Navigation – Plan du site
Assemblées représentatives et dialogue politique

La participation des officiers du comte de Provence et de Forcalquier aux assemblées des États (1347-1434)

Jean-Luc Bonnaud
p. 53-77

Entrées d'index

Mots-clés :

assemblées, officiers, états

Géographique :

France, Provence, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1En feuilletant les deux éditions des textes produits par les États de Provence et en lisant les listes des présences aux assemblées, mon attention avait été attirée à plusieurs reprises par des noms de représentants de communautés que je connaissais bien en tant qu’officiers du comte de Provence. Je m’étais depuis longtemps posé la question de leur présence aux assemblées d’État, sans avoir eu le temps de procéder à une recherche plus approfondie. Ces Mélanges sont l’occasion de réfléchir à cette question tout en rendant hommage à celui qui m’a orienté, alors que j’étais étudiant, il y a maintenant de nombreuses années, vers la prosopographie et les riches sources des comtés de Provence et de Forcalquier.

  • 1 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la (...)
  • 2 M. Hébert, « La noblesse et les États de Provence », dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La nobles (...)

2Dans Parlementer, M. Hébert se posait la question de la place des officiers et gens du conseil dans les assemblées d’État, en affirmant que celle-ci était difficile à déterminer. S’interrogeant surtout sur leur participation aux délibérations, il affirmait que la situation était variable selon les régions étudiées, mais pour la Provence, il supposait leur absence des délibérations1. Cependant, dans un article plus ancien, il soutenait, en parlant de la noblesse, qu’une « étude plus poussée permettrait de constater qu’il n’y a pas non plus de frontière étanche entre la participation aux assemblées et les fonctions dans l’administration royale » et que « le service du pays et le service de la Cour n’étaient pas des missions incompatibles2 ».

  • 3 M. Hébert et G. Gouiran, Le livre Potentia des États de Provence, Paris, Éditions du CTHS, 1997.
  • 4 M. Hébert, Regeste des États de Provence, Paris, Éditions du CTHS, 2007.
  • 5 Il n’y a que dix listes de présence disponibles entre 1359 et 1480, alors que les États se seraient (...)

3Il est évidemment impossible de mesurer la réelle participation des officiers aux discussions des assemblées, mais il est toutefois concevable d’évaluer la présence des officiers aux réunions des États, à partir de l’édition du registre Potentia3 et des textes issus des États, réunis dans le Regeste des États de Provence4. En effet, les noms des personnes présentes sont parfois inscrits en début de cahier ou ailleurs dans les chapitres. En l’absence de liste de présence, l’auteur a pu à partir de sources diverses reconstituer les noms de quelques délégués. Tout cela reste souvent fort incomplet, mais nous permet tout de même d’en avoir un échantillon représentatif. Ceux qui sont les plus souvent nommés, au dire de l’auteur, sont les députés des communautés. Cependant, de temps en temps, il y a des listes de nobles présents pour eux-mêmes. Ces listes sont trop peu nombreuses5 pour qu’elles puissent être étudiées, d’autant plus que les nobles y sont souvent présentés uniquement avec le nom de leur seigneurie, rendant difficile leur identification. Aussi nous contenterons-nous d’étudier les représentants des communautés. Première constatation, il est fort rare qu’il n’y ait aucun officier présent lors de ces assemblées. À chaque fois qu’un nombre assez conséquent de députés a pu être retrouvé, nous rencontrons des officiers du comte de Provence. Ce n’est que dans les assemblées où très peu de représentants ont pu être retracés que parfois les officiers sont absents. Les sources sont ici responsables. Étant donné les lacunes de la documentation, faire des statistiques sur la présence des officiers aux États n’est pas très significatif. Quelques exemples étaieront mieux notre propos. En novembre 1388, sur les 10 représentants connus des communautés, il y a 6 officiers. En décembre 1394, sur 16 délégués, 4 officiers sont présents alors qu’en février 1382, le rapport est de 4 officiers pour 8 délégués connus. Même lorsque nous ne connaissons que très peu de délégués, il y a presque toujours des officiers. Ainsi en 1374, à Aix, les 4 représentants connus des communautés sont des officiers du comte. Il y a donc de façon générale une présence continue des officiers en tant que représentants des communautés.

  • 6 AD13, B 1900, fol. 22v, 23 ; B 1696, fol. 57v.
  • 7 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 316.
  • 8 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis i et Louis ii d’A (...)
  • 9 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 113.
  • 10 J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence au xive siècle (1309- (...)
  • 11 F. Cortez, Les grands officiers de Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de la Socié (...)
  • 12 AD13, B 10, fol. 146v ; B 1750, fol. 84v.
  • 13 AD13, B 10, fol. 145v, 146v.
  • 14 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 57, 106, 107, 108, 110, 135, 140.
  • 15 J.-L. Bonnaud, Un État..., op. cit., no 363.
  • 16 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 135.
  • 17 Après avoir été clavaire dans différentes circonscriptions provençales, il exerça à Barjols entre 1 (...)

4Toutefois, trois possibilités peuvent se présenter. Les officiers purent avoir été en fonction avant, pendant ou après la tenue de l’assemblée où ils furent présents. Pour ces derniers, nous ne pouvons alors parler d’officiers aux fins de cette analyse, puisqu’ils n’avaient encore jamais servi le comte de Provence. Ce fut le cas de 34 personnes. Cela réduit d’autant le nombre d’officiers présents aux assemblées. Il en reste toutefois un nombre significatif. La plupart (52 personnes) avaient été officiers avant de siéger et n’étaient plus alors à strictement parler à l’emploi du comte de Provence. Pensons par exemple à Jacques Barralerii, viguier de Forcalquier de 1406 à 14106, représentant de Tarascon aux états d’Aix de juin 14287, ou à Antoine de Bayono, juge dans différentes circonscriptions provençales entre 1386 et 13938, et représentant de Bayons aux états d’Aix de mai 13979. Citons également Antoine Olerii, clavaire10, trésorier de Provence11, maître rational12 et conseiller du roi13 entre 1352 et 1386, avant de représenter à sept reprises la ville d’Apt à des assemblées d’état entre 1363 et 138114. Certains avaient eu une longue carrière administrative, à l’image de Raymond Clementis qui avait occupé dix offices de judicature locaux entre 1358 et 137415, avant d’être nommé représentant de Draguignan aux états d’Aix de février 138316. Son statut de docteur en droit civil contribua certainement à sa désignation par ses concitoyens. Comment interpréter le choix porté sur des anciens officiers comtaux et ce passé de serviteur du comte a-t-il joué un rôle dans leur nomination? Il est difficile de répondre à ces questions, puisque nous ne disposons pas de documents nous permettant d’analyser les motifs ayant présidé à ces choix. Il paraît tout d’abord peu probable que le passé d’officier de ces représentants ait été oublié par les habitants de leur communauté, surtout quand ils avaient officié dans leur propre ville comme ce fut le cas de Guillaume Maleti17. Il est donc fort probable que ce passé ait été pris en compte lors de leur nomination. Les habitants des communautés devaient alors déterminer si l’expérience administrative était un atout suffisamment important pour qu’ils envoient siéger un homme ayant représenté l’État provençal pendant plusieurs années, qui avait donc été plus proche des intérêts de l’État que de ceux de ses concitoyens. La plupart du temps, le statut d’ancien officier ne semble donc pas avoir causé de problèmes majeurs aux communautés. Au contraire, il a pu être considéré comme un atout.

  • 18 AD13, B 1695, fol. 41v.
  • 19 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 150
  • 20 AM Digne, FF 36, fol. 12r.
  • 21 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 134 ; L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, (...)
  • 22 AD13, B 1898, fol 528r ; B 1899, fol. 49 r ; B 10, fol. 25v.
  • 23 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 173.
  • 24 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 320.
  • 25 AD13, B 5, fol. 254r ; B 9, fol. 289r.
  • 26 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 171.
  • 27 AD13, B 5 fol. 197v ; B 190, fol. 232v.
  • 28 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 30, 51, 87, 113, 159, 173.
  • 29 AD13, B 8, fol. 45v, fol. 206r.
  • 30 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 87.
  • 31 Nous avons pu retrouver 12 bacheliers, 13 jurisperiti, 4 licenciés et 2 docteurs. Il est à noter qu (...)

5Au moins, ces hommes avaient l’avantage d’avoir cessé leur fonction et donc ne plus être en lien direct avec le pouvoir. Cela n’était pas le cas d’au moins 24 personnes qui furent représentants aux États de Provence durant leur carrière administrative. Compte tenu des nombreuses lacunes dans les noms des représentants et également dans les listes d’officiers du xve siècle, ce chiffre est tout de même non négligeable. Toutefois, comme ces carrières sont discontinues, surtout pour les officiers locaux dont la charge est annuelle ou bisannuelle, il n’est pas certain que tous étaient vraiment en fonction au moment précis de la tenue de l’assemblée. Par exemple, Guy Crespini venait juste de terminer son mandat de juge d’Apt18 lors qu’il représenta Sisteron en novembre 138819, avant d’entamer un office de judicature à Digne20. Par contre, nous sommes certains que Guillaume de Sault était viguier d’Arles au moment où il représenta cette ville à l’assemblée d’Apt d’octobre 138221. Il en va de même pour Talon Taloni, châtelain de Forcalquier22, représentant de la même ville aux états de juin 1399 à Marseille23, ou de Bertrand Gaufridi, dont la fonction de viguier de Forcalquier est spécifiquement indiquée. Il représente alors toute la viguerie lors des états de Brignoles de juin 143224. Pour les officiers centraux dont les charges sont en général plus longues, voire permanentes, nous sommes beaucoup plus certains de leur statut au moment où ils siégeaient aux états. Ce fut le cas de trois grands officiers. Jean Drogoli, maître rational25, fut représentant de Lorgues aux états de Tarascon de décembre 139826. Guigonet Jarente, maître rational27, représenta différentes communautés, telles Moustiers, Seyne, Barjols, Grimaud et Digne à plusieurs reprises entre 1393 et 139928. Antoine Botarici, d’Aix, maître rational29 également, représente sa ville à l’assemblée d’août-septembre 139630. Nous avons ici affaire à trois officiers importants, piliers du pouvoir comtal en Provence dont l’activité administrative fut importante. Ces communautés ont délibérément choisi des hommes qui étaient alors au cœur du pouvoir. Ce type de choix reste cependant une exception, les grands officiers de la cour centrale restent minoritaires parmi les représentants des communautés. Il peut s’expliquer par le contexte particulier de la guerre contre Raymond de Turenne où la priorité était de mettre le pays en état de défense. De façon générale, les communautés ont le plus souvent porté leur dévolu sur des officiers locaux. Sans surprise, ce sont les juristes qui sont les plus représentés. Au total, les communautés en ont délégué une trentaine. Mais, peu nombreux parmi eux sont les grands officiers. Ce sont avant tout des juges locaux, le plus souvent des universitaires, dont les grades ne dépassent guère le niveau de bachelier31. La compétence en matière juridique jointe à une expérience au sein de l’appareil administratif était jugée plus essentielle que le fait d’œuvrer à la cour centrale. Il était peut-être même préférable d’utiliser les services d’hommes aux liens un peu plus distants avec la personne du comte.

  • 32 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 51, 189. Il fut sous-viguier de Marseille en 1384 (Ph. Mabilly(...)
  • 33 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 75. Il fut viguier de Tarascon en 1354-1355 et capitaine de Sai (...)
  • 34 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 173. Il fut châtelain de Forcalquier en 1382 et 1418 (Journal. (...)
  • 35 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 233. Il fut baile-capitaine et juge de Castellane en 1396-1397 (...)
  • 36 J.-L. Bonnaud, Un État..., op. cit., no 723.
  • 37 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 6.
  • 38 AD13, B 1863, fol 146r ; B 1526, fol. 48r.
  • 39 AD13, B 1762, fol. 48r ; B 1527, fol. 170r.
  • 40 Journal..., op. cit., p. 186.
  • 41 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 108, 147.
  • 42 M. Hébert, « La noblesse... », art. cit., p. 333.
  • 43 M. Hébert, « La noblesse... », art. cit., p. 334.
  • 44 Bachelier en droit, il avait été juge de Seyne et de Sisteron de 1385 à 1395 (Journal..., op. cit., (...)
  • 45 Châtelain de Grasse en 1386 (AD13, B 1914, fol. 377v)
  • 46 Licencié en droit, il avait été juge du palais de Marseille en 1411 (AD13, B 1945, fol. 422), avoca (...)
  • 47 Bachelier dans les deux droits. Juge de Draguignan en 1422 (AD13, B 1875, fol. 235-236).
  • 48 Licencié en droit. Conseiller du roi entre 1417 et 1433 (AD13, B 8, fol. 318v ; B 10, fol. 126v, 13 (...)
  • 49 Juge de Brignoles et Saint-Maximin en 1408 (AD13, B 1795, fol. 3v)
  • 50 M. Hébert, Parlementer..., op. cit., p. 174.

6Un peu plus surprenante est la place prise par la noblesse traditionnelle. En effet, plus d’une vingtaine d’officiers nobles ayant occupé des officiers de viguier ou de baile représentèrent les communautés, à l’image du chevalier Guillaume Chabaudi, pour Forcalquier à deux reprises32, du chevalier Guigue de Romolis, pour Nice en 136733, ou du damoiseau Talon Taloni, délégué de Forcalquier en 139934. Notons cependant qu’il ne s’agit pas en général d’une vieille noblesse rurale, mais plutôt d’une noblesse urbaine, au statut parfois imprécis, mais qui est active au sein des conseils municipaux, à l’instar de Bermond Drogoli, de Brignoles, présent aux états d’Aix de 141735. Enfin, en dernière position, arrivent les notaires, avec seulement onze représentants dont sept officiers locaux, comme Pierre Mensure, clavaire à plusieurs reprises36 et délégué d’Aix en février 134837, et quatre grands officiers, comme Jean de Robilanto, vice-trésorier de Provence38, clavaire39 et rational40, représentant de Barjols à deux reprises41. Il ressort de cette brève analyse que les communautés, quand elles ont envoyé des officiers siéger, ont plus souvent préféré les compétences des juristes et de la noblesse à celles des notaires. Le prestige plus grand accordé aux fonctions de juge et de viguier ou baile, par rapport à celle de clavaire ou notaire de cour, explique probablement ces choix. Ces officiers participaient-ils réellement aux travaux des assemblées? Nous ne pouvons répondre à cette question qu’en reprenant le même type de travail effectué par Michel Hébert pour la noblesse, c’est-à-dire par « l’analyse de l’attribution par les États de certaines fonctions de responsabilité » et de la « composition des différentes commissions42 » mises sur pied lors des assemblées. Je me contenterais ici de sondages qui montrent encore une fois le rôle actif joué par certains officiers. L’une des commissions les plus révélatrices de l’implication aux travaux de l’assemblée est celle chargée en début de séance de rassembler les griefs des délégués43. En octobre 1399, par exemple, trois officiers ou anciens officiers (Durand Arnaudi44, Honorat Bonifacii45 et Guillaume Chabaudi) en font partie, alors qu’en décembre 1423 (Antoine Suavis46 et Audibert Cossanti47) et mai 1429 (Pierre de Luperiis48 et François Baudoyni49), ils sont au nombre de deux. Je ne m’attarderai pas ici sur les officiers désignés par les États tels que les auditeurs des comptes, les ambassadeurs ou les trésoriers généraux du pays, car le fait qu’ils aient été nommés à ces fonctions ne signifie pas forcément qu’ils aient participé aux débats ou qu’ils aient été délégués par leur communauté. Ils mériteraient cependant une étude spécifique. Des sondages montrent qu’un certain nombre, à l’image du maître rational Guigonet Jarente, servirent régulièrement à la fois les états et le comte. En guise de conclusion, il ne semble pas y avoir eu pour la période étudiée d’interdiction pour les officiers du comte non seulement de siéger aux assemblées, mais aussi de représenter et donc de participer aux délibérations. Cependant, les officiers ne siègent pas en raison de leur fonction. Il n’y a pas de place réservée aux officiers. Ils siègent en tant que représentants des communautés, ces dernières ayant parfois choisi soit d’anciens officiers, soit moins souvent des officiers en fonction. À quelques exceptions près, les communautés ont toutefois préféré désigner des officiers locaux plutôt que de grands officiers. Il était alors plus facile de les considérer, selon l’expression de M. Hébert, comme « d’authentiques membres du corps du pays » plutôt que comme « des prolongements symboliques de la personne du prince50 », tout en offrant l’avantage, dans le dur jeu des négociations entre le prince et le pays, d’une certaine connaissance de l’appareil d’État voire parfois d’une familiarité avec les membres de l’entourage comtal.

Haut de page

Notes

1 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, De Boccard (Romanité et modernité du droit), 2014, p. 171-175.

2 M. Hébert, « La noblesse et les États de Provence », dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2000, p. 341.

3 M. Hébert et G. Gouiran, Le livre Potentia des États de Provence, Paris, Éditions du CTHS, 1997.

4 M. Hébert, Regeste des États de Provence, Paris, Éditions du CTHS, 2007.

5 Il n’y a que dix listes de présence disponibles entre 1359 et 1480, alors que les États se seraient réunis une centaine de fois (M. Hébert, « La noblesse... », art.cit., p. 328).

6 AD13, B 1900, fol. 22v, 23 ; B 1696, fol. 57v.

7 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 316.

8 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis i et Louis ii d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris, Picard, 1887, p. 287 ; AD13, B 1614, fol. 8v ; B 1870, fol. 140r ; AD83, BB 1, fol. 131r, 134r ; AD13, B 1794, fol. 390r.

9 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 113.

10 J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence au xive siècle (1309-13982), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

11 F. Cortez, Les grands officiers de Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de la Société d’études provençales, 1921, p. 259.

12 AD13, B 10, fol. 146v ; B 1750, fol. 84v.

13 AD13, B 10, fol. 145v, 146v.

14 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 57, 106, 107, 108, 110, 135, 140.

15 J.-L. Bonnaud, Un État..., op. cit., no 363.

16 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 135.

17 Après avoir été clavaire dans différentes circonscriptions provençales, il exerça à Barjols entre 1369 et 1371 (J.-L.  Bonnaud, Un État..., op. cit., no 666). Par la suite, il représenta sa ville au moins sept fois entre 1377 et 1408 (M. Hébert, Parlementer, op. cit., p. 215-216).

18 AD13, B 1695, fol. 41v.

19 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 150

20 AM Digne, FF 36, fol. 12r.

21 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 134 ; L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1986, p. 711.

22 AD13, B 1898, fol 528r ; B 1899, fol. 49 r ; B 10, fol. 25v.

23 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 173.

24 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 320.

25 AD13, B 5, fol. 254r ; B 9, fol. 289r.

26 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 171.

27 AD13, B 5 fol. 197v ; B 190, fol. 232v.

28 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 30, 51, 87, 113, 159, 173.

29 AD13, B 8, fol. 45v, fol. 206r.

30 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 87.

31 Nous avons pu retrouver 12 bacheliers, 13 jurisperiti, 4 licenciés et 2 docteurs. Il est à noter que plus on avance dans le temps, plus les grades sont élevés.

32 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 51, 189. Il fut sous-viguier de Marseille en 1384 (Ph. Mabilly, Ville de Marseille, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Série BB, Marseille, Imprimerie Moullot Fils Ainé, 1909, p. 173), capitaine de Grasse en 1386 (Journal..., op. cit., p. 315) et viguier de Grasse en 1387 (Journal..., op. cit., p. 348, 368).

33 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 75. Il fut viguier de Tarascon en 1354-1355 et capitaine de Saint-Rémy en 1370 (J.-L. Bonnaud, Un État..., op. cit., no 957).

34 M. Hébert, Potentia..., op. cit., p. 173. Il fut châtelain de Forcalquier en 1382 et 1418 (Journal..., op. cit., p. 34 ; AD13, B 1898, fol. 528 ; B 1899, fol. 49; B 10, fol. 25v.)

35 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 233. Il fut baile-capitaine et juge de Castellane en 1396-1397 (AD13, B 1808, fol. 269, 311, 311v), viguier-capitaine de Draguignan en 1404 (B 1872, fol. 54) et baile-capitaine de Sisteron en 1405 (B 2018, fol. 49v, 50).

36 J.-L. Bonnaud, Un État..., op. cit., no 723.

37 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 6.

38 AD13, B 1863, fol 146r ; B 1526, fol. 48r.

39 AD13, B 1762, fol. 48r ; B 1527, fol. 170r.

40 Journal..., op. cit., p. 186.

41 M. Hébert, Regeste..., op. cit., p. 108, 147.

42 M. Hébert, « La noblesse... », art. cit., p. 333.

43 M. Hébert, « La noblesse... », art. cit., p. 334.

44 Bachelier en droit, il avait été juge de Seyne et de Sisteron de 1385 à 1395 (Journal..., op. cit., p. 184 ; AD13, B 1750, fol. 102v, 103 ; B 2015, fol. 51, 94 ; B 2018, fol. 274).

45 Châtelain de Grasse en 1386 (AD13, B 1914, fol. 377v)

46 Licencié en droit, il avait été juge du palais de Marseille en 1411 (AD13, B 1945, fol. 422), avocat du conseil en 1415 (B9, fol. 275v), avocat, procureur fiscal et président du parlement en 1418 (B 10, fol. 24) avant d’être nommé maître rational en 1424 (B 10, fol. 169v).

47 Bachelier dans les deux droits. Juge de Draguignan en 1422 (AD13, B 1875, fol. 235-236).

48 Licencié en droit. Conseiller du roi entre 1417 et 1433 (AD13, B 8, fol. 318v ; B 10, fol. 126v, 131v ; B 2020, fol. 231v ; B 2039, fol. 93), juge de Guillaumes et Castellane en 1415 (Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, MS 768, fol 290).

49 Juge de Brignoles et Saint-Maximin en 1408 (AD13, B 1795, fol. 3v)

50 M. Hébert, Parlementer..., op. cit., p. 174.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Bonnaud, « La participation des officiers du comte de Provence et de Forcalquier aux assemblées des États (1347-1434) », Memini, 19-20 | 2016, 53-77.

Référence électronique

Jean-Luc Bonnaud, « La participation des officiers du comte de Provence et de Forcalquier aux assemblées des États (1347-1434) », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://memini.revues.org/761 ; DOI : 10.4000/memini.761

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org