Navigation – Plan du site
La parole et l'écrit

S’inscrire tant dans le temps. Les chartes et l’éternité (IXe-XIIIe siècle)

Brigitte Miriam Bedos-Rezak

Texte intégral

  • 1 M. Hébert, « La genèse d’un type documentaire : les “cahiers” des États de Provence à la fin du Moy (...)
  • 2 P. Chastang donne un aperçu exemplaire de ces développements : « Cartulaires, cartularisation et sc (...)
  • 3 B.-M. Tock, Scribes, souscripteurs, et témoins dans les actes privés en France, Turnhout, Brepols, (...)

1Il n’est nul besoin de signaler à Michel Hébert le renouveau que connaît la diplomatique, puisqu’il a lui-même contribué de façon remarquable à l’épanouissement de cette science. Traditionnellement dite auxiliaire, la diplomatique tient maintenant le haut du pavé dans les domaines de la médiévistique touchant à la culture documentaire et bureaucratique, aux stratégies mémorielles d’institutions tant laïques qu’ecclésiastiques, et aux pratiques médiatiques qui, à partir du xie siècle se mirent à irriguer de façon croissante les sillons de la communication1. Certes, chartes et diplômes, notices et pancartes, actes notariés, cartulaires et registres continuent à juste titre d’être considérés comme des sources, mais la capacité informationnelle qui leur est reconnue va bien au-delà de leur contenu textuel. Ce dernier d’ailleurs se prête lui-même à de nouvelles analyses, lesquelles mettent en valeur ce que le discours diplomatique a d’intertextuel, épais de paraphrases bibliques, liturgiques, et juridiques arrangées à l’aune de formules faisant autorité. L’écrit diplomatique est de plus un texte ouvert, hypertextuel, attirant l’annotation, la citation, la datation, l’analyse, le renvoi, la cote, le commentaire. Bien des chartes médiévales parvenues jusqu’à nous sont suturées de paratextes, lesquels incluent des (re)marques faites jusque dans la période moderne – que l’on pense aux tampons et estampilles des lieux de conservation. Ainsi, autant que le texte, la manipulation des actes, leur cartularisation, préservation, archivage, et utilisation à des fins juridiques ou historiographiques, sont pris en compte pour évaluer la performance de l’écrit documentaire, et tracer les relations sociales et culturelles qui se mirent en place du fait de sa production et autour de sa présence2. De plus, l’aspect matériel et visuel des documents invitent à considérer les actions sensorielles qu’ils requirent et stimulèrent, passés de main en main parmi les souscripteurs, touchés par les témoins, parsemés de graphismes à forte allure iconographique, imprimés de sceaux, et lus et exhibés en public3.

  • 4 Aux études citées à la note 2, ajoutons P. Geary, Phantoms of Remembrance : Memory and Oblivion at (...)
  • 5 B. M. Tock souligne l’extrême rareté du terme immutabilis dans le discours diplomatique , où ses ra (...)
  • 6 Les bases de données suivantes ont servi à cette enquête et comprennent : Cartae Cluniacensis Elect (...)
  • 7 Si une telle généralisation n’est pas inexacte, elle n’exclut en rien la présence d’actes passés en (...)

2De ce riche foisonnement d’études consacrées à l’écrit documentaire au Moyen Âge, un thème particulier semble se dégager : le rapport de l’acte au temps. Les travaux actuels portent principalement sur le travail qu’effectuent les chartes dans la fabrication de la mémoire, offrant en de fines analyses un aperçu convaincant de leur performance en tant que matérialisation scripturaire d’un passé fondateur et légitimant4. Si le discours diplomatique, particulièrement celui que tiennent les documents produits entre le xe au xiie siècles, fait une grande part au pouvoir mémoriel de l’acte écrit, et si les entreprises concomitantes de préservation et de transmission paraissent exacerber la portée et l’importance de ce pouvoir, le passé et la mémoire souvent imaginaire  construits par l’archivistique et l’historiographie médiévale n’ont de sens que pour un futur auquel ces stratégies, souvent d’origine institutionnelle, tentent de donner un profil immuable5. Ainsi, faisant pan aux visées mémorialistes circule au sein du discours diplomatique l’expression d’un fort souci, particulièrement attribué aux auteurs de l’action transcrite, concernant la stabilité, l’immutabilité et la perpétuité des chartes. Il est parfois même question d’éternité, et c’est à cette temporalité particulière que je souhaiterais consacrer les lignes qui suivent. Pour ce faire, je me propose de faire voyager Michel Hébert, spécialiste éclairé de la Provence médiévale, dans les terroirs de l’Europe occidentale (France, Flandre, Angleterre, région rhénane), afin de lui présenter les paysages temporels qu’esquissent les chartes et diplômes produits en ces lieux durant le Moyen Âge central (850-1225)6. Par chartes et diplômes, j’entends les écrits rédigés à la première personne, sous forme de déclarations personnelles consignées au nom de l’auteur de l’acte juridique. Durant la période ici considérée, la grande majorité de ces écrits font état de transactions effectuées en faveur d’établissements religieux7. Après avoir développé une analyse des points de vue chronologiques diversement pris dans ces actes, je m’attacherai aux mentions de l’éternité et à leur situation au sein du discours diplomatique. Ces mentions, fréquentes depuis le viiie siècle, prennent une tournure différente durant les xie et xiie siècles, laquelle apparaît rarement en amont et en aval de cette fourchette chronologique.

  • 8 O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993 (Atelier du (...)
  • 9 B.-M. Tock, Scribes, souscripteurs, témoins, op. cit., p. 142-143.

3Les chartes et leur contenu se construisent dans le temps, et pas seulement dans le présent des transactions et de leur inscription. De fait, ces actes sont saturés, animés, de multiples temporalités, lesquelles reçoivent diverses formes d’expression. Tout d’abord, la datation des actes, laquelle était d’usage au Haut Moyen Âge, tend à se faire approximative aux xe et xie siècles, ne redevenant un élément indispensable qu’à partir du xiiie siècle8. Ensuite, d’un point de vue grammatical, les temps des verbes oscillent du présent au passé et au futur sans souci d’ordre chronologique. Même chose sur le plan narratif : l’adresse en début de document vise le futur ; le dispositif où s’exprime l’action juridique est dans la plupart des cas rédigé au présent, comme c’est le cas pour les clauses de corroboration ; mais les souscriptions, elles, sont formulées au passé9.

  • 10 Supra note 9 et B.-M. Tock, « L’acte privé en France, viie siècle - milieu du xe siècle », Mélanges (...)
  • 11 B.-M. Tock, Scribes, souscripteurs, témoins, op. cit., p. 142 ; cet emploi du présent semble se met (...)

4Quel que soit son rythme discursif, l’éventail chronologique des chartes s’articule néanmoins à partir des auteurs de l’acte tant scripturaire que juridique, lesquels incarnent un présent d’où rayonnent les différentes temporalités invoquées par le discours diplomatique. L’auteur se fait origine, le point de référence à partir duquel s’étire le passé et se conçoit le futur, engendré dans ce présent fait d’une présence auctoriale et par là même autorisante. Rappelons que dans les donations, lesquelles représentent la catégorie d’actes la plus importante pour l’époque qui nous intéresse, c’est le présent qui l’emporte dans l’expression du don10. De même le passé si typique des souscriptions de tiers ou de témoins fait place au présent pour celle des auteurs11.

  • 12 N. Munn, « The Cultural Anthropology of Time : A Critical Essay », Annual Review of Anthropology, 2 (...)

5Quant à la dimension sémantique de ce discours, elle regorge d’allusions temporelles. Le désir explicitement annoncé de préserver la transaction et d’en assurer la mémoire, la réutilisation de formules traditionnelles, les citations de textes bibliques et classiques, l’évocation des ancêtres, la teknonymie, le rappel d’arrangements antérieurs sont autant d’énoncés qui tous pointent vers le passé, mais un passé qui semble en certains cas se répéter. La reprise de noms, de textes, de traditions pourraient bien faire allusion à une perception cyclique du temps, même si les répétitions sont aussi de l’ordre du linéaire puisqu’elles ne peuvent se produire que l’une après l’autre12. Par ce mouvement quasi-cyclique, le présent et les promesses d’avenir qu’il renferme s’insèrent dans un passé particulier, biblique, lignager, juridique ou autre. Ce passé se voit ainsi donné une voie d’entrée dans le présent et donc dans la durée, condition même de son existence qui s’en trouve ainsi affirmée. Si l’invocation du passé donne à la charte l’aura d’une légitimité, il semble que la charte fasse autant pour le passé que le passé ne fasse pour elle, puisqu’elle lui fournit l’espace de son extension.

  • 13 A. Dumas, « Études sur le classement des formes des actes », Le Moyen Âge, 44, 1934, p. 17-41, p. 2 (...)
  • 14 Je m’inspire ici de H.-J. Schmidt, « Paradoxe Legitimität durch Zukunftserwartung und Zukunfstgesta (...)
  • 15 Ne sont considérées ici que les mesures explicitement mentionnées dans les actes eux-mêmes, et non (...)

6Les bénéfices spirituels et autres attendus de la transaction supposent bien que les actes juridiques se doivent d’avoir une emprise sur l’avenir13. L’insistance du discours diplomatique sur la fonction mémorielle de la mise par écrit documentaire dissimule le fait que ce rapport au passé s’opère sous l’égide de l’oubli ou de la destruction, lesquels concernent l’avenir de la charte. Il s’agit de la préserver pour qu’elle continue d’être effective dans les temps à venir. Il s’agit d’en fixer le contenu pour la postérité. C’est le futur qui compte, puisque l’autorité de toute décision provient de la permanence continue de ses effets14. Mais le futur est imprévisible. Les mesures prises pour en dominer les incertitudes diffèrent selon la nature même de ces incertitudes15. Toutes cependant ont pour dénominateur commun la nécessité de faire face aux mutations apportées par le temps.

  • 16 Notons que la forme de salutation dans l’adresse de l’acte (salutem in perpetuum) et le dispositif (...)
  • 17 971, donation en faveur de l’abbaye de Cluny, Chartae Burgundiae, http://philologic.cbma-project.eu (...)
  • 18 N. Munn, « The Cultural Anthropology of Time », art. cit., p. 115.

7De ce point de vue, les clauses et moyens de validation, dont on attend qu’ils donnent à l’acte écrit force et validité, sont particulièrement intéressants puisqu’ils ont aussi pour ambition d’inculquer à la charte un principe existentiel de perpétuité16: hec cartula autem perpetualiter firma stabilis perseveret17. Jusque-là, le discours diplomatique manipulait le trio relationnel présent, passé futur, lequel, d’une certaine façon, fait partie de toute forme de temporalisation18. Le thème de la perpétuité, lui, donne à l’acte une courbure temporelle particulière.

  • 19 A. Dumas, « Études sur le classement des formes des actes », Le Moyen Âge, 43, 1933, p. 81-97, 145- (...)
  • 20 Cum in sacrarum voluminibus litterarum agende mortalibus vita, ad beatam scilicet capescendam immor (...)

8Avec la perpétuité, explicitement associée à la notion de stabilité et donc soulignant par là-même l’inscription des actes dans la permanence, nous entrons dans une dimension chronologique qui reste de ce monde mais extrait les actes de la temporalité mouvante et changeante qui caractérise le temps humain. Le fait n’est pas propre aux chartes médiévales. Il se rencontre déjà à Rome, où l’on attendait des monumenta publica, conservés dans des archives publiques, qu’ils survivent à la mort de leurs auteurs et vaillent à jamais19: de tels actes avaient valeur perpétuelle (perpetua firmitas). Dans les chartes médiévales, toutefois, données sous le patronage explicite des personnes divines, la perpétuité acquiert une dimension nouvelle. Elle s’implique maintenant dans l’existence d’une autorité omnisciente, et place la charte et ses arrangements dans la perspective totalisante du plan divin dont les rouages contractuels, au terme des écrits bibliques également cités dans la charte20, reposent sur l’exécution escomptée des dispositions prises par écrit.

  • 21 Pour reprendre l’expression de A. Nagel et Ch. Wood, Anachronic Renaissance, New York, Zone Books, (...)
  • 22 L. Morelle, « Metamorphosis... », art. cit., p. 175, 196.
  • 23 Les études citées à la note 4 considèrent la mesure dans laquelle la confection de cartulaires entr (...)
  • 24 S. Barret, « Archives médiévales, temps et légitimation... », art. cit., note que les commentaires (...)

9Présent, passé, futur, permanence, sa temporalité multiple fait de la charte un objet qui vit dans la diachronie, voire dans l’anachronisme21, une situation qui n’est pas sans poser certaines contradictions d’ailleurs bien ressenties par les contemporains. Perpétuelle, la charte se veut porteuse de vérités immuables. Elle suggère, somme toute, le désir de se passer du temps et de ses épisodes délétères. Autant que la négligence22, une archivistique sélective23, les désaccords, les ravages des guerres et catastrophes naturelles, le temps à lui seul suffit à fragiliser et détruire les fruits de l’action humaine. Pour être authentique, cependant la charte, se doit d’être historique et marquées des signes de son temps, ce qui la rend contingente, faite de main d’homme, et donc peu fiable. Mais la charte ne peut se passer du temps24, d’autant que l’atemporalité prive les parties de leur propre dimension historique et du sens que les circonstances particulières de leurs donations confèrent à leurs mérites. La perpétuité, donc, n’a de sens que conjuguée avec le temps, et les scribes comme les auteurs d’actes nous rappellent à quel point cette conjonction était difficile à maintenir. De plus, comme nous l’avons vu, la perpétuité attendue des chartes se déroulait à l’aune de l’omniscience divine. Du fait de cette perspective, sa perpétuité étire la charte vers l’infini, elle l’inscrit dans le délai, dans le non-fini, et souligne par là même que la transaction dont elle porte la version écrite reste ouverte. Cette ouverture, et l’incertitude qui l’accompagne, se maintient aussi longtemps que les termes de la transaction ne sont pas remplis, et du fait que la transaction met en jeu le salut éternel des parties, elle ne peut jamais être achevée de façon certaine.

10Ainsi, comme le suggère le déploiement du thème de la perpétuité au sein du discours diplomatique, le futur qu’il s’agit d’apprivoiser par l’inscription des transactions débouche sur l’éternité. Dès le viiie siècle, des allusions à l’éternité émaillent le texte des chartes et diplômes. Jusqu’au xe siècle, ce recours à l’éternité cible des domaines qui ressortissent à l’action divine. Dans le courant de ce siècle apparaissent des tours de phrase aux termes desquels la sphère de l’action humaine chevauche celle de l’éternité. De telles mentions, particulièrement fréquentes au xie siècle, diminuent au siècle suivant pour disparaitre peu ou prou après 1200. Revoyons l’ensemble de ces manifestations afin d’en saisir tant les enjeux que les occurrences.

  • 25 Eudes, roi de France, accorde à l’abbaye de Solignac l’immunité pour tous ses biens et redevances, (...)

11L’invocation des personnes divines se fait souvent sous l’égide de leur nature éternelle : « [chrisme] IN NOMINE DEI SUMMI ET ETERNI REGIS, Odo, gratia Dei rex25 ». Les signes graphiques à teneur religieuse, tels les chrismes et les croix des souscripteurs, sont autant d’inscriptions qui, elles aussi, contribuent à situer le texte écrit sur l’axe divin de l’éternité. L’espérance de la vie éternelle, liée à l’opération salvifique attendue de la charte apparaît dans maintes parties du discours diplomatique. Surtout dans les préambules, l’exhortation de Luc : et ego vobis dico facite vobis amicos de mamona iniquitatis ut cum defeceritis recipiant vos in aeterna tabernacula (Luc 16, 9) est reprise quasiment mot pour mot:

  • 26 Narduinus et Aia, son épouse, font une donation en précaire à l’abbaye de Cluny, 950, Paris, BNF, c (...)

Quod ego Narduinus et uxor mea […] duximus ut ex rebus que nobis temporaliter Christo largiente collate sunt, ad emolumentum animarum aliquantulum impertiamur ut juxta Christi preceptum pauperes ejus amicos nobis faciamus quatinus ipsi im posterum nos recipiant in eterna tabernacula26.

12Soit la charte inscrit la transaction terrestre dans le cadre du contrat passé entre Dieu et l’humanité :

  • 27 Tirée de l’évangile de Marc, 9.49 (Vulgate), la citation complète se lit : bonum est sal quod si sa (...)
  • 28 Adhémar et Aldeberge, son épouse, donnent entre autres une saline à l’abbaye de Nouaillé, 996, Poit (...)

Mundi terminum adpropinquante ruinis crebrescentibus jam certa signa manisfestantur. Dum in hoc seculo unusquisque homo proprio vacat arbitrio, oportet ei ut de rebus sibi atquisitis taliter agere valeat, qualiter in futuro aeterne vite ei mereatur percipere. Quapropter ego, in Dei nomine, Ademarus et uxor mea nomine Aldeberga, tractavimus de Dei timore et aeterna retributione, ut nobis pius Dominus in ultima die magni judicii veniam tribuere dignetur, et illis maxime qui aeternam vitam de propriis aemunt praediis, et corde tenus recolunt,Domino dicente in evangelio : Bonum est sal27. Concedimus vobis […] salinam meam indominicatam […] 28.

« La fin du monde approche et les destructions croissantes en sont les signes manifestes. Tant qu’il est de ce monde, l’homme manque de jugement ; il lui revient d’agir vis-à-vis de ses possessions de telle sorte qu’il mérite de participer à la vie éternelle. C’est pourquoi, au nom de Dieu, moi, Adhémar et ma femme, dénommée Aldeberge, avons pris en considération la crainte de Dieu et la récompense éternelle, de façon à ce que le saint Seigneur daigne au jour du jugement dernier nous accorder à nous son pardon, [comme il l’accorde] aussi et surtout à ceux qui achètent la vie éternelle de leur propres biens, et qui se rappellent par cœur les paroles du Seigneur rapportées dans l’Évangile : le sel est bon. Nous vous avons donné […] une saline allodiale […] »

13Ce préambule ne fait pas de quartier ; non seulement la vie éternelle a son prix, mais la mise en œuvre littérale du texte évangélique, profondément implanté dans le cœur des donataires, leur assure l’exécution du contrat dans le monde à venir. La peur du jugement dernier se fait particulièrement intense dans les chartes ou elle est associée avec la perception que la fin du monde est proche :

  • 29 Luc 11.41 : date elemosynam et ecce omnia munda sunt vobis.
  • 30 Eledus, prêtre, donne, après sa mort, divers biens à Saint-Pierre [de Lézat], 990, http://www.cn-te (...)

[A]propinqua[n]te etenim mundi termino et ruinis crebescentibus jam certa signa manifestantur et si aliquid de rebus nostris ad loca sanctorum condonaverimus retributorem Deum in judicio non diffidimus haberi qui dixit : « Date helemosinam et ecce omnia munda sunt vobis29 et qui plus dat, plus mercedem accipit et congregat fructos in vitam eternam » ; quamobrem ego enim, in Christi nomine, Eledus, presbiter, pertimescens illum tremendi judicii diem, cedo Deum et Sanctum Petrum […]30.

« La fin du monde approche et les destructions croissantes en sont les signes manifestes. Si nous donnons de nos biens aux saints nous n’avons pas à craindre le jugement de Dieu, qui dit : faites l’aumône et le monde sera vôtre ; qui donne amplement, reçoit ample récompense et en recueille les fruits dans la vie éternelle ; c’est pourquoi moi, au nom du Christ, Eledus, prêtre, craignant le jour du jugement dernier, fait don à Dieu et à Saint-Pierre […] »

  • 31 1162, Henri, évêque de Toul, confirme une possession de biens à Willenc, abbé, et aux moines de Mol (...)
  • 32 Quicumque autem hoc attemptaverit pro hujus transgressionis reatu nisi cito et digne resipuerit, in (...)

14Principalement dans les clauses comminatoires, le seul fait de respecter la teneur de la charte entraîne la promesse de vie éternelle : Conservantibus autem hec pax et vita detur eterna. Amen31, alors qu’en cas d’infraction, le verdict sans appel du jugement dernier condamne au feu éternel de l’enfer32.

  • 33 Guillaume de Belsat notifie la donation d’Étienne, fils d’Enguerran, vicomte d’Aumale, en faveur de (...)
  • 34 N. Munn, « Cultural Anthropology of Time... », art. cit., p. 109.

15Finalement, dans certains cas, les donataires s’engagent sous serment à respecter les décisions enregistrées dans le document : Hanc donationem prius affidatione sua postea juramento super quatuor evangelia, postremo fidejussoribus confirmavit33. Prenant à partie l’interlocuteur christique, le serment anime la charte d’une temporalisation transformatrice, fondant la notion d’une continuité éternelle entre passé et futur34.

  • 35 J’emprunte bien évidemment l’expression à J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, (...)
  • 36 Citons parmi d’autres les travaux de B. H. Rosenwein, Rhinoceros Bound: Cluny in the Tenth Century, (...)
  • 37 Dans son étude consacrée au vocabulaire latin des chartes, B.-M. Tock examine particulièrement l’em (...)

16L’historiographie récente a fort bien exploré cette comptabilité de l’au-delà35, cette construction d’un capital spirituel effectuée par l’investissement dans le don terrestre dont est attendu un contre-don de nature céleste36. Nous ne nous attarderons donc pas sur ces questions. En revanche, l’aspect quelque peu stéréotypé de ce discours, sa présence répétée dans nombre de chartes à l’échelle occidentale ne nous dispensera pas d’en examiner les tendances particulières. Car, si dans le cadre de cette enquête exploratoire consacrée aux temporalités de la charte et du discours diplomatique, il s’avère que les références à l’éternité telles que nous venons de les évoquer brièvement cantonnent l’éternité dans le sacré, il n’en est plus de même à partir du xie siècle. De fait, les actes nous donnent alors le spectacle d’une éternité qui appartient aux paramètres de l’action humaine ; elle en devient une dimension possible37.

  • 38 923, Adélaïde, veuve de Richard, duc de Bourgogne, restitue une villa au chapitre cathédral de Chal (...)
  • 39 947, Donation en faveur de Cluny, en ligne: http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/ charte256850/.
  • 40 1120, Donation en faveur de l’abbaye de Saint-Maixent, Niort, AD Deux-Sèvres, H 88, « Charte Artem/ (...)
  • 41 976, Donation en faveur de Cluny de biens sis dans le Vivarais, en ligne: http://www.cn-telma.fr/ch (...)
  • 42 1006, Robert, roi de France, renonce aux droits perçus injustement sur des biens situés aux environ (...)
  • 43 Une consultation rapide des dictionnaires latins (Brepolis, Database of Latin dictionaries) établit (...)
  • 44 1181, Notification par Bertram, évêque de Metz, d’une donation en faveur de l’église Notre-Dame et (...)
  • 45 1170, Notification de Baudoin, évêque de Noyon, d’une donation en faveur de l’abbaye d’Ourscamp, en (...)

17Le glissement se fait progressivement. Dans le courant du xe siècle, le désir d’éternité apparaît ici et là explicitement lié à la rédaction de la charte : quo remuneratoris omnium gratia vitam feliciter mereamur obtinere eternam. Unde hanc nostre largitionis cartam fieri jussimus38. Puis le mouvement s’accélère. L’on attend de la donation une stabilité éternelle : ac post in eternum donatio ista firma et stabilis permaneat39 ou encore et quiete possideant, sine fine usque in eternum ista que subscribuntur40; des serfs donnés à Cluny qu’ils servent là éternellement : Dono etiam duodecim servos, ad ipsa casa Dei inhibi servituros ævo eterno41; des mauvaises coutumes qu’elles soient annulées jusque dans l’éternité : Abigo enim, ab hoc nunc et usque in eternum, omnes pessimarum exactiones consuetudinum42. Tout au long des xie et xiie siècles, les mentions du concours entre affaires humaines et éternité se font de plus en plus nombreuses. Le verbe eternare est mis à contribution pour qualifier le pouvoir vivifiant de la lettre écrite43 : Quoniam [] in ipsis vitam agentibus malefida senescit memoria, ea vero que vivacium litterarum designatur apicibus eternatur et permanent44. L’apposition du sceau en vient à assurer valeur éternelle : Quod ut ratum firmumque permaneat in eternum, presentem paginam sigilli mei auctoritate volui45. La charte se fait point de contact avec l’éternité ; elle en est un portail :

  • 46 Matthieu, 25, 40.
  • 47 1161, Donation faite par Mathieu, duc de Lorraine, de revenus à l’ermitage de la Trinité de Clairem (...)

[…] Ego Matheus Lotharingie dux et marchio […] illud que dominicum attendens quod uni ex minimis meis fecistis mihi fecistis46 centuplum sperans recipere, et vitam eternam possidere, […] pro salute mee anime et parentum meorum, concessi, […] quatinus ex reditibus inde provenientibus domus Dei illuminetur, cujus misericordia eterni luminis nos participes efficere dignetur. Ut autem posteris hujus beneficii certitudo et memoria commendetur, presentem paginam sigilli nostri impressione roboramus, atque in testimonium sempiternum servitoribus predicti loci donamus 47.

« Moi, Mathieu, duc et marquis de Lorraine, attentif à l’injonction du Seigneur selon laquelle tout ce que vous avez fait au moindre d’entre les miens, c’est à moi-même que vous l’avez fait, dans l’espérance de recevoir au centuple et de posséder la vie éternelle, pour le salut de mon âme et celle de mes parents, j’ai fait don de revenus à cette maison de Dieu pour qu’elle subvienne à son éclairage ; j’attends de la miséricorde divine qu’elle nous juge dignes de participer à la lumière éternelle. Afin d’assurer pour la postérité et la mémoire et la certitude de ce don, j’ai renforcé la présente charte de l’impression de mon sceau et l’ai remise aux moines dudit lieu en témoignage éternel. »

  • 48 Les deux chirographes datent de 1119, Paris, AN, K 21 n° 13/6 et 13/7, « Charte Artem/CMJS n° 2159  (...)
  • 49 Nous traitons ici de l’empiètement de l’action humaine sur le plan de l’éternité ; la disparition d (...)
  • 50 Un formulaire rédigé à la fin du règne de Philippe Auguste (1180-1223) porte : Notandum que quedam (...)
  • 51 Le milieu monastique connaît aussi la notion du document temporaire ; ainsi au xiie siècle l’abbaye (...)
  • 52 Le domaine mouvant de la chronologie diplomatique reçoit un traitement détaillé dans O. Guyotjeanni (...)
  • 53 S. Barret, « Archives médiévales, temps et légitimation », art. cit., p. 266.

18Dans deux chirographes donnés en 1119 par Gerbert, évêque de Paris pour les abbayes de Saint-Germain-l’Auxerrois et de Saint-Denis, la charte est décrite comme un écrit quasi éternel : et presentem cartam hujus concessionis testem quasi eternum memoriale fieri precepimus48. Un siècle plus tard, l’éternité du discours diplomatique est rentrée dans la sphère du divin et de l’eschatologique d’où, pendant environ deux siècles, elle s’était tant soit peu échappée49. Quant à la charte, perpétuité et stabilité continuent de faire partie de ses moyens d’action. La chancellerie royale française en institutionnalise le principe lorsque, à partir des années 1200, elle réserve aux actes à valeur perpétuelle le sceau de cire verte et à ceux d’une valeur transitoire, le scellement en cire jaune50. De cette organisation jaillit la reconnaissance officielle du temporaire comme dimension légitime de l’acte écrit51. Un autre phénomène concomitant, l’accroissement de la datation systématique des chartes52, peut tout à fait être attribué à un intérêt accru pour leur potentiel archivistique, lequel aurait amené à une nouvelle prise de conscience chronologique53. Toutefois, la datation systématique suggère également une stratégie visant à ressaisir l’acte écrit dans la synchronie. Dater l’acte, c’est le ramener à sa dimension biographique, celle-ci étant toujours plus ou moins mise en cause par l’exigence de la stabilité et de la perpétuité. Maintenant que sa fibre éternelle l’a quittée, la charte se doit de réintégrer le plan de l’anachronisme, mais cette fois pour jouer avec le temps et en dynamiser la linéarité.

  • 54 B.-M. Tock examine la christianisation de l’acte privé, B.-M. Tock, « L’acte privé en France du Hau (...)
  • 55 C. Eire, A Very Brief History of Eternity, Princeton, Princeton University Press, 2010, p. 67-72.

19Sans aucun doute, l’escalade de la temporalité diplomatique vers les cimes de l’éternité appartient, tout comme les références à l’éternité divine rencontrées dès le Haut Moyen Âge, à la christianisation progressive de l’acte et à sa transformation en texte pieux à fort caractère monastique54. Pour le monachisme bénédictin, clunisien en particulier, la vie monastique réalisait l’idéal eschatologique ; les abondantes mentions de l’éternité dans la littérature monastique sont particulières en ce qu’elles créent un flou, brouillant les frontières du terrestre et de céleste55. Mais il s’agit ici d’interpréter les enjeux des formes diplomatiques que prit ce calibrage de l’éternité à la mesure humaine. D’une certaine façon, placer la charte et sa transaction sous l’égide de l’éternité en renforçait le caractère ouvert et non fini, non sans affirmer aussi le pouvoir qu’avaient les hommes de faire affaire avec Dieu. Partenaire de la charte, l’éternité l’implique dans une téléologie inéluctable et irrévocable. Quel que soit le sort terrestre réservé à la charte et à son contenu, elle fait l’intermédiaire avec l’éternité, ce qui lui assure une irréversibilité totale, semblable à celle qui achemine le monde vers sa fin, l’humanité vers le jugement dernier. De ce point de vue, les chartes révèlent une perception de l’éternité comme étant le summum de la temporalité. Alors que la perpétuité dé-temporalise dans le but de souligner la permanence et l’étanchéité aux affaires de ce monde, l’éternité tient compte des avatars de la vie terrestre et les transcende, parce qu’elle les incorpore dans une destinée et leur donne un sens. La charte éternelle apportait donc une solution au problème du temps et de ses mutations. Avec la charte à valeur perpétuelle, il s’agit de parer aux mutations ; la charte éternelle, elle, affirme que ces mutations ne peuvent en changer les dispositions, car ces dispositions, portées au registre de l’éternité, assurent la pérennité du crédit spirituel. Sur terre, la charte est en danger, mais son inscription au registre divin la rend forte à jamais. Pour le donateur, le crédit reste acquis, même si la transaction succombe à la malfaisance. Du coup, la charte éternelle apportait aussi une solution au problème de l’ajournement du contrat concernant le salut du bienfaiteur, et ce, tant du point de vue des bienfaiteurs, comme nous venons de le voir, que de celui des bénéficiaires. Car du fait que le salut de l’âme constitue une restitution différée du don, cette restitution n’est pas du ressort des bénéficiaires, mais de la divinité. Les bénéficiaires, si souvent des moines, ont ainsi l’avantage conjoncturel : ils sont dans la position enviable de recevoir des dons dont les contre-dons, intangibles et eschatologiques, ne sont pas vérifiables à l’aune de la justice terrestre. Mais il serait vain d’attribuer aux moines seuls l’élaboration de cette éternité diplomatique. Car ces derniers ne pouvaient offrir les moyens d’accès au salut éternel sans réifier l’éternité, sans la doter de seuils, telles les chartes, permettant à tout chrétien (bien nanti) d’exercer sa part de contrôle sur cette réalité d’une valeur si supérieure.

  • 56 M. Parisse, « Écriture et réécriture des chartes : les pancartes aux xie et xiisiècles », dans Pr (...)
  • 57 P. Chastang, « Cartulaires et cartularisation », p. 27-30, et « Introduction [à Cartulaires normand (...)
  • 58 Rappelons qu’en maintes chartes, les clauses de corroboration insistent sur le maintien de leur con (...)

20Ainsi, de par son discours diplomatique, la charte des xie et xiie siècles donne la parole à l’éternité. De par sa matérialité, elle la concrétise. Entre charte et éternité s’instaure un échange au terme duquel la charte dispose la sensibilité médiévale à entrer en communication avec une entité difficilement concevable, et par là même à se former une idée qui en permette la compréhension. Dans quelle mesure ce rôle performant a-t-il influencé et un certain comportement documentaire, et le traitement dont firent l’objet les chartes de cette époque ? Seules des observations préliminaires sont possibles dans le cadre de cet essai. Remarquons la prolifération de l’écrit documentaire après l’an mil, le respect montré envers les originaux à partir de la moitié du xiie siècle56, leur placement sur l’autel ou dans des livres liturgiques, leur insertion en tant que copies (sans que cela entraîne leur destruction) dans un cartulaire livresque à un moment où le codex est un instrument de prestige, tout à la fois sacralisant et pragmatique57: autant de phénomènes qui prennent place alors que la charte se fait, pour un temps, point de contact avec l’éternité. Il semble qu’il faille prendre cette dimension en compte si nous voulons comprendre la configuration qu’elle nous donne de la culture qui produisit ces chartes et en fit usage. S’il est vrai que le discours diplomatique et la pratique archivistique insistent à cette époque sur l’ancienneté, la mémoire, et la stabilité, c’est peut-être aussi que ces temporalités figurent la continuité et par là même préfigurent l’éternité. En tout état de cause, une telle attitude ne pouvait que renforcer l’importance de l’écrit documentaire en tant qu’artefact, car c’est de cette matérialité constante que jaillissait la disjonction entre charte et époque, et avec elle ce surplus chronologique capable de mettre le temporel sur la voie de l’éternel58.

Haut de page

Notes

1 M. Hébert, « La genèse d’un type documentaire : les “cahiers” des États de Provence à la fin du Moyen Âge », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-Lettres, 3, 2013, p. 1233–1277 ; Id., « Les cartulaires municipaux de Provence à la fin du Moyen Âge. Jalons pour une enquête », dans M. Hébert et K. Fianu (dir.), L’écrit et la ville. Memini. Travaux et documents, 12, 2008, p. 48-83 ; Id., Regeste des États de Provence, 1347-1480. Documents inédits de l’histoire de France, Paris, CTHS, 2007 ; Id., « Médiévistes canadiens et archives provençales : trente ans de recherches », Histoire et archives, 18, 2005, p. 9–22.

2 P. Chastang donne un aperçu exemplaire de ces développements : « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale xe-xiie siècles, 49, 2006, p. 21-31 et « Introduction », dans Les cartulaires normands. Bilan et perspectives de recherche. Actes de la table ronde tenue à Caen les 3-4 avril 2009, Tabularia Études, 9, 2009, p. 27-42. Parmi une bibliographie abondante, citons G. Declercq, « Originals and Cartularies : The Organization of Archival Memory (Ninth-Eleventh Centuries)», dans K. Heidecker (dir.), Charters and the Use of the Written World in Medieval Society, Turnhout, Brepols, 2000, p. 147-170, qui rend compte dans son essai des travaux antérieurs consacrés à l’élaboration d’une pratique archivistique au tournant de l’an Mil ; L. Morelle, « The Metamorphosis of Three Charter-Collections », dans Charters and the Use of the Written Word in Medieval Society, op. cit., pp. 171-204, remet en question l’hypothèse selon laquelle la confection d’un cartulaire entraînerait la destruction quasi systématique des originaux copiés dans ce cartulaire. S. Barret, La mémoire et l’écrit : l’abbaye de Cluny et ses archives (xe-xviiie siècle), Münster, Lit, 2004.

3 B.-M. Tock, Scribes, souscripteurs, et témoins dans les actes privés en France, Turnhout, Brepols, 2005 ; B. M. Bedos-Rezak, When Ego was Imago. Signs of Identity in the Middle Ages, Leiden, Brill, 2011.

4 Aux études citées à la note 2, ajoutons P. Geary, Phantoms of Remembrance : Memory and Oblivion at the End of the First Millennium, Princeton, Princeton University Press, 1994, dont les conclusions reçurent un commentaire poussé de la part de L. Morelle, « Histoire et archives vers l’an Mil : une nouvelle mutation », Histoire et archives, 3, 1998, p. 120-141.

5 B. M. Tock souligne l’extrême rareté du terme immutabilis dans le discours diplomatique , où ses rares apparitions se cantonnent au XIe siècle: « Le vocabulaire latin des chartes » dans O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (dir.), Pratiques de l’écrit documentaire au XIe siècle, Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 119-148, aux p. 136-137, p. 119-148. Voir ci-dessous, note 37.

6 Les bases de données suivantes ont servi à cette enquête et comprennent : Cartae Cluniacensis Electronicae, 800-1300 http://www.uni-muenster.de/Fruehmittelalter/Projekte/ Cluny/CCE/Welcome-e.htm ; C. Giraud, J.-B Renault et B.-M. Tock (éd.), Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, Nancy : Centre de Médiévistique Jean Schneider ; édition électronique : Orléans, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2010 ; C. Balouzat-Loubet, J.-B. Renault (éd.), Chartes originales conservées en France (1121-1220), Nancy, Centre de Médiévistique Jean Schneider ; édition électronique : Orléans:  Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2013 ; Chartae Galliae. Édition électronique : Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2014 ; C.B.M.A. Chartae Burgundiae Medii Aevi, www. Artehis-cbma.eu

7 Si une telle généralisation n’est pas inexacte, elle n’exclut en rien la présence d’actes passés entre diverses parties, seigneuriales, urbaines, et autres.

8 O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993 (Atelier du médiéviste, 2), p. 84 ; H. Guillotel, Les actes des ducs de Bretagne: 944-1148, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 125-126. Voir les remarques récentes de S. Barret sur l’extrême variation qui se rencontre dans la datation des actes : S. Barret, « Archives médiévales, temps et légitimation », dans A. Kehnel et C. Andenna, (dir.), avec la collab. de C. Caby et G. Melville, Paradoxien der Legitimation. Ergebnisse einer deutsch-italienisch-französischen Villa Vigoni-Konferenz zur Macht im Mittelalter, Florence, Sismel, 2010 (Micrologus Library, 35), p. 257-294, p. 265.

9 B.-M. Tock, Scribes, souscripteurs, témoins, op. cit., p. 142-143.

10 Supra note 9 et B.-M. Tock, « L’acte privé en France, viie siècle - milieu du xe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, 111, 1999, p. 499-537, à la p. 517.

11 B.-M. Tock, Scribes, souscripteurs, témoins, op. cit., p. 142 ; cet emploi du présent semble se mettre en place au xie siècle.

12 N. Munn, « The Cultural Anthropology of Time : A Critical Essay », Annual Review of Anthropology, 21, 1992, p. 93-123, p. 101.

13 A. Dumas, « Études sur le classement des formes des actes », Le Moyen Âge, 44, 1934, p. 17-41, p. 23.

14 Je m’inspire ici de H.-J. Schmidt, « Paradoxe Legitimität durch Zukunftserwartung und Zukunfstgestaltung », dans Paradoxien der Legitimation […], op. cit., p. 205-256, p. 214-216.

15 Ne sont considérées ici que les mesures explicitement mentionnées dans les actes eux-mêmes, et non les stratégies archivistiques, enregistrement, mises en cartulaires, copies, ou vidimus.

16 Notons que la forme de salutation dans l’adresse de l’acte (salutem in perpetuum) et le dispositif peuvent également comporter une formule de perpétuité : […] decimas earum ipsi perpetuo habere concedimus […], acte de Gautier, évêque d’Autun, en faveur de Saint Etienne de Beaune, Chartae Burgundiae, http://philologic.cbma-project.eu/cgi-bin/ philologic/getobject.pl?c.3460:1:0:-1:1.CBMA.6424.6440.

17 971, donation en faveur de l’abbaye de Cluny, Chartae Burgundiae, http://philologic.cbma-project.eu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.1950:1:0:-1:1.CBMA.4840.4854.

18 N. Munn, « The Cultural Anthropology of Time », art. cit., p. 115.

19 A. Dumas, « Études sur le classement des formes des actes », Le Moyen Âge, 43, 1933, p. 81-97, 145-182, 251-264, p. 147.

20 Cum in sacrarum voluminibus litterarum agende mortalibus vita, ad beatam scilicet capescendam immortalitatem utilissima saluberrimaque precepta magna videlicet contineantur et multa, quod inter omnia salubrius aut utilius eo quod doctor ille gentium in fide et veritate ‘dum tempus, inquit, habemus operemur bonum ad omnes maxime autem ad domesticos fidei ’ id enim faciendum esse obtinende causa beatitatis eterne ita superius intimaret […], H. Guillotel, Les actes des ducs de Bretagne, op. cit., acte no 65 p. 323-326 : 1040-1066, le comte Conan de Bretagne confirme une charte en faveur de Saint-Martin et de Marmoutiers. Voir aussi infra, notes 26-27.

21 Pour reprendre l’expression de A. Nagel et Ch. Wood, Anachronic Renaissance, New York, Zone Books, 2010, p. 7-19 ; voir aussi K. Moxey, Visual Time: The Image in History, Durham, Duke University Press, 2013, p. 3, ; et Ch. Pinney, « Things Happen », dans D. Miller (dir.), Materiality, Durham, Duke University Press, 2005, p. 256-275, p. 266-268.

22 L. Morelle, « Metamorphosis... », art. cit., p. 175, 196.

23 Les études citées à la note 4 considèrent la mesure dans laquelle la confection de cartulaires entraînait la destruction des originaux recopiés en leurs pages.

24 S. Barret, « Archives médiévales, temps et légitimation... », art. cit., note que les commentaires portés dans les cartulaires médiévaux proposent des dates fantaisistes pour les chartes recopiées ; cette datation va toujours dans le même sens, celui de donner aux chartes le plus d’ancienneté possible, p. 268-269 ; mais cette ancienneté est néanmoins située dans le temps.

25 Eudes, roi de France, accorde à l’abbaye de Solignac l’immunité pour tous ses biens et redevances, et la liberté d’élection abbatiale, 889, Limoges, AD Haute-Vienne, 6 H 8, « Charte Artem/CMJS n° 646 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/charte646/.

26 Narduinus et Aia, son épouse, font une donation en précaire à l’abbaye de Cluny, 950, Paris, BNF, coll. de Bourgogne t. 76 n° 25, « Charte Artem/CMJS n° 1602 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/charte1602/ ; ou encore : Ore veritatis, in evangelio mandatur nobis ut faciamus nobis amicos de minimis nostris ut cum defecerimus recipiant nos in eterna tabernacula et partiantur nobis sempiterna gaudia, Donation de Henri de Lorraine, évêque de Toul, aux moines de Saint-Benoît-en-Woëvre, 1140, Bar-le-Duc, AD de la Meuse, 19 H 5, n° 35, « ChLor n° 71 », en ligne : http://www.cn-telma.fr/originaux2/ charte267626/. Supra, note 20 ; infra, note 27.

27 Tirée de l’évangile de Marc, 9.49 (Vulgate), la citation complète se lit : bonum est sal quod si sal insulsum fuerit in quo illud condietis habete in vobis sal et pacem habete inter vos.

28 Adhémar et Aldeberge, son épouse, donnent entre autres une saline à l’abbaye de Nouaillé, 996, Poitiers, AD Vienne, C 9 n° 68, « Charte Artem/CMJS n°1164 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/charte1164/ .Voir aussi cette notification par Étienne, évêque de Metz, de l’accord passé entre le chapitre de Notre-Dame et Saint-Thiébaut et Agnès, abbesse de Sainte-Glossinde, 1162. « ChLor n° 700 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux2/charte268255/ : Reverendam sanctorum patrum auctoritatem diligenter observantes et eorum documentis salubribus memoriter invigilantes, inter cetera beneficiorum opera quibus a terrenis ad celestia, a temporalibus ad spiritualia, a transitoriis ad eterna felici commertio pervenitur, ad optinendum eterne beatitudinis premium, sanctarum ecclesiarum instaurationem nobis plurimum valere confidimus.

29 Luc 11.41 : date elemosynam et ecce omnia munda sunt vobis.

30 Eledus, prêtre, donne, après sa mort, divers biens à Saint-Pierre [de Lézat], 990, http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte216327/. Les peurs apocalyptiques ne sont pas étrangères au discours diplomatique : R. H. Bremmer Jr., « The final countdown : apocalyptic expectations in Anglo-Saxon charters », dans G. Moreno-Riano (dir.), Time and Eternity: the Medieval Discourse, Turnhout, Brepols, 2003, p. 501-14. Dans le contexte français, renvoyons aux textes cités ici et à la note 28.

31 1162, Henri, évêque de Toul, confirme une possession de biens à Willenc, abbé, et aux moines de Molême, « ChLor n° 10 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux2/charte267565/.

32 Quicumque autem hoc attemptaverit pro hujus transgressionis reatu nisi cito et digne resipuerit, incursurum se noverit extreme judicium ultionis igne quidem eterno qui diabolo et angelis ejus preparatus est puniendus. Bertram, évêque de Metz, confirme une vente faite à l’abbaye de Gorze, 1203, Metz, AD de la Moselle, H 904, n° 4, « ChLor n°276 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux2/charte267831/.

33 Guillaume de Belsat notifie la donation d’Étienne, fils d’Enguerran, vicomte d’Aumale, en faveur de l’abbaye de Lannoy, 1170, Beauvais, AD Oise, H 4976, en ligne: http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte271393/.

34 N. Munn, « Cultural Anthropology of Time... », art. cit., p. 109.

35 J’emprunte bien évidemment l’expression à J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320-vers 1480), Paris, Albin Michel, réédition 2011.

36 Citons parmi d’autres les travaux de B. H. Rosenwein, Rhinoceros Bound: Cluny in the Tenth Century, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1982, et To Be the Neighbor of Saint Peter: the Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Ithaca, University of Cornell Press, 2006.

37 Dans son étude consacrée au vocabulaire latin des chartes, B.-M. Tock examine particulièrement l’emploi du terme immutabilis, et note que son emploi est tardif dans les actes belges (1018 dans un diplôme de l’empereur Henri ii pour l’abbaye de Gembloux) et fort rare en France comme en Belgique. Dans la phrase qui fait transition entre le dispositif et la corroboration, le diplôme impérial de 1018 associe eternum et inviolabile : Hoc igitur utriusque, consensu fidelium, factum firmamus et in eternum inviolabile et immutabile esse edicto imperiali decernimus, B.-M. Tock, « Les mutations du vocabulaire latin des chartes... », p. 136-137. Tock attribue la réticence à utiliser immutabilis dans les chartes au fait que dans la littérature chrétienne, le terme s’applique surtout à Dieu. La notion d’éternité, jamais rare dans les chartes, ne s’applique cependant à Dieu et à la sphère divine que jusqu’au xe siècle, après quoi elle entre dans le monde de l’activité terrestre pour plus de deux cents ans.

38 923, Adélaïde, veuve de Richard, duc de Bourgogne, restitue une villa au chapitre cathédral de Chalon, « Charte Artem/CMJS n° 609», en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/ charte609/.La clause de validation de cette charte est particulièrement intéressante, du fait qu’elle rend compte des dispositions prises par Adelaïde pour assurer la conservation de la charte après sa mort : Et ut hec nostre largitionis carta tuiciorem in Dei nomine obtineat firmitatem, plenius manu mea firmavi, filiorumque meorum et fidelium nostrorum manibus subter jussimus roborari, ita tamen ut post obitum meum hanc nostre largitionis cartam, supradicti fratres cui omni sui integritate teneant et possideant.

39 947, Donation en faveur de Cluny, en ligne: http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/ charte256850/.

40 1120, Donation en faveur de l’abbaye de Saint-Maixent, Niort, AD Deux-Sèvres, H 88, « Charte Artem/CMJS n° 782 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/charte782/.

41 976, Donation en faveur de Cluny de biens sis dans le Vivarais, en ligne: http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte258658/.

42 1006, Robert, roi de France, renonce aux droits perçus injustement sur des biens situés aux environs de Saint-Denis, Paris, AN, K 18 n° 1bis, « Charte Artem/CMJS n° 3050 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/charte3050/.

43 Une consultation rapide des dictionnaires latins (Brepolis, Database of Latin dictionaries) établit que ce verbe est d’un emploi rare. Toutefois, il se rencontre assez fréquemment dans les chartes des xie et xiie siècles.

44 1181, Notification par Bertram, évêque de Metz, d’une donation en faveur de l’église Notre-Dame et Saint-Thiébaut de Metz , « ChLor n° 134 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux2/charte267689/

45 1170, Notification de Baudoin, évêque de Noyon, d’une donation en faveur de l’abbaye d’Ourscamp, en ligne: http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte203279/.

46 Matthieu, 25, 40.

47 1161, Donation faite par Mathieu, duc de Lorraine, de revenus à l’ermitage de la Trinité de Clairement qui lui permettront à cette maison de pourvoir à son éclairage. « ChLor n° 358 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux2/charte267913/.

48 Les deux chirographes datent de 1119, Paris, AN, K 21 n° 13/6 et 13/7, « Charte Artem/CMJS n° 2159 », en ligne: http://www.cn-telma.fr/originaux/charte2159/, http://www.cn-telma.fr/originaux/charte4916/.

49 Nous traitons ici de l’empiètement de l’action humaine sur le plan de l’éternité ; la disparition de cet empiètement, comme de toute mention de l’éternité dans le discours diplomatique, mériterait une étude à part entière.

50 Un formulaire rédigé à la fin du règne de Philippe Auguste (1180-1223) porte : Notandum que quedam carte sunt perpetuales, quedam autem dantur ad tempora, M. Nortier, Lettres mises sous le nom de Philippe Auguste dans les recueils de formulaires d’école. Recueil des actes de Philippe Auguste, tome VI, Paris, De Boccard, 2005, p. 13, 208. Sur les sceaux, voir R.-H. Bautier, « Le sceau royal dans la France médiévale et le mécanisme du scellage des actes », dans Chartes, sceaux, et chancellerie, Paris, École nationale des chartes, 1990, t. 2, p. 537-562, à la p. 542.

51 Le milieu monastique connaît aussi la notion du document temporaire ; ainsi au xiie siècle l’abbaye de St-Amand recycla certaines de ses chartes en reliures de manuscrits. Laurent Morelle montre bien qu’une telle réutilisation concernait des actes jugés inutiles, « The Metamorphosis », art. cit., p. 183-184.

52 Le domaine mouvant de la chronologie diplomatique reçoit un traitement détaillé dans O. Guyotjeannin et B.-M. Tock, « “Mos presentis patriae” : les styles de changement du millésime dans les actes français, xie-xvie siècle », dans M.-C. Hubert (dir.), Construire le temps, normes et usages chronologiques au Moyen Âge, Bibliothèque de l’École des chartes, 157, 1999, p. 41-109.

53 S. Barret, « Archives médiévales, temps et légitimation », art. cit., p. 266.

54 B.-M. Tock examine la christianisation de l’acte privé, B.-M. Tock, « L’acte privé en France du Haut Moyen Âge... », art. cit., p. 535-536.

55 C. Eire, A Very Brief History of Eternity, Princeton, Princeton University Press, 2010, p. 67-72.

56 M. Parisse, « Écriture et réécriture des chartes : les pancartes aux xie et xiisiècles », dans Pratiques de l’écrit documentaire..., op. cit., p. 247-265, aux p. 261-262.

57 P. Chastang, « Cartulaires et cartularisation », p. 27-30, et « Introduction [à Cartulaires normands] », p. 40.

58 Rappelons qu’en maintes chartes, les clauses de corroboration insistent sur le maintien de leur condition physique : « Hec vero carta omni tempore firmitatis atque stabilitatis obtineat vigorem semper inconcussum atque solidissimum. », 1022, en ligne: http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte258086/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Miriam Bedos-Rezak, « S’inscrire tant dans le temps. Les chartes et l’éternité (IXe-XIIIe siècle) », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://memini.revues.org/840 ; DOI : 10.4000/memini.840

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org