Navigation – Plan du site

Michel Hébert, un médiéviste québécois en Provence : de Tarascon aux Parlements de l’Europe occidentale

Denis Menjot

Texte intégral

1Ce numéro regroupe vingt-deux travaux offerts à Michel Hébert à l’occasion de son accession à l’éméritat par des historiens dont il a été pour certains le maître, pour d’autres, le collègue ou l’ami, et pour tous un modèle d’enseignant-chercheur. Ils s’inscrivent dans plusieurs des thèmes majeurs des recherches de Michel Hébert tels que : les assemblées représentatives, les gouvernements municipaux, les politiques fiscales, la communication politique et l’histoire sociale des pouvoirs ; ils se situent tous majoritairement sur le terrain privilégié qu’il laboure depuis ses premiers travaux dans la décennie 1970, la Provence, avec quelques incursions dans les domaines propres des chercheurs.

2Attiré, plutôt que par le climat agréable et les paysages immortalisés par Cézanne, par le prestige de l’Université d’Aix, Michel Hébert s’y inscrivit en 1968 et après une année de droit, entreprit des études d’histoire et s’orienta vers la période médiévale, suivant en licence les cours de Noël Coulet qui dirigea avec Louis Stouff son mémoire de maitrise. Durant la préparation de son doctorat, comme plusieurs autres chercheurs étrangers, Rodrigue Lavoie, Joseph Shatzmiller, Danuta Poppe et Edwin Smyrl, trop tôt disparu, il fréquenta assidûment le séminaire de Georges Duby, lieu d’échanges intellectuels intenses, riches et féconds sous la férule bienveillante du « patron », comme Georges Duby souhaitait être appelé, se considérant comme un artisan de l’histoire. S’y retrouvaient aussi régulièrement de jeunes chercheurs qui travaillaient également sur les sociétés urbaines : Noël Coulet sur Aix, Louis Stouff sur Arles, Charles de la Roncière sur Florence, Danuta Poppe sur Reillanne, Fred Menkes sur Trets, lui aussi trop tôt disparu, Joseph Shatzmiller sur Manosque et les juifs et moi-même sur Murcie et presque tous les jeunes et moins jeunes médiévistes du grand Sud-Est : Claudie Amado, Claude Carozzi, Gabriel Demians d’Archimbaud, Yves Grava, Danielle Iancu, Marie-Thérèse Lorcin, Jacques Paul, Jacques Rossiaud, Pierre-André Sigal, Huguette Taviani, Monique Zerner, dont quelques-uns exploitaient principalement les fonds provençaux particulièrement riches en registres notariés, cadastres, comptabilités municipales et livres de délibérations.

3Sa thèse, soutenue en 1977 et publiée deux ans plus tard, sur Tarascon au xive siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, allait faire date dans l’histoire de la Provence médiévale, bien que Tarascon n’ait été qu’une ville moyenne, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord par l’exploitation fouillée et fine de sources plutôt négligées jusqu’alors, les cadastres, dont il montrait toutes les potentialités pour une histoire des sociétés urbaines en l’absence de sources notariales, ouvrant la voie à des études approfondies sur ce type documentaire. Il rompait aussi avec la traditionnelle histoire institutionnelle des villes pour aborder l’ensemble des réalités urbaines dans toute leur complexité, à commencer par la socio-géographie de la ville dans son territoire et dans l’espace de ses relations avec les pôles d’attraction dont elle subissait l’empreinte : Avignon et Aix. Il analysait ensuite la géographie sociale de la cité : la richesse des quartiers à travers la répartition des maisons les plus estimées, la valeur moyenne des immeubles, la distribution des métiers, mettant en évidence l’originalité de deux groupes par leur mode de participation à la vie communale, les juifs et les nobles. Faute de documents notariés qui lui auraient permis d’approfondir la connaissance des structures familiales, il consacra le cœur de son ouvrage à la vie municipale dont il plaça l’étude des structures et du fonctionnement dans une perspective d’histoire sociale des pouvoirs et mit en évidence la confiscation de fait du gouvernement municipal par un groupuscule qui ne cessa de se restreindre jusqu’à la fermeture du conseil en 1395. Il en définit les contours et dégagea le caractère hétérogène de ce milieu dirigeant composé de nobles et de bourgeois dont la solidarité était très forte dans le conseil.

4Durant la préparation de sa thèse, la découverte dans les archives communales de Tarascon d’un cahier contenant les délibérations des États de Provence en 1379 est à l’origine de son intérêt pour les assemblées représentatives et pour la fiscalité dans ses liens avec la guerre. Il en a tiré aussitôt un article, son premier, publié dans la revue Le Moyen Âge.

5N’ayant pas obtenu de poste après la soutenance de sa thèse, Michel Hébert collabora activement à un projet sur L’horizon 1300 à Manosque initié par Rodrigue Lavoie et Joseph Shatzmiller. Ses recherches aboutirent à la publication du livre Vie privée et ordre public à la fin du Moyen Âge (1987) qui mettait l’accent sur ce qu’Yves Barel appela le contrôle social dans son ouvrage La ville médiévale. Il travailla ensuite à un autre projet subventionné également de 1983 à 1987 par le CRSH et FCAR, comme collaborateur dans une enquête sur Brignoles au Moyen Âge.

6Depuis son mémoire de maîtrise sur Les péages de Basse Provence occidentale d’après une enquête de la Cour des comptes de Provence (1366-1381), Michel Hébert a porté une attention particulière aux sources – un riche dossier de pièces justificatives inédites accompagnait d’ailleurs sa thèse –, dont il a toujours fait une critique historique fine avant de les utiliser pour ses travaux, ce dont certains historiens feraient bien de s’inspirer. Dans le cadre d’un nouveau programme de recherches sur Le Miroir des Provençaux, toujours subventionné par le CRSH, entre 1987 et 1989, il a mis en valeur les principales sources documentaires sur les pratiques de la représentation politique en Provence, tant dans les villes que dans les assemblées représentatives, en éditant dans les règles de l’art le Livre Potentia des États de Provence. 1391-1523 (avec Gérard Gouiran) (1997), suivi du Regeste des États de Provence, 1347-1480 (2007). Cette dernière publication résulte d’une pérégrination de Michel Hébert dans les archives municipales de toute la Provence pour retrouver les cahiers de délibérations des États et les traces laissées dans les délibérations et les comptes par les textes relatifs à ces assemblées et leur suite. Elle fait de lui sans aucun doute l’homme qui connaît le mieux les archives communales de Provence. Michel Hébert continua dans cette voie de l’édition en intégrant l’équipe de recherche Leopardus da Foligno, les enquêtes générales en Provence angevine, xiiie -xive siècle, dirigée par Thierry Pécout. Il a collaboré au volume sur l’enquête relative à La viguerie de Tarascon (janvier - février 1332) et publié celle sur la viguerie de Draguignan (janvier - mars 1333).

7Dans son ouvrage sur Tarascon, Michel Hébert avait traité des finances et de la fiscalité de la commune et démonté le jeu de la politique fiscale de l’oligarchie. Nouveauté pour l’époque, il s’était livré à une analyse statistique concrétisée par une série de graphiques et diagrammes qui faisait ressortir le poids, d’une part, de la guerre et de la défense et, d’autre part, de la part du prince dans les dépenses de la ville. Il entreprit de creuser les politiques fiscales et leurs conséquences sociales dans un nouveau projet de recherche, Fiscalité et identités urbaines en Provence (vers 1290 - vers 1460), toujours avec une subvention du CRSH, de 2004 à 2007. Ce projet avait pour but d’établir et de mesurer les liens entre la genèse d’une fiscalité publique étatique en Provence à la fin du Moyen Âge, la consolidation des conseils municipaux et la cristallisation, non seulement des institutions urbaines, mais aussi d’une identité fondée sur la solidarité devant l’impôt et la défense du bien commun. Il poursuivit ses recherches sur les rapports entre l’impôt et la fiscalité en participant activement de 1995 à 2010 aux colloques et aux publications du projet franco-espagnol sur La fiscalité des villes de l’Occident méditerranéen ainsi qu’au Glossaire numérique de fiscalité médiévale dans lequel il définit les mots désignant des impôts dans les villes provençales.

8La nécessité d’obtenir l’indispensable consentement à l’impôt fut à l’origine du dialogue du prince avec ses villes. Durant le même temps, dans les villes, la conjoncture était génératrice de nouveaux besoins, pour assurer la défense, en premier lieu contre les ennemis extérieurs en ces temps très troublés, mais aussi contre les famines et les épidémies. Les gouvernements urbains allaient progressivement prendre en charge, en plus de la défense militaire, le ravitaillement, l’assistance, l’enseignement et l’urbanisme. Cet accroissement et cet élargissement des attributions des gouvernements municipaux renforçaient le pouvoir des villes et les firent entrer dans le jeu politique du pays à travers leurs représentation aux États de Provence auquel Michel Hébert avait consacré en 1977 un de ses premiers articles publié dans la revue Le Moyen Âge à une session particulièrement importante, celle de 1359.

9Bénéficiant d’une prestigieuse bourse Killam du Conseil des Arts du Canada en 2008-2009 pour son projet Les célébrations parlementaires à la fin du Moyen Âge : rituels et représentations, il parcourut l’Europe, pistant les assemblées représentatives (parlements, États, cortes, corts) dans les principaux États. Ces années de patiente recherche aboutirent à la publication de cette synthèse magistrale Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge. Situé au carrefour de la nouvelle histoire politique, cet ouvrage propose une histoire comparée des assemblées de type parlementaire et donc de la représentation politique, fondée aussi bien sur les aspects fonctionnels et rituels que sur la dimension symbolique du recours à ces assemblées, dans le cadre plus général de l’émergence de sociétés politiques et d’un espace public généralement associé à la genèse de l’État moderne. Il arrive à la conclusion que « les acteurs, le prince et les représentants du pays, dialoguent selon un rituel bien défini dans lequel alternent les discours et les délibérations, les demandes du prince et les pétitions et suppliques des procureurs pour en arriver à un consensus formalisé manifestant la concorde des sujets entre eux et avec leur souverain. Ces cérémonies de la parole deviennent dès lors de puissants instruments de représentation identitaire. »

10Enseignant-chercheur, Michel Hébert s’est montré un pédagogue disponible et passionné, attirant vers l’histoire médiévale en général et de la Provence en particulier tout un groupe de jeunes chercheurs dont il assuré la formation. Il peut s’enorgueillir d’avoir fait école au Québec. Il a joué un rôle moteur exceptionnel dans le développement de l’histoire médiévale au Québec par son enseignement comme par la création du programme de doctorat à l’UQAM en 1993, alors qu’il était directeur du département d’histoire, ainsi que par sa direction de projets et d’équipes de recherche autour desquelles s’animait une vie intellectuelle riche et stimulante et qui ont abouti finalement au GREPSOMM, et par son action au sein de la Société Royale du Canada à laquelle il a été élu en 1999. Son leadership s’est également exercé en ouvrant la voie à la création d’une communauté savante de médiévistes au Québec avec la fondation de Memini. Bulletin des Médiévistes québécois en 1983 et en faisant partie des membres fondateurs de la Société des études médiévales du Québec qui a vu le jour en 1985, dont il a assuré la présidence durant plusieurs années (1985-1987 ; 1989-1991) et qu’il a toujours soutenue de façon indéfectible. C’est à lui que nous devons également la création  de la revue Memini. Travaux et documents en 1997.

11Michel Hébert n’a jamais non plus négligé ce que certains chercheurs dénigrent comme des ouvrages de vulgarisation pour le grand public et les étudiants. Son manuel Le Moyen Âge est une brillante synthèse en 128 pages sur ce millénaire académiquement qualifié de médiéval dans laquelle il aborde successivement : la longue survivance romaine, les temps féodaux, la naissance du monde moderne et les nouveaux défis de l’Europe.

12Les travaux de Michel Hébert ont ouvert bien des pistes, orienté bien des recherches, suscité de nouvelles approches et de nouveaux questionnements. Les articles rassemblés dans ce numéro en portent témoignage.

13Le premier chapitre s’ouvre sur un des sujets de prédilection de Michel Hébert : les assemblées représentatives et le dialogue politique, objet de son dernier ouvrage. Sylvie Quéré s’interroge, à partir des conclusions de cet ouvrage, sur le fait de savoir si ces assemblées médiévales de type parlementaire qui se sont développées par et pour les États en construction, dans un premier temps par nécessité, pour obtenir des fonds pour des opérations militaires puis, dans les régions où elles ont continué à être réunies, souvent par opportunité, parce qu’elles rendaient possible un « échange politique » entre le prince et ses sujets, constituaient un instrument de la gouvernementalité ? Elle conclut qu’elles ont mis en place une forme embryonnaire de celle-ci.

14S’il est évidemment impossible de mesurer la réelle participation des officiers aux discussions des assemblées, il est toutefois concevable d’évaluer la présence des officiers du comte de Provence et de Forcalquier aux assemblées des États (1347-1434). C’est ce que fait Jean-Luc Bonnaud à partir du Livre Potentia des États de Provence, et des textes issus des États, réunis dans le Regeste des États de Provence, édités par Michel Hébert. Ces officiers étaient autorisés à siéger aux assemblées et à participer aux délibérations, mais ils siégeaient en tant que représentants des communautés, qui préféraient désigner des officiers locaux plutôt que de grands officiers, ce qui offrait l’avantage, dans les négociations entre le prince et le pays, de bénéficier d’une connaissance plus ou moins approfondie de l’appareil d’État et pour certains, parfois, d’une proximité avec les familiers du comte.

15Comme Michel Hébert l’a bien démontré, les assemblées « obéissent à un certain nombre de conventions quant aux temps et aux lieux de leur déroulement et aux acteurs qui y prennent part. Elles permettent la formation et l’expression de voix autorisées. » Florent Garnier se livre à une première analyse des voix des acteurs qui forment, débattent, expriment leur consentement et mettent en œuvre les décisions prises aux grandes assemblées représentatives du milieu des années 1350, à la lumière de la riche série des comptes consulaires de la ville de Millau, dans la sénéchaussée du Rouergue.

16Une section du chapitre 13 de Parlementer, « Parlements et opinion publique dans l’Angleterre ricardienne » a ouvert la voie à Serge Lusignan pour étudier Le parlement, lieu d’expression de la xénophobie en Angleterre (ca. 1400-1450). À travers une séquence d’événements de la première moitié du xve siècle au Parlement anglais, il détecte les politiques contre les étrangers présents en Angleterre et qui constituaient aux yeux des Communes une menace pour les Anglais et pour le royaume. La critique portait sur deux points. Le premier tenait au fait que les gens de métiers venus de l’étranger privaient de travail des Anglais. Le second ciblait essentiellement les Français qui représentaient l’ennemi à combattre.

17Michel Hébert a analysé les stratégies d’évitement qui permettaient au roi René de se dispenser de réunir les États de Provence en faisant directement appel à l’aide financière des communautés puis en convoquant, en 1455, à Aix, une assemblée des seules communautés. Noël Coulet publie et analyse un procès-verbal inédit, extrait d’un registre de notaire, qui révèle que, dans la même période, et pour la première fois, il réunit aussi « l’estat dels senhors de la gleysa», le groupe des « prélats » de Provence, ordinairement convoqué avec les nobles et les communautés, pour obtenir un « don gratuit ».

18Au cours de l’époque moderne, si le contexte politique se transforma profondément, les valeurs de l’échange, du pacte et du consentement qui légitimaient les communautés politiques dans la première moitié du xive siècle restèrent sous-jacentes à la forme des assemblées des États. Claire Dolan étudie comment, à l’échelle de la ville de Toulouse, se déroulaient les élections municipales dans le contexte de centralisation de la fin du xviie siècle et au début du suivant, dans lequel l’exercice du pouvoir royal absolu ne laissait plus de place à la représentation. Cette idée de représentation n’en survivait toutefois pas moins dans l’attitude générale des procureurs et dans la ville à l’échelle des paroisses, des confréries, des dizaines et des rues.

19Le deuxième chapitre envisage un autre axe de recherche de Michel Hébert, les communautés urbaines et les finances publiques. Le premier article s’inscrit dans la question de l’émergence de sociétés politiques et d’un espace public. Albert Rigaudière examine deux dossiers des années 1490 relatifs à deux places libérées de toute emprise au centre de Nîmes. L’un et l’autre témoignent, tant de la part de la communauté nîmoise que du pouvoir central, d’un réel souci d’urbanisme et probablement davantage encore d’une volonté affichée de clarifier les rapports entre particuliers et autorités urbaines quant à la qualification juridique des espaces communs et à leur destination. C’est à la base la notion même de place et du statut à lui conférer qui fut mise en avant puis discutée par les parties en présence. Si le souverain reconnut aux villes et cités du royaume le pouvoir de se gouverner et de s’administrer, il était intervenu tout d’abord pour assurer sa présence par ses agents au cœur de la cité nîmoise et son rayonnement en terres languedociennes.

20Marc Boone s’intéresse à des hommes de finance, les fermiers des assises de la ville de Gand à la fin du Moyen Âge. Il s’interroge sur un paradoxe apparent : le fait que les corps de métier en Flandre, après avoir réussi à participer à l’exercice du pouvoir à la suite de la première grande vague de rébellions urbaines, n’ont pas aboli les assises, système fiscal qu’ils critiquaient et rejetaient. Pour quelles raisons les élites urbaines des anciens Pays-Bas n’ont-elles pas investi dans le développement poussé d’une administration qui aurait permis l’établissement d’une fiscalité directe fondé sur des estimes ? Il démontre que la levée d’impôts indirects, avec l’affermage comme formule de perception généralisée, « offrait aux élites au pouvoir, qu’elles aient été de nature corporative ou patricienne, trop de possibilités d’investissement, de retour sur investissement et de construction d’une cohésion interne, pour être abandonnée ».

21Les sources et les institutions comptables de Provence, et tout particulièrement la genèse de la Chambre des comptes, ont intéressé Michel Hébert dès le début de ses recherches. Il a montré que la Provence angevine a adopté précocement des méthodes appelées à durer et s’est dotée d’un personnel autonome et de procédures spécifiques. Parmi les nombreux documents de la Chambre des comptes de Provence qui nous sont parvenus, un registre présente la particularité d’avoir été rédigé en une langue vernaculaire, en l’occurrence celle du clavaire, le toscan. Thierry Pécout propose ici une édition et une première approche de ce registre, rejoignant ainsi une autre préoccupation de Michel Hébert : les langues (provençal, latin, français) dans les documents d’archives.

22Les premiers parlements ont été réunis toujours et partout au cours du xiiie siècle par les princes pour obtenir des fonds de leurs sujets. Étudiant ceux du Frioul et d’Angleterre, Paolo Cammarosano met en évidence l’héritage féodal dans la fiscalité qui résulte de leurs réunions. En effet, si les cas qui permettaient aux seigneurs de demander des aides à leurs vassaux différaient d’une région à l’autre, celles-ci avaient toutes, toujours et partout, un caractère extraordinaire. Même si la guerre finit par donner un caractère ordinaire à l’impôt accordé par les assemblées, son caractère extraordinaire subsista. Par conséquent, sa soustraction à l’arbitraire d’une autorité souveraine fut un principe de longue durée et transforma une « politique féodale » en une pratique fiscale des États citadins.

23John Drendel, qui pose la question du rôle joué par l’État en Provence et dans le Sud de la France dans l’intensification de la commercialisation dans les villes et les campagnes, arrive à la conclusion que la réduction du coût des affaires, engendrée par la paix et l’ordre que les gouvernements cherchèrent à établir à partir du xiie siècle, fut plus significative que l’innovation technologique comme moteur de la longue période de croissance que connut l’Europe au cours du xiiie siècle. Cette croissance fut stimulée par les efforts de l’État naissant pour exercer sa souveraineté sur la monnaie et les juridictions locales.

24Les contributions rassemblées dans le troisième chapitre mettent l’accent sur le prince, l’État et la communication politique. L’expansion du pouvoir royal au sud de la Provence occidentale (vers 1250 - vers 1350) est le thème de l’article de Benoît Beaucage qui se fonde sur les enquêtes générales à Martigues et dans les étangs, dont la procédure n’en était en cette période qu’à ses premiers balbutiements. C’est une quinzaine d’années après l’arrivée au pouvoir de Charles d’Anjou que ses hommes, en l’absence de toute justification, se mirent à étendre à la fois les droits patrimoniaux de leur maître sur la région des étangs, mais aussi ses pouvoirs, au détriment de l’archevêque d’Arles qui était pourtant le seigneur supérieur de toute la zone et dont les droits et les pouvoirs sur les étangs étaient établis depuis très longtemps.

25Michel Hébert mit en lumière la radicale nouveauté de la représentation des communautés, aux deux échelles de la grande région et du royaume de Sicile, dans une institution parlementaire destinée à durer sous des formes diverses jusqu’en 1812 ; il analysait aussi les hésitations et les ruptures des régimes successifs. Henri Bresc démontre que ce sont finalement les cités et les juristes qui assumèrent l’héritage des rois normands et du grand empereur, formant un « roi collectif » face aux faiblesses de la monarchie.

26Enquêtant sur les assemblées d’États entre le milieu du xive siècle et le milieu du xve siècle, Michel Hébert en a prouvé l’apport au « théâtre » des monarchies. Celui-ci se développait dans l’apparat des séances comme dans les discours échangés ou dans les informations livrées aux participants, qui n’étaient pas un simple spectacle. Noël Coulet a établi, toujours pour la Provence, les expressions publiques d’une sacralisation du monarque et d’une communion des dévotions, entre souverain et sujets, au long des deux derniers siècles au moins du Moyen Âge. Elles culminent avec Robert d’Anjou dont Jean-Paul Boyer étudie le testament et son application en Provence et publie en annexe la liste des fondations pieuses pour le défunt roi. La multiplication des messes, des commémorations, des chapellenies et des fondations, voulue par Robert et ses successeurs, participait à une avancée de l’identité angevine et renforçait l’unité de la Provence en rassemblant les populations autour du trône et de la dynastie.

27Lydwine Scordia s’attache à un proverbe sur l’amour et la haine du prince à la fin du Moyen Âge : « Il n’est pas sire de son pays qui de ses hommes est haï » dont elle analyse les occurrences, les contextes d’élaboration et son utilisation aux xive et xve siècles. Elle met en évidence qu’un prince percepteur, avare et cupide, préoccupé d’accroître ses biens, et non le bien commun, correspondait à la définition du tyran.

28Michel Hébert s’est aussi intéressé aux entrées solennelles qu’il conçoit comme des espaces ritualisés d’échange et de don et qu’il rapproche des assemblées représentatives, « où s’exprime une rhétorique de l’amour politique, laquelle se concrétise et se mesure, plus prosaïquement, par le paiement d’un subside », selon Lyse Roy qui analyse et édite les comptes rendus de l’entrée de François Ier et de Claude de France à Marseille en 1516. Leurs auteurs s’attardent en outre à la visite du couple royal dans la ville après la cérémonie. Les récits insistent sur l’identité urbaine qui se manifeste par ses caractères religieux et maritime et on peut y percevoir la singularité des entrées provençales. Ces récits « partiaux » laissent tomber l’ostentation et la rigidité narrative pour le réalisme et la joie de la rencontre entre le couple royal et le peuple de Marseille.

29Le quatrième chapitre regroupe une série de textes forts différents sur la parole et l’écrit.

30Le premier traite des réunions des chapitres des monastères de l’ordre bénédictin, de leur organisation et des discussions qui étaient menées en leur sein. Isabelle Cochelin rectifie la vision moderne d’une structure hiérarchique donnant tout pouvoir à l’abbé. En se concentrant avant tout sur le Moyen Âge central et en se penchant sur la salle du chapitre, elle constate que l’abbé n’occupait pas une place physique et symbolique dominante et que les affaires du monastère étaient débattues par l’ensemble des moines et les décisions prises collectivement.

31Brigitte Bedos-Resak rappelle à juste titre que Michel Hébert a contribué au renouveau d’une science longtemps considérée comme auxiliaire, la diplomatique, à laquelle les médiévistes accordent de nos jours une grande importance pour la culture documentaire et bureaucratique, les stratégies mémorielles d’institutions tant laïques qu’ecclésiastiques et les pratiques médiatiques. Dans l’orientation actuelle des études qui mettent en valeur ce que le discours diplomatique a d’intertextuel, elle s’intéresse à un des rapports au temps des chartes et diplômes produits dans différentes régions de l’Europe occidentale (France, Flandre, Angleterre, région rhénane) durant le Moyen Âge central (850-1225), celui de l’éternité.

32L’article de Véronique Olivier se propose de montrer comment l’hagiographie médiévale est un discours qui a une dimension historiographique bien qu’il soit stylisé et normatif et qu’il ait un but d’édification. Au prisme de la représentation du temps, elle montre, à travers l’étude de la Vie de sainte Marthe de Tarascon, que l’une des dimensions de l’hagiographie est d’être un discours pensé, conçu et perçu comme relatant les faits du passé puisque les éléments sémantiques qui la composent sont, au Moyen Âge, en accord avec l’idée que l’on se fait de la vérité historique.

33Bruno Roy s’interroge sur les dessous de la nomination de Thomas d’Aquin à l’Université de Paris pour succéder au régent Hélie Brunet. Il cherche par une voie détournée la raison qui a rendu vacante la chaire que va occuper Thomas d’Aquin et trouve qu’elle réside dans l’inconduite de son prédécesseur dominicain.

34Rinaldo Comba propose une analyse historique des « scènes de bergerie » représentées dans les entractes des œuvres théâtrales à partir de l’histoire de Griselda et des bergers dans le royaume de France. Il cherche l’origine de ces scènes, leur horizon social et culturel et le contexte littéraire et artistique dans lequel elles se développèrent. Ce thème connut une véritable vogue sur le sol français car il répondait au goût d’une partie de l’aristocratie pour des spectacles et des poèmes allégoriques de la chevalerie, dont les protagonistes étaient de faux bergers qui participaient à des tournois allégoriques et dont les gagnants étaient couronnés par une bergère avec une couronne tressée de fleurs. Les mêmes thèmes se retrouvent, entre Tournai et la Flandre, sur des tapisseries coûteuses achetées par la haute aristocratie.

35En guise de conclusion, et à partir essentiellement de documents des archives de Manosque, Steven Bednarski lance un appel pour une approche renouvelée de l’histoire de la société, de l’environnement et du climat dans la Provence de la fin du Moyen Âge.

36Ces travaux apportent tous des éclairages nouveaux sur l’éventail – ou du moins une partie – des recherches de Michel Hébert. Ce numéro, déjà fort copieux, aurait encore dû s’enrichir des articles de quelques collègues, Amelia Andrade, Pascal Bastien, Kouky Fianu, Gérard Gouiran, Francine Michaud, Piroska Nagy, Manuel Sánchez Martínez, Pere Verdès Pijuan et moi-même, qui avaient souhaité participer à ce volume mais en ont été empêchés pour diverses raisons. Ils tiennent à s’associer à cet hommage que nous offrons à Michel Hébert en témoignage de notre amitié et pour le remercier pour tout ce qu’il n’a cessé d’apporter de neuf à l’histoire de la Provence, des assemblées représentatives et à l’histoire médiévale en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Menjot, « Michel Hébert, un médiéviste québécois en Provence : de Tarascon aux Parlements de l’Europe occidentale », Memini [En ligne], 19-20 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://memini.revues.org/751 ; DOI : 10.4000/memini.751

Haut de page

Auteur

Denis Menjot

fr

Mélanges, Michel Hébert, Québec, Provence

France

Moyen Âge

01/10/2016

01/12/2016

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org