fondations apparaît aujourd’hui comme un manuscrit complexe. Rédigé entre 1478 et 1649, il affiche un aspect irrégulier : le papier y côtoie le parchemin, la lettre gothique la lettre humaniste, les cahiers sont de longueur variable, différentes mains se succèdent, des actes courent sur six pages et d’autres sur quelques lignes à peine. La rédaction de ces actes ne s’étant pas toujours déroulée dans le respect de l’ordre progressif des pages, des actes du XVIIe siècle peuvent succéder à un acte du XVe et en précéder un du XVIe. Le livre des fondations porte cependant bien des traces de son évolution et de ses transformations, qui vont du simple ajout d’une note dans la marge de gouttière à la restauration complexe de la reliure en passant par un remaniement des cahiers.

  • 9 P. ANDRIST, P. CANART et M. MANIACI, La syntaxe du codex : Essai de codicologie structurale, Brepol (...)

12Pour déconstruire le « monument » qu’est le livre des fondations, je me suis appuyé sur la méthode d’analyse codicologique proposée par Patrick Andrist, Paul Canart et Marilena Maniaci dans l’ouvrage La syntaxe du codex.9 Celle-ci permet l’élaboration d’une représentation théorique de la constitution et de l’évolution du codex dans le temps, fondée sur l’analyse génétique du manuscrit (étude de l’origine de chacune de ses composantes) et stratigraphique en déterminant les formes successives sous lesquelles ont circulé les différentes parties, qu’elles aient été associées ou dissociées des autres.

13Il s’agissait dans un premier temps de repérer les diverses discontinuités observables à l’œil nu au sein du manuscrit et de les regrouper selon les catégories suivantes : le support matériel, les marques de succession entre les cahiers, l’organisation des cahiers, le contenu textuel, les mains, l’écriture, la réglure et la mise en page. En consignant ces observations dans un tableau synoptique, on met en évidence les discontinuités convergentes, signes et traces de la genèse du manuscrit.

  • 10 A. MONTREUIL, « La nécessaire déconstruction d’un manuscrit complexe : l’analyse codicologique du l (...)

14Je ne souhaite pas m’attarder ici sur le détail de l’analyse codicologique du livre des fondations, qui a déjà fait l’objet d’un autre texte.10 Je présenterai plutôt les conclusions de cette analyse relatives au processus de rédaction de ce codex, nécessaires pour la compréhension des parties subséquentes du présent article.

I.I Les trois modes d’inscription du livre des fondations

15Le livre des fondations est le fruit de 40 phases de rédactions, ce qui signifie qu’on a pris la plume autant de fois pour y ajouter des actes. Or – et c’est ce qui doit retenir l’attention du lecteur – ces phases de rédaction ne furent pas toutes exécutées de la même manière. On peut identifier clairement trois modes d’inscription différents, c’est-à-dire trois logiques d’inscription des actes dans le codex qui se distinguent visuellement les unes des autres.

16Le premier mode d’inscription est le fruit de trois phases de rédaction planifiées. La première phase correspond aux actes de Drouhot (fol. 9-22) écrits en 1478, la deuxième aux actes des fol. 23 et 25 à 31 écrits autour de 1503, et la troisième aux actes des fol. 11 et 33 à 36 écrits vers 1510. Au cours de ces phases, les chanoines inscrivirent une série d’actes de fondation présentant des caractères formels et textuels similaires.

Figure 1. Actes du premier mode d’inscription (1478-1516)

Figure 1. Actes du premier mode d’inscription (1478-1516)

Cliché de l’auteur, fol. 18v.-19r.

17Le premier mode céda la place à un deuxième (1516 à 1649), marqué par une rédaction épisodique au cours de laquelle on n’inscrivait généralement qu’un acte à la fois dans le manuscrit. Concrètement, cela se traduit par l’absence de groupes d’actes formellement et textuellement cohérents, ainsi que par une variation croissante des différences entre chacun des textes, comme on peut le voir dans l’image ci-dessous :

Figure 2. Actes du deuxième mode d’inscription (1516-1649)

Figure 2. Actes du deuxième mode d’inscription (1516-1649)

Cliché de l’auteur, fol. 42v.-43r.

18Dans certains cas, l’ajout d’actes ne suivit pas l’ordre des pages, les scribes les insérant à quelques reprises entre des textes existants, tantôt pour des raisons de logique intertextuelle (par exemple, lorsqu’un acte prescrivait textuellement de reprendre les indications de celui qui le précédait), tantôt pour ce qui semble être un désir de mettre à profit un espace de parchemin laissé vierge.

19Le troisième mode d’inscription (entre 1649 et 1694) correspond à l’ajout au codex de trois cahiers comportant déjà des actes de fondation, au cours d’une opération de reliure, qui visait sans doute à en faire un document d’archives. La somme du codex primitif et de ces trois cahiers constitue la forme sous laquelle le manuscrit est actuellement conservé.

Figure 3. Cahiers ajoutés entre 1649 et 1694 (troisième mode d’inscription)

Figure 3. Cahiers ajoutés entre 1649 et 1694 (troisième mode d’inscription)

Cliché de l’auteur, fol 62v.-63r.

I.II Des fonctions pratiques et symboliques

20Les changements dans le processus de rédaction du livre des fondations de Notre-Dame d’Autun ne doivent pas éclipser le fait que sa longévité – près de deux siècles – est synonyme d’une continuité de l’emploi du codex par les chanoines de Notre-Dame. Ceux-ci lui attribuèrent pendant tout ce temps la même fonction, celle d’accueillir les anniversaires fondés auprès de leur chapitre. Or le codex faisait l’objet d’usages pratiques que l’on peut déduire grâce aux annotations marginales, au nombre de 49 (en excluant les notes de nature archivistique de la fin du XVIIe siècle). Celles-ci mettent en exergue ou font référence à des éléments de l’ordre du programme liturgique et du jour de l’anniversaire (sept occurrences), des distributions d’argent, de pain ou de vin (17 occurrences), du prix de la fondation (cinq occurrences), de l’emplacement de la sépulture (trois occurrences), ou contiennent des ajouts et corrections (15 occurrences). Enfin, dans deux cas, ces notes sont des ratures témoignant de l’annulation d’une fondation.

  • 11 La diminution des annotations marginales au fil des pages est cependant directement liée à la dimin (...)

21Les notes ne sont cependant pas distribuées également à travers le manuscrit : 47 des 49 annotations relevées figurent au sein du manuscrit primitif issu des deux premières phases d’écriture, ce qui suggère que c’est sous cette forme qu’il fut utilisé de manière pratique. En outre, plus les années passèrent, moins le manuscrit reçut d’annotations. Les actes de la première phase d’écriture (1478-1516) firent à eux seuls l’objet de 38 des 49 marques d’utilisation, et 27 de ces 38 marques concernent les fondations Drouhot, ce qui laisse croire que le codex servait au départ de sorte de « livre de référence » pour tout ce qui touchait les anniversaires du chanoine.11

  • 12 J.-B. LEBIGUE, « 4. L’organisation du culte. Liturgie des défunts », Initiation aux manuscrits litu (...)

22Par ailleurs, les notes liées aux distributions et celles relatives aux ajouts et corrections sont les plus importantes en nombre, en plus d’être observées partout dans le manuscrit primitif. Ceci indique deux choses : 1) que le livre des fondations a certainement été utilisé par les chanoines de Notre-Dame d’Autun comme livre de distribution ou pitancier, un document servant à indiquer les sommes prélevées sur les rentes d’une fondation qui devaient être distribuées aux célébrants de l’anniversaire12, ce qui est renforcé par le fait que tous les actes du manuscrit primitif donnent un détail minutieux des distributions auxquelles on devait procéder à la suite d’un anniversaire; 2) que même si les chanoines cessèrent progressivement d’annoter le manuscrit, ils continuèrent, à travers les ajouts, les corrections et les ratures, à le tenir à jour, ce qui suggère une continuité de l’usage pratique du codex primitif malgré la diminution des marques d’utilisation.

  • 13 P. GÉHIN, Lire le manuscrit médiéval, Paris, Armand Colin, 2007, p. 15-16.
  • 14 E. ORNATO, « Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval », La face cachée du li (...)

23Le livre des fondations comportait aussi une dimension symbolique. Son prestige était en partie assuré par la nature de son support matériel, le parchemin, dont le choix à une époque où le papier était connu et largement diffusé est loin d’être un hasard13: Jehan Drouhot († 1481), commanditaire du manuscrit, fit un choix clair entre un matériau prestigieux et coûteux et un autre d’usage plus courant. Ce faisant, il faisait du manuscrit le miroir, le témoin de son rang social.14

  • 15 Ces informations sont tirées de J.-G. BULLIOT, « Jean Drouhot, curé de Saint-Quentin, chanoine de l (...)
  • 16 La localisation de la tombe de Drouhot est mentionnée à deux reprises dans les actes de ses fondati (...)

24Le codex n’était d’ailleurs qu’un élément parmi d’autres au sein de la véritable « stratégie du salut » que déploya Drouhot.15 Ce chanoine de Notre-Dame d’Autun et curé de Saint-Quentin fonda en tout quatorze anniversaires (neuf auprès de sa collégiale et cinq à la cathédrale Saint-Lazare, située juste en face). Parallèlement, il prépara dès 1467 sa sépulture dans les murs de Notre-Dame, au coeur de son chapitre, et commandita pour la décorer un tableau le représentant en dévotion aux pieds du Christ en croix entouré de saint Jean et de la Vierge.16

Figure 4. Tableau funéraire de Jean Drouhot

Figure 4. Tableau funéraire de Jean Drouhot

Auteur anonyme, 69 cm de hauteur par 36 de largeur, (c) Ville d'Autun, Musée Rolin, cliché H.N. Loose.

  • 17 Clive Burgess a étudié un cas semblable dans une paroisse anglaise : « Longing to be prayed for: De (...)

25Drouhot avait un intérêt double envers la collégiale Notre-Dame d’Autun : il était à la fois membre de son chapitre et l’un de ses bienfaiteurs. Il était certainement soucieux d’entretenir la mémoire des bienfaiteurs de la collégiale et c’est dans cette optique qu’il offrit le codex. Ce document permit en effet de conserver, préserver et formaliser la mémoire des morts du chapitre en la confiant à l’écriture. Le manuscrit se voyait étroitement associé à leur commémoraison, soit le fait de se souvenir des morts et en même temps de prier pour eux. Drouhot assurait donc la perpétuation de sa propre mémoire et la prière pour son salut, les actes le concernant occupant les premières pages du manuscrit.17

  • 18 Sur la définition du locus, voir D. MÉHU, « Locus, transitus, peregrinatio : Remarques sur la spati (...)

26Drouhot n’est cependant pas le seul donateur figurant dans le livre des fondations. À travers son manuscrit, le chanoine créa une nouvelle mémoire symbolique, spirituelle et prestigieuse : celle des bienfaiteurs de la collégiale manifestant leur dévotion et enrichissant le culte divin au moyen de fondations d’anniversaires. Le livre des fondations était en quelque sorte le creuset d’une communauté transhistorique de bienfaiteurs existant à travers ses pages. Le codex lui-même agissait comme le locus – un point de contact et seuil de transformation entre le charnel et le spirituel18 – où se déployait la memoria de ce groupe particulier, une memoria actualisée par les chanoines à travers la pratique de l’anniversaire.

27Tous les fondateurs d’anniversaires n’étaient cependant pas assurés de se voir attribuer une place au sein du manuscrit ; la recension des fondations de 1694 montre au contraire que seule une minorité des anniversaires célébrés à Notre-Dame y fut transcrite. Dans cet ordre d’idées, la rédaction du livre des fondations apparaît comme la construction, à l’intérieur de la memoria du chapitre, d’une mémoire des morts particulière réservée à certains bienfaiteurs. Mais qui étaient donc ces donateurs ?

II. La communauté des bienfaiteurs

  • 19 Le seul acte dont on ne connaît pas le nom du fondateur est le 67e, qui est tronqué.
  • 20 Jehan Poitreault, Pierre Lemas, Maria de Lévis et Colette Rolin font chacun l’objet de deux actes, (...)

28Pour répondre à cette question, j’ai relevé les données liées au sexe et au statut social des fondateurs, de façon à comprendre quels types d’individus étaient en mesure d’accéder à la liturgie funéraire et, conséquemment, au livre des fondations. J’ai dénombré cinquante fondateurs à l’origine des 68 actes que contient le livre des fondations.19 En règle générale, un fondateur n’est à l’origine que d’un acte, mais six parmi les cinquante furent plus prolifiques.20

29L’identification du sexe des fondateurs ne pose pas de difficultés : la mention du prénom suffit pour trancher la question. On repère ainsi que sur 50 fondateurs, 34 sont des hommes et 16 des femmes, soit une proportion d’environ deux tiers pour un tiers.

  • 21 J.-L. LEMAITRE, « Nécrologes et obituaires : Une source privilégiée pour l’histoire des institution (...)

30La chose est plus complexe en ce qui a trait à leur statut social. Dans le livre des fondations, les clercs font immanquablement et précisément état de leur qualité. En revanche, il n’est pas toujours évident de déceler l’appartenance sociale des donateurs laïcs au sujet desquels, souvent, bien peu est dit.21

31Le tableau suivant présente le résultat de l’enquête prosopographique selon les deux critères du sexe et du statut social :

Figure 4. Distribution des fondateurs selon le sexe et le statut social

Hommes

34

68%

Chanoines

24

48%

Choriaux

3

6%

Chanoines de Saint-Lazare

2

4%

Prêtre bénéficiaire de Saint-Lazare

1

2%

Prêtre habitué

1

2%

Curé de Saint-Quentin

1

2%

Médecin

1

2%

Cordonnier

1

2%

Femmes

16

32%

Demoiselles (nobles)

7

14%

Domina (bourgeoise)

1

2%

Tenancière (paysanne, serve ?)

1

2%

Inconnues (bourgeoises ?)

7

14%

Total

50

100%

50

100%

Source : auteur

  • 22 Ibid., p. 207.
  • 23 Ainsi que le stipule l’acte de fondation de Notre-Dame : […] si contingat aliquos parrochianos dict (...)

32Dans notre cas, 32 donateurs sur 34 appartiennent au clergé. Parmi eux figurent 24 chanoines de Notre-Dame d’Autun. Ce nombre considérable s’explique par le fait qu’ils agissaient en faveur de leur propre communauté et qu’ils lui faisaient confiance pour assurer la perpétuité des suffrages. On peut en revanche s’étonner du nombre imposant de chanoines relativement à celui, plus faible, des donateurs laïcs, la majorité des fondations contenues dans un document nécrologique étant à l’époque habituellement effectuée par ces derniers.22 Cela relève sans doute de la nature double de Notre-Dame d’Autun, qui était à la fois une église paroissiale et collégiale. On pouvait donc y fonder un anniversaire aussi bien auprès de la cure qu’au chapitre23, et on peut supposer que les paroissiens laïcs préférèrent la première au second.

  • 24 Le collège de Notre-Dame d’Autun, dirigé par un prévôt, comptait douze chanoines, douze prêtres cho (...)

33Trois autres fondateurs issus du clergé étaient rattachés au chapitre de Notre-Dame où ils occupaient la charge de « prêtres choriaux ».24 La présence de ces choriaux s’explique de la même façon que celle des chanoines.

  • 25 Étienne Boulet, docteur en droit et chanoine fut le procureur de l’évêque d’Autun lors d’un procès (...)
  • 26 L’anniversaire fondé par le curé Pierre Ducray peut s’expliquer par les liens instaurés entre la cu (...)

34Cinq donateurs cléricaux provenaient de l’extérieur du collège de Notre-Dame. Deux d’entre eux, qui connurent une carrière brillante, faisaient partie du chapitre de la cathédrale Saint-Lazare, située à quelques mètres de la collégiale.25 Un troisième bienfaiteur provenait lui aussi de Saint-Lazare, où il était prêtre bénéficiaire. Les deux derniers étaient un prêtre habitué de Notre-Dame d’Autun, c’est-à-dire un prêtre attaché au service d’une paroisse sans en avoir ni charge ni dignité particulière, et un curé de l’église Saint-Quentin d’Autun.26

35Enfin, deux donateurs laïcs – un médecin et un cordonnier – figurent au sein du livre des fondations. Le fait que leur acte de fondation ne se trouve pas dans le manuscrit primitif, mais dans le cahier 10, un des ajouts du XVIIe siècle, explique vraisemblablement leurs présences déconcertantes aux côtés des 32 bienfaiteurs ecclésiastiques.

  • 27 J. F. NIERMEYER et C. VAN de KIEFT, « domicella », Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden / Bosto (...)
  • 28 On ne trouve dans le livre des fondations aucun homme de la famille Rolin, alors que des documents (...)
  • 29 Voir le bulletin de la Société d’histoire, d’Archéologie et de littérature de l’arrondissement de B (...)

36Cette haute concentration d’ecclésiastiques parmi les fondateurs de sexe masculin contraste franchement lorsqu’on la compare au statut social des fondatrices. Le titre que l’on recense le plus souvent est celui de domicella ou « damoyselle » qui désignait, selon J. F. Niermeyer, une demoiselle noble.27 Six des seize fondatrices sont ainsi qualifiées. Si on se penche attentivement sur l’identité de ces six demoiselles, on remarque que cinq d’entre elles appartenaient à la famille Rolin.28 Il faut ajouter à ce groupe de demoiselles Marie Poisson, femme de François de Moroges, dont une inscription épigraphique figurant sur un pilier de Notre-Dame d’Autun donnait la qualité.29

  • 30 J. F. NIERMEYER et C. VAN de KIEFT, « domina », Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden / Boston, (...)
  • 31 Ces précisions ne sont pas issues du livre des fondations, mais d’un cahier recensant les actes du (...)

37Parmi les dix autres fondatrices, on en trouve encore une dont on connaît le titre. Il s’agit d’Anne Poilblanc (fol. 24), qualifiée de domina. Elle appartenait peut-être au clergé, le titre domina pouvant désigner en latin médiéval une moniale.30 En revanche, comme elle était la veuve d’un dénommé Jean Dessoubz31, il est plus probable qu’il s’agissait d’une bourgeoise. Elle avait d’ailleurs sa sépulture à l’intérieur de la collégiale.

  • 32 M. PELLECHET, « La confrérie du Saint-Sacrement d’Autun : 1416-1655 », Mémoire de la Société éduenn (...)
  • 33 J.-L. LEMAITRE, « Nécrologes et obituaires : Une source privilégiée pour l’histoire des institution (...)

38Des neuf autres fondatrices, le livre des fondations ne donne que le nom. Dans quelques rares cas, d’autres documents contiennent des informations complémentaires (la liste des membres de la confrérie du Saint-Sacrement indique par exemple que Jehanne de Poul était une noble demoiselle), mais je n’ai pas réussi à toutes les identifier à ce jour.32 Du reste, l’absence de titres des sept autres fondatrices me fait avancer l’hypothèse qu’il ne s’agissait pas de femmes faisant partie de la noblesse, mais qu’il devait s’agir, étant donné le caractère onéreux de l’anniversaire, de riches bourgeoises liées au chapitre. Jean-Loup Lemaitre s’est penché sur le récurrent manque d’information au sujet des femmes apparaissant au sein des documents nécrologiques, et a montré qu’il s’agissait souvent de veuves apparaissant aussi bien en tant que fondatrice d’anniversaire pour leur mari que comme bénéficiaire.33

39En règle générale, les fondateurs des anniversaires en étaient également les bénéficiaires. Ils sont parfois explicitement mentionnés dans les sous-titres des actes, par une formule comme Sequitur anniversarius pro domicella Johanna de Gouy. En l’absence de sous-titres, le bénéficiaire est clairement stipulé dans le texte des actes, qui contiennent des formules usitées telles que ob remedium et salutem anime ou devocione motus pro salute anime sue. Ce genre de formules visait rarement le seul fondateur, qui demandait aussi des suffrages pour le salut de ses proches. Le chanoine Drouhot voulait que ses fondations servent ob remedium et salutem anime sue, omnibus quorum parentum, amicorum et benefactorum suorum.

  • 34 J.-G. BULLIOT, « Jean Drouhot, curé de Saint-Quentin, chanoine de la collégiale Notre-Dame-du-Châte (...)
  • 35 C’est le cas de Claude Perreau, dont la veuve Jeanne Lalemand se chargea de fonder l’anniversaire p (...)

40Les fondations étaient habituellement créées du vivant de leurs fondateurs. Tant que ceux-ci étaient en vie, elles donnaient lieu à des messes du Saint-Esprit célébrées à leur intention, qui devenaient des messes anniversaires au moment de leur mort.34 Mais il arrivait aussi que des fondateurs demandent dans leur testament que l’on célèbre un anniversaire en leur faveur. Il revenait alors aux exécuteurs testamentaires d’exaucer leurs dernières volontés.35

  • 36 J.-P. DEREGNAUCOURT, La mort au Moyen Âge, Éditions Gisserot, Paris, 2007, p. 74-77.
  • 37 Pour de plus amples réflexions sur cette question, voir K. FIANU, Promettre, confesser, s’obliger d (...)

41Faire célébrer une messe perpétuelle pour le remède de son âme n’était pas à la portée de tous et seules les personnes d’un certain statut possédaient les moyens de s’offrir l’obit perpétuel.36 On concluait les fondations par un acte notarié, ce qu’atteste en partie le codex étudié. Les actes notariés garantissaient légalement les fondations, mais matérialisaient aussi le rapport entre les chanoines et les fondateurs. En effet, comme l’a souligné Kouky Fianu, l’institution notariale, dont la fonction première n’était pas juridique, mais sociale, était à travers les actes notariés créatrice de lien sociaux, « associant des parties, leur entourage et leurs descendants en un ensemble unifié par des valeurs chrétiennes, les mêmes qui se manifestent depuis des siècles dans le monde chrétien occidental.»37

  • 38 Le chanoine Claude Regnault offrit pour sa fondation « en deniers contans la somme de sept vingt di (...)
  • 39 N. VERPEAUX, op. cit., p. 76. L’auteure signale, dans le cas de Saint-Andoche, que les fondations o (...)

42Le livre des fondations ne garde que très peu de traces du coût des anniversaires à Notre-Dame d’Autun. Seuls les actes concernant le chanoine Drouhot et les actes du XVIIe siècle contiennent la mention de sommes engagées dans l’établissement d’une messe perpétuelle. Drouhot, pour l’un de ses anniversaires, assurait au chapitre de Notre-Dame une rente fixe assignée sur un bien-fonds. Il promit de donner dix gros de rente au collège que celui-ci pouvait dorénavant prélever à perpétuité, sans doute sous forme de loyer, sur une maison avec une petite cour sise à l’arrière (domo cum curtuli retro sito) où habitaient alors un certain Pierre le Loup et sa femme Jehanne. Les autres fondateurs remettaient plutôt au chapitre une somme d’argent donnée.38 L’usage de cet argent n’est jamais spécifié, mais il servait vraisemblablement à acheter des rentes.39

II.I Deux siècles de fondations d’anniversaires

43La distribution des fondateurs que l’on vient d’étudier est celle de la communauté des bienfaiteurs dans son état final, complété et statique. Or cette communauté s’est en réalité bâtie sur près de deux siècles et a connu plusieurs transformations, à l’image du manuscrit qui l’abrite. Il importe donc, pour saisir le processus de constitution de ce groupe, de proposer une lecture dynamique et chronologique de l’apparition des fondateurs dans le manuscrit, que je croiserai ensuite avec des observations relatives aux trois phases de rédaction du livre des fondations.

44Le groupe des bienfaiteurs fut d’abord très homogène : sur une période de 38 ans s’étendant des fondations Drouhot (1468-1478) jusqu’à la fondation du chanoine Pillor en 1516, les 11 fondateurs étaient tous chanoines du chapitre de Notre-Dame, tandis que quatre des sept fondatrices appartenaient à la famille Rolin. Mises à part celles de trois femmes, toutes les fondations conservées dans le codex émanent pour cette période d’un horizon presque exclusivement limité aux chanoines autunois de Sainte-Marie et aux demoiselles de la famille Rolin, ce qui témoigne d’ailleurs des bonnes relations entre le collège et ses patrons. Il semblerait donc que les pages du livre des fondations aient été entre 1478 et 1516 réservées à ces gens de qualité.

45À partir de la fondation de Pierre Ducray, créée entre 1516 et 1521, s’esquisse un léger mouvement d’ouverture du livre des fondations à quelques ecclésiastiques extérieurs au chapitre. Des individus comme Pierre Ducray, curé de Saint-Quentin d’Autun, et Aulbin de la Crote, prêtre bénéficiaire à Saint-Lazare ayant fondé un anniversaire en 1555, font ainsi leur apparition dans le manuscrit. Trois prêtres choriaux, Simon Milor (1534), Germain Creusevaud, (v. 1557) Jacques Villain (1558), membres du chapitre de Notre-Dame, commencèrent à figurer dans le codex aux côtés de leurs supérieurs de rang canonial.

46Au cours du dernier tiers du XVIe siècle se produisit un changement très rapide. Alors que le livre des fondations contenait jusqu’alors essentiellement les anniversaires des femmes Rolin et des membres du collège de Notre-Dame, les fondations inscrites dans le manuscrit furent désormais le fait d’une majorité de bienfaiteurs n’appartenant ni au chapitre ni à la famille du chancelier. À partir de la fondation de dame Anne Poilblanc vers 1566 et surtout de celle de Marguerite Borceret, vers 1578, jusqu’à celle de la demoiselle Marie Poisson en 1649, les chanoines de Notre-Dame se firent de plus en plus rares. Si les ecclésiastiques arrivent encore en tête de file du cortège des fondateurs pour cette période, ils ne sont plus responsables de la majorité des fondations : même en additionnant aux six chanoines de Notre-Dame les deux chanoines de Saint-Lazare, Boulet et Goujon, ainsi que le prêtre habitué Regnault, les ecclésiastiques ne comptent que neuf des 20 fondateurs. Ce recul de la présence des ecclésiastiques parmi les fondateurs se double de l’inscription d’anniversaires fondés par des laïcs de toutes origines sociales confondues. On y trouve par exemple le cordonnier Pierre Ravier et le médecin Claude Perreau. On voit aussi réapparaître des femmes parmi les fondateurs, dont la patronne de la collégiale Suzanne Rolin et cinq femmes au statut inconnu.

  • 40 Ce qui correspond à tous les actes rédigés après l’acte 34 (f. 37), ce dernier y compris.

47Si les limites temporelles de ces trois phases sont bien entendu approximatives, force est de constater qu’il y a une forte corrélation entre elles et les changements dans le processus de rédaction du livre des fondations. Ainsi, les actes datant d’entre 1468 et 1521, qui se rapportent principalement aux anniversaires de chanoines de Notre-Dame et des demoiselles Rolin, correspondent grosso modo au mode d’inscription caractérisé par une rédaction organisée et programmée (1478-1516). L’ouverture aux choriaux et aux ecclésiastiques issus de l’extérieur du chapitre coïncide dans le manuscrit avec le passage des phases de rédaction programmées à l’écriture individualisée, un acte ou deux à la fois, des anniversaires (1516-1649).40 Le début du renversement de tendance amenant une plus grande présence de laïcs d’origine variée se manifeste quant à lui formellement et textuellement par le début de l’utilisation de la lettre humaniste dans le codex et par l’écriture d’actes intercalés au sein d’unités de production préexistantes (1566-1649). Si le tournant de l’ouverture grandissante aux laïcs de toutes conditions prend codicologiquement place à l’intérieur du manuscrit primitif, la rupture n’est toutefois réellement consommée que lors de l’ajout de cahiers externes (troisième mode d’inscription) dans une opération de reliure entre 1649 et 1694, qui transforme le livre des fondations en document d’archives.

48L’explication du tournant du XVIIe siècle relève de l’hypothèse. Ce que l’on constate, c’est que le manuscrit semble en 1649 avoir définitivement perdu son sens social premier, celui de préserver la mémoire des chanoines donateurs et des demoiselles Rolin, pour en acquérir un nouveau, celui de préserver la mémoire d’une communauté des bienfaiteurs élargie. On peut difficilement comprendre cette transition à l’aune seule du livre des fondations, qui n’en est que le reflet. Le fait que l’on continue à écrire des anniversaires dans le même codex témoigne néanmoins d’une continuité de son sens premier et d’une proximité, par le biais du manuscrit, entre les vieux chanoines et les donateurs plus récents.

  • 41 J.-B. de VAIVRE, « La famille de Nicolas Rolin », La splendeur des Rolin…, Op. cit., p. 19-35.

49Il est possible de mettre cette ouverture du chapitre en relation avec un événement somme toute banal, mais probablement majeur pour le chapitre autunois, qui prit place en 1577 : la mort de Suzanne Rolin et le passage du droit de patronage de la collégiale à la famille Chambellan.41 Cette disparition de la présence et du soutien traditionnel des patrons de la famille du chancelier, qui habitèrent tous dans l’Hôtel Beauchamps d’ailleurs directement relié à la collégiale par une galerie, aurait pu l’inciter à chercher de nouveaux bienfaiteurs en s’ouvrant davantage à la société autunoise. La fin du lien privilégié entre les chanoines et leurs patrons semble avoir entraîné la fin d’une communauté des bienfaiteurs centrée sur les membres du chapitre et les Rolin.

III. Les anniversaires à Notre-Dame d’Autun

  • 42 J.-C. SCHMITT, L’invention de l’anniversaire, Paris, Arkhê, 2009, p. 45-62.
  • 43 Clive Burgess s’est penché sur les relations entre funérailles et anniversaires dans « A Service fo (...)

50La célébration de l’anniversaire et sa logique de répétition, au contraire des neuvaines, des trentains grégoriens et des messes du bout-de-l’an, ne visait pas à aider directement le passage de l’âme du défunt vers l’au-delà, mais plutôt à l’inscrire dans le calendrier sanctoral d’une institution ecclésiastique donnée. On célébrait en fait le jour où le défunt avait connu la « vraie naissance », c’est-à-dire l’accès au salut à travers la mort, dans le but de rappeler au vivant de prier pour lui. Suivant Jean-Claude Schmitt, il s’agit d’une forme institutionnalisée du travail du deuil, puisque le capital spirituel et matériel du bénéficiaire de l’anniversaire s’épuise au fur et à mesure que les années passent et que le souvenir du défunt s’estompe.42 L’anniversaire n’est pas étranger aux rites de passage : sous sa forme solennelle, il correspond essentiellement à une répétition du rite des funérailles.43

51Les pratiques de commémoraison des défunts, soit l’acte de prier pour les défunts et en même temps de célébrer leur mémoire, sont à l’origine comme au cœur du livre des fondations de Notre-Dame d’Autun. Les 68 actes de ce manuscrit comportent tous une description tantôt minime, tantôt détaillée, de la liturgie anniversaire demandée par chacun des fondateurs, qui disposaient d’une certaine liberté dans l’organisation de leurs fondations.

52À Notre-Dame d’Autun, la fondation d’anniversaires perpétuels – par laquelle les fidèles envisageant leur trépas s’assuraient l’entretien de leur mémoire de même que la réception de suffrages de la part des membres de la collégiale éduenne – ainsi que leur célébration obéissaient à une structure générale codifiée qui permettait tout de même aux fondateurs de manifester leurs préférences liturgiques. À l’intérieur du cadre de l’anniversaire solennel comprenant vigiles et messe de Requiem, les fondateurs pouvaient selon leur volonté se placer sous la protection d’un saint, du Christ ou de la Vierge en faisant concorder leur anniversaire avec une fête du temporal ou du sanctoral, ou bien faire célébrer leur anniversaire le jour de leur obit ; ils pouvaient exprimer leurs différences sur certains aspects du programme liturgique en réclamant un texte plutôt qu’un autre, voire en optant pour une formule plus courte, comme la simple récitation d’un Libera me, plus rare comme un Tribus horis, ou complètement adaptée, à l’instar de l’anniversaire au programme marial du chanoine Poitreault. Les distributions en argent et parfois en aliments, intégrées à la liturgie et souvent effectuées sur le tombeau du défunt, rétribuaient les célébrants et assuraient leur participation dans le renouvellement perpétuel des messes anniversaires. Elles constituaient aussi une œuvre pieuse qui profitait à l’âme du donateur et rappelait le statut qu’il avait de son vivant.

  • 44 Au sujet du circuitus et de la spatialisation des espaces funéraires, M. LAUWERS, La naissance du c (...)
  • 45 Sur l’usage des bières et des tombeaux: C. BURGESS, « A Service for the Dead: The Form and Function (...)
  • 46 R. MARCOUX, L‘espace, le monument et l'image du mort au Moyen Âge : Une enquête anthropologique sur (...)

53La célébration d’un anniversaire impliquait nombre d’éléments paraliturgiques contribuant à l’efficacité de la cérémonie, à commencer par les processions, munies des objets signifiants que sont la croix, l’eau bénite et les cierges ardents, qui conduisaient les célébrants jusqu’au lieu où prenait place la liturgie. Les processions sacralisaient l’espace liturgique de l’anniversaire et menaient parfois, comme dans le cas de Colette Rolin, à effectuer un circuitus autour de la collégiale délimitant l’espace intérieur sacré de l’église de l’extérieur profane.44 La procession s’arrêtait sur le tombeau du fondateur de l’anniversaire, où l’on dressait souvent pour l’occasion une bière (tumulus) recouverte d’un drap noir, de cierges et d’herbes vertes.45 Il s’agissait d’un locus privilégié pour l’intercession de même que d’un objet efficace par sa matérialité, son épitaphe et par homologie à ce à quoi il renvoyait – le corps du défunt – capable de susciter la componction et d’ainsi garantir aux défunts, à la manière de la liturgie anniversaire elle-même, les suffrages de vivants, ce que pouvaient également assurer des images de dévotion à l’instar du tableau de Jehan Drouhot.46 Ces éléments liturgiques et paraliturgiques, fortement imbriqués, étaient autant de composantes signifiantes et efficaces d’un rite servant, sur le plan du dogme, à garantir l’intercession des vivants en faveur des défunts, de même qu’à répondre à la nécessité de la prise en main de son propre salut, un aspect central de la société tardo-médiévale.

III.I Le manuscrit, les fondateurs, les fondations : une évolution croisée

54L’évolution des anniversaires entre 1478 et 1649 laisse deviner des changements concordants avec ceux relevant de la matérialité du manuscrit et du profil des fondateurs, même si sur toute la période, la majorité des anniversaires célébrés était « solennels », c’est-à-dire qu’ils étaient chantés, comportaient des vigiles, des prières sur le lieu de la sépulture ainsi qu’une messe de Requiem.

  • 47 L’apparition d’un Si ambulem dans le contexte de la liturgie funéraire est rare et étonnante. Ce ré (...)

55Il existe un premier bloc d’anniversaires cohérent allant des fondations du chanoine Drouhot à la donation de Pierre Ducray, soit de 1468 à 1521. Ce premier bloc de 27 actes se caractérise liturgiquement par la prédominance de l’anniversaire solennel. Cette préférence n’a pas empêché une certaine liberté dans le choix du programme liturgique. Au contraire, les fondations varient toutes l’une de l’autre sans que cela aille à l’encontre de la structure typique de l’anniversaire solennel, tel fondateur voulant par exemple un Congregati sur son tombeau avant la messe tandis que tel autre préférait un Libera me ou le répons Si ambulem après la messe47. Un autre élément très particulier distingue les anniversaires solennels de cette période par rapport à ceux qui suivent : les distributions de pain et de vin. Elles sont attestées dans 19 des 27 actes, neuf fondations – littéralement qualifiées d’anniversaires de pain et de vin – ne comportant même pas de distribution en argent. En dehors de ce premier groupe d’anniversaires, on n’observe qu’une seule autre distribution alimentaire, d’ailleurs isolée.

56En ce qui concerne les dates des célébrations, les fondateurs du premier groupe manifestèrent une préférence marquée pour les jours de fêtes mariales (13 anniversaires), de saints patrons (13), du cycle temporal (neuf) ou encore de tous les défunts (quatre). Les anniversaires de cette période ne correspondent de surcroît jamais à l’obit de leur fondateur.

57Il semble y avoir eu une altération dans la célébration et la fondation d’anniversaires à partir de la fondation de Guillaume Visot (1521) jusqu’à celle de la dame Anne Poilblanc (1566). Les 20 actes de cette période sont marqués par un recul important de la fondation d’anniversaires solennels, 12 de ces 20 actes ne se rapportant pas à ce genre de célébration. On lui a préféré une liturgie moins solennelle et sans doute moins onéreuse. C’est notamment le cas pour les chanoines Claude Pithoix et Étienne Genevois, le premier ayant demandé la récitation d’un simple Congregati sur sa tombe, le second ayant opté pour la fondation de multiples petits Libera me ou De profundis. On voit aussi apparaître à cette époque une nouvelle forme de liturgie, les Tribus Horis. Les distributions liées aux fondations de cette période se faisaient toutes en argent, à l’exception de celle pour la messe perpétuelle du chanoine Rousselot qui s’effectuait également en pain et en vin.

58Des différences se remarquent aussi dans le choix des jours des anniversaires. D’abord, les fondateurs n’associèrent que dans trois cas leurs anniversaires avec une fête mariale. Ils leur préférèrent les fêtes des saints dont ils portaient le nom et les fêtes christiques du temporal (Pâques, la Pentecôte, la Circoncision, la Fête-Dieu). Un des fondateurs, le chanoine Guillaume Visot (1521), opta pour la première fois dans le manuscrit de fonder son anniversaire le jour de son obit.

  • 48 Au sujet de la ville d’Autun et de la Réforme, voir H. ABORD, Histoire de la Réforme et de la Ligue (...)

59Le chanoine Étienne Genevois, auteur de neuf fondations distinctes à Notre-Dame d’Autun entre 1546 et 1556, mérite une attention particulière. Celui-ci a clairement effectué ses donations dans une logique d’accumulation. Outre Jehan Drouhot, particulièrement généreux dans ses fondations pieuses, il est le seul chanoine à accumuler ainsi des anniversaires, qu’il fait d’ailleurs tous ratifier chez le notaire Goujon, renforçant ses fondations par le prestige et la solennité de l’écrit. En l’absence d’information prosopographique sur cet individu, j’en suis réduit aux hypothèses. Peut-être son état de Genevois - Genève étant la capitale du calvinisme qui se propageait en France à la même époque - l’a-t-il incité à multiplier les fondations pieuses de manière à montrer son attachement plein et entier à l’Église de Rome ?48

  • 49 Cela coïncide avec le changement dans l’usage pratique du manuscrit, dont j’ai discuté en première (...)

60La donation de Gilbert Pelletier en 1577 marque un nouveau tournant dans la fondation et la célébration des anniversaires à Notre-Dame. De la fondation de Pelletier à celle de la demoiselle Marie Poisson (1649), dernière du volume, tous les actes concernent la fondation d’anniversaires solennels, et ce, sans exception. La seule fondation particulière est celle de Suzanne Rolin (v. 1577), dernière patronne de la collégiale, qui donnait lieu à un anniversaire solennel impliquant trois messes de Requiem au lieu d’une seule. Les anniversaires solennels diffèrent du premier groupe par leur programme liturgique ; très réguliers, ils ne semblent plus comporter, du moins à la lumière du livre des fondations, d’éléments personnalisés à la manière de ce que j’ai observé pour les anniversaires de la première période. Au contraire, on ne fait presqu’aucune mention du programme liturgique dans les textes postérieurs à l’acte 54 (v. 1578). Les descriptions détaillées des distributions, caractéristiques des actes des deux autres périodes, tendent par ailleurs à disparaître presque complètement des actes de ce troisième groupe.49 Ainsi on se contente désormais le plus souvent, à l’instar de la fondation du chanoine Dupasquier (v. 1600), d’un laconique « fera distribuer VI livre tournois ». À l’inverse, les mentions du prix des fondations, précédemment uniquement attestées dans les actes du chanoine Drouhot et celui du chanoine Villain, se retrouvent dans tous les actes des dernières fondations.

61Sur les 19 anniversaires de cet ensemble, cinq prennent place le jour de l’obit du fondateur. Ce chiffre, assez peu élevé, se distingue néanmoins de la quasi-absence de ce genre de fondation dans le reste du manuscrit. Dans les autres cas, les fêtes de saints patrons (12) l’emportent nettement sur les fêtes mariales et christiques (trois et deux respectivement). Il s’agit peut-être d’un changement dans les pratiques dévotionnelles, les fondateurs préférant alors la protection des saints à celle de la vierge. On sait que le début du XVIIe siècle a été marqué par un renouveau de l’hagiographie sous l’impulsion des bollandistes.

62Les trois séquences de fondations dont j’ai discuté ne sont pas sans évoquer les trois phases de la composition de la communauté des bienfaiteurs ; de fait, elles leur correspondent à peu de choses près. Elles peuvent également être associées aux changements dans le processus de production du manuscrit, à la manière de ce que j’ai constaté au sujet de la communauté des bienfaiteurs.

63Le premier type de fondations coïncide avec l’établissement d’une communauté de bienfaiteurs restreinte aux chanoines et aux nobles demoiselles de même qu’au premier mode d’inscription des actes. L’unité de cette section est d’ailleurs renforcée par la mention de distribution de pain et de vin, avec toute sa symbolique eucharistique et de repas visant à renforcer les solidarités après la disparition d’un membre de la communauté. Attesté uniquement dans ces actes, cet usage se perdra avec le temps. Les anniversaires de cette période ne sont pas sans évoquer le principe des nécrologes employés pendant le Moyen Âge central, ces documents servant à préserver durablement la mémoire des membres d’une communauté religieuse et de ses grands bienfaiteurs laïques.

64Le deuxième type se rapporte au début de l’ouverture du livre des fondations aux choriaux de Notre-Dame et à des ecclésiastiques provenant de l’extérieur du chapitre (v. 1521). Il s’accompagne du passage définitif de la rédaction programmée vers une rédaction individualisée, un acte à la fois, caractéristique du deuxième mode d’inscription. Le passage du premier au deuxième mode est donc celui d’une rédaction organisée à une rédaction épisodique ; de l’anniversaire solennel, qui était structuré tout en permettant une relative inventivité des fidèles, à différents rites de célébrations anniversaires, moins coûteux ou carrément nouveaux ; et d’un groupe fermé à un groupe s’ouvrant progressivement vers l’extérieur. Cependant, même si les actes commencent à ce moment à varier formellement et textuellement, on observe une continuité certaine à travers la mention du programme liturgique et la description détaillée de la distribution, qui restent la norme. Les actes de cette période dénotent une forme d’hésitation quant au sens social de l’anniversaire : il s’agit dans certains cas de joindre son souvenir à la mémoire entretenue par le chapitre à l’instar des anniversaires du premier paradigme, et peut-être dans d’autres, notamment chez Genevois, de procéder à une légitimation sociale par l’entremise de fondations perpétuelles.

65La mise en place du troisième type de fondations arrive en même temps que le renversement de tendance dans la composition de la communauté des bienfaiteurs, menant à une présence accrue des laïcs dans le livre des fondations. Alors même que les pages du manuscrit s’ouvrent aux gens de toutes conditions et que l’aspect des textes fluctue de façon marquée, la seule liturgie offerte est dorénavant celle de l’anniversaire solennel, cette fois à peu de choses près complètement standardisée. Les actes des cahiers ajoutés, qui diffèrent codicologiquement, formellement et textuellement des actes du manuscrit primitif, ne font d’ailleurs pas état d’une rupture sur le plan liturgique puisqu’ils se rapportent eux aussi à des anniversaires solennels sans personnalisation. Il semblerait donc que l’ouverture progressive du livre des fondations vers l’extérieur du cercle fermé des chanoines et des demoiselles se soit doublée, après un moment d’invention et d’hésitation, d’une normalisation croissante de la manière dont étaient célébrés les anniversaires à Notre-Dame d’Autun. La logique comptable de la liturgie anniversaire intégrant les laïques à l’Église semble définitivement prendre le dessus à cette époque.

IV. Conclusion

66Les différents changements dans la fondation et la célébration des anniversaires auprès du chapitre autunois ne doivent pas faire oublier qu’il s’agit d’abord et avant tout de pratiques stables. La célébration d’un anniversaire pour Jehan Drouhot, fondé en 1468, n’était pas si distincte de celle pour Marie Poisson, datant de 1649. L’évolution de la fondation et de la célébration d’anniversaires à Notre-Dame d’Autun selon trois types, un phénomène que l’on observe à travers un codex qui servait explicitement à les consigner, témoigne essentiellement d’un changement du rapport entre les chanoines, leur codex et la communauté des bienfaiteurs qu’il abritait, et la pratique de la commémoraison anniversaire. Les changements de cette pratique se reflètent nécessairement dans les caractères codicologiques, formels et textuels du livre des fondations qui en est le miroir. Ainsi, la commémoraison anniversaire à Notre-Dame d’Autun a conservé à travers les siècles sa finalité d’intercession pour les défunts, tandis que son sens social s’est résolument modulé aux évolutions de la société et à ses particularités du moment.

Top of page

Notes

1 Archives départementales de Saône-et-Loire (ADSL), 10 G 4 (le manuscrit est disponible en ligne sur le site internet des Archives). Tous les actes mentionnés dans le présent article font référence à ce document, sauf lorsque le contraire est explicitement énoncé.

2 Au tournant du XVe siècle, l’église paroissiale de Notre-Dame d’Autun, attestée depuis l’Antiquité tardive, menaçait de tomber en ruine. Elle serait sans doute demeurée un lieu de culte secondaire sans l’action énergique d’un puissant paroissien attaché à l’église de son baptême, le chancelier de Bourgogne Nicolas Rolin (1376-1462), qui y fit des donations d’importance croissante au fil de sa brillante carrière. En 1450, fort du droit de patronage et décidé à faire de Notre-Dame son mausolée funéraire, Nicolas Rolin entreprit de faire de son église paroissiale une collégiale à l’image de son rang. Il créa un chapitre composé d’un prévôt, d’onze chanoines, de quatre choriaux et de quatre enfants de chœur. Quelques années plus tard, il grossit les rangs du collège d’un chanoine supplémentaire de même que de six autres choriaux. Pour assurer la prospérité de la collégiale nouvellement fondée, il lui assura une rente de 1200 livres tournois, une somme qu’il augmenta à 2000 livres dans son testament rédigé en 1462. Par le nombre de desservants attachés à Notre-Dame et par la richesse de sa dotation, la collégiale de Rolin éclipsait toutes les autres de Bourgogne à l’exception de la Sainte-Chapelle de Dijon, liée au duc lui-même. Au sujet de Nicolas Rolin et de Notre-Dame d’Autun, consulter B. MAURICE-CHABARD, « La collégiale Notre-Dame-du-Châtel à Autun », La splendeur des Rolin : Un mécénat privé à la cour de Bourgogne, Paris, Picard, 1999, p. 91-99 ; H. KAMP, « Le fondateur Rolin, le salut de l’âme et l’imitation du duc », La splendeur des Rolin…, op. cit., p. 67-69 et 76-78, et surtout Memoria und Selbstdarstellung : Die Stiftungen des burgundischen Kanzlers Rolin, Jan Thorbecke Verlag, Sigmaringen, 1993.

3 J. CHIFFOLEAU, La comptabilité de l’au-delà : Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 2011 [1980] et voir aussi J. CHIFFOLEAU, La religion flamboyante 1320-1520, Paris, Le Seuil, 2011 [1988].

4 M. LAUWERS, La mémoire des ancêtres, le souci des morts : morts, rites et société au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 1997.

5 Jean-Loup Lemaitre a montré dans ses travaux tout l’intérêt des documents nécrologiques médiévaux. Voir sa thèse de doctorat intitulée Mourir à Saint-Martial : La commémoration des morts et les obituaires à Saint-Martial de Limoges, du XIe au XIIIe siècle, Paris, De Boccard, 1989 et son Répertoire des documents nécrologiques français, Paris, Imprimerie nationale, 1980. Plus récemment, Nathalie Verpeaux a effectué une belle édition des obituaires de Saint-Andoche d’Autun et a en plus proposé un utile catalogue prosopographique des donateurs. N. VERPEAUX, Les obituaires de l’abbaye Saint-Andoche d’Autun, Paris, Académie des inscriptions et Belles-Lettres, 2011. Les pratiques commémoratives du chapitre de Saint-Lazare d’Autun ont été étudiées dans la thèse de J. MADIGNIER, Le chapitre cathédral d’Autun du XIe au XVe siècle, Langres, Éditions Guéniot, 2011.

6 Je me base ici sur la typologie proposée par Jean-Baptiste Lebigue dans : « 4. L’organisation du culte. Liturgie des défunts », dans Initiation aux manuscrits liturgiques, Paris-Orléans, IRHT, 2007 (Ædilis, Publications pédagogiques, 6), http://aedilis.irht.cnrs.fr/initiation-liturgie/defunts.htm, consulté le 28 mai 2014.

7 J.-L. LEMAITRE, Répertoire des documents nécrologiques français : troisième supplément (1993-2008), dir. J. Favier et J.-L. Lemaitre, Paris, Académie des inscriptions et des belles-lettres, 2008. Dérobé aux ADSL au début des années 2000, repéré lors d’une vente aux enchères à Auxerre en 2006, placé sous séquestre, le manuscrit 10 G 4 n’a réintégré les Archives qu’en 2010, ce qui explique son absence du Répertoire de même que des études de Jacques Madignier et de Nathalie Verpeaux.

8 À ce sujet, voir J. MORSEL, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents publiés par la Société des études médiévales du Québec, 4 (2000), p. 3-43, et D. MEHU, « Textes, sources, lettres, monuments ? Réflexions sur les documents écrits clunisiens du Moyen Âge », Memini. Travaux et documents, 9-10 (2005-2006), p. 169-190.

9 P. ANDRIST, P. CANART et M. MANIACI, La syntaxe du codex : Essai de codicologie structurale, Brepols, Turnhout, 2013, p. 7.

10 A. MONTREUIL, « La nécessaire déconstruction d’un manuscrit complexe : l’analyse codicologique du livre des fondations de Notre-Dame d’Autun », Les actes du 14e colloque Artefact, Québec, Presses de l’Université Laval, 2015, p. 21-44.

11 La diminution des annotations marginales au fil des pages est cependant directement liée à la diminution de la longueur des actes. Là où les actes de Drouhot faisaient six pages sans divisions internes et sans repères visuels (d’où l’intérêt des annotations), un acte de 1550 peut faire cinq ou six lignes. On voit mal l’utilité d’annoter un texte se limitant à : « Fundavit praeterea predictus vir venerabilis dominus Stephanus Genevoys, canonicus predicte ecclesiae, responsorium Libera me cum aliis versiculis, dicentur die lune post Pascha ad instar illorum supradictorum. », qui correspond à une version très abrégée d’un acte semblable à ceux de Drouhot.

12 J.-B. LEBIGUE, « 4. L’organisation du culte. Liturgie des défunts », Initiation aux manuscrits liturgiques, Paris-Orléans, IRHT, 2007, http://aedilis.irht.cnrs.fr/initiation-liturgie/defunts.htm, consulté le 25 juin 2014.

13 P. GÉHIN, Lire le manuscrit médiéval, Paris, Armand Colin, 2007, p. 15-16.

14 E. ORNATO, « Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval », La face cachée du livre médiéval : L’histoire du livre vu par Ezio Ornato et ses amis et ses collègues avec une préface d’Armando Petrucci, Rome, Viella, 1997, p. 97-116.

15 Ces informations sont tirées de J.-G. BULLIOT, « Jean Drouhot, curé de Saint-Quentin, chanoine de la collégiale Notre-Dame-du-Châtel d’Autun et ses fondations », Mémoires de la Société éduenne, Tome VIII, 1981, p. 301-360.

16 La localisation de la tombe de Drouhot est mentionnée à deux reprises dans les actes de ses fondations copiés dans le livre des fondations. Le tableau qu’il a fait réaliser se trouve aujourd’hui au Musée Rolin, à Autun. Ce tableau montre le chanoine Jehan Drouhot au premier plan, agenouillé devant le Christ en croix flanqué de Jean et de la Vierge. Au fond, on aperçoit la représentation d’une ville idéale, peut-être Autun, dont l’église perchée et la maison à toit crénelé rappellent les villes flamandes et bourguignonnes de la fin du Moyen Âge. De la bouche de Drouhot s’échappent les paroles redemptor mundi miserere mei, tandis qu’une inscription plus longue est écrite sur le phylactère : In pede huius pilaris sub hac tomba jacet dominus Johannes Drouhoti, istius ecclesie canonicus ac curatus Sancti Quintini, qui obiit die XVIII mensis januari anno domini millesimo IIIIc LXXXI. Anima ejus requiescat in pace. Amen. L’intention de Drouhot a sans doute été de se faire représenter en prière aux pieds du Christ, de la Vierge et de Jean, de manière à recevoir leur protection. Il est de plus placé comme eux en présence visuelle du Christ rédempteur, ce qui est réservé aux élus.

17 Clive Burgess a étudié un cas semblable dans une paroisse anglaise : « Longing to be prayed for: Death and Commemoration in an English Parish in the Later Middle Ages », The Place of the Dead: Death and Remembrance in Late Medieval and Early Modern Europe, éd. B. GORDON et P. MARSHALL. Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 44-65.

18 Sur la définition du locus, voir D. MÉHU, « Locus, transitus, peregrinatio : Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l’Occident médiéval (XIe-XIIIe siècle) », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 275-293.

19 Le seul acte dont on ne connaît pas le nom du fondateur est le 67e, qui est tronqué.

20 Jehan Poitreault, Pierre Lemas, Maria de Lévis et Colette Rolin font chacun l’objet de deux actes, Jehan Drouhot de six et Étienne Genevoix de neuf.

21 J.-L. LEMAITRE, « Nécrologes et obituaires : Une source privilégiée pour l’histoire des institutions ecclésiastiques et de la société au Moyen Âge ? », Memoria. Ricordare e dimenticare nella cultura del medioevo / Memoria. Erinnern und Vergessen in der Kultur des Mittelalters, éd. M. BORGOLTE, C. D. FONSECA et H. HOUBEN, Bologne / Berlin, Societa editrice il Mulino / Duncker et Humbolt, 2005, p. 201-217.

22 Ibid., p. 207.

23 Ainsi que le stipule l’acte de fondation de Notre-Dame : […] si contingat aliquos parrochianos dicte ecclesie aut alios, causa devocionis, pro fundacione aliorum divinorum officiorum dare inter vivos seu legare in ultima voluntate aliquid de bonis suis dicte ecclesie seu dictis curato et canonicis communiter vel divisum, ipsi curatus et canonici tales fundaciones, donaciones et legata recipere poterunt et acceptare. Acte de fondation, Archives de la Société éduenne, D3.

24 Le collège de Notre-Dame d’Autun, dirigé par un prévôt, comptait douze chanoines, douze prêtres choriaux et quatre enfants de chœur.

25 Étienne Boulet, docteur en droit et chanoine fut le procureur de l’évêque d’Autun lors d’un procès contre des chanoines hérétiques pendant la première guerre de Religion; Lazare Goujon était docteur en théologie et grand archidiacre d’Autun. H. ABORD, Histoire de la Réforme et de la Ligue dans la ville d’Autun, Tome 1, Dejussieu, 1855-1886, p. 167.

26 L’anniversaire fondé par le curé Pierre Ducray peut s’expliquer par les liens instaurés entre la cure de Saint-Quentin et le collège grâce aux fondations de Jehan Drouhot, qui avait demandé que le curé de Saint-Quentin reçoive une somme d’argent à chacun de ses anniversaires, à condition d’être présent.

27 J. F. NIERMEYER et C. VAN de KIEFT, « domicella », Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden / Boston, Brill, 2002 [1976], p. 458.

28 On ne trouve dans le livre des fondations aucun homme de la famille Rolin, alors que des documents d’archives attestent que certains, dont Guillaume de Beauchamps le gendre de Nicolas Rolin, firent des fondations auprès du chapitre de Notre-Dame (Archives de la Société éduenne, D3). Il semblerait qu’on y ait pour une raison ou pour une autre privilégié la préservation de la mémoire des femmes de la famille Rolin.

29 Voir le bulletin de la Société d’histoire, d’Archéologie et de littérature de l’arrondissement de Beaune, « Les capitaines du château de Beaune », Mémoires, Beaune, 1883, p. 137-138.

30 J. F. NIERMEYER et C. VAN de KIEFT, « domina », Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden / Boston, Brill, 2002 [1976], p. 458.

31 Ces précisions ne sont pas issues du livre des fondations, mais d’un cahier recensant les actes du notaire Edme Goujon l’aîné concernant Notre-Dame d’Autun. Archives départementales de la Côte-d’Or, G 2391.

32 M. PELLECHET, « La confrérie du Saint-Sacrement d’Autun : 1416-1655 », Mémoire de la Société éduenne…, op. cit., 337-379. Le cahier de recensement des fondations de 1694 contient des informations concernant une autre fondatrice, Françoise Robert : celle-ci, soumise au droit de mainmorte, était sans doute une tenancière attachée aux terres de Chappey, dont les chanoines étaient les seigneurs. ADSL, 10 G liasse non classée.

33 J.-L. LEMAITRE, « Nécrologes et obituaires : Une source privilégiée pour l’histoire des institutions ecclésiastiques et de la société au Moyen Âge ? », op. cit., p. 201-217.

34 J.-G. BULLIOT, « Jean Drouhot, curé de Saint-Quentin, chanoine de la collégiale Notre-Dame-du-Châtel d’Autun et ses fondations », Mémoires de la Société éduenne des lettres, sciences et arts, Tome VIII, 1881, p. 301-360.

35 C’est le cas de Claude Perreau, dont la veuve Jeanne Lalemand se chargea de fonder l’anniversaire prévu « par son testament et ordonnant de derniere volonté […] legué audict chapitre la somme de trois cent livres pour une fois, moyenant et a la charge que lesdits sieurs venerables soient tenus […] de faire celebrer en ladicte eglise… »

36 J.-P. DEREGNAUCOURT, La mort au Moyen Âge, Éditions Gisserot, Paris, 2007, p. 74-77.

37 Pour de plus amples réflexions sur cette question, voir K. FIANU, Promettre, confesser, s’obliger devant Pierre Christophle, notaire royal à Orléans (1437), Paris, Presses de l’École nationale des chartes, 2016.

38 Le chanoine Claude Regnault offrit pour sa fondation « en deniers contans la somme de sept vingt dix livres ».

39 N. VERPEAUX, op. cit., p. 76. L’auteure signale, dans le cas de Saint-Andoche, que les fondations ont parfois servi à embellir l’église.

40 Ce qui correspond à tous les actes rédigés après l’acte 34 (f. 37), ce dernier y compris.

41 J.-B. de VAIVRE, « La famille de Nicolas Rolin », La splendeur des Rolin…, Op. cit., p. 19-35.

42 J.-C. SCHMITT, L’invention de l’anniversaire, Paris, Arkhê, 2009, p. 45-62.

43 Clive Burgess s’est penché sur les relations entre funérailles et anniversaires dans « A Service for the Dead: The Form and Function of the Anniversary in Late Medieval Bristol », Transactions of the Bristol Gloucestershire Archaeological Society, Vol. 105 (1987), p. 183-212.

44 Au sujet du circuitus et de la spatialisation des espaces funéraires, M. LAUWERS, La naissance du cimetière : Lieux sacrés et terres des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005, p. 137-146.

45 Sur l’usage des bières et des tombeaux: C. BURGESS, « A Service for the Dead: The Form and Function of the Anniversary in Late Medieval Bristol », op. cit., p. 183-212.

46 R. MARCOUX, L‘espace, le monument et l'image du mort au Moyen Âge : Une enquête anthropologique sur les tombeaux médiévaux de la Collection Gaignières, Thèse de Doctorat, Université Laval et Université de Dijon, 2013, p. 316-321.

47 L’apparition d’un Si ambulem dans le contexte de la liturgie funéraire est rare et étonnante. Ce répons n’est pas répertorié dans l’ouvrage de Knud Ottosen (The Responeries and Versicles of the latin Office of the Dead, Aarhus, Aarhus University Press, 1993) et n’apparaît chez Dom Hesbert (« 59 », Antiphonale missarum sextuplex, Rome, Herder, 1935, p. 214) que comme répons graduel du samedi de la troisième semaine de Carême. Je remercie vivement Jean-Loup Lemaitre pour ces indications.

48 Au sujet de la ville d’Autun et de la Réforme, voir H. ABORD, Histoire de la Réforme et de la Ligue dans la ville d’Autun, Tome 1, Paris, 1855. Je remercie chaleureusement Kouky Fianu de m’avoir suggéré cette hypothèse.

49 Cela coïncide avec le changement dans l’usage pratique du manuscrit, dont j’ai discuté en première partie.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Actes du premier mode d’inscription (1478-1516)
Caption Cliché de l’auteur, fol. 18v.-19r.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/864/img-1.png
File image/png, 486k
Title Figure 2. Actes du deuxième mode d’inscription (1516-1649)
Caption Cliché de l’auteur, fol. 42v.-43r.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/864/img-2.png
File image/png, 567k
Title Figure 3. Cahiers ajoutés entre 1649 et 1694 (troisième mode d’inscription)
Caption Cliché de l’auteur, fol 62v.-63r.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/864/img-3.png
File image/png, 314k
Title Figure 4. Tableau funéraire de Jean Drouhot
Caption Auteur anonyme, 69 cm de hauteur par 36 de largeur, (c) Ville d'Autun, Musée Rolin, cliché H.N. Loose.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/864/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Top of page

References

Electronic reference

Arnaud Montreuil, « Au miroir des anniversaires : la commémoraison des morts dans le livre des fondations de la collégiale Notre-Dame-du-Châtel d’Autun (1468-1649) », Memini [Online], 21 | 2017, Online since 25 March 2017, connection on 30 April 2017. URL : http://memini.revues.org/864 ; DOI : 10.4000/memini.864

Top of page

About the author

Arnaud Montreuil

Université d’Ottawa

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org