Navigation – Plan du site
Communautés urbaines et finances publiques

Un registre en italien du clavaire de Castellane

Thierry Pécout
p. 177-202

Entrées d'index

Géographique :

Castellane, Provence, France, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’école québécoise d’histoire provençale a trouvé en Michel l’un de ses principaux maîtres. Voir le (...)
  • 2 M. Hébert, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et l’information administrative en P (...)
  • 3 M. Hébert, « La justice dans les comptes de clavaires : bilan historiographique et perspectives de (...)
  • 4 R. Lavoie, « Endettement et pauvreté en Provence d’après les listes de la justice comtale, xive-xve(...)
  • 5 A. Venturini, « Un compte de l’hôtel de Marie d’Anjou, reine de Majorque, retirée en Provence », Bi (...)
  • 6 Pour le contenu des droits royaux ici évoqués, l’histoire administrative de la baillie de Castellan (...)

1Les travaux de Michel Hébert ont largement renouvelé l’histoire des institutions comptables de Provence, et tout particulièrement la genèse de la Chambre des comptes1. Bien avant que la mode n’en saisisse la communauté scientifique en France, il s’adonnait à l’interrogation des formes de l’écrit pragmatique, dans une perspective d’histoire institutionnelle et des pratiques de gouvernement, et lançait nombre de travaux sur ce chantier2. Il est l’un des découvreurs du registre de clavaire comme source de l’histoire de la construction de l’État angevin en Provence, un filon qu’il appartint à Jean-Luc Bonnaud de faire fructifier3. Avant eux, Rodrigue Lavoie avait ouvert le chemin, mais ce type de document était alors utilisé comme une ressource de l’histoire sociale et non comme un objet en soi4. Le tournant du xive siècle marque en effet un seuil essentiel dans l’institutionnalisation du contrôle des comptes, dans le prolongement des statuts et ordonnances de 1288 et 1297. Désormais dotée d’un personnel autonome, de procédures et protocoles spécifiques, la Provence angevine adopte précocement des méthodes appelées à durer. Parmi les nombreux documents de la Chambre des comptes de Provence qui nous sont parvenus, un registre présente la particularité d’avoir été rédigé en une langue vernaculaire, en l’occurrence celle du clavaire, le toscan. Pareille singularité avait été notée par Rodrigue Lavoie et Alain Venturini, sans que le document ne fasse l’objet d’un examen pour lui-même5. Nous en proposons ici une édition et une première approche6.

  • 7 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais AD13], B 1093 (23 folios).
  • 8 On rencontre un Giovanni Bonaventura, de Pistoia, exerçant comme fermier des péages d’Aix puis d’Ar (...)
  • 9 N. Coulet, « Mutations de l’immigration italienne en basse Provence occidentale à la fin du Moyen  (...)
  • 10 Le rational Giovanni dell’Acqua di Ravello actif dès 1297, le trésorier et receveur fiscal Bonaccor (...)
  • 11 P. Racine, « À Marseille en 1248 : l’activité des hommes d’affaires de Plaisance », Annales du Midi(...)
  • 12 Ch. de La Roncière, « Marchands florentins de Provence en l’an 1300 », Provence historique, 49, 199 (...)
  • 13 R. Brun, « Quelques Italiens d’Avignon au xive siècle. I. Les archives de Datini à Prato », Mélange (...)

2L’officier qui l’a rédigé n’est connu que par quelques occurrences. D’origine toscane et sans doute florentine si l’on en juge par la langue qu’il pratique, Benedetto alias Betto Bonaventura a exercé comme clavaire de Castellane en 1303 et 1304. En 1307, il est en poste dans la baillie de Puget-Théniers, où il mène une enquête en compagnie du baile Pierre Candele et du juge Pierre Bernardi7. Il s’agit alors d’évaluer les revenus du castrum d’Ascros, que la cour est sur le point d’échanger avec Manuel de Vintimille contre ceux de Chaudol et Sainte-Marguerite. Puis on perd sa trace8. Sans doute fait-il partie de ces Toscans installés en Provence depuis le xiiie siècle et qui ont tissé nombre de liens, qui avec la ferme des droits royaux, en particulier la gabelle du sel, qui avec la boutique et la banque, qui avec l’office9. L’implantation des Florentins en Avignon a devancé la venue de la papauté. En ce début de siècle, les régnicoles, les Amalfitains et les Toscans sont bien représentés dans les institutions fiscales de Provence, notamment parmi les trésoriers, receveurs du fisc et fermiers de la monnaie10. Les Lucquois et les Placentins les ont précédés à Marseille et à Aix dès le milieu du xiiie siècle au moins11. Des compagnies de toutes tailles enserrent haute et basse Provence dans le dense maillage de leurs activités et relations, tels les Farolfi dans la région de Salon, dont on a conservé un fragment de compte pour 1299-130012. Déjà plus fine pour la fin du xive siècle, la connaissance de ces milieux nécessitera pour le restant du siècle une approche prosopographique que rendra possible la base de données Europange en cours d’élaboration13.

  • 14 AD13, B 1802, fol. 57v. Les Jamfigliazzi de Florence ont joué un rôle financier considérable auprès (...)
  • 15 AD13, B 1800, fol. 30 et 42.
  • 16 AD13, B 496 : quittances pontificales pour le paiement du cens par le trésorier de Provence, pour 1 (...)

3Du reste, dans son activité de receveur payeur de baillie, Betto Bonaventura est en contact avec ses compatriotes lors des assignations de certains revenus royaux. Ainsi le 24 février 1304, il effectue deux versements au nom de la cour à Bardo Betti de Florence, lui-même procureur du Florentin Castello Jamfigliazzi, citoyen d’Avignon, dont une partie sert à financer une dette envers le roi d’Aragon14. Ce Bardo ou Bardolo Betti paraît également comme percepteur du fouage la même année dans les localités du Mousteiret et d’Eoulx15. L’office occupe chez eux une place particulière, il n’est qu’un élément parmi d’autres de leur association à la gestion des revenus fiscaux de la Provence angevine et à leur transfert vers les lieux de consommation, soit le Regno lui-même, soit surtout les multiples théâtres d’opérations diplomatiques et militaires de la monarchie, sans omettre la Curie romaine qui perçoit le cens du royaume de Sicile largement payé par la Provence au xive siècle16.

  • 17 Dès le 5 juillet, Pierre Peleti l’a remplacé comme baile de Castellane et supervise la suite des op (...)
  • 18 AD13, B 1800 (62 folios) : sont consignées les levées de fouage opérées tout d’abord dans le bourg (...)
  • 19 AD13, B 1802 (61 folios). Après avoir noté les mouvements en cours depuis le mandat précédent et le (...)
  • 20 R. Lavoie, « Endettement et pauvreté en Provence d’après les listes de la justice comtale, xive-xve(...)

4L’activité de Betto Bonaventura à Castellane est connue par deux autres documents comptables entretenant nombre de liens avec le présent relevé. Il s’agit tout d’abord d’un cazernet de levée de fouage établi par le notaire de la cour de Castellane. Le 30 novembre 1303, ce Raymond Talatorie, commis par le baile Jacques Rufus17, le juge Pierre de Nice et le clavaire Betto Bonaventura, entame ainsi le compte de levée du fouage décidé cette année-là par la cour pour financer des achats de seigneuries et le mariage de Marie d’Anjou, à raison de 6 sous par feu18. Ce compte établi en latin et destiné aux archives royales, sans doute plutôt locales, se compose de plusieurs listes regroupées par localités. La levée du fouage est effectuée le 30 novembre puis le 28 septembre 1304 pour le Bourg de Castellane, et entre le 5 juillet et le 11 août 1304 pour les castra de la baillie non exempts. À chaque fois, c’est un notaire local qui corrobore les versements en apposant un sceau. Le collecteur a adressé l’ensemble au clavaire qui en a tiré la liste synthétique qui figure dans son cahier de quittances ici édité. On conserve également le compte de fin d’exercice (Cartenus finalis conputus) de Betto Bonaventura pour les divers mouvements effectués entre le 22 novembre 1303 et le 18 juillet 1304. Ce compte de clavaire n’a pas été rédigé par Betto lui-même, si l’on prend à la lettre l’usage de la troisième personne. Sans doute est-il le fait du notaire de la cour, peut-être le même Raymond Talatorie. Divisé en rubriques des mouvements en cours, des recettes et des dépenses, il se présente sous la forme normalisée voulue par l’ordonnance de 129719. Sa rubrique des relevés de condamnations a donné lieu à une recherche de Rodrigue Lavoie portant sur l’endettement20. Ce registre de clavaire comporte, mais sous forme de relevé synthétique, les sommes perçues au titre du fouage, en les regroupant selon leur motivation : l’achat des droits du comte d’Avellino à Marseille (fol. 7v) pesant sur le seul Bourg de Castellane, le mariage de Marie d’Anjou, pour les castra de la baillie (fol. 8-10). Des mentions marginales d’une autre main signalent les vérifications effectuées par les rationaux de la Chambre des comptes, lors de l’apurement du compte du clavaire (par exemple, Concordat cum ratione precessoris, au folio 7v).

5C’est sans doute pour son usage personnel, en vue d’une mise au net destinée à ses supérieurs de la Chambre des comptes, que Betto a rédigé son cahier de quittances dans sa propre langue. Il s’agit d’un toscan dépourvu de trace de dialecte et aux latinismes très ponctuels : ainsi les consonnes sont-elles rarement dédoublées, les gutturales et les occlusives font-elles l’économie des gh et ch. Ses quittances sont consignées sous la forme de brèves analyses, rapportant la date de l’opération, son montant, le nom du débiteur ou de ses représentants, l’objet du versement et son échéance éventuelle, pour la seule indiction 2 (1303-1304). Aucune n’est cancellée, le contraire ayant révélé un contrôle de leur émission (à moins que les croix disposés dans les marges n’en tiennent lieu). Mais il ne s’agit nullement de notes, le clavaire a conservé les principales formules juridiques (« sia manofesto a tuta persona que me », « o avuto et ricevuto da », « e da caltela dicti di sopra del mio sugello fue sugellata ») renvoyant aux quittances originales et évoquant leur caractère probatoire.

  • 21 Ainsi, pour Robion, on note en un formulaire plus ramassé, délaissant les motifs de la levée évacué (...)
  • 22 Sur la mise en évidence des divers comptes sommaires des archives de la Chambre des comptes attesté (...)
  • 23 Trois listes de même contenu sont disponibles pour la levée de 1303-1304 dans la baillie, mais aucu (...)

6Sur un papier sans filigrane, il écrit avec soin par tranches successives pouvant inclure quelquefois plusieurs paragraphes d’affilée, et n’utilise que peu d’abréviations. Il italianise tous les noms propres et ne laisse que de rares locutions en latin (eodem die, fol. 27). Les intitulés généraux étant placés en un encart, chaque item est introduit par un pied-de-mouche, et jusqu’au folio 27 inclus le texte est enserré dans un rectangle tracé à la mine de plomb pour le justifier. À partir du folio 27v, le ductus se fait plus rapide, et il semble que la rédaction ait suivi un seul élan. Betto propose des éléments de classement (origine et finalité des perceptions notamment) destinés à préparer leur sélection et synthèse. Pour le fouage par exemple, ses analyses sont légèrement plus développées que les informations qu’il retient pour son compte général (B 1802), mais les deux textes sont presque identiques21. Ce relevé, qui rappelle les notules ou brefs notariaux, servit sans doute à Betto ou à son notaire à dresser les quittances à délivrer lors des diverses perceptions, ou bien à en contrôler l’émission effective. En tant que sommaire, il prend donc tout à fait sa place dans le processus de genèse du compte final et de la synthèse que le clavaire doit rendre, soit sous la forme de son compte rendu à la Chambre des comptes, soit sous celle du pendant qu’il remet à son successeur. Il constitue une documentation intermédiaire entre la correspondance administrative du type des mandata, les notules et autres aide-mémoire, les cahiers de comptes spécifiques par types de droits, et le compte de synthèse destiné aux archives centrales22. Toutefois, lorsqu’on examine le détail des informations consignées, il est bien malaisé d’identifier comment chaque document recourt à l’autre, ainsi par exemple pour les diverses listes de contributions aux fouages23.

  • 24 Isnard Carnalha, miles de Castellane, est attesté comme coseigneur de Robion lors de l’enquête de 1 (...)
  • 25 Robion, Soleses, Brandis, Véraillon, Vauclause, Boades, Castillon-Haut, Soleilhas, Esclapon, La Rob (...)

7Le journal de Betto Bonaventura comporte ainsi deux grands ensembles, tous deux commandés par la chronologie des opérations. Dans le premier (fol. 24-27), le clavaire a consigné une série de recettes perçues entre le 11 décembre 1303 et le 20 mai 1304. Elle sont issues de la taille des Juifs de Castellane, versée à Noël, de divers services dus par les communautés de La Garde, Taloire, Eoulx et Ubraye, de trézains payés à Châteauvieux et Castellane, de condamnations pesant sur des personnes de Méouilles, Angles, Castellane, Ubraye et Moriez, d’une ferme versée par le châtelain du Roc pour une vigne, des cavalcades levées à La Bastide d’Esclapon, Senez, Courchon, Allons, Ubraye et Blieux. Les condamnations sont souvent munies des dates de sentence et du nom du juge, principalement Pierre de Nice, et sont récentes, sauf une seule remontant au 21 mars 1300 et concernant une briga mettant en cause le miles Isnard Carnalha de Castellane24. Du fait du montant exceptionnel de l’amende, 300 livres de petits coronats, il doit vraisemblablement s’agir d’une affaire fort grave tenant plus de la sédition que de la rixe. Le second ensemble comporte un relevé de fouages (fol. 27-29), à l’exception d’une seule mention de condamnation, du 6 février et perçue le 9 juillet 1304 pour Castellane. Il est question de la queste générale levée à l’occasion du mariage de Marie d’Anjou avec Sancho de Majorque, au taux de 6 sous par feu. Le compte rapporte les sommes versées par divers castra de la baillie entre le 30 juin et le 28 septembre 130425. Puis il consigne deux versements en faveur de l’achat des droits du comte d’Avellino à Marseille, pour le bourg de Castellane le 30 mars 1304 et pour la cité de Senez le 4 juillet 1304.

  • 26 H. Rolland, Les monnaies des comtes de Provence, xiie-xve siècles. Histoire monétaire, économique e (...)
  • 27 H. Rolland, Les monnaies des comtes de Provence, op. cit., p. 128.

8Les montants sont libellées par Betto en réforciats, dit aussi provençal réforciat, et à quelques reprises seulement en menus coronats. Apparu avec l’espèce réelle émise à partir du 30 juillet 1302 à Saint-Rémy, le réforciat demeure jusqu’en 1329 la seule monnaie de compte des registres de clavaires. Dès 1302, sa frappe est assurée par Bonaccurso di Tecco, représentant de la société des Bardi, ancien trésorier de Provence et désormais maître de la monnaie de l’atelier de Saint-Rémy en 1302-130426. Pour sa part, le menu coronat renvoie vraisemblablement à l’espèce du provençal coronat mis en circulation à partir de 1267, afin de remplacer le tournois provençal décrié, mais qui connaît un constant affaiblissement, ou bien encore au parvus coronatus novus décidé par l’ordonnance du 9 juin 129827.

  • 28 Nous remercions Daniela Cereia pour sa transcription du document, ainsi que Sylvain Trousselard, de (...)
  • 29 Ce feuillet comprend également des éléments de cotation tardifs apposés au xixe siècle : Castellana (...)
  • 30 Ce titre est disposé dans un encart.
  • 31 Addition d’une main proche de celle des derniers folios, à partir du 27v. Le signe en question est (...)
  • 32 J. Shatzmiller, « La perception de la taille des Juifs en Provence au milieu du xive siècle », Anna (...)
  • 33 Sur les juifs de la baillie de Castellane : É. Baratier La démographie provençale du xiiie au xvie (...)
  • 34 Sans doute Puget-Théniers, Alpes-Maritimes, cant. Vence. Ilona Jonas, « Note sur un recours de feux (...)
  • 35 Sic dans le texte.
  • 36 Moustiers-Sainte-Marie, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Riez, et sa baillie voisine de celle de Cast (...)
  • 37 La Garde, Alpes-de-Haute-Provence, cant, Castellane.
  • 38 Pour che fanno.
  • 39 Taloire, auj. com. Castellane.
  • 40 Eoulx, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 41 Pour università.
  • 42 C’est-à-dire un servicium censuale.
  • 43 Châteauvieux, Var, cant. Flayosc.
  • 44 Méouilles, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Saint-André-les-Alpes.
  • 45 Pierre de Nice, est attesté comme juge de Castellane entre février 1304 et avril 1305 : J.‑L. Bonna (...)
  • 46 Pour che fu.
  • 47 Angles, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 48 Conpagno Rosso (Compagnus Ruffi), jurisperitus habitant Riez, sans doute d’origine italienne. Il pa (...)
  • 49 Robion, auj. com. Castellane.
  • 50 Pour che furono.
  • 51 Pour a tutta.
  • 52 Balzano Gralgla, châtelain du Roc de Castellane. Il s’agit sans doute du domicellus Pierre Barsanus(...)
  • 53 Lambruisse, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane, dans la baillie de Digne.
  • 54 Pour con lui.
  • 55 Ubraye, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 56 Moriez, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane. La Bastide d’Esclapon, Var, cant. Flayosc.
  • 57 Addition supralinéaire.
  • 58 Senez, alors cité épiscopale, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Riez.
  • 59 Addition supralinéaire.
  • 60 Addition supralinéaire.
  • 61 Courchon, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Saint-André-les-Alpes.
  • 62 Pour che sono.
  • 63 Allons, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 64 Pour ciascun anno.
  • 65 Pour che fa.
  • 66 Blieux, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Riez.
  • 67 Pour settembre.
  • 68 Dans un encart.
  • 69 Robion, auj. com. Castellane.
  • 70 Bertrand de Marseille, seigneur d’Évenos, était connu comme lieutenant du sénéchal en 1313-1315, ma (...)
  • 71 Riccardo di Gambatesa († ap. 1326), sénéchal des comtés de Provence et Forcalquier en 1302-1306, 13 (...)
  • 72 Il s’agit de la queste générale ou fouage levée pour le mariage de Marie d’Anjou, fille de Charles (...)
  • 73 Pour università.
  • 74 Pour che io.
  • 75 Addition supralinéaire.
  • 76 Addition supralinéaire.
  • 77 La Bastide de Soleses, auj. l.-d. La Forteresse, anc. com. Soleils, com. Trigance, Var, cant. Flayo (...)
  • 78 Pour Eodem die.
  • 79 Brandis, auj. Villars-Brandis, com. Castellane.
  • 80 Pour imposti.
  • 81 Véraillon, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 82 Vauclause, com. Allons, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Saint-André-les-Alpes.
  • 83 Boades, auj. com. Senez.
  • 84 Castillon-Bas, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.
  • 85 Soleilhas, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 86 Esclapon, Var, cant. Flayosc.
  • 87 Le Castellet de La Robine, auj. com. Moriez, Alpes-de-Haute-Provence.
  • 88 La Bastide d’Esclapon, Var, cant. Flayosc.
  • 89 Saint-Julien-du-Verdon, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 90 Le Mousteiret, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 91 Taulanne, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.
  • 92 Baggari, com. Le Bourget, Var, cant. Flayosc.
  • 93 Vergons, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Annot.
  • 94 Chasteuil, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.
  • 95 Bis rep.
  • 96 Eoulx, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 97 Châteauvieux, Var, cant. Flayosc.
  • 98 Demandolx, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.
  • 99 Saint-Pierre en Démuèyes, ou Limosiis, com. Châteauvieux, Var, cant. Comps-sur-Artuby, au nord-oues (...)
  • 100 Castillon-Bas, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.
  • 101 Pour degli uomini.
  • 102 Ce fouage est levé pour l’achat par la cour des droits que Bertrand, seigneur de Berre et comte d’A (...)
  • 103 Le scribe a ménagé un blanc, jamais complété.

Le cahier de quittances de Betto Bonaventura, clavaire de la baillie de Castellane, 11 décembre 1303-30 novembre 1304
(AD13, B 1801)28

[fol. XXIIIIr]29

Quaderno apollizario dele apollize fatte et date per me Betto Bonaventura clavario Castellana30.

[étoile de David]

<Querete sotto dicto singno.>31

+

Die XI in dicenbre MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Samuello judeo ricevente per sé et per Dodonetto judeo et per la molgle dicto Dodonetto et per Dio Agiuda judeo soldi XXII rinforzati per la loro parte dela talgla di Natale Domini et dicta caltella fue sugellata32.


+

Die XI in dicenbre MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot auto et ricevuto da Juseppo judeo di Castellana ricevente per sé et per Aquinotto judeo et per Manasse judeo soldi XXXII rinforzati per la loro parte dela talgla di Natale Domini e da caltella dei giudei fue sugellata del mio sugello33.


+

Die XXXI in dicenbre M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Samuello judeo del Pogetto34 soldi XX rinforzati per lu35 sua parte dela talgla di Natale Domini passata di soldi LXX che dovea in dicta festa et soldi XLI denari VIIII ne pagaro i giudei di Mostieri36 et del baliaggio et soldi VIII denari III ne pagaro per lui i giudei di Castellana per compiere i dicti soldi settanta et da caltella sugellai.

Die XXXI dicenbre MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Pere Guiorzo et da Pere Maraire dela Gardia37 soldi L rinforzati pagante in nome de l’università dicto castello per lo servigio d’una vacca cheffanno38 ciasscuno anno alla corte in vigilia Natali Domini.

Die XXXI dicenbre MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Ugo Bruno et Ugo Latti di Taladora39 soldi L rinforzati pagante in nome de l’università del dicto castello per lo servigio d’una vacca cheffanno ciascuno anno ala corte domino nostro regio in vigilia Natali Domini et da caltella sugellai.

[fol. XXIIIIv]

Die XXXI dicenbre MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Pere Seralliere de Olis40 soldi L rinforzati pagante in nomine de l’universata41 del dicto castello per lo servigio sensale42 d’una vacca che fanno ciascuno anno alla corte et da caltella dicto castello sugellai.

Die XXVIIII in gennaio MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto per la mano di Bonaffe Tegoliere di Castellana pagante per sé per lo trezino dela vingna che vendeo a Ermense Catalana di Castello Viglo43 per pregio di lire XXXII avemo dal dicto Bonaffe soldi XLVIII e da caltella sugellai.

Dicta die per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto da Ermense Catalana di Castello Vecchio soldi XLVIII rinforzati per lo lao dela vingna che conperò da Bonaffe Tegoliere per pregio di lire XXXII et da caltella sugellai.

+

Die I febraio MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Guillelma molgle di Relmondo Alardi di Medolgla44 soldi XXX rinforzati pagante in nome dicto Relmondo marito suo per una condannagione fatta per domino Pere di Niza45 giudice Castellana die XVII dicenbre II indicione et da caltella dicta Guillelma del mio sugello fue sugellata.


+

Die V di febraio MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Vinzenzo Giraldi di Castellana pagante in nome di Adalagia molgle cheffue46 di Grazino Taladari lire VIII soldi XVII denari VIIII rinforzati per lo trezino dele terre et vingne et prato che vendeo a dicto Vincenzo per pregio di lire CXVIII solidi X et da caltella dicta Adalagia et dicto Vincenzo sugellai del mio sugello.

V febraio MCCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana ot avuto et ricevuto da Rostagno Berardi d’Angle47 soldi L rinforzati per una condanagione fatta per messer Conpagno Rosso48 olim giudice Castellana e da caltella dicto Rostagno del mio proprio sugello sugellai.

[fol. XXVr]

Die XIII febraio M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto a tuta persona que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano Pere Salvaugno di Castellana pagante per Adamo di Castilglone soldi XX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio II indizione per messer Pere di Niza giudice Castellana et da caltela dicto Adamo del mio sugello fue sugellata.

+

Die XVIII febraio M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto a tuta persona que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto d’Aldiberto Maruogi di Robione49 per la mano di Relmondo Maruogi padre suo soldi XX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio secunda indizione per messer Pere di Nizza et da caltela dicto Aldiberto del mio sugello fue sugellata.

Die XVIIII febraio M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Pere Verrano di Castellana per sé et per Biatrice sua molgle soldi XXX rinforzati cheffuoro50 condannati dì VI febraio II indiçione per messer Pere di Niza e da caltela dicti di sopra del mio sugello fue sugellata.

Die XXII febraio M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Augieri Berardi di Castellana soldi XXX rinforzati per lo trezino d’una vingna che diede in paga a Durante Taladora dicto luogo per pregio di lire XXIII di moneta vecchia stimate lire XX rinforzati e da caltela dicto Augieri del mio sugello fue sugellata.


+

Dì XXIII febraio M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Guillelmo Riccardi di Castellana soldi XXX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio secunda indicione per messer Pere di Niza et da caltela dicto Guillelmo del mio sugello fue la sua sugellata.

+

Dì XXVIII febraio M°CCC°III° per questa presente apolliza sia manofesto attuta51 persona que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Balzano Gralgla52 castellano dela Rocca di Castellana per la ultima paga dell’anno passato facendo per la vingna dela corte che la tenea arendita per pregio di lire VIII et soldi X coronati minuti in tre paghe soldi LVI denari VIII dicta moneta per paga avenmone a rinforzati soldi XXVIII denari IIII et da caltela dicto Balzano del mio sugello fue la sua sugellata.

Die primo marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Rostagno Blanco di Castellana per la mano di Vincenzo Giraldi soldi XXX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio secunda indicione per messer Pere di Niza giudice Castellana et da caltela dicto Vicenzo in nome dicto Rostangno del mio sugello fue sigillata.

[fol. XXVv]

+

Die primo marzo M°CCC°III secunda indicione per questa presente apolliza sia manofesto a tuta persona que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Beltrano Borra di Castellana per la mano di Relmonda molgle di Nardo Borra dicto luogho soldi XX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio M°CCC°III per messer Pere di Niza giudice Castellana per la briga di Nardo Franco et da caltela dicto Beltrano del mio sugello fue sugellata.

+

Dì II marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto a tuta persona que (me) Giacomo d’An Ponza di Castellana pagò a me Betto Bonaventura clavario Castellana soldi XX rinforzati per una condanagione di soldi X per sé et di Guillelma sua molgle altri soldi X condannati per messer Pere di Niza giudice Castellana dì VI febraio in primo parlamento et da caltela dicti condanati del mio sugello fue sugellata.

+

Dì IIII° marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto a ttuta persona que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Guillelmo Raynardi di Lanbrusca53 soldi XXX rinforzati per la prima paga dela conposizione fatta collui54 d’una condannagione di lire X a pagare per anno nela festa Tutti Santi soldi XXX tanto che le dicte diece lire sieno pagate et da caltela dicto Guillelmo del mio proprio sugello fue sugellata.

Data die IIII marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Pere Micele d’Ubraia55 dì XXI di febraio secunda indizione soldi XX rinforzati per una condanagione fatta per messer Pere di Nizza dì VI febraio M°CCC°III et da caltela dicto Pere Micele fue del mio sugello fue sugellata.

Data dì IIII marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Giuffre Buscarra d’Ubraia dì XXI febraio II indicione soldi XX rinforzati per una condannagione fatta per messer Pere di Niza a dì VI febraio M°CCC°III° e da caltela dictio Giuffe del mio sugello fue sugellata.

Data dì IIII marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Pere Laosangue di Castellana dì XXIII febraio MCCC°III soldi XLV rinforzati per una condanagione per sé medesimo di trenta soldi e un’altra condanagione di Reybalda sua molgle di cinque soldi cun altra condannagione d’Adalagia Laosangua sua madre dicto Pere di diece soldi fatte per messer Pere di Niza dì VI febraio seconda indizione et da caltela dicte Pere Laosangue et dicte femine del mio sugello fue sugellata.

Data die IIII marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Beltreno Graglone di Castellana dì II marzo seconda indicione per la mano di Beltreno Allaino dicto luogo soldi XX rinforzati per una condannagione fatta per messer Pere di Niza giudice Castellana dì VI febraio M°CCC°III et da caltela dicto Beltrano Gralglone del mio sugello fue sigillata.

[fol. XXVIr]

Die IIII° marzo M°CCC°III per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Gilio Rascazzo di Castellana soldi XXX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio secunda indicione per messer Pere di Nizza giudice Castellana e da caltela dicto Gilio Rascazo me dicto clavario del mio sugello fue sugellata.

+

Dì IIII° marzo M°CCC°III per questa presente apollizza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Durante Cialgluolo di Castellana soldi XXX rinforzati per una condanagione fatta dì VI febbraio secunda indicione per messer Pere di Niza giudice di Castellana e da caltela dicto Durante del mio sugello fue sugellata.

+

Die XXX marzo MCCC°IIII° per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Pere di Moriere di Bastita Sclapone56 cinquanta soldi rinforzati pagante in nome de l’università detta Bastita Sclapone per la cavalcata di Pasqua et da caltela dicta università del mio sugello fue sugellata.

+

Die XXXI marzo MCCC°IIII° per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto <per la mano>57 da Relmondo Allesandro et da Inardo Tessere libras VII soldi X rinforzati pagante in nome de l’università dela villa di Senezzo58 per la cavalcata <che sono tenuti di fare nela festa>59 di Pasqua et da caltela dicta università del mio sugello fue sugellata.

+

Die XXX marzo MCCC°IIII°per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano di Guillelmo Raybaldo et Durante Ciavaliere <lire V rinforzati>60 pagante in nome de l’università del castello di Croccione61 per la cavalcata chessono62 tenuti di fare ciascuno anno ala corte di domino nostro regio nela festa di Pasqua e da caltela dicta università del mio sugello fue sugellata.

+

Die XXXI marzo MCCC°IIII° per questa presente apollizza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano di Beltrano Fabbro pagante in nome de l’università del castello d’Alonzio63 lire IIII° rinforzati per la cavalcata dela festa di Pasqua chessono tenuti di fare ciascunnano64 ala corte domino nostro regio et da caltela dicta università del mio proprio sugello fue sugellata.

[fol. XXVIv]

M°CCC°IIII°

Die II aprile M°CCC°IIII° per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano di Pere Martino d’Ubraia lire V rinforzati pagante in nome de l’università del castello d’Ubraia per la cavalcata chessono tenuti di fare ciascuno anno ala corte domino nostro regio nela festa di Pasqua et da caltela dicta università del mio sugello fue sugellata.

Die III aprile M°CCC°IIII° per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano de Pere Gaydone di Castellana pagante in nome dele erede di messer Ulivieri d’Ubraia per lo servigio sensale cheffa65 nela festa di Pasqua ala corte domino nostro regio et da caltela dele erede del mio sugello fue sugellata.

+

Die IIII aprile M°CCC°IIII per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano di Pere Ricciardi pagante in nome de l’università del castello di Blio66 lire X rinforzati per la cavalcata dela festa di Pasqua chessono tenuti ciascuno anno di fare ala corte di domino nostro regio et da caltela dicta università del mio sugello fue sugellata.

Data die IIII° aprile MCCC°IIII per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura (de) clavario Castellana o avuto et ricevuto da Bonifazio Americhi soldi XXX rinforzati per una condannagione fatta dì VI febraio MCCCIII per messer Pere di Niza per la briga di Guillelmo Oliere et da caltella dicto Bonifazio del mio sugello fue sugellata.

Die V aprile M°CCC°IIII° per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Bonifazio Arlotto et da Beltrano Arlotto fratelgli di Castellana per la mano di Guillelmo Arlotto padre loro soldi XL rinforzati pagante per una condannagione fatta per messer Pere di Niza giudice di Castellana a dì VI febraio MCCC°III per la briga di Guillelmetto Arlotti et da caltella dicti di sopra del mio sugello fue sugellata.

+

Dì XXVIIII aprile MCCC°IIII° per questa presente apollizza sia manofesto a tutta persona que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da domino Inardo Carnalgla cavaliere di Castellana per la mano di Bonaffe de Tegoliere dicto luogho venti lire rinforzati per certe paghe che deve fare nela festa di Pasqua di lire XL di coronati minuti per una condannagione fatta nela corte di Castellana per domino Giovanni Michele nel M°CC°LXXXXVIIII die XXI marzo XIII indiçione di lire CCC° coronati minuti per la briga che ebbe con messer Giovanni Rodolfo et da caltella dicto domino Inardo Carnalgla del mio proprio sugello fue sugellata.

[fol. XXVIIr]

Die XX maggio MCCC°IIII° per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto da Relmondo Inardi di Moriere XXX soldi rinforzati per una condanagione fatta per domino Conpangno Rosso olin giudice Castellana a dì XXVII sepenbre67 M°CCC°III per la briga Beltrano Gavarito et da caltella dicto Relmondo del mio sugello fue sugellata.


Apolliza de’ focaggi nuovi68.

Die XXX giungno MCCC°IIII secunda indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano di Ponzo Tardio et Durante Rubione pagante per l’università del castello di Rubione69 soldi XLII rinforzati per VII fuochi a ragione per fuoco di soldi VI per lo focaggio mandato per domino Beltrano de Marsilia70 luogotenente domino Riccardo de Ganbatesa71 siniscalcho per lo maritaggio di madonna Maria72 filia domino nostro regio et da caltella dicta universitate73 del mio proprio sugello fue sugellata.


+

Die VIIII lullio MCCC°IIII° per questa presente appollizza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana riconosco chio74 o avuto et ricevuto da Beltrano di Bergoma di Castellana soldi XX rinforzati <a die XIIII magio>75 per una condannagione fatta per domino Pere di Niza giudice di Castellana nel parlamento fatto dì VI febraio M°CCC°III IIe indicione per che non ubidì la pena la quale gli fue messa che dovesse rispondere ad alcuna petizione <et non rispose>76 et da caltela dicto Beltramo del mio sugello fue sugellata.

Die XII lullio M°CCC°IIII° IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per la mano di Davit Durante et Guillelmo Arlotto pagante in nome de l’università dela Bastita di Soledes77 lire V soldi VIII per XVIII fuochi a ragione per fuoco di soldi VI per lo focaggio mandato per domino Beltrano de Marsilia vice domino senescalco per lo maritaggio di madonna Maria filia ilustri domino nostro regio et da caltella fue del mio sugello sugellata.

Eodendie78 per questa presente apolliza sia manofesto che me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto et ricevuto per mano di Relmondo Martino et Vinzenzo Martino di Brandicio79 paganti in nome dicto castello soldi L per gli focagi iposti80 in Proenza per maritagio madonna Maria filia domino nostro regio fue sugellata.

[fol. XXVIIv]

Die XIII lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana confesso qui o avuto da Relmondo Istefano de Verranone81 lire V soldi XIIII pagante in nome dicto castello per gli focagi inposti per maritagio domina Maria et de caltella fue sugellata.

Die XV lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto da Beltramo Rosso et Relmondo Rosso del castello di Valclaosa82 lire IIII soldi XVI pagante in nome dicta università per lo maritaggio madonna Maria filia domino nostro regio e da caltella sugellai.

Die XVII lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per mano di Pere Pellegrino et Pere Terrazo di Debosata83 soldi LV pagante in nome dicto castello per gli dicti focagi di sopra et da caltella sugellai.

Die XX lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto et ricevuto per la mano di Inberto Ulivieri et di Guillelmo Ugo lire V soldi V pagante in nome de l’università di Castillione Sotterano84 per gli focaggi di sopra dicti fue sugellata.

Die XX lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Guillelmo Oscuffiere et di Pere Serre di Solelglasso85 pagante in nome dicto castello lire XVIIII soldi IIII° per li sopra dicti focagi et fue sugellata.

Die XXII lullio IIe indizione sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Inardo Carlo et di Pere Fabbro lire VIII soldi VIII rinforzati pagante in nome de l’università di Sclapone86 per gli sopradicti focagi et da caltella sugellai.

Die XXII lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Beltramo Intrevalle et di Relmondo Onorato dela Rubina87 lire III pagante in nome dicto castello per gli focaggi inposti per lo maritaggio domina Maria.

Die XXII lullio IIe indizione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Relmondo Nadale et Aldiberto Muniere dela Bastita Osclapone88 lire VII soldi X pagante in nome dicto castello per gli focagi inposti per maritaggio domia Maria.

[fol. XXVIIIr]

Die XXII lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto per la mano di Durante Giuliano et di Pere Remblado di Santo Juliano89 lire III soldi VI rinforzati pagante per lo dicto castello per gli focagi inposti per domina Maria.

Die XXV lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto o avuto per la mano di Remblado Ferraguto et di Giuffre Gili del Mostieri d’Alpino90 lire VI soldi XII pagante in nome dicto castello per gli focagi inposti per lo maritaggio domina Maria.

Die XXVI lullio IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Berto o avuto per la mano di Pere Latti Guillelmo Ciaci di Taolana91 soldi LXXV pagante in nome dicto castello per gli focagi inposti per lo maritagio domina Maria.

Die XXVIII lullio IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto et ricevuto per la mano Aldiberto Alarico et di Pere Colonba di Bagarre92 lire XIII soldi IIII pagante in nome dicto castello per gli focagi inposti per lo maritagio domina Maria.

Die XXVIIII lullio IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Micele Maorello et di Guillelmo Oscialtieri di Vergone93 lire XXIIII soldi XVIII pagante in nome dicto castello per lo maritagio domina Maria per gli focagi inposti per dicto maritagio.

Die II agosto IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me Betto dicto di sovra o avuto et ricevuto per la mano di Martino Desdiere et di Guillelmo Ramondo di Ciastaungno94 lire V pagante in nome dicto castello per gli focaggi inposti in Proenza per lo maritaggio di madonna Maria filia domino nostro regio.

[fol. XXVIIIv]

III agosto IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto per la mano di95 Pere Bellone et di Guillelmo Dodelto de Olis96 lire XII soldi XVIII pagante in nome dicto castello per li fogagi inposti per lo maritagio domina Maria.

Die IIII° agosto IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Giovanni Gondonio et di Beltrano Lonbardo di Castello Vecchio97 lire VI pagante in nome del dicto castello per gli focaggi inposti per lo maritagio domina Maria.

Die VI agosto IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Inardo Grazino d’Ubraia lire XXV soldi X pagante in nome dicto castello per gli focaggi inposti per lo maritagio domina Maria.

Die VII agosto IIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Beltramo Clerico et di Ugo Bruno di Taladora lire VI soldi XII pagante in nome diccto castello per gli focaggi inposti per lo maritagio dicta domina.

Die otto agosto IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano di Pasquale Ricceldo et di Rostangno Ospera lire VIII soldi XII pagante in nome de l’università di Demandolo98 per gli focaggi inposti per lo maritaggio domina Maria.

Die X agosto IIe indizione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto et ricevuto per la mano di Pere Bonetto et d’Aldiberto Rosso di San Pere di Limuosi99 soldi XXX pagante in nome dicto castello per lo maritagio di domina Maria per gli focagi inposti per dicto maritagio.

[fol. XXIXr]

Die XI agosto IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto et ricevuto per la mano di Pere Petitto di Castillione Soprano100 soldi LX pagante in nome dicto castello per gli focagi inposti per lo maritagio domina Maria.

(Ite) Die XXVIII septenbre IIIe indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano d’Aldiberto Muniero notario di Castellana lire LXV soldi X pagante in nome dicta Castellana per gli focagi inposti per lo maritagio dicta domina Maria.


[étoile de David]

Die XXX novembre IIe indicione per questa presente apolliza sia manofesto que me Betto Bonaventura clavario Castellana o avuto per la mano di Remblado Taladora notario di Castellana lire LXV soldi X pagante in nome delgluomini101 del borgo di Castellana per gli focagi inposti in Proenza per la conpera che fecie la corte dal conte d’Avellino nela chiaveria di Marsilia102 fue sugellata de mio sugello.

Die IIII lullio II indicione per questa apolliza sia manofesto que me dicto Betto o avuto per la mano [blanc]103 lire XIIII soldi XV pagante in nome de l’università di Senez per la resta de’ focaggi inposti in Proenza per la conpera del conte d’Avellino.

9Pour voir le manuscrit : http://ressourcescomptables.huma-num.fr/​corpus/​voir.php?archives=FR.AD13&cote=B1801

Haut de page

Notes

1 L’école québécoise d’histoire provençale a trouvé en Michel l’un de ses principaux maîtres. Voir le bilan qu’il a dressé de décennies de travaux communs : M. Hébert, « Médiévistes canadiens et archives provençales : trente ans de recherches », Histoire et archives, 18, 2005, p. 9-22.

2 M. Hébert, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et l’information administrative en Provence sous les premiers Angevins », dans C. Boudreau, K. Fianu, C. Gauvard et M. Hébert (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004 (Histoire ancienne et médiévale, 78), p. 41-56 ; M. Hébert, « Computus, quaternus, ratio : une instruction administrative en Provence en 1297 », dans J. Claustre, O. Mattéoni et N. Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 339-346. Dès l’aube de ses recherches, les sources comptables occupèrent le devant de la scène dans ses travaux : M Hébert, Les péages de Basse Provence occidentale d’après une enquête de la Cour des Comptes de Provence (1366-1381), mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 1972 (dactylographié).

3 M. Hébert, « La justice dans les comptes de clavaires : bilan historiographique et perspectives de recherche », dans J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux xiiie et xive s. Théories et pratiques, Rome, École française de Rome, 2005, p. 205-220 ; J.-L. Bonnaud, « Le processus d’élaboration et de validation des comptes de clavaire en Provence au xive siècle », dans K. Fianu et D. J. Guth (dir.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais. Actes du colloque international de Montréal, 7-9 septembre 1995, Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des instituts d’études médiévales, 1997 (Textes et études du Moyen Âge, 6), p. 241-253 ; J.-L. Bonnaud, « La transmission de l’information administrative en Provence au xive siècle : l’exemple de la viguerie de Forcalquier », Provence historique, 46, 1996, p. 211-228 ; J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence au xive siècle (1309-1382), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

4 R. Lavoie, « Endettement et pauvreté en Provence d’après les listes de la justice comtale, xive-xve s. », Provence historique, 23, 1973, p. 201-216 ; R. Lavoie, « Processus de marginalisation en milieu rural, Castellane au début du xive siècle », Sénéfiance, 5, Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales, Aix-en-Provence, 1978, p. 315-329. Le droit de late, informé par les registres de clavaires qui fournissent des listes de condamnations pour dettes, a été un centre d’intérêt des travaux de Michel Hébert et des étudiants québécois : M. Guénette, « Au carrefour de la misère : les poursuites pour dettes à Brignoles et à Saint-Maximin au milieu du xive siècle », Canadian Journal of History, 26-2, 1991, p. 225-240.

5 A. Venturini, « Un compte de l’hôtel de Marie d’Anjou, reine de Majorque, retirée en Provence », Bibliothèque de l’École des chartes, 146, 1988, p. 80 n. 55. On dispose pour cette même époque d’un autre compte en langue toscane, celui de la compagnie des Farolfi établie à Salon et Nîmes, mais il ne concerne pas l’administration royale : Archivio di Stato di Firenze, Carte Strozziane, Serie seconda, no 84bis, édité par A. Castellani, Nuovi testi fiorentini del Duecento, t. 2, Florence, 1952, p. 708-803, et exploité par Ch. de La Roncière, « Marchands florentins de Provence en l’an 1300 », Provence historique, 49, 1999, p. 319-332.

6 Pour le contenu des droits royaux ici évoqués, l’histoire administrative de la baillie de Castellane et de ses castra dans le premier xive siècle, et pour les familles et patronymes locaux, je renvoie à : Th. Pécout (dir.), F. Michaud, C. Roux, L. Verdon (éd.), L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence centrale (novembre-décembre 1332 et juin-août 1333), Paris, CTHS, 2011 (Documents inédits sur l’histoire de France), p. 261-605.

7 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais AD13], B 1093 (23 folios).

8 On rencontre un Giovanni Bonaventura, de Pistoia, exerçant comme fermier des péages d’Aix puis d’Arles en 1322-1323 : J.-L. Bonnaud, « Les officiers comptables des comtés de Provence et Forcalquier et leurs comptes (xive-xve siècle) », dans Th. Pécout (dir.), De l’autel à l’écritoire. Aux origines des comptabilités princières en Occident (xiie-xive siècle), Actes du colloque international d’Aix-en-Provence, 13-14 juin 2013, Paris, De Boccard, 2016, p. 272.

9 N. Coulet, « Mutations de l’immigration italienne en basse Provence occidentale à la fin du Moyen Âge », Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, Naples, 1984, p. 439-510 ; A. Courtemanche, « Le peuple des migrants. Analyse préliminaire des migrations vers Manosque à la fin du Moyen Âge », dans P. Boglioni, R. Delort, C. Gauvard (dir.), Le petit peuple dans l’Occident médiéval : terminologies, perceptions, réalités. Actes du Congrès international tenu à l’Université de Montréal, 18-23 octobre 1999, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003 (Histoire ancienne et médiévale), p. 281-291 ; A. Courtemanche, « Réflexions préliminaires pour une histoire de l’immigration à Manosque à la fin du Moyen Âge », Provence historique, 49, 1999, p. 169-177. N. Coulet, « Fermiers et maîtres rationaux. Documents inédits sur la gabelle de Nice, 1371-1372 », Provence historique, 37, 1987, p. 450-456 ; A. Venturini, « La gabelle du sel de Nice (xiiie-xive siècles) », Recherches régionales : Côte d’Azur et contrées limitrophes, 3, 1983, p. 205-221 ; A. Venturini, « Le rôle du sel de Provence dans les relations entre les États angevins et Gênes de 1330 à 1360 », Bibliothèque de l’École des chartes, 142, 1984, p. 205-253 ; A. Venturini, « La gabelle du sel des comtes de Provence. État de la question », dans J.‑C. Hocquet (dir.), Le roi, le marchand et le sel, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987, p. 105-116. Pour les marges alpines et dauphinoises de la Provence : D. Deleville, Les Italiens en Dauphiné à la fin du Moyen Âge. Crédit, finance et pouvoir, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2012.

10 Le rational Giovanni dell’Acqua di Ravello actif dès 1297, le trésorier et receveur fiscal Bonaccorso di Tecco, un Florentin, attesté en 1301. Il est probable que le Tetto Bonaccorsi, associé des Bardi et créancier du trésor royal napolitain en juin 1299, soit le même individu (G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au xiiie et au xive siècle, Paris, 1903, p. 297 et n. 4) ; le même aussi sans doute, qui paraît sous les traits de Bonnacorso di Teccho Bonnacorsi en 1299 (Ch.  de La Roncière, « Marchands florentins de Provence en l’an 1300 », Provence historique, 49, 1999, p. 329). J.-L. Bonnaud, « Les officiers comptables des comtés de Provence et Forcalquier et leurs comptes (xive-xve siècle) », dans T. Pécout (dir.), De l’autel à l’écritoire... op. cit., p. 269-287 ; A. Venturini, « Le sel de Camargue au Moyen Âge : Étude comparative des pays d’Aigues-Mortes (Languedoc, royaume de France) et de Camargue proprement dite (comté de Provence, Empire) (ixe-xve siècle) », dans J-C. Hocquet et J.-L. Sarrazin (dir.), Le sel de la Baie. Histoire, archéologie, ethnologie des sels atlantiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 365-392.

11 P. Racine, « À Marseille en 1248 : l’activité des hommes d’affaires de Plaisance », Annales du Midi, 78, 1966, p. 221-233. Sur les Lucquois : L. Mirot, « Études Lucquoises », Bibliothèque de l’École des chartes, 88, 1927, p. 50-86 ; 89, 1928, p. 299-389 ; 91, 1930, p. 100-168 ; 96, 1935, p. 301-337 ; 99, 1938, p. 67-81. G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale, op. cit., p. 225-226, avec la relecture de F. P. Luiso, « Mercatanti Lucchesi dell’epoca di Dante », Bollettino storico Lucchese, 8-2, 1936, p. 61-102.

12 Ch. de La Roncière, « Marchands florentins de Provence en l’an 1300 », Provence historique, 49, 1999, p. 319-332 et p. 331 n. 34 pour un bilan bibliographique de la présence toscane en Provence.

13 R. Brun, « Quelques Italiens d’Avignon au xive siècle. I. Les archives de Datini à Prato », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 40, 1923, p. 103-113, et « II. Naddino de Prato, médecin de la cour pontificale », ibidem, p. 219-236. J. Hayez, « La gestion d’une relation épistolaire dans les milieux d’affaires toscans à la fin du Moyen Âge », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge. Actes du 24e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Avignon, 1993, Paris/Rome, Publications de la Sorbonne/École française de Rome, 1994, p. 63-84 ; J. Hayez, « “Veramente io spero farci bene...” : expérience de migrant et pratique de l’amitié dans la correspondance de maestro Naddino d’Aldobrandino Bovattieri, médecin toscan d’Avignon (1385-1407) », Bibliothèque de l’École des chartes, 159-2, 2001, p. 413-539 ; J. Hayez, «Pratiques et discours de marchands migrants. Les Toscans d’Avignon aux xive et xve siècles », dans C. Quertier, R. Chilà et N. Pluchot (dir.), Arriver en ville. Les migrants en milieu urbain au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 225-241.

14 AD13, B 1802, fol. 57v. Les Jamfigliazzi de Florence ont joué un rôle financier considérable auprès du dauphin de Viennois, au début du xive siècle : A. Lemonde, « Le premier banc des comptes delphinal : composition, influences et pratiques (1307-1340) », dans Th. Pécout (dir.), De l’autel à l’écritoire… op cit., p. 254-255.

15 AD13, B 1800, fol. 30 et 42.

16 AD13, B 496 : quittances pontificales pour le paiement du cens par le trésorier de Provence, pour 1324-1334, B 491 (en 1332) et B 495 (pour 1329 et 1334). É.-G. Léonard, La jeunesse de Jeanne ire, reine de Naples et comtesse de Provence, t. 1, Monaco, Imprimerie Monaco-Paris, Picard, 1932, p. 60 et 69.

17 Dès le 5 juillet, Pierre Peleti l’a remplacé comme baile de Castellane et supervise la suite des opérations.

18 AD13, B 1800 (62 folios) : sont consignées les levées de fouage opérées tout d’abord dans le bourg de Castellane, pour les achats par la cour au seigneur de Berre et comte d’Avellino de ses revenus dans la claverie de Marseille, à Hugues d’Entrecasteaux pour des droits non précisés, à Bertrand Raybaudi pour la moitié d’Aups et à Guillaume Andreas pour un cens (fol. 1-6), puis pour le mariage de Marie d’Anjou dans les castra suivants : Robion le 5 juillet, compte scellé par le notaire Pierre Salvagni (fol. 7-7v), La Bastide de Solezes le 12 juillet par Jacques Girardi (fol. 9-10), Brandis le 12 juillet par Pierre Rascacii (fol. 11-11v), Véraillon le 13 juillet par Étienne Sumigerii (fol. 13-14), Castillon-Bas le 20 juillet par Pierre Rascacii (fol. 15-16), Soleihas le 20 juillet par Raymond Talatorie (fol. 17-19v), Saint-Julien le 22 juillet par Pierre Rascacii le 22 juillet (fol. 21-21v), La Bastide d’Esclapon le 22 juillet par Raymond Talatorie senior (fol. 23-24), Esclapon le 22 juillet par Jacques Monerii (fol. 25-26), Castellet de La Robine le 22 juillet par Raymond Ricolphi (fol. 27-27v), Mousteiret le 25 juillet par Bardolo Betti (fol. 29-30), Taulanne le 26 juillet par Jacques Monerii (fol. 31-32), Vergons le 28 juillet par Étienne Quarterii (fol. 33-35v), Baggari (auj. Le Bourget) le 28 juillet par Raymond Talatorie senior (fol. 37-38), Chasteuil le 2 août par Raymond de Bergoma (fol. 39-40), Eoulx le 3 août par Bardo Betti (fol. 41-42), Châteauvieux le 4 août par Raymond de Bergoma (fol. 43-44), Castillon-Haut le 11 août par Raymond d’An Elena (fol. 45-46), Ubraye le 6 août par Guillaume Bernardi (fol. 47-49v), Taloire le 7 août par Pierre Rufi (fol. 51-52), Demandolx le 8 août par Raymond Ricolphi (fol. 53-54), Démuèyes le 10 août par Bertrand de Bergoma (fol. 55-55v), le Bourg de Castellane le 28 septembre par le notaire Raymond Elene (fol. 57-62). Il n’y a pas de somme totale, chaque localité étant munie de son propre total, avec des sommes partielles de bas de folio verso et recto pour les comptes les plus longs (le Bourg de Castellane). Le fouage a rapporté au total 334 livres et 4 sous.

19 AD13, B 1802 (61 folios). Après avoir noté les mouvements en cours depuis le mandat précédent et les sommes assignées à Betto par son prédécesseur Bertrand Olla de Grasse, le compte rapporte successivement le produit de l’affermage des droits royaux, de la levée du fouage, des condamnations, des trézains, des lates, de la taille des Juifs de Castellane, des cens selon les dates d’échéance, des corvées par types et localités. Les recettes sont ainsi évaluées, salvo errore cauculi, à 826 livres, 3 sous, 3 deniers et 3 pictes (fol. 1-48v). Les dépenses et sorties (fol. 49-61) concernent les achats de papier, les frais concernant le juge, le clavaire, le châtelain du Roc de Castellane, les gages des officiers de la cour locale et du chapelain Pierre Textor, sous le contrôle de Simonet de Mota, le prieur de la chapelle du Roc (fol. 55v). Les versements effectués par le clavaire sont soigneusement consignés, avec leurs quittances, telles celles du trésorier Philippe de Roca Maura pour le produit du fouage (fol. 57), du prieur du couvent Notre-Dame de Nazareth, le frère Prêcheur Bérenger Alfanti, qui centralise la taille des Juifs perçue à Noël et à la Saint-Jean-Baptiste (fol. 57v), du Florentin Bardo Betti au nom de son compatriote installé à Avignon Castello Jamfigliazzi (fol. 57v). Les mouvements sont justifiés par des ordres de paiement ou de perception émanant du sénéchal Riccardo di Gambatesa ou de son lieutenant Bertrand de Marseille, intégralement copiés (fol. 7v, du 28 novembre 1303 ; fol. 30v, du 10 décembre 1303 ; fol. 59v, du 30 avril 1304). Le clavaire comptabilise finalement 822 livres 4 sous et 2 deniers pour les sorties (fol. 61).

20 R. Lavoie, « Endettement et pauvreté en Provence d’après les listes de la justice comtale, xive-xve s. », Provence historique, 23, 1973, p. 201-216.

21 Ainsi, pour Robion, on note en un formulaire plus ramassé, délaissant les motifs de la levée évacués en titre général (fol. 8) : De castro de Robiono. In primis habuit Betto Bonaventura clavarius Castellane per manus Poncii Tardivi et Durandi Robiono hominum de Robiono tradencium nomine universsitatis dicti loci pro septem focis ad rationem VI solidorum pro quollibet foco, XLII s. Il ajoute la date en marge gauche et dans un encart : Anno Domini Mo CCCo IIIIo IIe indictionis, die V julii. Une autre main a commandé, également en marge : Assignet quaternum.

22 Sur la mise en évidence des divers comptes sommaires des archives de la Chambre des comptes attestés dès 1295, souvent mêlés dans les répertoires au comptes et pendants de clavaires : M. Hébert, « Computus, quaternus, ratio... », art. cit., p. 339-346.

23 Trois listes de même contenu sont disponibles pour la levée de 1303-1304 dans la baillie, mais aucune n’adopte dans le détail le même ordre, même si des séries internes sont identifiables et que le premier castrum est toujours Robion : celle du registre de levée de fouage B 1800 (voir supra note 18) comporte le détail des contribuables pour chaque localité, les deux autres ne retiennent que le total : celle du compte B 1802 (fol. 7v-10), celle du cahier de quittances B 1801. Il semble que la liste du B 1800, établie localement à l’occasion de la collecte puis centralisée en un registre soit la base à partir de laquelle sont établies la liste récapitulative en toscan (B 1800) et celle du compte de clavaire en latin (B 1801), plus synthétique.

24 Isnard Carnalha, miles de Castellane, est attesté comme coseigneur de Robion lors de l’enquête de 1278 dans la baillie (Édouard Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charlesier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, Bibliothèque nationale, 1969, p. 422) et coseigneur de Castillon-Bas dans celle de 1297 (AD13, B 1028, fol. 211). C’est probablement son parent, peut-être son fils, le noble domicellus Raymond Carnalhe, qui paraît comme reconnaissant pour des biens tenus de la cour, dans celle de 1333 (Th. Pécout (dir.), F. Michaud, C. Roux, L. Verdon (éd.), L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence, op. cit., ad indicem).

25 Robion, Soleses, Brandis, Véraillon, Vauclause, Boades, Castillon-Haut, Soleilhas, Esclapon, La Robine, La Bastide d’Esclapon, Saint-Julien, Mousteiret, Taulanne, Baggari, Vergons, Chasteuil, Eoulx, Châteauvieux, Ubraye, Taloire, Demandolx, Démuèyes, Castillon-Bas, Castellane.

26 H. Rolland, Les monnaies des comtes de Provence, xiie-xve siècles. Histoire monétaire, économique et corporative. Description raisonnée, Paris, Picard, 1956, p. 131-132.

27 H. Rolland, Les monnaies des comtes de Provence, op. cit., p. 128.

28 Nous remercions Daniela Cereia pour sa transcription du document, ainsi que Sylvain Trousselard, de l’Université de Lyon II, pour son soutien financier dans le cadre du Labex Comod (Université de Lyon). La relecture de cette publication est amplement redevable à l’aide très obligeante de Jean-François Balle, Jean-Paul Boyer, Marco Cassioli, Noël Coulet et Riccardo Rao.

29 Ce feuillet comprend également des éléments de cotation tardifs apposés au xixe siècle : Castellana 4. B1801.

30 Ce titre est disposé dans un encart.

31 Addition d’une main proche de celle des derniers folios, à partir du 27v. Le signe en question est disposé en marge gauche et renvoie au folio 29 où il figure également.

32 J. Shatzmiller, « La perception de la taille des Juifs en Provence au milieu du xive siècle », Annales du Midi, 1970, p. 221-236 ; N. Coulet, « La taille des Juifs de Provence sous Charles Ier », Provence historique, 56, 2006, p. 131-144.

33 Sur les juifs de la baillie de Castellane : É. Baratier La démographie provençale du xiiie au xvie siècle avec chiffres de comparaison pour le xviiie siècle, Paris, 1961, p. 70.

34 Sans doute Puget-Théniers, Alpes-Maritimes, cant. Vence. Ilona Jonas, « Note sur un recours de feux dans la baillie de Puget-Théniers en 1343 », Provence historique, 27, 1977, p. 59-80. Sur le rôle de médiation fiscale joué par les juifs dans les castra de haute Provence : John Drendel, « Jews, Villagers and the Count in Haute Provence : Marginality and Mediation », Provence historique, 49, 1999, p. 217-231.

35 Sic dans le texte.

36 Moustiers-Sainte-Marie, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Riez, et sa baillie voisine de celle de Castellane. Sur les juifs de la baillie de Moustiers : Th. Pécout dir., F. Michaud, C.  Roux, L. Verdon éd., L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence centrale (novembre-décembre 1332 et juin-août 1333), Paris, 2011, p. 40-41.

37 La Garde, Alpes-de-Haute-Provence, cant, Castellane.

38 Pour che fanno.

39 Taloire, auj. com. Castellane.

40 Eoulx, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

41 Pour università.

42 C’est-à-dire un servicium censuale.

43 Châteauvieux, Var, cant. Flayosc.

44 Méouilles, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Saint-André-les-Alpes.

45 Pierre de Nice, est attesté comme juge de Castellane entre février 1304 et avril 1305 : J.‑L. Bonnaud, Un État en Provence..., no 783.

46 Pour che fu.

47 Angles, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

48 Conpagno Rosso (Compagnus Ruffi), jurisperitus habitant Riez, sans doute d’origine italienne. Il paraît comme juge de Castellane en septembre 1303, avant d’exercer comme juge à Avignon, Grasse, Nice, Digne et Sisteron entre 1305 et 1328, ainsi que comme juge des secondes appellations de Marseille en 1320. Il est encore attesté en 1331. J.-L. Bonnaud, Un État en Provence..., n974.

49 Robion, auj. com. Castellane.

50 Pour che furono.

51 Pour a tutta.

52 Balzano Gralgla, châtelain du Roc de Castellane. Il s’agit sans doute du domicellus Pierre Barsanus mentionné dans le compte de Betto Bonaventura pour ses gages entre le 8 novembre 1303 et le 28 février 1304 (AD13, B 1802, fol. 55). Signalée dès 1227, la forteresse royale du Roc, auquel est accolé le castrum de Petra Castellana, surplombe au nord le bourg de Castellane. Th. Pécout dir., F. Michaud, C. Roux, L. Verdon (éd.), L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence centrale (novembre-décembre 1332 et juin-août 1333), Paris, 2011, p. 304 n. 155.

53 Lambruisse, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane, dans la baillie de Digne.

54 Pour con lui.

55 Ubraye, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

56 Moriez, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane. La Bastide d’Esclapon, Var, cant. Flayosc.

57 Addition supralinéaire.

58 Senez, alors cité épiscopale, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Riez.

59 Addition supralinéaire.

60 Addition supralinéaire.

61 Courchon, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Saint-André-les-Alpes.

62 Pour che sono.

63 Allons, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

64 Pour ciascun anno.

65 Pour che fa.

66 Blieux, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Riez.

67 Pour settembre.

68 Dans un encart.

69 Robion, auj. com. Castellane.

70 Bertrand de Marseille, seigneur d’Évenos, était connu comme lieutenant du sénéchal en 1313-1315, mais pas pour les années 1303-1304. Th. Pécout, « La construction d’un office : le sénéchalat des comtés de Provence et Forcalquier entre 1246 et 1343 », dir. R. Rao, I grandi ufficiali nello spazio angioino, Convegno internazionale, Università degli Studi di Bergamo, 15-16 novembre 2013, Rome, 2016, en ligne : http://books.openedition.org/ efr/3021#authors. Le compte de Betto Bonaventura mentionne de lui un ordre de paiement en tant que lieutenant du sénéchal, daté d’Aix le 30 avril 1304 (AD13, B 1802, fol. 59v).

71 Riccardo di Gambatesa († ap. 1326), sénéchal des comtés de Provence et Forcalquier en 1302-1306, 1308-1309 et 1310-1312 ; Thierry Pécout, « La construction d’un office... », art. cit., n. 97.

72 Il s’agit de la queste générale ou fouage levée pour le mariage de Marie d’Anjou, fille de Charles ii. Suite à la paix de Caltabellotta avec la couronne d’Aragon le 31 août 1302, la maison de Sicile et de Majorque se rapprochent au début de l’année 1304 : Robert, duc de Calabre, épouse Sancha, et le 20 septembre 1304 sa sœur Marie d’Anjou Sancho, devenu quelques années plus tard roi de Majorque (1311-1324). On notera que les deux dots étant du même montant et s’annulant, la monarchie angevine lève un fouage qu’elle peut affecter à de toutes autres dépenses, sans doute le remboursement de ses dettes contractées auprès de la banque guelfe. Marie d’Anjou épouse en secondes noces Jaume de Xerica († 1335) avant 1329. Après son veuvage, elle se retire en Provence où elle décède vers 1347. É. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1961, p. 21-22. A. Venturini, « Un compte de l’hôtel de Marie d’Anjou, reine de Majorque, retirée en Provence », Bibliothèque de l’école des chartes, 146, 1988, p. 69-129.

73 Pour università.

74 Pour che io.

75 Addition supralinéaire.

76 Addition supralinéaire.

77 La Bastide de Soleses, auj. l.-d. La Forteresse, anc. com. Soleils, com. Trigance, Var, cant. Flayosc.

78 Pour Eodem die.

79 Brandis, auj. Villars-Brandis, com. Castellane.

80 Pour imposti.

81 Véraillon, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

82 Vauclause, com. Allons, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Saint-André-les-Alpes.

83 Boades, auj. com. Senez.

84 Castillon-Bas, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.

85 Soleilhas, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

86 Esclapon, Var, cant. Flayosc.

87 Le Castellet de La Robine, auj. com. Moriez, Alpes-de-Haute-Provence.

88 La Bastide d’Esclapon, Var, cant. Flayosc.

89 Saint-Julien-du-Verdon, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

90 Le Mousteiret, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

91 Taulanne, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.

92 Baggari, com. Le Bourget, Var, cant. Flayosc.

93 Vergons, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Annot.

94 Chasteuil, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.

95 Bis rep.

96 Eoulx, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

97 Châteauvieux, Var, cant. Flayosc.

98 Demandolx, Alpes-de-Haute-Provence, cant. Castellane.

99 Saint-Pierre en Démuèyes, ou Limosiis, com. Châteauvieux, Var, cant. Comps-sur-Artuby, au nord-ouest du village actuel. Th. Pécout dir., F. Michaud, C. Roux, L. Verdon éd., L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence centrale (novembre-décembre 1332 et juin-août 1333), Paris, 2011, p. 587 n. 215.

100 Castillon-Bas, Alpes-de-Haute-Provence, com. et cant. Castellane.

101 Pour degli uomini.

102 Ce fouage est levé pour l’achat par la cour des droits que Bertrand, seigneur de Berre et comte d’Avellino († 1305), possédait dans la claverie de Marseille (on apprend qu’il s’agit de cens selon le compte de Betto Bonaventura, B 1802, fol. 57), du chef de ses grands-parents Hugues de Baux et Barrale, des vicomtes de Marseille.

103 Le scribe a ménagé un blanc, jamais complété.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pécout, « Un registre en italien du clavaire de Castellane », Memini, 19-20 | 2016, 177-202.

Référence électronique

Thierry Pécout, « Un registre en italien du clavaire de Castellane », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://memini.revues.org/795 ; DOI : 10.4000/memini.795

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org