Navigation – Plan du site
Assemblées représentatives et dialogue politique

Le parlement comme lieu d’expression de la xénophobie en Angleterre (ca. 1400-1450)

Serge Lusignan
p. 79-93

Entrées d'index

Mots-clés :

parlement, langue, étrangers

Géographique :

France, Angleterre, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la (...)
  • 2 R. Britnell, « Town Life », dans R. Horrox et W. M. Ormrod (dir.), A Social History of England, 120 (...)

1Dans son livre magistral sur les assemblées représentatives au Moyen Âge, Michel Hébert a fait une large place au Parlement anglais dans son analyse politique des institutions représentatives de l’Europe médiévale. Nulle part ailleurs, l’institution n’a joué un rôle aussi déterminant dans la vie politique et la conduite des affaires de l’État. L’évolution de la structure de la représentation au cours du xive siècle, à l’origine du bicamérisme moderne, s’est accompagnée de la montée en puissance des communes. À la suite du « bon parlement » de 1376, il se confirme que celles-ci : « jouent désormais un rôle décisif en tant que manifestation vocale de la communauté du royaume », écrit Michel Hébert1. Certes, il faut rappeler que les communes étaient constituées de représentants des grands propriétaires ruraux, la gentry, et de la bourgeoisie urbaine souvent commerçante. Les communes exprimaient les intérêts des élites économiques des 39 comtés de l’Angleterre. Elles n’avaient rien de démocratique au sens actuel du mot de « participation de tous les citoyens, hommes et femmes ». Il faut rappeler que la population de l’Angleterre de l’époque était essentiellement rurale ; on estime à seulement 10% à 20% le pourcentage des gens habitant les villes2. L’économie anglaise reposait pour une bonne part sur l’élevage des moutons, la production de la laine et son exportation vers le nord de la France et la Flandre pour y être transformée. La taxe sur l’exportation de la laine fut d’ailleurs l’un des enjeux majeurs des échanges parlementaires tout au long de notre période.

  • 3 M. Hébert, Parlementer..., op. cit. p. 76, n. 55.

2Les communes étaient la voix des élites rurales et urbaines, mais aussi leurs oreilles. On allait au Parlement pour entendre le message des autorités du royaume, dont le roi au premier chef qui s’exprimait par la bouche de son chancelier, et les lords, ecclésiastiques et laïcs, regroupés dans leur chambre propre. Pour leur part, les communes exposaient leurs préoccupations par le biais des pétitions communes. La rencontre de ces discours façonnait l’opinion publique sur les enjeux politiques de l’heure que chacun tentait d’orienter à son avantage. Les idées rapportées par la suite par les représentants des comtés pouvaient se diffuser de bouche à oreille dans l’espace public ou par le truchement de ces amplificateurs qu’étaient les ménestrels et les prédicateurs. Pour le souverain, obtenir la faveur de l’opinion publique lui facilitait grandement l’exercice du pouvoir, surtout lorsqu’il s’agissait d’imposer des mesures comme augmenter l’impôt ou lancer une campagne militaire contre lesquelles la population pouvait se rebiffer. Michel Hébert a d’ailleurs accordé une attention particulière à l’importance des assemblées représentatives dans la formation de l’opinion publique qu’il définit : « suivant le sens commun, [comme] l’existence d’une opinion collective, socialement diffuse, dans le champ très général des affaires publiques, c’est-à-dire politiques, d’un royaume ou d’un pays3 ». Une section de son chapitre treize, « Parlements et opinion publique dans l’Angleterre ricardienne » m’ouvre la voie pour lui offrir en témoignage d’une amitié indéfectible, ce modeste complément à son admirable travail.

3Dans la section précitée, Michel Hébert insiste sur le parlement comme lieu de la manipulation de l’opinion publique par l’autorité royale. En effet, la période qu’il étudie vécut une crise majeure. L’exercice autoritaire et autarcique du pouvoir par Richard ii heurtait la haute noblesse qui se sentait mise de côté, et la population qui écopait d’impôts pour défrayer les coûts de la vie fastueuse de la cour. Richard ii qui avait mauvaise presse a tenté d’utiliser le parlement pour contrer, mais sans succès, la mise en cause de son autorité dans l’opinion publique. La crise trouva son dénouement lorsque son propre cousin, Henri Bolingbroke, se saisit de sa personne et le fit prisonnier, en août 1399. Bolingbroke obtint que le roi accepte d’abdiquer. La légitimité du geste était fort discutable. Il provoquait le remplacement de la dynastie des Plantagenet par celle des Lancaster. Henri iv eut bien besoin du Parlement pour faire accepter son coup de force par les grands du royaume et par la population. Il fut couronné roi le 13 octobre. Richard ii mourut prisonnier autour du 14 février 1400 dans des circonstances restées nébuleuses.

  • 4 J. L. Bolton, The Alien Communities of London in the Fifteenth Century. The Subsidy Rolls of 1440 (...)
  • 5 Ibidem, p. 36.

4Pour ma part, je voudrais m’arrêter à une séquence d’événements de la première moitié du xve siècle, au fil desquels l’opinion publique exprimée par les communes a pu orienter des décisions prises par le roi. Il s’agit des politiques contre les étrangers présents en Angleterre qui constituaient aux yeux de communes une menace pour les Anglais et pour le royaume. La critique se portait sur deux fronts. Le premier tenait au fait que les gens de métiers venus de l’étranger privaient de travail des Anglais, d’autant que ceux-ci, disait-on, n’embauchaient que des compatriotes, qu’ils se regroupaient en communautés fermées et se mariaient entre eux. Les tisserands flamands installés à Londres étaient régulièrement visés comme boucs émissaires en période de difficultés économiques comme l’a bien montré J. L. Bolton pour les xve et xvie siècles4. Celui-ci conclut d’ailleurs son étude par cette remarque laconique: « To modern ears these accusations sound depressingly familiar. The twentieth century seems to have added only one more barrier to integration, that of colour5 ».

5Le second front des attaques contre les étrangers ciblait essentiellement les Français. Pour l’Angleterre des derniers siècles du Moyen Âge, la France fut l’ennemi récurrent. À partir de 1415, Henri v entreprit la conquête de la Normandie et, en 1418, son allié le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, prit le contrôle de Paris et progressivement de ses environs. Après le traité de Troyes de 1420, de concert, Anglais et Bourguignons contrôlaient assez bien la France du Nord depuis la Loire. Malgré ces succès militaires, la mainmise sur la France coûtait cher au trésor anglais et le parlement était appelé régulièrement à entériner la levée de nouveaux subsides au mécontentement croissant de la population. C’est sur cet arrière-fond qu’il faut lire le discours anti-étranger, principalement anti-français, dont les rouleaux du parlement (rotulus parlamenti) se font l’écho à partir du début du xve siècle.

6Un premier coup de semonce fut tiré au parlement de septembre 1402 tenu à Westminster. Les communes demandèrent alors au roi que :

  • 6 Prome, 1402, membrane 11, #48. Pour plus d’informations sur Prome : http://www.sd-editions.com/PROM (...)

toutz moignes et autres religious aliens nees Fraunceys esteantz et receauntz deinz le roialme d’Engleterre soient voidez et banniz hors du dit roialme d’Engleterre, si semble a vostre tresgracious seignurie et as seignurs du dit parlement qe ceo purra estre fait saunz enfreindre de trieves parentre vous et vostre adversaire de Fraunce6.

7Il faut rappeler ici que plusieurs abbayes normandes possédaient des prieurés en Angleterre, que l’opinion publique considérait comme autant d’agents de transmission d’informations stratégiques sur l’Angleterre au profit du roi de France.

8Quatre ans plus tard, dans le long parlement qui s’étira du 1er mars au 22 décembre 1406, le 3 avril, le speaker de la chambre des communes demanda purement et simplement l’expulsion de tous les Bretons et Français :

  • 7 Prome, 1406, membrane 22, #16.

monsire Johan, en noun des ditz communes, monstra a nostre dit seignour le roy, coment as diverses foitz en cest parlement il avoit suppliez depar les ditz communes a mesme nostre seignour le roy, qe pur plusours diverses causes pardevant monstrez, y serroit expedient et molt necessarie, qe les aliens Bretons et Franceois serroient remoevez hors du roialme, dount nulle execucioun est unqore faite7.

  • 8 Prome, 1406, membrane 16, #50.

9La référence aux Bretons tient au fait qu’en 1403, Henri iv avait épousé en secondes noces Jeanne de Navarre, elle-même veuve de Jean iii, duc de Bretagne ; elle vivait entourée d’une maisonnée originaire de Bretagne. Le 19 juin, les communes haussèrent encore le ton et réclamèrent que : « pur profit du roy et du roiaume, qe toutz aliens nient lieges soient voidez hors de roiaume, ou facent fyn au roy8 », c’est-à-dire que tous les étrangers n’ayant pas prêté un serment de fidélité au roi soient expulsés ou chargés d’une amende (fyn) au profit du roi.

10Les requêtes des communes contre les étrangers semblent être demeurées sans effet. À peine couronné, le roi Henri v convoqua un premier parlement qui débuta le 15 mai 1413. Le 3 juin, les communes demandèrent que le statut de 1404 ordonnant le renvoi des étrangers soit mis à exécution, ou à défaut, aboli. Le roi donna son accord en se réservant le droit d’exempter de cette loi les personnes de son choix :

  • 9 Prome, 1413, membrane 8, #15.

Item, priez feust par les communes, qe l’estatuit fait l’an quint le roy Henry, pier nostre seignur le roy q’or est, touchant la voidance des aliens hors de roialme, soit tenuz et gardez, et mys en due execucioun. Et si riens soit fait a contrair, q’il soit repellez. A qi feust responduz, qe le roy le voet; sauvant a luy sa prerogatif, et q’il purra dispenser ovesqe ceux queux luy plerra9.

11Cette demande semble à nouveau être restée lettre morte. Ces quelques extraits des rouleaux du parlement n’épuisent pas le discours xénophobe des communes pour la période considérée. Je voudrais néanmoins avancer dans le temps pour arriver à une décision qui eut des suites importantes pour les étrangers en Angleterre.

  • 10 É. Verenbergh, Histoire des relations diplomatiques entre le comté de Flandre et l’Angleterre au Mo (...)

12En 1439, Henri vi convoqua un parlement qui s’ouvrit à Westminster le 12 novembre. Le contexte historique avait beaucoup évolué depuis les années fastes du règne d’Henri v et du début de celui d’Henri vi. Le 20 septembre 1435, le roi de France, Charles vii, et le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, qui, ne l’oublions pas, était comte de Flandre, signèrent à Arras un traité qui consacrait leur réconciliation et par conséquent la rupture de l’alliance anglo-bourguignonne. Une semaine auparavant, le duc Jean de Bedford, régent du royaume de France, était décédé à Rouen. Ces événements accélérèrent le déclin de la France anglaise qui s’acheva définitivement quinze ans plus tard. En Angleterre, le sentiment anti-français ne cessait de s’aviver en même temps que se développait une forte animosité contre les Flamands. La signature du traité d’Arras était considérée par les Anglais comme une trahison de leur part10. L’opinion publique s’enflamma de plus belle contre les étrangers et en particulier les marchands venus du continent. Il faut rappeler que les Flamands comptaient parmi les principaux acheteurs de la laine anglaise qu’ils transportaient souvent dans leurs propres bateaux.

13La haine des étrangers trouva son expression dans une pétition des communes, présentée le 14 novembre 1439, à l’effet qu’une taxe spéciale devrait être imposée à tous les étrangers vivant sur le territoire de l’Angleterre :

  • 11 Prome, 1439, membrane 15, #13.

That every persone housholder not English borne, dwellynge withynne this your said reaume, men and women borne in Wales, and other made denizeins except, paie to yowe yerely .xvi. d. and that every other persone non housholder, and noght borne in Engelonde, except afore except, paie to yowe yerely .vi. d., atte festes of Pasch and Seynt Michel by evyn porcion11.

  • 12 K. Keechang, Aliens in Medieval Law : the Origin of Modern Citizenship, Cambridge, Cambridge Univer (...)

14Tous les chefs de foyers devraient verser annuellement au roi 16 d. et les autres 6 d., à l’exception des « denizeins ». Le privilège de « denization » accordé par le roi à un étranger, habituellement moyennant finance, lui conférait le même statut qu’une personne née en Angleterre12. La décision fut suivie d’un effet immédiat. Il faut dire que le speaker des communes avait présenté sa demande avec l’appui de la chambre des lords : de assensu dominorum spiritualium et temporalium predictorum. L’année 1440 vit les jurys locaux passer à l’action pour dresser la liste de tous les étrangers habitant les villes et les campagnes du royaume avec leur cote de taxation.

  • 13 England’s Immigrants 1330-1550, En ligne : https://www.englandsimmigrants.com/ [consulté les 13 et (...)

15Les National Archives d’Angleterre conservent sous la cote E 179 les rouleaux contenant la liste de tous les étrangers recensés dans le royaume au cours de l’année 1440. Chaque entrée fournit presque systématiquement le nom de l’étranger, son sexe, son comté, sa ville, son village ou son hundred de résidence, ainsi que son statut de chef de foyer ou non. De façon beaucoup moins systématique, on peut préciser sa nationalité et son occupation. Toutes ces informations ont été versées dans une base de données qui à partir de diverses sources recense tous les immigrants qui se sont trouvés en Angleterre entre les années 1330 et 1550. L’entreprise est le résultat du projet de recherche England’s Emmigrants 1330-1550 dirigé par Mark Ormrod de l’université de York en Angleterre, qui s’est terminé au début de l’année 2015. La base de données est maintenant accessible sur internet13. Je vais maintenant m’y référer pour cerner la population visée par les mesures prises lors du parlement en 1439.

16Les rouleaux de 1440 recensent en tout 15 901 étrangers vivant en Angleterre. Malheureusement, ils ne précisent la nationalité que de 4 632 d’entre eux. Ils représentent tout de même près de 30% de la population recensée, ce qui permet de supposer que ces données fournissent une bonne approximation de la réalité. La base permet de dénombrer ces individus selon les frontières des pays modernes. Voici quels sont les pays ayant fourni le plus grand nombre d’immigrants :

Tableau 1 : Pays modernes d’origine des immigrants et effectifs

France

2 434

Écosse

1 114

Irlande

817

Pays-Bas

324

Belgique

274

Îles Anglo-Normandes

67

Italie

22

Allemagne

22

  • 14 Ayant participé au projet à titre de collaborateur, j’ai eu accès aux résultats du travail de Franc (...)

17Ces pays sont suivis par 7 autres d’où proviennent entre 13 et un seul immigrant : Portugal, Islande, Pays de Galles, Espagne, île de Mans, Norvège et Suède. Il faut savoir que la qualité du recensement selon les comtés n’est pas d’égale valeur et qu’il faut bien en connaître le détail pour une juste appréciation des données. Pour le point qui m’intéresse ici, une faiblesse majeure vient des immenses lacunes du recensement de Londres. Les rouleaux de 1440 attestent de la présence de 1,391 étrangers dans la ville, mais ne fournissent le lieu d’origine que pour 7% d’entre eux. Ce fait introduit une très forte distorsion dans les chiffres concernant l’Italie. Les recensements des années suivantes indiquent que le nombre d’immigrants venus d’Italie devrait se rapprocher de celui de la Belgique. L’importante immigration italienne était intimement liée au commerce et les Italiens vivaient essentiellement à Londres et accessoirement à Southampton, l’autre ville portuaire où accostaient les navires italiens14. Cette première approche confirme que le groupe d’immigrants le plus honni par l’opinion publique anglaise, les Français, formait la plus importante population d’étrangers en Angleterre. Il est cocasse de constater que le second groupe en importance était les Écossais, ennemis des Anglais et alliés naturels des Français au cours des guerres qui ponctuèrent l’histoire des trois royaumes au cours des xive et xve siècles.

  • 15 A. Hinde, England’s Population, Londres, Hodder Arnold, 2003, p. 68-73.

18Les 2 434 Français recensés ne devaient représenter qu’une partie de la population française effectivement établie en Angleterre puisque les rouleaux ne précisent l’origine des immigrants que pour 30% des individus. De plus, ils n’indiquent jamais si la personne identifiée, la plupart du temps un homme, avait une épouse de la même origine. En réalité, le nombre effectif de Français établis en Angleterre dépassait peut-être les 7 000 ou 8 000 personnes. Rappelons que le rouleau d’imposition universelle le plus complet, celui de 1377, permet d’estimer la population totale de l’Angleterre à un niveau minimal d’un peu plus de 2 100 000 d’habitants et maximal de 3 000 000 d’habitants15. Les immigrants étaient en proportion largement moins nombreux que le discours xénophobe tentait de le laisser croire.

19Les rouleaux de taxation des immigrants ne classent évidemment pas les nouveaux venus selon la géographie politique moderne. La catégorie « France » de la base de données England’s Immigrants regroupe un certain nombre d’appellations régionales utilisées par les jurys médiévaux qu’il est intéressant d’étudier. Voici un tableau qui rappelle ces appellations médiévales avec l’effectif de population pour chacun :

  • 16 Il y a lieu de rappeler ici qu’une partie du territoire des comtés médiévaux de Flandre et de Haina (...)

Tableau 2 : Appellations géographiques régionales des gens venus de France et effectifs16

Français

1 572

Normands

471

Flamands

212

Bretons

87

Picards

42

Gascons

41

Hennuyers

6

Navarrais

1

Indéterminés

2

  • 17 A. Curry, « The Nationality of Men-at-Arm Serving in English Armies in Normandy and the Pays de Con (...)

20Il semble bien qu’aucun habitant de la Provence, si chère à Michel Hébert, n’ait eu l’idée de quitter le soleil méditerranéen pour la grisaille anglaise ! Ce système catégoriel pour désigner les habitants de France semble assez répandu chez les Anglais. Dans une belle étude sur le recrutement des armées anglaises en Normandie au xve siècle, Anne Curry relève que les listes médiévales d’engagés distinguent les Français, les Normands, les Bretons, les Picards, les Gascons, les Bourguignons, les Poitevins et les Hennuyers17. De toute évidence, dans ce système s’opposent les catégories marquées, Normands, Flamands, etc., à une catégorie non marquée, Français. Les catégories marquées désignent les populations les plus familières aux Anglais à cause des liens historiques, politiques ou commerciaux qu’ils avaient avec elles. Les Français, ce sont les autres sujets du roi de France.

  • 18 Toutes ces questions démographiques sont exposées en détail dans mon article « Some Sociolinguistic (...)

21Où s’établissaient les Français qui immigraient en Angleterre? C’est là peut-être la donnée la plus surprenante livrée par la base de données. On trouve des étrangers venus de France partout en Angleterre, avec une concentration un peu plus forte dans le sud, bien qu’ils soient également bien présents dans le nord. Les Français s’installaient principalement dans les campagnes. Il s’agit d’une immigration rurale et pas du tout urbaine comme l’immigration au xxe siècle. Ma propre compilation des données m’a permis d’établir que 59% des immigrants français vivaient dans des villages où ils se retrouvaient seuls ou en compagnie d’un ou de deux autres compatriotes. Le pourcentage de Français se retrouvant seuls dans leur milieu d’accueil s’élevait à 34%. En revanche, la ville à avoir reçu le plus de Français est Salisbury avec 81 personnes, suivie de villes peu importantes où l’on retrouve successivement 42, 24, 21 et 20 immigrants18. Face à une immigration aussi dispersée, on imagine mal quels moyens le pouvoir royal aurait pu mettre en œuvre pour obtempérer au souhait des communes d’expulser tous les Français d’Angleterre.

22Pour quelles raisons les Français venaient-ils s’établir en Angleterre? La base de données fournit quelques indices qui nous suggèrent une possible réponse à cette question. On note d’abord que le nombre de chefs de foyers est assez faible ; ce sont 36% des immigrants français qui bénéficient de ce statut. Par ailleurs, les rouleaux notent le métier de 1 154 Français. Parmi eux, 957 sont décrits comme serviteurs, 107 comme ouvriers agricoles, 15 comme agriculteurs, et 12 comme valets. En importance numérique, les premiers ouvriers spécialisés sont 5 tisserands, 5 boulangers et 5 tailleurs. En termes modernes, l’installation des Français en Angleterre semble avoir eu les caractères d’une immigration économique. Cette conclusion serait d’ailleurs tout à fait en accord avec ce que l’on sait de la situation socio-économique des deux royaumes à cette époque.

  • 19 Voir par exemple J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population en française, t. I, Paris, Presses (...)
  • 20 E. F. Jacob, The Fifteenth Century, 1399-1485, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 368-385.
  • 21 Voir ce que l’on peut lire sur l’immigration dans I. S. Arafat et D. E. Allen, Thinking about Popul (...)
  • 22 A. E. Curry, « Isolated or Integrated? The English Soldiers in Lancastrain Normandy », dans S. R. J (...)

23Il faut rappeler au préalable que les rouleaux de taxation recensent les noms des Français présents en 1440, mais ils ne nous disent rien sur le temps écoulé depuis l’arrivée de chacun en Angleterre. Certains plus âgés pouvaient s’y être installés depuis déjà vingt ou trente ans alors que d’autres, plus jeunes, pouvaient être de nouveaux arrivants. Bref, les données que nous analysons doivent être considérées comme l’aboutissement d’un processus qui a pu se dérouler entre les années 1410 et 1440. La période correspond à la reprise des hostilités entre la France et l’Angleterre et à la période de la France anglaise. Toutes les sources de l’époque indiquent que la vie était généralement difficile et parfois périlleuse dans la France au nord de la Loire19. En revanche, l’Angleterre bénéficiait d’une certaine stabilité économique20. La science démographique verrait facilement dans ces conditions l’explication de la forte immigration des Français en Angleterre21. On doit également prendre en compte que la présence anglaise dans le nord de la France a pu être un facteur favorisant le développement de liens entre les deux populations comme en font foi des travaux d’Anne Curry et de Guy L. Thompson22. Ces facteurs laissent supposer que les immigrants simplement désignés comme Français pouvaient provenir pour une bonne part de la France anglaise.

  • 23 J. Herschensohn, « Age-Related Effect », dans J. Herschensohn et M. Young-Scholten (dir.), Cambridg (...)

24Comment les jurys qui parcouraient les différents hundreds et villes de l’Angleterre identifiaient-ils l’état d’étranger d’une personne ? La question se pose d’autant qu’il n’existait au Moyen Âge aucun document émis par l’autorité publique attestant de l’identité d’une personne et de son appartenance nationale. Faute de précisions à ce sujet dans les sources, on peut supposer que dans une société dont le tissu social était très serré, c’est d’abord l’opinion des voisins, la fama publica, qui identifiait quelqu’un comme un étranger. On peut également penser que très rares devaient être les immigrants qui arrivaient à parler l’anglais sans accent. Il était très facile aux enquêteurs d’identifier un immigrant dès qu’il ouvrait la bouche. Les études linguistiques modernes estiment qu’il est presque impossible de maîtriser une langue seconde sans accent à moins que son apprentissage n’ait débuté durant la petite enfance23. Le premier échange verbal avec l’autre trahissait immédiatement son origine étrangère. Si de nombreux Français sont désignés dans les rouleaux de taxation par un prénom, un nom et une identification d’origine, 49% d’entre eux sont simplement identifiés par un prénom accompagné du patronyme formé de leur région d’origine tels « John French » ou « Peter Flemyng » par exemple.

  • 24 British Surnames, En ligne : http://www.britishsurnames.co.uk/ [consulté le 18 août 2015].

25Il faut croire que ces patronymes collaient à la peau de l’immigrant et se transmettaient à ses descendants. Le site internet « British Surname » offre une base de données sur les patronymes de Grande-Bretagne enregistrés dans un recensement effectué en 188124. Le tableau suivant fournit les patronymes de ce type les plus fréquents qui ont survécu jusqu’à la fin du xixe siècle avec le nombre de personnes qui les portaient et le rang de ce patronyme dans l’ordre décroissant de fréquence des patronymes de l’époque.

Tableau 3 : Patronymes de France portés en 1881 avec le nombre d’individus et le rang parmi les patronymes de Grande Bretagne

French

34 166

272e

Norman

33 339

278 e

Fleming

29 477

316e

Britton

14 515

704e

Pickard

6 978

1 534e

26Ajoutons que 3 741 personnes se nommaient Gascoigne ou Gascoygne. Il est étonnant, mais, si on y réfléchit bien, pas surprenant, de constater la correspondance entre la région d’origine des immigrants enregistrée en 1440 dans les rouleaux de taxation et la compilation des patronymes du recensement de 1881. La forte immigration française a laissé des traces indélébiles dans les noms de famille anglais. Il n’y a évidemment aucune raison de supposer que la situation se présente différemment à notre époque.

  • 25 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, Presses Universitaires de France, (...)

27Outre son intérêt pour l’histoire de la population anglaise et le rappel de la dépendance étroite entre l’histoire de France et d’Angleterre qu’on sous-estime trop souvent, ce petit travail est riche d’enseignements sur les phénomènes migratoires et sur les perceptions populaires. On voit que l’opinion publique se montre toujours prompte à s’attaquer aux immigrants et d’en faire un catalyseur des angoisses collectives. La xénophobie peut également être instrumentalisée par les pouvoirs publics comme dans le cas présent où elle fut le moteur de la création d’une nouvelle taxe. En même temps, on peut s’interroger sur l’importance réelle de cette taxe pour les finances du royaume. En supposant que les 15 901 contribuables recensés en 1440 eussent tous versé leur quote-part, elle aurait rapporté un peu plus de 600£ sterling, une somme un peu dérisoire si l’on pense que le revenu annuel du royaume en 1433 fut de 65 000£25. Les rouleaux qu’il nous reste témoignent qu’une bien lourde machinerie avait été mise en place pour un profit financier bien léger. Sans doute cette taxe dut également servir à calmer les esprits au sein de la population. Enfin, l’étude montre que les effets de l’immigration sur une société se mesurent à l’échelle des générations et des siècles, un rythme temporel totalement asymétrique par rapport à l’instantanéité et à la volatilité de l’opinion publique. Rien ne laisse penser que les French, les Norman ou les Fleming de 1861 furent de moins bons sujets de sa Majesté la reine Victoria. D’ailleurs, il est possible qu’un des French du recensement fût le père du général John French qui, juste retour des choses, commanda le premier corps expéditionnaire anglais envoyé en France, en 1914.

Haut de page

Notes

1 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, De Boccard, 2014 (Romanité et modernité du droit), p. 53.

2 R. Britnell, « Town Life », dans R. Horrox et W. M. Ormrod (dir.), A Social History of England, 1200-1500, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2006, p. 145.

3 M. Hébert, Parlementer..., op. cit. p. 76, n. 55.

4 J. L. Bolton, The Alien Communities of London in the Fifteenth Century. The Subsidy Rolls of 1440 & 1483-4, Stamford, Richard iii & Yorkist History Trust, 1998, p. 1-40.

5 Ibidem, p. 36.

6 Prome, 1402, membrane 11, #48. Pour plus d’informations sur Prome : http://www.sd-editions.com/PROME/home.html.

7 Prome, 1406, membrane 22, #16.

8 Prome, 1406, membrane 16, #50.

9 Prome, 1413, membrane 8, #15.

10 É. Verenbergh, Histoire des relations diplomatiques entre le comté de Flandre et l’Angleterre au Moyen Âge, Bruxelles, Imprimerie européenne de C. Muquardt, Merzbach successeur, 1874.

11 Prome, 1439, membrane 15, #13.

12 K. Keechang, Aliens in Medieval Law : the Origin of Modern Citizenship, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

13 England’s Immigrants 1330-1550, En ligne : https://www.englandsimmigrants.com/ [consulté les 13 et 14 août 2015].

14 Ayant participé au projet à titre de collaborateur, j’ai eu accès aux résultats du travail de Francisco Guidi Bruscoli (Université de Florence) spécialiste du commerce entre l’Italie et l’Angleterre. Les travaux de l’équipe font l’objet d’un ouvrage collectif en préparation, édité par M. Ormrod, N. McDonald et C. Taylor dont le titre provisoire est Resident Aliens in Later Medieval England. L’ouvrage fournira de précieux renseignements sur les possibilités et les limites de la base de données.

15 A. Hinde, England’s Population, Londres, Hodder Arnold, 2003, p. 68-73.

16 Il y a lieu de rappeler ici qu’une partie du territoire des comtés médiévaux de Flandre et de Hainaut s’étendait sur le territoire de la France actuelle.

17 A. Curry, « The Nationality of Men-at-Arm Serving in English Armies in Normandy and the Pays de Conquête, 1415-1450 : A Preliminary Survey », Reading Medieval Studies, 18, 1992, p. 135-63.

18 Toutes ces questions démographiques sont exposées en détail dans mon article « Some Sociolinguistic Considerations about French Immigrants Living in England in 1440 », à paraître dans M. Ormrod et alii (dir.), Resident Aliens in Later Medieval England, op. cit.

19 Voir par exemple J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population en française, t. I, Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 337-346 et 407-413 ; E. Carpentier et M. Le Mené, La France du XIe au XVe siècle, population, société, économie, Paris, Presses Universitaires de France, 1996 (Thémis : Histoire), p. 366-369, 385-388, 391-393 et 403-408.

20 E. F. Jacob, The Fifteenth Century, 1399-1485, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 368-385.

21 Voir ce que l’on peut lire sur l’immigration dans I. S. Arafat et D. E. Allen, Thinking about Population. An Introduction to Modern Demography, New York, General Hall Inc., 1995, p 158-186 ; D. J. Bogue, Principles of Demography, New York/London, Wily, 1969, p. 752-756.

22 A. E. Curry, « Isolated or Integrated? The English Soldiers in Lancastrain Normandy », dans S. R. Jones, R. Marks et A. J. Minnis (dir.), Courts and Regions in Medieval Europe, York, Boydell et Brewer, 2000, p. 91-210 ; G. L. Thompson, Paris and its People Under English Rule : the Anglo-Burgundian Regime 1420-1435, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 216-224.

23 J. Herschensohn, « Age-Related Effect », dans J. Herschensohn et M. Young-Scholten (dir.), Cambridge Handbook of Second Language Acquisition, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 315-337.

24 British Surnames, En ligne : http://www.britishsurnames.co.uk/ [consulté le 18 août 2015].

25 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, [1971] (Nouvelle Clio), p. 180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Lusignan, « Le parlement comme lieu d’expression de la xénophobie en Angleterre (ca. 1400-1450) », Memini, 19-20 | 2016, 79-93.

Référence électronique

Serge Lusignan, « Le parlement comme lieu d’expression de la xénophobie en Angleterre (ca. 1400-1450) », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://memini.revues.org/770 ; DOI : 10.4000/memini.770

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org