Navigation – Plan du site
Varia

Compte rendu : Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades (XIIe - XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013, 407 pages.

Marc Alain Bonenfant

Entrées d'index

Mots-clés :

Croisades, chrétiens

Géographique :

France, Moyen Orient

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Dans Des Chrétiens contre les croisades (XIIe - XIIIe siècle), le médiéviste Martin Aurell examine une thématique jusque-là quasi inexplorée; la contestation de la croisade. L’historiographie entourant ces mouvements qui perdurèrent pendant près de deux siècles est demeurée discrète quant aux perceptions médiévales des croisades. Seules deux études furent menées, l’une par Palmer A. Throop en 1940 et l’autre par Elizabeth Siberry en 1982, auxquelles s’ajoutent quelques articles et chapitres de livres. Il est généralement admis que l’ensemble de la Chrétienté accorda un appui inconditionnel aux croisés dans leur projet de reconquête de la Terre sainte. La thèse de Siberry abonde en majeure partie dans ce sens. Pourtant, même si la majorité des documents qui parvinrent jusqu’à nous évoquent un tel appui, les Chrétiens d’Occident ne soutenaient pas tous les guerriers du Christ. Au fil des croisades le nombre de contestataires ne cessa de croître. Certains d’entre eux ciblèrent les échecs des entreprises, alors que d’autres critiquaient vertement l’utilisation de la violence – surtout contre des Chrétiens comme ce fut le cas, entre autres, lors de la quatrième croisade ou des croisades italiennes et albigeoises. Cet ouvrage arrive donc à point pour souligner ce phénomène de contestation au Moyen Âge.

2D’abord, il faut saluer le travail remarquable de l’auteur dans la rédaction de son ouvrage. La fluidité de l’écriture rend la lecture à la fois agréable et limpide. Un néophyte peut assurément s’y retrouver sans initiation préalable. M. Aurell ordonne son ouvrage chronologiquement en quatre grandes parties couvrant la majorité des croisades qui s’échelonnèrent sur plus de deux siècles, autant au Proche-Orient qu’en Occident. Les deux premières parties portent sur l’avant-croisade et les trois premières entreprises, alors que les deux derniers chapitres touchent aux cinq dernières expéditions lancées vers la Méditerranée proche-orientale ainsi qu’aux croisades albigeoises et italiennes. L’auteur se penche également sur l’après-croisade ou, comme il la désigne lui-même, « l’impossible croisade » et sur les efforts déployés pour relancer une nouvelle entreprise. Il est notamment question de Grégoire X, du deuxième Concile de Lyon et de la situation après la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291. Le fait d’avoir organisé son ouvrage de manière chronologique — contrairement aux études de Throop et Siberry — s’avère un choix judicieux. De cette façon, il est plus aisé de saisir l’évolution du phénomène de contestation de la croisade sans pour autant perdre de vue les objectifs de l’auteur. Le côté négatif reste la répétition, mais devant la quantité impressionnante d’informations que nous livre l’auteur dans son ouvrage, cette limite est rapidement pardonnée.

  • 1 Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades (XIIe - XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013, p. 16

3L’apport incontestable de l’œuvre de M. Aurell est sans contredit le travail titanesque effectué pour établir un corpus solide afin de prouver qu’il y eut bel et bien une contestation de la croisade. Que ce soit les correspondances, les chansons de croisade ou encore les poésies des troubadours, l’auteur a puisé dans des ressources à la fois diversifiées et abondantes pour donner une voix à ceux qui contestaient la croisade. La provenance des sources est elle aussi très vaste, l’auteur recourant à des documents de France, d’Italie et du Saint-Empire romain germanique pour ne nommer que ceux-ci. L’immense bibliographie de l’ouvrage montre bien le large éventail de documents utilisés par M. Aurell. Ces sources se reflètent également dans la monographie par le biais de nombreux exemples — encore là une grande force du livre. L’extrait de Pierre le Vénérable rédigé vers 1155, s’adressant aux musulmans et prônant la non-violence, le démontre bien : « Je ne vous attaque pas, comme le font si souvent les nôtres, avec les armes, mais avec les mots, non pas par la force, mais par la raison, non pas dans la haine, mais dans l’amour. Un tel amour doit prévaloir entre ceux qui rendent culte au Christ et ceux qui le détestent, tout comme il prévalait entre les apôtres et les païens de leur époque, qu’ils invitaient à embrasser la loi du Christ.1 » M. Aurell démontre que ce genre de discours apparaît dès la première croisade avec Albert d’Aix et s’intensifie au courant des siècles qui suivirent. À ces discours de non-violence s’ajoutèrent ceux qui ciblèrent les échecs. La défaite de la deuxième croisade imprégna même la chevalerie du temps de Louis VII réticente à lancer une nouvelle expédition. Ces contestataires ne furent cependant jamais une majorité et les autorités n’appréciaient guère leurs critiques. Malgré tout, qu’ils fussent clercs ou chevaliers, ceux qui contestèrent la croisade ne subirent pas, comme le mentionne l’auteur, de répression inquisitoriale.

4Au-delà de son originalité, Des Chrétiens contre les croisades (XIIe - XIIIe siècle) est une contribution d’importance à l’historiographie médiévale en ce qu’il présente un aspect méconnu des croisades. L’auteur suscite des questions sur la complexité des discours qui entouraient les croisades et, d’une entreprise à l’autre, réussit à faire revivre l’esprit de ces contestataires grâce aux nombreux passages tirés des sources qu’il a consultées. Cela permet de comprendre que la contestation contre la croisade avait des racines dans toutes les sphères de la société médiévale et que ces expéditions étaient loin de créer l’unanimité en Occident. Il est alors plus aisé de cerner le contexte dans lequel les croisades étaient situées et également les raisons pour lesquelles plusieurs Chrétiens étaient réticents à lancer une neuvième expédition. De surcroît, grâce à cet imposant travail de dépouillement, il est dorénavant possible pour les médiévistes de compter sur des assises bibliographiques solides pour d’éventuelles recherches entourant la thématique de la contestation de la croisade ou des thèmes connexes. Enfin, cette étude modifie considérablement la perception que l’on a des entreprises menées par les croisés. Il sera dorénavant impossible de les étudier ou même de les enseigner de la même façon, car l’auteur montre ici un autre visage des croisades et c’est là la sa plus grande contribution.

Haut de page

Notes

1 Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades (XIIe - XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013, p. 164

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Alain Bonenfant, « Compte rendu : Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades (XIIe - XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013, 407 pages. », Memini [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://memini.revues.org/611

Haut de page

Auteur

Marc Alain Bonenfant

Université d’Ottawa et Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org