Navigation – Plan du site
Assemblées représentatives et dialogue politique

Les voix du dialogue politique.
Une ville et des assemblées représentatives entre 1356 et 1358

Florent Garnier
p. 53-77

Entrées d'index

Géographique :

France, Languedoc, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Dans les villes médiévales, représenter et négocier sont deux pratiques qui participent au développement d’un dialogue politique particulièrement nourri avec diverses autorités au sein d’espaces variés du pouvoir. Ville et assemblée représentative sont des acteurs parfaitement connus de Michel Hébert spécialement pour la Provence mais aussi plus généralement à l’échelle du royaume de France et des autres monarchies européennes. Son récent maître ouvrage en témoigne avec la formation d’un « paradigme commun de la représentation, de la négociation et de la genèse d’une opinion publique dans le champ du politique1 ». Il ouvrait son étude par l’évocation de trois moments liés à la tenue d’assemblées en France, en Angleterre et en Castille. Pour les États réunis d’octobre à novembre 1356 à Paris2, il notait alors que, si la convocation avait été adressée à tout le royaume, le comte d’Armagnac avait organisé à Toulouse la tenue d’une assemblée pour le Languedoc3.

2Les réunions des années 1356-1358 ont suscité l’intérêt en ces temps particuliers de dialogue, de réformation et de contestation4. Toute l’importance de l’idée ancienne de réformation du royaume s’inscrivant dans un dialogue gouvernants et gouvernés et soutenue par une réflexion intellectuelle a été analysée de décembre 1355 à mars 1357 et d’avril 1357 à août 13585.

3Alors que les États en Langue d’oïl se sont tenus fin novembre 1355 et en mars 13566, ceux de la Langue d’oc se réunissent à Toulouse le 26 mars 1356. Bertrand de Piberac, évêque de Nevers, ancien évêque de Vabres et prieur de Saint-Martin des Champs de Paris, réformateur général de la Langue d’oc7, Jean Chalemard, président du Parlement et Robert de Clermont, maréchal du duc de Normandie ont été désignés pour représenter le roi et formuler sa demande d’aide pour la guerre. Après discussion, le consentement de la part des députés des communes est exprimé le 4 avril pour la levée pendant un an de six deniers par livre sur toutes les marchandises et les denrées vendues dans le pays ainsi que la levée d’un agneau ou mouton d’or par feu (selon les modalités arrêtées l’année précédente dans la sénéchaussée de Toulouse au profit du comte d’Armagnac). L’accord trouvé est précisé par 17 articles8. Une deuxième assemblée se tient à Carcassonne le 20 mai 1356 mais la levée n’a pas lieu en raison de l’absence du duc de Normandie9. Le comte d’Armagnac doit alors révoquer la levée de six deniers par livre. Néanmoins il obtient cinq sols par feu jusqu’à la venue du duc ou de Jean, comte de Poitiers, qui a été nommé depuis peu lieutenant dans toute la langue d’oc. À partir de ces premières assemblées, bien d’autres suivent en Languedoc en octobre à Toulouse10, après la captivité du roi, puis en 1357 à Toulouse (janvier)11, Béziers (mars)12, Toulouse (mai)13, Albi (juillet et décembre)14, Lyon (janvier 1358)15, Toulouse (mai)16, Béziers (juin)17 et Montpellier (juillet)18 ainsi que pour la Langue d’oïl à Paris (octobre 135619, février 135720, avril 135721, juillet 135722, novembre 135723, février 135824) et à Compiègne (mai 135825).

4Les relations entre assemblées ont été suggérées voire esquissées. Ainsi Raymond Cazelles a évoqué toute l’importance des États de Toulouse de 1356 comme « véritable manifeste d’indépendance » et leur influence sur ceux de Paris de 135726. Plus récemment, Xavier Nadrigny a mentionné une « circulation de l’information » entre Paris et Toulouse27 évoquant un rapport entre les mouvements parisiens de 1356 et la révolte à Toulouse en mai 1357. La circulation et la diffusion tant des idées politiques que leurs traductions réformatrices et leurs effets entre assemblées de Langue d’oïl et de Langue d’oc mériteraient sans doute d’être reconsidérées. Sur le plan fiscal, financier et monétaire, les ordonnances du 28 décembre 135528, du 21 octobre 135629, du 3 mars 135730 mais aussi du 26 juillet 135831 et du 31 juillet 135832 reprennent les mêmes idées qui sont filles de leur temps : consentement à l’impôt pour une durée limitée, affectation de l’impôt aux opérations militaires, création de receveurs élus par les États, reconnaissance à un groupe restreint d’un pouvoir d’ordonnancement, liberté de réunion affirmée, contrôle des comptes aux mains des représentants des assemblées ainsi que demande d’une bonne monnaie.

5À cette première lecture d’un dialogue politique croisé entre ces assemblées, une autre approche complémentaire est l’étude du rapport entre assemblées représentatives et acteurs qui la forment, y débattent, expriment leur consentement et mettent en œuvre les décisions prises. M. Hébert a consacré de belles pages au « temps des débats33 » autour de la formulation de la demande princière et de l’expression de la réponse des participants aux assemblées. Parmi ces acteurs, les villes ont joué un rôle essentiel34 avec leurs députés souvent choisis parmi des gradués de l’Université35. Outre les échanges épistolaires, les registres de délibérations36 et les livres comptables fournissent nombre d’informations sur la convocation, la préparation et la tenue de réunions des États mais aussi la désignation de représentants urbains, leur pouvoir et leur relation au sein des différentes assemblées. Sans revenir sur la formation et l’institutionnalisation progressive des États du Rouergue37 ou bien le statut et le rôle des représentants urbains de consulats rouergats38, cette étude propose de décentrer le regard porté sur ces lieux et temps d’expression du dialogue politique. Nous souhaitons proposer au dédicataire de ces quelques lignes, qui s’est notamment intéressé aux « parlements racontés39 », une première analyse de la connaissance des grandes assemblées représentatives du milieu des années 1350 à la lumière d’une ville de la sénéchaussée du Rouergue.

6Un récit de ces assemblées est envisageable à partir de la riche et continue série des comptes consulaires de Millau40. Le consul et trésorier de la ville, pendant la durée d’un exercice comptable annuel, nous renseigne sur le rythme des réunions en Languedoc, leur objet ainsi que les délégués de la ville et leur action. Ainsi à partir des registres de comptes, couvrant la période allant de mai 1356 à l’été 1358, de trois trésoriers successifs de la ville de Millau41 (Johan Astruc42, Bertrand Guisbern43 et Johan Fornier44), un faisceau d’indices éclaire la connaissance des débats et des décisions prises au sein des assemblées représentatives du Midi de la France. Ces éléments nous renseignent sur la circulation de l’information entre divers lieux de pouvoir, la formation d’une parole politique portée par les envoyés du consulat ou encore la réception et l’application de mesures décidées et votées en commun. Millau, comme d’autres gouvernements urbains rouergats et languedociens, participe toujours aux diverses assemblées, exprime souvent sa position, manifeste parfois son opposition et observe généralement les choix politiques, financiers et militaires arrêtés.

7À partir de cette évocation, il nous paraît possible de soutenir l’idée de l’existence d’une acculturation politique réformatrice moins par la connaissance directe des réflexions politiques du temps, par exemple d’un Nicole Oresme, que par la participation urbaine à la mise en œuvre de décisions inspirées du mouvement de réformation qui a promu « la sauvegarde des libertés par la soumission du pouvoir monarchique aux droits de la communauté45 ». Les dirigeants millavois sont informés des sujets débattus. Ils disposent d’éléments qui leur permettent de connaître des réformes décidées par les assemblées représentatives et de formuler leur avis pour faire entendre leur voix politique. Les comptes consulaires rapportent toute une série d’informations qui ont sans nul doute participé à éclairer le choix des dirigeants urbains. Ils saisissent davantage encore l’importance des dispositions décidées avec la participation de certains consuls à la mise en œuvre de réformes voulues par les assemblées de la langue d’oc.

Relater

8Si la chronique détaillée des années 1356 à 1358 ne peut être reprise ici, l’évocation de divers évènements relatés par les trésoriers millavois permet d’en apprécier l’importance, autant que les sources comptables puissent nous renseigner en raison de leur processus d’élaboration et de leur finalité. Les registres millavois sont utiles pour déceler principalement le degré d’information des autorités urbaines et leurs décisions en réponse aux demandes formulées.

L’information rapportée

9Parmi les diverses informations à disposition des consuls et conseillers, certaines sont consignées par écrit par le trésorier de la ville. Toujours en lien avec la justification de frais de députés millavois à diverses journées et assemblées, elles font du boursier un témoin du dialogue politique de son temps. Cette mise par écrit revêt alors plusieurs fonctions en lien avec la formation d’une mémoire comptable, financière et politique de la ville.

10Les trois registres comptables du consulat de Millau conservés à partir du milieu du xive siècle relatent la situation militaire, politique et financière en Languedoc et du royaume. Ainsi à partir de début septembre 1356 s’ouvre la chronique de relations politiques intenses et de débats fiscaux essentiels pour la défense du royaume. Ils se traduisent notamment par la venue de commissaires pour la levée des 381 écus dus par le consulat en application de la décision des États46. Refusant de payer, cherchant à obtenir un délai, supportant les sergents mis en garnison sur la ville et sollicitant le comte d’Armagnac sur la nécessité de payer, les consuls millavois lèvent néanmoins un comu d’un demi-florin par foyer et de deux gros par deniers. La ville transmet le 18 septembre la somme requise. L’envoyé de la ville, le juriste Esteve Laurens, rapporte alors qu’il a entendu dire que lo rey nostre senhor era prezes. La nouvelle est relatée par le trésorier de la ville dans son compte en date du 28 septembre47. États de la Langue d’Oïl et de la Langue d’Oc se tiennent, pour les premiers du 17 octobre 1356 au 3 novembre quand ils sont séparés48, pour les seconds du 13 au 21 octobre 135649. L’ordonnance du 21 octobre qui précise les dispositions adoptées50, contrairement à celle de réformation du 26 octobre51, est reprise dans le compte de Johan Astruc dans un article de dépense datant du 8 octobre correspondant à la date de départ des envoyés de la ville à la réunion de Toulouse52. On y retrouve principalement la décision de financer 30 000 gens d’armes, le paiement de leurs gages par toute personne de plus de 12 ans :

III d la semana de que tota persona pagues de C. lbr valen entera I d. la semana e que davales tro en XXV lbr epozar tro en XX mc lieuras Item que tota presona que mercadies pagues per C. lbr II d. la semana Item e que davales epozes coma es dich desus Item que aquelas presonas que aurien moble que no mercadies pagues I d. la semana coma dich es desus de la tera Item que tot ientil home pague VI d. la semana per razon car lurs teras ni mobles non paguen re e totas las cauzas desus escrichas e totz los cant neus elas estancsios que ley si feiran per aquel fach desus aporteron plenieyamen e per fecha men escrichas da Toloza…

11Les consuls de Millau apprennent que les trésoriers généraux auraient « excusés » les villes du Rouergue en raison de mauvaises récoltes53. Les réunions tenues à Béziers54, Toulouse et Albi55 sont rapportées par le boursier. En outre, il était prévu par un article de l’ordonnance du 21 octobre 1356 que si la trêve ou la paix était conclue entre les deux rois, le capage cesserait. Un tel acte passé le 23 mars à Bordeaux, la levée continua. Elle suscita la réaction du peuple de Toulouse par son attaque du château narbonnais56. Les deux boursiers millavois en font état. Dans le compte de l’année 1356-1357, l’évocation des événements toulousains date du 8 mai 135757 :

efeyron relasio que noley havien res fach per razo car la ien menuda els populars de toloza vengron am armas contra mosenher lo comte darmanhac luoctenen de nostre senhor lo rey de fransa lo cal era a toloza el castel narbones e nomremens que meyron fuoc e combateron lo dich castel de prima entro sus las vespras ayso seyran lo mars que fon a VIIII de may58.

12Puis dans le compte de l’année 1357-1358, au retour de l’envoyé de la ville G. Felip, sa relation au conseil général de l’Esquille est consignée en juillet. Il fait état de « l’offense que les gens du peuple de la ville de Toulouse avaient fait dans ladite ville de Toulouse au château narbonnais59 ». Cette relation correspond à un mouvement, ici populaire bien plus qu’une « clameur du peuple60 », qu’Oresme définit de manière plus générale comme sédition61.

Item lodigh maistre Guilhem nostre companh fes sa ralasio cant fon venguts ha tout lo cosel general delesquilla en be las altras cauzas quel comte lhur demandet cant los ac faghs sermonar ha mosenhen P. Cazoto quel deson cosel sobre la ho fensa que las gens el pobollar de la villa de Toloza havian facha en la dicha vila de Toloza estan en lo castel narbones eza qui el es tan prezen tan la persona del senhior car era luoctenen e fezen las besonhias del senhior enon remens coma comte eza mias ques pesava que fos lhurs fon lhur digh e lhur fes iurar I cascun delas comunas e lhur fon digh alhur sagramen quezels li doneson bon coselh e lial que fos ha honor del senhior e fon ha coselhat per los baros gentils homes e comunas erespost per els que coma la villa de toloza era molt nobla villa e caps dela lenguadoc quezels li sopleguavon que azel ha gues ha plazer quezel nola volgues destruir ni damnatgar totas ves fon vist per tots que tan gran ho fensa nos podia pasar ses punizo totas ves fon li dig eso pleguat quezell lan fezes per diou que fos mizeri cordioza asi si punis per mostrat ha las altras vilas e luocz hi simple que volian far lo cas semblan entrels meteu ses los gansan las pavas62.

13Les États avec toutes les « communes grosses de Languedoc » sont convoqués pour connaître d’affaires « touchant au profit et à l’honneur du roi notre seigneur de France et du pays ». Les consuls de Millau ont aussi connaissance d’une lettre du viguier de Toulouse les informant qu’à Albi se trouveront les trésoriers généraux et particuliers de Languedoc qui ont été élus par les États. Ils doivent rendre leur compte du capage ayant permis le financement d’hommes d’armes. D’autres assemblées et réunions sont tenues de l’automne 1357 à l’été 1358. D’autres informations sont reçues par les consuls millavois : désignation du comte de Poitiers comme lieutenant du roi en Languedoc63, paix conclue entre le roi d’Angleterre et le roi de France64 ou encore passage à Millau du comte d’Armagnac de retour d’Avignon65 ou du duc de Bourbon allant vers Le Puy66.

14Par l’intermédiaire du compte rendu de mission de l’envoyé de la ville, des lettres et informations recueillies par diverses voies, les consuls et conseillers millavois disposent de nombreuses nouvelles. Leur consignation écrite dans les registres comptables poursuit plusieurs finalités. Bien plus qu’une illustration d’une « obsession comptable » (Jacques Le Goff), ces écrits documentaires sont plus qu’une simple liste de chiffres. Nous avons suggéré qu’ils s’inscrivent dans un processus de formation d’une mémoire collective politique et juridique, celle de l’universitas, à travers l’écriture d’une personne particulière chargée de justifier les dépenses effectuées au nom de la communauté et d’en rendre compte67. Les registres de comptabilités présentent alors une utilité documentaire, liée à la transcription et à la conservation des choix et décisions fiscales et financières des dirigeants urbains, un intérêt comptable et politique, au regard des enjeux de la vérification des écritures, et une valeur mémorielle, en relation avec la construction d’une identité urbaine. Par l’évocation des débats et des décisions en lien avec les réunions des assemblées représentatives, cette comptabilité urbaine permet également d’approcher l’expression d’une politique consulaire liée à la défense des droits de l’universitas dans son rapport aux gouvernants. La voix du consulat trouve ainsi à s’exprimer.

La décision exprimée

15L’objet des diverses réunions auxquelles participent les représentants de Millau est toujours précisé par les comptables. Il se traduit par l’emploi d’un vocabulaire relevant du champ du dialogue politique. Il exprime aussi, à la lumière de la mention des décisions arrêtées, la sauvegarde des droits de la communauté. Consentement à l’impôt et audition des comptes des sommes levées pour le financement de la guerre sont des terrains propices à de telles formulations. Les comptables millavois emploient un vocabulaire politique relevant de plusieurs champs des rapports gouvernants et gouvernés qu’il s’agisse tout particulièrement des mots pour exprimer le conseil, le dialogue, l’opposition ou encore l’acceptation. Par l’intermédiaire des envoyés du consulat mais aussi des écrits épistolaires dont les conseillers de la ville sont informés, le trésorier a connaissance de vocables et d’expressions qui se retrouvent aussi en d’autres lieux68.

16La ville est tout d’abord sollicitée par le lieutenant général du Languedoc ou ses représentants pour acosselhar69, donner bon coselh e lial70 ou hacoselhar am las comunas71. Demandes de nouvelles impositions et de levées d’hommes d’armes sont alors adressées aux communautés urbaines en ce qu’elles constituent des cauzas utils e necessarias sobre la defensa del pays72. La formulation de la sollicitation dans l’intérêt du bien commun est ainsi exprimée73.

17Elle ouvre alors un temps d’échanges et de débats avant l’expression d’une réponse. Le vocabulaire du dialogue entre différents acteurs est employé dans les registres comptables qu’il s’agisse de prendre parole et de consulter (eper parlar eper consultar)74, de faire savoir son intention (per saber nostra ententa)75 ou de négocier (tractar76, per tractar sobre la resposta que devian far las comunas ha Tolloza)77.

18De ce dialogue naissent des positions parfois différentes et clairement exprimées par les comptables millavois. Tel est le cas à la fin janvier 1358 et au mois de juin de la même année à l’occasion du financement d’hommes d’armes par un capage. Les conseillers de la ville rappellent tout d’abord dans une lettre adressée à leur représentant quezel sabia lententa del coselh cant parti destavilla e ques des guarda que non hi cosentit en re car lo coselh non ho avia per ha gradable78. La ville expriment ensuite sa position de ne pas consentir79. Quelques mois plus tard, le boursier traduit enfin la mise en cause de la liberté de la ville par recours à l’idée de servitude80. Le prince qui gouverne pour le bien de la communauté ne peut les imposer sans leur consentement. C’est là un élément repris dans les discours portant sur la fiscalité. Telle est ainsi l’idée formulée dans une question quodlibétique par Godefroid de Fontaines en 1294/129581. Telle est encore l’image employée du « joug de la servitude » par Évrart de Trémaugon dans le Somnium Viridarii82. Situation de servitude qui serait alors celle de la ville et des autres communautés de la sénéchaussée si le capage est payé sans que leur consentement ait été exprimé83. C’est là une défense claire des droits politiques de la communauté, d’un « dogme populaire » (J. Krynen). Cette nécessité du consentement, portée par l’idée de réformation, est particulièrement exprimée par Nicole Oresme dans le De moneta puis reprise dans la seconde moitié du xive siècle84. Le boursier Johan Fornier, quelques jours plus tard, revient sur ce capage qui non era estatz autreyatz per la comunas85.

19Enfin dernier temps de l’échange entre les parties, l’acceptation est exprimée par trois verbes : aponchar86, acordar87 et cosentir88. Les deux premiers traduisent davantage l’idée d’un accord trouvé par rapprochement de points de vue initialement différents alors que le dernier, plus habituel dans le cadre du dialogue avec les assemblées représentatives, les engage politiquement et juridiquement avec l’accord de volonté manifesté. Ces mots illustrant les rapports suscités par la tenue des assemblées représentatives s’inscrivent dans le champ politique de la « liberté du don89 ».

20Les comptabilités consulaires millavoises offrent d’utiles informations pour saisir l’expression d’une voix politique urbaine en lien avec la tenue d’assemblées représentatives. Elles nous renseignent aussi sur les personnes qui représentent la ville aux différentes assemblées. Elles ouvrent plus particulièrement la voie à la connaissance de la participation de certains membres de la ville au sein des organes mis en place par les assemblées représentatives au cours de ces années 1356-1358.

Participer

21Parmi les différents envoyés de la ville, nombre d’entre eux appartiennent aux équipes consulaires et à l’un des deux conseils de la ville. Certains sont plus régulièrement sollicités pour représenter le consulat90. Ils participent régulièrement aux négociations politiques et financières. Rompu aux affaires urbaines, le juriste Guilhem Felip déploie aussi ses compétences hors des murs de la ville. Tel est aussi le cas de Gui de Vonc le jeune qui passe du service de la ville au service des États.

Du service de la ville

22Parmi les différents édiles millavois, G. Felip s’est particulièrement investi dans la gestion des affaires urbaines. Tout d’abord, il est membre de l’un des deux conseils de la ville (Conseil de l’Esquille)91. Il a aussi assumé depuis 1353 des charges consulaires. Il sera désigné consul à huit reprises jusqu’en 139292 finissant deuxième consul au cours de ces deux dernières charges. Cette longue carrière consulaire s’accompagne de l’exercice d’autres fonctions avec la gestion de la mise en défense de la ville en 1357 et en 1361 ainsi que la participation à la commission de reddition des comptes de travaux. Ce juriste a été notaire royal au cours de la seconde moitié du xive siècle. Il est en particulier consulté par les consuls millavois début septembre 1369 avec trois autres juristes locaux pour prendre connaissance de la réponse des docteurs de Bologne relative à la reconnaissance de la souveraineté du roi de France sur la ville93. C’est dire s’il jouit ainsi au sein de la ville d’une reconnaissance et qu’il a participé de manière régulière à l’activité administrative, politique et financière de la ville. Il a une très bonne connaissance des rouages urbains étant un de ses acteurs principaux. Ses qualités et compétences sont alors mises à profit pour représenter le consulat.

23Lorsqu’il est consul pendant l’exercice 1357-1358, il n’assume pas moins de 12 missions variant de quelques jours à près d’un mois s’absentant au moins pendant 67 jours. Il participe ainsi à plusieurs assemblées convoquées par le comte d’Armagnac ou le comte de Poitiers pour discuter d’aide financière avec les autres communes de la langue d’oc. Il est aussi en relation avec différents officiers royaux de la sénéchaussée du Rouergue.

Tableau 1 – Voyages pour le consulat de Millau de Guilhem Felip de 1357 à 1358 (d’après Archives Municipales de Millau, CC 350 I, CC 351 I et CC 352 I)

Date de désignation ou consignation par le (ou les) conseils de la ville

Lieu

Objet

Durée

Références

1er mars 1357

Béziers

Réunion des communes de Languedoc avec le comte d’Armagnac

21 jours

CC 350 I, f° 45 r°

8 juillet 1357

Albi

Journée devant le comte d’Armagnac prévue le 8 juillet où doivent se retrouver toutes les « communes grosses » de Languedoc

24 jours

CC 351 I, f° 7 v°

HL, IV, p. 292

17 août 1357

Villefranche de Rouergue

Rencontrer le juge mage de la sénéchaussée du Rouergue

5 jours

CC 351 I, f° 11 v°

31 août 1357

Rodez

Journée devant le lieutenant du sénéchal du Rouergue à la demande du comte d’Armagnac pour une réunion de toutes les communes du Rouergue pour répartir un subside de 50000 écus d’or accordé par les communes de Languedoc

5 jours

CC 351 I, f° 12 r°

12 sept. 1357

Rodez

Journée avec les autres communes du Rouergue pour répartir un capage de 5000 écus d’or revenant à la sénéchaussée et entendre les comptes des trésoriers du capage

4 jours

CC 351 I, f° 13 r°

28 sept. 1357

Bailliage de Millau

Recherche des collecteurs du capage pour le bailliage

2 jours

CC 351 I, f° 19 v°

30 sept. 1357

Rodez

Journée avec les autres communes pour la répartition du capage de 5000 écus d’or

4 jours

CC 351 I, f° 20 r°

Nov. 1357

Albi

Finance

 

CC 351 I, f° 24 r°-v°

Mars 1358

Rabastens

Entendre les comptes des trésoriers généraux de  Languedoc

 

CC 351 I, f° 38 r°

Mars 1358

Toulouse

Journée devant le comte de Poitiers

 

CC 351 I, f° 38 v°

HL, IV, 294

Avril 1358

Lavaur

 

 

 

20 mai 1358

Brousse

Parler avec le seigneur d’Arpajon

2 jours

CC 351 I, f° 48 r°

24Gui de Vonc le jeune est un autre des consuls millavois qui a représenté la ville et impliqué dans le fonctionnement des institutions mises en place par les États. Choisi comme consul en 1357 et en 1361, exerçant la collecte d’un capage en 135794 et assumant de nombreuses missions pour la ville, il meurt le 9 juillet 1361 quelques mois après avoir débuté son consulat95. Tout au long de l’exercice comptable 1357-1358, il participe à de nombreuses journées et assemblées en Rouergue et en Languedoc. Ces 16 réunions le retiennent 115 jours hors de la ville en particulier pour le financement d’hommes d’armes utiles à la défense du Rouergue et la discussion du capage demandé par le comte de Poitiers. Il participe même avec G. Felip en septembre 1357 à la « recherche des collecteurs du capage des lieux du bailliage96 ».

Tableau 2 – Voyages pour le consulat de Millau de Gui de Vonc le jeune de 1357 à 1358 (d’après Archives Municipales de Millau, CC 350 I, CC 351 I et CC 352 I)

Date de désignation ou consignation par le (ou les) conseils de la ville

Lieu

Objet

Durée

Références

30 sept. 1357

Rodez

Journée avec les autres communes pour la répartition du capage de 5000 écus d’or

4 jours

CC 351 I, f° 20 r°

16 nov. 1357

Rodez

Hommes d’armes pour la défense du Rouergue

4 jours

CC 351 I, f° 23 v°

2 déc. 1357

Rodez

Hommes d’armes pour la défense du Rouergue

13 jours

CC 351 I, f° 25 r°-v°

 

7 déc. 1357

 

Albi

Défense du pays, audition des comptes et détermination de la répartition de 5000 écus restant à payer aux hommes d’armes pour le capage

 

19 déc. 1357

Villefranche de Rouergue

Hommes d’armes demandés par le sénéchal pour mettre « en la frontiera de rozergue per rezestir als enemics »

5 jours

CC 351 I, f° 26 v°

 

27 déc. 1357

 

Rodez

Hommes d’armes demandés par le sénéchal pour mettre « en las frontieras de rozergue per rezestir als enemics »

6 jours

CC 351 I, f° 28 r°

3 janv. 1358

Lyon

Journée convoquée par le comte de Poitiers

15 jours

CC 351 I, f° 29 r°-v°

 

20 janv. 1358

 

Rodez

Hommes d’armes demandés par le sénéchal pour mettre « en las frontieras de rozergue per rezestir als enemics »

5 jours

CC 351 I, f° 30 v°

31 janv.

Villefranche de Rouergue

Hommes d’armes pour la défense du Rouergue

7 jours

CC 351 I, f° 32 v°-33 r°

8 mars 1358

Saint-Rome-de Tarn

Transporter l’argent du capage au trésorier général député par les États (Maurel Daurlhac)

1 jour

CC 351 I, f° 36 r°-37 r°

23 mars 1358

Villefranche de Rouergue

Déterminer la réponse des communes pour l’assemblée de Toulouse du 28 mars devant le comte de Poitiers pour un capage de 4 mois

8 jours

CC 351 I, f° 39 r°

6 avril 1358

Villefranche de Rouergue

Défense du pays

17 jours

CC 351 I, f° 40 v°-41 v°

11 avril 1358

Toulouse

Demande d’un capage de 4 mois aux communes de la Languedoc

27 avril 1358

Rodez

Compte rendu des pourparlers de la réunion tenue à Toulouse

23 jours

CC 351 I, f° 44 r°

29 avril 1358

Toulouse

Capage

CC 351 I, f° 45 r°

24 mai 1358

Cassagnes-Royaux

Répartir 4000 florins d’or et entendre la relation des envoyés du Rouergue à Toulouse

7 jours

CC 351 I, f° 50 r°

25Au cours de ses différentes missions, de Vonc assume aussi la fonction de représentant de la Haute Marche du Rouergue à Albi en décembre 135797 et à Toulouse en avril 135898. Lui comme Felip passe ensuite au service des États de Languedoc. Ils n’en demeurent pas moins de précieux relais d’information pour le consulat millavois.

Au service des États

26Parmi leurs différentes activités, Felip et de Vonc participent à la mise en place de nouvelles mesures adoptées par les États de Languedoc après l’annonce de la capture du roi. Les États réunis à partir du 13 octobre 1356 à Toulouse décident de l’entretien de troupes à partir du 1er novembre par le financement par chaque chef de famille de trois petits deniers tournois par semaine. À ce capage s’ajoute la levée d’une taxe hebdomadaire sur tous les habitants à proportion de leurs biens meubles et immeubles. Ces nouvelles mesures mettent fin à la levée de l’imposition de six deniers par livre sur les denrées et marchandises promises en avril 1356 ainsi qu’au subside de cinq sols par feu accordé au comte d’Armagnac dans les sénéchaussées de Beaucaire et de Carcassonne. Outre l’affirmation de leur liberté de pouvoir se réunir à volonté pour discuter de la levée du subside, les États précisent les modalités de la taxation, son recouvrement et son contrôle. Ils prévoient de désigner quatre trésoriers ou receveurs généraux. Ils ne doivent alors recevoir leurs ordres que d’une commission de 24 personnes élues par les trois États. L’un des quatre trésoriers généraux, Maurel Daurlhac de Rodez, vient à Millau le 20 novembre 135699. Il est qualifié de « trésorier général député par les États » en mars 1358100. Pour entendre et arrêter les comptes des receveurs généraux et particuliers, une commission de 12 personnes est prévue. Chacun des ordres désigne alors quatre membres101. Réunis le 1er janvier 1357, les envoyés du consulat de Millau doivent auzir la rellasio dels tezauriers dels estatz sur le capage destiné à payer, selon le trésorier millavois, les 5 000 glaives et 5 000 sergents à cheval102. Guilhem Felip est élu comme l’un des quatre représentants des communes pour être auditeur des comptes des trésoriers particuliers de Languedoc à l’été 1357 au cours de la réunion à Albi des États du commun de la langue d’oc devant le comte d’Armagnac103. À la date du 8 juillet 1357, le boursier millavois fait état dans son compte de la relation du voyage par G. Felip et de manière inhabituelle la signale par un dessin104.

Item enapres lhur fon dig quezel los avia mandats per auzir los comtes dels tezaurias edels homes darmas que avian servit en la dicha guera efon vist que per tanta de gen nos podia ben far foron elegistz per los senhiors dels estats e per las comunas IIII senhiors de cada senescallia per auzir los digs comtes e fon elegits per I dels IIII de rozegue maistre guilhem felip nostre companh e foron tugh li senhiors los cals foron azordenats per auzir los dichs comtes105.

27À partir de septembre 1357, l’absence de Guilhem Felip en raison de sa nouvelle mission est perceptible dans le compte du boursier Johan Fornier. Tel est le cas en particulier lorsqu’il se rend à Rodez pour entendre les comptes des trésoriers, P. Cadel et Guilhem Darbus, pour le capage ou bien encore à Rabastens pour les comptes des trésoriers généraux du Languedoc. Il en va de même pour Gui de Vonc le jeune en avril 1358106. Après l’accord à Toulouse du financement de 1000 hommes d’armes et de 1000 sergents107, il a été décidé la désignation, pour chacune des sénéchaussées, d’un trésorier ainsi que d’un homme chargé des montres des hommes d’armes. De Vonc est choisi pour assurer cette seconde fonction.

28Ils occupent ainsi tous deux au cours de ces années une place particulière comme observateur et acteur des assemblées représentatives et de la mise en œuvre de leurs décisions. Ils sont également une source précieuse d’informations pour les consuls et conseillers de Millau. Ils ont sans nul doute par leurs relations devant le consulat porté à sa connaissance les idées discutées au sein des assemblées représentatives. Les lettres envoyées par eux, dont le boursier évoque le contenu, fournissent encore d’utiles données à la compréhension des demandes et des débats du temps108.

29La documentation comptable millavoise est à l’évidence moins centrée sur un discours formé et construit par les acteurs directs des diverses assemblées représentatives tenues dans le Midi du royaume. Elle consigne avant tout les données servant à la justification d’une dépense acquittée par le trésorier de la ville. Elle est néanmoins utile pour préciser les informations disponibles et retenues par les trésoriers. Il convient de rester prudent quant au degré réel de leurs connaissances en relation notamment avec les divers réseaux et canaux d’informations dont ils peuvent disposer. Les éléments qui nourrissent le dialogue politique au milieu du xive siècle et s’inscrivant dans la continuité de l’idée de réformation sont néanmoins perceptibles. Un faisceau d’indices met en lumière la défense des droits de la communauté ainsi que la sauvegarde et la défense des libertés « locales » face au prince et à ses agents en lien avec l’expression du consentement fiscal. Les échanges politiques se poursuivent et s’intensifient au cours des décennies suivantes en Rouergue, en Languedoc et dans le royaume alimentant le projet politique de réformation.

1HébertParlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge2Ibid3IbidDevicVaissetteHistoire générale du Languedoc ( HL)erChroniques des règnes de Jean ii et Charles vDelachenalOrdonnances des rois de France de la troisième raceORF), Secousse4KrynenBlucheRialsLes Révolutions françaisesIdemxiveDas Publikum politischer Theorie im 14. JahrhundertRigaudièreLauranson-RosazDeroussinMélanges en l’honneur du professeur Nicole Dockès5Krynen6ORFORF7HL8HLHL9HL, t. IX, p. 657.10HL, t. IX, p. 666-670. Chroniques des règnes de Jean ii et Charles vORF11DognonLes institutions politiques et administratives du pays de Languedoc du xiiie siècle aux guerres de religion12HL, t. IV, p. 291.13Ibid.14IbidFlandin-BlétyEssai sur le rôle politique du Tiers État dans les pays de Quercy et de Rouergue (xiiie-xve siècles)15Flandin-BlétyEssai…, op. cit.16HLORFSociété politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles v17Flandin-BlétyEssai…, op. cit.18HL19DelachenalR.H.D.F.E20J.-C. Comte de BeugnotAnnuaire historique pour l’année 1840 publié par la  société de l’histoire de France21PicotHistoire des États Généraux considérés au point de vue de leur influence sur le gouvernement de la France de 1355 à 161422Ibid., p. 70.23Ibid., p. 73.24Ibid., p. 75.25Ibid26CazellesSociété politique…, op. cit.27NadrignyBoucheronOffenstadtL’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas28ORF, t. III, p. 19-37.29Ibid., p. 99-109.30Ibid., p. 121-146.31Ibid., p. 187-190.32Ibid., p. 191-194.33M. HébertParlementer…, op. cit., 34Flandin-BlétyRecherches sur les États du pays et sénéchaussée du Rouergue (Les États au xive siècle)IdemLe comportement politique des villes et le pouvoir royal en Haut-Quercy au xive siècle (1285-1360)IdemEssai… op. cit.35Krynen.36Hébert,Parlementer…, op. cit., 37GarnierxivexveGenetConsensus et représentation. Colloque organisé dans le cadre du programme Signs and States (European Research Council) par le LAMOP (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et le Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne), 14-16 mars 2013, Dijon38GarnierPéricardLa part de l’ombreArtisans du pouvoir et arbitres des rapports sociaux (viiie-xve siècles)39Ibid40GarnierUn consulat et ses finances. Millau (1187-1461)414243sestayral44xivexve45Krynen.46Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 14r-17v.4748ORF, 49HL50ORFHLHLGrandes chroniques de FranceParis51ORF, t. III, p. 111-113. HL, t. IV, p. 290.52Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 23v-24r.53Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 41v.54Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 45r.55Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 7v.56HL57NadrignyInformation et opinion publique à Toulouse à la fin du Moyen Âge58Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 52v. 59Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 8r.60Rigaudière61Krynen.62Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 7v-8r.63Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 28r.64Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 50v.65Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 42v.66Millau, Arch. mun., CC 352 I, fol. 2r.67GarnierGilliSalvatori Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi de la Studies in European Urban Historyidem,MattéoniBeckClasser, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge68Krynen.69Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 28v, 40v, CC 352 I, fol. 5r, fol. 8v.70Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 7v-8r.71Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 25r.72Millau, Arch. mun., CC 352 I, fol. 8v.73RigaudièrexiiiexveLecuppre-DesjardinVan Bruaenen (De Bono Comuni. Discours et pratique du Bien Commun dans les villes d’Europe (xiiie au xvie siècle)74Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 44r.75Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 32v.76Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 7v, CC 352 I, fol. 5r, fol. 8v.77Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 39r.78Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 31r.79Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 33r.80Scordia, Le roi doit “vivre du sien”. La théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles),81Ibid, Krynen,L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France xiiie-xve siècle82Somnium ViridariiSchnerb-Lièvre ()83e coma al dig cabatge non aguesson en re cossentit las comunias de Rozergue per que fon de cosselh que fosson las comunias a Rodes per acosselhar enqual maniera seria segut e deffendut que no si pagues ni las gens de Rozergue non intresson en tant malvada e abominabla servitut coma intrarian sel dig cabatge si pagava endig ses cossentimen84Hébert,Parlementer…, op. cit., 85Millau, Arch. mun., CC 352 I, fol. 5r.86Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 34v. aponchamen87Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 40v-41r.8889HébertParlementer…, op. cit., 90Garnier,.91Millau, Arch. mun., CC 355 I, fol. 59r. Garnier,Un consulat…, op. cit.,92e ee93GarnierUn consulat…, op. cit.,9495Millau, Arch. mun., CC 355 I, fol. 9r.96Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 19v.97Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 25v.98Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 41v.99Millau, Arch. mun., CC 350 I, fol. 36v.100Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 36r.101ORF, t. III, p. 99-109. HL, t. IV, p. 289-290. HLGrandes chroniques de France102Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 36v. HL103HL, t. IV, p. 292.104Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 7v.105Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 8r.106Millau, Arch. mun., CC 351 I, fol. 45v.107HL108
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Garnier, « Les voix du dialogue politique.
Une ville et des assemblées représentatives entre 1356 et 1358
 », Memini, 19-20 | 2016, 53-77.

Référence électronique

Florent Garnier, « Les voix du dialogue politique.
Une ville et des assemblées représentatives entre 1356 et 1358
 », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://memini.revues.org/766 ; DOI : 10.4000/memini.766

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org