Navigation – Plan du site

Martin de León († 1203) et la culture scolaire ultra‑pyrénéenne. Les Sentences de Pierre Lombard dans la Concordia

Amélie De las Heras

Entrées d'index

Géographique :

Espagne

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Patrick Henriet et Cédric Giraud pour leurs relectures attentives.

  • 1 L’œuvre atteste de la première rédaction d’un commentaire biblique linéaire dans la péninsule Ibéri (...)
  • 2 L’aveu de L. Robles Carcedo reste en partie d’actualité : « Lo primero que uno constata, cuando se (...)
  • 3 Outre la thèse déjà citée, voir : A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español que cita a Ped (...)
  • 4 A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español », art. cit. note préc., p. 61 : « Y se impone a (...)
  • 5 M. Défourneaux, Les Français en Espagne aux xie et xiie siècles, Paris, PUF, 1949. Pour une mise au (...)
  • 6 B. Palacios, « La teología española del año 1000 a 1250 », dans Historia de la teología española. 1 (...)
  • 7 Ibid., p. 427-431.

1L’œuvre de Martin de León, chanoine régulier de la puissante collégiale de Saint‑Isidore de León, mort en 1203, est souvent citée dans les travaux sur la culture ibérique chrétienne du Moyen Âge central : on ne connaît aucun équivalent à cet ensemble de cinquante‑quatre sermons et quatre commentaires bibliques que l’auteur intitule lui‑même la Veteris ac Novi Testamenti Concordia1. Rares sont les analyses approfondies qui lui ont été consacrées toutefois, si bien que l’historiographie la concernant est souvent marquée par les positions d’Antonio Viñayo González2. Dans ses travaux, l’ancien abbé de la collégiale a fait du chanoine l’ardent pourfendeur des erreurs des juifs et un héros de la pensée léonaise, premier Ibérique connu à citer le grand maître parisien du milieu du xiie siècle qu’est Pierre Lombard († 1160)3. Selon lui, Martin de León, « théologien solitaire en des terres écartées depuis des siècles, apparemment, des courants intellectuels européens », aurait même dépassé le maître par son savoir4. Ce jugement dont nous démontrerons l’excès témoigne surtout de la volonté qu’ont certains historiens espagnols à cette époque de relativiser l’apport français dans la culture hispanique médiévale, aussi bien en réaction au travail de Marcel Defourneaux que dans la veine de l’historien léonais Claudio Sánchez Albornoz, afin de mieux mettre en exergue l’essence de l’homo hispanicus5. Cette quête identitaire perd de sa force à partir des années 1960 et la médiévistique espagnole entend alors analyser les phénomènes culturels de la Péninsule davantage à l’aune d’une normalisation face aux standards savants occidentaux. Lorsque Bonifacio Palacios ordonne sa synthèse sur la théologie péninsulaire au Moyen Âge central, il insiste sur le fait que ses évolutions s’inscrivent au xiie siècle dans la « voie européenne6 ». Plus précisément, Martin de León en incarnerait « les premiers échos » comme le prouverait l’usage des Sentences dans la Concordia7. Il nous semble que l’un des points de fuite de cette présentation, outre le contexte politique d’une Espagne en cours d’intégration dans le processus de construction européenne, consiste à montrer que les sociétés médiévales ibériques ne peuvent être suspectées de retard culturel, pendant négatif de la singularité que les générations précédentes avaient voulu valoriser.

  • 8 Pierre Lombard, Sententiae in IV libris distinctae, 3e éd., Grottaferrata, Collegii S. Bonaventurae (...)
  • 9 L’historiographie s’est longtemps focalisée sur les traductions des grandes références, tel le Cora (...)
  • 10 Suivant ce récit hagiographique, Martin aurait visité les reliques de saint Denis près de Paris : L (...)

2Du héros théologique au passeur d’une nouvelle norme savante, Martin de León et sa connaissance des Sentences de Pierre Lombard8 ont diversement servi à évaluer la participation des clercs ibériques à la renaissance du xiie siècle, au‑delà du tropisme des traductions9. C’est à une première reprise de ce dossier que nous nous livrons dans ces pages, tant nous y invitent l’obsolescence des problématiques de supériorité ou d’europeanización qui ont longtemps surplombé le sujet ainsi que l’amélioration des moyens de recherche textuelle. Nous nous concentrerons sur les modalités de cette participation : si tant est que Martin de León fût bien le premier à citer les Sentences dans la péninsule Ibérique, contribue‑t‑il ce faisant à importer la culture scolaire ultra‑pyrénénne à l’origine d’une renovatio savante de premier ordre en Occident ? Plus précisément : le fait de connaître l’une des œuvres paradigmatiques du milieu scolaire urbain conduit‑il uniquement le chanoine à enrichir la Concordia avec les savoirs tels qu’ils sont réarrangés dans ces milieux ou bien ce dernier suit‑il également les démarches heuristiques qui les soutiennent ainsi que les systèmes de référence qui les valorisent ? Nous analyserons l’usage des Sentences dans la Concordia en distinguant ces composantes de la culture scolaire que sont les connaissances, les méthodes et les autorités. L’enquête nous permettra par ailleurs de nous interroger à nouveaux frais sur le parcours de Martin de León. Considérant l’origine des Sentences et le caractère inédit qu’on attribue à l’usage qu’en fait le chanoine dans la Péninsule, il a été admis que ce dernier aurait fréquenté les écoles parisiennes à l’occasion d’un pèlerinage que Lucas de Tuy († 1242) décrit dans la Vita sancti Martini10. Il nous semble cependant hâtif d’écarter sur de telles fondations la possibilité que le chanoine ait pu connaître l’œuvre du Lombard exclusivement au travers de sa diffusion manuscrite, sans avoir bénéficié d’un enseignement parisien ad hoc. Les résultats de l’enquête apporteront de nouveaux arguments pour nuancer la première opinion.

L’autorité du maître parisien

  • 11 L’édition dans la Patrologie Latine (ci‑après : PL) recense de nombreuses sources : Martin de León, (...)
  • 12 Nos propres analyses ont par exemple révélé que les sermons à caractère disciplinaire s’appuient la (...)
  • 13 Ces observations bénéficient des travaux de Laureano Robles et d’Antonio Viñayo déjà cités, bien qu (...)

3L’un des aspects les plus frappants concernant l’usage des Sentences dans la Concordia réside dans la manière qu’a Martin de León de citer cette œuvre au regard de ses autres sources. La singularité de ce régime de citations n’avait pas été relevée jusqu’ici. Pour en saisir l’importance, il faut rappeler que la Concordia est le produit d’un dense travail de compilation : que ce soit les sermons suivant le cycle liturgique, ceux qui délivrent une matière disciplinaire ou encore les quatre commentaires bibliques, tous présentent une marqueterie textuelle très élaborée11. Malheureusement, l’édition dans la Patrologie Latine n’identifie pas toutes les sources ni ne délimite correctement les emprunts émaillant chaque texte12. Il est donc difficile pour l’heure de rendre parfaitement compte des stratégies de compilation adoptées dans la Concordia. Quelques observations peuvent néanmoins être formulées car elles ne nous semblent pas devoir être révisées si un jour la nouvelle édition que nous appelons de nos vœux venait à paraître13.

  • 14 Concordia 208, col. 31 : Non ego illum dictavi, sed sanctorum Patrum in eo dicta compilavi […].

4Dans son prologue, Martin de León déclare compiler une matière patristique14. En réalité, il s’appuie aussi sur les écrits d’auteurs plus récents comme Adso de Montier‑en‑Der († 992), voire presque contemporains tel Hugues de Fouilloy († 1173). Le compilateur distingue ces deux types de sources de façon implicite. Il cite souvent les auteurs associés à une tradition prestigieuse – Augustin d’Hippone († 430), Grégoire le Grand († 604) et Isidore de Séville († 636) au premier chef –, celle‑ci semblant à ses yeux ne pas se prolonger au‑delà des temps carolingiens – il mentionne Haimon d’Auxerre († c. 855) mais jamais Hugues de Fouilloy, par exemple. Les auteurs plus récents ne sont pas signalés, à deux exceptions près : Anselme de Cantorbéry († 1109) et Pierre Lombard.

  • 15 Concordia 208, col. 469 : magister Petrus vir scilicet sapiens, et discretus ; col. 684 : magister (...)
  • 16 Concordia 208, col. 263 : ut ait Beatus Fulgentius, vir sapiens et Deo plenus ; col. 342 : Beatus i (...)

5Cette distinction n’est pas le fruit d’un hasard au gré duquel Anselme et le Lombard s’avèreraient être les deux seuls moderni dont le chanoine connaîtrait l’identité alors que celle des autres se serait perdue dans le tamis des florilèges utilisés. Chacun est qualifié au moins une fois de vir sapiens15. L’appellation vise à attirer l’attention des lecteurs de la Concordia car seuls y ont droit certains auteurs bibliques (le prophète Isaïe, l’évangéliste Matthieu et saint Paul) ainsi que deux autres éminents tenants de la tradition chrétienne, Fulgence de Ruspe et Grégoire le Grand16. Le chanoine signale ce faisant que l’abbé du Bec et le maître parisien forment aussi des autorités stricto sensu : au sein de la compilation déclarée, leurs mentions doivent conforter aux yeux du lecteur l’importance de ce qui suit même s’ils n’appartiennent pas à la tradition usuellement reconnue.

  • 17 Anselme de Cantorbéry est ainsi qualifié dans chacune des huit citations qui le concernent : Concor (...)
  • 18 Le terme magister apparaît suffisamment pour n’en donner qu’un aperçu. Il met occasionnellement en (...)
  • 19 Concordia 208, col. 470B‑C [Sed quid de novissima tuba magister Anselmus dicat audiamus […] in quan (...)
  • 20 Sur cette œuvre : Y. Lefèvre, L’Elucidarium et les lucidaires. Contribution, par l’histoire d’un te (...)

6Une autre particularité distingue les citations de ces deux auteurs. Très souvent, sinon systématiquement, Martin de León les qualifie de « maîtres », ce qu’il ne fait avec aucune autre de ses sources littéraires17. Les autres occurrences du terme magister renvoient soit à une parole christique, évangélique ou prophétique, soit à un enseignement indistinctement ecclésiastique ou hérétique18. En réservant la qualité magistrale aux deux seuls auteurs moderni qu’il juge dignes d’êtres cités, nous ne pensons pas que le chanoine crée une ligne de démarcation par rapport aux anciens ni qu’il compense de la sorte le caractère récent de ces œuvres. Cette qualification signale deux réalités différentes. Dans les huit citations de l’abbé du Bec, l’expression renvoie plus au contenu de l’œuvre‑source qu’à une représentation de l’auteur cité, sur le compte duquel Martin est dans l’erreur par ailleurs. Toutes ces occurrences correspondent en effet à un extrait de l’Elucidarium d’Honorius Augustodunensis († 1157)19. Cette exposition d’ensemble sur la doctrine chrétienne se présente comme un dialogue entre un disciple et son « maître » et c’est cette structure pédagogique que Martin de León met en relief20.

  • 21 On en connaît quelques témoins manuscrits, bien qu’ils soient mal recensés : Pierpont Morgan Librar (...)
  • 22 Concordia 208, col. 290, 334 et 485 : ut ait magister Petrus in Sententiis.
  • 23 L’erreur d’attribution dont est victime Martin de León est néanmoins fréquente : Y. Lefèvre, L’Eluc (...)
  • 24 A. Viñayo, « El scriptorium medieval del monasterio de San Isidoro de León y sus conexiones europea (...)

7Il n’en va pas de même pour le « maître Pierre » : aucun des deux textes que le chanoine utilise, sa glose sur les épîtres pauliniennes et les Sentences, ne présente une structure similaire. Peut-être l’auteur de la Concordia s’autorise‑t‑il à mettre ainsi en exergue la référence à Pierre Lombard car celui‑ci est déjà connu des milieux ecclésiastiques ibériques, dans lesquels sa glose circule21. Au demeurant, l’appellation et l’autorité qui en émane s’appliquent aussi aux citations des Sentences et ce, de façon explicite22. L’œuvre‑source est ainsi valorisée, à la hauteur de l’usage qu’en fait le compilateur. Les renvois sont en effet très nombreux et corrects, contrairement au cas de l’Elucidarium23. Selon Antonio Viñayo, il faudrait même considérer qu’un quart environ de la Concordia compile des passages des Sentences, qu’ils soient cités ou non24. Revenir sur cette quantification est vain sans édition scientifique, mais il est possible par d’autres biais d’en démontrer l’importance dans l’économie de l’œuvre de Martin de León.

  • 25 A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3), p. 59.
  • 26 Ibid., pp. 59‑60.
  • 27 Pour le relevé des emprunts aux Libri Sententiarum dans ce sermon, voir : L. Robles, « Fuentes » (a (...)
  • 28 Concordia 208, col. 559A-590B : In principio creavit Deus coelum et terram [Gen. 1, 1]. His verbis (...)
  • 29 Concordia 208, col. 661A-670A : Secunda tabula post naufragium est poenitencia … sic et reconciliar (...)
  • 30 Concordia 208, col. 683 : Concordia 208, col. 683D‑684A : Quod daemones, qui a sanctis hominibus .. (...)
  • 31 Concordia 208, col. 1040C‑D : Claves istae non sunt corporales … quae veros sacerdotes non habet ; (...)
  • 32 A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3), p. 60.
  • 33 Concordia 208, col. 1269C‑1320C : quod Trinitas sit unus et solus verus Deus, ut ait beatus Augusti (...)

8Pour l’heure, nous relevons dans la Concordia neuf pièces comportant des extraits des quatre livres du maître parisien : la préface25, cas particulier sur lequel nous reviendrons, ainsi que les sermons In adventu Domini II26, In natale Domini II27, In septuagesima II28, In capite jejunii29, In prima dominica Quadragesimae30, In rogationibus31, In ascensione Domini I32 et In festivitate sanctae Trinitatis33. Le tableau ci‑dessous rend compte de la sélection faite par Martin dans l’œuvre‑source :

Les emprunts de Martin de León dans les Libri Sententiarum

  • 34 Nous reprenons l’analyse thématique proposée dans : P. W. Rosemann, Peter Lombard, Oxford Universit (...)

Liber Sententiarum

Distinctions et thèmes majeurs34

Emprunts dans la Concordia

(tout ou partie)

Prologue

Praefatio

Livre I

Dieu, la fin de l’Homme (unité et trinité)

1

Res et signa

2

Trinité : trois personnes, un Dieu

In natale Domini II

In festivitate sanctae Trinitatis (ci‑après : In f. sanctae Trinitatis)

3

In natale Domini II

4-5

Génération du Christ au sein de la Trinité

In f. sanctae Trinitatis

6-7

8

Essence divine : propriétés

Ibid.

9

Relations Père‑Fils

In natale Domini II

In f. sanctae Trinitatis

10-11

Pneumatologie (Esprit‑Saint)

In natale Domini II

In f. sanctae Trinitatis

12-18

In f. sanctae Trinitatis

19-21

Propriétés des trois personnes au sein de la Trinité

Ibid.

22-23

Noms donnés par l’homme à Dieu

Ibid.

24-26

27-29

In adventu Domini II

30-34

35-41

Connaissance et volonté de Dieu

42

Connaissance de Dieu et du Mal

43

In natale Domini II

44-48

Livre II

Les créatures

1-2

Création

In septuagesima II

Anges

3

4

Ibid.

5-6

In septuagesima II

In prima dominica Quadragesimae

7-11

In septuagesima II

12-15

Hexaemeron

Ibid.

16-17

Création de l’espèce humaine

Ibid.

18

Création de la femme

Ibid.

19-20

Condition humaine avant la Chute

Ibid.

21-24

Chute

Ibid.

25

In prima dominica Quadragesimae

26-28

29

In natale Domini II

30-33

Péché originel

34-41

Péché

42

In prima dominica Quadragesimae

43

In natale Domini II

44

Livre III

Le Christ et l’Incarnation

1-5

Christ, Fils de Dieu fait homme

Ibid.

6-7

8-11

Ibid.

12

13

Ibid.

14

15-17

Passion et délivrance

18-19

Ibid.

20-22

23-33

Vertus

34-35

Sept dons de l’Esprit saint

36

Vertus et charité

37-38

Décalogue

Ibid.

39

40

Ibid.

Livre IV

Les sacrements, l’eschatologie

1

Sacrements : définition et généralités

2-4

Baptême

5

Ibid.

6

7

Confirmation

8

Eucharistie

Ibid.

9-13

14

Pénitence

Ibid.

15

In capite jejunii

16-17

In natale Domini II

In capite jejunii

18

In natale Domini II

In rogationibus

19

In capite jejunii

20

Ibid.

21-22

23

Extrême‑onction

24-25

Ordination

26

Mariage

In natale Domini II

27-30

31-32

Ibid.

33-41

42

Ibid.

43-45

Résurrection et Jugement dernier

Ibid.

46

47

In ascensione Domini I

48-49

In natale Domini II

In adventu Domini II

50

  • 35 Nous verrons un peu plus loin que s’il n’est pas interdit de considérer que le chanoine a pu s’aide (...)
  • 36 Concordia 208, col. 590 : Haec ut a sanctis Patribus dudum exposita sunt, summatim scripsimus, nunc (...)

9Bien que les emprunts relevés ne constituent peut‑être qu’un échantillon de ce qu’extrait le chanoine, leur distribution dans les quatre livres des Sentences suggère qu’il avait à sa disposition ces derniers dans leur intégralité35. En outre, leur fréquence montre que les exposés du Lombard font souvent référence pour l’auteur de la Concordia. Ils structurent quelques sermons tels In festivitate sanctae Trinitatis et In septuagesima II, fournissant de longs exposés doctrinaux que l’auteur copie en amont. Martin exhorte ensuite ses frères à mieux comprendre le Credo et, conséquemment, l’erreur des juifs dans le premier sermon, il propose une interprétation linéaire sur les premiers versets de la Genèse dans le second ; dans les deux cas, il articule les exposés doctrinaux (première partie) avec les enseignements sur les Écritures saintes que les chanoines doivent y associer (deuxième partie) au moyen d’expressions similaires soulignant la nécessité « à présent » de « recomposer » les extraits patristiques tirés des Sentences en vue de l’« utilité » de la communauté36. Dans les autres sermons, les extraits des libri Sententiarum complètent un point de doctrine, que ce soit sur le diable et les péchés capitaux dans le Sermo in prima dominica Quadragesimae ou sur la pénitence dans In capite jejunii.

  • 37 Le chanoine précise parfois pour une citation qu’elle est extraite des Sentences ; par exemple Conc (...)

10Il ressort de ces analyses que Martin de León utilise les Sentences comme un réservoir pré‑ordonné de synthèses doctrinales fondées sur des citations patristiques. Il y puise si régulièrement et si massivement, il le signale si bien aussi, que cet ouvrage compte parmi ses sources principales avec la Glose ordinaire, les Etymologiae et les Synonymae d’Isidore de Séville, les Moralia in Job de Grégoire le Grand enfin. En outre, il n’occulte pas cette source comme il le fait avec la Glossa, ses florilèges et d’autres œuvres qu’il nous est par conséquent difficile d’identifier37. Il reconnaît au maître parisien une véritable autorité, qu’il valorise auprès du lecteur au moyen d’un régime de citation remarquable.

  • 38 On ne connaît pas la date de naissance de Martin de León, au‑delà des estimations un peu hasardeuse (...)
  • 39 VSM, col. 9-11.
  • 40 Voir notamment VSM, col. 18, épisode dans lequel la piété savante du chanoine régulier surpasse ais (...)
  • 41 L. Robles, « Fuentes » (art. cit. note 2), p. 613-614 : ad illos IIII clerizones qui sint a Francia (...)
  • 42 En 1166, Velascus Ennego confie l’église de Santa María de Vega sise à Salamanque aux chanoines de (...)
  • 43 B. Palacios, « La teología ... » (art. cit. note 6), p. 426.

11Martin de León souligne‑t‑il l’autorité magistrale eu égard à un enseignement qu’il aurait effectivement reçu à Paris, que ce soit par Pierre Lombard ou par l’un de ses disciples38 ? La documentation ne souffle mot d’un tel parcours. D’après la Vita sancti Martini, Martin de León aurait composé la Concordia grâce à l’inspiration divine transmise par saint Isidore39. Dans le schéma hagiographique mis en place, on ne s’étonnera pas que Lucas de Tuy taise une formation scolaire le cas échéant, puisqu’il dévalorise à plusieurs reprises les savoirs ainsi acquis40. Au demeurant, des structures favorisant une formation dans les écoles au‑delà des Pyrénées existent bel et bien dans le León. Laureano Robles a découvert dans les archives de Santa María de Vega qu’une somme est attribuée à ceux qui souhaitent étudier en France41. Or, un complément d’enquête démontre qu’il s’agit d’un prieuré de Saint‑Isidore de León, bien que la possession de l’établissement soit souvent disputée par l’évêque salamantin42. En outre, cette forme de bourse d’études n’est pas singulière : les statuts des chapitres de Compostelle ou de Gérone promeuvent ces voyages d’études en prévoyant d’y allouer une partie de leurs revenus43. Martin de León a bien pu bénéficier de ces aides pour étudier dans les écoles françaises. En l’absence d’autres indices, il nous faut cependant revenir à une lecture de la Concordia afin de tenter de dépasser le stade de l’extrapolation.

La recherche de la « charité » plutôt que de la « vérité »

  • 44 Concordia 208, col. 27A‑B : Cupientes aliquid de penuria ac tenuitate nostra … titulos quibus singu (...)

12Dans un contexte régional où l’on ne rencontre nulle autre résonnance des Sentences, que l’auteur de la Concordia leur reconnaisse tant d’autorité attire d’autant plus l’attention que ceci apparaît avec éclat dès la préface. Le chanoine la rédige en copiant pour l’essentiel un extrait du prologue du Lombard44. Mais là où ce dernier affirme être mû par la veritas divine, le premier privilégie la consensuelle caritas :

  • 45 Sententiae I et II, p. 3, l. 6‑8.
  • 46 Concordia 208, col. 27B.

Pierre Lombard

In libros sententiarum prologus45

Martin de León

Praefatio46

Delectat nos veritas pollicentis ; sed terret immensitas laboris ; desiderium hortatur proficiendi, sed dehortatur infirmitas deficiendi

[S’ensuit un long développement que Martin de León ne retient pas].

Cogit nos, imo delectat charitas pollicentis ; sed terret immensitas laboris. Ad hoc opus nos desiderium provocat perficiendi, sed dissuadet infirmitas deficiendi.

  • 47 L’édition scientifique n’en fait nulle mention non plus : Sententiae I et II, p. 3, l. 6.
  • 48 P. W. Rosemann, Peter Lombard (op. cit. note 34), p. 66.
  • 49 Sententiae I et II, p. 3, l. 21 ‑ p. 4, l. 1 : quam DEUS SECULI HUJUS OPERATUR IN ILLIS DIFFIDENTIA (...)
  • 50 Ibid., col. 521‑522 : quam vincit zelus domus Dei. Quo inardescentes … ut non sit necesse quaerenti (...)

13Nous n’avons pas relevé d’autre témoignage de cette variante en cette période, si bien qu’il est hautement probable qu’il s’agisse d’une réécriture martinienne47. Cette dernière a pour effet de suggérer un pas de côté important par rapport à la démarche savante du « maître ». Pierre Lombard, on le sait, est passé à la postérité pour avoir ordonné son enseignement autour de la conciliation des autorités48. Regrettant que les différentes sentences patristiques puissent conduire à une contradiction stérile ou à des choix doctrinaux de convenance, il expose dans son prologue sa quête de la « vérité » de Dieu – le terme revient souvent sous sa plume49. L’œuvre forme ainsi un paradigme des méthodes et du contenu de la culture scolaire urbaine du Nord de la France au milieu du xiie siècle, marquée par la recherche du systématisme. Nonobstant, Martin de León écarte de sa pièce liminaire le long passage du prologue dans lequel Pierre Lombard expose sa démarche50. Contrairement au maître, il refuse l’insertion de sa « voix » d’auteur (vox nostra) et supprime toute autre perspective rationnelle en amont de sa propre œuvre.

  • 51 B. Palacios, « La teología ... » (art. cit. note 6), p. 428 : « Hay que destacar que no es sólo cue (...)
  • 52 A. Viñayo mettait déjà en avant cette communauté de démarche entre le chanoine léonais et le maître (...)
  • 53 Concordia 208, col. 1304C‑1306A : Hic quaeritur, si charitas Spiritus sanctus est … quia nos in eo (...)
  • 54 B. Palacios, « La teología ... » (art. cit. note 6), p. 428 : « Cuando tales planteamientos [mettre (...)
  • 55 Passage correspondant dans Sententiae, liv. I, d. XVII, c. V (Sententiae I et II, p. 146, l. 12 ‑ p (...)
  • 56 Sur ces usages traditionnels de la quaestio, voir : V. Coloman, « Manières personnelles et imperson (...)

14L’agencement de sa compilation ne s’écarte pas de ce choix liminaire a silentio, contrairement à ce qu’affirmait Bonifacio Palacios. L’historien toutefois ne disposait pas des moyens actuels de recherche textuelle lorsqu’il estimait que le chanoine était animé par le « souci de ramener à une vérité tous les textes bibliques ou opinions discordant en apparence51 ». Aujourd’hui, l’argument selon lequel Martin de León fait un usage scolastique de la quaestio dans les sermons de la Concordia ne tient plus52. Prenons l’exemple du Sermo in festivitate sanctae Trinitatis avancé par Bonifacio Palacios. Le chanoine s’y interroge sur la possibilité pour l’Esprit saint d’être renforcé ou affaibli dans l’homme en déroulant toutes les conventions propres à l’exercice scolaire : il expose dans un premier temps les raisons de la thèse contraire, puis il en vient à sa propre réponse qu’il appuie sur plusieurs citations scripturaires et patristiques53. Il n’est pas évident pour autant qu’il s’agisse ici d’un « emploi conscient de la méthode de la quaestio » (Bonifacio Palacios)54. D’une part, le chanoine extrait fidèlement ce passage du premier livre des Sentences55. D’autre part et plus généralement, nous n’observons dans la Concordia nulle trace de l’intelligence du mécanisme lombardien en dehors des emprunts aux Sentences —  reconnaissons toutefois que compte tenu de l’ampleur de l’œuvre et de la faiblesse de son balisage historiographique, ce bilan est provisoire. Pour l’heure, les usages du quaeritur hors emprunts aux Sentences que nous avons relevés correspondent à une interrogation de type traditionnel, plus didactique que dialectique, soulignant une difficulté ou une opinion personnelle56.

  • 57 Concordia 208, col. 812‑813 : Sequitur : QUIS EST ISTE, QUI VENIT DE EDON, TINCTIS VESTIBUS DE BOSR (...)
  • 58 Concordia 208, col. 812‑813 : Videtur tamen Augustinus dicere super Genesim quod omnes angeli ab ip (...)

15Plus probant, la démarche de réconciliation des autorités n’affleure pas en présence de deux sources contradictoires dans les sermons. Dans In ramis palmarum, face au verset « Qui est celui-ci qui vient d’Édom, de Bosra, en vêtements de couleurs ? » (Is. 63, 1), Martin de León s’interroge sur la signification de cette question posée par les anges : n’ont‑ils pas la prescience du mystère de l’Incarnation57 ? Il s’appuie ce faisant sur la glose ordinaire qui rappelle que, suivant saint Augustin, les anges connaissent tout de la Création divine dès l’origine, y compris ce qui est à venir, tandis que, suivant saint Jérôme, leur savoir est incomplet58. Face à cette divergence, l’auteur de la Concordia ne fait pas entendre « sa voix » mais copie fidèlement la glose, sans intervenir.

  • 59 Concordia 208, col. 27 : Notandum, quod hic liber Veteris ac Novi Testamenti Concordia vocatur ; id (...)
  • 60 Respectivement : Augustin, De consensu evangelistarum, dir. F. Weihrich, Prague (Australie), 1904 ; (...)
  • 61 Martin de León connaît bien de nombreuses œuvres d’Augustin d’Hippone ainsi qu’une partie de l’homé (...)
  • 62 Pour plus d’arguments sur le titre : A. de las Heras, Généalogie d’une œuvre (op. cit. note 1), p.  (...)

16Emporté par ces recours aux quaestiones qu’il croyait identifier, Bonifacio Palacios jaugeait le choix du titre Veteris ac Novi Testamenti Concordia à la même aune. Il résonne certes avec ceux d’œuvres ayant marqué la culture scolaire urbaine ultra‑pyrénéenne, telle la Concordia discordantium canonum de Gratien (v. 1140), tel encore le Liber concordiae novi et veteris Testamenti de Joachim de Fiore (v. 1190). Le lien est très ténu cependant. Martin de León ne justifie son titre que par un laconique « car l’Ancien et le Nouveau Testament concordent mutuellement59 ». Ce choix a plus probablement été motivé par un projet typologique d’ensemble, dans la veine antijudaïque de l’œuvre qu’Antonio Viñayo juge prééminente, ou par l’inscription dans une tradition antique de concorde incarnée notamment par Augustin d’Hippone au tournant des iveve siècles et Smaragde de Saint‑Mihiel, au ixe siècle60. Ces auteurs se sont diversement attachés à montrer l’harmonie régnant au sein du Nouveau Testament, sans perspective systématique ni dialectique ; tous deux sont connus de Martin61. Au demeurant, on ne peut non plus affirmer que Martin de León ait utilisé le terme concordia spécifiquement en écho à ces écrits car nous n’en relevons aucune présence directe dans la compilation martinienne. En somme, nous ne pensons pas que le chanoine ait forgé son titre de sorte à signaler au lecteur une démarche particulière ou une volonté polémique totalisante, mais qu’il a cherché de la sorte à faire identifier l’œuvre en tant que telle et à souligner son lien avec la lectio divina62.

17À ce jour, nous ne trouvons dans la Concordia aucune preuve selon laquelle Martin de León aurait suivi l’autorité du « maître » parisien jusque dans la démarche qui l’a rendu célèbre, mais bien des indices contraires. La connaissance qu’a le chanoine des Sentences est‑elle pour autant d’origine livresque, à l’exclusion de tout complément apporté dans un cadre scolaire ? La probabilité est faible : la familiarité du chanoine avec l’œuvre et surtout, avec sa réception, signale une lecture extraordinairement informée pour le contexte léonais.

Actualiser les Sentences

  • 63 Concordia 208, col. 109B‑D ; passage correspondant : Sententiae, liv. I, d. II, c. IV (Sententiae I (...)

18Martin de León adopte une attitude résolument active dans ses emprunts aux Libri Sententiarum, faisant montre à plusieurs reprises de la forte actualité de ses connaissances au regard des évolutions théologiques occidentales. Antonio Viñayo le déduisait notamment de sa capacité à corriger des erreurs de citation du maître, comme lorsqu’est attribuée avec raison à Fulgence de Ruspe (De incarnatione Filii Dei) une citation signalée dans les Libri Sententiarum être de saint Augustin63. Les sélections que le chanoine établit dans ses sources sur les doctrines sacramentelle et christologique sont bien plus probantes du fait de leur ambiguïté.

  • 64 Voir aussi : G. Flórez García, « El sacramento de la penitencia en los escritos de Santo Martino », (...)
  • 65 Concordia 208, col. 837C‑840B : DOMINUS NOSTER JESUS CHRISTUS IN QUA NOCTE TRADEBATUR, ACCEPIT PANE (...)
  • 66 Concordia 208, col. 839B : Non dubitatur, quin panis per sacra celebrantis verba sacerdotis in veru (...)
  • 67 J. de Ghellinck, « Eucharistie au XIIe siècle en Occident », dans Dictionnaire de théologie catholi (...)

19Martin de León traite de la doctrine pénitentielle dans In natale Domini II et In capite jejunii en s’appuyant très largement sur les Sentences (tableau)64. Lorsqu’il aborde le sacrement de l’autel, son choix diffère : le compendium succinct sur l’eucharistie qu’il livre dans In coena Domini ignore les distinctions 8‑14 du quatrième livre des Sentences. Nous avons vu pourtant que tout laisse à penser qu’il possède l’intégralité de l’œuvre. Il lui préfère donc une autre source, peut-être le Sermo in coena Domini du Liber deflorationum de Werner de Saint‑Blaise ou l’hypotexte majeur de ce sermon65. Quoi qu’il en soit, la présence du terme transsubstantiatio dans le texte a retenu l’attention d’Antonio Viñayo car à ses yeux elle justifiait de faire du chanoine le champion ibérique de la sacra pagina, capable de surpasser le maître parisien par l’étendue comme par l’exactitude de ses connaissances66. La notion est effectivement absente dans les livres de Pierre Lombard mais le jugement de l’ancien abbé de la collégiale Saint‑Isidore pèche par anachronisme. Le terme est timidement présent dans la première moitié du xiie siècle, ce qui explique son absence des Libri Sententiarum. C’est seulement à partir des années 1150‑1160 que les témoignages s’accumulent : Gratien l’enregistre dans son décret tandis que d’éminents représentants de la pensée monastique et scolaire y recourent dans leurs exposés, tels Pierre le Mangeur ou encore Roland Bandinelli et Lothaire de Segni (futurs Alexandre iii et Innocent iii) – l’histoire est bien connue, elle n’acquiert une valeur dogmatique qu’avec le canon Firmiter édicté lors du ive concile du Latran, en 121567. En utilisant la notion de transsubstantiatio à son tour, Martin de León ne démontre donc pas un savoir supérieur à celui du maître parisien, mais il rend simplement compte des évolutions doctrinales accréditées dans l’intervalle qui les sépare.

  • 68 Les savants ibériques ne sont pas réputés avoir participé aux controverses eucharistiques depuis le (...)

20L’actualité des connaissances du chanoine au regard de l’affinement du dogme eucharistique n’en est pas moins remarquable. Il s’agit de la première attestation de la notion de transsubstantiation dans la péninsule Ibérique jusqu’à preuve du contraire : gageons que le chanoine régulier fait partie de ses premiers importateurs dans la région68. Qu’il l’ait volontairement ajoutée lorsqu’il copie sa source ou qu’il suive cette dernière, cela n’en démontre pas moins un savoir sacramentaire au fait des récentes évolutions, de celles qui s’imposent dans l’Église et ses écoles à la pointe du mouvement. Sa familiarité avec l’orientation doctrinale dominante est suffisamment ferme pour l’amener à préférer au discours des Libri Sententiarum un texte moins développé mais plus en consonance avec l’actualité, malgré toute l’autorité qu’il reconnaît par ailleurs aux synthèses du maître parisien.

  • 69 Pour une présentation synthétique de cette réception au Moyen Âge : Cl. Angotti, « Le rayonnement d (...)
  • 70 Sur le sujet, voir en dernier lieu : Cl. Monagle, Orthodoxy and Controversy in Twelfth-Century Reli (...)
  • 71 Ibid., p. 99‑103.
  • 72 Sur cet abrégé : Ibid., p. 126‑129 ; Ph. W. Rosemann, The Story of a Great Medieval Book: Peter Lom (...)

21Le travail d’actualisation des données dans la sélection faite au sein des Libri Sententiarum s’exprime plus nettement lorsque le compilateur aborde l’Incarnation. Dans le Sermo in Natale Domini II, le recours à la distinction 10 du troisième livre offre un cas en consonance avec la réception contrastée des Sentences69. Malgré les précautions que Pierre Lombard a prises pour y aborder l’union hypostatique (union non séparable des natures humaine et divine dans la personne du Christ), d’aucuns, à l’instar de Geroch de Reichersberg, Robert de Cricklade ou Gauthier de Saint-Victor, considèrent erronément qu’il y a affirmé que le Christ en tant qu’humain n’est peut‑être pas une personne mais « quelque chose » (aliquid). En l’accusant de nichilianisme (nihilisme christologique), ces détracteurs provoquent et dénoncent tout à la fois les débats qui s’ensuivent, cherchant l’intervention pontificale70. Après une période d’hésitation, Alexandre iii opte, entre 1170 et 1179, pour l’interdiction puis la condamnation ; au demeurant, celles‑ci concernent davantage les disputes provoquées que le passage polémique des Sententiae71. Quinze à trente années après, le chanoine léonais exclut ce passage de sa compilation mais il y garde le chapitre qui suit immédiatement l’extrait incriminé. L’interrogation porte non plus sur la constitution de la nature humaine du Christ, mais sur sa conséquence : le Christ, en tant qu’homme, est‑il un fils adoptif ? La sélection opérée au sein de la réponse du Lombard frappe par son travail d’excision – et tout autant, de conservation : ledit passage n’est pas retenu par exemple dans l’abrégé du maître Bandinus72 :

  • 73 Sententiae III et IV, p. 74, l. 16 – p. 75, l. 19.
  • 74 Concordia 208, col. 104A‑B (l’emprunt se prolonge au‑delà).

Pierre Lombard

Liber Sententiarum III, d. X73

Martin de León

In Natale Domini II74

Si vero quaeritur an Christus sit adoptivus filius secundum quod homo sive alio modo, respondemus Christum non esse adoptivum filium aliquo modo, sed tantum naturalem, quia natura filius est, non adoptionis gratia.

Si autem quaeritur an Christus sit adoptivus Filius, secundum quod homo est, sive alio modo ? Respondemus Christum non esse adoptivum filium aliquo modo, sed tantum naturalem ; quia natura filius est, non adoptionis gratia.

Non autem sic dicitur filius natura, ut dicitur Deus natura : non enim eo filius est quo Deus est, quia proprietate nativitatis filius, natura divinitatis Deus est. Et tamen dicitur natura vel naturae filius, quia naturaliter est filius, eandem scilicet habens naturam quam ille qui genuit.

Adoptivus autem filius non est, quia non prius fuit et postmodum adoptatus est in filium, sicut nos dicimur adoptivi filii, quia cum nati fuerimus IRAE FILII [Resp. Eph. 2, 3], per gratiam facti sumus filii Dei. Christus vero nunquam fuit non filius, et ideo non est adoptivus filius.

Adoptivus autem filius non est, quia non prius fuit, et postmodum adoptatus est in filium, sicut nos dicimur adoptivi filii, cum nati fuerimus filii irae, per gratiam facti sumus filii Dei. Christus vero nunquam fuit non filius ; et ideo non est adoptivus filius.

Sed ad hoc opponitur sic : Christus filius hominis est, id est, Virginis, aut gratia, aut natura, vel utroque modo. Si vero natura, aut divina, aut humana ; sed divina non : ergo aut humana natura, aut non natura est filius hominis. Si non natura, ergo gratia tantum ; et si etiam natura humana, non ideo minus per gratiam. Si ergo gratia filius Virginis est, adoptivus filius esse videtur : ut idem sit naturalis filius Patris, et adoptivus filius Virginis. Ad quod dici potest Christum filium Virginis esse natura vel naturaliter et gratia ; nec tamen adoptivus filius Virginis est,

quia non per adoptionem, sed per unionem filius Virginis esse dicitur. Filius enim Virginis dicitur, eo quod in Virgine hominem accepit in unitatem personae ; et hoc fuit gratiae, et non naturae.

quia non per adoptionem, sed per unionem filius Virginis esse dicitur. Filius enim Virginis dicitur, eo quod in Virgine hominem accepit in unitate personae ; et hoc fuit gratiae, non naturae.

22Sans changer la finalité de la réponse, le chanoine en exclut systématiquement les considérations techniques sous l’angle de l’union hypostatique. Certes, les passages délaissés ne conduisent pas en tant que tels vers une position tenante du nichilianisme, ils peuvent être lus indépendamment du chapitre condamné. Aussi ne peut‑on exclure que le travail de sélection procède d’une volonté martinienne d’établir une synthèse qui soit à la portée de tous ses coreligionnaires, y compris les moins formés d’entre eux inaptes à saisir les subtiles questions de nature. Cependant, considérant la fermeté des condamnations et leur caractère assez récent, considérant l’immédiate proximité dudit passage, considérant, enfin, le principe directeur d’excision qui consiste à ne pas aborder l’union hypostatique, il est plus probable que Martin de León ait adopté une position relativement prudente. Tout indique que son travail de compilation s’effectue ici encore en connaissance des orientations savantes récentes et des débats qui l’agitent, avec la volonté cependant de transmettre la doctrine lombardienne malgré les risques que cela comporte avant le concile du Latran iv.

Conclusion

23La place qu’accorde Martin de León aux Libri Sententiarum dans la Concordia montre la grande familiarité qu’il entretient avec cette œuvre et son inclination informée pour sa lecture. Au‑delà du simple réservoir d’informations, le compilateur tire de cette œuvre une sélection de citations patristiques qu’il juge accréditée, ainsi que nombre des exposés doctrinaux nécessaires à l’édification des chanoines de Saint‑Isidore. Il suit fidèlement et avec fréquence les synthèses de Pierre Lombard tout en sachant en actualiser le contenu lorsque cela s’avère nécessaire. Bien plus, la présence titulaire du « maître » est marquante. Le chanoine de León, premier Ibérique connu à le citer, met remarquablement en valeur l’autorité magistrale de celui‑ci au sein de sa compilation. En ce sens, il contribue à importer davantage que les Sentences de Pierre Lombard mais avec elles, une part de la culture scolaire ultra‑pyrénéenne dans le royaume léonais.

  • 75 Sur cette tradition manuscrite : A. Prieto Espuñes, « La obra de San Martin de León: noticia de su (...)

24Il faut cependant estimer que la responsabilité de Martin de León dans cette importation au travers de la Concordia fut réelle, mais modérée. D’une part, elle se restreint pour l’essentiel aux domaines des connaissances et références associées et ne promeut que fort passivement la démarche du maître parisien : le chanoine léonais copie de très nombreux extraits des Sentences sans appliquer ailleurs l’intelligence du mécanisme lombardien face aux contradictions de la tradition. D’autre part, la tradition manuscrite de la Concordia est si ténue qu’elle semble n’avoir pas touché un lectorat plus large que celui de la collégiale de Saint‑Isidore75.

25Les informations et les nuances assemblées au cours de cette enquête ne permettent pas de conclure définitivement sur le parcours du chanoine. Elles remettent en question cependant l’unanimité faite autour d’une formation scolaire à Paris, tout en n’excluant pas cette hypothèse de travail tant qu’elle garde ce statut. La capacité du chanoine à moderniser le contenu des Sentences, voire à s’en écarter prudemment mais ponctuellement, suggère vivement qu’il bénéficia d’un enseignement dans des milieux scolaires hautement informés et familiers avec l’œuvre du maître parisien, qui furent favorables à celle‑ci tout en étant conscients des hésitations à ce sujet au sommet de l’Église. Globalement, Martin de León démontre une estime considérable pour l’œuvre des Sentences. Il témoigne ainsi de la force d’attraction de cette œuvre, jusque dans les communautés ibériques où sa diffusion s’est faite plus lentement – ou plus silencieusement peut‑être.

Haut de page

Notes

1 L’œuvre atteste de la première rédaction d’un commentaire biblique linéaire dans la péninsule Ibérique depuis le Tractatus de Apocalipsin de Beatus de Liébana à la fin du VIIIe siècle ; voir : K. Reinhardt et H. Santiago-Otero, « Comentaristas bíblicos de los siglos XII y XIII », dans Coloquio sobre circulación de codíces y escritos entre Europa y la Peninsula en los siglos VIII-XIII, Universidad de Santiago de Compostela, 1988, p. 193-238. Sur ce hiatus exégétique, nous nous permettons de renvoyer aussi à notre mémoire de thèse : A. de las Heras, Généalogie d’une œuvre à (in)succès. Lectures et écritures de la Veteris ac Novi Testamenti Concordia dans la collégiale de Saint-Isidore de León (1148-1240), mémoire inédit de thèse doctorale, E.H.E.S.S., Paris, 2013, p. 428-433.

2 L’aveu de L. Robles Carcedo reste en partie d’actualité : « Lo primero que uno constata, cuando se mete a estudiar los escritos de Martino de León, es lo poco que de ellos sabemos. Prácticamente hasta los estudios de Antonio Viñayo, la figura de Martino de León ha sido totalmente desconocida » ; dans : « Fuentes del pensamiento teológico de Santo Martino. Estudio de los cuatro primeros sermones », dans Santo Martino de León, León, Isidoriana, 1987, p. 599. Sur la Concordia, les principales références sont : R. McCluskey, « The Genesis of the Concordia of Martin of León », dans God and Man in Medieval Spain, dir. D. W. Lomax et D. Mackenzie, Warminster, Aris and Phillips, 1989, p. 19-36 ; Santo Martino de León: ponencias del I Congreso Internacional sobre Santo Martino en el VIII centenario de su obra literaria (1185‑1985), León, Isidoriana, 1987 ; A. Viñayo González, San Martín de León y su apologética antijudía, Madrid, CSIC, 1948.

3 Outre la thèse déjà citée, voir : A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español que cita a Pedro Lombardo », Scriptorium victoriense, 1/1 (1954), p. 51–62 ; pour un exemple de l’impact de ces travaux sur l’historiographie postérieure : A. Rucquoi, « L’invective anti-juive dans l’Espagne chrétienne : le cas de Martin de León », Atalaya, 5 (1994), p. 135-151.

4 A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español », art. cit. note préc., p. 61 : « Y se impone advertir que, en algunos aspectos, se muestra nuestro Santo, aunque escritor y teólogo solitario en una tierra desplazada desde hacía siglos, aparentemente, de las corrientes intelectuales europeas, superior al Maestro de las Sentencias y más sapientes que él. »

5 M. Défourneaux, Les Français en Espagne aux xie et xiie siècles, Paris, PUF, 1949. Pour une mise au point sur le problème historiographique de l’essentialisme et le rôle qu’y joue Claudio Sánchez : P. Henriet, « Moines envahisseurs ou moines civilisateurs ? Cluny dans l’historiographie espagnole (xiiie-xxe siècles) », Revue Mabillon, 72/11 (2000), p. 154-158.

6 B. Palacios, « La teología española del año 1000 a 1250 », dans Historia de la teología española. 1, Desde sus orígenes hasta fines del siglo xvi, dir. M. Andrés, Madrid, Seminario Suárez, 1983, p. 409-446.

7 Ibid., p. 427-431.

8 Pierre Lombard, Sententiae in IV libris distinctae, 3e éd., Grottaferrata, Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, coll. « Spicilegium Bonaventurianum », n˚ 4, 1971, vol. 3/, 169-642-632 p. Ci‑après : Sententiae I et II et Sententiae III et IV respectivement pour les volumes 2 (1971) et 3 (1981).

9 L’historiographie s’est longtemps focalisée sur les traductions des grandes références, tel le Coran, et leurs conséquences polémiques. Voir à titre d’exemple : Pensamiento medieval hispano. Homenaje a Horacio Santiago-Otero, dir. J. M. Soto Rábanos, Madrid, CSIC, 1998, 2 vol. ; dans la troisième partie, « Filósofos y teólogos », les études qui s’intéressent au Moyen Âge central traitent exclusivement des penseurs juifs et arabes ainsi que des œuvres à caractère polémique.

10 Suivant ce récit hagiographique, Martin aurait visité les reliques de saint Denis près de Paris : Lucas de Tuy, Vita sancti Martini, Petit-Montrouge, apud J.-P. Migne, coll. « Patrologie Latine », 1855, vol. 208, col. 14 (ci-après : VSM). Voir : A. Viñayo, « Un leonés del siglo XII, peregrino universal. Notas para el estudio de los viajes de santo Martino de León », Archivos leoneses, 13/29 (1959), p. 87-162.

11 L’édition dans la Patrologie Latine (ci‑après : PL) recense de nombreuses sources : Martin de León, Sancti Martini Legionensis,... Opera omnia, Petit-Montrouge, apud J.-P. Migne, coll. « Patrologie Latine », 1855, vol. 208 [col. 27-1352] et 209 [col. 9-420] (ci-après : Concordia 208 ou 209). Voir aussi : K. Reinhardt, « La exégesis escriturística de Santo Martino », dans Santo Martino de León op. cit. note 2, p. 581-594 ; L. Robles, « Fuentes » (art. cit. n. 2) ; A. Viñayo, S. Martín de León y su apologética (op. cit. note 2).

12 Nos propres analyses ont par exemple révélé que les sermons à caractère disciplinaire s’appuient largement sur le De duodecim abusionibus claustri d’Hugues de Fouilloy : A. de las Heras, Généalogie d’une œuvre op. cit. note 1, p. 501-507.

13 Ces observations bénéficient des travaux de Laureano Robles et d’Antonio Viñayo déjà cités, bien qu’ils ne prennent essentiellement en compte que le quatrième sermon de la Concordia, fort long il est vrai [534 colonnes dans la PL et 193 folios dans le manuscrit originel (Archives de San Isidoro de León, ms. XI. 1)]. Elles s’appuient aussi sur les analyses que nous avons formulées dans notre thèse et qui embrassent l’intégralité de l’œuvre.

14 Concordia 208, col. 31 : Non ego illum dictavi, sed sanctorum Patrum in eo dicta compilavi […].

15 Concordia 208, col. 469 : magister Petrus vir scilicet sapiens, et discretus ; col. 684 : magister Anselmus vir sapiens et catholicus

16 Concordia 208, col. 263 : ut ait Beatus Fulgentius, vir sapiens et Deo plenus ; col. 342 : Beatus igitur Gregorius catholicae fidei defensor fidelissimus […] vir sapiens et discretus ; col. 399 : Beatus igitur Gregorius vir sapiens, et in exponendis sanctarum Scripturarum sensibus valde discretus. Nous excluons de cette recension celle des occurrences de sapiens vir ne fonctionnant pas comme groupe épithète mais comme moyen d’identification d’un anonyme que le chanoine cite ; Concordia 208, col. 976 : sicut quidam sapiens ait […]. Congrue siquidem hic sapiens vir sputum Dei sapientiam.

17 Anselme de Cantorbéry est ainsi qualifié dans chacune des huit citations qui le concernent : Concordia 208, col. 470, 531, 532, 684, 917, 1185 ; Concordia 209, col. 403 et 418. Pierre Lombard l’est à quinze reprises au moins : Concordia 208, col. 112, 127, 290, 334, 336, 377, 378-379, 411, 469, 485-486, 486, 487, 489, 1306, 1336. Le cas des citations renvoyant aux œuvres du maître parisien, que ce soit ses Sentences ou ses commentaires, ne peut pour le moment donner lieu à des conclusions aussi systématiques que dans le cas d’Anselme. Leur intégralité ne pourra être assurément repérée qu’au terme d’un nouveau travail d’édition distinguant les références aux Sentences d’Isidore de Séville de celles du maître parisien.

18 Le terme magister apparaît suffisamment pour n’en donner qu’un aperçu. Il met occasionnellement en valeur l’enseignement du Christ (Concordia 208, col. 417 : Christus […] ipse Magister insignis et doctor coelestis et institutor reseratae veritatis) ou celui qui est reconnu par l’Église (Ibid., col. 79 : Joannes autem principaliter septem Ecclesiis, illis videlicet quarum magister erat constitutus). Il qualifie également les hérétiques (ibid., col. 463-464 : o Eutychiani haeretici […] cum magistro vestro Eutychio), catégorie dans laquelle Martin de León inclut les Arabes (ibid., col. 539 : Moneo etiam vos, o Arabici haeretici, ut diligenter audiatis quam aperte B. Augustinus […] perversam magistri vestri Arabis assertionem destruit). Le diable apparaît aussi comme un maître puisqu’il recherche l’adhésion à son enseignement (ibid., col. 543 : ut non cum magistris vestris Lucifero et Arabico vobis contingat perire).

19 Concordia 208, col. 470B‑C [Sed quid de novissima tuba magister Anselmus dicat audiamus […] in quantum possis oculum aperire, resurgent ; passage correspondant dans l’Elucidarium, p. 454‑455 (qu. 38)], col. 531D‑532A [Quid ergo ad haec magister Anselmus respondeat […] et haec pro vestimentis reputabuntur ; Elucidarium, p. 464 (qu. 81)], col. 532A‑B [Gaudia haec, ut ait magister Anselmus in Elucidario […] honorem, securitatem et gaudium ; Elucidarium, p. 465 (qu. 87-89)], col. 684A‑B [Quod etiam magister Anselmus vir sapiens et catholicus asserit […] in tartara includitur ; Elucidarium, p. 439 (qu. 92)], col. 917C‑919C [Anselmus : Nam qui in adulterio […] scilicet non consecratam dedit ; Elucidarium, p. 396‑399 (qu. 185‑196)], col. 1185C [Huic sententiae concordat magister Anselmus […] de hoc mundo liberabit ; Elucidarium, p. 457 (qu. 50)]. K. Reinhardt avait déjà repéré deux citations ainsi erronées dans le commentaire de l’Apocalypse (Concordia 209, col. 403 et 418) : « La exégesis » (art. cit. note 11), p. 590.

20 Sur cette œuvre : Y. Lefèvre, L’Elucidarium et les lucidaires. Contribution, par l’histoire d’un texte, à l’histoire des croyances religieuses en France au Moyen Âge, Paris, E. de Boccard, 1954, introduction et p. 59.

21 On en connaît quelques témoins manuscrits, bien qu’ils soient mal recensés : Pierpont Morgan Library, ms. 139 (origine : monastère de Sahagún) ; Biblioteca General de la Universidad de Salamanca, ms. 558 ; Lisboa, Biblioteca Nacional, ms. Alc. 401 ; Tarragona, Biblioteca Pública del Estado, ms. 158. Sur ces manuscrits : Fernando Galván Freile, La decoración de manuscritos en León en torno al año 1200, mémoire inédit de thèse doctorale, Universidad de León, 1997, p. 16 et p. 124.

22 Concordia 208, col. 290, 334 et 485 : ut ait magister Petrus in Sententiis.

23 L’erreur d’attribution dont est victime Martin de León est néanmoins fréquente : Y. Lefèvre, L’Elucidarium et les lucidaires (ouvr. cit. note 20), p. 51.

24 A. Viñayo, « El scriptorium medieval del monasterio de San Isidoro de León y sus conexiones europeas », dans Coloquio sobre circulación de códices (op. cit. note 1), p. 230-231.

25 A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3), p. 59.

26 Ibid., pp. 59‑60.

27 Pour le relevé des emprunts aux Libri Sententiarum dans ce sermon, voir : L. Robles, « Fuentes » (art. cit. note 2), p. 602‑608.

28 Concordia 208, col. 559A-590B : In principio creavit Deus coelum et terram [Gen. 1, 1]. His verbis Moyses Spiritu Dei afflatus … unde potest dici consensisse ; passages correspondants : Sententiae I et II, p. 329‑457 (liv. II, d. II, c. 1, l. 12 – d. XXIV, c. 12, l. 30 ; nombreuses excisions).

29 Concordia 208, col. 661A-670A : Secunda tabula post naufragium est poenitencia … sic et reconciliare poenitentes ; passages correspondants : Sententiae livre IV, nombreux extraits des distinctions XIV‑XVII et XIX‑XX (Sententiae III et IV, p. 315, l. 10 ‑ p. 378, l. 18)

30 Concordia 208, col. 683 : Concordia 208, col. 683D‑684A : Quod daemones, qui a sanctis hominibus ... impugnare iterum alium hominem ; col. 687C : pro transgressionis peccato juste meruit … et adjuvetur ; quia, ut ait Apostolus : PECCATUM HABITAT IN CARNE [Rom. 7, 18] ; col. 690C‑691B : Porro sciendum est duas esse species tentationis ... quod erunt AEQUALES ANGELIS DEI in coelis [Luc 20, 36] ; col. 721A‑722B : Haec sunt septem principalia vel capitalia vitia ... quod sit radix omnium malorum (avec deux interpolations extraites de l’œuvre d’Isidore de Séville). Passages correspondants : Sententiae, respectivement liv. II, d. VI, c. VII (Sententiae III et IV, p. 358, l. 14‑19) ; liv. II, d. XXV, nombreux extraits des c. VII‑VIII (Sententiae III et IV, p. 465, l. 6 – p. 469, l. 8) ; liv. II, d. XXI, extraits des c. VI‑VII (Sententiae III et IV, p. 436, l. 27 – p. 438, l. 6) ; liv. IV, d. XVII, c. IV (Sententiae III et IV, p. 352, l. 27 – p. 353, l. 22 ; forte réécriture à la fin de l’emprunt).

31 Concordia 208, col. 1040C‑D : Claves istae non sunt corporales … quae veros sacerdotes non habet ; passage correspondant : Sententiae liv. IV, d. XVIII, c. II (Sententiae III et IV, p. 356, l. 6‑17 ; emprunt très fidèle).

32 A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3), p. 60.

33 Concordia 208, col. 1269C‑1320C : quod Trinitas sit unus et solus verus Deus, ut ait beatus Augustinus in primo libro De Trinitate … sed ut daret formam homini, laudem humanam declinandi ; passages correspondants : Sententiae, liv. I, longs extraits des distinctions I à XLV (Sententiae I et II, p. 61, l. 3– p. 311, l. 10). L’étude de ce sermon par I. García Tato fournit une étude plus doctrinale qu’historiographique (régionaliste également : Martin de León est ici encore présenté comme un héros de la foi juste) : « Influencia de Pedro Lombardo en la doctrina trinitaria de Martín de León », dans Santo Martino de León (op. cit. note 2), p. 681-685.

34 Nous reprenons l’analyse thématique proposée dans : P. W. Rosemann, Peter Lombard, Oxford University Press, 2004, p. 72-73, 93-94, 120, 146. Pour mieux rendre compte de ce que retient le chanoine léonais des Sentences, nous gardons la division des livres en distinctions bien qu’elle soit introduite par Alexandre de Halès dans les années 1223‑1227.

35 Nous verrons un peu plus loin que s’il n’est pas interdit de considérer que le chanoine a pu s’aider d’un abrégé des Sentences pour y effectuer sa propre sélection, ce n’était assurément pas sa seule source de connaissance de l’œuvre du maître parisien.

36 Concordia 208, col. 590 : Haec ut a sanctis Patribus dudum exposita sunt, summatim scripsimus, nunc si placet, fratres charissimi, breviter ad utilitatem vestram, quid superius dicta significent, iterum rescribamus.

37 Le chanoine précise parfois pour une citation qu’elle est extraite des Sentences ; par exemple Concordia 208, col. 496 : Quod Venerabilis Beda in libro Sententiarum exponit.

38 On ne connaît pas la date de naissance de Martin de León, au‑delà des estimations un peu hasardeuses d’A. Viñayo qui la place dans les années 1130 : Santo Martino de León, 1130?-1203: vida, prólogos y epílogos parenéticos de sus tratados, León, Isidoriana, 2003.

39 VSM, col. 9-11.

40 Voir notamment VSM, col. 18, épisode dans lequel la piété savante du chanoine régulier surpasse aisément les connaissances scolaires de Pedro Muñiz, futur archevêque de Compostelle empreint de « syllogismes ». Voir aussi : A. de las Heras, Généalogie d’une œuvre (op. cit. note 1), p. 143-154.

41 L. Robles, « Fuentes » (art. cit. note 2), p. 613-614 : ad illos IIII clerizones qui sint a Francia legere.

42 En 1166, Velascus Ennego confie l’église de Santa María de Vega sise à Salamanque aux chanoines de Saint‑Isidore : Patrimonio cultural de San Isidoro de León. A, Serie documental. Documentos de los siglos X‑XIII, 1: Colección diplomática, dir. M. E. Martín López, Universidad de León, 1995, doc. n° 84.

43 B. Palacios, « La teología ... » (art. cit. note 6), p. 426.

44 Concordia 208, col. 27A‑B : Cupientes aliquid de penuria ac tenuitate nostra … titulos quibus singulorum sermonum capitula distinguuntur, praemisimus ; passages correspondants : Sententiae, extraits du prologue (Sententiae I et II, p. 3, l. 1-8 ; p. 4, l. 26‑28 et l. 29‑30).

45 Sententiae I et II, p. 3, l. 6‑8.

46 Concordia 208, col. 27B.

47 L’édition scientifique n’en fait nulle mention non plus : Sententiae I et II, p. 3, l. 6.

48 P. W. Rosemann, Peter Lombard (op. cit. note 34), p. 66.

49 Sententiae I et II, p. 3, l. 21 ‑ p. 4, l. 1 : quam DEUS SECULI HUJUS OPERATUR IN ILLIS DIFFIDENTIAE FILIIS [II Cor. 4, 4 et Eph. 2,2] qui non rationi voluntatem subjiciunt, nec doctrinae studium impendunt, sed his quae somniarunt sapientiae verba coaptare nituntur : non veri, sed placiti rationem sectantes. Quos iniqua voluntas non ad intelligentiam veritatis, sed ad defensionem placentium incitat : non desiderantes doceri veritatem, sed ab ea ad fabulas convertentes auditum. Ce à quoi s’oppose la démarche mise en place dans les Sentences : aditum demonstrandae veritatis complexi (ibid., p. 4, l. 17‑18).

50 Ibid., col. 521‑522 : quam vincit zelus domus Dei. Quo inardescentes … ut non sit necesse quaerenti librorum numerositatem evolvere, cui brevitas quod quaeritur offert sine labore.

51 B. Palacios, « La teología ... » (art. cit. note 6), p. 428 : « Hay que destacar que no es sólo cuestión del empleo del término “concordia”, muy generalizado entonces en teología y en derecho, sino que el contenido de los sermones y especialmente los comentarios a los Hechos, a las Epistolas y al Apocalypsis —que comenta versículo a versículo— responde a esa preocupación de reducir a la verdad textos bíblicos u opiniones en apariencia discordantes. » Ιl nuance toutefois son propos en soulignant que chez l’auteur de la Concordia, somme toute, « l’onction l’emporte sur la spéculation » (ibid., p. 429).

52 A. Viñayo mettait déjà en avant cette communauté de démarche entre le chanoine léonais et le maître parisien, multipliant les extraits de la Concordia contenant le verbe quaerere : « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3).

53 Concordia 208, col. 1304C‑1306A : Hic quaeritur, si charitas Spiritus sanctus est … quia nos in eo scilicet proficimus, sic et alia hujusmodi.

54 B. Palacios, « La teología ... » (art. cit. note 6), p. 428 : « Cuando tales planteamientos [mettre en exergue la concorde des livres bibliques] los aplica a sentencias o puntos de vista de diferentes autores nos parece estar percibiendo el empleo consciente del método de la quaestio. »

55 Passage correspondant dans Sententiae, liv. I, d. XVII, c. V (Sententiae I et II, p. 146, l. 12 ‑ p. 148, l. 17.

56 Sur ces usages traditionnels de la quaestio, voir : V. Coloman, « Manières personnelles et impersonnelles d’aborder un problème : saint Augustin et le XIIe siècle. Contribution à l’histoire de la quaestio », dans Les genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales : définition, critique et exploitation, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales, 1982, p. 11-30 ; et en particulier, dans les commentaires bibliques : G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval : xiie-xive siècle, Paris, Le Cerf, 1999, p. 131-164. Dans la Concordia, ils ont été repérés grâce à une recherche du terme quaeritur dans l’édition de la PL qui exclut de ses résultats les emprunts aux Sentences. Dans le sermon In ramis par exemple, l’interrogation signalée par le quaeritur vise simplement à dégager le sens littéral d’un verset, sa résolution s’effectuant grâce à l’exégèse hiéronimienne. Concordia 208, col. 835 : ET ADDUXERUNT ASINAM, ET PULLUM […] ET IMPOSUERUNT SUPER EOS VESTIMENTA SUA, ET EUM DESUPER SEDERE FECERUNT [Mat. 21, 7]. […] Quaeritur autem, quomodo in tam brevi spatio itineris super utrumque animal Christus sedisse dicatur ? Si enim super asinam sedit, pullus absque sessore fuit. Si autem super pullum sedit, quod plus competit, asina a sessore libera mansit. Quod tamen fieri potest, ut prius asinam supersederit, deinde Hierosolymis appropinquans, turbis sibi obviantibus, asellum supersedere voluit.

57 Concordia 208, col. 812‑813 : Sequitur : QUIS EST ISTE, QUI VENIT DE EDON, TINCTIS VESTIBUS DE BOSRA ? Haec in persona angelorum dicta sunt … ad plenum non cognoverunt ; passage correspondant : Biblia latina cum glossa ordinaria. Facsimile reprint of the editio princeps, Adolph Rusch of Strassburg, 1480-81, Turnhout, Brepols, 1992 (ci‑après : Glossa ordinaria 1480-1481).

58 Concordia 208, col. 812‑813 : Videtur tamen Augustinus dicere super Genesim quod omnes angeli ab ipsa creatione sua statim cognoverunt in contemplatione sui Creatoris quidquid ipse erat facturus. Hieronymus vero aperte declarat quia quidam angeli donec perficeretur mysterium Incarnationis, ad plenum non cognoverunt ; passage correspondant : Glossa ordinaria 1480-1481.

59 Concordia 208, col. 27 : Notandum, quod hic liber Veteris ac Novi Testamenti Concordia vocatur ; ideo videlicet quia sibi invicem in eo Vetus et Novum Testamentum concordant.

60 Respectivement : Augustin, De consensu evangelistarum, dir. F. Weihrich, Prague (Australie), 1904 ; Smaragde de Saint‑Mihiel, Collectiones epistolarum et euangeliorum de tempore et de sanctis, in PL 103, col. 13-552 (Smaragde y signale les points de convergence entre épître et évangile du jour en utilisant fréquemment l’expression concordia lectionum).

61 Martin de León connaît bien de nombreuses œuvres d’Augustin d’Hippone ainsi qu’une partie de l’homéliaire de Smaragde de Saint‑Mihiel, qu’il utilise dans ses propres écrits : A. de las Heras, Généalogie d’une œuvre (op. cit. note 1), p. 468‑477. Bien qu’il ne copie pas d’extraits des Collectiones, on ne peut exclure qu’il connaisse la « « chaîne exégétique » de Smaragde, car elle « connut un réel succès en Espagne » ; voir : J. Longère, La prédication médiévale, Paris, Études augustiniennes, 1983, p. 42.

62 Pour plus d’arguments sur le titre : A. de las Heras, Généalogie d’une œuvre (op. cit. note 1), p. 223-226.

63 Concordia 208, col. 109B‑D ; passage correspondant : Sententiae, liv. I, d. II, c. IV (Sententiae I et II, p. 64, l. 11‑13 ; la correction ne figure pas parmi les variantes relevées par les éditeurs). Voir : A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3), p. 61.

64 Voir aussi : G. Flórez García, « El sacramento de la penitencia en los escritos de Santo Martino », dans Santo Martino de León (op. cit. note 2), p. 655-678.

65 Concordia 208, col. 837C‑840B : DOMINUS NOSTER JESUS CHRISTUS IN QUA NOCTE TRADEBATUR, ACCEPIT PANEM, ET GRATIAS AGENS BENEDIXIT, FREGIT ET DEDIT DISCIPULIS SUIS (I Cor. 11, 23‑26) … dormiunt multi, in morte, sicut nos adhuc videmus, quod post pascha saepius accidit mortalitas ; passage correspondant dans l’intégralité de l’homélie de Werner de Saint‑Blaise : PL 157, col. 909‑911. L’identification du texte en amont de ce passage de la Concordia doit encore être précisée suite à une discussion à ce sujet avec Patrick Henriet, que nous remercions pour ses remarques avisées.

66 Concordia 208, col. 839B : Non dubitatur, quin panis per sacra celebrantis verba sacerdotis in verum Christi corpus transsubstantiatur, ita ut panis substantia non remaneat, sed colorem et saporem panis voluit tantum remanere, et sub illa specie veram corporis Christi substantiam latere. Voir à ce sujet : A. Viñayo, « San Martín de León, el primer español » (art. cit. note 3).

67 J. de Ghellinck, « Eucharistie au XIIe siècle en Occident », dans Dictionnaire de théologie catholique, V (2/2), dir. A. Vacant et E. Mangenot, Paris, Letouzey et Ané, 1924, col. 12331302.

68 Les savants ibériques ne sont pas réputés avoir participé aux controverses eucharistiques depuis le ixe siècle. Ils ne les ont pas ignorées pour autant, comme le signale la circulation des traités de Paschase Radbert et de Raban Maur en ces territoires : M. C. Díaz y Díaz, « Textos altomedievales extrahispanos en la Península », dans Coloquio sobre circulación de códices (op. cit. note 1), p. 259.

69 Pour une présentation synthétique de cette réception au Moyen Âge : Cl. Angotti, « Le rayonnement du Livre des Sentences de maître Pierre Lombard, évêque de Paris († 1160) », dans Véronique Julerot, Patrice Sicard, Gérard Pelletier, Dominique Poirel et Cédric Giraud (éds.), Notre-Dame de Paris 1163-2013, Turnhout, Brepols, 2013, p. 79‑95.

70 Sur le sujet, voir en dernier lieu : Cl. Monagle, Orthodoxy and Controversy in Twelfth-Century Religious Discourse: Peter Lombard’s « Sentences » and the Development of Theology, Turnhout, Brepols, 2013, p. 73‑111.

71 Ibid., p. 99‑103.

72 Sur cet abrégé : Ibid., p. 126‑129 ; Ph. W. Rosemann, The Story of a Great Medieval Book: Peter Lombard’s « Sentences », Peterborough-New York, 2013, p. 28‑33.

73 Sententiae III et IV, p. 74, l. 16 – p. 75, l. 19.

74 Concordia 208, col. 104A‑B (l’emprunt se prolonge au‑delà).

75 Sur cette tradition manuscrite : A. Prieto Espuñes, « La obra de San Martin de León: noticia de su codice y de las ediciones », dans J. M. Torres Prieto (dir.), Historica et philologica: In honorem José María Robles, Santander, Universidad de Cantabria, 2002, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie De las Heras, « Martin de León († 1203) et la culture scolaire ultra‑pyrénéenne. Les Sentences de Pierre Lombard dans la Concordia », Memini [En ligne], 18 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://memini.revues.org/736 ; DOI : 10.4000/memini.736

Haut de page

Auteur

Amélie De las Heras

DYPAC, É. A. 2449

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org