Navigation – Plan du site

Consignes aux auteurs

Veuillez envoyer votre tapuscrit à genevieve.dumas@usherbrooke.ca

Police de caractères

Utiliser la police de caractères Times New Roman, adopter une taille de caractères 12 pour le corps du texte, et une taille de caractères 10 pour les notes.

Paragraphes et titres

Un retrait de première ligne (0,5 cm) est souhaitable à chaque nouveau paragraphe. Les titres des parties et sous-parties seront rédigés en bas de casse (et non en capitales) La numérotation des parties et sous-parties est indispensable pour faciliter le travail de relecture. N’utilisez en aucun cas de feuille de style ni de numérotation automatique.

Citations

Les citations en français seront mises entre guillemets typographiques (« citation »), mais celles en langue étrangère – tout comme les mots étrangers – seront mises en italique. Guillemets et italiques s’excluent normalement : « Nous partîmes cinq cents… », mais To be or not to be…

Les citations longues seront distinguées du corps du texte par un retrait de paragraphe de 0,5 cm à gauche et un texte de taille 10. Il n’est pas nécessaire de les mettre entre guillemets.

Les coupures ou les restitutions de mots seront signalées par des crochets droits : […] ou [mot].

Conventions typographiques

  • Ne pas oublier d’accentuer les voyelles majuscules : École, À Hambourg, au Moyen Âge, etc.

  • Écrire : Œuvre ou sœur (et non Oeuvre ou soeur).

  • Écrire : xive siècle, en chiffres romains (et non 14e siècle).

  • Écrire : Philippe Ier (et non Philippe I), mais 1re partie (et non 1ère partie).

  • Écrire : etc., fol., sq., cf. (en romain), mais supra, infra, ibid., op. cit., loc. cit., et alii, passim, a priori, a posteriori (en italique), sans oublier la majuscule en début de note.

  • Écrire : fol. 1r pour un recto, fol. 1v pour un verso et fol. 1r-v pour un recto/verso.

  • Utiliser les tirets demi-cadratins (– mot –) pour les incises (et non les traits d’union).

  • Utiliser les guillemets anglais entre deux guillemets typographiques : « “mot” dans citation ».

Espaces insécables

Les espaces insécables (touches Ctrl+Maj+espace) sont absolument indispensables :

  • Entre l’initiale d’un prénom et un nom : M.  Bloch

  • Entre le nom d’un souverain et son numéro d’ordre : Louis IX.

  • Dans les nombres, entre 1 et 000 pour écrire 1 000, par exemple.

En dehors de ces cas, il faut éviter de multiplier les espaces insécables inutiles, qui posent par la suite des problèmes de mise en page.

Appels de notes

L’appel de note, qui ne comprendra ni parenthèses, ni espace avant, se placera à l’extérieur des parenthèses, points mais avant la virgule.

Références bibliographiques

On indiquera l’initiale du prénom de l’auteur en petites capitales (sans oublier les accents : É. pour Émile), suivie d’un espace insécable, puis le nom de l’auteur en petites capitales (mais pas de prénom abrégé, lorsqu’un auteur est cité dans une phrase : « Marc Bloch a écrit que… »). Suivront le titre de l’œuvre en italique, puis le lieu, la maison d’édition et la date d’édition. Les lieux d’édition étrangers seront orthographiés à la française (Londres et non London).

Exemple : G. Duby, Guillaume le Maréchal, Paris, Fayard, 1984.

Les noms d’auteurs antiques et médiévaux ne doivent pas être abrégés :Thomas D’Aquin, Summa theologiae… (et non Th. d’Aquin).

Pour les articles, on indiquera le nom de l’auteur, le titre de l’article entre guillemets typographiques, le titre de l’ouvrage en italique, puis le nom du directeur ou de l’éditeur du volume, précédé de « dir. » ou « éd. » (pour « dirigé par » et « édité par »), et la maison d’édition, sans oublier la pagination de l’article.

Exemple : B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques », Prosopographie et genèse de l’État moderne, éd. Fr. Autrand, Paris, 1986, p. 249-279.

En ce qui concerne les revues, il suffira de préciser le tome et l’année.

Exemple : J. Le Goff, « Ordres mendiants », Annales ESC, 25, 1970, p. 924-946.

On indiquera le titre de la collection (avec tomaison) après la date d’édition.

Exemple : J. Paquet, Les matricules universitaires, Turnhout, Brepols, 1992 (Typologie des sources, 65), p. 9.

Dans le cas d’une œuvre en plusieurs volumes, on n’indiquera pas le nombre total de volumes, mais on précisera le tome cité, après la date d’édition.

Exemple : Lettres de Louis XI, éd. J. Vaesen et alii, Paris, Imprimerie Nationale, 1883-1909, t. 10, p. 320-321.

Si la référence a déjà été donnée précédemment, écrire l’initiale du prénom suivi du nom + op. cit. suivi de la page.

G. Duby, Guillaume…, op. cit. n. 12, p. 34.

Si la référence se trouve dans la note immédiatement précédente, écrire Ibid. (en début de note, mais ibid. dans le corps de la note), suivi de la référence à la page. S’il ne s’agit pas de la même œuvre, mais du même auteur que dans la note immédiatement précédente, écrire Idem, suivi du titre, de l’édition et de la page.

Références aux sources

Dans la mesure du possible, on distinguera la source matérielle (repérage de l’extrait dans l’œuvre) et la source formelle (ouvrage à partir duquel est reproduite la citation).

Exemple : Isidore de Séville, Etymologiae, 11, 2, 1-8 : Gradus aetatis sex sunt (Isidori Hispalensis episcopi Etymologiarum…, éd. W. M. Lindsay, Oxford, Clarendon Press, 1911, t. 2, p. 21-22).

Pour la localisation des sources manuscrites, il conviendra de respecter l’ordre suivant : ville de dépôt, nom du dépôt, fonds et cote, folio/pièce.

Exemples : Paris, BnF, nouv. acq. fr. 7376r, fol. 364r : copie moderne d’une lettre de Charles V (1374).

Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 637, doss. 9, no 2 : acte de vente (1429).

Laon, Bibl. mun., 453bis, fol. 1r-21v : De inventione de Cicéron (ms. du xiie siècle).

Vaticano, Arch. Segr. Vat., Reg. Aven. 129, fol. 152r-v : bulle d’Innocent VI (1355).

Tableaux, graphiques, cartes et illustrations

Les tableaux, graphiques et cartes seront établis directement au format d’édition (12 cm x 17 cm), les titres en haut et les légendes en bas étant sortis de leur cadre. Dans la mesure où les figures sont reproduites en noir et blanc, on veillera à ne pas multiplier les grisés (utiliser plutôt des trames différentes).

Les reproductions numériques de documents originaux devront être de bonne qualité (300 dpi, ppp, minimum). Préférez le format TIFF ou PNG au format JPEG. Si la qualité des images numériques est insuffisante, il faudra fournir les photographies des documents à reproduire. L’auteur doit se porter garant qu’il a le droit de reproduire toutes les illustrations de son article.

N’oubliez pas de rédiger vos légendes et d’indiquer clairement l’emplacement des illustrations.

  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org