Navigation – Plan du site
Varia

Théophane est-il réellement partial ? Légitimité impériale et tyrannie dans la chronique byzantine de Théophane le Confesseur

Vincent Tremblay
p. 85-104

Entrées d'index

Mots-clés :

Byzance, Théophane, chronique

Géographique :

Grèce

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette perception négative de la crise iconoclaste est vigoureusement rejetée par L. Brubaker, dans (...)
  • 2 Ici, l’orthodoxie est associée aux iconodoules et l’hérésie aux iconoclastes, comme l’ont avancé le (...)
  • 3 Une seconde vague d’iconoclasme byzantin surviendra en 815 lorsque l’empereur Léon V, pour des rais (...)
  • 4 H. Pirenne, Mohammed and Charlemagne, New Jersey, Barnes & Nobles book, 1980 (1937), 293 p.; R. S.  (...)

1Grâce à un examen critique des sources grecques des VIIIe-IXe siècles, les chercheurs ont récemment proposé un tout nouveau récit de la crise iconoclaste, ou querelle des images, période injustement appelée les temps obscurs (Dark Ages) de Byzance1. En effet, les études des trois dernières décennies s’inscrivent dans une véritable croisade révisionniste contre l’histoire traditionnelle et maintenant dépassée de l’ère iconoclaste. L’exposé classique stipulait que les souverains byzantins Léon III (717-741), Constantin V (741-775) et Léon IV (775-780), à une époque de barbarie et de fanatisme, se sont positionnés contre les portraits religieux et leur vénération. De plus, ils auraient entrepris une campagne destructrice contre lesdites icônes et leurs sanctuaires et auraient persécuté tous ceux qui les défendaient. La trame de fond byzantine, entre 717 et 787, était ainsi réduite à une histoire de l’Église d’Orient martyrisée, opprimée et gardant difficilement le fort de l’orthodoxie contre l’effroyable tyrannie des basileis hostiles aux images. Leurs efforts ne furent cependant pas vains, puisque le premier iconoclasme prit fin lorsque le fils de Léon IV, Constantin VI (790-797) et sa mère, la régente et impératrice Irène (797-802), prirent une décision contraire à leurs prédécesseurs en choisissant de rétablir le culte des images à Byzance, par le biais d’un concile œcuménique tenu à Nicée en 7872. Cette politique « iconodoule » sera poursuivie par les successeurs de Constantin VI et d’Irène, Nicéphore Ier (802-811) et Michel Ier (811-813). Tous quatre feront perdurer l’orthodoxie jusqu’au retour de la doctrine iconoclaste, en 815, sous Léon V3. Les spécialistes d’aujourd’hui valident la trame temporelle proposée par les sources et s’entendent pour écrire une nouvelle histoire de l’iconoclasme byzantin. Ainsi, le VIIIe siècle s’ouvre sur une période de changements politiques pour les Byzantins : l’État et ses fondements se restructurent et la magistrature civile suprême se sacralise. Il est admis que cette restauration impériale fut provoquée par les invasions arabes, qui eurent une incidence importante sur le moral des Byzantins et qui les ont menés à redéfinir et à repenser leur société4.

  • 5 Nous souscrivons ici à l’hypothèse de L. Brubaker et J. Haldon, dans Byzantium in the iconoclast er (...)
  • 6 Selon Hélène Ahrweiler, « l’idée de l’universalité de l’empire s’est vite confortée de l’idée de pé (...)
  • 7 À la fois la discussion sur l’adoration et la vénération des images et les images elles-mêmes ne so (...)
  • 8 L. Brubaker, Inventing Byzantine Iconoclasm..., p. 18.
  • 9 L. Brubaker, Inventing Byzantine Iconoclasm..., p. 120-121.
  • 10 M. F. Auzépy, « L’analyse littéraire et l’historien : l’exemple des vies de saints iconoclastes », (...)
  • 11 « […] Les sources ont mis en place un tableau de la période dans lequel les questions religieuses o (...)

2Au-delà de l’impact idéologique, les défaites des Romains face aux armées du Croissant ont également eu des conséquences socioreligieuses. Bien que les basileis byzantins pussent être tenus responsables d’avoir échoué dans leur rôle de défendre l’empire, des notions d’eschatologie chrétienne et de rétribution divine ont similairement servi à expliquer et à justifier les revers militaires au profit des Arabes5. Cette période d’angoisse apocalyptique, où le massacre des troupes romaines et la chute de l’empire universel ont incité plus d’un Byzantin à croire que la fin du monde était arrivée6, a vu l’essor du culte rendu aux images religieuses. Ces dernières devinrent des conduits vers le divin, à travers lesquelles le Christ et les forces surnaturelles pouvaient intervenir dans le monde des vivants7. Aussi, leur prolifération et leur importance s’accroissent considérablement à la suite des invasions arabes (VIIe siècle). Autrement dit, de nombreux Byzantins, se trouvant au milieu d’un chaos politique et militaire, se sont tournés vers les icônes comme véhicules de communication avec le divin, puisque les méthodes traditionnelles (culte des reliques, culte des saints, clergé) se sont révélées inefficaces pour freiner l’avance des infidèles en terres romaines. De plus, l’avantage des images sur les autres instruments de piété fut qu’elles étaient infiniment renouvelables et bien plus accessibles aux Byzantins désireux de transmettre leur anxiété au monde céleste8. La crise iconoclaste, période régie par le débat concernant la légitimité de fabriquer, d’honorer et de vénérer les portraits religieux, est représentée dans les sources narratives comme véritable guerre de tranchées entre les iconoclastes, associés à l’hérésie, et les iconodoules, le parti de l’orthodoxie. Cette perception très dualiste de la querelle des images est réutilisée par l’historiographie traditionnelle, mais les spécialistes actuels, comme spécifié plus haut, tentent de rectifier le tir : une telle lecture est le fruit d’une mauvaise connaissance de la nature des sources, de leurs limites, des intentions des auteurs et de leur contexte de production. En vérité, les chercheurs s’entendent aujourd’hui pour affirmer que vers 800, en plein intermède iconodoule, les Byzantins se sont engagés dans une réécriture vigoureuse du passé, voire un phénomène de révisionnisme historique, visant à diaboliser les empereurs hostiles aux images, fort probablement pour vanter les mérites des iconodoules actuellement au pouvoir9. Qui plus est, toutes les sources favorables à ceux qui s’opposent aux images ont disparu ou ont été supprimées après le concile de Nicée II10, puisque ledit concile a déclaré la doctrine iconoclaste hérétique, frappé d’anathème ses partisans et supprimé leurs écrits. Jamais dans toute l’histoire de Byzance n’eut-on procédé à une damnatio memoriae aussi sévère11. En réponse à quoi tous les patriarches et les empereurs iconoclastes furent associés à l’ennemi, tandis que les iconodoules furent célébrés comme les restaurateurs de l’orthodoxie.

  • 12 « À Byzance, la période iconoclaste est celle des Dark Ages dont l’obscurité est éclairée de façon (...)
  • 13 Nicéphore, Patriarche de Constantinople, Short History, éd. C. Mango, Washington, Dumbarton Oaks, 1 (...)
  • 14 Théophane, Chronographia (The Chronicle of Theophanes Confessor : Byzantine and Near Eastern Histor (...)
  • 15 Pour une étude plus exhaustive de la vie de Théophane, voir C. Mango et R. Scott, dans The chronicl (...)

3Ces problèmes expliquent pourquoi dresser la trame narrative des VIIIe-IXe siècles byzantins est un exercice ardu pour l’historien qui, en dépit de ressources insuffisantes pour proposer un récit conséquent, doit pallier les difficultés méthodologiques avec son propre jugement. C’est là tout l’intérêt et le défi intellectuels du byzantiniste du haut empire, contraint à travailler avec des documents peu nombreux, incomplets et polémiques12. Toutefois, parmi ces maigres ressources, deux se démarquent par la qualité de leur témoignage. Le premier, l’Histoire brève de Nicéphore de Constantinople13, est une histoire de l’État byzantin de 602 à 787. Par conséquent, elle ne permet pas d’étudier la totalité du premier iconoclasme et, de surcroît, contient une tendance favorable aux portraits religieux et antiiconoclaste. Le second manuscrit est la Chronographie de Théophane le Confesseur14, qui est non seulement la plus exhaustive, mais aussi la seule source à traiter de l’entière période 717 à 813. Comme Nicéphore de Constantinople, Théophane, ancien aristocrate byzantin devenu moine15, s’avère un fidèle défenseur du credo de Nicée II et un fervent iconodoule. Sa chronique se voit subséquemment teintée par de nombreux propos disgracieux envers Léon III, Constantin V et Léon IV, et l’auteur se sert de tout matériel susceptible de les noircir, de la rumeur obscure au fait forgé de toutes pièces. C’est pourquoi, aujourd’hui, de multiples passages de son histoire sont relégués au pan de légendes propagandistes et sont en conséquence chassés du grand récit de la période iconoclaste. Faisant jadis autorité, la Chronographie de Théophane n’est utilisée qu’avec prudence, car le spectre de sa tendance pro-images n’est jamais loin.

  • 16 Nicéphore, Antirrhétiques (Nicéphore de Constantinople, Discours contre les iconoclastes, éd. M. J. (...)
  • 17 Étienne le Diacre, Vita Stephani iunioris (La Vie d’Étienne le Jeune, éd. M. F. Auzépy, Aldershot, (...)
  • 18 Contrairement à ce qui a été esquissé dans certains ouvrages de l’historiographie traditionnelle. P (...)
  • 19 Agapète, « Expositio capitum amonitorium… Imperatori Justiniano », dans D. Geanakoplos, Church, Soc (...)

4En vertu de sa partialité, il semble facile de discréditer son témoignage et le ranger au rang des sources polémiques, comme les Antirrhétiques de Nicéphore16 et la Vita d’Étienne le Jeune17. Cependant, cette étiquette « d’iconodoule » pose problème lorsqu’attribuée au concept de légitimité du pouvoir impérial. Sous un tel prisme, le moine byzantin s’avérerait inconditionnellement hostile aux empereurs iconoclastes, mais favorable envers les iconodoules. Or, une étude plus approfondie du pouvoir impérial dans la Chronographie révèle qu’il n’en est rien. Les divisions grossières entre iconoclasme/iconodoulie, piété/impiété et orthodoxie/hérésie ne tiennent tout simplement pas la route18. En effet, les empereurs hostiles aux images ne sont pas totalement détestés par Théophane, quelques-uns jouissant même d’une certaine légitimité, tandis que leurs successeurs iconodoules sont bien loin des parangons de vertu dessinés dans les miroirs des princes19. Alors que les historiens s’entendent, à raison, pour dire que Théophane est iconodoule, une étude de la Chronographie sous l’angle de la légitimité du pouvoir byzantin tendrait à nuancer les propos du chroniqueur. En conséquence, cet article vise à rectifier le tir quant à la valeur du témoignage de Théophane le Confesseur et réviser ses écrits afin d’en apprécier les couleurs et les subtilités. Nous y défendrons donc l’idée que le discours religieux concernant la querelle des images à Byzance n’a eu aucune influence sur la représentation de la légitimité impériale chez Théophane. Une étude comparative de l’image de l’iconoclaste Constantin V et de l’iconodoule Nicéphore Ier le prouvera.

L’empereur iconoclaste Constantin V est-il un tyran?

  • 20 Théophane, Chronographia, AM 6259.
  • 21 Théophane, Chronographia, AM 6259.
  • 22 M. F. Auzépy, « Une lecture “iconoclaste” de la Vie d’Étienne le Jeune », dans L’Histoire des icono (...)
  • 23 M. F. Auzépy, « Une lecture “iconoclaste”… », L’histoire des iconoclastes..., p. 131.
  • 24 M. F. Auzépy, « Une lecture “iconoclaste”… », L’histoire des iconoclastes..., p. 133. Dans le même (...)
  • 25 Le texte sous-entend que c’est Constantin V lui-même, et non pas ses officiers, qui détruisait les (...)
  • 26 Les musulmans à l’ère iconoclaste appliquent une politique artistique austère. De plus, dans le dis (...)
  • 27 Théophane, Chronographia, AM 6258 : Ἀλλἐκείνων μὲν κακία πρὸς τὰς τοῦ θεοῦ ἐκκλησίας ὡς ἀπίστων(...)
  • 28 Théophane, Chronographia, AM 6258.
  • 29 Théophane, Chronographia, AM 6259.
  • 30 Théophane, Chronographia, AM 6245 : Οἳ καθἑαυτοὺς τὰ δόξαντα δογματίσαντες, μηδένος παρόντος ἐκ τ (...)

5La question est moins évidente qu’elle n’y paraît. Constantin V apparaît dans toutes les sources byzantines, en raison de ses convictions religieuses, comme un monstre sanguinaire affligé de tous les défauts : iconoclaste et hérétique, persécuteur des moines sanguinaire et cruel, adepte de la magie noire et guidé par le diable, homosexuel, dépravé, coprophile, zoophile, etc. Ne faisant pas exception, l’iconoclaste est détesté par Théophane et ce dernier déploie des attaques personnelles pour discréditer son empereur. Constantin V est accusé d’être un débauché, d’utiliser un langage grossier20, voire d’avoir des relations homosexuelles avec un certain Strategios, réputé pour avoir une belle apparence21. Théophane s’efforce ici de dépeindre le basileus comme un homme démesuré : « [Constantin V] n’a pas une femme, mais trois, il ne mange pas, il bâfre, il a de grands éclats de rire »22. Ces attaques font mouche, puisque dans la société byzantine, les caractéristiques et attitudes physiques sont, comme les vêtements que l’on porte, interprétées en tant que reflet de la personnalité. Ainsi, l’empereur, en vertu de la responsabilité impériale, est tout à fait indigne de se comporter comme un particulier sans manières23. Par ailleurs, l’accusation, de la part du chroniqueur, d’assister à des banquets et des orgies s’inscrit dans une intense activité polémique, qui présente les iconoclastes comme des êtres gourmands, esclaves de leurs ventres; Nicéphore de Constantinople accusant même Constantin V d’être un vomisseur24. Sur le plan théologique, l’empereur est dépeint comme un abominable hérétique. Ici, le basileus se montre destructeur et furieux, contrairement au souverain idéal, pondéré, ordonné et bâtisseur. Ainsi, sous son règne, il supprime et saccage25 les reliques partout où il est dit qu’un saint particulièrement vertueux est enterré, et où les vrais fidèles vont le vénérer. Constantin V apparaît donc comme pire que les Arabes26, puisque s’il est attendu que les non-chrétiens soient vils, il est tout à fait anormal qu’un empereur byzantin soit aussi enragé contre l’orthodoxie27. Dans le même ordre d’idées, ce dernier s’attaque également aux lieux de culte, en les désacralisant et les réduisant à l’état de simples bâtiments militaires ou marchés. Théophane appelle Constantin V « l’ennemi des églises » et note au passage qu’il les profane en les transformant en dépôts d’armes et de fumier28. Le basileus convertit similairement en caserne le monastère de Constantinople et celui de Dalmatos. Quant à ceux de Kallistros, Dios et Maximius, de même que les autres établissements pour moines et vierges, l’empereur les fait tout bonnement démolir29. Cependant, Constantin V n’a pas seulement réduit en cendre les lieux saints, il a également trempé dans une profonde impiété. Si Théophane ne donne aucun détail sur la théologie iconoclaste (laissant cette tâche polémique à un certain Nicéphore de Constantinople exilé), ce dernier condamne l’hostilité aux images en attribuant au basileus des croyances on ne peut plus contraires à l’orthodoxie byzantine. De plus, Constantin V empiète sur la responsabilité des évêques et décide de modifier le dogme. En effet, la prétention « césaropapiste » de l’empereur le poussera à convoquer de son propre chef le concile iconoclaste d’Hiéréia (754), qui institutionnalise la doctrine iconoclaste, la décrétant canonique, et qui frappe d’anathème le culte accordé aux portraits religieux. Théophane préfère y voir une assemblée illégale de 338 évêques ayant l’audace de s’affirmer œcuméniques, alors qu’« aucun des sièges universels n’était représenté, à savoir ceux de Rome, d’Alexandrie, d’Antioche et de Jérusalem »30.

  • 31 Théophane, Chronographia, AM 6259 : τῆς ἀλογίας καὶ ὠμότητος καὶ ἀσπλαγχνίας τοῦ ἀνημέρου θηρός.
  • 32 Agriôtatos thèr. Bête excessivement sauvage (en référence aux persécutions monastiques).
  • 33 Anèméros thèr. Bête sauvage, impitoyable.
  • 34 N.-C. Koutrakou, La propagande impériale byzantine…, p. 425-427.
  • 35 Théophane aime associer l’iconoclaste avec les autres persécuteurs chrétiens et plus particulièreme (...)
  • 36 P. Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien, Paris, Albin Michel, 2007, p. 110.

6Finalement, après s’être attaqué à sa personne et après avoir critiqué ses convictions théologiques et sa politique destructrice envers les instruments de piété, Théophane utilise les métaphores pour brosser un portrait négatif de Constantin V. Parmi celles-ci, celle qui se rattache le mieux à Constantin V est le thème de la bestialité. En effet, le chroniqueur s’efforce de décrire le basileus comme rageur et furieux, caractéristiques associées au fauve, comme le démontre l’extrait suivant : « Ô l’absurdité, la cruauté, et l’implacabilité de la bête sauvage [Constantin V]! »31. Par ailleurs, la référence à la bestialité n’est pas exclusive à Constantin V, mais s’avère facile lorsqu’elle est attribuée à Léon III, car Théophane joue avec les termes en rapprochant le nom de l’empereur avec le lion, mots qui sont éponymes en grec : « Λέων » (Léôn) signifie à la fois Léon et lion. Plus subtilement, l’association avec le fauve est attestée dans la Vita de Georges le Moine (ἀγριώτατος θὴρ)32, dans l’Épître à Théophile (ἀνήμερος θὴρ)33 et, pour Constantin V, chez Théophane lui-même (ἀγριώτατος θὴρ)34. Cependant, si Constantin V est dépeint comme l’adversaire par excellence de Byzance et de l’orthodoxie35, il n’est pas dépourvu de qualités. Par exemple, le basileus, tout comme son père avant lui, est un général hors pair et un véritable meneur d’hommes. Reconnaître à Constantin V d’illustres succès militaires s’avère ici révélateur, car la victoire sur le champ de bataille est auréolée dans tous les panégyriques byzantins et est un élément vital à l’archétype du souverain idéal. Constantin Ier lui-même, tant chez Eusèbe que chez Théophane, a vaincu tous les ennemis de l’empire grâce à volonté divine36. Bien des siècles plus tard, les Byzantins célébraient encore les héros militaires, comme l’illustre le roman du Digénis Akritas à propos de la majesté impériale :

  • 37 « Digenes Akritas : the two-blooded Border Lord », trad. D. B. Hull, Ohio, Ohio University Press, 1 (...)

Salut, toi qui prends de Dieu le pouvoir impérial
[…]
Ceux-ci, maîtres, sont les armes de la droiture/
Avec lesquelles tu peux dominer tes ennemis.
Détenir le pouvoir et régner ne font pas partie de ce droit/
Que Dieu et sa main droite seulement peuvent donner37.

  • 38 Nicéphore II Phokas, De Velitatione, III, 2; III, 5. Voir Nicéphore II Phokas, Le traité sur la gué (...)
  • 39 M. McCormick, Eternal victory : Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and the Early Medi (...)

7L’extrait démontre qu’à Byzance, le succès militaire va de pair avec l’approbation divine. En effet, c’est Dieu, avant tout, qui accorde la victoire, et même un grand souverain belliqueux comme Nicéphore II Phokas l’affirmait volontiers38. En ce qui a trait au règne de Constantin V, l’historiographie fait état de neuf expéditions victorieuses, dont trois sont célébrées par un triomphe39. Théophane, qui en recense deux, note un élément particulier pour le second. Selon lui, après cette importante prouesse martiale, Constantin V donne le qualificatif « noble » à sa guerre, dans un passage soudainement dénué de toute critique :

  • 40 Théophane, Chronographia, AM 6265 : Καὶ ἐπισωρεύσας τοὺς ταξάτους τῶν θεμάτων καὶ τοὺς Θρᾳκησιανούς(...)

Constantin V rassembla les soldats des themata et des Thracésiens et les réunit avec les Optimates de la tagmata pour en faire une force de 80 000 hommes. Il marcha jusqu’à un lieu nommé Lithosoria et, sans sonner les clairons, tomba sur les Bulgares, qu’il mit en déroute dans une brillante victoire. Il retourna avec un grand butin et beaucoup de captifs et célébra un triomphe dans la Ville [Constantinople], dans laquelle il entra fidèlement à la coutume. Il appela ceci une guerre noble puisqu’il n’a rencontré aucune résistance et il n’y a pas eu de massacre ni de sang chrétien versé40.

  • 41 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, Centre national de (...)
  • 42 N. Oikonomidès, Listes, p. 22.
  • 43 N. Oikonomidès, Listes, p. 22.
  • 44 Constantin VII Porphyrogenète, De Ceremoniis, préface, 2, 9-11. Voir Le Livre des cérémonies, éd. A (...)
  • 45 Jean Lydos, « De Magistratibus », dans G. Dagron, Empereur et Prêtre : étude sur le « césaropapisme (...)
  • 46 Théophane, Chronographia, éd. C. Mango et R. Scott, AM 6260. En grec “très noble”. Réservée aux mem (...)
  • 47 M. F. Auzépy, « État d’urgence ...», p. 21.

8En plus d’être un souverain militaire remarquable, Constantin V est également acclamé pour le rôle qu’il joue dans la restauration du prestige byzantin, à la fois par les armes (nous l’avons vu) et par la restauration des coutumes romaines. En effet, si la défense et la sécurité du territoire byzantin sont les prérogatives des bons empereurs, la conservation d’un État structuré l’est tout autant. Depuis Constantin Ier, l’idée de l’ordre (τάξις) a une dimension exceptionnelle dans une entité politique se voulant la continuité de l’imperium romanum41. Selon Nikos Oikonomidès, le basileus a pour mission de maintenir l’harmonie et le bien-être de ses sujets42. Dans le cas contraire, « ne pas respecter l’ordre serait comme amputer ce qu’il y a de plus important dans la gloire impériale, et celui qui le tolérerait négligerait le peuple et la société et détruirait tout »43. Pour Constantin VII Porphyrogénète, les traditions ancestrales sont des « fleurs que nous cueillerons dans les prairies pour en embellir incomparablement la splendeur impériale »44, et un cérémonial qui se conforme à la coutume permet de restaurer le nom romain et sauver l’État de la folie des innovations incontrôlées45. Pendant son règne, Constantin V proclame personnellement sa femme Eudoxie Augousta au Tribunal des 19 lits. Il proclame par la suite ses fils Christophe et Nicéphore césars au même tribunal, le jour suivant. Toujours selon Théophane, ce rituel est fidèle à la coutume, alors que les prières sont récitées par le patriarche et que la cérémonie est drapée dans le luxe. L’empereur lui-même décerne aux césars leurs manteaux et leurs diadèmes. Il donne également des vêtements dorés et une couronne à son plus jeune fils, Nicétas, nommé nôbellissimos46. Cet acte où le souverain choisit personnellement, pendant son règne, son ou ses successeurs désignés (par le biais d’attributs et de titres exaltés) permet à Constantin V d’établir un modèle de hiérarchisation des dignités accordées aux membres de la famille dirigeante, « puisque la cérémonie de Pâques 769, durant laquelle ses fils furent faits césars et nôbellissimos a été conservée dans le De Cerimoniis (I 43 et 44) »47. Ces exemples tirés de la Chronographie démontrent clairement l’ambivalence de Théophane. Il déplore l’impiété, mais applaudit la défense du territoire byzantin. Il stigmatise les mauvaises mœurs, mais accrédite un empereur qui restaure le prestige et les cérémonies impériales. Donc, il est possible d’émettre le constat que Théophane n’est pas totalement hostile à Constantin V et que sa conviction iconoclaste, bien que condamnable, est insuffisante pour faire oublier les vertus du basileus. Cette ambivalence sera explicitée dans la partie qui suit, puisqu’en corollaire, adhérer à l’orthodoxie ne devient pas non plus un gage de légitimité.

L’empereur iconodoule Nicéphore Ier est-il légitime?

9Dans l’optique où Théophane présenterait une partialité importante par rapport aux partisans des images, il apparaîtrait plus prompt à louanger les iconodoules. Cependant, rien n’est plus faux. L’inaptitude de Théophane à brosser un portrait positif de l’empereur iconodoule Nicéphore Ier force le chercheur à déterrer une vérité troublante : Nicéphore est encore plus détesté que Constantin V. En effet, si Constantin V a été accrédité par ses actions militaires, son pragmatisme et son rôle dans le renforcement des institutions impériales, l’orthodoxe Nicéphore, quant à lui, est incapable de toute bonne chose et s’avère l’archétype du tyran.

  • 48 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Βασιλέα τὸν τύραννον.
  • 49 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Κοινὴ δὲ πάντας κατεῖχεν ζόφωσις καὶ ἀπαράκλητος ἀθυμία.
  • 50 N. C. Koutrakou, La propagande impériale byzantine…, p. 313.

10D’emblée, Théophane accuse Nicéphore d’être un usurpateur et déplore vigoureusement la chute d’Irène l’Athénienne (797-802) au profit de celui-ci. L’empereur iconodoule, qui est pour l’occasion appelé « empereur-usurpateur »48 est une source importante de trouble chez les hommes pieux. Dans le même ordre d’idées, l’arrivée de Nicéphore à la tête de Byzance a été accompagnée par une « morosité générale » et une « tristesse inconsolable » de la part de Byzantins49. D’autre part, Nicéphore est tenu par Théophane pour exceptionnellement fourbe et mauvais. En fait, aucun souverain de toute l’ère iconoclaste n’essuie autant de critiques par rapport à son caractère personnel. Ne voulant certainement pas s’attaquer à l’office impérial au sens théorique (soit la magistrature au sommet de la hiérarchie civile et militaire à Byzance et qui est toujours exaltée), Théophane blâme Nicéphore en tant qu’individu, en utilisant de façon abusive les insultes, « qui avaient l’avantage d’être beaucoup plus faciles à retenir et d’avoir un impact plus profond sur la population qu’une longue phrase »50. C’est pourquoi Théophane critique le caractère et la vie privée de l’empereur : pour le dépouiller de son image de marque, le chroniqueur s’y prend d’une vendetta destructrice.

  • 51 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Παμφάγος.
  • 52 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Τῷ τυράννῳ.
  • 53 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296 : Ἄδικον.
  • 54 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295.
  • 55 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : ἄδικον δικαστήριον.
  • 56 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Νικήτας Τριφύλλιος, ὥς φασιν, ὑπὸ Νικηφόρου φαρμάκῳ ἀναιρεθεί (...)
  • 57 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295.
  • 58 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296.
  • 59 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296; AM 6301.
  • 60 Théophane, Chronographia, AM 6295.
  • 61 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296.
  • 62 Théophane, Chronographia, AM 6295.
  • 63 On notera l’intéressant jeu de mot entre Lykaoniens et « loup » (λύκος), qui renferme encore une fo (...)

11Ainsi, Nicéphore est accablé d’épithètes dévastatrices : « dévoreur universel »51, imposteur52, injuste53, etc. De plus, il bafoue les coutumes54, instaure de faux tribunaux55, empoisonne personnellement ses officiers56 et se montre incapable, dès le début de son règne, de dissimuler son avarice et sa méchanceté57. Enfin, Nicéphore agit toujours de façon égoïste, selon ses propres intérêts et non ceux de Dieu58, trompe les hommes59, n’aide pas les pauvres, déshonore les notables60 et est facilement ému par les pleurs des femmes comme les gens de basse extraction61. Un portrait dévastateur de la personnalité de Nicéphore ainsi dressé, on ne s’étonne plus des actes tyranniques qui ont lieu pendant son règne. D’abord, il faut noter le fait que celui-ci ne respecte pas ses serments ni la Vérité. Par exemple, lors d’une tentative d’usurpation, le stratège des Anatoliques, Bardanès Tourkos, est proclamé empereur par toutes les themata asiatiques, même si, pour Théophane, il ne désirait pas la pourpre. Ne voulant pas livrer bataille, il demande une trêve à Nicéphore, qui lui assure que ses officiers et lui-même ne seraient ni punis ni châtiés62. Pourtant, ce dernier revient sur son « impressionnante promesse ». L’empereur « qui n’a jamais respecté la vérité » envoie « certains Lykaoniens, ou plutôt des loups-garous »63 chercher Bardanès, réfugié au monastère de Prote. Nicéphore le fait aveugler, ce qui affole le Sénat et tous ceux qui aiment Dieu.

  • 64 Théophane, Chronographia, AM 6295 : Πανὺ ἡμερωτάτω καὶ πραῳ.

12Au niveau de la politique extérieure, Théophane tient Nicéphore pour un incapable. Un présage négatif sur la médiocrité martiale du souverain est étayé dès le début de son règne, alors qu’il visite l’un de ses domaines à Chalcédoine. Voulant monter un cheval « extrêmement gentil et dressé »64, l’empereur (par la Providence) est renversé et se blesse le pied.

  • 65 Théophane, Chronographia, AM 6299.
  • 66 Les images et l’iconodoulie, en contrepartie, sont presque totalement absents.
  • 67 Nicéphore apparaît ainsi comme un avare immodéré, ce qui est certainement source de blâme, puisque (...)
  • 68 Exode, 7-11. Respectivement : 1 - Eau changée en sang, 2 - grenouilles, 3 - moustiques, 4 - vermine (...)

13Cependant, la principale critique attribuée à Nicéphore, « cet homme qui a tout fait pour l’or qu’il aimait et rien pour le Christ », est son insatiable avarice65. En effet, le thème sur lequel Théophane insiste pour détruire l’image de marque de Nicéphore n’est pas son incompétence militaire, mais sa cupidité. Ce trait de caractère, qui occupe une place exagérée chez Théophane66, est attesté tout de suite après l’usurpation d’Irène : il supplie Irène de lui laisser les clefs du trésor, en dénonçant hypocritement son appât du gain, « vice qu’il était lui-même incapable de contenir, car il était terriblement affligé par lui, tout dévoreur qu’il était, mettant tous ses espoirs dans l’or »67. Théophane, afin d’étayer l’oppression fiscale de Nicéphore, propose un excursus en vue d’exposer toutes les actions prises par le souverain contre les Byzantins. Pour ce faire, le chroniqueur utilise une figure de style plutôt habile tirée de la Bible : il fait l’état des dix « plaies » de la politique de Nicéphore, qu’il superpose de façon évidente aux dix plaies d’Égypte68. Lesdites plaies de l’empereur se présentent ainsi :

  • 69 Théophane, Chronographia, AM 6302. Cette décision draconienne, selon Théophane, a eu des effets dév (...)

14Humiliation de l’armée et contrainte pour tous les chrétiens servant dans les themata de vendre leurs domaines69.

  • 70 En plus de payer au Trésor 18 nomismata et demi par homme plus les taxes de celui-ci.

15Obligation des pauvres à servir sous les drapeaux et de leurs communautés à leur fournir armes et armures70.

  • 71 En plus de payer pour le travail supplémentaire causé par l’augmentation de la paperasserie.

16Augmentation de toutes les taxes71.

  • 72 Autrement dit, ramener toutes les exemptions de taxes d’Irène à leurs niveaux précédents.

17Annulation de toutes les réductions financières72.

  • 73 Les terres saisies sont cédées aux domaines impériaux.

18Taxation, dans certaines provinces, des organismes charitables, de l’Orphelinat de Constantinople, des auberges, des maisons pour gens âgés ainsi que des églises et monastères sous juridiction impériale73.

19Obligation des strategoi à garder un œil sur tous ceux qui sortent rapidement de la misère, afin de voir s’ils auraient découvert un trésor. - Saisie de la fortune de quiconque ayant trouvé, dans les dernières 20 années, quelconque jarre ou vaisselle.

20Obligation pour le menu peuple ayant reçu un héritage de leurs pères ou grands-pères d’être taxés par le Trésor pour une période de 20 ans. Contrainte pour ceux qui se sont dotés d’esclaves ménagers à l’extérieur du Dodécanèse et Abydos de payer une taxe douanière de deux nomismata par tête.

21Obligation pour tous les détenteurs de navires vivant sur les côtes (spécialement en Asie mineure) n’ayant jamais pratiqué l’agriculture d’acheter les domaines que l’État a saisis en vue d’être imposés.

  • 74 C’est-à-dire 16.67 %. Cela dit, les propriétaires de navires n’étaient pas obligés de prendre un pr (...)

22Accord de prêt pour les propriétaires navals de Constantinople, à savoir douze livres d’or à un taux d’intérêt de quatre keratia du nomismata74.

  • 75 Théophane, Chronographia, AM 6303. Ce succès militaire est dû à la multitude des péchés des Byzanti (...)
  • 76 Théophane, Chronographia, AM 6303; Jean, 12, 3-6 : “Marie prit alors une livre d’un parfum de nard (...)
  • 77 Sur les pauliciens, voir C. Ludwig, « The Paulicians and ninth-century Byzantine thought », dans By (...)

23Le thème de l’avarice, lorsqu’attribué aux confiscations ecclésiastiques, peut prendre l’allure de l’impiété, ce qui surprend puisque Nicéphore est iconodoule. Pourtant, nonobstant leur allégeance commune à la cause des images religieuses, Théophane est sans pitié envers son souverain. Nicéphore est suspecté d’être un fervent ami des manichéens/pauliciens et grand admirateur de leurs prophéties et de leurs rites. Ce dernier est même accusé de s’être allié à eux dans une guerre l’opposant au rebelle Bardanios75. Toujours dans le thème de l’impiété, Théophane associe Nicéphore à Judas, quand le premier a confisqué l’argent et l’or dédié à Dieu pour les distribuer au peuple, comme le second l’a fait avec l’onction du Seigneur76. Si le premier exemple n’est pas révélateur, puisque les sources byzantines de l’époque utilisent la référence aux manichéens/pauliciens comme mécanisme de discréditation envers un adversaire77, le second est plus spectaculaire et démontre encore une fois toute l’aversion du chroniqueur à l’égard de son souverain. Enfin, le chroniqueur raconte l’anecdote relativement à un faux ermite appelé Nicolas qui, avec ses compagnons, a blasphémé contre la vraie religion et les icônes sacrées. Contrairement au Nicéphore historique, le Nicéphore de Théophane les soutient ouvertement, ce qui trouble grandement le patriarche éponyme et tous ceux qui vivent dans la foi. Cette accusation s’avère très grave, puisque Théophane fait basculer Nicéphore dans le camp de l’ennemi.

Conclusion : Théophane est-il tendancieux?

  • 78 Théophane, Chronographia, AM 6303.
  • 79 Seule une référence est retenue et, par ailleurs, elle sert à accuser Nicéphore de rejeter les imag (...)
  • 80 Pour une image revue et une approche critique du règne de Nicéphore, particulièrement au niveau fis (...)

24Ainsi, Nicéphore apparaît comme un homme impie, fourbe et orgueilleux78. Il est aussi affligé du vice démesuré de l’avarice, péché capital qui le pousse à se retourner contre ses sujets, tant au niveau des confiscations qu’au recours à la coercition. Nicéphore est donc l’archétype même du tyran et le parfait opposé du bon souverain. Son iconodoulie ne fait en aucun cas office de circonstance atténuante : dans les maintes pages de la Chronographie relatant le règne de Nicéphore, la question des portraits religieux est presque totalement écartée79, au profit d’une immense campagne visant à noircir l’empereur80.

  • 81 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality », dans Gender in the Early Medieval World: East and West, (...)
  • 82 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality »..., p. 86.
  • 83 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality »..., p. 86. Pour les vertus impériales chrétiennes, fixées (...)
  • 84 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality »..., p. 86.
  • 85 Procope, Anekdota, VIIII, 9. Voir Histoire secrète, éd. P. Maraval, Paris, Les Belles Lettres, 1990 (...)
  • 86 Procope, Anekdota, XXVII, 33.
  • 87 Procope, Anekdota, VIII, 4.
  • 88 Procope, Anekdota, XI, 3, 12, XIX, 6, 10, 13-16.
  • 89 Procope, Anekdota, XI, 5-11.
  • 90 Procope, Anekdota, VIII, 33.
  • 91 C. Mango et R. Scott, The chronicle of Theophanes…, p. LXXXI.
  • 92 Sur ce point, nous réfutons l’affirmation de Cyril Mango et Roger Scott, dans The Chronicle of Theo (...)
  • 93 Moins de 20 %.

25L’image de Nicéphore par Théophane est tout à fait dévastatrice, mais ressemble en plusieurs points à un autre reflet négatif tiré d’une seconde source polémique : le Justinien Ier de Procope de Césarée. Il est hasardeux d’affirmer que Théophane aurait pu s’inspirer de cet anti-panégyrique qu’est l’Histoire secrète pour dessiner son Nicéphore, puisque ledit document a été caché (volontairement ou non) au moins jusqu’au IXe siècle81. Quoi qu’il en soit, l’Histoire secrète de Procope inverse habilement toutes les qualités impériales normalement insérées dans un panégyrique afin de créer pour Justinien l’antithèse absolue du bon empereur82. On rappelle que les vertus cardinales, reprises dans les miroirs des princes et les louanges, s’inscrivent avant tout dans l’idéal hellénistique de virilité, à savoir le courage, la justice, la tempérance et la sagesse. Celles-ci sont augmentées par les attributs typiquement romains de contrôle de soi et de poursuite du bien commun, et par les spécificités chrétiennes, dont il faut ajouter la chasteté hors du mariage, la piété et la philanthropie83. À l’opposé du spectre des vertus, Justinien fait office de reflet corrompu et est décrit comme un homme faible, insensé et esclave de la cupidité. Il pervertit la justice, est instable, capricieux, intempérant, irréfléchi et engendre la confusion. Il n’est pas capable de respecter les principes de l’Église, n’a aucune idée ce qu’est un comportement impérial décent et son seul objectif est d’apporter la ruine au monde romain84. Il serait difficile de ne pas rapprocher le Justinien de Procope avec le Nicéphore de Théophane, surtout lorsque l’attribut tyrannique des deux souverains de Byzance demeure sans conteste l’avarice. Pour Procope, Justinien saisit illégalement des propriétés85, vend la justice au plus offrant86, gaspille les fonds publics avec une complète impunité87, jette le Trésor de façon déraisonnable aux barbares88 qui le manipulent en vue de réduire en esclavage l’Empire romain89. Finalement, Justinien dilapide la richesse des Romains et devient le créateur de la pauvreté de tous90. Si Leslie Brubaker, Cyril Mango et Roger Scott visent correctement lorsqu’ils affirment que Théophane connaît les Guerres persiques et la Guerre contre les Vandales de Procope, mais ignore l’Histoire secrète91, nous devons reconnaître que les deux auteurs byzantins ont brossé un portrait très similaire des souverains qu’ils détestent, et ce, sans que l’un ait influencé l’autre. Dans ce cas-ci, une supposition probante nous forcerait à émettre quatre conclusions. Premièrement, Théophane a utilisé en miroir l’image de marque de l’empereur parfait pour créer chez Nicéphore l’archétype du tyran, art rhétorique que Procope maîtrisa comme un virtuose. Deuxièmement, le moine byzantin, qu’il traite du bon (dans la lignée d’Eusèbe et d’Agapète) ou du mauvais basileus (suivant les traces de Procope), s’inscrit en continuité avec la pensée politique byzantine générale. Troisièmement, le tyran idéal, pour le chroniqueur, est Nicéphore, pas Constantin V92, puisque ce dernier est accrédité de plusieurs attributs virils requis à l’excellent souverain, comme la défense du territoire byzantin par le glaive, l’humiliation des barbares, le maintien de la suprématie byzantine sur les païens et les infidèles, etc. Quatrièmement, l’autocrate absolu chez Théophane est un iconodoule et non un iconoclaste, et la question des portraits religieux est totalement écartée du règne de Nicéphore, tout en occupant une place somme toute marginale lors de celui de Constantin V93.

26Ainsi, chez Théophane, les questions de tyrannie et de légitimité n’ont pas de couleur religieuse. Cette idée permet de relativiser la place de la religion dans le débat public et laisse émettre l’hypothèse qu’un certain consensus existait à Byzance, séparant l’État et l’Église. En effet, la tyrannie ne rime pas avec l’impiété : elle a ses propres nuances et ses références culturelles. Le tyran est davantage associé à ses confrères anciens, comme Dioclétien, Valens et Julien, à des despotes mythiques comme Ramsès II et Nabuchodonozor, voire à l’ennemi musulman, plutôt qu’à ses propres convictions théologiques. Les thèmes d’impiété et d’hérésie ne sont que rarement chargés d’une réelle connotation dogmatique; on préférera rapprocher le tyran de l’hérésiarque pour détruire son image de marque et le réduire à néant plutôt que d’attaquer sa propre théologie. Théophane, qui supporte assurément les images, ne pardonne pas la médiocrité sous toutes ses formes, pas plus que Procope n’édulcorait son Justinien sous le seul motif qu’ils étaient tous les deux partisans du credo chalcédonien. En conséquence, si les convictions religieuses de Théophane sont sincères, il apparaît tout à fait erroné de le considérer comme inconditionnellement favorable envers les basileis iconodoules et critique par rapport aux souverains hostiles aux images.

Haut de page

Notes

1 Cette perception négative de la crise iconoclaste est vigoureusement rejetée par L. Brubaker, dans Inventing Byzantine Iconoclasm, Londres, Bristol Classical Press, 2012, p. XV; M. F. Auzépy, « État d’urgence », dans L’histoire des iconoclastes, éd. M. F. Auzépy, Paris, Association des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, 2008, p. 1-34. Cependant, dans l’historiographie moderne, le terme « âges obscurs » (dark ages) est encore utilisé en ce qui a trait à la période iconoclaste byzantine. Par exemple. P. Brown, « A Dark-Age Crisis : Aspects of the Iconoclastic Controversy », The English Historical Review, 88, 346, 1973, p. 1-34; aussi : « Le Testament de Théodore Stoudite (759-826) […] est l’un des documents normatifs les plus importants du cénobitisme byzantin à la sortie des âges obscurs », dans O. Delouis, « Le testament de Théodore Stoudite est-il de Théodore ? », Revue des études byzantines, 66, 2008, p. 173.

2 Ici, l’orthodoxie est associée aux iconodoules et l’hérésie aux iconoclastes, comme l’ont avancé les sources de l’époque. Ce prisme déformé a été repris par l’historiographie traditionnelle, et encore aujourd’hui, l’iconoclasme est parfois étudié en parallèle avec les hérésies traditionnelles. Cependant, grâce à une brillante étude déployée par Leslie Brubaker et John Haldon, il est possible de rejeter ce constat et, au contraire, affirmer que c’est la doctrine iconodoule qui est la nouveauté dans le christianisme et l’iconoclasme qui se veut fidèle à la tradition patristique. Le récit reprend par contre le prisme déformé, qui voit l’iconoclasme comme une déviation du culte orthodoxe, puisque c’est l’opinion de Théophane le Confesseur, dans sa Chronographie. Sur les questions de tradition, voir L. Brubaker et J. F. Haldon, Byzantium in the Iconoclast Era (650-850) : a History, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 138-140. Voir aussi M. F. Auzépy, « La tradition comme arme du pouvoir : l’exemple de la querelle iconoclaste », dans L’histoire des iconoclastes..., p. 105-115.

3 Une seconde vague d’iconoclasme byzantin surviendra en 815 lorsque l’empereur Léon V, pour des raisons davantage pragmatiques que théologiques, prendra position contre les images. Ce deuxième iconoclasme perdurera jusqu’en 843 où les images seront définitivement restaurées au sein du christianisme byzantin. Il s’agit ici du Triomphe de l’orthodoxie, encore célébré aujourd’hui dans l’Église orthodoxe.

4 H. Pirenne, Mohammed and Charlemagne, New Jersey, Barnes & Nobles book, 1980 (1937), 293 p.; R. S. Lopez, « Mohammed and Charlemagne : a revision » dans The Pirenne Thesis: analysis, criticism and revision, éd. A. F. Havighurst, Lexington, D.C Heath and Co., 1976, p. 63.

5 Nous souscrivons ici à l’hypothèse de L. Brubaker et J. Haldon, dans Byzantium in the iconoclast era …, p. 20 et 29.

6 Selon Hélène Ahrweiler, « l’idée de l’universalité de l’empire s’est vite confortée de l’idée de pérennité, puisqu’aussi bien Byzance fut le Premier Empire chrétien : pour illustrer ces propos citons un auteur du VIe siècle, Kosmas Indikopleustès, qui précise que “l’État des Romains durera jusqu’à la fin de siècles” et ceci “parce qu’il fut le premier à embrasser la foi du Christ”. […] L’idée de la pérennité de l’empire, plus que celle de l’universalité, connut une fortune particulière auprès du peuple : elle alimenta toutes les prophéties qui faisaient correspondre la fin des temps avec la fin de l’empire ». H. Ahrweiler et M. Duverger, Le concept d’empire, Paris, Presses universitaires de France, 1980, p. 145.

7 À la fois la discussion sur l’adoration et la vénération des images et les images elles-mêmes ne sont pas un produit du VIIe siècle byzantin ; les portraits religieux sont chose commune pendant l’Antiquité tardive et ne sont pas une création du Haut Moyen Âge byzantin. Voir L. Brubaker et J. Haldon dans Byzantium in the iconoclast era…, p. 32 et 40-66.

8 L. Brubaker, Inventing Byzantine Iconoclasm..., p. 18.

9 L. Brubaker, Inventing Byzantine Iconoclasm..., p. 120-121.

10 M. F. Auzépy, « L’analyse littéraire et l’historien : l’exemple des vies de saints iconoclastes », dans Histoire des iconoclastes…, p. 329-340.

11 « […] Les sources ont mis en place un tableau de la période dans lequel les questions religieuses occultent tout le reste et les empereurs isauriens, Léon III et Constantin V, qui furent les initiateurs et les champions de l’iconoclasme, sont soumis à une damnatio memoriae d’une violence rare dans l’histoire. […] Pour le malheur des Isauriens, la propagande iconodoule a été acceptée sans critique jusqu’à l’époque moderne, car elle a en Orient servi de base à la nouvelle orthodoxie après 843 et, en Occident, elle a été exhumée par Rome pour défendre la Réforme. » M. F. Auzépy, « État d’urgence », Histoire des iconoclastes…, p. 2 et 23.

12 « À Byzance, la période iconoclaste est celle des Dark Ages dont l’obscurité est éclairée de façon ponctuelle et aléatoire par des sources rares et difficiles à interpréter », M. F. Auzépy, « État d’urgence », Histoire des iconoclastes…, p. 1.

13 Nicéphore, Patriarche de Constantinople, Short History, éd. C. Mango, Washington, Dumbarton Oaks, 1990, 381 p.

14 Théophane, Chronographia (The Chronicle of Theophanes Confessor : Byzantine and Near Eastern History, AD 284-813, éd. C. Mango et R. Scott, Oxford, Clarendon Press, 1997, 744 p.). Pour les références subséquentes, nous omettrons de référer aux auteurs de l’édition critique afin d’épurer les notes infrapaginales.

15 Pour une étude plus exhaustive de la vie de Théophane, voir C. Mango et R. Scott, dans The chronicle of Theophanes…, p. XLIV-XLIX.

16 Nicéphore, Antirrhétiques (Nicéphore de Constantinople, Discours contre les iconoclastes, éd. M. J. Mondzain-Baudinet, Paris, Éditions Klincksieck, 1989, 381 p.).

17 Étienne le Diacre, Vita Stephani iunioris (La Vie d’Étienne le Jeune, éd. M. F. Auzépy, Aldershot, Ashgate, 1997. 342 p.).

18 Contrairement à ce qui a été esquissé dans certains ouvrages de l’historiographie traditionnelle. Pour une image négative dans l’historiographie, voir L. Bréhier, La querelle des images, New York, B. Franklin, 1969 (1904), 64 p.; G. Florovsky, « Origen, Eusebius and the Iconoclastic Controversy », Church History, 19, 2, 1950, p. 77-96; J. D. Breckenridge, « The Iconoclasts’ Image of Christ », Gesta, 11, 2, 1972, p. 3-8.

19 Agapète, « Expositio capitum amonitorium… Imperatori Justiniano », dans D. Geanakoplos, Church, Society and Civilization seen through Contemporary Eyes, Chicago, Chicago University Press, 1984, p. 19; Pour la période plus tardive, voir D. Angelov, Imperial Ideology and Political Thought in Byzantium, 1204-1330, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 92.

20 Théophane, Chronographia, AM 6259.

21 Théophane, Chronographia, AM 6259.

22 M. F. Auzépy, « Une lecture “iconoclaste” de la Vie d’Étienne le Jeune », dans L’Histoire des iconoclastes…, p. 131.

23 M. F. Auzépy, « Une lecture “iconoclaste”… », L’histoire des iconoclastes..., p. 131.

24 M. F. Auzépy, « Une lecture “iconoclaste”… », L’histoire des iconoclastes..., p. 133. Dans le même ordre d’idées, Nicéphore tient les iconoclastes pour des hommes « charnels, asservis à leur ventre ». Voir Nicéphore de Constantinople, Antirrhétiques, III, 62. (Nicéphore, Patriarche de Constantinople, Discours contre les iconoclastes, éd M. J. Mondzain-Beaudinet, Paris, Klincksieck, 1989, 380 p.).

25 Le texte sous-entend que c’est Constantin V lui-même, et non pas ses officiers, qui détruisait les reliques. Théophane fait donc porter la totalité de la responsabilité de la destruction des reliques à l’empereur. On notera ici que Théophane ne fait pas la distinction entre haine des images et haine des reliques. Théophane, Chronographia, AM 6258 : […] Πανταχοῦ μὲν τὰς πρεσβείας τῆς ἁγίας παρθένου καὶ θεοτόκου καὶ πάντων τῶν ἁγίων ἐγγράφως ὡς ἀνωφελεῖς καὶ ἀγραφως άποκηρυττων [...] καὶ τὰ ἅγια λείψανα αὐτῶν κατορύττων, καὶ ἀφανῆ ποιῶν, εἴ πού τινος ἐπισήμου ἠκούετο, πρὸς ὑγιείαν ψυχῶν καὶ σωμάτων ἀνακείμενον, καὶ, ὡς ἔθος, ὑπὸ τῶν εὐσεβούντων τιμώμενον (Notre traduction : « Partout il rejeta comme étant inutile, tant à l’oral qu’à l’écrit, l’intercession de la Sainte Vierge, la Mère de Dieu, et de tous les saints [...]. Il supprima et détruisit leurs reliques partout où il était dit qu’un saint célèbre reposait (pour le bien de la santé physique et spirituelle) et qui était bien sûr vénéré par les fidèles »).

26 Les musulmans à l’ère iconoclaste appliquent une politique artistique austère. De plus, dans le discours byzantin, le premier édit contre les images religieuses serait survenu en terres arabes, sous le califat de Yazid II. Voir la discussion de G. E. Grunebaum, dans « Byzantine Iconoclasm and the Influence of the Islamic environment », History of religions, 2, 1, 1962, p. 1-10.

27 Théophane, Chronographia, AM 6258 : Ἀλλἐκείνων μὲν κακία πρὸς τὰς τοῦ θεοῦ ἐκκλησίας ὡς ἀπίστων προφανής. δὲ Χριστιανῶν Βασιλεύων ἀφάτοις θεοῦ κρίμασιν ἴσως, ὡς τοῦ Ἰσραὴλ μανιώδης Ἀχαάβ, πολλῷ χείρονα τῆς τῶν Ἀραβων μανίας τοῖς ὑπὸ τὴν Βασιλείαν αὐτοῦ ὀρθοδόξοις ἐπισκόποις καὶ μοναχοῖς τε καὶ λαϊκοῖς, ἄρχουσί τε καὶ ἀρχομένοις ἐπεδείξατο... (Notre traduction : « La méchanceté de ces hommes envers les églises de Dieu est évidente, car ils sont des infidèles. Cependant, l’empereur des chrétiens, peut-être à cause d’un jugement divin imperceptible (comme c’était le cas pour l’insensé Ahab, qui était le roi d’Israël), manifesta une furie bien pire que celle des Arabes envers les évêques orthodoxes, les moines laïcs; ceux qui possédaient l’autorité aussi bien que les sujets qui étaient sous sa gouverne »).

28 Théophane, Chronographia, AM 6258.

29 Théophane, Chronographia, AM 6259.

30 Théophane, Chronographia, AM 6245 : Οἳ καθἑαυτοὺς τὰ δόξαντα δογματίσαντες, μηδένος παρόντος ἐκ τῶν καθολικῶν θρόνων, ‘Ρωμης, φημί, καὶ Ἀλεξανδρείας καὶ Ἀντιοχείας καὶ Ἰεροσολύμων.

31 Théophane, Chronographia, AM 6259 : τῆς ἀλογίας καὶ ὠμότητος καὶ ἀσπλαγχνίας τοῦ ἀνημέρου θηρός.

32 Agriôtatos thèr. Bête excessivement sauvage (en référence aux persécutions monastiques).

33 Anèméros thèr. Bête sauvage, impitoyable.

34 N.-C. Koutrakou, La propagande impériale byzantine…, p. 425-427.

35 Théophane aime associer l’iconoclaste avec les autres persécuteurs chrétiens et plus particulièrement aux Arabes musulmans. Cette tendance est générale dans les sources iconodoules : l’iconoclasme est condamné et perçu comme une orthodoxie polluée par les doctrines maléfiques du judaïsme et de l’islam. Nicéphore de Constantinople écrit à cet effet que « seuls les ennemis de la foi et de l’Église, tels que les Juifs, Hellènes et Barbares, auraient osé faire ce que les iconoclastes avaient déjà accompli ». Pour revenir à Théophane, en utilisant les mêmes termes pour désigner les Arabes et les iconoclastes, comme les termes « Βάρβαρος » (barbare), « σαρακηνόφρων » (adepte des idées sarrasines) et « ὰλάστωρ » (misérable), le chroniqueur rapproche l’ennemi intérieur (iconoclastes) avec l’ennemi extérieur (Arabes), dans l’optique où il faut les combattre tous les deux. Voir N. C. Koutrakou, dans La propagande impériale byzantine…, p. 275-277.

36 P. Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien, Paris, Albin Michel, 2007, p. 110.

37 « Digenes Akritas : the two-blooded Border Lord », trad. D. B. Hull, Ohio, Ohio University Press, 1972, p. 60-61, dans D. Geanakoplos, Church, Society and Civilization…, p. 26. Traduction de l’anglais. Pour assurer une continuité avec les autres extraits cités, cette citation a été traduite de l’anglais et non du grec. La version française du Digénis, sous la direction de Paolo Odorico, ne propose pas la rencontre entre l’empereur et le Digénis, puisque cette rencontre n’est seulement attestée que dans le manuscrit de Grottaferrata. La version slave du Digénis, dans la même édition, ne mentionne que l’empereur byzantin, et non un dialogue entre les deux hommes. Voir L’Akrite : L’épopée byzantine de Digénis Akritas, suivie du Chant d’Amouris, éd. P. Odorico et J. P. Arrignon, Toulouse, Anacharsis, 2002, 253 p.

38 Nicéphore II Phokas, De Velitatione, III, 2; III, 5. Voir Nicéphore II Phokas, Le traité sur la guérilla, éd. G. Dagron et H. Mihaescu, Paris, CNRS Éditions, 2011, 372 p.

39 M. McCormick, Eternal victory : Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and the Early Medieval West, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 131-135; L. Brubaker et J. F. Haldon, Byzantium in the Iconoclast Era…, p. 163-176

40 Théophane, Chronographia, AM 6265 : Καὶ ἐπισωρεύσας τοὺς ταξάτους τῶν θεμάτων καὶ τοὺς Θρᾳκησιανούς, καὶ ἑνώσας τοῖς τάγμασι τοὺς ὀπτιμάτους, ἐποίησεν αὐτοὺς πχιλιάδας. Καὶ εἰσελθὼν ἐν τόπῳ λεγομέωη τὰ Λιθοσώρια, ἐπέπεσεν αὐτοῖς ἀπερισαλπίγκεως, καὶ τρέψας αὐτούς, ἐποίησε νῖκος μέγα. Καὶ μετὰ πολλῶν λαφύρων καὶ αἰχμαλώτων ὑπέστρεψεν, θπριαμβεύσας ἐν τῇ πόλει, καὶ ἐμπράκτως εἰσελθών, τὸν πόλεμον τοῦτον ἐπωνόμασεν. Selon Mango et Scott, la Chronographie contient une importante tendance antibulgare. Même si Constantin V est l’iconoclaste par excellence, triompher contre les Bulgares semble apparaître chez Théophane comme digne d’éloges. Sur la partialité antibulgare, voir C. Mango et R. Scott, The Chronicle of Theophanes…, p. 553, n. 8.

41 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1972, p. 22

42 N. Oikonomidès, Listes, p. 22.

43 N. Oikonomidès, Listes, p. 22.

44 Constantin VII Porphyrogenète, De Ceremoniis, préface, 2, 9-11. Voir Le Livre des cérémonies, éd. A. Vogt, Paris, Les Belles Lettres, 1967, 2 vols.

45 Jean Lydos, « De Magistratibus », dans G. Dagron, Empereur et Prêtre : étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, 1996, p. 79.

46 Théophane, Chronographia, éd. C. Mango et R. Scott, AM 6260. En grec “très noble”. Réservée aux membres de la famille impériale. Troisième plus haute dignité de la pyramide hiérarchique byzantine, après le basileus et le césar. Se référer à A. P. Khazdan, The Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 1489-1490.

47 M. F. Auzépy, « État d’urgence ...», p. 21.

48 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Βασιλέα τὸν τύραννον.

49 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Κοινὴ δὲ πάντας κατεῖχεν ζόφωσις καὶ ἀπαράκλητος ἀθυμία.

50 N. C. Koutrakou, La propagande impériale byzantine…, p. 313.

51 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Παμφάγος.

52 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Τῷ τυράννῳ.

53 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296 : Ἄδικον.

54 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295.

55 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : ἄδικον δικαστήριον.

56 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295 : Νικήτας Τριφύλλιος, ὥς φασιν, ὑπὸ Νικηφόρου φαρμάκῳ ἀναιρεθείς.

57 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6295.

58 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296.

59 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296; AM 6301.

60 Théophane, Chronographia, AM 6295.

61 Théophane, Chronographia, ΑΜ 6296.

62 Théophane, Chronographia, AM 6295.

63 On notera l’intéressant jeu de mot entre Lykaoniens et « loup » (λύκος), qui renferme encore une fois un rapprochement entre l’ennemi et la bête sauvage. Voir Théophane, Chronographia, AM 6296.

64 Théophane, Chronographia, AM 6295 : Πανὺ ἡμερωτάτω καὶ πραῳ.

65 Théophane, Chronographia, AM 6299.

66 Les images et l’iconodoulie, en contrepartie, sont presque totalement absents.

67 Nicéphore apparaît ainsi comme un avare immodéré, ce qui est certainement source de blâme, puisque comme nous l’avons vu, la démesure est pour le tyran ce que la tempérance est pour le basileus. Voir Théophane, Chronographia, AM 6295.

68 Exode, 7-11. Respectivement : 1 - Eau changée en sang, 2 - grenouilles, 3 - moustiques, 4 - vermine, 5 - peste du bétail, 6 - furoncles, 7 - grêle, 8 - sauterelles, 9 - ténèbres, 10 - mort des premiers-nés.

69 Théophane, Chronographia, AM 6302. Cette décision draconienne, selon Théophane, a eu des effets dévastateurs sur le moral des Byzantins : certains, dans leur folie blasphématoire, ont voulu de se faire envahir par l’ennemi, d’autres ont pleuré sur les tombes de leurs ancêtres, certains même se sont pendus.

70 En plus de payer au Trésor 18 nomismata et demi par homme plus les taxes de celui-ci.

71 En plus de payer pour le travail supplémentaire causé par l’augmentation de la paperasserie.

72 Autrement dit, ramener toutes les exemptions de taxes d’Irène à leurs niveaux précédents.

73 Les terres saisies sont cédées aux domaines impériaux.

74 C’est-à-dire 16.67 %. Cela dit, les propriétaires de navires n’étaient pas obligés de prendre un prêt. En fait, s’ils avaient besoin d’un prêt, ils pouvaient l’emprunter à l’État à un taux d’intérêt particulièrement élevé. Voir C. Mango et R. Scott, The Chronicle of Theophanes…, p. 670, n. 17.

75 Théophane, Chronographia, AM 6303. Ce succès militaire est dû à la multitude des péchés des Byzantins. Il y a là une incongruité dans l’image de marque de l’empereur : ici, la victoire impériale, source de légitimité, est au contraire considérée comme un châtiment divin.

76 Théophane, Chronographia, AM 6303; Jean, 12, 3-6 : “Marie prit alors une livre d’un parfum de nard pur de grand prix; elle oignit les pieds de Jésus, les essuya avec ses cheveux et la maison fut remplie de ce parfum. Alors Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui-là même qui allait le livrer, dit « pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ». Il parla ainsi, non qu’il eût souci des pauvres, mais parce qu’il était voleur et que, chargé de la bourse, il dérobait ce qu’on y déposait.”

77 Sur les pauliciens, voir C. Ludwig, « The Paulicians and ninth-century Byzantine thought », dans Byzantium in the Ninth Century : Dead or Alive?, éd. L. Brubaker, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 23-36. Plus loin chez Théophane, les sympathisants de Constantin V pendant le règne de Michel Ier seront aussi appelés de façon péjorative des faux chrétiens et des pauliciens. Voir Théophane, Chronographia, AM 6305.

78 Théophane, Chronographia, AM 6303.

79 Seule une référence est retenue et, par ailleurs, elle sert à accuser Nicéphore de rejeter les images.

80 Pour une image revue et une approche critique du règne de Nicéphore, particulièrement au niveau fiscal et culturel, se référer à P. Lemerle, Le Premier Humanisme byzantin..., p. 108; W. T. Treadgold, The Byzantine State Finances in the eighth and ninth centuries, New York, Columbia University Press, 1982, 151 p.; L. Brubaker et J. F. Haldon, Byzantium in the Iconoclast Era…, p. 357-365.

81 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality », dans Gender in the Early Medieval World: East and West, 300-900, éd. L. Brubaker, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 84.

82 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality »..., p. 86.

83 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality »..., p. 86. Pour les vertus impériales chrétiennes, fixées vers 400 par Jean Chrysostome, voir F. Dvornik, Early Christian and Byzantine Political Philosophy, Origins and Background, Washington, Dumbarton Oaks, 1966, p. 695.

84 L. Brubaker, « Sex, Lies and Textuality »..., p. 86.

85 Procope, Anekdota, VIIII, 9. Voir Histoire secrète, éd. P. Maraval, Paris, Les Belles Lettres, 1990, 214 p. Les références subséquentes omettront le rappel à l’édition critique afin d’alléger les notes infrapaginales.

86 Procope, Anekdota, XXVII, 33.

87 Procope, Anekdota, VIII, 4.

88 Procope, Anekdota, XI, 3, 12, XIX, 6, 10, 13-16.

89 Procope, Anekdota, XI, 5-11.

90 Procope, Anekdota, VIII, 33.

91 C. Mango et R. Scott, The chronicle of Theophanes…, p. LXXXI.

92 Sur ce point, nous réfutons l’affirmation de Cyril Mango et Roger Scott, dans The Chronicle of Theophanes…, p. LVI, affirmant que « No other emperor in the whole chronicle, with the possible exception of the iconoclast Constantine V, is painted in such black colours ». Selon ce qui a été démontré, nous estimons que l’image de Constantin V est plus favorable que celle de Nicéphore.

93 Moins de 20 %.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Tremblay, « Théophane est-il réellement partial ? Légitimité impériale et tyrannie dans la chronique byzantine de Théophane le Confesseur », Memini, 16 | -1, 85-104.

Référence électronique

Vincent Tremblay, « Théophane est-il réellement partial ? Légitimité impériale et tyrannie dans la chronique byzantine de Théophane le Confesseur », Memini [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 18 janvier 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://memini.revues.org/560 ; DOI : 10.4000/memini.560

Haut de page

Auteur

Vincent Tremblay

Université de Sherbrooke

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org