Navigation – Plan du site
La parole et l'écrit

Thomas d’Aquin succède au régent Hélie Brunet. Les dessous de sa nomination à l’Université de Paris

Bruno Roy
p. 399-408

Entrées d'index

Géographique :

Paris, France, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la jeunesse de Thomas, voir entre autres J. A. Weisheipl, Frère Thomas d’Aquin. Sa vie, sa pens (...)

1Le début de la carrière universitaire de Thomas d’Aquin a été fortement marqué par les deux promotions académiques accélérées dont il a bénéficié : une première comme bachelier sententiaire et la seconde comme maître régent de sa faculté. Si l’on s’en tient aux sources historiques conventionnelles, le contexte de ces deux événements demeure inexpliqué. Mais dès que l’on consent à accorder du crédit à certaines sources indirectes, la situation s’éclaire de façon inattendue. Je me propose d’examiner une rumeur qui a circulé en Italie au xive siècle. Ce faible écho des faits nous est parvenu à travers un prologue apocryphe interpolé dans le Bestiaire d’amours de Richard de Fournival. C’est cette piste que je tenterai de reconstituer ici1.

La succession imprévue de maître Hélie Brunet

  • 2 J.-P. Torrell, Initiation... op. cit., p. 53 ; Weisheipl, Frère Thomasop. cit., p. 88, 105.

2La première promotion se produisit au moment où Thomas, après avoir étudié à Paris sous la direction d’Albert le Grand, se trouvait à Cologne auprès de ce même maître. En 1248, l’ordre dominicain le rappela à Paris pour qu’il y enseigne avec le titre de bachelier sententiaire. Or, cette nomination était prématurée de deux ans par rapport aux règlements de l’université2.

  • 3 J.-P. Torrell, Initiation... op. cit., p. 74-5 ; Weisheipl, Frère Thomas... op. cit., p. 112.
  • 4 Thomas était à Paris depuis 1245 et sa réputation était basée sur ses trois opuscules philosophique (...)

3Quatre ans plus tard, en 1252, Thomas bénéficia du même type de promotion accélérée, mais cette fois pour un poste beaucoup plus important. Ainsi, avant même qu’il ait fini d’enseigner les Sentences de Pierre Lombard, il fut promu maître régent de la Faculté de théologie. Cette fois, il n’avait pas non plus atteint l’âge fixé pour occuper ce poste, c’est-à-dire trente-cinq ans3. Bien que sa précocité intellectuelle ait été reconnue de tous, à tel point qu’on copiait ses travaux d’étudiant au même titre que des traités faisant autorité en matière philosophique4, la seconde nomination portait de toute évidence des marques de précipitation, fait inhabituel dans les milieux universitaires.

4En effet, en février 1252, en pleine année académique, le chancelier de l’Université envoya à Thomas une lettre lui demandant d’assumer immédiatement le poste de maître régent de la faculté. Et comme si cela ne suffisait pas, le pape Innocent iv lui-même confirmait la demande du chancelier dans deux lettres successives, en ce même printemps. Pour justifier cette promotion hâtive, la seule raison donnée évoquait vaguement les malheurs des temps. Tout cela laisse supposer que les autorités se sont sans doute trouvées confrontées à une situation imprévue qui exigeait une solution rapide.

Les ordres mendiants à l’Université

5Quels étaient donc ces nouveaux malheurs des temps ? Et pourquoi n’en prenait-on conscience qu’à ce moment précis? La première question trouve naturellement sa réponse dans le climat agité qui régnait à Paris depuis le début des années 1250, cet épisode que les historiens modernes ont appelé « Querelle de l’Université ». Mais la seconde question exige que nous fassions un détour du côté des sources indirectes, et s’il le faut, que nous accordions du crédit à une simple rumeur qui a laissé quelques traces.

  • 5 Voir M.-M. Dufeil, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne, 1250-1259, Pa (...)
  • 6 R. Naz, Traité de droit canonique, t. I, Paris, Letouzey et Ané, 1954, p. 668 : « On entend par exe (...)
  • 7 Sur Bonhomme Brito, voir Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, Rome, Ste-Sabin (...)
  • 8 Sur maître Hélie, voir Th. Kaeppeli, Scriptores..,. op. cit., t. I, p. 363.
  • 9 H. Denifle et É. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, 1889-97, nos 219 (p. 244 (...)

6Durant la décennie 1250, le conflit entre les ordres mendiants et les maîtres séculiers avait atteint un haut niveau d’intensité5. Les maîtres séculiers voyaient d’un mauvais œil l’arrivée de professeurs appartenant aux nouvelles communautés religieuses – dominicains et franciscains –, dont les membres, en vertu du privilège d’exemption6, ne relevaient pas de l’autorité diocésaine mais du pape. À l’époque où Thomas reçut ses promotions, les dominicains possédaient deux chaires magistrales sur les douze que comptait l’Université, l’une pour les étudiants français et l’autre pour les étrangers. La première de ces chaires était dirigée par maître Bonhomme Brito7, et l’autre, la Scola externa, avait pour régent un maître originaire du midi de la France, Hélie Brunet8. Nous savons que maître Hélie était originaire de Bergerac dans le Périgord, qu’il avait été professeur au studium de Montpellier (1246-1247) et qu’il était le premier à occuper cette chaire à Paris depuis sa création9. C’est à lui que Thomas succéda.

Un scandale attesté par une rumeur

  • 10 « Et cis escris est aussi com l’arierebans de tous chaus ke je vous ai envoié dusques a ore » : Ces (...)

7C’est ici qu’intervient la réponse à la seconde question posée, à propos du moment où a débuté la régence de Thomas. Cette réponse se trouve de façon imprévue dans un manuscrit du Bestiaire d’amour de Richard de Fournival. Il s’agit d’un écrit qui se rattache à un genre lyrique inventé par les troubadours conformément à leur vision de l’amour courtois, la requête d’amour. Le cadre littéraire adopté dans le Bestiaire est celui d’un amant qui envoie une lettre passionnée à sa dame pour lui demander sa merci. Il se décrit comme une victime de son amour pour elle et, pour illustrer sa situation, il applique à son cas une cinquantaine de métaphores animales sur le modèle du Physiologos, le prototype de ce genre didactique. Toutes les métaphores convergent vers l’idée que la dame aimée a endormi les cinq sens de l’amant, et qu’elle l’a, en quelque sorte, mis à mort. Cette lettre que j’envoie, écrit Fournival, est mon arrière-ban, comme quand un chef d’armée lance toutes ses troupes au combat en vue de l’assaut final10. Mais, malheureusement pour le lecteur, le texte du Bestiaire se termine abruptement sans que la dame aimée fasse connaître sa réponse : va-t-elle accorder ou non sa précieuse merci?

  • 11 On en connaît vingt-quatre manuscrits. Éditions modernes : C. Segre, Li Bestiaires d’amours di mais (...)

8Le Bestiaire d’amour a connu dès le Moyen Âge un succès appréciable11. Toutefois, plusieurs lecteurs qui s’estimaient insatisfaits de la fin abrupte de l’œuvre ont cherché à imaginer ce que la dame aurait répondu, confrontée qu’elle était aux demandes pressantes de son amant. C’est ainsi que sont apparues, dans quelques manuscrits du Bestiaire, des suites anonymes qui proposaient un happy end pour dénouer la situation. C’est le cas de l’une d’elles qui ajoute aux images animales du texte original une vingtaine de nouvelles métaphores. Elle se conclut sur une scène dans laquelle la dame aimée offre une rose à son amant en signe de réconciliation.

  • 12 Trois manuscrits en sont conservés : deux à Florence, Biblioteca Mediceo-Laurenziana, Plut. LXXVI, (...)
  • 13 Selon l’éditeur C. Segre, cette version du Bestiaire a été écrite en Italie du Nord. Le texte se te (...)
  • 14 On peut le lire dans deux éditions récentes qui s’ajoutent à la transcription diplomatique de C. Se (...)

9Parmi les manuscrits qui ont transmis cette suite12, il s’en trouve un dont le copiste s’est employé à rehausser l’intensité dramatique de l’œuvre. Comme les deux autres témoins de cette suite, il ajoute au texte de Fournival les nouvelles images et la scène finale du Bestiaire, mais il y ajoute une introduction de son cru. Ce prologue a pour but, déclare son auteur, de mettre en évidence la toute-puissance de l’amour et les souffrances qu’il peut entraîner. Pour illustrer son propos, il raconte un fait divers dont il a entendu parler13. Cette rumeur concerne une situation exceptionnelle qui se serait passée en France et dont le héros était un religieux qui avait défroqué pour l’amour d’une femme. Voici ce que raconte ce prologue14 : un dominicain, maître Hélie, professeur réputé de philosophie à Paris, oublieux de son vœu de chasteté, devint amoureux d’une femme. Partagé qu’il était entre sa condition religieuse et son amour ardent, il demeura au cloître pendant quelque temps ; mais à la fin, n’y tenant plus, il quitta son ordre et se mit à écrire à sa dame des poèmes qui exprimaient ses sentiments de la façon la plus pressante. Mais ses pastourelles et ses lais les mieux inspirés ne réussissaient toujours pas à toucher sa dame. Il décida donc d’écrire à son intention ce Bestiaire d’amour, en guise d’arrière-ban ou d’ultime appel à la dame pour obtenir l’amour souhaité. Cette fois la dame y prit intérêt mais, voyant que le Bestiaire de son amant était incomplet, elle l’invita à en rédiger la véritable conclusion. Celui-ci s’exécuta volontiers et donna à son livre l’heureuse fin qui termine l’œuvre, pour montrer comment sa dame avait enfin accepté son service d’amour.

10Pour mener à bien cette audacieuse manœuvre littéraire qu’est la rédaction d’un récit apocryphe greffé sur une œuvre bien connue, l’auteur du prologue a remplacé le nom du véritable auteur du Bestiaire d’amour par celui d’un clerc qui avait vu sa destinée fortement marquée par l’amour, au point de quitter son état religieux et de se transformer en poète de l’amour.

Une étrange coïncidence

  • 15 F. Clément, « Écrire la rumeur : les marqueurs d’accréditation dans les sources arabes médiévales » (...)

11Où l’auteur de cette interpolation avait-il pris cette information, et quel cas devons-nous en faire? Les faits historiques mentionnés au début de cette étude sont-ils compatibles avec cette rumeur? Et quelle est sa crédibilité par rapport au parcours réel de ce maître Hélie, le héros du récit? Il faudrait trouver des indices permettant de vérifier si elle mérite quelque attention, comme autant de « marqueurs d’accréditation », pour employer une catégorie d’analyse utilisée par François Clément15. J’en entrevois trois. Le premier se trouve dans le témoignage des anciens biographes de Thomas d’Aquin, le second dans un remaniement de la législation de l’ordre dominicain, et le troisième dans le témoignage d’un étudiant allemand qui se trouvait à Paris au moment des faits.

1. Guillaume de Tocco raconte un songe de Thomas

  • 16 Cette vision est racontée par tous les anciens biographes de Thomas. La version que je résume est b (...)

12La biographie ancienne la plus fiable de Thomas d’Aquin est celle de Guillaume de Tocco, composée pour la canonisation de Thomas qui eut lieu en 1323. L’épisode de sa nomination à la régence y est raconté comme suit16. Quand il reçut la lettre du chancelier lui apprenant sa nomination comme régent, il tenta de s’y soustraire en invoquant son âge insuffisant et son ignorance. Il était âgé d’environ trente ans. […] Il pria Dieu en invoquant son jeune âge et son inexpérience et lui demanda de l’inspirer sur le thème à choisir pour son exposé inaugural. Alors il s’endormit et eut un songe. Il crut voir un vieil homme aux cheveux blancs portant l’habit dominicain, qui lui demanda : « Frère Thomas, pourquoi pleures-tu et pries-tu? C’est parce qu’on veut me nommer maître en théologie et que je m’estime incompétent pour cette tâche. Je ne sais pas quel thème choisir pour ma leçon inaugurale. » Le vieil homme répliqua : « Ne crains pas, Dieu va t’aider à supporter le fardeau de maître régent. Pour ton exposé, prends ce thème : De tes chambres hautes, tu abreuves les montagnes, la terre se rassasie du fruit de ton ciel” [Ps. 103,13]. Puis il disparut, Thomas s’éveilla et remercia Dieu d’être venu si rapidement à son aide.

  • 17 Le texte du principium a été édité par R. A. Verardo, Breve principium fratris Thomae de Aquino qua (...)

13Une question se pose à propos de ce récit. Un théologien du calibre de Thomas avait-il besoin, malgré son jeune âge, de l’inspiration de saint Dominique lui-même pour trouver un thème à son discours inaugural17? Probablement pas. Mais ce qui se passait en réalité, c’est qu’on le mettait dans la position de remplacer au pied levé un frère fugitif de son ordre et, accessoirement de couvrir un énorme scandale. Une explication crédible s’imposait. Ce fut le récit de l’apparition de saint Dominique, qui apportait une caution surnaturelle à sa nomination imprévue et prématurée.

2. La législation sur les apostats de la religion

  • 18 Voir R. Naz, Traité de droit canonique, op. cit., t. IV, p. 787-789. La punition encourue par un ap (...)
  • 19 M.-H. Vicaire, Saint Dominique de Caleruega, d’après les documents du xiiie siècle, Paris, Cerf, 19 (...)
  • 20 Monumenta Ordinis Praedicatorum historica, Rome, Ste-Sabine, t. III (Acta capitulorum generalium Or (...)
  • 21 La littérature édifiante à l’usage interne des communautés religieuses visait à dissuader les relig (...)

14Le prologue apocryphe nous présente le cas d’un religieux qui a entretenu des rapports illicites avec une femme, au point de renier sa profession et de quitter son couvent. Aux termes du droit canonique, celui-ci devenait par le fait même un apostat de la religion18. Les Constitutions primitives de l’ordre dominicain comportent plusieurs précisions sur ce genre de faute et sur les punitions appropriées. On y décrit trois types de manquements concernant les relations des frères avec les femmes. Il y a faute grave à « fixer vilainement son regard, si du moins on se le permet comme une habitude » ; faute plus grave « à parler seul avec une femme pour autre chose que la confession, l’utilité ou l’honnêteté » ; et faute gravissime à « tomber dans le péché charnel ». Quant à la faute d’un religieux qui entretiendrait des relations suivies avec une femme, il n’en était pas question. Mais on remédia à cet oubli lors du chapitre général de 1260, en ajoutant un nouveau délit à la liste des fautes gravissimes19. Selon cette nouvelle version, un religieux qui quittait son couvent encourait par le fait même l’excommunication. S’il y revenait avant un délai de quarante jours, il devrait se rendre à la salle du chapitre une fois par semaine pour y être fouetté, à demi nu, et cela aussi longtemps que le voulait le prieur. Toute sa vie durant, il lui serait interdit de prêcher et d’entendre les confessions, et il occuperait la dernière place dans la communauté20. On comprend que, dans ces conditions, un dominicain y ait pensé deux fois avant de jeter son froc aux orties21.

  • 22 L’étude de Donald Logan, Runaway Religious in Medieval England, c. 1240-1540, Cambridge, Cambridge (...)
  • 23 Cf. M.-M. Dufeil, Guillaume de Saint-Amour...op. cit., p. 147.

15Quand Thomas prit la succession d’Hélie, on peut présumer que celui-ci avait quitté son couvent et son ordre, mais nous n’en avons pas de témoignage direct22. Par contre, rien ne nous empêche de supposer qu’on a demandé à Thomas d’Aquin d’assumer le poste de maître régent parce qu’Hélie s’en était rendu indigne. Nous aurions alors raison de penser qu’il y avait urgence. Le pape, qui tenait fortement à la présence des Mendiants à l’université, n’aurait pas permis que ses protégés soient politiquement affaiblis par la conduite scandaleuse de l’un des leurs, surtout au moment précis où les séculiers faisaient tous les efforts possibles pour supprimer la scola externa23. Étant donné la violence des attaques des séculiers, si on avait eu vent du moindre scandale survenu dans l’ordre dominicain, les œuvres polémiques en porteraient la trace, surtout celles du leader des séculiers Guillaume de Saint-Amour, ce qui n’est pas le cas. D’autre part, dans le camp des Mendiants, personne n’avait intérêt à ébruiter la chose. La fugue présumée de maître Hélie n’était peut-être connue que de ses supérieurs dominicains et de ses confrères en religion, qui auraient naturellement fait des démarches efficaces auprès du pape et du chancelier de l’université pour étouffer le scandale.

3. Le témoignage de l’étudiant allemand Erkenfrid

  • 24 Cette œuvre inédite est conservée dans deux manuscrits (Lilienfeld 143 ; Vatican, Barb. Lat. 692). (...)

16Puisque Hélie avait été nommé régent dès la création de la chaire des étrangers en 1248, présumons qu’il avait toutes les qualités intellectuelles requises pour ce poste prestigieux. Mais aucune œuvre complète issue de son enseignement ne nous est parvenue, pas plus d’ailleurs que pour la plupart des maîtres de l’époque. Par contre, cinq courts extraits de ses textes ont été sauvés de l’oubli grâce à un jeune dominicain allemand qui était en séjour d’études à la scola externa du couvent St-Jacques de Paris. Ce sont des reportations, ou transcriptions faites en classe par un étudiant, approuvées et mises en forme par le maître. Ces petits textes philosophiques d’Hélie ont été intégrés à l’anthologie de distinctions connue sous le nom de Compendium fratris Erkenfridi24. Le jeune Erkenfrid, une fois rentré de son séjour d’études, occupa un poste de professeur à son couvent d’Erfurt et son Compendium garde la trace de l’enseignement qu’il avait reçu à Paris.

  • 25 Th. Kaeppeli, « Compendium… », op. cit., p. 76-80.

17Dans le système scolastique d’enseignement, les distinctions étaient des recueils d’extraits philosophiques ou théologiques groupés par mots clés. Dans le cas qui nous occupe, il est normal de penser qu’Erkenfrid ne fut pas indifférent à ce qui se passait dans son studium du couvent St-Jacques. Dans le Compendium, trois des extraits qu’il attribue explicitement à maître Hélie pourraient se rattacher à notre cas. Surprise! La première citation figure au mot... Amor ! Un autre se trouve au mot Dubitare. La dernière distinction illustre le concept Ydolum. On y apprend qu’il existe deux sortes d’idolâtrie, interior et exterior, cette dernière étant « l’amour désordonné d’une créature ». Et comme les deux maîtres Hélie et Brito enseignaient ou avaient enseigné à Erkenfrid à Paris, il n’est pas étonnant de trouver aussi dans le Compendium une citation tirée de l’enseignement de l’autre maître régent, Bonhomme Brito. Sous quelle rubrique se présente-t-elle ? Rien d’autre que le mot « Scandalum ». Effectivement, c’est bien sous ce mot clé qu’Erkenfrid a reproduit le texte d’une questio complète de Brito sur ce concept25.

18La démarche que j’ai suivie jusqu’ici pour éclairer cet épisode peut sembler désordonnée, ou du moins tortueuse et à la limite peu crédible. J’ai conscience d’avoir imposé au lecteur un laborieux cheminement qui va de la France à l’Italie et à l’Allemagne, à cheval sur plusieurs registres disparates : du latin au français et de l’amour courtois à la théologie. Malgré tout, je ne vois pas de raison de m’en repentir, parce que si j’avais soumis ces laborieux détours à l’auteur du De ente et potentia, celui-ci se serait immédiatement amusé à les reformuler en termes scolastiques, sous la forme d’un tableau comme celui-ci, qui pourrait tenir lieu de récapitulation et de conclusion :

Les faits :

Un maître régent quitte son poste

Les solutions adoptées:

 

-On comble le poste vacant (la nomination accélérée de Thomas d’Aquin)

 

 

-On apporte les correctifs appropriés :

 

a) À usage interne (les modifications aux Constitutions dominicaines)

 

b) À usage externe (le récit du Songe de Thomas par Guillaume de Tocco)

 

Les retombées de la rumeur:

 

 

a) À l’intérieur (à Paris : le Compendium d’Erkenfrid)

 

 

b) À l’extérieur (en Italie : le prologue au Bestiaire de Richard de Fournival)

Haut de page

Notes

1 Sur la jeunesse de Thomas, voir entre autres J. A. Weisheipl, Frère Thomas d’Aquin. Sa vie, sa pensée, ses œuvres, Paris, Cerf, 1993, p. 78-83 ; 87, 97-110 ; J.-P. Torrell, Initiation à saint Thomas d’Aquin, Paris/Fribourg, Éd. du Cerf/ Éditions universitaires, 1996.

2 J.-P. Torrell, Initiation... op. cit., p. 53 ; Weisheipl, Frère Thomasop. cit., p. 88, 105.

3 J.-P. Torrell, Initiation... op. cit., p. 74-5 ; Weisheipl, Frère Thomas... op. cit., p. 112.

4 Thomas était à Paris depuis 1245 et sa réputation était basée sur ses trois opuscules philosophiques De fallaciis, De principiis naturae et surtout le De ente et potentia dont on conserve deux cents manuscrits.

5 Voir M.-M. Dufeil, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne, 1250-1259, Paris, Picard, 1972.

6 R. Naz, Traité de droit canonique, t. I, Paris, Letouzey et Ané, 1954, p. 668 : « On entend par exemption le privilège qui soustrait une personne, physique ou morale, à l’autorité d’un supérieur immédiat pour la faire dépendre d’un supérieur plus élevé ».

7 Sur Bonhomme Brito, voir Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, Rome, Ste-Sabine, t. I, 1970, p. 255, et IV p. 57. On conserve de lui deux sermons et quelques extraits, dont certains dans le Compendium fratris Erkenfridi cité ci-après.

8 Sur maître Hélie, voir Th. Kaeppeli, Scriptores..,. op. cit., t. I, p. 363.

9 H. Denifle et É. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, 1889-97, nos 219 (p. 244), 247 (p. 280), 256 (p. 292), 270 (p. 307). Voir aussi M.-M. Dufeil, Guillaume de Saint-Amour... op. cit., p. 27, 83, 89, 147, 153, 155, 170, 209.

10 « Et cis escris est aussi com l’arierebans de tous chaus ke je vous ai envoié dusques a ore » : Cesare Segre, Li Bestiaires d’amours di maistre Richart de Fornival e li Response du Bestiaire, Milan-Naples, Ricciardi, 1957 (Documenti di filologia, 2), p. 7.

11 On en connaît vingt-quatre manuscrits. Éditions modernes : C. Segre, Li Bestiaires d’amours di maistre Richart de Fornival, op. cit. ; G. Bianciotto, Richard de Fournival, Le Bestiaire d’amour et la Response du Bestiaire, Paris, Champion, 2009 (Classiques Champion du Moyen Âge, 27), 414 p.

12 Trois manuscrits en sont conservés : deux à Florence, Biblioteca Mediceo-Laurenziana, Plut. LXXVI, 79, et Ashurnham 123 ; et un à New York, Pierpont Morgan Library, MS 459. C’est ce dernier qui nous intéressera ci-après.

13 Selon l’éditeur C. Segre, cette version du Bestiaire a été écrite en Italie du Nord. Le texte se termine ainsi : « Més je, qui cest prologue ai fet, ne ne sai fors que par oïe de cels qui ce cuidon savoir » [trad. : « Mais moi qui ai fait ce prologue, je ne connais ces faits que par ouï-dire de la part de ceux qui pensent les connaître »].

14 On peut le lire dans deux éditions récentes qui s’ajoutent à la transcription diplomatique de C. Segre, Li Bestiairesop. cit., p. LVIII-LIX): J. Beer, Beasts of Love : Richard de Fournival’s Bestiaire d’amour and a Woman’s Response, Toronto, University of Toronto Press, 2003, p. 149-151 ; E. Zingesser, « Remembering to Forget Richard de Fournival’s Bestiaire d’amour in Italy : the Case of Pierpont Morgan MS 459 », French Studies, 69, 2015, p.439-448 (édition et traduction). Cette dernière étude identifie le personnage d’Hélie au troubadour Elias de Barjols ; mais les précisions biographiques données dans le manuscrit Morgan 459 excluent totalement cette hypothèse.

15 F. Clément, « Écrire la rumeur : les marqueurs d’accréditation dans les sources arabes médiévales », dans M. Billoré et M. Soria (éd.), La rumeur au Moyen Âge. Du mépris à la manipulation, ve-xve siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 45-62.

16 Cette vision est racontée par tous les anciens biographes de Thomas. La version que je résume est basée sur la biographie de Bernard Gui, une adaptation de celle de Guillaume de Tocco : K. Foster, The Life of Saint Thomas Aquinas. Biographical Documents, Londres, Longmans, 1959, p. 33-34 et notes p.67-69.

17 Le texte du principium a été édité par R. A. Verardo, Breve principium fratris Thomae de Aquino quando incepit Parisius ut magister in theologia, dans S. Thomae Aquinatis Opuscula theologica, I, Turin, Marietti, 1954, p. 441-443.

18 Voir R. Naz, Traité de droit canonique, op. cit., t. IV, p. 787-789. La punition encourue par un apostat relevait, selon le droit canonique, des Constitutions propres à chaque groupe religieux. En ce qui concerne les dominicains, voir R. Creytens, « Les constitutions des Frères Prêcheurs dans la rédaction de s. Raymond de Peñafort (1241) », Archivum Fratrum Praedicatorum, 18, 1948, p. 46-47.

19 M.-H. Vicaire, Saint Dominique de Caleruega, d’après les documents du xiiie siècle, Paris, Cerf, 1955, p. 154-159.

20 Monumenta Ordinis Praedicatorum historica, Rome, Ste-Sabine, t. III (Acta capitulorum generalium Ordinis Praedicatorum (1220-1303), 1898, p. 103, 119, 123, 126, 131.

21 La littérature édifiante à l’usage interne des communautés religieuses visait à dissuader les religieux de poser un tel geste. Voir Jourdain de Saxe, Liber Vitasfratrum, éd. R. Arbesman et W. Hümpfner, New York 1943, p. 70-72 ; Gérard de Frachet, Vitas fratrum, dans Monumenta Ordinis praedicatorum historica, t. I, p. 145.

22 L’étude de Donald Logan, Runaway Religious in Medieval England, c. 1240-1540, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, a montré que sur une population estimée à 140 000 religieux et religieuses, on n’avait relevé que 1088 cas d’apostasie, soit moins de 1 %. Sur ce nombre figuraient vingt-neuf dominicains, mais encore ne faut-il pas penser que leur abandon de l’ordre ait été attribuable à des causes érotiques, car selon l’auteur, la plupart des apostasies étaient reliées à des causes autres que le rejet du célibat. Pour la France, je ne connais aucune étude.

23 Cf. M.-M. Dufeil, Guillaume de Saint-Amour...op. cit., p. 147.

24 Cette œuvre inédite est conservée dans deux manuscrits (Lilienfeld 143 ; Vatican, Barb. Lat. 692). Voir Th. Kaeppeli, « Compendium fratris Erkenfridi », Archivum Fratrum Praedicatorum, 39, 1969, p. 69-90.

25 Th. Kaeppeli, « Compendium… », op. cit., p. 76-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Roy, « Thomas d’Aquin succède au régent Hélie Brunet. Les dessous de sa nomination à l’Université de Paris », Memini, 19-20 | 2016, 399-408.

Référence électronique

Bruno Roy, « Thomas d’Aquin succède au régent Hélie Brunet. Les dessous de sa nomination à l’Université de Paris », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://memini.revues.org/846 ; DOI : 10.4000/memini.846

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org