Navigation – Plan du site
Le prince, l’État et la communication politique

L’héritage frédéricien en Sicile (1250-1350)

Henri Bresc
p. 245-257

Entrées d'index

Géographique :

Sicile, Italie, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Hébert, « Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence  (...)
  • 2 Les sources, trop nombreuses pour être citées, sont J.-Ls-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomati (...)

1Il y a vingt ans, Michel Hébert mettait en lumière la radicale nouveauté de la représentation des communautés, aux deux échelles de la grande région et du royaume de Sicile, dans une institution parlementaire destinée à durer sous des formes diverses jusqu’en 18121 ; M. Hébert analysait aussi les hésitations et les ruptures des régimes successifs : Charles ier ne réunit plus les assemblées régionales et convoque deux fois par an la Curia generalis sans plus y appeler les représentants des villes ; Charles ii rétablit le parlamentum generale représentatif et promet une convocation annuelle, qui tombera en désuétude. Ajoutons que Manfred a rassemblé dix fois les Curie generales, une par an, et qu’en Sicile, le nouveau régime, qu’on dit « aragonais », accepte le principe d’une réunion annuelle et convoque le parlement à trente reprises entre 1282 et 13482.

2Plusieurs ruptures peuvent être ainsi observées et plusieurs faux-semblants dénoncés aux périodes de changement dynastique et idéologique, dans les années qui suivent 1266 et en 1282-1283. La construction de l’État angevin après Bénévent, puis sa reconstruction après le désastre des Vêpres siciliennes, et la restauration d’un royaume insulaire voué à reconquérir la Terre ferme et à assumer les fonctions messianiques qu’exprime la titulature de Frédéric iii, troisième Frédéric, troisième empereur, roi de la fin des Temps, proclamée au parlement de Palerme en 1296, ont en effet été les résultantes d’un jeu complexe : le modèle d’un État frédéricien déjà magnifié pour sa puissance, mais largement répulsif pour sa rigueur et son poids fiscal, s’est confronté aux contre-modèles, explicites ou souterrains, présentés par d’autres acteurs, l’Église romaine et les Églises locales, très apparentes, le baronnage, reconstruit par Charles ier et par Jacques et Frédéric iii pour renforcer une armée féodale exsangue, et les communautés urbaines, discrètes et efficaces et qui ont fait plier les représentants de la continuité étatique, administrateurs fiscaux et juristes de la monarchie… Un mot d’ordre synthétise l’ensemble de ces revendications, le retour aux temps heureux de Guillaume ii le Bon.

3L’État frédéricien n’est en effet lui-même que partiellement conforme à l’image terrible et ordonnée qu’en donnent les révolutionnaires de 1282 et l’Église : il rassemble et uniformise imparfaitement les institutions régionales et les droits locaux réunis par la dynastie normande. Bien loin d’être un sommet de rigueur, ses lois et ses pratiques modèrent la sévérité et la brutalité des Hauteville. Humanité et modération ne sont pas seulement des motifs de la rhétorique.

4La continuité dynastique, étatique et administrative affirmée sous Manfred s’est accompagnée d’un effort pour s’accorder avec l’Église et avec les Guelfes et du rétablissement d’un gouvernement régional par comtés confiés à des parents royaux, imité de celui de la dynastie normande. Cette administration par comtés a été systématisée sous Charles Ier et c’est la principale des ruptures effectives, sous le faux-semblant idéologique du prince français, guelfe et serviteur de l’Église ; pour le reste, la continuité juridique et institutionnelle est grande, portée par un personnel dévoué à un État abstrait de majesté. Un troisième temps voit la déchirure du royaume : la Sicile insulaire se détache violemment, s’organise en une confédération de cités et de bourgs, sans cesser de se revendiquer comme le centre d’un royaume reconstitué et rendu à la dynastie légitime, aux descendants aragonais de Manfred et de Frédéric. Quand les Angevins de Naples réussissent à colmater, toujours provisoirement, la déroute sicilienne, c’est à l’écoute de l’Église, du baronnage et des revendications urbaines que se reconstitue le fragile consensus politique. De part et d’autre du Détroit de Messine, une érosion parallèle a grignoté les forces fiscales et la discipline de l’État frédéricien et vidé de l’intérieur le beau modèle d’autorité et de majesté qui trouve sa revanche dans la rhétorique et la réflexion juridique.

L’État frédéricien et la mutation du modèle normand

L’héritage normand

  • 3 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’archivio di St (...)

5Le fondement de l’État est le loyalisme des cités et des « terres » qui assument l’essentiel des tâches fiscales, la collecte de l’aide, un large éventail de services ministériaux et la surveillance policière du territoire. La pratique unit négociation, étagement des conseils et des commissions, évitant une démocratie élargie et la tentation de l’autonomie. La nécessité de s’appuyer sur cette structure et la peur de la diffusion du modèle lombard expliquent la rigueur de la politique normande, le refus des autonomies urbaines et la volonté de remodeler le paysage urbain, de consolider le domaine royal et de structurer le territoire. L’entreprise de construction de villes se laisse percevoir dès Roger ier avec l’installation des immigrants lombards, et se continue jusqu’à Charles ier et Frédéric iii. Seuls Tancrède et Henri vi, dans un moment de détresse et pour gagner des soutiens, ont accepté l’établissement de régimes électifs et de vrais contadi (Gaète, Naples, Messine). Le refus de Frédéric de tolérer l’autonomie des cités prolonge la rigueur normande, interdiction d’élire juges et officiers urbains, ruine des villes qui ont proclamé une commune et dispersion de leurs habitants, sans pouvoir empêcher un retour graduel des populations déportées et la reconstruction des habitats dévastés. Frédéric hérite aussi la préoccupation d’unifier le royaume et le marché : Guillaume ii avait déjà aboli les péages intérieurs dans tout le domaine royal3 ; l’empereur uniformise les poids et mesures et organise sur le modèle champenois une concaténation de foires, du Nord au Sud, qui couvre toute l’année commerciale, du 11 avril au 1er novembre. Il faut donc prendre au sérieux le préambule d’un diplôme d’octroi de foire de 1236 : Cum generalis utilitas per alterna commercia venientibus in nundinis procuretur.

  • 4 B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du lan (...)
  • 5 H. Bresc, « Rhétorique et culture notariale dans la Sicile des xie-xiiie siècles », Provence histor (...)

6Entre continuité et innovation, la rhétorique est une piste sûre : la chancellerie du jeune Frédéric a fait appel aux lexiques, aux ornements et aux exordes traditionnels des Hauteville comme de son père, Henri vi, avant que d’élaborer le style élevé, splendide et obscur. Par-delà la puissante créativité du gouvernement impérial et de la chancellerie de Pierre de la Vigne4, on perçoit des continuités séculaires : la rhétorique impériale, puis celles de l’État angevin et de la monarchie « aragonaise » puisent dans le trésor des recettes normandes5.

L’innovation

7Unification du royaume et simplification des institutions sont des objectifs anciens, très imparfaitement atteints : un pas décisif est tenté en 1221 avec l’unification monétaire, jamais expérimentée par les Normands. Sur le modèle de la Sicile insulaire, noyau de la monarchie normande, le système de l’administration fiscale sicilienne est étendu en 1245-1246 à tout le royaume, un magister camerarius par province.

8L’État frédéricien a pour relais la fidélité personnelle et le dévouement exalté d’une structure légère d’administrateurs, nobles et juristes de l’entourage, jeunes chevaliers lettrés et formés aux techniques qui assument les justiciérats et l’administration des châteaux, marchands et notaires voués aux tâches fiscales, à la chancellerie et à l’exécution. La faiblesse des effectifs des garnisons (à peine 323 hommes, chevaliers, écuyers et sergents, en 1272, dans l’île de Sicile, et 266 en 1281) et du personnel des administrations (trois écuyers et quatre chevaux pour les pourvoyeurs des châteaux en 1240, et pour le secreto de l’île, chargé de la fiscalité des deux provinces, un personnel de onze personnes, servi par une écurie de douze chevaux) interdit de parler de bureaucratie, sinon par anticipation. Les justiciers dépendent en tout de la bonne volonté des cités. C’est à travers leur correspondance avec l’empereur, leurs rapports détaillés, leurs demandes structurées que se perçoivent les requêtes des communautés urbaines, rarement portées directement à la Cour.

9Le registre de chancellerie de l’année 1239-1240 laisse percevoir la volonté de Frédéric de tout surveiller, de s’informer de tout, sa capacité de décider d’infimes détails, son souci de trancher personnellement, après avoir pris conseil des experts appelés à sa cour. Il est à l’écoute des besoins des communautés, en bois à brûler et à bâtir, en eau saine et propre, en pâturages. Il entend les suggestions des marchands et il construit sur elles une précoce politique économique dont le principe est d’abaisser la taxe sur l’exportation des grains et de favoriser la céréaliculture méridionale.

10Les nouveautés qui s’imposeront à ses successeurs sont fiscales : la collecte, d’abord aux quatre cas, puis annuelle, de nouvelles taxes hétéroclites, nova statuta (sur le sel, le fer, les barbiers, le droit de balance), accompagnées de monopoles recouvrés par la Cour (sur la soie et la teinture) ou innovants (l’emmagasinement des marchandises dans les fondaci de la Cour). Les monopoles soutiennent un commerce d’État et s’appuient sur le mouvement général d’une économie marchande en expansion.

La modération de Frédéric et le retour au gouvernement de Guillaume le Bon

11La rigueur impériale ne frappe que les rebelles ; la matrice augustinienne ne transparaît qu’en de rares citations (vindictam malorum et defensionem bonorum en 1230). Il faut prendre au sérieux la rhétorique des diplômes impériaux : les motivations affichées, piété, bienveillance, humanité, libéralité, clémence, bénignité, sont vécues par l’« empereur collectif », le petit milieu de vie et de gouvernement qui est à l’origine des décisions. Sur quatre-vingts lois des rois normands que reprend la codification du Liber Augustalis, six au moins comportent une mitigation des peines, en opposition explicite à la dureté normande (LA I, 48, Duram et diram pœnam). Le respect des libertés ecclésiastiques est proclamé, les décimes sur les revenus royaux payées selon les règles observées sous Guillaume II le Bon (LA I, 7, Quanto cæteris), comme l’attestent les enquêtes menées sous Charles ier. Mais l’administration des églises sans titulaire consacré est réservée à la Couronne.

12Une loi de Roger (LA I, 36) prévoyait déjà la mort pour les officiers royaux coupables d’extorsion. Frédéric est aussi à l’écoute des plaintes des communautés contre les abus des officiers : un bloc de lois (LA I, 89 à 90) réprime les extorsions indues et canalise les réquisitions nécessaires, interdit la vente forcée des droits de la Cour, l’ingérence des officiers dans les affaires municipales, la confiscation de possessions sans titre, mais acquises depuis longtemps.

13L’empereur fait donc du temps de Guillaume ii un idéal indépassable. Il y revient dans son testament, le 10 décembre 1250, ordonnant l’abolition des collectes indues et le retour aux coutumes sicut consueverunt esse tempore regis Guillelmi secundi consobrini nostri.

Continuité et correction des abus

Les bases fiscales de la monarchie

  • 6 En particulier H. Bresc, « La “mala signoria” ou l’hypothèque sicilienne », dans L’État angevin..., (...)
  • 7 J.-P. Boyer, « La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine », d (...)

14Les continuités entre l’État de Frédéric et de Manfred et l’État angevin ont été maintes fois mises en valeur6 : la fiscalité combine collecte, nouvelles taxes, traite du grain exporté, des profits du commerce de Cour, des services ministériaux exigés des « universités » pour soutenir la production agricole des entreprises royales, de construction de navires imposée au baronnage. Les techniques financières mises au point par le gouvernement impérial, toujours impécunieux, sont exploitées, en particulier l’assignation des paiements que le Trésor central ne peut assumer aux services fiscaux provinciaux et aux portulans. En amont des exigences fiscales, c’est la domanialité7, l’inaliénabilité des regalia qui est l’axe pérenne de la monarchie

15Persiste également la bonne volonté frédéricienne à l’égard des producteurs et des marchands et la même sollicitude envers les faibles : multiplication des marchés et des foires, garde rigoureuse des routes et des pas, interdiction de confisquer les bœufs et les instruments de labour, de saisir les bêtes de somme, immigration suscitée et contrôlée pour la mise en valeur de nouveaux terroirs, obligation de surveiller les agissements des puissants, même souci aussi de permettre aux églises de percevoir les décimes qui leur sont dues. L’image qu’offre le pouvoir angevin est celle d’un État protecteur, non sans versant oppressif, et son fiscalisme strict est en rupture avec la politique économique de développement de l’empereur : l’exportation des grains a été concentrée sur les ports du domaine royal, au grand dam des ports des églises, et la traite portée à des niveaux élevés.

16Un tournant, cependant, est imposé par la papauté en 1264 : l’exemption des ecclésiastiques des justices civiles et criminelles royales et des impositions (§ xvi), le renoncement aux régales sur les sièges vacants (§ xvii).

De l’assemblée et de l’ambassade à l’enquête

17Le rôle politique des villes s’est affirmé pendant l’interrègne de 1250-1251 et de nouveau en 1255, quand l’Église suscite et soutient l’autonomie des villes principales, Naples, Capoue, Messine, qui se donnent un contado, et concluent des confédérations. Les privilèges économiques et fiscaux accordés par Conrad iv révèlent la capacité accrue de négociation des organismes municipaux, tandis que l’ordre ancien est rétabli. Manfred le restaure de nouveau, mais reste ouvert aux revendications des « universités » (Palerme, Siponto, Brindisi). Charles ier est également à l’écoute des requêtes des communautés ; il reçoit au parlement à Melfi de 1272 les doléances contre les maîtres jurats et impose à ses officiers la reconnaissance de l’élection des bayles et juges municipaux.

18La surveillance des officiers, sous Frédéric, ne passait pas par une procédure d’enquête, mais par la tenue des Cours générales et régionales, où étaient reçues les doléances. Des réformes annoncées dans les chapitres de Charles ier en 1272 et 1277, on peut déduire les plaintes des communautés : elles ont dénoncé les pots-de-vin exigés par les percepteurs de la collecte et les autres officiers, la perception de collectes supplémentaires indues, l’exigence du gîte et les réquisitions de bêtes de somme, la révocation de leurs élus, le port d’armes par les châtelains et leurs sergents et leurs ingérences dans les affaires municipales. Il ne s’agit pour l’essentiel que de retour aux règles édictées par l’empereur.

Les ordonnances angevines de 1282 et les revendications des communautés

19Dès l’explosion de la révolte sicilienne, les « universités » des provinces continentales présentent des doléances, acceptées par les ordonnances qui précèdent la réunion du parlement de San Martino ; elles montrent l’inefficacité des mesures de 1272 et de 1277 : mêmes pots-de-vin, mêmes collectes indues, mêmes réquisitions sans justification et sans remboursement des frais. S’ajoutent les ventes forcées, la saisie de marchandises et de vaisseaux pour les besoins de la Cour et surtout une brassée d’exactions commises par les feudataires, prison privée, torture, violences et extorsions, location forcée de leurs revenus en gabelle. La monarchie dénonce la réception de vassaux du domaine, dépendant directement de la majesté royale, dans les bourgs féodaux, et il n’est pas impossible qu’un sentiment d’appartenance au domaine et de solidarité soit déjà éclos, comme on le trouve dans la Sicile du xive et du xve siècle.

Dégradation de l’autorité et appel compensatoire à l’image de l’empereur

Le retour aux temps de Guillaume le Bon, pressions de l’Église et revendications des communautés

20Les chapitres du Parlement de San Martino manifestent l’influence nouvelle de l’Église romaine sur la monarchie napolitaine, qui renonce à une des lois fondamentales de l’assiette frédéricienne, celle qui interdisait à l’Église de conserver un bien reçu en don et l’obligeait à le revendre (LA III, 24). Ils restaurent l’exemption des ecclésiastiques et de leurs vassaux par rapport aux cours civiles, et interdisent toute ingérence dans les élections épiscopales et dans les collations de bénéfices. Ils exemptent les clercs des collectes et les juifs vassaux de l’Église de tous offices et charges imposés par la Cour royale, répètent les antiennes séculaires sur le paiement des décimes des revenus royaux et assurent l’inviolabilité des églises, de leurs possessions et de leurs dépendants.

21Les revendications des communautés, plus collectives qu’aux temps d’une monarchie forte et unifiée, révèlent le bouillonnement souterrain, en concordance avec la confédération des cités insulaires, la Communitas Sicilie. À San Martino, outre les doléances classiques, percent des exigences économiques collectives, la fin du banvin et du ban sur la vente de la viande, la réglementation des terrages exigés des communautés par la Cour royale et par les seigneurs. Apparaissent aussi des requêtes proprement politiques : fin des mutations monétaires (§ xxv), abolition de la responsabilité collective dans le cas des vols dont le coupables restent inconnus (§ xxxii), obligation pour les officiers de demeurer quarante jours dans leur ressort après la fin de leur mandat pour se soumettre à l’enquête, déjà prévue par Frédéric (§ xli). Le chapitre liv protège les vassaux contre les barons « terriers » et le Domaine contre les envahissements de ces derniers. Nous devinons les requêtes auxquelles les chapitres donnent une réponse positive, mais nous ignorons quelles revendications ont été écartées, sinon que la responsabilité collective dans le cas des homicides clandestins a été maintenue (§ xxvi).

22Les exigences sont plus étendues dans la nouvelle configuration sicilienne qui repose sur l’unité entre la monarchie et le peuple : Jacques ier doit admettre l’abolition des nouvelles « forêts », et l’ouverture de nouveaux terroirs à la culture aux dépens des réserves royales (§ xxviii) ; outre la longue énumération des abus qu’il s’engage à corriger, pots-de-vin, collectes et services indus, réquisitions et achats ou ventes forcés, intervention des châtelains dans la vie et la gestion des communautés, Jacques limite les collectes aux quatre cas (§ ii), renonce aux taxes nouvelles (§ lxiii), supprime la responsabilité collective des homicides clandestins (§ xlv), s’engage à renoncer aux prêts forcés (§ viii), aux enquêtes générales sur les « universités » (§ xxvi), au déplacement forcé pour peupler de nouvelles villes (§ xxxviii) et promet de ne pas déléguer l’instruction de procès de lèse-majesté (§ xviii), tandis que Frédéric III s’engage à tenir une curia generalis annuelle (I, iii) et met fin aux enquêtes générales et spéciales (II, x).

23Les ruptures avec la tradition frédéricienne sont plus sensibles en Sicile, où pourtant le discours politique est scandé par les références à l’empereur, et débouchent sur la renaissance politique d’un baronnage longtemps affaibli par l’application des lois normandes sur la succession et la lèse-majesté. La multiplication des comtés et des baronnies par Manfred et Charles a restauré son assiette géographique ; la migration vers la Sicile des partisans gibelins et des Catalans qui viennent remplacer les Franco-Provençaux rétablit l’assise militaire. Les chapitres de San Martino et ceux de Jacques Ier en Sicile donnent une image concordante de ses revendications. À San Martino, la monarchie a dû confirmer le droit des barons de lever des aides modérées sur les vassaux (§ xxi) et d’être jugés par leurs pairs (§ xxii), et accepter la limitation de la durée du service militaire (§ xix), la liberté du mariage des filles qui ne portent pas de fief en dot (§ xx, xxvii), la suppression des impositions indues (§ liii) et de l’obligation de construire des navires pour la flotte (§ xxxi). Les chapitres de Jacques ier confirment au nouveau baronnage insulaire des privilèges semblables : service limité à trois mois (§ xxxix), abandon des services indus et de la construction des tarides (§ xxxi). Ils élargissent les droits des barons, en abrogeant les lois de Guillaume ier et de Frédéric sur le mariage des filles (§ xxii), autorisant la concession des sous-fiefs sans intervention de la Cour (§ xxxiv), en obligeant la Cour à concéder le bail à un proche du défunt (§ xxxii) et en étendant la succession féodale jusqu’au trinepos, à la sixième génération (§ xxxiii, Si aliquem), tandis que Frédéric III autorise l’aliénation des fiefs (III, xxviii, Volentes). C’est faire de la Sicile un pays de Cocagne pour l’immigration féodale.

L’appel au modèle insurpassable

24La rhétorique des diplômes et des lettres de la chancellerie exprime la nostalgie du modèle normand et de son épanouissement frédéricien. Les notaires de Manfred ont continué d’utiliser les éléments du style sublime, comme dans l’appel aux Romains de 1265 (Armonia celestis imperii), pour déboucher sur une création originale dans la harangue prononcée au parlement de Bénévent (Ecce ignis urens de longinquo…, Ecce incurata ulcera).

  • 8 B. Grévin, Rhétorique..., op. cit., p. 744-747.
  • 9 J.-P. Boyer, « La domanialité... », art. cit., p. 227.

25La chancellerie de Charles ier n’a pas cherché à imiter le style de Pierre de la Vigne avant le retour des notaires de l’école de Capoue aux premières places8. Les préambules réutilisent des éléments des exordes normands et frédériciens dans un jeu de mécano permis par l’abondance des synonymes et des mots à l’accentuation semblable : le rythme et le cursus demeurent et des formules fossiles signalent la sédimentation impériale (amenissima civitas, bella plusquam civilia). La référence à Frédéric ii est soigneusement évitée, jusqu’à Jeanne ire qui qualifie l’empereur de princeps sapiens in hoc mundo9 ; elle s’impose aussitôt après les Vêpres dans les lettres de Pierre iii, de Jacques ii et de Frédéric iii, qui font référence aux « Constitutions sacrées ».

26Dans la Sicile des années qui suivent les Vêpres, les notaires, en majorité messinois, mais aussi des Palermitains et quelques réfugiés originaires des Marches et des Pouilles, reconstruisent l’expression idéologique de la monarchie sur des bases anciennes. S’ils ne font appel aux formules de Pierre de la Vigne que pour une lettre de légitimation, ils construisent leurs préambules avec des pièces démontables (Decet regiam dignitatem, Dignum esse decrevimus, Dignos graciis et honore, Inter cetera que a cunctis, Regiminis nostri cura, Tunc status principis) qui remontent aux Normands. Les formes reprennent des traditions séculaires, allitérations, assonances, cursus velox en début et en fin de distinctio (Universe mundialis machine en 1283), échos, endyades infinies, répétitions des sons et des mots, rimes homéotéleutes, rythme ternaire, techniques diffusées chez les notaires, les fonctionnaires et dans les chancelleries des grands. Le lexique reprend la richesse et quelquefois l’obscurité du style sublime, les circuitiones (aciem mentis, in armario nostre consciencie, egestatis aculeo, indurata cervice, oculos provisionis, rebellionis calcaneum erigere), les mots rares et les tournures difficiles. Il fait une place aux citations classiques, et d’abord à Lucain (fraudes libicas en 1336, plus quam civilis discordia en 1356), aux sentences et aux réminiscences des poètes, comme celle de Charybde et Scylla (Scilliarum et guerrarum non formidantes pericula en 1293), aux métaphores médicales (la rébellion, en 1349, est l’ulcère qu’il faut opérer). La fréquence des citations bibliques, par delà l’école de Capoue, renvoie à la chancellerie normande.

27L’expression de l’idéologie royale reprend naturellement les thèmes frédériciens du pouvoir confié par Dieu, l’image de la Sicile jardin de la monarchie (Siciliæ insulam, more diligenti cultoris, et circumspecti rectoris, provide gubernare, evellendo, dissipando, ædificando, plantando), du soleil radieux de la monarchie, elle exalte la cause royale (justam causam et pro jure bellantibus) et la dignité monarchique (extollitur thronus regis et thronus regie dignitatis adaptent le préambule frédéricien Imperialis thronus extollitur), la fidélité, l’humanité du prince, la félicité et la victoire (absque sanguinis effusione triumphum en 1337, victricia signa nostra en 1339). Le lexique de Frédéric iii, hérité des Hauteville et de la chancellerie germanique, exprime dignité et mission de la monarchie : cultum justiciæ, diadema, fastigia, honoris insignia, sceptra. Les préambules réaffirment l’unité du royaume, dont la Sicile est le cœur (Regnum Siciliæ, præcipueque insulam ipsam Siciliæ en 1296).

28La chancellerie reprend à satiété le thème de la liberté des sujets dressés contre la tyrannie (de Charles ier) : excessus, gravaminibus, afflictionibus et illicitis extorsionibus, inportabilia servitutis juga tirannide subiere, liberacionem, severitas et tyrannis, sub tyrannide mesticiam. Ces mots, Frédéric II les avait déjà, mais moins fréquemment, dirigés contre les grands féodaux de Germanie, protégeant les filii imperatorie libertatis en 1220, et contre les cités lombardes rebelles (nephandam tyrannidem en 1248). La menace du parti guelfe, puis des conflits entre magnats à l’assaut de l’État affaibli imposent une nouveauté presque absolue : devant le parlement de son couronnement, Jacques exalte la concorde et l’union entre le prince et ses sujets (tunc extollitur thronus regis, quando nulla est voluntatum dissensio domini ad subjectos), tandis que Frédéric iii reprend la métaphore de l’unité du corps et de la tête, quando caput membris et membra capiti bene concordant. Le politique fait corps avec le religieux, et l’anathème lancé sur les fauteurs de schisme politique (scisma).

L’héritage inattendu : les communautés

29Une surprise vient de l’examen de la correspondance des « universités » siciliennes : en 1282, elles avaient placé leur Comunitas sous l’aile de l’Église romaine et choisi une rhétorique intégralement fondée sur les modèles bibliques (Pharaon, Joseph dans les liens, Satan et Lucifer, la fille de Sion, et Néron en contrepoint), mais la rupture avec Naples et Rome fait réémerger la fidélité à l’image de l’empereur. Les actes de la municipalité de Palerme manifestent un latin excellent, une imprégnation de culture biblique et patristique, d’érudition classique, de droit civil et canonique, de savoirs médicaux et théologiques ; la rhétorique s’appuie sur les techniques éprouvées, chiasmes, cursus velox, endyades, paronomase, redoublements, rimes, rythme ternaire, et dans les textes les plus solennels, l’ampleur des métaphores (l’âme et le corps) et les cadences ascendantes s’appuient sur un riche vocabulaire de mots rares, qui ont pu surprendre les éditeurs ; cohartare, elicio, insons, nansisci, pervigil, prepeditus, rectionem, satagere, satelles montrent l’imprégnation du latin savant. Quand l’« université » s’adresse à un lettré, c’est alletham musice melodiam, didascalum, dogma, ginnasium, sophia, sophisticando ; elle cite l’istmum messanensem dans une lettre aux Messinois et va jusqu’à la préciosité, évoquant un désastre météorologique : ex intemperie temporis et celi casmate. Les préambules, imprégnés des formules royales et impériales, évitent cependant d’utiliser des énoncés sacralisés, tandis que le corps des textes montre une parfaite assimilation des thèmes monarchiques, félicité, sacralité (dyadema, felicissimum, sacrum consilium, jusqu’aux sacrorum menium de la cité en 1325) ; ainsi des boucliers dorés qui reflètent le soleil royal en 1349 (refulxit sol in clipeis aureis).

30Le vocabulaire proprement politique exprime la capacité de prendre en mains le destin de la ville et de collaborer à celui de l’État : naturali equitate, puplica utilitas, respublica, salutem Reipublice urbis en 1349 ; entre les villes, c’est la fraterna dilectio et la mutua caritas qui ambitionnent en 1327 de prolonger l’union et la fraternité affichées, tempore Comunitatis Sicilie, et qui scandaient le pacte conclu entre Palerme et Corleone en 1282. En 1320, le baile de Palerme prend le titre de pretor, tandis que la cité consolide son nom de Felix Urbs Panormi et donne celui de pretorium au palais communal. Les armes de la ville sont l’aigle romaine. Le préteur proteste de ses intentions : il reste dans la subjectio et n’entend nullement usurper la maiestas.

31L’échec des libertés urbaines en Sicile comme dans le royaume napolitain s’explique par le poids nouveau des grands féodaux. Dans l’île, pendant l’éclipse de la royauté, de 1355 à 1392, les vicaires imposent des alliances inégales aux cités, Chiaramonte à Palerme, Alagona à Catane, etc., et élaborent une nouvelle forme, proprement méridionale, de seigneurie à vocation héréditaire et au fonctionnement partisan, au cérémonial et à la rhétorique quasi royaux, sans renoncer à l’assaut lancé à l’État, dont subsiste le squelette administratif et l’autorité judiciaire. Le maintien de la Regia Gran Corte et, autour des juges, d’une opinion urbaine monarchiste, dévouée à l’État, prête à rejoindre et à servir une force de restauration, explique un ultime retournement. Au débarquement de Martin de Montblanc, au nom du couple royal, Marie, fille et héritière de Frédéric iv, et Martin le Jeune, les villes du domaine soumises aux seigneuries des vicaires adhèrent, non sans désordre, à l’entreprise de reconquête. Au bout de six années de guerre, au parlement de Syracuse, ce sont les cités qui s’opposent à la dislocation du domaine et à l’inféodation de villes aux serviteurs catalans de la dynastie. Domanialité, inaliénabilité du domaine, majesté, respect des principes frédériciens de centralité et d’exclusivité s’expriment dans les revendications des « universités » reconnues par Martin : les villes seront inaliénables, le mère empire réservé à la Couronne, les ports privés d’exportation interdits. Ce sont donc les cités et les juristes qui assument l’héritage des rois normands et du grand empereur, formant un « roi collectif » face aux faiblesses de la monarchie.

Haut de page

Notes

1 M. Hébert, « Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, École française de Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245), p. 475-490.

2 Les sources, trop nombreuses pour être citées, sont J.-Ls-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1861 (les Constitutions de Melfi et les autres lois de Frédéric ii sont citées dans l’édition du Liber Augustalis de Wolfgang Stürner, Die Konstitutionem Friedrichs ii. für das Königsreich Sizilien, Hanovre, 1996, abrégé en L. A.) ; E. Winkelmann, Acta Imperii inedita seculi xiii., Innsbrück, I-II, 1880-1885, les Capitula Regni utriusque Siciliæ, compris dans les Constitutionum regni Siciliarum libri III, Naples, 1773 ; F. Testa, Capitula Regni Siciliæ, Palerme, 1741 (rééd. anastatique, Soveria Manelli, 1999) ; Acta Curie Felicis Urbis Panormi, 1-12, Palerme, 1982-1996.

3 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’archivio di Stato di Napoli, Supplemento I, Naples, 1883, p. 20, no 12.

4 B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (xiiie-xve siècles), Rome, École française, 2008 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 339).

5 H. Bresc, « Rhétorique et culture notariale dans la Sicile des xie-xiiie siècles », Provence historique. Hommage à Jean-Paul Boyer, 64, 2014, p. 443-456.

6 En particulier H. Bresc, « La “mala signoria” ou l’hypothèque sicilienne », dans L’État angevin..., op. cit., p. 577-599.

7 J.-P. Boyer, « La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine », dans T. Pécout (dir.), Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, xiiie-xive siècles), Paris, De Boccard, 2010, p. 211-237.

8 B. Grévin, Rhétorique..., op. cit., p. 744-747.

9 J.-P. Boyer, « La domanialité... », art. cit., p. 227.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Bresc, « L’héritage frédéricien en Sicile (1250-1350) », Memini, 19-20 | 2016, 245-257.

Référence électronique

Henri Bresc, « L’héritage frédéricien en Sicile (1250-1350) », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://memini.revues.org/816 ; DOI : 10.4000/memini.816

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org