Navigation – Plan du site
La parole et l'écrit

Discussions au chapitre (IXe-XIe siècle) : la place (réelle et symbolique) de l’abbé était-elle si dominante?

Isabelle Cochelin
p. 337-361

Entrées d'index

Mots-clés :

chapitre, église, abbé

Géographique :

Allemagne, France, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge, Moyen Âge central
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La salle du chapitre n’est en fait plus utilisée aujourd’hui pour la réunion quotidienne ; celle-ci (...)
  • 2 Alors que je travaillais sur ma thèse de doctorat à l’Université de Montréal, Michel Hébert m’a prê (...)

1Au printemps 2011, mon compagnon, notre fille et moi visitions un ami, abbé d’un monastère bénédictin allemand. Le bâtiment était de construction récente, à peine plus de cent ans, mais l’idéal médiéval y était omniprésent, particulièrement dans son architecture néo-romane et l’organisation de l’espace. Lors de notre visite (très discrète) de quelques bâtiments de la clôture, je fus pourtant frappée par un détail dans la salle du chapitre, la place symboliquement importante donnée à l’abbé : son siège était complètement différent des autres, majestueux et imposant telle une cathedra (siège de l’évêque et origine du terme cathédrale)1. Les sites monastiques médiévaux ne m’avaient pas habituée à une telle hiérarchisation de l’espace capitulaire. Dans cet article, je voudrais suggérer que cette vision moderne du monachisme médiéval dans laquelle l’abbé occupe une place prépondérante, voire écrasante, retransmise par cette construction néo-romane et les écrits de nombreux chercheurs, doit être nuancée. Un tel sujet m’a semblé à propos dans des Mélanges dédiés à Michel Hébert, lui qui s’intéressa tant aux assemblées représentatives médiévales2.

  • 3 Voir par exemple J. Sayers, « Violence in the Medieval Cloister », Journal of Ecclesiastical Histor (...)
  • 4 Je choisis donc de me situer avant l’entrée en scène des nouveaux ordres (cistercien, chartreux, et (...)
  • 5 P. Gillon, « Un exemple de la communion du pratique et du sacré: la salle du chapitre en Occident » (...)

2Pour rectifier l’image d’une structure hiérarchique donnant tout pouvoir à l’abbé et qui aurait dominé le monde bénédictin médiéval3, je me concentrerai avant tout sur le Moyen Âge central, les ixe-xie siècles, en m’arrêtant à l’aube du « monachisme nouveau4 » ; je me pencherai sur la salle du chapitre, lieu décisionnel par excellence dans un monastère et qui apparaît précisément au début de cette période. Après avoir évoqué le mode de débattre dans la règle de saint Benoît (deuxième quart du vie siècle) et dans les commentaires de la règle du début du ixe siècle, je discuterai de l’usage quotidien de la salle du chapitre dans ces mêmes commentaires et dans les coutumiers monastiques (fin viiie-xie s.). Je terminerai en évoquant son organisation spatiale, à l’aide de diverses études archéologiques, dont celle extrêmement riche de Pierre Gillon5.

  • 6 Le meilleur exemple du pouvoir limité des empereurs carolingiens est l’impact restreint de la réfor (...)

3Avant de commencer, il est bon de souligner que, à l’extérieur des monastères, pour ces mêmes siècles (ixe-xie s.), un pouvoir quasi totalitaire est impensable : la rhétorique est là mais, dans les faits, les chercheurs s’accordent pour dire qu’aucun prince, pas même les empereurs carolingiens, n’avait une telle latitude6. Tout seigneur devait plutôt débattre, convaincre et collaborer non seulement avec ses pairs mais aussi avec ceux au-dessous de lui. La situation au sein d’un monastère, rempli avant tout de nobles (même si la plupart y étaient entrés comme oblats), aurait-elle pu être drastiquement différente?

  • 7 G. Melville, « Les fondements spirituels et juridiques de l’autorité dans la vita religiosa médiéva (...)
  • 8 Voir note 16 plus bas.

4Certes, les règles monastiques et la règle de saint Benoît de Nursie en particulier insistent très lourdement sur l’importance conjointe de l’humilité et de l’obéissance envers l’abbé pour atteindre le salut ; en effet, un des buts du monachisme cénobitique (à la différence des autres formes de vie monastique, tels l’érémitisme, la réclusion et la vie consacrée à domicile) était de cultiver ces vertus7. Il est donc normal que, en première lecture, les sources monastiques transmettent une image fortement pyramidale du monastère avec un abbé semblant repousser les simples moines dans l’ombre : tel était l’idéal auquel tous devaient se conformer pour atteindre leur salut. Il s’agissait aussi et surtout de l’image à offrir au monde extérieur alors qu’au sein des communautés monastiques une certaine marge de débat avec l’abbé était possible8. On ne doit donc pas être aveuglé par l’évocation et la mise en situation récurrentes et ubiquistes de cet idéal dans les sources écrites ; il faut plutôt découvrir, dans les écrits (pour les moines et moniales et par les moines et moniales) et dans la pierre, ce qu’il en était dans la pratique. On observe alors que l’aspect communautaire du monachisme (tant dans les prises de décision que dans l’organisation spatiale) était aussi d’une grande importance au quotidien.

  • 9 Benoît de Nursie, La règle de saint Benoît, A. de Vogüé (éd. et trad.), Paris, Cerf, 1975. Les cher (...)
  • 10 RB 65, 5 et 71, et V. Gazeau, « L’exercice et la représentation de l’autorité chez les abbés bénédi (...)
  • 11 A. de Vogüé, La communauté et l’abbé dans la règle de saint Benoît, Paris, Desclée de Brouwer, 1960 (...)
  • 12 La cérémonie de la profession ne séparait probablement pas encore les enfants oblats d’un côté (pue (...)
  • 13 Sur la toute-puissance de l’abbé de Benoît malgré ce chap. III et l’importance plus grande de la co (...)

5La règle de saint Benoît (RB) fut probablement composée au Mont-Cassin (au sud de Rome), aux alentours des années 530-5409. Même si Benoît l’écrivit dans un contexte de grande instabilité politique, celui de la Guerre des Goths, entre la fin du règne des Ostrogoths et la prise de pouvoir temporaire des Byzantins en Italie, on pouvait encore croire à cette époque qu’un prince, qu’il soit romain, ostrogoth ou byzantin, puisse être extrêmement puissant. Benoît parle de la potestas abbatis et même de l’imperium de l’abbé10. Si la règle ne dit mot d’une salle de chapitre ni d’une réunion quotidienne qui s’appellerait le chapitre, elle est relativement explicite sur le mode de prise de décisions dans un monastère. Le sujet est de si grande importance qu’il est évoqué très tôt, accaparant tout le troisième chapitre, dans une section de la règle extrêmement bien structurée. Il fait suite à un prologue attirant l’attention du moine vers la règle, un premier chapitre servant avant tout à chanter les louanges du cénobitisme par rapport aux autres formes de vie monastique et un deuxième dépeignant l’abbé idéal. Il faut noter au passage que ce deuxième chapitre sert entre autres à circonscrire le pouvoir de l’abbé en insistant sur le fait qu’il lui faudra rendre des comptes à Dieu pour chacun des frères qui lui a été confié. Le chapitre III, qui évoque la manière dont les décisions doivent être prises dans le monastère et qui fut donc conçu dans la continuité du précédent, limite le pouvoir de l’abbé d’une autre manière11 : si l’abbé prend les décisions ultimes, il doit toujours, d’abord, discuter de tout avec ses moines. Pour les affaires importantes, tous les frères doivent être mis au courant et ont droit de parole, y compris le plus jeune des moines adultes (iuniori)12; pour les affaires secondaires, il peut consulter uniquement un conseil d’anciens (seniorum consilium). Malgré tout, ultimement, dans les deux cas, toute décision est sienne13.

  • 14 Sur le fait que les commentaires de la RB permirent de l’adapter au contexte carolingien quand elle (...)
  • 15 Prius enim abbas de agendis rebus monasterii vel aliarum quarumcumque rerum agendarum fratribus omn (...)
  • 16 Felten, « Auctoritas », art. cit., p. 38 et J. Leclercq, « The Relevance of Smaragdus to Modern Mon (...)

6En plein âge d’or des Carolingiens, peu après le concile d’Aix-la-Chapelle organisé par l’empereur Louis le Pieux en 816 et 817, le discours a quelque peu changé14. Dans son commentaire de la règle de saint Benoît, Smaragde, abbé de Saint-Mihiel (non loin de Verdun, dans l’est de la France), déclare que l’abbé qui a consulté la communauté entière et entendu l’avis de chacun, comme l’a demandé Benoît, doit ensuite, en consultation avec les seniores (cum senioribus), décider du meilleur avis15. Ce dernier point est un ajout par rapport à la RB. Smaragde considère donc que l’abbé ne peut juger seul de la qualité des avis (ainsi que le suggèrait Benoît) : il doit le faire avec les aînés même s’il prend toujours la décision ultime16.

  • 17 R. Kramer, « Sacred Foundations : Monasticism, Reform and Authority in the Carolingian Era », dans (...)

7Moins de trois décennies plus tard et environ trois cents ans après la rédaction de la règle de saint Benoît, vers 845, dans son propre commentaire de la règle, Hildemar de Civate (élevé à l’abbaye de Corbie, près d’Amiens, puis maître des oblats de l’abbaye San Calogero de Civate, près de Milan) semble affirmer que les mains de l’abbé doivent être encore moins libres. Nous sommes loin de l’Empire romain finissant et les Carolingiens ne cessent de s’entre-déchirer ; ce phénomène est inséparable des forces centrifuges à l’œuvre : beaucoup d’institutions espèrent maintenir ou acquérir une certaine indépendance, dont la puissante abbaye de Corbie17. Aucun seigneur laïque de l’époque ne saurait régner sans consulter ses pairs amis et ses dépendants afin d’être sûr d’être aidé et suivi dans ses entreprises. Qu’en est-il au sein d’une communauté monastique?

  • 18 Quodsi non forte [sa décision] placuerit fratribus, tunc debet illorum consilia et suum consilium d (...)
  • 19 Sunt enim multi praelati, qui dum constricti sunt ab hac sententia, ut nihil sive consilio agant, i (...)

8Sans avoir l’air de rien, Hildemar fait dire à la règle autre chose que ce que Benoît entendait lui faire dire : dans la salle du chapitre, l’abbé doit se fonder sur l’avis de ses moines et, s’il arrive à une conclusion différente, il doit les convaincre du bien-fondé de celle-ci ; s’il n’y parvient pas, ils doivent tous ensemble décider de la meilleure solution18. Ce « dérapage » non négligeable par rapport au discours de saint Benoît est fascinant. Pourrait-il s’agir là simplement d’un vœu pieux d’un auteur qui n’était pas abbé et voulait établir une nouvelle tradition parmi ses disciples? Probablement pas mais plutôt l’écho d’un mode de pensée monastique assez répandu. Hildemar évoque en effet aussi le comportement qu’il veut condamner : certains abbés choisissent de manière très calculée ceux qu’ils consultent afin de s’assurer que leurs propres décisions seront validées, ce qui leur permet ensuite de se défendre de leurs actions en affirmant avoir bel et bien consulté des frères19. Hildemar nous apprend donc que, même dans les pires cas de figure, la consultation avait lieu ; de mauvais abbés essayaient de la manipuler à leur insu en jouant sur l’interprétation de seniorum consilium  – s’agit-il d’un conseil établi pour un temps donné ou peut-on choisir les seniores au cas par cas ? Et qu’en est-il de leur nombre? –, mais il n’y a aucun doute que nous n’avons pas affaire à un pouvoir autocratique.

  • 20 Voir note 15 ci-dessus.
  • 21 Dans son Diadema monachorum, Smaragde parle d’un chapitre du matin dans lequel il est de coutume po (...)
  • 22 Sur l’histoire de la salle du chapitre, voir H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum”... », ar (...)

9Qu’en est-il de la salle du chapitre? Dans son commentaire, Smaragde ne dit mot d’une telle pièce. Il affirme seulement que l’abbé parle « à tous les frères réunis ensemble » (fratribus omnibus in uno positis) puis discute avec ses anciens en secret (in secreto)20. Il est donc fort possible qu’il n’existait pas de salle de chapitre proprement dite à Saint-Mihiel dans les années 81021. En revanche, cette salle appelée capitulum occupe une place prépondérante dans le texte d’Hildemar. Cette différence entre les deux commentaires illustrent bien l’essor, voire l’apparition de cette pièce dans le nord de la France dans les premières décennies du ixsiècle22. Il ne s’agit probablement pas d’une coïncidence si elle est apparue au moment même où les commentaires de la règle (écrits par des auteurs originaires du nord de la France) laissent observer un pouvoir décisionnel plus grand donné à la communauté dans la gestion du monastère.

  • 23 Les activités dans le dortoir, cloître et réfectoire sont hautement symboliques mais restent somme (...)

10Dans le commentaire d’Hildemar, si l’on omet l’oratoire (qui joue bien entendu un rôle fondamental dans le quotidien des frères mais où presque toute activité est liturgique), le chapitre constitue le centre névralgique de la vie communautaire, bien plus que le réfectoire, le dortoir ou le cloître23. Non seulement toute décision par rapport au monastère y était débattue et les leçons et exhortations de l’abbé ou ses remplaçants y prenaient place mais tout nouveau venu et tout futur prêtre y était présenté et jaugé par la communauté ; tout oblat qui s’était bien comporté y était loué ; tout cadeau de l’extérieur y était exposé avant que l’abbé ne le donne, non à qui il était destiné mais à qui il le jugeait bon ; les habits des frères (avec des exceptions un peu complexes pour les sous-vêtements) y étaient distribués ainsi que le savon et, pendant le Carême, les livres à lire ; chaque jour, l’abbé y répartissait les activités entre les frères ; l’abbé devait recueillir l’accord de sa communauté en chapitre avant de pardonner à un frère ayant commis une faute grave ; toute faute publique d’un frère (faite devant plusieurs autres frères), légère ou grave, y était punie ; toute négligence plus secrète (qu’un frère refusait d’admettre deux fois de suite en privé mais reconnaissait avoir commise une fois confronté à l’abbé) pouvait y être proclamée, etc. Les coutumiers monastiques écrits entre la fin du viiie et la fin du xie siècle permettent de compléter et approfondir ce portrait de la salle capitulaire, même s’il faut garder en mémoire que chaque monastère avait probablement sa propre façon de faire en la matière.

  • 24 P. Gillon, « Un exemple de la communion... », art. cit., p. 260.
  • 25 Notandum autem quia nullus potest unquam mutare uel mittere aliquam consuetudinem nisi domnus abba (...)
  • 26 Mes travaux se sont portés sur les coutumiers écrits par des moines pour des moines, et non des cou (...)
  • 27 Voir par exemple H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 168, C. Morgand, «  (...)

11Comme le souligne Pierre Gillon, les coutumiers monastiques constituent une source d’une « infinie richesse » pour comprendre le fonctionnement de la salle du chapitre24. Ils décrivent en effet le quotidien des moines au fil des jours et des saisons liturgiques, parfois détaillant avec minutie gestes, paroles et regards. À travers divers articles, j’ai démontré que la conception et l’utilisation des coutumiers jusqu’à la fin du xie siècle étaient fort différentes de ce que la plupart des chercheurs avaient imaginé jusqu’alors : il ne s’agit pas de sources normatives imposant le comportement acceptable du haut vers le bas, du sommet de la hiérarchie monastique (abbé ou chef d’une famille monastique telle l’ecclesia cluniacensis) aux prieurés, celles et simples moines. Comme le laisse entendre leur nom usuel, consuetudines (pluriel), il s’agit plutôt de recueils (se voulant plus ou moins exhaustifs) des coutumes de communautés spécifiques. En ce qui concerne les coutumes elles-mêmes, les abbés pouvaient certes les changer mais leur intervention était normalement ponctuelle25; elles étaient en effet habituellement transmises, vécues et transformées par l’ensemble des moines. Dans un tel contexte, la rédaction (somme toute assez exceptionnelle) d’un coutumier ne servait pas à mieux imposer celles-ci sur la communauté qui les pratiquait mais à inspirer d’autres communautés, normalement distantes par l’espace, parfois aussi par le temps, et indépendantes de la communauté décrite entre ces pages. Les coutumiers écrits par les moines, pour les moines, n’avaient donc pas d’autorité (avant la fin du xie siècle)26. Le fait est d’importance pour comprendre le fonctionnement de la salle capitulaire puisque le thème majeur discuté entre ses murs, lors du chapitre des coulpes, concernait justement les écarts de comportement des moines27. Le mode de rédaction des coutumiers nous apprend que la maîtrise de la coutume n’était pas du ressort unique de l’abbé ni dépendante du coutumier mais concernait toute la communauté.

  • 28 Udalrich (ou Ulrich) de Zell, Consuetudines antiquiores Cluniacenses, PL 149, col. 643-779 (col. 73 (...)
  • 29 Redactio sancti Emmerammi dicta Einsidlensis saec. x. (E), M. Wegener, C. Elvert, K. Hallinger (éd.(...)
  • 30 Redactio Fuldensis-Trevirensis saec. xi. (FF1), M. Wegener et C. Elvert (éd.), avec K. Hallinger, d (...)
  • 31 Un mourant venait aussi y faire son mea culpa final, s’il en était encore capable, mais l’on compre (...)
  • 32 Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 741B, 707A et 692B et W. S. Gardner, The Role of Central Pl (...)

12Les coutumiers confirment aussi ce qu’on avait déjà appris du commentaire d’Hildemar, à savoir que le chapitre était l’espace décisionnel par excellence du monastère : outre les exemples offerts ci-dessus, on peut observer, entre autres, que le choix du grand prieur (fait par l’abbé et les seniores) y était annoncé à la communauté28; que la liste des chanteurs, des lecteurs et de ceux de service en cuisine (les hebdomadiers) pour la semaine suivante y était promulguée29; que les malades y annonçaient leur départ à l’infirmerie ainsi que leur retour vers la communauté30, etc. Comme me le faisait remarquer Gordon Blennemann, le chapitre était donc le lieu où toute modification dans la composition de la communauté – à savoir toute entrée ou sortie, que celle-ci soit temporaire (pour les malades et les moines partant ou revenant de voyage) ou définitive (pour les nouveaux venus, oblats ou adultes) –, était déclamée31. Le chapitre remplissait aussi d’autres fonctions à haute teneur symbolique. À Cluny par exemple, il s’agissait du seul lieu où aucun moine étranger ne pouvait être admis sans l’accord de l’abbé, où chacun se confessait en privé au prêtre de son choix et où la Naissance du Christ était annoncée (tous les frères tombant alors immédiatement face contre terre et priant)32. Il est impossible de résumer et comparer ici, en quelques pages, les nombreuses informations sur le chapitre contenues dans les coutumiers pré-xiie siècle, d’autant plus que cet article n’est qu’une première ébauche de mes recherches sur le sujet. Je me contenterai donc, dans les paragraphes qui suivent, de quelques exemples puisés dans les coutumiers et justifiant mon hypothèse de travail, que le chapitre était avant tout un espace communautaire plutôt que le lieu où siégeait l’abbé.

  • 33 Le mandatum est un lavement de pieds rituel, accompli une fois par année, le Jour de la Cène (Jn 13 (...)
  • 34 Outre le mandatum, d’autres cérémonies se déroulaient au chapitre qui permettaient de mieux souder (...)

13Ce n’est probablement pas un hasard si le mandatum des frères par l’abbé ou par les hebdomadiers se déroulait normalement au chapitre33. Les moines accomplissaient de nombreux mandata au fil de l’année, surtout envers des pauvres, mais ceux-ci ne prenaient normalement pas place au chapitre. C’était le cas uniquement pour ceux qui ne concernaient que les frères, aussi bien le mandatum du Jour de la Cène accompli par l’abbé (souvent aidé de quelques seniores) lavant les pieds du reste de la communauté, que celui des hebdomadiers, à la fin de leur semaine de service en cuisine, lorsqu’il leur fallait laver les pieds de tous leurs frères. Toute la communauté remplissait à tour de rôle ce service à la cuisine et donc aussi le rituel le clôturant. Le mandatum rappelle et presque exacerbe bien évidemment la hiérarchie qu’il semble renverser : l’abbé en s’humiliant se transforme en fait en Christ, de même que tous les moines lavant les pieds des pauvres. Pourtant, dans le chapitre, au fil de l’année, via les multiples mandata qu’ils accomplissaient entre eux, tous les frères se transformaient en Christ à tour de rôle, les uns vis-à-vis des autres. Selon moi, ces bouleversements hebdomadaires, humiliant et élevant simultanément tous les frères, devaient servir à rappeler leur ultime parité ; et il est significatif que ce rituel ait eu lieu au chapitre34.

14Un coutumier allemand d’inspiration clunisienne du xie siècle offre un résumé parfait du chapitre des coulpes, cérémonie lors de laquelle les frères avouaient leurs fautes ou, si nécessaire, s’accusaient les uns les autres. Le langage utilisé est instructif :

  • 35 Dans cette communauté, on se faisait en effet fouetter en chemise : Redactio Wirzeburgensis, R. Grü (...)

Une fois le signal donné, tous viennent au chapitre où toutes [actions], faites de quelconque manière contre l’honnêteté et notre coutume, aussi minimes qu’elles paraissent, y sont dénoncées sans acceptation de personnes. Et donc tous les frères avant qu’ils n’entrent au chapitre, comme s’ils allaient se faire fouetter, se préparent en se vêtant décemment dans leurs chemises35.

  • 36 Même idée dans de multiples autres coutumiers ; voir par exemple dans le Memoriale qualiter de la f (...)
  • 37 Si frater aliquis, quo Deus auertat, culpam grauem commiserit, et ipsa culpa manifesta… in capitulo (...)

15Cette description succincte du chapitre, avec son insistance sur « tous (les frères) », peu importe leur rang (sine personaru<m> acceptione), indique qu’il n’était pas envisagé comme un tribunal dominé par l’abbé mais plutôt comme une activité communautaire36. Un exemple un peu différent est offert par le coutumier monastique de Lanfranc, archevêque de Canterbury, écrit à la fin du xie siècle : « Si un frère – puisse Dieu l’éviter – commet une faute grave, rendue publique, on l’examinera au chapitre, devant l’abbé (ante abbatem), pendant l’assemblée des frères (in conuentu fratrum) et, par un jugement communautaire, il subira de manière rigoureuse une punition corporelle37 ». Certes, l’abbé est mentionné mais il n’est pas le sujet du verbe examinare. Le jugement engage tous les frères comme il est indiqué en une si courte phrase de trois manières différentes avec l’emploi des mots capitulo, conuentu fratrum et communi iudicio.

  • 38 Voir par exemple la description du chapitre des coulpes dans le coutumier allemand d’inspiration cl (...)

16Le vocabulaire employé offre des indices additionnels sur le fait que la salle capitulaire était conçue comme un espace communautaire plutôt qu’un lieu dominé par l’abbé. Il est frappant par exemple que, dans la description du chapitre des coulpes de certains coutumiers, celui qui préside à la réunion est simplement appelé prior (désignant, dans un tel contexte, celui qui était le plus haut en rang parmi les frères réunis)38. Ceci indique certes que l’abbé n’était pas systématiquement présent lors de cette réunion mais surtout que les auteurs de ces coutumiers ne le situaient pas automatiquement dominant et orchestrant cette cérémonie.

  • 39 Les Gestes des abbés de Fontenelle, éd. et trad. P. Pradié, Paris, 1999 (Les Classiques de l’histoi (...)

17L’étude des appellations pour la salle du chapitre et le chapitre des coulpes est encore plus riche d’enseignement. Anségise, abbé de Fontenelle (Saint-Wandrille) en Normandie, fit construire une salle de chapitre vers 822-23. Ne sachant pas encore trop comment appeler ce lieu, on lui donnait les noms de curia et beleuterion, autrement dit les noms latin et grec pour le sénat, l’assemblée qui gouverne ; on l’appelait également conventus, un nom qui était, selon Gillon, fréquemment utilisé39. Dans le passage ci-dessus tiré du coutumier de Lanfranc, j’ai traduit conventus fratrum par « l’assemblée des frères » mais j’aurais aussi bien pu écrire « le chapitre des coulpes » puisqu’il y était fait référence. En effet, ces deux groupes de mots pouvaient être équivalents. Ainsi, dans le coutumier de Fleury datant de peu après l’an mil, on lit dans la section concernant le réfectorier (traduite en français par les chercheurs et moines bénédictins Anselme Davril et Lin Donnat) :

  • 40 Thierry d’Amorbach, Le coutumier de Fleury – Consuetudines Floriacenses antiquiores, A. Davril, L. (...)

[I]l nettoie les tables en veillant pour n’être pas proclamé au chapitre (in capitulo) car les enfants ont l’habitude de proclamer au chapitre des frères (in fratrum conventu) toutes les négligences et les sottises du réfectoire40.

18L’auteur, Thierry d’Amorbach, voulait ici faire une distinction entre le chapitre des coulpes des frères de celui des enfants (les oblats) et a donc utilisé l’expression conventus fratrum pour le premier. Dans la section concernant le gardien des enfants, on peut voir une référence à ce chapitre des enfants et à nouveau observer l’équivalence conventus et capitulum fratrum :

  • 41 Thierry, Le coutumier, op. cit., p. 204-05. Le même sens se retrouve aussi p. 178-79 et 186-87.

Et si l’un d’entre eux [les enfants] commet une faute, même légère, il est immédiatement puni, même au chœur, ou bien si l’on remet au lendemain il sera puni plus sévèrement au chapitre (in capitulo). On ne fouette pourtant pas les enfants en communauté (in conventu), mais c’est après le chapitre des frères (post capitulum fratrum) que leur maître leur met les côtes en sang par de terribles coups de fouets…41

  • 42 Ibid., p. 228-29. Dans d’autres passages, in conventu signifie simplement « en communauté » et conv (...)
  • 43 B.-M. Tock, « La personne d’autorité dans les chartes du Nord de la France au xiie siècle », dans L (...)

19Conventus a bien entendu plusieurs sens mais ils sont inséparables les uns des autres. D’autres passages du coutumier de Fleury indiquent que le terme représente l’ensemble des moines avec ou sans l’abbé : ainsi l’abbé peut être au vestiaire, pendant que le conventus est au chœur42. Les coutumiers dépeignent donc le chapitre comme un espace et une réunion engageant toute la communauté (d’où son surnom occasionnel de conventus), supervisée mais non dominée par le plus haut en grade, qu’il soit ou non l’abbé. Inversement, dans les chartes, pour désigner la communauté (et son accord à une transaction faite par l’abbé), les deux termes capitulum et conventus sont utilisés de manière interchangeable, illustrant à quel point le chapitre se conçoit comme l’espace de la communauté par excellence43.

  • 44 I. Cochelin, « Étude sur les hiérarchies monastiques: le prestige de l’ancienneté et son éclipse à (...)
  • 45 J’avoue avoir été aveuglée par l’omniprésence de cette hiérarchie dans le quotidien des moines quan (...)

20Un fait est en revanche indéniable à la lecture des coutumiers : il existait une hiérarchie stricte selon laquelle les moines s’asseyaient au chapitre, au moins dès le xie siècle, la même qui décidait aussi de la disposition des sièges au réfectoire et de l’organisation des déplacements groupés des frères. Cet ordo (qu’il soit divisé en deux groupes comme au chœur ou en un seul comme dans la plupart des processions) était avant tout basé sur l’ancienneté mais le bon vouloir de l’abbé pouvait le modifier44. On ne doit pas pour autant être aveuglé par son omniprésence45 : dans le réfectoire, toutes les parts des frères étaient égales et, au chœur, tous chantaient, quel que soit leur rang. De même, tous les frères avaient voix au chapitre, hormis les oblats et les novices, y compris un junior contre un senior. L’ordo était donc avant tout fonctionnel, servant à structurer les mouvements groupés des moines et leurs places assises au réfectoire, au chœur et au chapitre, pour empêcher tout désordre ; il ne signifiait pas que la place de l’abbé au chapitre devait se lire comme celle d’un juge siégeant au tribunal.

  • 46 Ainsi, il est malheureux que les décors picturaux des salles de chapitre d’avant le xiie siècle aie (...)

21Que disent d’ailleurs les sources matérielles sur la position physique de l’abbé en chapitre, y compris pendant le chapitre des coulpes? À ma connaissance – et je rappelle à nouveau que cet article n’est qu’une première ébauche –, il ne reste pas de preuve irréfutable que, pour la période médiévale, la pierre ou le bois ait été utilisé, de manière systématique ou même fréquente, dans la salle capitulaire monastique pour rehausser la position de l’abbé vis-à-vis des frères et donc renforcer son autorité. D’ailleurs, à en croire les vestiges archéologiques et comme les pages qui suivent le montrent, même la position physique exacte qu’occupait l’abbé au chapitre n’est pas une donnée irréfutable, et ceci malgré le fait que la plupart des chercheurs soient convaincus qu’il s’asseyait au centre de la banquette orientale, face à la porte. Autrement dit, l’abbé n’occupait normalement pas au Moyen Âge une position spatiale dominante facile à observer jusqu’à ce jour. Si ceci ne permet pas de confirmer ma thèse parce que trop peu de salles capitulaires monastiques médiévales subsistent dans leur intégralité pour formuler des conclusions définitives46, cela ne l’infirme pas non plus, au contraire.

  • 47 P. Gillon parle « du statut de nos méconnaissances », voir « Un exemple de la communion... », art. (...)
  • 48 Ibid., p. 297.
  • 49 Ibid, p. 291-96. Pour les banquettes en pierre du chapitre de Cluny, voir A. Baud et C. Sapin, « Le (...)
  • 50 Sur les sièges différents des enfants au chapitre, voir par exemple Udalrich, Consuetudines, op. ci (...)

22Les remarques qui précèdent et qui suivent sont basées avant tout sur l’article-phare de Pierre Gillon47. Dans celui-ci, il affirme : « Il ne semble pas qu’on ait matérialisé les places ni établi des stalles dans les chapitres, mis à part les chapitres cathédraux […]48. » Il n’y aurait eu généralement au monastère, sur chacun des côtés de la salle, qu’une banquette en pierre simple, plus rarement une double, sur deux niveaux, ou parfois un long banc en bois49; il pouvait y avoir aussi des marchepieds ou des tabourets additionnels pour les enfants (pueri, infantes) mais ceux-ci n’avaient pas voix au chapitre et il aurait donc été normal de différencier leurs sièges50.

  • 51 Les vitraux du chapitre de York qui contiennent divers blasons (la plupart séculiers) semblent être (...)
  • 52 Une telle uniformité n’a plus cours. Aujourd’hui, à Southwell Minster, des sièges en bois modernes (...)

23Trois salles capitulaires qui survivent à ce jour en excellent état peuvent servir à illustrer les affirmations ci-dessus, même si elles datent d’une période plus récente que celle couverte par cet article : la très dénudée et simple salle de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Sénanque, du milieu du xiie siècle et, à l’autre extrême, en Angleterre, les deux salles, luxueuses et élégantes, construites dans le dernier quart du xiiie siècle, des cathédrales de York et de Southwell Minster (desservies par des moines et non des chanoines)51. Il est facile de trouver des photos de ces trois salles sur l’internet et l’on peut observer qu’il n’existe aucun signe dans la pierre surélevant une place par rapport aux autres52. Compte tenu, d’une part, de l’incroyable raffinement des salles de York et Southwell Minster et du superbe travail de la pierre qui peut y être admiré et, d’autre part, du minimalisme de Sénanque – où l’on peut être sûr que, au xiie siècle au moins, ni bois ni riches tissus ne venaient adoucir le contact des corps avec la pierre –, on a du mal à imaginer que, s’il était habituel de distinguer d’une manière ou d’une autre la position de celui qui siégeait au chapitre, ces signes distinctifs n’auraient pas été inscrits dans la pierre.

  • 53 P. Gillon, « Un exemple de la communion », art. cit., fig. 6. Je n’ai pas eu le temps d’étudier l’h (...)
  • 54 Ibid, p. 295 ; je parle plus longuement de cette gravure plus loin, note 65.

24Pierre Gillon ne s’intéresse pas à la question de la position physique de l’abbé vis-à-vis des autres moines et ses remarques sur le sujet sont donc sybillines et un peu contradictoires. Outre la citation ci-dessus, il affirme, presque en passant, que l’abbé prenait place face à l’entrée qui donnait sur le cloître et donc, habituellement, du côté du mur oriental53. Aucune référence ne vient supporter son affirmation sinon qu’on trouve, dans le même article, une gravure de peu avant 1710 (donc, fort tardive) représentant une réunion au chapitre à Port-Royal des Champs dans laquelle l’abbesse se trouve en effet assise exactement au milieu de la banquette du mur qui fait face à la porte54.

  • 55 Redactio Fuldensis-Trevirensis, op. cit., p. 270. Les enfants n’appartenaient à aucun de ces deux g (...)
  • 56 Voir note 53 pour les cisterciens le Vendredi Saint. La même disposition se retrouvait aussi à Vall (...)

25Je n’ai rien trouvé sur la place de l’abbé au chapitre dans les coutumiers monastiques, peut-être parce que cette position était partout la même et donc ne nécessitait pas d’explication, ou parce que le sujet n’était pas jugé d’importance, deux explications qui ne sont pas mutuellement exclusives. Je voudrais tout de même souligner que la première solution ne coule pas de source. Dans un coutumier du xie siècle, Redactio Fuldensis-Trevirensis, on apprend que les moines s’asseyaient au chapitre de la même manière qu’ils le faisaient au chœur, soit divisés en deux groupes, celui de droite dominé par l’abbé et celui de gauche par le second (appelé prepositus dans ce monastère)55. Il n’est pas certain qu’il s’agissait là d’une coutume très répandue, mais cela rend discutable l’affirmation que l’abbé s’asseyait automatiquement au centre de la banquette orientale56.

  • 57 Dans le chapitre octogonale de l’abbaye de Westminster, construit au milieu du xiiie siècle, la ban (...)
  • 58 P. Gillon a plusieurs pages dédiées à l’évaluation du nombre de moines ou moniales dans une communa (...)

26Gillon mentionne un seul cas où il existait, sur tout un pan de la salle, une seconde banquette de pierre, conférant à ceux qui s’y asseyaient une position plus élevée. Il s’agit du beau chapitre gothique de l’abbaye de l’Épal. Pierre Prunet, le chercheur qui a étudié cette salle, en a conclu que ces sièges élevés (construits dès l’origine et non ajoutés ultérieurement pour accommoder un nombre accru de moines, comme cela arrivait parfois) devaient être destinés à l’abbé et peut-être aussi au groupe de seniores qui l’assistaient, outre la possibilité qu'ils aient servi simplement au mandatum. Ils se trouvent sur le côté nord du chapitre alors que l’entrée sur le cloître se situe, comme le plus souvent, sur le mur ouest. On trouverait alors ici encore un cas où l’abbé ne se serait pas nécessairement assis côté oriental, face à la porte. À supposer que cette interprétation de Prunet soit juste, cette grande banquette dure, en hauteur, aurait mis l’abbé sur le même niveau que plusieurs autres frères, car elle occupe tout un pan de mur : elle n’avait donc rien d’un trône57. Il est malgré tout plus probable qu’elle servait à accueillir un nombre de frères trop grand pour une simple banquette mais trop faible pour une banquette double sur les quatre côtés, peu importe où s’asseyait l’abbé58. Quelle que soit la situation à l’Épal, il est important d’admettre notre manque de certitude quant à l’emplacement exact de l’abbé en chapitre pour le Moyen Âge central du fait de l’absence de signes clairs dans la pierre et les coutumiers. Et cette incertitude est selon moi révélatrice : l’abbé ou l’abbesse n’aurait pas pu trôner au chapitre par manque de trône!

  • 59 Ibid, fig. 11 et 12.
  • 60 Ibid., p. 302. Chantilly, Musée Condé, Heures d’Étienne Chevalier. Voir http://expositions.bnf.fr/f (...)

27Dans ses très nombreux schémas traçant les restes archéologiques de chapitres, Gillon n’évoque en effet jamais ni ne montre avant le xvie siècle aucune trace matérielle qui aurait mis en valeur la place de l’abbé ou l’abbesse59. Il évoque une seule représentation médiévale d’un chapitre, une enluminure par Jean Fouquet pour les Heures d’Étienne Chevalier représentant saint Bernard parlant debout à ses moines : on n’y voit aucun siège spécifique pour l’abbé, ni dans les banquettes de pierre en arrière-plan ni sur les bancs de bois maintenant utilisés par les moines60. Il n’est donc pas étonnant que dans ses trois restitutions graphiques de la salle de chapitre de l’abbaye féminine de Chelles pour les xiiie, xvie et xviiie siècles, Gillon marque la place de l’abbesse par le bois ou la pierre uniquement dans les deux plus récentes, et non pour la période médiévale. Pour cette dernière, imaginant la scène au xiiie siècle, Gillon a laissé la banquette anonyme. Il a simplement ajouté un pupitre, au milieu du chapitre, proche du mur oriental mais pas exactement centré.

  • 61 Memoriale qualiter, op. cit., p. 235 ; Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 705D.
  • 62 H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 171 sur la croix au chapitre, mais v (...)
  • 63 Pierre Grossolano, « Sermo sapientissimi Grossolani Mediolanensis episcopi de capitulo monachorum » (...)
  • 64 Voir notes 35, 37 et 38 ci-dessus et Lusset, « Excessus... », art. cit., p. 30 et 33.

28Si les coutumiers ne disent rien du siège de l’abbé sur la banquette orientale ou ailleurs, plusieurs, tels le Memoriale qualiter et le coutumier d’Udalrich décrivant Cluny, mentionnent en revanche la présence d’une croix au centre du mur oriental61. Cette croix aurait rappelé (selon moi) à tous ceux présents le comportement humble du Christ lorsqu’il fut jugé et condamné, plutôt que le Dieu du Jugement Dernier62. Dans son sermon du début du xiie siècle adressé aux moines et discutant du chapitre, Pierre Grossolano insiste en effet que le moine au chapitre doit s’inspirer du comportement du Christ lors de son arrestation et de son jugement63. La question est d’importance car le Dieu du Jugement Dernier aurait été associé avec le supérieur en charge du chapitre des coulpes. Ce thème iconographique n’est pourtant pas celui choisi systématiquement pour les salles de chapitre ; en outre, il y avait une différence essentielle entre ces deux personnages : le supérieur n’était là que pour assigner la teneur et la durée de la peine64. Les fautes étaient dénoncées soit par les fautifs eux-mêmes, soit par d’autres frères.

  • 65 Une de ces preuves tardives est la gravure de Port-Royal du xviie siècle qui montre qu’il y avait u (...)

29Ainsi ni les sources matérielles ni les coutumiers ne semblent indiquer de démarcation précise pour la place du supérieur au chapitre. Et cela, même si de nombreux chercheurs l’y observent sur la base de leurs propres conceptions de la position de l’abbé au Moyen Âge ou de preuves beaucoup plus tardives65.

30Cette apparente absence de hiérarchie spatiale dans le chapitre est peut-être trompeuse, fruit des vestiges (architecturaux et iconographiques) trop limités qui subsistent. Le survol des commentaires de la règle de saint Benoît et de quelques coutumiers (y compris l’étude du vocabulaire employé) a malgré tout montré que cette absence était probablement beaucoup plus qu’un simple accident : certes, les moines et moniales s’asseyaient au chapitre selon leur ancienneté et, certes, le plus haut gradé (l’abbé ou l’abbesse s’ils étaient présents) y présidait, mais il n’avait pas de siège spécifique et tous pouvaient prendre la parole (excepté souvent les enfants). La pierre ou le bois ne privilégiait pas certains par rapport à d’autres car la simplicité architecturale du chapitre reflétait la conception (monastique) des prises de décision aux ixe-xie siècles, à savoir une activité fondamentalement communautaire. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard si la salle capitulaire fit son apparition exactement au moment même où les commentaires de la règle témoignaient du rôle grandissant de la communauté dans les prises de décision. Le sentiment d’appartenance si fort des moines à leur monastère et l’efflorescence remarquable du monachisme du Moyen Âge central doivent se comprendre dans un tel contexte : non d’écrasement total de l’individu-moine mais d’esprit communautaire fort.

  • 66 C. Duhigg, « What Google Learned From Its Quest to Build the Perfect Team », New York Times, 25 fév (...)

31Par une heureuse coïncidence, un article récent du New York Times a résumé des années de recherche de Google sur les ingrédients nécessaires pour créer des équipes de travail performantes. Les caractéristiques individuelles ne comptent pas vraiment : il importe peu de rassembler les meilleurs travailleurs ou un groupe mixte de bons et de moins bons employés. On retrouve plutôt dans chacune de ces très bonnes équipes l’usage de normes non-écrites, explicites ou implicites, qui peuvent être fort différentes d’une équipe à l’autre ; un parallèle pourrait être fait entre ces normes et les coutumes monastiques médiévales. Une norme en revanche récurrente dans les équipes gagnantes est l’allocation d’un temps de parole équivalent pour chacun des membres, quel qu’il soit ; on y observe aussi un climat tel que tous se sentent suffisamment en sécurité pour admettre leurs faiblesses, si besoin est66. Voilà qui décrit bien ce que je pense avoir été le modus operandi idéal de la salle de chapitre dans un monastère du Moyen Âge central, où les affaires du monastère étaient toutes débattues et les moines faisaient leur coulpe, même si, dans la pratique, des dérapages y avaient certainement lieu.

Haut de page

Notes

1 La salle du chapitre n’est en fait plus utilisée aujourd’hui pour la réunion quotidienne ; celle-ci prend place dans une salle plus intime ; quant au « trône », l’abbé aime bien y faire asseoir les enfants en visite.

2 Alors que je travaillais sur ma thèse de doctorat à l’Université de Montréal, Michel Hébert m’a prêté le bureau qui lui y était alloué comme professeur associé. Il m’a aussi encouragée à enseigner un cours sur l’histoire de la vieillesse à l’Université du Québec à Montréal, ce que j’ai fait en collaboration avec Aline Charles. Merci Michel pour ta générosité. Je remercie aussi Gordon Blennemann, Cólman Ó Clabaigh, Patrick Henriet, Élisabeth Lusset et Christian Sapin pour leurs commentaires sur cet article, et Bert Roest pour son aide. Toutes les erreurs sont miennes.

3 Voir par exemple J. Sayers, « Violence in the Medieval Cloister », Journal of Ecclesiastical History, 41, 4, 1990, p. 533-42 (535-36), qui présente le monastère comme une institution totale et évoque « the unchallengeable authority » et « total power » de l’abbé, et E.. Jamroziak, « Cistercian Abbots in Late Medieval Central Europe: Between the Cloister and the World », dans M. Heale (dir.), The Prelate in England and Europe 1300–1560, York, York Medieval Press, 2014, p. 240-41, qui parle du pouvoir autocratique des abbés, un pouvoir qui serait devenu plus restreint dans l’ordre cistercien grâce aux chapitres généraux. Sur ce dernier point, voir pourtant le chapitre dédié à la salle capitulaire de M. Cassidy-Welch, Monastic Spaces and their Meanings : Thirteenth-century English Cistercian Monasteries, Turnhout, Brepols, 2001, p. 105-32 qui évoque le rôle presque écrasant de l’abbé cistercien au chapitre (p. 105-16). En fait, à en croire les Ecclesiastica officia (coutumier cistercien des années 1130), le rôle et la place de l’abbé cistercien au chapitre étaient à peine plus accentués que ceux des abbés du monachisme traditionnel : Les Ecclesiastica officia cisterciens du XIIe siècle : texte latin selon les manuscrits édités de Trente 1711, Ljubljana 31 et Dijon 114, version française, annexe liturgique, notes, index et tables, D. Choisselet et P. Vernet éd.. Reiningue : Abbaye d’Œlenberg, 1989, chapitre 70, p. 202-09. Voir aussi note 53* ci-dessous.

4 Je choisis donc de me situer avant l’entrée en scène des nouveaux ordres (cistercien, chartreux, etc.) qui eux bénéficièrent d’une distribution du pouvoir autre, du fait de l’existence des chapitres généraux. Ce système sera adopté volens nolens par les autres monastères en même temps qu’ils furent constitués en ordre au cours du xiiie siècle. F. Cygler, Das Generalkapitel im hohen Mittelalter. Cisterzienser, Prämonstratenser, Kartäuser und Cluniazenser, Münster, Lit. Verlag, 2002.

5 P. Gillon, « Un exemple de la communion du pratique et du sacré: la salle du chapitre en Occident », dans P. Racinet (dir.), Pratique et sacré dans les espaces monastiques au Moyen Âge et à l’époque moderne. Actes du colloque de Liessies-Maubeuge, 26, 27 et 28 septembre 1997, Amiens, CAHMER, 1999, p. 259-344. Les publications de l’historienne de l’art Heidrun Stein-Kecks sont aussi fondamentales, dont son article H. Stein-Kecks, « “Claustrum’ and “capitulum” : Some Remarks on the Façade and Interior of the Chapter House », dans P.  K. Klein (dir.), Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion und Programm. The Medieval Cloister. Le cloître au Moyen Âge, Regensburg, Schnell + Steiner, 2004, p. 157-89 qui résume partiellement son livre Der Kapitelsaal in der mittelalterlichen Klosterbaukunst. Studien zu den Bildsprogrammen, München, Deutscher Kunstverlag, 2004. Aussi très utile est W. S. Gardner, The Role of Central Planning in English Romanesque Chapter House Design, thèse de doctorat, Princeton University, 1976.

6 Le meilleur exemple du pouvoir limité des empereurs carolingiens est l’impact restreint de la réforme monastique élaborée par Louis le Pieux et des abbés proches du pouvoir. Le magnifique plan de Saint-Gall, qui décrit un monastère différent en divers points (logement de l’abbé, école externe, etc.) de celui rêvé par les Carolingiens, peut servir à l’illustrer : voir http://www.stgallplan.org/. Sur les liens entre la cour carolingienne et le monde monastique, particulièrement en ce qui concerne la conception du pouvoir de l’abbé, voir A.-M. Helvétius, « Hagiographie et formation politique des aristocrates dans le monde franc (viie-viiie siècles) », dans E. Bozóky (dir.), Hagiographie, idéologie et politique au Moyen Âge en Occident, Turnhout, Brepols, 2012, p. 59-79 (p. 77-78).

7 G. Melville, « Les fondements spirituels et juridiques de l’autorité dans la vita religiosa médiévale : approche comparative », dans Les personnes d’autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au xviiie siècle, dir. J.-F. Cottier et alii, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, p. 13-25 (p. 13-14).

8 Voir note 16 plus bas.

9 Benoît de Nursie, La règle de saint Benoît, A. de Vogüé (éd. et trad.), Paris, Cerf, 1975. Les chercheurs ne sont plus autant affirmatifs lorsqu’il s’agit de voir en une seule et même personne le Benoît célébré par Grégoire le Grand dans ses Dialogues et l’auteur de la règle connue sous le nom de règle de saint Benoît ; voir entre autres A. Diem, « Inventing the Holy Rule : Some Observations on the History of Monastic Normative Observance in the Early Medieval West », dans H. Dey et E. Fentress (dir.), Western Monasticism ante litteram : The Spaces of Monastic Observance in Late Antiquity and the Early Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2011, p. 53-84, à la p. 75-77.

10 RB 65, 5 et 71, et V. Gazeau, « L’exercice et la représentation de l’autorité chez les abbés bénédictins : le dossier des abbés du Bec (1035-1150) », dans Les personnes d’autorité..., op. cit., p. 107-116, à la p. 109.

11 A. de Vogüé, La communauté et l’abbé dans la règle de saint Benoît, Paris, Desclée de Brouwer, 1960, p. 84 et 187.

12 La cérémonie de la profession ne séparait probablement pas encore les enfants oblats d’un côté (pueri ; infantes) et ceux ayant déjà atteint la puberté de l’autre (iuniores et seniores) mais les deux groupes étaient bien distincts. Sur ce sujet voir entre autres I. Cochelin, « Le dur apprentissage de la virginité: Cluny, xie siècle », dans P. Henriet et A.-M. Legras (dir.), Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (ixe-xve siècles). Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 119-32.

13 Sur la toute-puissance de l’abbé de Benoît malgré ce chap. III et l’importance plus grande de la communauté dans les règles contemporaines, voir Franz J. Felten, « Auctoritas – consilium – consensus. Zur Einschränkung der Macht des Abtes im Mittelalter », dans Les personnes d’autorité..., op. cit., p. 27-46 (p. 30-33).

14 Sur le fait que les commentaires de la RB permirent de l’adapter au contexte carolingien quand elle devint la norme à suivre, voir A. Diem, « The Carolingians and the Regula Benedicti », dans R. Meens et al. (dir.), Religious Franks. Religion and Power in the Frankish Kingdoms : Studies in Honour of Mayke de Jong, Manchester, Manchester University Press, 2016, p. 233-51.

15 Prius enim abbas de agendis rebus monasterii vel aliarum quarumcumque rerum agendarum fratribus omnibus in uno positis pariter consilium petat, et quod consilium unusquisque dederit libenter audiat, et postea in secreto cum senioribus tantum fratribus qui utilius quive inutilius consilium dedit subtiliter et acute discernat, et tunc quod melius iudicaverit id est discreverit inplere satagat. Smaragde de Saint-Mihiel, Smaragdi abbatis expositio in regulam S. Benedicti, A.. Spannagel et P. Engelbert (éd.), Corpus consuetudinum monasticarum vol. 8, Siegburg, Schmitt, 1974, p. 81. La série Corpus consuetudinum monasticarum sera abrégée ultérieurement CCM.

16 Felten, « Auctoritas », art. cit., p. 38 et J. Leclercq, « The Relevance of Smaragdus to Modern Monasticism », dans Smaragde de Saint-Mihiel, Commentary on the Rule of Saint Benedict, D. Barry (trad.), Kalamazoo (MI), Cistercian Publications, 2007 (Cistercian Series Studies 212), p. 25-33, aux p. 31-32. Un peu plus loin, dans le même chapitre, Smaragde explique qu’il ne faut jamais débattre avec l’abbé à l’extérieur du monastère mais il réinterprète RB 3,9 pour rendre de tels débats possibles à l’intérieur, à la condition qu’ils soient amicaux. Ici encore on observe donc une relecture de la RB permettant de limiter le pouvoir de l’abbé. Voir Leclercq, ibid., p. 28 et Smaragde, Commentary, p. 84.

17 R. Kramer, « Sacred Foundations : Monasticism, Reform and Authority in the Carolingian Era », dans A. Beach et I. Cochelin (dir.), Cambridge History of Medieval Monasticism in the Latin West, New York, Cambridge University Press, à paraître.

18 Quodsi non forte [sa décision] placuerit fratribus, tunc debet illorum consilia et suum consilium discutere cum congruentiis et contrarietatibus, et quale praeponderaverit in melius, ipsum teneat. Hildemar de Civate, Expositio regulae ab Hildemaro tradita, R. Mittermüller (éd.), Regensburg (Ratisbonne), Pustet, 1880, p. 133. Il vaut mieux se fonder maintenant sur l’édition (avec traduction anglaise) du site http://hildemar.org/ (consulté le 09 août 2015) ; par la suite, je citerai ce site et la référence (donnée sur ce site) au numéro de page de l’édition de Mittermüller. Depuis tout récemment, on peut aussi consulter la traduction française: Hildemar de Corbie, Commentaire de la Règle de saint Benoît, M.-M. Caillard (trad.), Paris, Saint-Jéger Éditions, 2015 ; pour ce passage précis, p. 144. Franz Felten discute ce même passage du commentaire d’Hildemar, en évoquant en outre ses différentes versions : Felten, « Auctoritas... », art. cit., p. 36-37.

19 Sunt enim multi praelati, qui dum constricti sunt ab hac sententia, ut nihil sive consilio agant, illos subditos interrogant, quos sciunt sibi secundum voluntatem suam dare consilium. Hildemar, http://hildemar.org/ (consulté le 09 août 2015), p. 128. Hildemar offre ensuite un long paragraphe expliquant encore mieux la chose, pour être certain de ne laisser aucune ambiguïté.

20 Voir note 15 ci-dessus.

21 Dans son Diadema monachorum, Smaragde parle d’un chapitre du matin dans lequel il est de coutume pour les moines de lire la règle de saint Benoît et d’un chapitre du soir au cours duquel il voudrait que son livre soit lu, mais ces capitula pourraient être des réunions et non une salle : Smaragde de Saint-Mihiel, Diadema monachorum, Patrologia Latina, vol. 102, col. 593-689 (col. 594).

22 Sur l’histoire de la salle du chapitre, voir H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum”... », art. cit., p. 158-59 et 165, P. Gillon, « Un exemple de la communion... », art. cit., p. 263-67 et 279 et A. Rauwel, « Note sur les usages liturgiques du chapitre », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n°6, 2013, mis en ligne le 05 mars 2013, consulté le 19 février 2015. http://cem.revues.org/12681 ; DOI : 10.4000/cem.12681. Ces chercheurs s’entendent pour rejeter l’explication traditionnelle de l’origine du nom au fait qu’on y lisait un chapitre de la règle à chaque réunion ; ils l’expliquent plutôt par les petits textes (capitula) qui y étaient lus.

23 Les activités dans le dortoir, cloître et réfectoire sont hautement symboliques mais restent somme toute simples. Ainsi, dans son commentaire du chapitre 63 de la RB, Hildemar explique comment un moine familier du monastère, en visite, partagerait la vie communautaire : il dormirait donc au dortoir, lirait avec les autres dans le cloître, mangerait au réfectoire et pour le reste viendrait matin et soir au chapitre (Si est familiaris monachus, in dormitorio monachorum dormit et in claustra cum aliis monachis legit et in refectorio manducat et mane et sero et ad capitulum venit fratrum) (Hildemar, http://hildemar.org/ consulté le 28 février 2016, p. 582). Le cloître joue certes un grand rôle mais d’un ordre tout différent que le chapitre ; il est le « lieu à tout faire » et « où l’on s’adonne aux multiples petits travaux de la vie quotidienne », voir A. Davril, « Fonctions des cloîtres dans les monastères au Moyen Âge », dans Der mittelalterliche Kreuzgang, op. cit., p. 22-26, à la p. 26. La très grande importance de la salle de chapitre dans le quotidien d’un monastère a été souvent mise en évidence par les chercheurs ; voir par exemple A. Rauwel, « Note... », art. cit. et S. Bonde et alii, « La fouille de la salle capitulaire de l’ancienne abbaye augustinienne de Saint-Jean-des-Vignes à Soissons (Aisne) », Revue archéologique de Picardie, 3-4, 1994, p. 77-114, à la p. 77. doi :10.3406/pica.1994.2147 http://www.persee.fr/ web/revues/home/prescript/article/pica_07525656_1994_num_3_1_2147.

24 P. Gillon, « Un exemple de la communion... », art. cit., p. 260.

25 Notandum autem quia nullus potest unquam mutare uel mittere aliquam consuetudinem nisi domnus abba solus. Si autem mutat aliquam extra capitulum ipsemet non tenetur nisi illa sola uice. Ce passage est absent de l’édition du coutumier : Bernard de Cluny, « Ordo Cluniacensis », dans M. Herrgott, Vetus disciplina monastica, Paris, Osmont, 1726, réimpr. P. Engelbert, Siegburg, Schmitt, 1999, p. 134-364 ; il aurait dû se trouver à la fin du chapitre LVIII (p. 255) mais on peut le lire dans divers manuscrits dont le plus ancien, originaire de Cluny: Paris, BnF, latin 13875, f. 103r. Sur ces précisions insérées très tôt dans le texte de Bernard, voir I. Cochelin, « On the Path to Salvation: Writing Down, Making Up and Keeping Customs in Eleventh-Century Cluny », dans F. Guardiani, G. Silano et J. Goering (éd.), Rule Makers and Rule Breakers, Ottawa, Legas, 2006, p. 25-41 (p. 33).

26 Mes travaux se sont portés sur les coutumiers écrits par des moines pour des moines, et non des coutumiers créés par des instances supérieures pour être imposés sur des monastères, telle la Regularis Concordia définie par trois évêques anglais. Voir I. Cochelin, « Downplayed or silenced: authorial voices behind customaries and customs (8th-11th cent.) », dans K. Pansters & A. Plunkett-Latimer (éd.), Shaping Stability. The Normation and Formation of Religious Life in the Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2016, p. 153-73.

27 Voir par exemple H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 168, C. Morgand, « Discipline pénitentielle et officium capituli d’après le Memoriale qualiter », Revue bénédictine, 72, 1962, p. 22-60, à la p. 39 et P. Schmitz, « Chapitre des coulpes », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique. Doctrine et histoire, Paris, Beauchesne, 1953, vol. II, col.  483-488 (col. 486).

28 Udalrich (ou Ulrich) de Zell, Consuetudines antiquiores Cluniacenses, PL 149, col. 643-779 (col. 737D).

29 Redactio sancti Emmerammi dicta Einsidlensis saec. x. (E), M. Wegener, C. Elvert, K. Hallinger (éd.), Consuetudinum saeculi x/xi/xii, Monumenta non-Cluniacensia, dir. K. Hallinger, CCM 7 : 3 (1984), p. 187-256, à la p. 200.

30 Redactio Fuldensis-Trevirensis saec. xi. (FF1), M. Wegener et C. Elvert (éd.), avec K. Hallinger, dans Consuetudinum saeculi x/xi/xii, op. cit., p. 257-322 (p. 270-71). Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 769-770.

31 Un mourant venait aussi y faire son mea culpa final, s’il en était encore capable, mais l’on comprend bien que l’annonce de sa mort prochaine partait de l’infirmerie s’il s’y trouvait ; tous les frères devaient alors courir vers lui. De très nombreuses coutumes liées à son décès prenaient tout de même place au chapitre: voir les références au chapitre dans F. Paxton, avec la collaboration d’I. Cochelin, The Death Ritual at Cluny in the Central Middle Ages – Le rituel de la mort à Cluny au Moyen Âge central, Turnhout, Brepols, 2014.

32 Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 741B, 707A et 692B et W. S. Gardner, The Role of Central Planning, op. cit., p. 176-77.

33 Le mandatum est un lavement de pieds rituel, accompli une fois par année, le Jour de la Cène (Jn 13, 14-15), par tous les moines, à autant de pauvres, et par l’abbé, à tous les moines. Par ailleurs, il était aussi accompli quotidiennement à Cluny par trois frères pour trois pauvres et, dans la plupart des monastères, y compris Cluny, chaque semaine, pour tous les frères, par les hebdomadiers, c’est-à-dire les moines de service à la cuisine cette semaine-là. Sur le mandatum, voir l’article de E. Magnani Soares-Christen, « Le pauvre, le Christ et le moine : la correspondance de rôles et les cérémonies du mandatum à travers les coutumiers clunisiens du xie siècle », dans V. Tagagh (dir.), Les clercs, les fidèles et les saints en Bourgogne médiévale, Dijon, EUD, 2005, p. 11-26. Même si parfois un mandatum entre frères prenait place au réfectoire, le lieu usuel (more solito) était le chapitre ; voir H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 171 et S. E. von Daum Tholl, « Life According to the Rule : A Monastic Modification of Mandatum Imagery in the Peterborough Psalter », Gesta, 33, 2, 1994, p. 151-158. Sur le fait par exemple que les hebdomadiers de Cluny lavaient les pieds des frères au chapitre, voir entre autres Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 746B.

34 Outre le mandatum, d’autres cérémonies se déroulaient au chapitre qui permettaient de mieux souder la communauté ensemble, telle par exemple la lecture quotidienne du nécrologe ; voir J.-L. Lemaître, « Liber capituli. Le Livre du chapitre, des origines au xvie siècle. L’exemple français », dans Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, München, Wilhelm Fink Verlag, 1984, p. 625-48, à la p. 628-33.

35 Dans cette communauté, on se faisait en effet fouetter en chemise : Redactio Wirzeburgensis, R. Grünewald et alii (éd.), dans K. Hallinger (dir.), Consuetudines Cluniacensium antiquiores cum redactionibus derivatis, CCM 7 : 2 (1983), p. 267-308 (p. 279) : […] ueniant omnes pulsato signo ad capitulum, ubi nimirum sine personaru<m> acceptione omnia reclamentur, quae ullomodo contra honestatem uel consuetudinem nostram fiunt, ita et si minima uideantur. Cuncti ergo fratres, antequam intrent capitulum, tamquam uapulaturi se preparent decenter uestientes stamineas suas. Voir une description assez similaire dans le coutumier clunisien d’Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 708B-C.

36 Même idée dans de multiples autres coutumiers ; voir par exemple dans le Memoriale qualiter de la fin du viiie siècle décrivant un monastère peut-être en Gaule : Memoriale Qualiter (saec. viii. fin. et saec. x.), D. C. Morgand et S. Wandrille (éd.), dans K. Hallinger et alii (dir.), Initia Consuetudinis benedictinae. Consuetudines saeculi octavi et noni, CCM 1, 1963, p. 179-282 , aux p. 237 et 242. Il n’empêche qu’il faudrait aussi étudier l’évolution au fil du temps de la part jouée par la proclamatio (dénonciation) dans la description du chapitre des coulpes, et surtout où et quand l’acceptation de personnes fut prise en compte pour ce rituel, avec seuls les priores en droit d’accuser des juniores. À ce que je sache, pour la période considérée dans cet article et mon choix de sources spécifiques (des coutumiers écrits par des moines pour des moines), une telle proclamation unilatérale du haut vers le bas n’existait pas ; voir W. S. Gardner, The Role of Central Planning..., op. cit., p. 38-39 et note 56 ci-dessous sur Vallombreuse. Certes, la proclamatio par le prieur claustral et les circateurs est mentionnée dans de nombreux coutumiers mais la dénonciation des fautes faisait partie de leur fonction ; ce n’était pas une question de rang mais d’office. Sur les circateurs, voir S. Bruce, « Lurking with Spiritual Intent : A Note on the Origin and Functions of the Monastic Roundsman (Circator) », Revue bénédictine, 109, 1999, p. 75-89. Voir aussi E. Lusset, « Excessus deliquentium in capitulo proclamantur – Dénoncer le crime au sein des monastères au Moyen Âge (xiie-xve siècle) », dans Dénoncer le crime du Moyen Âge au xixe siècle, dir. M. Charageat et M. Soula, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014, p. 27-39.

37 Si frater aliquis, quo Deus auertat, culpam grauem commiserit, et ipsa culpa manifesta… in capitulo ante abbatem in conuentu fratrum examinetur, et communi iudicio frater ille corporalem disciplinam acriter patiatur... Lanfranc de Canterbury, The Monastic Constitutions of Lanfranc, D. Knowles (éd. et trad), éd. revue par C. N.L. Brooke, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 148.

38 Voir par exemple la description du chapitre des coulpes dans le coutumier allemand d’inspiration clunisienne surnommé Redactio Wirzeburgensis, op. cit. sans référence aucune à un supérieur, ou celle d’un autre coutumier allemand, celui-là davantage influencé par la réforme de Gorze, Redactio sancti Emmerammi, op. cit., p. 251-52 qui n’évoque que le prior.

39 Les Gestes des abbés de Fontenelle, éd. et trad. P. Pradié, Paris, 1999 (Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 37), p. 170-171. Je remercie Corinna Prior pour cette référence. Sur le fait que les sources monastiques hagiographiques et historiographiques carolingiennes (y compris celle provenant de Fontenelle) insistent sur la nécessité pour un bon abbé d’écouter le conseil des moines et sur l’importance du consensus fratrum, voir Felten, « Auctoritas », art. cit., p. 33-35. Gillon, « Un exemple de la communion », art. cit., p. 269. Je me demande si l’architecture usuelle du chapitre médiéval avec ses banquettes de pierre, simples ou en gradins, n’était pas en fait un écho de ces sénats antiques.

40 Thierry d’Amorbach, Le coutumier de Fleury – Consuetudines Floriacenses antiquiores, A. Davril, L. Donnat, G. Labory (éd. et trad.), dans L’abbaye de Fleury en l’an Mil, Paris, CNRS, 2004 (Sources d’histoire médiévale 32), p. 146-252, aux p. 198-99. D’autres exemples du même phénomène : Johannes, Liber tramitis aeui Odilonis abbatis, P. Dinter (éd.), CCM 10, 1980, p. 268-69 ; Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 769D ; Jean de Saint-Arnoul, La vie de Jean, abbé de Gorze, M. Parisse (éd. et trad.), Paris Picard, 1999, p. 142-43.

41 Thierry, Le coutumier, op. cit., p. 204-05. Le même sens se retrouve aussi p. 178-79 et 186-87.

42 Ibid., p. 228-29. Dans d’autres passages, in conventu signifie simplement « en communauté » et conventus fratrum la communauté des frères (p. 192-93 et p. 202-03). Ces usages sont des évidences mais il est bon de les rappeler dans ce contexte. L’introduction de ce premier coutumier de Fleury par les moines Davril et Donnat résume bien l’idée majeure de cet article : « L’insistance [dans ce coutumier] est mise sur la vie commune à l’instar de la primitive Église, sur la liberté de l’élection abbatiale, sur les qualités que doit avoir le gouvernement abbatial, emprunt de discrétion, exempt de tout despotisme, mais appuyé sur le conseil des frères, sur l’obligation pour l’abbé de se conformer aussi à la vie commune, ne se distinguant en rien des frères par la nourriture ni par le vêtement. » A. Davril et L. Donnat, « Introduction », dans Thierry, Le coutumier, op. cit., p. 147-54, à la p. 152.

43 B.-M. Tock, « La personne d’autorité dans les chartes du Nord de la France au xiie siècle », dans Les personnes d’autorité, op. cit., p. 131-140, à la p. 133.

44 I. Cochelin, « Étude sur les hiérarchies monastiques: le prestige de l’ancienneté et son éclipse à Cluny au xie siècle », Revue Mabillon, 11, 2000, 5-37.

45 J’avoue avoir été aveuglée par l’omniprésence de cette hiérarchie dans le quotidien des moines quand j’écrivais mon article sur le sujet (ibid.). Un exemple encore plus extrême de cet aveuglement est donné par W. S. Gardner quand il déclare : « the democratic tendencies […] would contradict almost every premise upon which Benedictine monasticism was based. In the monastic chapter house, as in the church and the cloister, such a rigid hierarchy of authority was enforced that the idea of equality of voice and vote in Chapter would have been totally unthinkable », W. S. Gardner, Role of Central Planning, op. cit. p. 167. C’est ainsi qu’il rejette l’explication des chapitres centrés (ronds ou polygonaux qui apparurent à partir du xiie siècle en Angleterre) selon laquelle une telle configuration servait à rendre plus manifeste le caractère démocratique de la réunion au chapitre. Pour une vision plus juste du rapport des pouvoirs à l’intérieur des monastères médiévaux et du tournant qui eut lieu à la fin du Moyen Âge avec les abbés commendataires, lire J. Dubois, « Le rôle du chapitre dans le gouvernement du monastère », dans Sous la règle de saint Benoît: structures monastiques et sociétés en France du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, 23-25 oct. 1980, Genève, Droz, 1982, p. 21-37.

46 Ainsi, il est malheureux que les décors picturaux des salles de chapitre d’avant le xiie siècle aient rarement survécu car il aurait été important de savoir s’ils avaient servi ou non à encadrer et rehausser la place de l’abbé. Sur quelques décors subsistant, voir H. Toubert, « Les fresques romanes de Vendôme, un témoignage sur l’art de la réforme grégorienne », CCM, XXVI, 1983, p. 297-326, É. Palazzo, « Exégèse, liturgie et politique dans l’iconographie du cloître de Saint-Aubin d’Angers », dans Der mittelalterliche Kreuzgang, op. cit., p. 220-40 et H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 171-89. Il faudrait aussi savoir avec certitude où s’asseyait l’abbé, comme j’en discute plus loin.

47 P. Gillon parle « du statut de nos méconnaissances », voir « Un exemple de la communion... », art. cit., p. 311 et souligne que son article de presque cent pages n’est qu’un « embryon d’une histoire du chapitre en Occident » (p. 278)

48 Ibid., p. 297.

49 Ibid, p. 291-96. Pour les banquettes en pierre du chapitre de Cluny, voir A. Baud et C. Sapin, « Les fouilles de Cluny : état des recherches récentes sur les débuts du monastère et ses églises, Cluny I et Cluny II », dans D. Iogna-Prat et al (dir.), Cluny : les moines et la société au premier âge féodal, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 497-514 (p. 510-12). Bonde et alii pensent qu’il y avait des bancs en bois dans le chapitre de Saint-Jean-des-Vignes au xiiie siècle (« La fouille… », art. cit. p. 99 et p. 105) ; en revanche, au xviie siècle, à la suite des destructions des Guerres de religion, la partie orientale du chapitre avait un lutrin, un autel (si la salle était utilisée comme église) ou un siège particulier pour l’abbé (p. 108).

50 Sur les sièges différents des enfants au chapitre, voir par exemple Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 743C. Selon P. Gillon et de nombreux autres chercheurs, les enfants (moins de quinze ans) et les novices auraient peut-être écouté, debout, hors du chapitre, dans le cloître (« Un exemple de la communion », art. cit., p. 289). H. Stein-Kecks démontre que tel n’était pas le cas, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 166-67. Elle a tort en revanche de penser que les enfants étaient absents du chapitre des coulpes des adultes. À Cluny, ils étaient présents mais n’y avaient simplement pas voix (I. Cochelin, « Adolescence Uncloistered (Cluny, early 12th century) », dans K. Smyth et I. Cochelin (dir.), Medieval Lifecycles: Continuity and Change, Turnhout, Brepols, 2013, p. 147-182, à la p. 155) tandis qu’à Fleury, ils ne pouvaient dénoncer que des fautes très précises (voir ci-dessus note 40). La question des novices à Cluny est beaucoup plus complexe que ne le présente Stein-Kecks ; je me permets de renvoyer à mon article « Peut-on parler de noviciat à Cluny pour les xe-xie siècles? », Revue Mabillon, 9, 1998, p. 17-52.

51 Les vitraux du chapitre de York qui contiennent divers blasons (la plupart séculiers) semblent être de dates diverses. Voir pour celui à l’est : A. P. Purey-Cust, The Heraldry of York Minster, Leeds, Richard Jackson, 1890, p. 89. Plusieurs chapitres anglais, y compris les deux évoqués ici, ont comme particularité d’avoir un plan centré, circulaire ou polygonal ; lire à ce propos la thèse inédite de W. S. Gardner, The Role of Central Planning, op. cit.

52 Une telle uniformité n’a plus cours. Aujourd’hui, à Southwell Minster, des sièges en bois modernes posés sur la banquette de pierre permettent de distinguer très clairement la place de celui qui siège au chapitre. Dans une photo ancienne du chapitre de York (début du xxe siècle?), prise en hauteur, on observe trois sortes de sièges autour d’une table octogonale au centre du chapitre, qui mettent en valeur une hiérarchie très stricte : un fauteuil, sept chaises recouvertes de tissu rappelant le style du fauteuil, placées aussi proches de la table, puis neuf autres chaises, beaucoup plus simples, en bois, placées en retrait de la table ; voir S. H. Wander, « The York Chapter House », Gesta, 17, 2, 1978, p. 41-49 (fig. 3), En ligne: http://www.jstor.org/stable/766859 Accessed: 17-09-2015 19:56.

53 P. Gillon, « Un exemple de la communion », art. cit., fig. 6. Je n’ai pas eu le temps d’étudier l’histoire de la salle capitulaire cistercienne de Fountains Abbey (Yorkshire) construite à la fin du XIIe siècle où, à en croire un rapport de fouilles, l’abbé aurait occupé un siège bien distinct. Voir Cassidy-Welch, op. cit., p. 114 et W. S. Gardner, The Role of Central Planning, op. cit., p. 72. Les Ecclesiastica officia ne parlent pourtant que d’une banquette partagée par l’abbé avec d’autres moines ; il est à noter malgré tout que, à l’encontre des coutumiers du monachisme traditionnel, cette banquette commune est appelée « siège de l’abbé » (sedes abbati) : Ecclesiastica officia, op. cit., chap. 70. 12, p. 202. Gillon est loin d’être le seul chercheur à affirmer que l’abbé s’asseyait au centre du mur oriental ; il est fort possible que cela devint la norme pendant le bas Moyen Âge mais pas certain que cela l’était déjà aux ixe-xie siècles, ou même au xiie siècle. Si Cassidy-Welch Monastic Spaces and their Meanings, op. cit., p. 107-108, affirme que les abbés cisterciens s’asseyaient toujours au milieu du mur oriental, elle ne donne aucune référence ; pour leur part, les Ecclesiastica officia ne précisent pas la place de l’abbé sauf pour le Vendredi Saint, où il s’asseyait sur la droite, avec son chœur tandis que le prieur se mettait à gauche, op. cit., chap. 22.4, p. 106-07.

54 Ibid, p. 295 ; je parle plus longuement de cette gravure plus loin, note 65.

55 Redactio Fuldensis-Trevirensis, op. cit., p. 270. Les enfants n’appartenaient à aucun de ces deux groupes et constituaient à eux seuls un troisième ensemble (p. 272).

56 Voir note 53 pour les cisterciens le Vendredi Saint. La même disposition se retrouvait aussi à Vallombreuse, une des nouvelles congrégations italiennes du xie siècle que j’ai choisies d’ignorer pour cet article. On peut noter également dans son coutumier du tout début du xiie siècle que le droit de parole en chapitre était maintenant singulièrement circonscrit avec une proclamatio hiérarchisée : Redactio Vallumbrosana, saec. xii (V), N. Vasaturo et alii (éd.), dans Consuetudines Cluniacensium antiquiores, op. cit., p. 309-379, à la p. 322.

57 Dans le chapitre octogonale de l’abbaye de Westminster, construit au milieu du xiiie siècle, la banquette du pan oriental se trouve être quelque peu surélevée par rapport aux autres ; voir par exemple la photo en pleine page dans l’article de J. Montagu, « The Restored Chapter House Wall Paintings in Westminster Abbey », Early Music, 16, 2 1988, p. 238-249 (page non numérotée), http://www.jstor.org/stable/3127195, page consultée : 17-09-2015. Il faut prendre en compte que cette pièce fut conçue par le roi Henri iii, « specially designed […] as a building in which he would speak ». Voir D. Carpenter, « King Henry iii and the Chapter House of Westminster Abbey », dans Westminster Abbey Chapter House: the History, Art and Architecture of ‘A Chapter House Beyond Compare’, London, Society of Antiquaries of London, 2010, p. 32-39, à la p. 38.

58 P. Gillon a plusieurs pages dédiées à l’évaluation du nombre de moines ou moniales dans une communauté à partir de la taille de la salle de chapitre et comment ce nombre était pris en compte lors de la construction de cette salle, P. Gillon, « Un exemple de la communion... », art. cit., p. 297-307.

59 Ibid, fig. 11 et 12.

60 Ibid., p. 302. Chantilly, Musée Condé, Heures d’Étienne Chevalier. Voir http://expositions.bnf.fr/fouquet/grand/f095.htm. La même constatation peut être faite à propos des deux représentations par Giotto de la salle de chapitre à Arles où saint François fit une apparition miraculeuse ; une se trouve dans l’église supérieure de la basilique San Francesco à Assise et l’autre dans la chapelle Bardi à Santa Croce, Florence. À l’autre extrême, voir la gravure de Frédéric Théodore Lix représentant une réunion au chapitre des Trappistes d’Œlenberg à la fin du xixe siècle – soit plus ou moins l’époque où le monastère évoqué en introduction fut construit – où l’abbé domine visuellement et physiquement la salle du chapitre : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10201652s.

61 Memoriale qualiter, op. cit., p. 235 ; Udalrich, Consuetudines, op. cit., col. 705D.

62 H. Stein-Kecks, « “Claustrum” and “capitulum” », art. cit., p. 171 sur la croix au chapitre, mais voir aussi ses commentaires sur la représentation du Jugement Dernier dans deux salles capitulaires romanes (p. 178-80). 

63 Pierre Grossolano, « Sermo sapientissimi Grossolani Mediolanensis episcopi de capitulo monachorum », cité dans J. Leclercq, « Le sermon de Grossolano sur le chapitre monastique », Analecta monastica, xxxvii, 1955, p. 138-44 (sermon p. 141-44, voir surtout p. 142). Dans ce même article, Jean Leclercq offre deux autres exemples d’un discours similaire vers la même période (p. 144). Sur ce rapprochement, voir aussi Cassidy-Welch, Monastic Spaces and their Meanings, op. cit., p. 118 et Lusset, « Excessus », art. cit., p. 32. Gardner pour sa part cite des sources plus tardives établissant des rapprochements entre le chapitre des coulpes et la Pentecôte, Gardner op. cit., p. 176.

64 Voir notes 35, 37 et 38 ci-dessus et Lusset, « Excessus... », art. cit., p. 30 et 33.

65 Une de ces preuves tardives est la gravure de Port-Royal du xviie siècle qui montre qu’il y avait un dossier de bois en arrière des sœurs et que celui-ci était plus haut au-dessus de l’abbesse, signalant ainsi clairement sa position de supériorité. La peinture au-dessus d’elle accentuait sa prééminence (Gillon, « Un exemple de la communion... », art. cit., fig. 8, p. 295 ; voir aussi http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84049680 et http://www.port-royal-des-champs.eu/le-site/musee/vues-de-labbaye.html). Gillon affirme en outre que l’abbé ou l’abbesse aurait pris une place une fois et demie plus grande que celle des autres, sur la base de la chaîre du xvie siècle du prieur de la Salle-en-Beaujolais (ibid., p. 300, note 159 ; voir aussi fig. 9, p. 298). Même constatation à la lecture de l’article de S. Bonde, E. Boynden et C. Maines, « Centrality and Community: Liturgy and Gothic Chapter Room Design at the Augustinian Abbey of Saint-Jean-des-Vignes, Soissons », Gesta, 29, 2, 1990, p. 189-213 ; ces auteurs déclarent que le siège de l’abbé était « probably the highest seat in the room and may well have projected forward » sur la base de sièges abbatiaux du xviie siècle, alors que ces mêmes auteurs venaient de dire que la communauté s’asseyait sur des bancs en bois au Moyen Âge (p. 197 et 194 ; voir aussi ci-dessus note 49). Emilia Jamroziak affirme que la place de l’abbé dans le chapitre était toujours différente de celles des autres moines mais ne donne en référence qu’un article sur un trône d’évêque (Jamroziak, « Cistercian abbots », art. cit., p. 245-48). De tels exemples pourraient être multipliés. P. Gillon signale pourtant dans une note (P. Gillon, « Un exemple de la communion », art. cit., p. 300, note 159), que le siège de l’abbé de Saint-Denis était recouvert d’un dais ; je n’ai pas encore pu vérifier sa source. À Cluny, les sièges du chapitre étaient fréquemment ornés de coussins, bancalia (Johannes, Liber tramitis, op. cit., p. 36, 126, 139, 163, 174 et 182 ; Bernard de Cluny, op. cit., p. 247, mais il n’est fait aucune mention d’une décoration spécifique pour la place de l’abbé. Le chapitre du Mont-Cassin (construit vers 1058-1087) était en forme de chapelle avec une abside, tout comme le réfectoire de l’abbaye. Dans les deux cas, s’y trouvaient le lutrin et donc le lecteur. W. S. Gardner affirme en outre que, pendant le chapitre des coulpes, l’abbé s’y asseyait tel un empereur lors d’un jugement (W. S. Gardner, Role of Central Planning, op. cit., p. 67-68) ; étant donné qu’il ne donne aucune référence spécifique pour cette dernière affirmation et qu’il a une conception très particulière de la hiérarchie dans les monastères (voir note 45 ci-dessus), je reste très dubitative du bien-fondé de son affirmation.

66 C. Duhigg, « What Google Learned From Its Quest to Build the Perfect Team », New York Times, 25 février 2016 : http://www.nytimes.com/2016/02/28/magazine/what-google-learned-from-its-quest-to-build-the-perfect-team.html?_r=0.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Cochelin, « Discussions au chapitre (IXe-XIe siècle) : la place (réelle et symbolique) de l’abbé était-elle si dominante? », Memini, 19-20 | 2016, 337-361.

Référence électronique

Isabelle Cochelin, « Discussions au chapitre (IXe-XIe siècle) : la place (réelle et symbolique) de l’abbé était-elle si dominante? », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://memini.revues.org/834 ; DOI : 10.4000/memini.834

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org