Navigation – Plan du site
Le prince, l’État et la communication politique

“De lo bel acuel que li fon fach non es de stimar”. Les entrées du roi François ier et de la reine Claude de France à Marseille en 15161

Lyse Roy
p. 311-333

Entrées d'index

Géographique :

Marseille, France, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer toute à reconnaissance à Noël Coulet pour sa relecture attentive et ses inestim (...)
  • 2 Voir notamment M. Hébert, « Dons et entrées solennelles au xve siècle : Marguerites de Savoie (1434 (...)
  • 3 M. Hébert, « Les entrées solennelles au Moyen Âge : un bref bilan », art. cit., p. 25.
  • 4 La base de données documentaires Clara fournit le nom d’un Étienne Somati qui pratiquait comme nota (...)
  • 5 Honorat de Valbelle, Histoire journalière (1498-1539), L. Bourrily, R. Duchesne, L. Gaillard (éd. e (...)
  • 6 A. de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille contenant tout ce qui s’y est passé de plus mémorabl (...)
  • 7 W. Mc Allister Johnson, « Essai critique interne des livres d’entrées français au xvie », dans J. J (...)
  • 8 N. Coulet, « Entrées royales au xive siècle. Un rituel du faste et de la cohésion municipale », dan (...)

1Au cours de sa carrière, Michel Hébert s’est, entre autres, intéressé aux entrées solennelles. Par ses écrits comme par les séminaires de recherche qu’il a animés durant plusieurs années à l’Université du Québec à Montréal, il m’a permis de concevoir ces évènements comme des espaces ritualisés d’échange et de don et de faire le rapprochement entre ces cérémonies et celles des assemblées représentatives, où s’exprime une rhétorique de l’amour politique laquelle se concrétise et se mesure, plus prosaïquement, par le paiement d’un subside2. Pour lier ses intérêts pour l’histoire de la Provence et pour les entrées solennelles, j’ai donc pensé proposer pour ses Mélanges une édition et une traduction de deux textes relatant les entrées de François ier et de Claude de France à Marseille, en janvier 1516. Il s’agit de deux récits non officiels, « partiels et partiaux » selon une expression de Michel Hébert3, qui demeurèrent manuscrits jusqu’aux xixe et xxe siècles. Ces récits sont contemporains des évènements : un a été écrit par le notaire Étienne Somati qui l’intercala entre ses actes de janvier 15164 et l’autre fut rédigé par le célèbre apothicaire de Marseille, Honorat de Valbelle, dans son Histoire journalière5, lequel récit a largement nourri le court compte rendu que donnait Antoine de Ruffi de l’évènement dans son Histoire de la ville de Marseille6. Ces deux témoignages ne constituent pas des relations destinées à être imprimées et diffusées largement auprès des Marseillais ou des sujets du royaume, obéissant à certaines normes de narration. Les livrets des relations d’entrée sont en effet assez rigides dans leur structure en étant formatés selon les différentes étapes du rituel7. Les exigences du genre sont peu respectées dans ces comptes rendus qui ne sont pas des textes de propagande au service de la magnificence du pouvoir royal, mais de très courts textes savoureux pour leurs indiscrétions et leur spontanéité, donnant une perspective strictement urbaine. Faisant fi des longues descriptions de l’ostentation de la parade et des spectacles, les auteurs restent concis et terre à terre tout en partageant leur émerveillement. Valbelle mentionne en effet à plusieurs reprises le plaisir procuré par le spectacle de la cérémonie de l’entrée. Ces récits évoquent les rituels du dais – Somati prend bien soin d’ailleurs de noter qu’il s’agit d’un dais neuf pour marquer la dépense consentie par la ville –, la présence des échafauds sur le parcours du roi dans la ville et les réjouissances qui suivirent la cérémonie, toutes des étapes fondamentales de l’entrée solennelle. Ils mentionnent également le rituel de la remise des clés : l’entrée de François ier fut en effet l’occasion d’introduire en Provence ce geste qui n’y était pas en usage au Moyen Âge, selon Noël Coulet8. Les auteurs des comptes rendus des entrées s’attardent en outre à la visite du couple royal dans la ville après la cérémonie. Ces récits insistent sur l’identité urbaine qui se manifeste par ses caractères religieux et maritime et on peut y percevoir la singularité des entrées provençales. Les récits révèlent également des incidents inattendus, ce qui les rend précieux.

  • 9 Pour en savoir plus sur ce lieu de pèlerinage, voir l’article de Véronique Olivier dans le présent (...)
  • 10 Catalogue des actes de François ier, Paris, Imprimerie nationale, 1887, t. I : p. 68 à 70, nos 399, (...)
  • 11 Mémoires ou Journal de Louise de Savoie, Paris, 1786, p. 423.

2Fort de la victoire de Marignan et après avoir rencontré le pape Léon x, le 11 décembre 1515 à Bologne, François ier quitta l’Italie en janvier 1516 et retrouva en Provence ses femmes, c’est-à-dire sa mère, sa sœur et son épouse venues le rejoindre et faire un pèlerinage sur la tombe de Marie-Madeleine à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume9. Elles arrivèrent les premières en Provence. Sous bonne escorte, elles avaient quitté Amboise le 20 octobre et s’arrêtèrent notamment à Lyon. Elles atteignirent la Provence au début janvier. Au cours de son séjour dans le midi, la régente Louise de Savoie continua d’administrer le royaume et confirma d’anciens privilèges pour de nombreuses villes de Provence, en concéda de nouveaux et procéda à la nomination d’un officier10. Il lui tardait de retrouver son fils. Elle écrivait non sans émotion dans son journal à la date du 13 janvier : « mon fils, resvenant de la bataille des Suisses, me rencontra auprès de Sisteron, en Provence, sur le bord de la Durance, environ six heures au soir ; et Dieu sçait si moi, pauvre mere, feus bien-aise de voir mon fils sain et entier, après tant de violences qu’il avoit souffertes et soutenues pour servir la chose publique11. » Le séjour provençal de la famille royale fut ainsi l’occasion de retrouvailles, de dévotion et de festivités. L’heure fut donc à la célébration et lors du passage du couple à Marseille, des entrées royales furent organisées.

3Le roi fut reçu à Marseille le 22 janvier 1516. La date de l’entrée de la reine est moins évidente selon nos témoins. En effet, nos deux auteurs ne s’entendent pas sur la chronologie des évènements. Selon Valbelle, la reine reçut une entrée triomphale à Marseille le 3 janvier, accompagnée d’une escorte imposante de 1500 chevaux (autant de chevaliers?) sans toutefois donné les détails de la cérémonie qui fut, semble-t-il, gâchée par la pluie. Pour sa part, Somati précise que la reine fit son entrée après celle du roi, donc après le 22 janvier.

  • 12 L. Roy, « Les universitaires dans la rue au xvie siècle. Représentation des universités dans les cé (...)
  • 13 La première trace de ce motif se retrouve dans l’entrée de Louis xi à Tournai en 1464. Dans les ent (...)

4Les récits des entrées font état de deux événements imprévus qui se produisirent lors de la cérémonie et qui, le plus souvent, restent inédits dans les relations officielles des entrées lesquelles, la plupart du temps, rendent compte de l’ordre et de l’harmonie de l’évènement. Somati rapporte qu’à la sortie du cortège urbain à la porte du Lauret, à l’est de la ville, les clercs s’engagèrent dans une échauffourée au cours de laquelle un moine fut blessé. Les circonstances de ce désordre ne sont pas claires : peut-être s’agit-il d’une querelle de préséance. Les moines de Saint-Victor tenus à l’écart de la procession auraient tenté d’y entrer de force, ce qui aurait provoqué la bagarre avec les clercs de la Major. Ces querelles de préséance entre les membres du clergé lors des processions étaient monnaie courante12, mais sont rarement rapportées dans les relations d’entrée. Le second fait imprévu rapporté par nos deux auteurs concerne la médiocre performance des acteurs. Le premier spectacle donné à voir au roi en entrant dans la ville mettait en scène Marseille, Mars et Vulcain. Les deux auteurs rapportent en des termes différents l’éloquence du personnage de Marseille qui, par son discours solennel, souhaitait la bienvenue à François Ier et faisait étalage des richessesde la ville. Somati ajoute un détail de mise en scène que l’on retrouve dans plusieurs spectacles urbains à cette époque : celle du cœur de la ville offert au roi pour signifier l’amour des sujets pour leur souverain13. En outre, nos deux auteurs s’entendent sur la piètre prestance des autres acteurs. Pour Somati, Mars et Vulcain « s’embrouillèrent » dans leurs discours alors que pour Valbelle, l’un des acteurs resta ébaubi par la présence même du roi, lequel passa outre en soulignant son triste état de stupéfaction. On peut aisément imaginer que ce genre de situation a pu arriver plus d’une fois lors d’une entrée alors que des acteurs amateurs durent expérimenter le trac face à l’impressionnante personne royale.

  • 14 Ch. Maurell, « Réformes municipales et luttes politiques à Marseille au tournant du xve au xvie siè (...)

5Au delà de ces détails anecdotiques amusants, la valeur de ces récits, très courts, réside dans la représentation cohérente qu’ils donnent de la ville de Marseille. Ville de pèlerinage abritant un riche patrimoine sacré et ville portuaire stratégique dans la Méditerranée, Marseille est définie dans les comptes rendus des entrées de 1516 par ses caractères religieux et maritime lesquels s’expriment à travers le rituel, les spectacles et les réjouissances. Les entrées royales de 1516 furent l’occasion d’une trêve entre les deux factions politiques qui luttaient depuis 1475 pour la domination du gouvernement urbain14, dont les membres mirent de côté leurs différends pour accueillir ensemble le roi et la reine.

  • 15 N. Coulet, « Dévotions communales : Marseille entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (xiii(...)
  • 16 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle : aperçus nouveaux sur les entrées (...)
  • 17 Noël Coulet a identifié deux traditions dans le cérémonial provençal : l’évêque intervient au début (...)
  • 18 N. Coulet, « Dévotions communales... », art. cit., p. 121 ; Ch. Maurell, « Marseille en 1475, à la (...)

6François ier fit son entrée dans Marseille à l’est par la porte du Lauret qui était décorée depuis la fin du xive siècle des statues des représentants les plus importants de la religion civique marseillaise : saint Victor, saint Lazare et saint Louis d’Anjou. Le culte des deux premiers saints patrons de la cité était particulièrement vivace dans le dernier quart du xve siècle15. Les précieuses reliques de leur chef furent exposées dès le début de la cérémonie faisant ainsi de l’entrée « une ostentation de reliques », pour reprendre l’expression de Noël Coulet16. On voit par ailleurs l’évêque de Marseille accueillir le roi dès le début de la cérémonie, ce qui semble une singularité provençale17. Accompagnée de son clergé, il sortit de la ville jusqu’à la « croix de la Madeleine », évocation de l’évangélisation de Marseille par Marie-Madeleine, et fit une oraison, revêtu de son pallium. En outre, sur son parcours dans les rues de la ville, François ier put observer sur plusieurs échafauds la mise en scène de la vie de Louis d’Anjou qui était l’objet d’un culte dynastique et civique à Marseille18. Né en 1274, ce franciscain était le fils du comte de Provence et roi de Naples, Charles ii. Il fut nommé évêque de Toulouse en 1296 et mourut à Brignole l’année suivante. Il avait choisi pour lieu de sépulture le couvent des frères mineurs de Marseille et dès son ensevelissement, les miracles se multiplièrent, attirant bientôt de nombreux pèlerins. Canonisé en 1317, saint Louis d’Anjou devint patron de la cité. Son culte fut affaibli par le vol de la relique de sa tête par les Aragonais lors du sac de 1423, mais demeura apparemment encore vivace au xvie siècle.

  • 19 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence... », art. cit., p. 77.
  • 20 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 18.

7Les auteurs des comptes rendus des entrées prirent soin de souligner le caractère religieux du rituel de l’entrée en évoquant deux moments forts de la liturgie : le dimanche des rameaux et l’entrée du Christ à Jérusalem ainsi que la Fête-Dieu. Somati et Valbelle dénotent la présence des enfants dans la procession. Dans une étude remarquable sur les entrées solennelles provençales, Noël Coulet a analysé la présence des enfants dans une association avec le dimanche des rameaux et l’adventus du Christ et a qualifié l’entrée de « liturgie de l’Avent du roi19 ». À Marseille en 1516, des garçons et des filles, vêtus de blanc, furent placés à la tête du cortège urbain pour accueillir le roi ; pour l’entrée de Claude de France, une impressionnante procession fut formée alors que la reine fut escortée jusqu’à la chapelle Notre-Dame de la Garde par 2 000 jeunes filles vêtues de blanc, venues prier avec elle pour que Dieu lui accorde un héritier. Par ailleurs, Valbelle fait un rapprochement explicite entre la cérémonie de l’entrée et la Fête-Dieu en notant l’encourtinement des rues « ainsi qu’on le fait au jour du Corpus Domini ». Cette association entre l’entrée royale et la célébration du corps du Christ avait fait dire à B. Guenée et à F. Lehoux que l’entrée était une « véritable Fête-Roi20 ». Finalement, différents lieux de culte de la ville furent visités par le couple royal au cours de leur séjour marseillais : la cathédrale de la Major, l’église Notre-Dame des Accoules, la chapelle Notre-Dame de la Garde, l’abbaye Saint-Victor, le couvent des dominicains et le couvent des augustins. La présence d’acteurs personnifiant des pèlerins dans les mauresques jouées lors des réjouissances suivant l’entrée est peut-être une évocation du pèlerinage du couple royal? Elle est à tout le moins une évocation de Marseille comme ville de pèlerinage.

  • 21 R. Busquet, Histoire de Marseille, Paris, Robert Laffont, 1945, p. 164.
  • 22 L. Roy, « Deviens ce que tu es. Les entrées parisienne et lyonnaise de François ier en 1515 comme (...)

8Marseille retrouva ses activités de port de guerre à la fin du xve siècle avec les guerres d’Italie21. Ainsi furent érigés de nouveaux tercenaux pour réparer et entreposer l’équipement des galères et furent construites et armées des galères. La contribution militaire stratégique de Marseille dans le maintien de la tutelle française sur Gênes était indispensable depuis 1499 et avec le soulèvement de Gênes contre Louis xii en 1507, débuta pour Marseille une grande période d’activités navales. Les deux auteurs des récits des entrées de 1516 mentionnent la présence du lieutenant général des galères du royaume Prégent de Bidoux et le capitaine Bernardin de Baux, héros maritimes de l’heure, qui revenant de Gênes, mirent leurs galères au service du spectacle pour faire résonner l’artillerie. Valbelle signale également dans l’entourage du roi la présence de Louis de Villeneuve, marquis de Trans, capitaine général de la marine de Provence. Le récit de Somati décrit brièvement un spectacle situé près du port : celui, bien à propos pour cette ville portuaire, de Neptune qui lut son discours puis l’offrit au roi. Les galères servirent également de lieu pour offrir au roi un divertissement singulier: une bataille d’oranges au cours de laquelle le vainqueur de Marignan impressionna le chroniqueur Valbelle par sa vaillance. Le caractère ludique de cette manifestation où le roi lance et reçoit des oranges est loin de la représentation du corps sacré de la majesté royale22. Nos deux auteurs ne s’entendent pas toutefois à savoir si la reine prit part ou non à une telle bataille, mais mentionnons que Somati précisa que les femmes de Marseille participèrent à la bataille d’oranges du roi. Quelques jours après la cérémonie, les galères furent employées pour conduire le roi sur l’île d’If où il put voir un rhinocéros, cadeau que le roi du Portugal destinait au pape Léon x. Quant à Valbelle, il insiste sur l’inspection que fit le roi, après la cérémonie, des galères ainsi que des anciens et des nouveaux arsenaux dont la construction avait été commandée par Louis xii en 1512. Il « note » en outre que Prégent de Bidoux accompagna le roi tout au long de son séjour, peut-être souhaitait-il retrouver son titre de capitaine général des galères ?

9Les témoignages de ces deux bourgeois marseillais des entrées de 1516 présentent une perspective personnelle et urbaine des évènements. Savoureux pour leurs anecdotes, ils sont également cohérents dans la représentation de la ville. Ces récits « partiaux » laissent tomber l’ostentation et la rigidité narrative pour le réalisme et la joie de la rencontre entre le couple royal et le peuple de Marseille.

Récit du notaire Somati

  • 23 L. Barthélemy, « Entrée du roi François ier à Marseille en 1516 raconté par un notaire », Mémoire d (...)

10Introytus Regius Massilie23.

11Eadem die intravit seu suum introytum fecit christianissimus dominus noster rex Franciscus, Francorum rex, et comitatuum Provincie et Forcalquerii comes, et dominus dicte civitatis, cum magnis triumphis et Principibus in ejus societate existentibus, ut sequitur, civitatem Massilie.

12Et primo erant ejus societate :

13Madame Claude, regina, sa femme.

14Madame la Regente de France, sa mere, dame d’Angoleme.

15Madame la duchesse de Alanson sa sœur, et plusieurs autres princesses.

  • 24 Le mot est abrégé par Monsr. Étant donné que Somati a rédigé cette partie en français, j’ai pris le (...)

16Monseigneur24 de Alanson.

17Monseigneur le conte de Gineva.

18Monseigneur le conte de Angoleme.

19Monseigneur le contede Guise.

20Monseigneur le conte de Laval.

21Le prince de Navarre.

22Le fils du marquis de Mantoe.

23Le fils du marquis de Salusses.

24Monseigneur René,Bastart de Savoye.

25Monseigneur de Boys.

26Monseigneur de Bussi.

27Monseigneur de Sainct Vallies.

28Monseigneur le grand Maistre.

29Monseigneur le grant scuyer,Sainct Severin.

30Monseigneur de Lansac, chambellan.

31Monseigneur de la Tremolhe, prince de Thalamon.

32Monseigneur de Rochefoucaut.

33Monseigneur le Chancelier de France.

34Monseigneur le Vice Chancelier de France.

35Monseigneur le President de Paris.

36Monseigneur le President de Thoulouse.

37Monseigneur le President de Provence.

38Monseigneur de Paris, l’Evesque.

39Monseigneur d’Arles, l’Archevesque.

40Monseigneur de Marcelhe.

41Et quasi sans nombre de autres princes, vescontes, barons, chivallies et gentilshommes, tant de sa court que autres francoys, ytallians et provençaux.

42Auquel la present cieutat li venc au davant ambe dos mille v. cens picques, sive homes portant ses picques ; mille allebardies, et v. cens albaresties, et circa dos cens archies et sincante collobrines, ben armas et equipas, dos mille infans ambe penosel des armes del Rey, et plus tous abilhas en blanc.

43Et au davant del portal real fonc sus chauffaut lo cap de Sanct Victour, ambe los moynes, et apres venc tout lo cleri de Marselhe ambe processions, bandieras de luminaris, portant lo capt de Sanct Lazé ; et quant foron al portal real, volent salhir lo dit cleri, passadas las bandieras, venent la cros de la Major, los moynes que eron defforas se bateron ambe los cappellans de la Major, et y ac ung moyne blessat a la testa de ung benechier de ferri, appellat lo dit moyne mons. Denys.

44Apres aquo fach, venc Monsenhor de Masselha, et descendet de sa mulla et se revestit ; et quant fonc revestit, tous salhiron foras fyns a la cros de la Magdalena, la ont aneron recebre lo Rey. Et apres aguet fach son oration, s’en anet au davant del portal real la ont fonc apparelhat monsenhor lo viguier Johan Fabre, senhour de Fabregoullas, messenhors consols Guillaume Bocquin, Loys Paul et Guilhem de Sanct Johan, et monsenhor Johan Gerente, accessor, et monsenhor Frances Subbaron, ambe bonna companhia de autres gens. Los quals porteron et presenteron dos claus d’or que pesavon ducas cent septanta sinc, et lo Rey las anet recebre joyousament ; lo qual era abilhat de ung sayo de ung argentat blanc, montant sus ung corsier grison. Et a l’intrada de la porta era ung petit cadaffaut, la ont era una Marselha, lo Dieu Mars et los Dieu Vulcanus ; la quella Marsselha disie non estre digna poder recebre ung si grant Prince et ambe si granda companhia de princes, invocant los Dieus que ly ajudesson a lo recebre. Et en disent son dit, son cors se va obrir, et [en] ycelluy on trovet la flordellis, sive ung Francoys coronat. La dicha Marselha disset ben son dit, mays Mars et Vulcanus se perderon, et lo Rey los laysset et tiret avant, la ont lo dit viguier, consols et messire Johan Candolle, juge de palays, porteron la pally nou de damas blanc pers subre lo Rey ; lo qual anant de lonc fyns a la mayson sieua, trobet per chafaux la vita Sanct Loys de Angio, la qualla anet veser volentiers. Puys quant fonc al pres de sa mayson et vol descendre, aqui fonc ung chaffaut la ont era Netunus, Dieus de la mar, lo qual anet recebre lo Rey et se portet tres ben en son dit, et lo Rey, l’escoutet vollentiers ; lo qual era dyns una naou, et layssada la naou, descendet en terra, bayssant so que avie dit, en escrit, lo donet al Rey. Las carrieras de lonc paradas richament.

45Aquel vespre ly feron plusors mascaries et moresques, en apres ly feron los Giraffos, las Syrenas, los Romieus, los homes selvages, que ly venron fayre obedience, et plusors autras joveusitas.

46Digos XXIIII de dit mes, lo Rey anet ausir messa a las Accollas, et aqui juret liberalament nostras libertas, presens los princes davant dichs et monsenhor lo chancellier.

47Apres, la galleras quatre de monsenhor Prejan de Biadoux, seignor de Sanct Gilli , et dos de frayre Bernardin del Baux, afforsa bonbardas, lo receberon, et en apres el montet sus la gallera bastarda de dit Prejan, et anet a la yllas, la ont era la naou del Rey de Porthogal, ont y a vis una bestia salvage, appellada Renossero, que la mandava al Papa. Et pueys tornet, et per tres jors ben suyvant se batet a grants cops de aranges ambe las femas de Masselha et los princes.

48La Reyna, madama de Angolema, regenta, madama de Alanson, sa filha et plusors autres damas et princesses, intreron apres lo Rey, et fonc facha deffensa que non se tiresson plus bonbardas par la Reyna ; et au davant aneron plus de dos mille filhas joynes en blanc abilhadas, los peus pendens ; la qualas las recebet benignament, et lur preguet que en bona devotion anesson toutas a la Gardia en procession ; la qual causa feron, en preguant Dieu que ly donessa ung bel filh : et car fonc tart quant retorneron, lur mandet XXIIII torchas alumadas de siera au davant, per lur donar luminaria et acompanhar a lur mayson.

49Portet lo paly de la Reyna Monsenhor lo assessor, monsenhor Johan Jerente, Sen Johan de Montolieu, Messenhors Gabriel Vivaut, Carle Forbin, Fouquet Novel, Jayne et Roger.

50(Prot. de Ne Somati, Étude de Me de Laget)

[traduction]

51Entrée du roi à Marseille.

  • 25 Le 22 janvier 1516.
  • 26 L’union de la Provence au royaume de France fut proclamée en janvier 1482 par les États réunis à Ai (...)

52Ce même jour25, notre roi très chrétien, le roi François, roi des Français, comte de Provence et de Forcalquier et seigneur de la dite ville26, fit son entrée dans la ville de Marseille avec grand triomphe, accompagné des princes de son entourage, de la manière suivante:

53En premier lieu, son entourage était composé des personnes suivantes:

54Madame Claude, la reine, sa femme.

  • 27 Louise de Savoie (1476-1531), comtesse douairière d’Angoumois et du Périgord, duchesse d’Anjou et d (...)

55Madame la régente de France, sa mère, dame d’Angoulême27.

  • 28 Marguerite d’Angoulême (1492-1549), mariée à Charles iv, duc d’Alençon (1489-1525).

56Madame la duchesse d’Alençon28, sa sœur, et plusieurs autres princesses.

  • 29 Charles iv d’Alençon (1489-1525). Il épousa Marguerite d’Angoulême, sœur de François ier, en 1509. (...)

57Monseigneur d’Alençon29.

  • 30 Philippe de Savoie-Nemours (1490-1533), comte de Genève depuis 1514, frère de Louise de Savoie. Il (...)

58Monseigneur le comte de Genève30.

  • 31 Depuis l’avènement de François ier, c’est le roi qui occupait cette fonction. Le scribe a donc fait (...)

59Monseigneur le comte d’Angoulême31.

  • 32 Claude de Lorraine (1496-1550), comte puis, à partir de 1527, premier duc de Guise en Thiérarche, p (...)

60Monseigneur le comte de Guise32.

  • 33 (Nicolas) Guy xvi de Laval (1476-1531), comte de Laval, de Montfort-en-Bretagne et de Quintin, baro (...)

61Monseigneur le comte de Laval33.

  • 34 Henri d’Albret (1503-1555), fils du roi de Navarre Jean d’Albret et futur beau-frère de François ie (...)

62Le prince de Navarre34.

  • 35 Federico ii Gonzaga (1500-1540), fils de Francesco ii, duc de Mantoue. Il passa les années 1515 à 1 (...)

63Le fils du marquis de Mantoue35.

  • 36 Francesco (†1537), fils de Michele-Antonio, marquis de Saluzzo (1495-1528).

64Le fils du marquis de Saluces36.

  • 37 René dit le Grand Bâtard de Savoie (v. 1473-1525), demi-frère de Louise de Savoie, grand sénéchal e (...)

65Monseigneur René, le Bâtard de Savoie37.

  • 38 Vraisemblablement Antoine Bohier (v. 1460-1519), archevêque de Bourges et cardinal.

66Monseigneur Bohier38.

  • 39 Il s’agit peut-être de Claude (1501-1570), fils d’Artus Gouffier, seigneur de Boisy.

67Monseigneur de Boisy39.

  • 40 Jean de Poitiers (v. 1475-1539), seigneur de Saint-Vallier, marquis de Rotrou, chevalier de l’ordre (...)

68Monseigneur de Saint-Vallier40.

  • 41 Artus Gouffier (1474-1519), seigneur de Boisy. Il fut un proche de Charles viii et de Louis xii. Ce (...)

69Monseigneur le grand maître41.

  • 42 Galéas de Saint-Séverin (Galeazzo di Sanseverino) ( ?-1525). Fils de Roberto, lié aux Sforza puis a (...)

70Monseigneur le grand écuyer, M. de Saint-Séverin42.

  • 43 Alexandre de Saint-Gelais (†1522), seigneur de Lansac et de Romefort, chambellan du roi.

71Monseigneur de Lansac, chambellan43.

  • 44 Louis ii de la Trémoille (1460-1525), vicomte de Thouars, prince de Talmont, comte de Guynes. Il fu (...)

72Monseigneur de la Trémoïlle, prince de Talmont44.

  • 45 François (1494-1533), comte de La Rochefoucault.

73Monseigneur de la Rochefoucault45.

  • 46 Antoine Duprat (1463-1535). Il abandonna sa position de premier président du parlement de Paris pou (...)

74Monseigneur le chancelier de France46.

  • 47 Jean de Selve (1475-1529). Conseiller très proche du roi, il fut nommé en 1515 premier président du (...)

75Monseigneur le vice-chancelier de France47.

  • 48 Mondot de La Marthonie, premier président du parlement de Paris entre 1513 et 1519.

76Monseigneur le président de Paris48.

  • 49 Pierre de Saint-André († 1525). Voir F. Vindry, Les parlementaires français au xvie siècle, t. 2 : (...)

77Monseigneur le président de Toulouse49.

  • 50 Gervais de Beaumont, voir F. Vindry, Les parlementaires français au xvie siècle, t. 1 : Parlement d (...)

78Monseigneur le président de Provence50.

  • 51 Étienne Poncher (1446-1525). Nommé évêque de Paris en 1503, garde du sceau entre 1512 et 1515, il f (...)

79Monseigneur l’évêque de Paris51.

  • 52 Jean Ferrier, archevêque d’Arles de 1499 à 1521.

80Monseigneur l’archevêque d’Arles52.

81Monseigneur l’archevêque d’Aix.

  • 53 Claude de Seyssel (v. 1450-1520). Penseur politique, historien, théologien, Claude de Seyssel fut c (...)

82Monseigneur de Marseille53.

83Ainsi qu’un grand nombre d’autres princes, vicomtes, barons, chevaliers et gentilshommes français, italiens, provençaux, tant de sa cour que d’autres cours.

84Dans ladite ville, vinrent au devant de lui, deux mille cinq cent piquiers ou hommes portant des piques ; mille hallebardiers et cinq cent arbalétriers et environ deux cents archers et cinquante couleuvrines, bien armés et équipés, deux mille enfants portant des panonceaux aux armes du roi et tous habillés en blanc.

  • 54 Il s’agit de la Porte du Lauret, située à l’est de la ville, qui en 1385, fut décorée de trois stat (...)
  • 55 Victor fut martyrisé à Marseille au début du ive siècle. Saint patron de Marseille, il figurait au (...)
  • 56 Fondé au ve siècle, il s’agit d’un des monastères les plus anciens de Marseille. Cette communauté d (...)
  • 57 La confrérie-luminaire avait notamment pour mandat d’entretenir le luminaire de l’autel ou de l’égl (...)
  • 58 Selon la tradition, Lazare, frère de Marthe et de Marie-Madeleine, fut le premier évêque de Marseil (...)
  • 59 Cathédrale Notre-Dame-la-Major de Marseille.
  • 60 Le terme capellan désigne en provençal un prêtre de façon générale, peu importe sa fonction ou son (...)
  • 61 Il s’agit peut-être de Denis Franc, prieur du Rouet, selon l’indication de L. Barthélemy, art. cit. (...)

85Et au devant de la Porte Royale54, il y avait un échafaud sur lequel reposait la relique du chef de saint Victor55, entouré des moines de l’abbaye56, et après vinrent tous les clercs de Marseille en procession, avec les bannières des confréries luminaires57, portant le chef de saint Lazare58. Et quand ils furent à la Porte Royale, lesdits clercs voulurent sortir une fois les bannières passées. Puis venait la croix de la Major59. Les moines qui étaient à l’extérieur s’en prirent aux prêtres60 de la Major et un des moines, appelé monseigneur Denis, est blessé à la tête par un bénitier de fer61.

  • 62 C’est-à-dire qu’il revêtit le pallium, vêtement sacerdotal revêtu pour les jours de fêtes.
  • 63 Le terme assesseur renvoie à un poste d’avocat et conseiller de la commune qui apparut dans le cour (...)
  • 64 En 1257, après avoir soumis Marseille, Charles ier d’Anjou supprima, par des chapitres de paix, son (...)
  • 65 Probablement la maison du roi sise de part et d’autre de la rue de la Loge, voir C. Castrucci, « La (...)
  • 66 Saint Louis d’Anjou (1274-1297). Natif de Brignoles, franciscain, fils de Charles ii d’Anjou, roi d (...)

86Après ce fait, vint monseigneur de Marseille et il descendit de sa mule et se revêtit62. Et quand il fut revêtu, tous sortirent dehors jusqu’à la croix de la Madeleine, et là, ils allèrent recevoir le roi. Et après qu’il eut fait son oraison, il s’en alla au devant de la Porte Royale et là se joignirent Monseigneur le viguier Jean Fabre, seigneur de Fabrégoules, messieurs les consuls Guillaume Bocquin, Louis Paul et Guillaume de Saint-Jean, et monsieur Jean Gérente, assesseur63, et monsieur François Subbaron, ainsi qu’une bonne compagnie d’autres gens. Lesquels portèrent et présentèrent deux clés d’or qui pesaient 175 ducats et le roi les reçut joyeusement ; le roi était habillé d’un sayon d’un blanc argenté et il était monté sur un coursier grison. Et à l’entrée de la porte, il y avait un petit échafaud, et là il se trouvait les personnages de Marseille, du dieu Mars et du dieu Vulcain. Le personnage de Marseille dit qu’il n’était pas digne de pouvoir recevoir un si grand prince ainsi qu’une aussi grande compagnie de princes, invoquant les dieux de l’aider à les recevoir. Et en faisant son discours, son cœur s’ouvrit et dans celui-ci se trouva une fleur de lys ainsi qu’un François couronné. Le discours de Marseille fut bien dit, mais Mars et Vulcain s’embrouillèrent et le roi les laissa et se dirigea vers l’avant. Et là ledit viguier, consuls et messire Jean Candolle, juge du palais64, portèrent le dais neuf de damas blanc au dessus du roi. Et en se dirigeant jusqu’à son logis65, il trouva sur des échafauds la représentation de la vie de saint Louis d’Anjou66, laquelle il alla voir volontiers. Puis quand il fut près de son logis et voulut descendre, il trouva un échafaud où était Neptune, le dieu de la mer, lequel alla recevoir le roi et fit très bien son discours et le roi l’écouta volontiers. Et lequel dieu était sur un navire, qu’il quitta pour descendre à terre. Puis, il baisa l’écrit sur lequel figurait son discours et le tendit au roi. Le long du parcours, les rues étaient richement parées. 

  • 67 La mauresque est une danse théâtralisée du xve siècle, laquelle était très en vogue notamment à la (...)
  • 68 On comprend que des gens se déguisèrent et jouèrent différents personnages. Le personnage de l’homm (...)

87Le soir, on fit plusieurs mascarades et mauresques67 et après on fit des girafes, des sirènes, des pèlerins, des hommes sauvages68 qui vinrent faire obédience et plusieurs autres joyeusetés.

  • 69 L’église des Accoules, située en face du palais, était une des cinq paroisses de la ville. Cette ég (...)
  • 70 D’après Ruffi, Charles Forbin fut député en février 1515 auprès du roi par les Marseillais pour prê (...)

88Le jour du 24 dudit mois, le roi alla entendre la messe aux Accoules69 et il confirma libéralement nos libertés, en présence des princes déjà mentionnés et de monseigneur le chancelier70.

  • 71 Prégent de Bidoux (1468-1528). Il fut nommé capitaine général des galères en 1497, mais en 1506 il (...)
  • 72 Selon Paul Masson, le capitaine Bernardin de Baux (†1527) est un personnage mystérieux : surnommé l (...)
  • 73 Galère dont l’extrémité de la poupe est large et aplatie.
  • 74 Manuel ier avait reçu du sultan de Cambie ce rhinocéros et décida d’en faire cadeau au pape Léon x. (...)
  • 75 L. Barthélemy, art. cit, p. 223 a fait valoir que la bataille d’oranges faisait aussi partie des fe (...)

89Après, quatre galères de Monseigneur Prégent de Bidoux71, seigneur de Saint-Gilles, et deux du frère Bernardin de Baux72, firent résonner l’artillerie pour le recevoir. Et après, il monta sur la galère bâtarde73 dudit Prégent et alla aux îles où était le navire du roi du Portugal et il y vit une bête sauvage, appelée rhinocéros, destinée au pape74. Et puis, il revint et durant trois jours suivants, il se battit à grands coups d’oranges avec les femmes de Marseille et ses princes75.

  • 76 Basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

90La reine, madame d’Angoulême, la régente, madame d’Alençon, sa fille et plusieurs autres dames et princesses, entrèrent après le roi et il fut fait défense de ne plus tirer les bombardes pour la reine. Et au devant, allèrent plus de deux milles jeunes filles, habillées de blanc, les cheveux dénoués, qu’elle reçut avec bienveillance et elles allassent toutes en bonne dévotion à la Garde76 en procession pour prier. Et elles prièrent Dieu de lui donner un beau fils. Et comme il était tard, lorsqu’elles s’en retournèrent, elle envoya au devant d’elles 24 torches allumées pour leur donner de la lumière et les accompagner à leur logis.

  • 77 Les familles Montolieu et Vivaud d’une part, Forbin et Nouveau d’autre part constituaient les deux (...)

91Le dais de la reine était porté par Monseigneur l’assesseur, sire Jean Gérente, sire Jean de Montolieu, messires Gabriel Vivaud, Carle Forbin, Fouquet Nouveau, Jayne et Roger77.

92Protocole du notaire Somati 1516, fonds Laget-Maria (aujourd’hui 351 E).

Récit d’Honorat de Valbelle

  • 78 Histoire journalière d’Honorat de Valbelle (1498-1539) : journal d’un bourgeois de Marseille au tem (...)
  • 79 V. L. Bourrily et al. indiquent qu’il faut lire Sestaron t.2, p. 433, note 9.

93L’an 151678 et lo jort 3 de jenoïer, aribet la reyna de Franso apellado Madame Glaudo, acompanhado de Madama d’Angolemo, mayre de son marich lo Rey Francés premieri d’aquel nom, et de la sorre del Rey, molhe del Daufin dit Monsenhor d’Alenson, et de plusors grandos Damos ; et ossi ero en sa companyha lo filh del Rey de Navaro, et de Monsenhor d’Orval et de Monseignor d’Eschaneos et Monsenhor de Paris, Monsenhor de Montmoransy et de Monsenhor du Bochage, et de plusors altres grans signors que tos la aconpanhavan ansi que volia la rasson, et ero tota sa conpanyha environ 1 500 chivals. Marssilha li fes grant trionfle et agueron fach plus, mais per causo que plovia non li pogueron far so que si ero deliberat ; et lendeman, fraire Bernardin anbé sas galeros, galeons et brigantins, la festeget d’artilhario et feron batalho de oranges, que ello y prenia grant plasser ; las damos de la cieutat et borgeyssos l’aneron vessitar de que ello y prés grant plasser ; lo dissate, ello anet dinar à Sanct Victor et après dinar ello anet à la Gardio et en s’en retornant anet à Presicados. Lo dimenche anet ausir messa à la Major et vespros as Agostins. Lo diluns de matin ello s’en partit per anar la [r]outo d’Aixs et d’aqui devia anar à Sancto Anno79, et d’aqui à Tallart et lo Rey si devia trobar aqui. Diéu la condussa !

94Dimars 8 de jenoier 1516, aribet en Marssiha Prejan anbé sas 4 galeros local venia de Genos ; lo trionfle que fes de artilheria et de tronpetos non es de stimar.

95L’an 1516 et lo mars 22 de jenoier, lo Rey de Franso et conte de Provenso apellat Fransés premier d’aquel nom aribet en Marssilha à 4 horos après miech jort ; de lo bel acuel que li fon fach non es de stimar.

96Premierament salhiron de Marssilha environ tres millo personos tos en ordenanso ; premier anavan los enfans portant una cano anbé las armos del Rey, cridant : « Vivo Franso » et los petitos filhos, los pels pendens, vestidos de blanc en grando ordenanso que fassia bon vesser ; après venian los archiés en ordenanso, et puis los piquiés, après archiés, arbalestiés, tos per orde que fassian bel vesser, et recontreron lo Rey en lo plan de Sanct Michel et si partiron, et lo Rey passet per lo mitan d’ellos de que segon son semblant y pres grant plasser ; après venian los consolhs et assessor anbé plusors gens de ben de la cieutat et lo filh de mess. Jaume Sabatier, apellat Fransés, fes l’arengo davant lo Rey, li pressentant la cieutat et tos los bens que en ello eron.

  • 80 Il s’agit d’un signe ayant la forme d’une croix.

97Après lo Rey aribet à la porto del Lauret dit portal Rial, en que ero ordenado una moralitat, et de tres personages que eron, non parlet que aquel que si dissa Marssilha, local parlet ben et noblament, altifficant lo Rey et sas vertus et ossi lausant Marssilha, de que lo Rey si plantet et scotet très volentiés et i pres grant plasser ; l’autre voguet parlar après, mais el si stonet que non sabia que dissia et vessent, lo Rey dis: « Il est estoné, alons! ». Et intret denfra la cieutat, laquallo lo saludet d’artilheria senso nombre. Les carieros foron parados depuis le Portal Rial fins à la mayson del Rey, per desus et los costas ansi que si fosso lo jort de Corpus Domini. Depuis lo Portal Rial fins à la Maysson del Rey, canton per canton, fon jugado la vido de Sanct Loys, filh del Rey de Cecillo, de la Mayson de Franso ; lo cap de Sanct Laze et de Sanct Victor li foron portas al davant, et Monsenhor de Marssilha i fon anbé tot lo cleri et tothas las †80 que fassia bel vesser. El signor lo Rey estre aribat en sa Maysson, non es de dire lo trionfle que li feron las galeros de Prejan et de Fraire Bernardin, tant de artilheria que de fuzados, migranos, tronpos de fuoch, et puis que aribet la nuech fu mes en las dictos galeros tant de torchos que de lanternos que fassia bon vesser, et lo Rey et Regina et toto la segnhoria y preron grant plasser.

98Lo dimecres après dinas, las galeros foron en orde et lo Rey intret en ellos et si meron à far batalho de oranges grando et forto, et non cressas que lo Rey estessa à vesser, car non avia home à sa conpanyha que miel tiressa aranges que el fassia et tenia ung bloquer en sa man de que si paravo ; mais nonhostant son bloquer, si aguet el de bels cops de aranges, tant en la testo que per sa persono, tot alegrament.

99Lendeman que fon lo joux, lo Rey anet ausir messo à la Major, et après dinar montet sus las galeros et anet à las illos per vesser una bastia tant stranjo que lo Rey de Portogal mandavo al Papo.

100Lendeman que fon lo divendres, lo Roy anet vessitar Sanct Victor, et en s’en retornant vessitet los tressenals en la sales comensas quomo aves ausit desus, et puis vessitet los altres tressenals viels : et aquo fach, montet subre una barco et anet vessitar las galeros grossos que non eron armados. Noto que Prejan ero tojors anbé el per tot onte anavo.

101Lendeman que fon lo dissate 26 de jenoier, après dinar, partet lo Rey per anar en Aixs, et d’aqui en Franso. Anbé lo Rey ero la Regina et sa mayre et sa sorre et tothos las damos et si y ero Monsenhor lo Dauphin, dit Monsenhor d’Alanson ; y ero Monsenhor lo Chanselier et generalament tot lo grant conselh, et si y ero Monsenhor de Paris et Monsenhor d’Angolemo et plusors evesques et archevesques ; y ero, Monsenhor lo marquis de Mantoa ; y ero lo frayre de Monsenhor lo duc de Savoya et lo Bastart de Savoya et lo marquis de Trans, et quasi tos los gentilshomes de Provence, que fassia bel vesser.

[Traduction]

  • 81 Jean d’Albret, seigneur d’Orval, comte de Dreux et de Rethel. Fils d’Armaud-Amanieu d’Albret, qui o (...)
  • 82 Gaucher de Dinteville (†1539), sieur de Chenets et de Polisy, chambellan du roi en 1481, bailli de (...)
  • 83 Guillaume de Montmorency (1452-1531), baron de Montmorency, seigneur de La Rochepot, d’Écouen, de C (...)
  • 84 Imbert de Batarnay (v. 1438-1523), seigneur du Bouchage.

102L’an 1516, le 3 janvier, arriva la reine de France, appelée madame Claude, accompagnée de madame d’Angoulême, mère de son mari, le roi François, premier de ce nom, de la sœur du roi, femme du dauphin dit Monsieur d’Alençon et de plusieurs grandes dames. Il y avait également en sa compagnie, le fils du roi de Navarre, Monseigneur d’Orval81, Monseigneur Des Chenets82, Monseigneur de Paris, Monseigneur Montmorency83, Monsieur du Bouchage84 et plusieurs autres grands seigneurs, comme le voulait la règle, et toute cette escorte comptait environ 1 500 chevaux.

  • 85 La chapelle de Notre-Dame-de-la-Garde fut édifiée au xiiie siècle sur une colline permettant une vu (...)

103Marseille leur offrit un grand accueil triomphal et ils [les Marseillais] auraient fait davantage, mais, comme il pleuvait, ils ne purent réaliser tout ce qui avait été décidé. Le lendemain, le frère Bernardin avec ses galères, ses galions et ses brigantins, offrit à la reine un festival d’artillerie. Ils firent une bataille d’oranges et elle y prit grand plaisir. Les dames et les bourgeoises de la ville allèrent lui rendre visite, ce qui lui fit grand plaisir. Le samedi, elle alla dîner à Saint-Victor ; après dîner, elle alla à la Garde85 et, de retour, elle se rendit chez les frères prêcheurs. Le dimanche, elle alla entendre la messe à la Major et les vêpres aux augustins. Elle partit le lundi matin, par la route d’Aix pour aller à Sisteron et de là à Tallard, où devait se trouver le roi. Que Dieu la conduise!

104Le mardi 8 janvier 1516, Prégent qui venait de Gênes arriva à Marseille avec ses quatre galères. On ne saurait décrire le festival d’artillerie et de trompettes qui l’accueillit.

  • 86 Noël Coulet a bien montré que la présence des enfants dans les entrées solennelles associe le ritue (...)
  • 87 Actuellement la place Jean-Jaurès.

105Le 22 janvier 1516, le roi de France et comte de Provence, François premier de ce nom, arriva à Marseille à 4 heures de l’après-midi. On ne saurait décrire le bel accueil qui lui fut fait. Premièrement, environ 3 000 personnes sortirent de Marseille, en bon ordre ; en tête marchaient les enfants86 portant une canne aux armes du roi et criant : « Vive la France ! » et les petites filles avaient les cheveux dénoués et elles étaient vêtues de blanc, dans un bel ordre qui était beau à voir. Après venaient les archers, en bon ordre, puis les piquiers, d’autres archers et les arbalétriers, tous dans un ordre qui était beau à voir. Ils rencontrèrent le roi sur la plaine Saint-Michel87 et se placèrent sur deux files. Le roi passa au milieu d’eux et parut y prendre grand plaisir. Vinrent ensuite les consuls et l’assesseur avec plusieurs notables de la ville et le fils de Messire Jacques Sabatier qu’on appelait François, prononça une harangue devant le roi en lui présentant la cité et toutes les richesses qu’elle renfermait.

  • 88 La Fête-Dieu.

106Le roi arriva ensuite à la porte du Lauret, autrement dite la porte Royale, où l’on avait organisé une moralité. Parmi les trois personnages qui en faisaient partie, le seul qui parla fut celui qui représentait Marseille, lequel parla bien et avec noblesse, glorifiant le roi et ses vertus mais aussi faisant la louange de Marseille de sorte que le roi s’arrêta et écouta très volontiers, et y prit grand plaisir. L’autre personnage voulut ensuite parler mais il était si troublé qu’il ne savait pas ce qu’il disait. Voyant cela, le roi déclara : « Il est effrayé, partons! » et il entra dans la ville qui le salua d’innombrables salves d’artillerie. Depuis la porte Royale jusqu’au logis du roi, les rues étaient ornées sur le dessus et sur les côtés ainsi qu’on le fait au jour du Corpus Domini88 et, de carrefour en carrefour, on jouait la vie de saint Louis, fils du roi de Sicile de la maison de France. On présenta au roi les chefs de saint Lazare et de saint Victor en présence de Monseigneur de Marseille accompagné de tout son clergé et de toutes les croix, ce qui était beau à voir. Quand le roi arriva à son logis, un indescriptible triomphe lui fut offert par les galères de Prégent et du frère Bernardin tant d’artillerie que de fusées, de grenades et de trompes à feu. Puis, la nuit venue, on plaça sur ces galères tant de torches et de lanternes, que cela faisait plaisir à voir. Le roi, la reine et toute la suite des seigneurs y prirent grand plaisir.

107Le mercredi, après dîner, on mit les galères en ordre de combat. Le roi y monta et commença une grande bataille d’oranges. Ne croyez pas que le roi resta spectateur, car il n’y avait personne de son entourage qui ne lançât mieux que lui les oranges qu’il ne le faisait, en n’en gardant une dans la main pour se protéger mais, malgré ce bouclier, il reçut fort gaiement quelques bons coups d’oranges autant à la tête que sur sa personne.

108Le lendemain jeudi, le roi alla entendre la messe à la Major. Après le dîner, il monta sur une galère et alla aux îles voir une bête très étrange que le roi du Portugal destinait au pape.

  • 89 Histoire journalière d’Honorat de Valbelle (1498-1539), t. I, p. 39. La construction des nouveaux a (...)

109Le lendemain, vendredi, le roi alla entendre la messe à Saint-Victor. Au retour, il s’en retourna visiter les Arsenaux qui commençaient à sortir de terre comme vous l’avez appris ci-dessus89, puis il alla visiter les autres vieux arsenaux. Cela fait, il monta dans une barque et alla visiter les autres galères qui étaient désarmées. Je note que Prégent était toujours avec lui partout où il allait.

  • 90 Louis de Villeneuve († 1516), premier marquis de Trans, chambellan du roi, capitaine général de la (...)

110Le lendemain, soit le samedi 26 janvier, après le dîner, le roi partit pour aller à Aix et de là en France. Le roi était accompagné de la reine, sa mère, sa sœur et, toutes les dames ; y étaient aussi monseigneur le dauphin, c’est-à-dire Monseigneur d’Alençon, Monseigneur le chancelier et plus généralement tout le grand conseil ainsi que monseigneur de Paris et monseigneur d’Angoulême avec plusieurs évêques et archevêques, le marquis de Mantoue, le frère de Monseigneur le duc de Savoie, le Bâtard de Savoie, le marquis de Trans90 et presque tous les gentilshommes de Provence, ce qui était beau à voir.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à exprimer toute à reconnaissance à Noël Coulet pour sa relecture attentive et ses inestimables et généreux conseils, commentaires et suggestions.

2 Voir notamment M. Hébert, « Dons et entrées solennelles au xve siècle : Marguerites de Savoie (1434) et Jean d’Anjou (1443) », Provence historique, 49, 195-96, 1999, p. 267-281 ; idem, « Les entrées solennelles au Moyen Âge : un bref bilan», Des entrées solennelles de l’Ancien Régime et des rituels imaginaires, Cahiers du GRES, vol. 3, 2008, p. 8-26. L. Roy et B. Paradis, « “Le cueur craintif est de tout danger seur, Puisque Titan en ce pays arrive”. Le don dans les entrées solennelles en France aux xve et xvie siècles », dans M. -F. Wagner (dir.), Les jeux de l’échange : entrées solennelles et divertissements du xve au xviie siècle, Paris, Champion, 2007, p. 105-140.

3 M. Hébert, « Les entrées solennelles au Moyen Âge : un bref bilan », art. cit., p. 25.

4 La base de données documentaires Clara fournit le nom d’un Étienne Somati qui pratiquait comme notaire entre 1454 et 1521 : http://doris.archives13.fr/claraint/jsp/system/ win_main.jsp. Ce texte a été édité par L.  Barthélemy, « L’entrée du roi François ier à Marseille en 1516 raconté par un notaire », Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Marseille, 1884-85, p. 217-224. Le protocole de ce notaire pour l’année 1516 consulté par Barthélémy n’est plus conservé aujourd’hui. À ma connaissance, le texte de Somati n’a pas encore été traduit.

5 Honorat de Valbelle, Histoire journalière (1498-1539), L. Bourrily, R. Duchesne, L. Gaillard (éd. et trad.) et C. Rostaing, Aix-en Provence, Publications de l’Université de Provence, 1985, t. I 74-76 et t. II : p. 80-82. J’apporte plusieurs corrections à la traduction de ce texte fournie par Bourrily et al.

6 A. de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille contenant tout ce qui s’y est passé de plus mémorable depuis sa fondation..., Marseille, Henri Martel, 1696, Livre VII, p. 300.

7 W. Mc Allister Johnson, « Essai critique interne des livres d’entrées français au xvie », dans J. Jacquot, (éd.), Les fêtes de la Renaissance, vol. 3, Paris, CNRS, 1956-60, p. 187-200. Les premiers livrets d’entrées imprimés apparaissent à la fin du XVe siècle, voir W. Kemp, « Transformations in the Printing of Royal Entries During the Reign of François ier : The Role of Geoffroy Tory », dans N. Russell et H. Visentin, French Ceremonial Entries in the Sixteenth Century. Event, Image, Text, Toronto, Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2007, p. 111-129.

8 N. Coulet, « Entrées royales au xive siècle. Un rituel du faste et de la cohésion municipale », dans Th,. Pécout (dir.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Gap, Éditions Désiris, 2009, p. 223. Il semble que cela soit également le cas au xve siècle selon l’article de M. Hébert, « Dons et entrées solennelles…», art. cit. La remise des clés apparaît en France en 1431 avec l’entrée d’Henry vi à Paris, voir B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968, p. 22, note 7. On retrouve le rituel de la remise des clés à Marseille en 1564 lors de l’entrée de Henri ii, A. de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, op. cit., p. 344.

9 Pour en savoir plus sur ce lieu de pèlerinage, voir l’article de Véronique Olivier dans le présent numéro.

10 Catalogue des actes de François ier, Paris, Imprimerie nationale, 1887, t. I : p. 68 à 70, nos 399, 400, 401, 403, 404, 406, 407, 408, 409, 410, 411, 412, 413, 414, 425, 416.

11 Mémoires ou Journal de Louise de Savoie, Paris, 1786, p. 423.

12 L. Roy, « Les universitaires dans la rue au xvie siècle. Représentation des universités dans les cérémonies d’entrées solennelles en France », dans M. -F. Wagner et C. Mavrikakis (éd.), Le spectacle politique dans la rue du xvie au xxie siècle. Événements, rituels et récits, Montréal, Lux, 2005, 18-19.

13 La première trace de ce motif se retrouve dans l’entrée de Louis xi à Tournai en 1464. Dans les entrées royales (roi et dauphin) sous le règne de François ier, on le retrouve, à Paris en 1515, à Lyon en 1515, à Dijon en 1521, à Langres en 1521, à Bordeaux en 1530, à Paris en 1531 et au Puys en 1533. Voir B. Guenée et F. Lehoux, op. cit..

14 Ch. Maurell, « Réformes municipales et luttes politiques à Marseille au tournant du xve au xvie siècle », Provence historique, 50, 202, 2000, p. 391-411.

15 N. Coulet, « Dévotions communales : Marseille entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (xiiie-xve siècle) », dans A. Vauchez (dir.), La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et Islam). Actes du colloque organisé par le centre de recherche «Histoire sociale et culturelle de l’Occident. xiie-xviiie siècle de l’Université de Paris X-Nanterre et l’institut universitaire de France, Nanterre,, 21-23 juin, 1993, Rome, École française de Rome, 1995, p. 119-133.

16 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle : aperçus nouveaux sur les entrées royales françaises au bas Moyen Âge », Ethnologie française, 7, 1, 1977, p. 69.

17 Noël Coulet a identifié deux traditions dans le cérémonial provençal : l’évêque intervient au début du cérémonial en conduisant la procession et accueillant l’hôte hors des murs de la ville ou encore l’évêque attend l’hôte à son église avec son clergé, ce qui clôt la procession. Lors des entrées françaises, l’évêque attend habituellement l’hôte dans son église, N. Coulet, ibid., p. 67.

18 N. Coulet, « Dévotions communales... », art. cit., p. 121 ; Ch. Maurell, « Marseille en 1475, à la veille de son union à la France : entre port de commerce et le foyer de pèlerinage », Provence historique, 166, 1991, p. 543-566.

19 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence... », art. cit., p. 77.

20 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 18.

21 R. Busquet, Histoire de Marseille, Paris, Robert Laffont, 1945, p. 164.

22 L. Roy, « Deviens ce que tu es. Les entrées parisienne et lyonnaise de François ier en 1515 comme miroir des princes», François Rouget (éd.), François ier et la vie littéraire de son temps (1515-1547), Paris, Garnier, à paraître.

23 L. Barthélemy, « Entrée du roi François ier à Marseille en 1516 raconté par un notaire », Mémoire de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Marseille, Marseille, 1884-85, p. 217-224. Ce registre est aujourd’hui perdu.

24 Le mot est abrégé par Monsr. Étant donné que Somati a rédigé cette partie en français, j’ai pris le parti de résoudre l’abréviation par Monseigneur et non pas par Monsenhor.

25 Le 22 janvier 1516.

26 L’union de la Provence au royaume de France fut proclamée en janvier 1482 par les États réunis à Aix qui reconnaissaient le roi de France comme souverain qu’à titre de comte de Provence.

27 Louise de Savoie (1476-1531), comtesse douairière d’Angoumois et du Périgord, duchesse d’Anjou et d’Angoulême. En 1515, à l’avènement de son fils, elle reçut les comtés du Maine et de Beaufort-en-Vallée et la baronnie d’Amboise. À la veille de son départ pour l’Italie, fin juin 1515, François ier la nomma régente durant son absence.

28 Marguerite d’Angoulême (1492-1549), mariée à Charles iv, duc d’Alençon (1489-1525).

29 Charles iv d’Alençon (1489-1525). Il épousa Marguerite d’Angoulême, sœur de François ier, en 1509. Il devint, à l’avènement du roi, gouverneur de Normandie et de la Bretagne. Il était le plus proche héritier de la couronne de France tant que Claude et François n’avaient pas de fils.

30 Philippe de Savoie-Nemours (1490-1533), comte de Genève depuis 1514, frère de Louise de Savoie. Il joua un rôle important dans les négociations avec les Suisses en Italie en septembre 1515.

31 Depuis l’avènement de François ier, c’est le roi qui occupait cette fonction. Le scribe a donc fait une erreur. Il s’agit peut-être de l’évêque d’Angoulême, Antoine d’Estaing (v. 1460-1524). Maître des requêtes et conseiller de Louis xii, il fut nommé évêque d’Angoulême en 1506.

32 Claude de Lorraine (1496-1550), comte puis, à partir de 1527, premier duc de Guise en Thiérarche, pair de France, comte d’Aumale, marquis de Mayenne et d’Elboeuf, baron de Joinville, seigneur de La Ferté-Barnard.

33 (Nicolas) Guy xvi de Laval (1476-1531), comte de Laval, de Montfort-en-Bretagne et de Quintin, baron de Vitré, de Gavre, de la Roche-Bernard et d’Aquigny, vicomte de Rennes.

34 Henri d’Albret (1503-1555), fils du roi de Navarre Jean d’Albret et futur beau-frère de François ier.

35 Federico ii Gonzaga (1500-1540), fils de Francesco ii, duc de Mantoue. Il passa les années 1515 à 1517 à la cour de France, à la fois comme hôte et comme otage, voir R. Tamalio, Federico Gonzaga alla corte di Francesco I di Francia nel carteggio privoto com Mantova (1515-1517), Paris, Champion, 1994.

36 Francesco (†1537), fils de Michele-Antonio, marquis de Saluzzo (1495-1528).

37 René dit le Grand Bâtard de Savoie (v. 1473-1525), demi-frère de Louise de Savoie, grand sénéchal et gouverneur de Provence depuis février 1515.

38 Vraisemblablement Antoine Bohier (v. 1460-1519), archevêque de Bourges et cardinal.

39 Il s’agit peut-être de Claude (1501-1570), fils d’Artus Gouffier, seigneur de Boisy.

40 Jean de Poitiers (v. 1475-1539), seigneur de Saint-Vallier, marquis de Rotrou, chevalier de l’ordre et chambellan du roi.

41 Artus Gouffier (1474-1519), seigneur de Boisy. Il fut un proche de Charles viii et de Louis xii. Celui-ci le fit bailli de Vermandois (1503) et capitaine de Chinon (1514). Il devint gouverneur du jeune François d’Angoulême en 1506. À son avènement, celui-ci le nomma grand maître de France. Il fut l’un des plus proches conseillers du roi.

42 Galéas de Saint-Séverin (Galeazzo di Sanseverino) ( ?-1525). Fils de Roberto, lié aux Sforza puis au parti français. Il fut investi de la charge de grand écuyer de France par Louis xii en 1505. Il fut également conseiller-chambellan ordinaire du roi.

43 Alexandre de Saint-Gelais (†1522), seigneur de Lansac et de Romefort, chambellan du roi.

44 Louis ii de la Trémoille (1460-1525), vicomte de Thouars, prince de Talmont, comte de Guynes. Il fut membre du conseil et premier chambellan du roi. Ses charges furent très importantes : lieutenant général en Bretagne ; lieutenant général pour le fait de la guerre en Poitou, Saintonge, Angoumois et Anjou ; gouverneur de Bourgogne ; capitaine de Fougères, Nantes, et Concarneau ; amiral de Bretagne et de Guyenne. Voir L. Vissière dans C. Michon, (dir.), Les conseillers de François ier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 131-143.

45 François (1494-1533), comte de La Rochefoucault.

46 Antoine Duprat (1463-1535). Il abandonna sa position de premier président du parlement de Paris pour devenir chancelier de France le 7 janvier 1515.

47 Jean de Selve (1475-1529). Conseiller très proche du roi, il fut nommé en 1515 premier président du parlement de Bordeaux et vice-chancelier de Milan, mandaté à la réorganisation du système judiciaire milanais. Voir R. J. Kalas, «  Jean de Selve (1475-1529) », dans C. Michon, (dir.), Les conseillers de François ier..., op. cit., p. 180-198.

48 Mondot de La Marthonie, premier président du parlement de Paris entre 1513 et 1519.

49 Pierre de Saint-André († 1525). Voir F. Vindry, Les parlementaires français au xvie siècle, t. 2 : Parlement de Toulouse, Paris, Champion, 1912, p. 140.

50 Gervais de Beaumont, voir F. Vindry, Les parlementaires français au xvie siècle, t. 1 : Parlement d’Aix, Rouen, Rennes, Turin, Paris, Chapion, 1910, p. 7.

51 Étienne Poncher (1446-1525). Nommé évêque de Paris en 1503, garde du sceau entre 1512 et 1515, il fut membre du conseil du roi et ambassadeur pour des missions en Espagne (1516) et en Angleterre (1518). Voir P. Hamon, « Poncher, famille », dans A. Jouanna et al., La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2001, p. 1013.

52 Jean Ferrier, archevêque d’Arles de 1499 à 1521.

53 Claude de Seyssel (v. 1450-1520). Penseur politique, historien, théologien, Claude de Seyssel fut conseiller de Louis xii qui le fit évêque de Marseille (1511-1517). Voir P. Eichel-Lojkine (dir.), Claude de Seyssel. Écrire l’histoire, penser le politique en France à l’aube des temps modernes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

54 Il s’agit de la Porte du Lauret, située à l’est de la ville, qui en 1385, fut décorée de trois statues représentant saint Lazare, saint Louis d’Anjou et de saint Victor. Voir N. Coulet, « Dévotions communales : Marseille entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (xiiie-xve siècle) », art. cit., p. 121-122.

55 Victor fut martyrisé à Marseille au début du ive siècle. Saint patron de Marseille, il figurait au xiiie siècle sur le sceau de la commune.

56 Fondé au ve siècle, il s’agit d’un des monastères les plus anciens de Marseille. Cette communauté d’hommes fut soutenue par les vicomtes de Marseille ainsi que la noblesse et connut ainsi un essor rapide au xie siècle. Voir M. Fixot, R. Bertrand et J. Guyon, Saint Victor. Le guide, Marseille, Mémoire millénaire, 2014.

57 La confrérie-luminaire avait notamment pour mandat d’entretenir le luminaire de l’autel ou de l’église. Voir N. Coulet, « Le mouvement confraternel en Provence et dans le Comtat Venaissin au Moyen Âge », dans A. Paravicini Bagliani (éd.), Le mouvement confraternel au Moyen Âge (France, Italie, Suisse). Actes de la Table Ronde organisée par l’Université de Lausanne avec le concours de l’École française de Rome et de l’Unité associée 1011 du CNRS « L’Institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge » (Lausanne, 9-11 mai 1985), Genève, Droz, 1987, p. 93-94. Le terme luminaire peut également désigner le clergé qui gérait le luminaire de l’autel ou de l’église sans organisation spécifique, voir N. Coulet, « Jalons pour une histoire religieuse d’Aix au Bas Moyen Âge (1350-1450) », Provence historique, 22, 89, 1972, p. 212.

58 Selon la tradition, Lazare, frère de Marthe et de Marie-Madeleine, fut le premier évêque de Marseille. Il aurait été décapité sur la place près de l’abbaye et son corps aurait été inhumé dans une chapelle des cryptes de Saint-Victor. Lors des invasions au ixe siècle, les reliques du saint furent transportées de Marseille à Autun. Marseille garda néanmoins sa tête qui fut conservée à la Major. 

59 Cathédrale Notre-Dame-la-Major de Marseille.

60 Le terme capellan désigne en provençal un prêtre de façon générale, peu importe sa fonction ou son degré dans la hiérarchie ecclésiastique.

61 Il s’agit peut-être de Denis Franc, prieur du Rouet, selon l’indication de L. Barthélemy, art. cit., p. 220.

62 C’est-à-dire qu’il revêtit le pallium, vêtement sacerdotal revêtu pour les jours de fêtes.

63 Le terme assesseur renvoie à un poste d’avocat et conseiller de la commune qui apparut dans le courant du xive siècle. Cette fonction était toujours confiée à un juriste.

64 En 1257, après avoir soumis Marseille, Charles ier d’Anjou supprima, par des chapitres de paix, son autonomie communale, mais lui accorda une autonomie judiciaire avec deux juges, i.e. le juge du palais et le juge des appellations, désormais nommés par le comte de Provence.

65 Probablement la maison du roi sise de part et d’autre de la rue de la Loge, voir C. Castrucci, « La maison du roi », Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René. Actes du colloque de Marseille 1999, Aix-en-Provence, 2001 (Études Massaliètes 7), p. 294.

66 Saint Louis d’Anjou (1274-1297). Natif de Brignoles, franciscain, fils de Charles ii d’Anjou, roi de Naples et comte de Provence et de Marie de Hongrie ; frère de Robert le Sage, roi de Naples et comte de Provence. Il fut désigné évêque de Toulouse en 1296. Il fut canonisé en 1317 et devint au xive siècle, le patron de Marseille dont le culte était à la fois dynastique et civique. Ses reliques furent conservées au couvent des frères mineurs de Marseille jusqu’au sac de la ville en 1423 par les Aragonais qui volèrent la tête. Voir N. Coulet, « Dévotions communales…. », art. cit., p. 128-133.

67 La mauresque est une danse théâtralisée du xve siècle, laquelle était très en vogue notamment à la cour du roi René. Voir B. Roy, « La mauresque à la cour du roi René », dans Ch. Connochie-Bourgne et V. Gontero-Lauze, Les arts et les lettres en Provence au temps du roi René, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2013 (Senefiance, 59), p. 277-283.

68 On comprend que des gens se déguisèrent et jouèrent différents personnages. Le personnage de l’homme sauvage, un rustre, velu et agressif, est, selon Noël Coulet, qui s’inspire du livre fondamental de R. Bernheimer, Wild men in the Middle Age. A Study in Art, Sentiment and Demonology, Harvard, Harvard University Press, 1952, « le revers de l’ordre lucide de la création », voir N. Coulet, « Les jeux de la Fête-Dieu d’Aix, une fête médiévale? », Provence historique, 31, 126, 1981, p. 319. L’historien fait également valoir que ce personnage se retrouve fréquemment dans les réjouissances des entrées royales ainsi dans les cortèges de fête.

69 L’église des Accoules, située en face du palais, était une des cinq paroisses de la ville. Cette église abrite la confrérie des notaires de la ville, qui outre cette profession, regroupait l’élite sociale de Marseille. Elle bénéficia ainsi de la faveur du conseil de ville. Voir M. Bouiron, op. cit., p. 258 ; p. 262. Louis II et Marie de Blois prêtèrent serment en 1385 devant Notre-Dame des Accoules. Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, éd. H. Moranvile, Paris, Picard, t. 1, p. 156. 

70 D’après Ruffi, Charles Forbin fut député en février 1515 auprès du roi par les Marseillais pour prêter hommage au nouveau roi et confirmer les « privilèges, franchises, prérogatives, Chapitres de paix, usages & anciennes coûtumes de Marseille », op. cit., t. I, p. 299. Toutefois, il semble plus probable que le serment fût prêté quelques jours après la cérémonie de l’entrée. Comme ce fut le cas pour Louis II et sa mère Marie de Blois en 1385, ainsi que pour René d’Anjou en 1437, les Marseillais profitèrent de leur visite pour leur faire prêter le serment à la ville. Sur le serment, voir J.-P. Boyer, « René et Marseille : les serments de 1437 », dans J.-M. Matz et N.-Y. Tonnerre, René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 47-76.

71 Prégent de Bidoux (1468-1528). Il fut nommé capitaine général des galères en 1497, mais en 1506 il portait le titre de lieutenant général. En 1511, il reçut de nouveau le titre de capitaine général des galères du roi et amiral du Levant, titre qu’il perdit de 1513 à 1515. En 1515, Bidoux, grand prieur de Saint-Gilles, porta le titre de lieutenant général des galères du roi puis en 1517, retrouva celui de capitaine général des galères. Il prit part à de nombreuses expéditions contre les Turcs, les Génois, les Vénitiens, et en 1513-1514 il mena un raid réussi contre les Anglais. Voir P. Masson, Les galères de France. Marseille, port de guerre, Paris, Hachette, 1930, p. 39.

72 Selon Paul Masson, le capitaine Bernardin de Baux (†1527) est un personnage mystérieux : surnommé le grand corsaire, il accomplit « de nombreux et brillants faits d’armes contre les Génois, les Vénitiens, les Turcs, les Barbaresques à partir de 1495 », voir P. Masson, Les galères de France..., op. cit., p. 92

73 Galère dont l’extrémité de la poupe est large et aplatie.

74 Manuel ier avait reçu du sultan de Cambie ce rhinocéros et décida d’en faire cadeau au pape Léon x. Premier à être vu en Europe, cet animal servit notamment de modèle à Dürer pour son fameux bois gravé. La pauvre bête mourut cependant dans le naufrage du navire qui le transportait vers Rome : S. A. Bedini, The Pope’s Elephant, Carcanet Press, Manchester, 1977 ; F. H. Clark, The Rhinoceros from Dürer to Stubbs, 1515-1799, Sotheby’s, Londres, 1986.

75 L. Barthélemy, art. cit, p. 223 a fait valoir que la bataille d’oranges faisait aussi partie des festivités, en octobre 1492, à Marseille pour célébrer la naissance du dauphin.

76 Basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

77 Les familles Montolieu et Vivaud d’une part, Forbin et Nouveau d’autre part constituaient les deux factions qui s’opposaient aux commandes de la vie politique municipale depuis le xve siècle. Voir Ch. Maurell, « Réformes municipales et luttes politiques à Marseille », art. cit. Jayne et Roger est peut-être une erreur de transcription de Bathélemy pour Jayme Roger.

78 Histoire journalière d’Honorat de Valbelle (1498-1539) : journal d’un bourgeois de Marseille au temps de Louis xii et de François ier, texte établi par V. L. Bourrily, traduction française et révision par L. Gaillard, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1985, t. I : p. 74-76 ; t. II : p. 80-82.

79 V. L. Bourrily et al. indiquent qu’il faut lire Sestaron t.2, p. 433, note 9.

80 Il s’agit d’un signe ayant la forme d’une croix.

81 Jean d’Albret, seigneur d’Orval, comte de Dreux et de Rethel. Fils d’Armaud-Amanieu d’Albret, qui occupait déjà un poste important sous Louis xi. François ier le nomma lieutenant général en Dauphiné le 26 août 1515.

82 Gaucher de Dinteville (†1539), sieur de Chenets et de Polisy, chambellan du roi en 1481, bailli de Troyes en 1497, chevalier de l’ordre de Saint-Michel. En décembre 1515, Louise de Savoie érigea en châtellenies les seigneuries de Polisy, Polisot et Buxeil, au comté de Bar-sur-Seine, appartenant à Gaucher de Dindeville. Il fut présent au conseil tenu à Aix-en-Provence en début janvier 1516 convoqué par Louise de Savoie. Voir L. Bourquin, « Gaucher de Dinteville ( ?-1539) », dans C. Michon, (dir.), Les conseillers de Françoi ier, op. cit. , p. 209-210.

83 Guillaume de Montmorency (1452-1531), baron de Montmorency, seigneur de La Rochepot, d’Écouen, de Chantilly, père d’Anne de Montmorency.

84 Imbert de Batarnay (v. 1438-1523), seigneur du Bouchage.

85 La chapelle de Notre-Dame-de-la-Garde fut édifiée au xiiie siècle sur une colline permettant une vue sur la ville de Marseille.

86 Noël Coulet a bien montré que la présence des enfants dans les entrées solennelles associe le rituel à la fête des Rameaux et à l’Adventus du Christ à Jérusalem, N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle... », art. cit., p. 71.

87 Actuellement la place Jean-Jaurès.

88 La Fête-Dieu.

89 Histoire journalière d’Honorat de Valbelle (1498-1539), t. I, p. 39. La construction des nouveaux arsenaux débuta en février 1512.

90 Louis de Villeneuve († 1516), premier marquis de Trans, chambellan du roi, capitaine général de la marine de Provence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lyse Roy, « “De lo bel acuel que li fon fach non es de stimar”. Les entrées du roi François ier et de la reine Claude de France à Marseille en 1516 », Memini, 19-20 | 2016, 311-333.

Référence électronique

Lyse Roy, « “De lo bel acuel que li fon fach non es de stimar”. Les entrées du roi François ier et de la reine Claude de France à Marseille en 1516 », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://memini.revues.org/827 ; DOI : 10.4000/memini.827

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org