Navigation – Plan du site
Les livres d’heures manuscrits conservés dans les collections publiques du Québec

Les Heures de Philippe de Montholon, livre d’heures picard du xve siècle

(Montréal, Archives des Jésuites au Canada, MS-009-in-8°)
Patrice Hamel et Guillaume Simard

Entrées d'index

Géographique :

France, Québec

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il ne figure pas dans le catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Canada (S. de Ricci, W. J. (...)

1Cet article porte sur un livre d’heures conservé aux Archives des Jésuites au Canada, à Montréal (in-8°, ms. 9). Ce manuscrit n’a jamais été recensé ni étudié1. On en trouvera ici une brève présentation.

Codicologie

  • 2 La numérotation qui suit est de notre propre chef.

2Description du manuscrit : vélin, 205 × 140 mm, 122 folios non numérotés2. Justification du texte : 112 × 75 mm.

  • 3 Voir le tableau récapitulatif des cahiers, présenté en annexe 3.

3Cahiers : le manuscrit s’ouvre par un bifolio vierge dont le premier feuillet est collé au revers du plat de reliure (fol. 1-2). Suivent 16 cahiers, dont un ternion pour le calendrier (fol. 3-8), un binion pour les péricopes (fol. 9-12) et quatorze cahiers, majoritairement des quaternions, sur lesquels ont été copiés les offices et prières (fol. 13-20 ; 21-28 ; 29-37 ; 38-45 ; 46-53 ; 53-60 ; 61-66 ; 67-74 ; 75-82 ; 83-90 ; 91-98 ; 99-106 ; 107-114 ; 115-119)3. Le manuscrit se termine par trois feuillets ajoutés dont le 3e est collé au plat de reliure inférieur (fol. 120-122). Notons que le calendrier et les péricopes constituent les seules sections du manuscrit occupant un cahier unique. La répartition des autres pièces à travers les cahiers est détaillée dans l’annexe 1.

4La réglure compte 18 lignes tracées à l’encre brune (fol. 3-8), noire (fol. 9-12), à la mine de plomb (fol. 1-2, 13-119) ou à l’encre rouge (fol. 120-122).

5L’écriture gothique quadrata à l’encre noire de la fin du xve siècle comporte 32 lignes dans le calendrier, 18 dans le reste du manuscrit. Nous observons trois mains différentes, ce qui nous pousse à considérer l’existence de trois unités codicologiques, que l’analyse du décor confirme : calendrier (fol. 3-8), péricopes (fol. 9-12), heures et suffrages (fol. 13-119). Pour ces deux dernières sections, le texte se présente sur une seule colonne. Les rubriques sont à l’encre rouge.

6La reliure appliquée sur les plats de bois est en cuir brun. Celui-ci est estampé de motifs qui consistent, en partant des extrémités, en une succession de bandes ornementales simples ou complexes encadrant une surface centrale rectangulaire où se déploie un tamis de fleurs de lys inscrites dans des losanges. Le dos du manuscrit, quant à lui, demeure lisse. En raison de la différence de couleur de peau employée, il est clair qu’il a fait l’objet d’une restauration. La présence de trous à l’avant et à l’arrière du manuscrit indique que le manuscrit était doté de fermoirs décoratifs.

Contenu du manuscrit

7Le folio 1 est collé au revers du plat de reliure supérieur. Il porte en haut à gauche l’annotation B.-M. Conant 1776. Le folio 2 porte seulement au recto le tampon du Collège des Jésuites de Montréal.Le calendrier occupe les folios 3 à 8v. Les fêtes importantes sont rubriquées. On note la présence de saints vénérés en Picardie et en Flandre : sainte Aldegonde (30 janvier), sainte Waudru (3 février), saint Bavon (23 février), saint Quentin (2 mai), saint Vincent (14 juillet, en rouge) et saint Ghislain (9 octobre, en rouge). Viennent ensuite les péricopes (fol. 9-12v), suivies par les heures de la Vierge (fol. 13-52v) puis les petites heures de la Croix (fol. 53-58v) et du Saint-Esprit (fol. 59-63). Le suffrage des saints (fol. 63-66v) est enchaîné sans rupture aux heures du Saint-Esprit. Il mentionne la Sainte Trinité, saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Christophe, sainte Catherine, sainte Barbe et sainte Marie Madeleine. Suivent les sept psaumes pénitentiels (fol. 67-76v) auxquels s’enchaîne la litanie des saints, qui commence à la 13e ligne du folio 76v pour se conclure à la 5e du folio 81v. Elle inclut sainte Waudru, sainte Aldegonde et saint Vincent. On trouve ensuite les Huit versets de saint Bernard (fol. 81v-82v) puis le Salve Regina (fol. 82v), l’office des Morts (fol. 83-117v) puis la prière Obsecro te (fol. 117-119v). De courtes notices biographiques sur les membres de la famille qui possédait le manuscrit ont été ajoutées au cours du xvie siècle sur le folio 120. Les deux derniers folios (121-122) sont vierges.

Usage du livre d’heures

8Nos recherches ne nous ont pas permis d’identifier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à le situer entre Picardie et Hainaut. Certains vocables présentent des particularités orthographiques propres au picard : michi au lieu de mihi, nichil à la place de nihil, ou encore Vinchien pour Vincent. Plusieurs saints mentionnés dans le livre d’heures sont vénérés dans la région du Hainaut et de ses environs : sainte Waudru, patronne de Mons, sainte Aldegonde, vénérée à Maubeuge, saint Bavon, à Gand, et saint Quentin, à Saint-Quentin en Picardie. Le test de Madan permet d’aller plus loin4. Il permet d’identifier l’usage d’un livre d’heures en relevant l’antienne et le capitulum de prime et de none dans les Heures de la Vierge. Le début de l’office de prime ayant disparu, seuls trois éléments sur quatre ont pu être utilisés. Le chapitre de prime est « Hec est virgo sancta », l’antienne de none est « Pulcra est et decora », le chapitre de none est « Per te Dei genitrix ». Ces trois pièces correspondent à l’usage de « sainte Waudru de Mons ». On considérera cependant ce résultat avec prudence, car sainte Waudru n’est pas présente dans la litanie des saints et si elle l’est dans le calendrier, son entrée n’est pas rubriquée.

Le livre de famille de Philippe de Montholon et Madeleine Dalmonde

9La provenance picarde est confirmée par les ajouts manuscrits du folio 120 (annexe 2). Ils indiquent que Philippe de Montholon, notable originaire de la région de Chalon-sur-Saône, possède le manuscrit au xvie siècle. Il épouse, dans sa ville natale, en 1549, Madeleine Dalmonde, fille de Jacques Dalmonde, un médecin né en Hollande, mais habitant à Chalon-sur-Saône. Le scénario le plus plausible est que le manuscrit ait fait partie de la dot de Madeleine Dalmonde. Nous donnons en annexe la transcription et la traduction du livre de famille de Philippe de Montholon tel qu’il figure sur les derniers folios du manuscrit. Si de nombreux textes de ce genre figurent dans des livres d’heures des xve et xvie siècles, l’une des particularités de celui-ci est d’avoir été écrit en latin. En plein xvie siècle, la famille de Montholon se pensait donc encore dans la langue de l’Église.

10Philippe de Montholon commence la notice en précisant qu’il est né en 1522 à Bongdiet, près de Chalon. Son père était Lazare de Montholon, avocat à la cour royale de Chalon et conseiller à Dijon ; son grand père paternel était Nicolas de Montholon, avocat royal à la très haute cour ; et son grand-père maternel était Hughes Baichet, avocat du roi à Chalon. On constate donc que la famille Montholon demeure très ancrée dans la noblesse de robe bourguignonne.

  • 5 M. Hébert, « Un homme et son livre d’Heures. Pierre Pellegrin, seigneur de Rémicourt », dans Le liv (...)
  • 6 B. Delmaire, « Le livre de famille des le Borgne (Arras 1347-1538). Contribution à la démographie h (...)
  • 7 Ibid.

11Entre mars 1551 et septembre 1563, le couple Montholon-Dalmonde voit la naissance de neuf enfants. Cela signifie que Madeleine est enceinte durant quelque 81 mois sur 160 environ. Ce calcul ne tient pas compte des fausses couches, plus que probables à cette époque. Notons que le parcours de l’épouse de Philippe affiche une grande similarité avec celui d’autres femmes de la même époque. Prenons par exemple Madeleine Symier, la femme de Pierre Pellegrin de Rémicourt, qui accouche de douze enfants en 22 ans5, ou celui de Marie d’Aoust, qui donna naissance à douze enfants en 13 ans6 ou bien encore Catherine Faverel, qui accoucha de neuf enfants en 13 ans7.

  • 8 E. Petit, Chartes, manuscrits, autographes, documents historiques sur la Bourgogne, faisant partie (...)

12Fait intéressant, pour la plupart des entrées, Philippe de Montholon indique le lieu de naissance de sa progéniture. Marguerite et Robert, ses premiers enfants, naissent à Chalon. Puis, Marguerite (II), Madeleine et Camille naissent tous les trois à Chambéry, entre 1553 et 1557. Les raisons qui expliquent la présence de Philippe de Montholon dans la capitale des États de Savoie ne sont pas explicites. Sans aucun doute était-ce dans l'exercice de ses fonctions. Si le lieu de naissance de Gaspard[in]e, sixième enfant de la famille, n’est pas précisé, nous savons en revanche que la suivante, Esclarmonde, naît à Chalon. Quant aux deux dernières, à savoir Anne et Philipp[in]e, leur lieu de naissance demeure inconnu. Peut-être était-ce à Montjay, lieu dont Philippe de Montholon occupe le rôle de seigneur, ou encore à Orrain8.

13Il convient d’insister sur le fait que le taux de mortalité infantile demeure très élevé au xvie siècle. On le constate aisément avec la famille de Philippe de Montholon. Sur ses neuf enfants, les cinq premiers décèdent en moyenne trois mois après leur naissance. Les autres, toutes des filles, parviennent à passer le cap de la première année. Michel Hébert observe que les noms d’enfants décédés sont redonnés aux autres nouveau-nés. Par exemple, le premier fils de Pierre Pellegrin de Remicourt, René, meurt en bas âge. À la naissance de son second garçon, il décide de le nommer aussi René. Un phénomène semblable s’observe chez Philippe de Montholon qui dote successivement deux de ses filles du prénom de Marguerite ; aucune d’elles ne survécut.

  • 9 A. Guerreau-Jalabert, «  Spiritus et Caritas. Le baptême dans la société médiévale », dans La paren (...)

14Pour chaque nouveau-né, Philippe de Montholon précise les noms et les statuts de ses parrains et marraines. Cette manière de faire nous invite à considérer la question des rapports familiaux au xvie siècle. Anita Guerreau-Jalabert a montré le rôle du parrain comme élément essentiel de la reproduction sociale. Le parrain, désigné par les parents peu de temps après la naissance de l’enfant –comme le suggère a contrario l’absence de mention de quelconques parrains ou marraines pour la troisième enfant de la famille Montholon, Marguerite, morte à Chambéry à la naissance –, présente au prêtre l’enfant afin qu’il le baptise et le fasse entrer dans la communauté chrétienne9.

  • 10 M. Hébert, loc. cit., p. 50.

15Au xvie siècle, des règles bien définies encadraient le parrainage. Le nombre de parrains et de marraines est restreint à deux parrains et à une marraine pour les garçons, et à deux marraines et à un parrain pour les filles. Philippe de Montholon respecte assez bien ces règles, à la différence de Pierre Pellegrin de Rémicourt, qui attribue approximativement trois parrains et marraines à chaque enfant, indépendamment du sexe10. Marguerite de Montholon, première née, avait de son vivant deux marraines, Marguerite Gallois et Anne Baillet, et un parrain, Guillaume Bataille. Robert de Montholon avait pour sa part deux parrains, Robert Baillet et Philibert Cantin, et une marraine, Claudia Berbis. Pour les enfants suivants, Philippe de Montholon ne désigne qu’un parrain et une marraine. Son respect des lois de parrainage décrétées par l’Église doit être mis en relation avec son choix d’écrire ses notices en latin, la langue du clergé. Dans les deux cas, cela constitue un signe de piété.

16Des préoccupations pragmatiques dictent le choix des parrains et des marraines. On remarque en effet que la plupart des personnes désignées sont issues du milieu de la haute justice, ou du moins y sont liées directement – par le mariage, notamment. La notice précise effectivement que Guillaume Bataille, le parrain de Marguerite, première du nom, est avocat royal à Chalon. On précise aussi qu’Anne Baillet, sa marraine, est la femme de Philibert Cantin, dont on spécifie le métier d’avocat. De plus, le texte mentionne que Celse Morin, le parrain de sa quatrième enfant, Madeleine, fut avocat à la grande cour de Savoie, de même qu’il précise que sa marraine Madeleine de Montmélian était la femme d’Étienne de Roybourg, un conseiller à la même cour.

  • 11 Ibid., p. 51; C. Klapisch-Zuber, « Constitution et variations temporelles des stocks de prénoms », (...)

17Michel Hébert propose, à la suite de Christiane Klapisch-Zuber, que le choix des parrains est un outil de « prémarquage social »11. Offrir à quelqu’un la possibilité d’être le parrain de son enfant constitue un moyen de renforcer les liens d’amitiés inhérents à la sociabilité de l’époque. En choisissant comme parrains des hommes ancrés dans le milieu juridique, Philippe de Montholon vient consolider sa position et ancrer celle de sa progéniture dans un réseau social professionnel et statutaire. L’octroi du prénom du parrain ou de la marraine au nouveau-né peut être considéré comme un geste permettant de sceller cette l’amitié entre le père, l’enfant, et la famille d’où proviennent le parrain ou la marraine. On note également que les trois derniers enfants de Philippe de Montholon sont dotés de parrains et marraines issus de l’aristocratie foncière de Bourgogne et de Savoie, signe de l’insertion de la famille dans les différentes sphères de la noblesse du xvie siècle.

18En définitive, retenons que Philippe de Montholon utilise le parrainage tout en respectant les restrictions établies par l’Église, afin de renforcer ses liens d’amitié et d’assurer à ses enfants un ancrage solide dans les milieux qui ont fait de lui le notable qu’il est.

Ornementation et enluminure

19Les Heures de Philippe de Montholon se caractérisent par un traitement ornemental et iconographique très soigné qui, comme à l’habitude, hiérarchise et poétise le contenu. Les sections les plus importantes sont distinguées par des enluminures. L’ornement marginal unifie les différentes sections tout en créant des repères visuels pour le début des sous-sections et des pièces.

  • 12 Nous remercions Anne-Marie Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches (...)

20Le calendrier et les Heures (incluant les suffrages des saints et prières supplémentaires) présentent un ornement différent de celui des péricopes. Nous n’avons cependant pas cherché à identifier les lieux de production de ces deux types d’enluminures, ni à préciser leur style en relation avec tel « maître » ou tel « atelier » de production. Cette recherche a été entreprise par ailleurs par Dominique Vanwijnsberghe, qui situe les Heures de Philippe de Montholon parmi un groupe d’une dizaine de manuscrits produits probablement à Mons dans les dernières années du xve siècle et dont les enluminures sont rapprochées de celles du « Maitre de l’Arbre des Batailles » (Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. 9009-9011)12.

21Nous présentons ici la structure ornementale du manuscrit et nous nous attardons sur deux enluminures, celle de saint Jean dans les péricopes, celle de l’Annonciation dans les Heures de la Vierge. Nous sommes bien conscients que l’ornement et les images sur lesquelles nous nous arrêtons n’ont rien d’original et que des remarques semblables pourraient être formulées à propos de nombreux autres livres d’Heures contemporains. Notre objectif est précisément d’attirer l’attention sur ces peintures ordinaires, dont la banalité écarte trop souvent la recherche du sens.

Structure ornementale du calendrier et des Heures

22Le calendrier présente une ornementation de type végétal qui se déploie dans les marges de gouttière sous la forme d’un bandeau vertical (25 x 112 mm) encadrant le texte de part et d’autre sur chaque double page. L’ornement du mois de janvier peut servir d’exemple. Une feuille d’acanthe bleue et rouge située au centre du bandeau marque le point d’origine de l’ensemble de la végétation. De là poussent deux rameaux dessinés par un simple trait à l’encre noire, l’un ascendant, l’autre descendant, tous deux ponctués à intervalles réguliers de vrilles, et dont les menues feuilles sont peintes en or. Les rameaux se retournent et se partagent pour donner naissance à des fleurs et des fruits épanouis. Le végétal représenté n’est pas naturaliste. Même si l’on peut identifier certaines formes ou espèces, les pampres et fruits qui peuplent les marges sont moins des images de végétaux que les signes de la floraison et de la fructification, qualités habituellement associées à la spiritualisation dont la place ici s’articule aisément avec la lecture pieuse. D’un mois à l’autre, on remarque une composition construite sur la variation à partir du motif-modèle présenté dans la première double page, qui, tout en singularisant chacun des bandeaux, crée une unité visuelle au calendrier et donne l’impression que les marges ornées sont vivantes, que les vignes, les vrilles, les feuilles et les fleurs bougent, s’appropriant l’espace du parchemin de différentes manières.

23Les Heures sont ornées d’initiales rehaussées de jaune, de lettrines ornées dont la hauteur est de un, deux ou quatre interlignes, de bordures marginales végétalisées et d’enluminures qui ponctuent le début des principales Heures.

24Les initiales ornées sont distribuées afin de créer une hiérarchie entre les parties. Les deux premiers types (un et deux interlignes) sont peints selon les mêmes modalités : la lettre dorée se détache sur un cadre plus ou moins rectangulaire dont les côtés latéraux sont incurvés vers l’intérieur (ill1). Les panses et les cadres sont peints en rouge et bleu alternativement ; ils sont rehaussés de filaments blancs, qui prennent dans les panses des formes végétales stylisées. Peintes au début d’une phrase ou d’une section, dans une couleur et selon des dimensions différentes du reste du texte, ces initiales permettent de repérer et de visualiser rapidement l’organisation textuelle du manuscrit. Les retours à la ligne sont fréquents afin de situer le début de la phrase, et donc l’initiale, en début de ligne. Les bouts de ligne sont ornés par un rectangle allongé constitué de deux blocs chromatiques, l’un rouge, l’autre bleu, rehaussés de filaments blancs et séparés par un œillet circulaire ou triangulaire doré. Les blocs chromatiques des bouts de ligne alternent comme les initiales, avec lesquels ils construisent un écho rythmique tout au long des pages, les uns comme les autres étant constitués des mêmes éléments ornementaux.

25Les lettrines de quatre interlignes (cinq pour l’Annonciation au fol. 13) ouvrent les grandes sections textuelles et elles sont liées aux enluminures qu’elles suivent immédiatement (ill. 3-7). Ainsi les trouve-t-on au début de chaque Heure de la Vierge, des Heures de la Croix, des Heures du Saint-Esprit, des psaumes pénitentiels et de l’office des morts. L’initiale se détache sur un fond rectangulaire doré, qui épouse partiellement les formes de la lettre lorsqu’il s’agit d’un D. Le corps de la lettre est peint alternativement en rose et bleu ; il est rehaussé de filaments blancs dessinant des formes géométriques. La panse, sur fond d’or, est ornée de feuillages stylisés entrelacés qui combinent le rouge, le rose et le bleu.

26Si les initiales peintes soulignent les scansions du manuscrit, elles sont aussi des moyens de liaison, l’alternance des couleurs, des panses et des cadres créant une continuité entre chaque section et chaque pièce du livre d’heures. L’alternance chromatique est toujours respectée dans le cas des lettrines de quatre interlignes. Elle est quasi systématique pour les plus petites, sauf dans quelques cas volontaires qui soulignent une rupture. Dans la litanie majeure, les interruptions de l’alternance chromatique correspondent aux changements de catégories des saints : patriarches, apôtres, figures patristiques, martyrs et vierges (ill. 2). De plus, dans la même section, les lettrines terminant une page sont de la même couleur que celles qui commencent la suivante. La logique d’alternance est donc complexe. Elle tient compte à la fois du rythme, du contenu des pièces et des sections codicologiques. Cela étant, le détail et les variantes des ornements ne sont pas immédiatement perceptibles. Ils peuvent l’être au terme d’une longue observation du manuscrit, d’une méditation – ce qui va de pair avec la fonction du livre d’heures –, et ils existent donc indépendamment de la perception du lecteur/orant. Par leur confection même, ils donnent donc sens et ordre au manuscrit.

27Toutes les pages de la section des Heures sont ornées de bordures végétalisées dans les marges de gouttière. Leur facture est semblable à celle du calendrier, mais la végétation est sensiblement plus fournie. Nous n’y revenons pas.

Enluminures des Heures

28Les sections principales sont introduites par une enluminure, dont la largeur correspond au cadre de justification et dont la hauteur occupe les douze premières lignes puis dépasse dans la marge supérieure sous une arcade surbaissée. Les images ponctuent les Heures de la Vierge selon une iconographie traditionnelle à ce type de manuscrit : l’Annonciation pour matines (fol. 13), la Visitation pour laudes (fol. 21v), l’Annonce aux bergers pour tierce (fol. 33), l’Adoration des mages pour sexte (fol. 36v), la Présentation au Temple pour none (fol. 39v), la Fuite en Égypte pour vêpres (fol. 42v) et le Massacre des Innocents pour complies (fol. 48). Le folio 29, qui ouvrait l’office de prime et portait vraisemblablement au recto une image de la Nativité, a été découpé ; il n’en reste que le talon. La Crucifixion (fol. 53) ouvre les Heures de la Croix. L’image de la Pentecôte marque le début des Heures du Saint-Esprit (fol. 59). David en prière signale le début des psaumes pénitentiels (fol. 67). Enfin, une image illustrant une messe funéraire, peinte au folio 83, annonce l’office des morts.

29Chaque image est encadrée par deux fines bordures qui la prolongent et lui donnent davantage de corps. Celle de l’intérieur, monochrome ou bichrome, reprend l’un des tons importants de l’image ; celle de l’extérieur, dorée, fait la jonction avec les ors qui ornent le texte. Deux doubles baguettes, dont la facture est identique à celle des bordures de l’enluminure, limitent le cadre de justification. De la pointe supérieure des baguettes intérieures jaillit une fleur bleue sur semis d’or qui vient s’intégrer aux bordures végétalisées occupant les marges latérales et inférieure. Des tiges de lierre pourvues régulièrement de vrilles et présentées par couple, l’une descendante et l’autre ascendante, occupent la marge de petit fond. Les marges de queue et de gouttière présentent des enroulements de rameaux qui végétalisent la page en combinant naturalisme et stylisation.

30Nous donnerons une description détaillée uniquement de l’image de l’Annonciation (ill. 2). La scène est présentée derrière un arc surbaissé peint en vert clair, qui épouse le cadre de l’enluminure et dont le parement intérieur est traité en vert sombre, ce qui confère une profondeur et un point de fuite vers le centre de l’image. Marie, vêtue de bleu et dont la tête est auréolée d’un nimbe d’or, est agenouillée devant un lutrin représenté comme un autel drapé de blanc sur lequel repose un livre de prières à la couverture rouge. Un dais peint en vert aux tentures de même couleur se situe au-dessus de la Vierge. Une tapisserie carrée rouge dotée de six étoiles jaunes occupe le fond du dais. Derrière cet élément architectural se dresse un mur de pierres grises qui supporte un toit lambrissé de couleur ocre. À droite du mur, une grande arcade ouvre sur un paysage de collines arborées, surmonté d’un ciel traité en dégradé du bleu foncé au blanc, ce qui contribue à donner de la profondeur à l’image. Le lieu et le mobilier de la scène présentent une série d’ambivalences. L’arcade par laquelle se perçoit la scène peut évoquer la porte d’une église, ce qui est appuyé par le pupitre en forme d’autel, dignement recouvert d’un voile. Le baldaquin et le toit lambrissé suggèrent un intérieur domestique. La grande arcade ouverte vers l’extérieur ne crée pas une délimitation forte, puisque le sol dallé se poursuit au-delà de l’ouverture. Le corps de l’ange est, dans sa partie supérieure, inscrit dehors, tout en étant déjà dans l’édifice ; les rayons de lumière qui surgissent de l’angle supérieur droit de l’image soulignent cette continuité entre l’extérieur et l’intérieur.

  • 13 M. van der Lugt, Le ver, le démon et la Vierge. Les théories médiévales de la génération extraordin (...)

31L’ange annonciateur, vêtu comme un diacre, pénètre par l’arcade de droite. Il est agenouillé derrière la Vierge, pointe l’index et le majeur de sa main droite en direction de son visage et tient un sceptre d’or dans la main gauche dont la tête est une fleur de lys. Les rayons lumineux descendant du ciel se prolongent jusqu’à la colombe du Saint-Esprit qui se dirige clairement vers l’oreille gauche de la Vierge, par lequel le Verbe créateur pénètre. La Vierge tourne le regard vers la colombe ; le geste de sa main gauche indique la réception du message et l’acceptation de la conception miraculeuse. Le corps de la colombe n’a pas été peint en blanc comme à l’habitude ; seuls les contours dessinés à l’encre noire se détachent du fond gris. C’est une même colombe grise qui descend sur la Vierge et les apôtres dans l’enluminure de la Pentecôte, au début des Heures du Saint-Esprit (fol. 59). Il ne s’agit donc pas d’une disparition de la peinture blanche. La parole fécondante de l’ange (Ave gratia plena dominus tecum) n’est pas écrite sur un phylactère, même si le tracé en rappelle la courbure. Cette évanescence du Verbe fécondant est peut-être le signe de la nature entièrement spirituelle de l’Annonciation, alors considérée par tous comme le moment de la conception miraculeuse du Christ dans le corps de la Vierge13.

  • 14 Sur les dégradations volontaires d’images pieuses à des fins prophylactiques : G. Bartholeyns, P.-O (...)

32L’iconographie des autres enluminures ne présente pas de traits originaux. On observe en revanche de nombreuses traces de dégradation qui semblent avoir été effectuées par frottement à l’aide d’un tissu humide. Les frottements localisés sur le visage du Christ dans la Fuite en Égypte ou sur ceux des célébrants de l’office des morts (ill. 4) ne sont pas sans rappeler les grattages de peinture à des fins prophylactiques que l’on observe parfois dans des manuscrits médiévaux14. En revanche, les dégradations moins propres laissent perplexes. Dans l’image de la Présentation au Temple, tous les visages, le corps du Christ et le manteau de la Vierge ont subi des frottements vigoureux qui semblent avoir été effectués à la hâte (ill. 5). Des coulures bleues couvrant une partie de l’image et les premières lignes du texte proviennent notamment du chapeau de Joseph et du manteau de la Vierge. L’image en est salie, comme si un liquide avait été déversé dessus et qu’on avait voulu l’éponger sans précaution. Il en va de même dans la Fuite en Égypte, où des frottements ont affecté la partie inférieure du manteau de la Vierge, les rochers situés derrière elle, l’arrière-train de l’âne, le manteau de Joseph et la rubrique A vespres, laissant une page fortement salie (ill. 6). Quant à la Crucifixion des Heures de la Croix (ill. 7), il n’en subsiste que les feuilles d’or et quelques pans de couleur très atténués à la suite d’un effacement vigoureux qui a laissé des salissures brunâtres sur toute la page. En dehors des pages enluminées, le manuscrit ne présente pas de trace d’un dégât d’eau. L’opération a donc concerné spécialement quelques enluminures, comme si l’on avait voulu violemment en effacer le souvenir, laissant intactes celles de l’Annonciation, de la Visitation, de l’Annonce aux bergers, de la Nativité, du Massacre des Innocents, de la Pentecôte et de David en prières.

Ornement et enluminures des péricopes

33Une lettrine haute de deux interlignes annonce le début de chaque péricope. Le début de celui de Jean est indiqué par une lettre peinte en or sur un fond bleu. Les trois péricopes suivants sont introduits par une initiale argentée sur fond rouge. Ces quatre lettrines ne respectent aucune alternance chromatique et sont ornées différemment de celles dessinées dans le reste du livre d’heures, ce qui conforte l’indépendance codicologique de la section.

34Le début de chaque péricope est aussi signalé par un ornement marginal occupant les marges de tête et de gouttière et par une miniature rectangulaire peinte dans la marge de queue dont la largeur est celle du cadre de justification. Les miniatures représentent les quatre évangélistes écrivant : saint Jean (fol. 9), saint Luc (fol. 10), saint Matthieu (fol. 11) et saint Marc (fol. 12). Les images de Jean, Luc et Marc présentent un encadrement architectural composé de deux colonnes peintes en ocre et rehaussées de détails à l’encre brune. Aucune n’est identique : leur largeur, la taille de leur chapiteau ou le type de celui-ci varie dans chaque image. Les colonnes projettent une ombre, ce qui leur donne corps, et l’ajout de cette troisième dimension accentue l’effet de profondeur de la scène encadrée. En haut et en bas, les miniatures sont limitées par des baguettes bicolores jaune et rouge. L’image de Matthieu, dépourvue de colonnes sur les côtés, est encadrée de toutes parts par de telles baguettes.

35Saint Jean (ill. 8) est représenté devant un paysage de nature paisible peint dans différentes nuances de vert et de bleu. Les premiers éléments de terrain, le rocher ainsi que l’arbre qui semble surgir d’un buisson paraissent assez éloignés du protagoniste compte tenu de leur taille. Les lignes de fuite convergent vers le coin inférieur droit de la miniature, où il est possible de distinguer la forme floue d’une ville, voire d’une fortification. Derrière celle-ci se dresse une montagne, comme une ombre. Le dégradé du ciel qui passe d’un bleu très clair au blanc complète le jeu de perspective conçu par l’enlumineur. L’image affiche une profondeur saisissante qui invite le lecteur à y plonger son attention, à l’explorer, voire à l’habiter comme pour rejoindre l’évangéliste. Jean a le regard plongé vers le texte qu’il écrit, que l’image ne montre pas, mais suggère uniquement par la plume qui dépasse partiellement du cadre. L’image semble prise sur le vif, Jean apparaît en pleine action derrière la fenêtre ouverte dans le livre. Il revient au lecteur d’imaginer l’habituel rotulus avec lequel l’évangéliste est généralement illustré. La surface sur laquelle il écrit devient le parchemin vierge du livre d’heures, comme une mise en abîme entre le livre de prières et l’évangile.

36Saint Jean porte une tunique rouge, dont les plis, la profondeur et l’ornement sont suggérés par des rehauts jaunes et des ombres. Son visage se caractérise, comme à l’habitude, par ses traits androgynes. L’aigle est absent de la scène, contrairement aux symboles des trois autres évangélistes. Saint Jean, ainsi dépersonnalisé, peut ainsi être vu comme la figure du lecteur méditatif, adéquatement placée au début du manuscrit. Quant aux colonnes qui encadrent la scène, elles valorisent l’image, exaltent l’extrait de l’évangile qu’elles soutiennent et évoquent l’édification, celle de l’ecclesia, bien sûr, comme celle du lecteur.

  • 15 C. Fisher, Flowers in Medieval Manuscripts, Toronto, 2004, p. 20.

37L’ornementation marginale est composée de deux bandeaux, l’un situé dans la marge de tête, l’autre dans la marge de gouttière, dont la facture est très différente de celles des bordures végétalisées des deux autres sections du manuscrit. Un jeu de perspective est créé grâce à la superposition de bandes de couleurs sur un fond végétalisé. Des fruits et des fleurs, traités avec un grand souci de détails, parmi lesquels on reconnaît des bourraches et des fraises, sont peintes sur un fond jaune15. Leur direction suit l’orientation de la marge, verticale ou horizontale. Quatre bandes colorées se croisent au-dessus de ce champ végétalisé, avec un angle proche de 45°. Leurs jonctions comme leurs croisements sont invisibles ; on les imagine sous la section occupée par le texte. Les fleurs qui jouxtent le cadre textuel proposent une superposition inverse, puisqu’elles débordent partiellement sur celui-ci, allant jusqu’à effleurer les lettres. Sous des abords naturalistes, la composition emprunte donc des chemins illusionnistes. En prolongement du Verbe qu’elle encadre et comme en résonance avec lui, elle propose un dépassement du littéral, un envol vers l’invisible et le spirituel.

38Les trois autres miniatures des péricopes présentent les mêmes caractéristiques. Le regard des évangélistes ajoute une dimension supplémentaire à ces relations entre le lecteur, le livre et ce que l’on visualise à travers lui. Alors que Jean avait les yeux baissés, Luc regarde vers la gauche, Matthieu vers la droite, Marc fait face au lecteur (ill. 2). L’ornement se tient dans son cadre marginal, mais le lion, tourné vers la droite, amorce un franchissement de la colonne. Derrière l’évangéliste, le monde rural s’entraperçoit à travers une percée irréaliste qui crée la jonction entre le terrestre et le céleste, par le biais de l’image de l’évangéliste et du Verbe divin appelé à être récité.

Annexe 1 : Répartition des pièces et des cahiers

Cahier

Type

Folios

Sections

1

ternion

3-8

calendrier

2

binion

9-12

péricopes

3

quaternion

13-20

heures de la Vierge (début) : matines (début)

4

quaternion

21-28

matines (fin) et laudes

5

quaternion + 1 feuillet

29-37

prime, tierce et sexte (début)

6

quaternion

38-45

sexte (fin), none et vêpres (début)

7

quaternion

46-54

vêpres (fin), complies, Heures de la Croix (début)

8

ternion

55-60

heures de la Croix (fin) et Heures du Saint-Esprit (début)

9

quaternion

61-66

heures du Saint-Esprit (fin) et suffrage des saints

10

quaternion

67-74

sept psaumes pénitentiels (début)

11

quaternion

75-82

sept psaumes pénitentiels (fin), litanie des saints, huit versets de saint Bernard (début)

12

quaternion

83-90

huit versets de saint Bernard (fin), Salve Regina, office des Morts (début)

13

quaternion

91-98

office des Morts (suite)

14

quaternion

99-106

idem

15

quaternion

107-114

idem

16

ternion

115-120

office des Morts (fin), Obsecro te et notes manuscrites de Philippe de Montholon

Annexe 2 : le livre de la famille de Montholon

39L’ensemble est écrit par la même main, celle de Philippe de Montholon, qui parle à la première personne dans la première notice.

Transcription

40Fol. 120

  • 16 Ajouté en marge avec signe de renvoi, par une autre main.

41Ego Philippus de Montholon natus sum die penultima mensis augusti, hora prima post medium noctem16, anno domini millesimo quingentesimo vigesimo secundo [30 août 1522] in vico dicto Bongdiet, distante a Cabillano circiter quatuor aut quinque millibus passuum, patre Lazaro de Montholon, tunc advocato regio Cabilonensi et postea consiliaro Divionensi, avo paterno Nicolao de Montholon, advocato regio in suprema curia, avia patrina Margereta du May, matre vero Francisca Baichet, avo materno Hugone Baichet, procuratore regio Cabilonensi, avia materna Claudia Donde.

42Anno vero millesimo quingentesimo quadregesimo nono [1549] contraxi matrimonium cum Magdalena Dalmonde, filia Jacobi Dalmonde doctoris medici nati apud Hollandos commorantis autem Cabilloni, et Margareta Bon dit Galois ; quodquidem matrimonium consummatum fuit eodem anno vicesima prima die julii.

43Ex quo nata est mihi filia primigenia die Pascalis vicesima nona martii, paulo post horam nonam ante meridiem, incipiente de die more Gallico anno domini millesimo quingentesimo quinquagesimo primo [29 mars 1551]. Est autem illi inditum nomen Margaretae patrino magistro Guillelmo Bataille advocato regio Cabillonensi et matrinis duabus Margarita Bon dit Galloys et Anna Baillet, uxore magistri Philiberti Cantin advocati.

44Dans la marge : Obiit mense septembri proxime sequenti [septembre 1551].

45Anno 1552, ultima die junii [30 juin1552], natus est mihi filius cui nomen inditum est Roberto patrinis magistris Roberto Baillet locuntenenti Cabillonense et Philiberto Cantin judice ordinario Castellania, matrina vera domicella Claudia Berbis, uxore Francisci Quarre domini Castriregnaldi.

46Dans la marge : Obiit mense octobri proxime sequenti [octobre 1552].

47Fol. 120v

48Anno 1553, die 22 decembris, nata est mihi ex eadem uxore filia Margareta que in ipso partu extincta est Chamberii [22 décembre 1553].

49Anno 1555, die 24 maii [24 mai 1555], nata est mihi filia Magdalena dicta patrino magistro Celso Morin, consiliario regio in suprema Sabaudiae curia, et matrina domicella Magdalena de Montemaien, uxore magistri Stephani de Roybourg in eadem curia consiliarii, que mensem tantum unum vixit [juin 1555].

50Anno 1557, die veneris, vicesima augusti [20 août 1557], circiter horam primam post meridiem, in eodem loco Chamberii, ex eadem uxore natus est mihi filius nomine Camillus, patrino magistro Georgio de Itinere cive Burgi in Bressia practico romano, et matrina Judith Baillet, filia magistri Roberti Baillet, cuiquidem Camillus septimo mensis obiit [mars 1558].

  • 17 Espace laissé vierge sur le parchemin.

51Anno 1559, die sabatti divo Sebastiano dicata vicesima januarii more gallico [20 janvier 1560], ex eadem uxore nata est mihi filia inter octavam et nonam ante meridiem, cui magister Hugo (...)17 [jatuarius] Cabilonensis et Ludovica Cousturier uxoris meae pedissequa, patrinus et matrina, Gaspari nomen indidere.

52Anno Domini 1561, die 21 maii [21 mai 1561], circiter horam quartam matutinam, ex eadem uxore, Cabilloni nata est mihi filia, cui Ludovicus Robert murator ejusdem urbis civis ac dominus de Deoron et Anna Bunigner Francisci de (Laud…?) notarii regii uxor, nomen Esclarmonde esse voluere.

53Anno 1562, mense julio [juillet 1562], nata est mihi eadem ex uxore filia cui Annae nomen dixere nobilis Philippus de la Verderie, miles, et Anna de Maulgiroy, uxor nobilis militis de Bassopierre.

54Anno 1563, die prima septembris [1er septembre 1563], circiter septimam ante meridiem, nata est mihi filia quam Philippam dixere nobilis Philibertus de Montronis et Philippa.

55En marge de la notice : Uxor domini de Rully.

Traduction

56Fol. 120

  • 18 Nous n’avons pas pu identifier ce lieu-dit avec J. Rigault, Dictionnaire topographique du départeme (...)
  • 19 Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire.

57Moi, Philippe de Montholon, suis né le 30e jour du mois d’août, à la première heure après minuit, en l’année du Seigneur 1522, dans le lieu appelé Bongdiet18, distant de quatre ou cinq mille pas de Chalon19, mon père étant Lazare de Montholon, alors avocat royal à la cour de Chalon puis conseiller à Dijon ; mon grand-père paternel étant Nicolas de Montholon, avocat royal à la très haute cour ; ma grand-mère paternelle Marguerite du May ; ma mère Françoise Baichet ; mon grand-père maternel Hugues Baichet, procureur du roi à Chalon; ma grand-mère maternelle Claudia Donde.

58L’année 1549, j’ai contracté mariage avec Madeleine Dalmonde, fille de Jacques Dalmonde, docteur en médecine en Hollande, mais habitant à Chalon, et fille de Marguerite Bon, dit Galois. Le mariage fut consommé la même année, le 21 juillet.

59De ce mariage est née ma première fille, au jour de Pâques, le 29 mars, peu après la neuvième heure avant midi, en l’an 1551, l’année commençant ce jour-là, selon la coutume française. Celle-ci a été revêtue du nom de Marguerite par son parrain maître Guillaume Bataille, avocat royal à Chalon, et ses deux marraines Marguerite Bon dit Galloys et Anne Baillet, femme de maître Philibert Cantin, avocat.

60Dans la marge : Elle mourut au mois de septembre qui suivit.

  • 20 Châtillon-sur-Seine, Côte-d’Or.
  • 21 Châteaurenaud, Saône-et-Loire, commune de Louhans.

61En l’an 1552, au dernier jour de juin, m’est né le fils revêtu du nom de Robert par ses parrains maîtres Robert Baillet, lieutenant à Chalon, et Philibert Cantin, juge ordinaire à Châtillon20, et sa marraine demoiselle Claudia Berbis, épouse de François Quarre seigneur de Châteaurenaud21.

62Dans la marge : Il mourut au mois d’octobre qui suivit.

63Fol. 120v

64En l’an 1553, le jour du 22 décembre, est née de la même femme ma fille Marguerite, qui est morte à la naissance à Chambéry.

65En l’an 1555, le jour du 24 mai, est née ma fille appelée Madeleine par son parrain maître Celse Morin, conseiller royal à la très haute cour de Savoie, et sa marraine demoiselle Madeleine de Montmélian, femme de maître Étienne de Roybourg, conseiller dans la même cour. Elle ne vécut qu’un mois.

66En l’an 1557, le vendredi 20 août, autour de la première heure après midi, dans le même lieu de Chambéry et par la même femme, m’est né le fils nommé Camille par son parrain maître Georges du Chemin, citoyen de Bourg-en-Bresse, praticien du droit romain, et par sa marraine Judith Baillet, fille de maître Robert Baillet. Ce Camille mourut à sept mois.

67En l’an 1559 selon la coutume française, le samedi 20 janvier dédié à saint Sébastien, m’est née de la même femme la fille, entre huit et neuf heures avant midi, que maître Hugues (...) de Chalon et Louise Couturier, suivante de ma femme, ses parrain et marraine, proposèrent d’appeler Gaspard.

  • 22 Sans doute Beaufort-sur-Doron, Savoie.

68En l’an du seigneur 1561, le jour du 21 mai, autour de la quatrième heure du matin, de la même femme, m’est née à Chalon la fille que Louis Robert, préposé aux murs (murator) de la même ville, citoyen et seigneur de Doron22, et Anne Bunigner, épouse de François de Laud(?), notaire royal, ont voulu appeler Esclarmonde.

69En l’an 1562, au mois de juillet, m’est née de la même femme la fille que le noble Philippe de la Verderie, chevalier, et Anne de Maulgiroy, femme du noble chevalier de Bassompierre, appelèrent Anne.

70En l’an 1563, le premier jour de septembre, autour de sept heures avant midi, m’est née la fille que Philibert de Montrond et Philippa appelèrent Philippa.

  • 23 Rully, Saône-et-Loire, canton de Chagny.

71En marge : femme du seigneur de Rully23.

Illustrations24

  • 24 Crédits photographiques : Archives des Jésuites au Canada.

Ill. 1. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 36v-37 : double page affichant les différents types d’initiales ornées au début de l’office de sexte des Heures de la Vierge.

Ill. 1. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 36v-37 : double page affichant les différents types d’initiales ornées au début de l’office de sexte des Heures de la Vierge.

Ill. 2. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 76v-77 et 77v-78 : litanies des saints.

Ill. 2. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 76v-77 et 77v-78 : litanies des saints.

Ill. 3. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 13 : Annonciation introduisant les matines des Heures de la Vierge.

Ill. 3. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 13 : Annonciation introduisant les matines des Heures de la Vierge.

Ill. 4. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 83 : scène de funérailles en introduction de l’office des morts.

Ill. 4. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 83 : scène de funérailles en introduction de l’office des morts.

Ill. 5. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 39v : Présentation au Temple introduisant l’office de none des Heures de la Vierge.

Ill. 5. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 39v : Présentation au Temple introduisant l’office de none des Heures de la Vierge.

Ill. 6. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 42v : Fuite en Égypte introduisant les vêpres des Heures de la Vierge.

Ill. 6. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 42v : Fuite en Égypte introduisant les vêpres des Heures de la Vierge.

Ill. 7. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 53 : Crucifixion introduisant les Heures de la Croix.

Ill. 7. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 53 : Crucifixion introduisant les Heures de la Croix.

Ill. 8. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 9 : Saint Jean.

Ill. 8. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 9 : Saint Jean.
Haut de page

Notes

1 Il ne figure pas dans le catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Canada (S. de Ricci, W. J. Wilson, collab., Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, vol. II, New York, 1937, p. 2201-2239 ; C. U. Faye, W. H. Bond, Supplement to the Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, New York, 1962, p. 533-538) ni dans les compléments qui en ont été donnés récemment (B. Roy, « Spicilegium Montis Regii. Description de quelques manuscrits conservés à Montréal », Memini. Travaux et documents, 3, 1999, p. 171-194 ; Manuscrits du Moyen Âge et de l’Humanisme dans les Collections de l’UQAM et de Concordia, dir. B. Dunn-Lardeau et J. Auberger, Memini. Travaux et documents, 15, 2011, p. 7-94.

2 La numérotation qui suit est de notre propre chef.

3 Voir le tableau récapitulatif des cahiers, présenté en annexe 3.

4 E. Drigsdahl, Hore Beate Virginis: Index to a Selection of Uses, http://www.chd.dk/use/index.html – page consultée le 22 janvier 2013, en ligne.

5 M. Hébert, « Un homme et son livre d’Heures. Pierre Pellegrin, seigneur de Rémicourt », dans Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l’UQAM : Actes de la première journée d’étude sur les livres anciens, suivis du catalogue de l’exposition « L’humanisme et les imprimeurs français au 16e siècle », dir. B. Dunn-Lardeau et J. Biron, Montréal, 2006 (Coll. « Figura », volume 15) p. 39-57 (p. 49).

6 B. Delmaire, « Le livre de famille des le Borgne (Arras 1347-1538). Contribution à la démographie historique médiévale », Revue du Nord, n° 65, 1983, p. 301-326.

7 Ibid.

8 E. Petit, Chartes, manuscrits, autographes, documents historiques sur la Bourgogne, faisant partie d'une collection particulière, Dijon, 1886, p. 54.

9 A. Guerreau-Jalabert, «  Spiritus et Caritas. Le baptême dans la société médiévale », dans La parenté spirituelle, dir. F. Héritier-Augé et É. Copet-Rougier, Paris, 1995, p. 133-205 (165-171).

10 M. Hébert, loc. cit., p. 50.

11 Ibid., p. 51; C. Klapisch-Zuber, « Constitution et variations temporelles des stocks de prénoms », dans Le prénom. Mode et histoire, dir. J. Dupaquier, A. Bideau et M.-É. Ducreux., Paris, 1984, p. 37-47.

12 Nous remercions Anne-Marie Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches en cours de Dominique Vanwijnsberghe, et à ce dernier de nous avoir permis de citer son hypothèse.

13 M. van der Lugt, Le ver, le démon et la Vierge. Les théories médiévales de la génération extraordinaire, Paris, 2004.

14 Sur les dégradations volontaires d’images pieuses à des fins prophylactiques : G. Bartholeyns, P.-O. Dittmar, V. Jolivet, Image et transgression au Moyen Âge, Paris, 2008.

15 C. Fisher, Flowers in Medieval Manuscripts, Toronto, 2004, p. 20.

16 Ajouté en marge avec signe de renvoi, par une autre main.

17 Espace laissé vierge sur le parchemin.

18 Nous n’avons pas pu identifier ce lieu-dit avec J. Rigault, Dictionnaire topographique du département de Saône-et-Loire comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, CTHS, 2008.

19 Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire.

20 Châtillon-sur-Seine, Côte-d’Or.

21 Châteaurenaud, Saône-et-Loire, commune de Louhans.

22 Sans doute Beaufort-sur-Doron, Savoie.

23 Rully, Saône-et-Loire, canton de Chagny.

24 Crédits photographiques : Archives des Jésuites au Canada.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 36v-37 : double page affichant les différents types d’initiales ornées au début de l’office de sexte des Heures de la Vierge.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Ill. 2. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 76v-77 et 77v-78 : litanies des saints.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Ill. 3. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 13 : Annonciation introduisant les matines des Heures de la Vierge.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Ill. 4. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 83 : scène de funérailles en introduction de l’office des morts.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Ill. 5. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 39v : Présentation au Temple introduisant l’office de none des Heures de la Vierge.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Ill. 6. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 42v : Fuite en Égypte introduisant les vêpres des Heures de la Vierge.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Ill. 7. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 53 : Crucifixion introduisant les Heures de la Croix.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Ill. 8. Livre d’heures de Philippe de Montholon, Archives des Jésuites du Canada, MS-009, in-8°, fol. 9 : Saint Jean.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/589/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Hamel et Guillaume Simard, « Les Heures de Philippe de Montholon, livre d’heures picard du xve siècle  », Memini [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://memini.revues.org/589

Haut de page

Auteurs

Patrice Hamel

Université Laval

Guillaume Simard

Université Laval

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org