Navigation – Plan du site
Les livres d’heures manuscrits conservés dans les collections publiques du Québec

Les livres d’heures manuscrits conservés dans les collections publiques du Québec

Didier Méhu

Entrées d'index

Géographique :

France, Québec

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

État de la question et présentation des travaux

  • 1 L’université McGill en conserve 19 : mss 95, 96, 99, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 110, 149, 153, 1 (...)

1Selon nos connaissances actuelles, les collections publiques du Québec conservent 17 livres d’heures manuscrits antérieurs à 1500 : Archives des Jésuites au Canada, Montréal (2 mss), Musée d’art de Joliette (1 ms.), Musée de l’Amérique francophone de Québec (1 ms.), Musée des Beaux-Arts de Montréal (1 ms.), Université Concordia de Montréal (1 ms.), Université McGill de Montréal (9 mss), Université du Québec à Montréal (2 mss). On compte également des pages ou miniatures isolées qui ont été découpées des manuscrits puis vendues ou données aux collections publiques, dont nous ne tenons pas compte ici1.

  • 2 S. de Ricci et W. J. Wilson (collab.), Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United (...)
  • 3 Elles sont consultables dans les dossiers des manuscrits aux Collections spéciales de la McLennan L (...)

2Livres d’heures ordinaires, représentatifs de milliers d’autres manuscrits destinés à la petite ou moyenne aristocratie du xve siècle, composés et enluminés avec soin mais sans comparaison avec les chefs-d’œuvre bien connus comme les Heures de Jeanne d’Evreux ou du duc de Berry, ces ouvrages n’ont pas attiré l’attention des historiens de l’art. Le recensement des manuscrits du Moyen Âge et de la Renaissance conservés dans les collections canadiennes et étatsuniennes, publié sous la direction de Seymour de Ricci et William Jerome Wilson en 1937 (ci-après De Ricci et Wilson), comme le supplément qui en a été donné en 1962, dressent un inventaire sommaire des manuscrits conservés à l’Université McGill – collection la plus riche de la province – mais délaissent les autres collections publiques2. Dans les années 1980, Dyonisios Hatzopoulos a effectué un recensement soigné de la collection de l’Université McGill, mais ses notices très détaillées sont restées inédites3. Les manuscrits conservés dans les autres collections, qu’elles soient universitaires, muséales ou archivistiques, ne sont bien souvent répertoriés que par une très brève notice donnant un titre, une date approximative et quelques descriptions, pas toujours fiables.

  • 4 Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l’UQAM. Actes de la première journée d’étude (...)
  • 5 Manuscrits du Moyen Âge et de l’Humanisme dans les Collections de l’UQAM et de Concordia, dir. B. D (...)

3L’enquête lancée depuis une dizaine d’années par Brenda-Dunn Lardeau sur les manuscrits médiévaux et humanistes conservés dans les collections québécoises a permis de mieux connaître quelques livres d’heures. Les actes de la première journée d’études qu’elle a organisée à Montréal en 2005 rassemblent trois articles sur un manuscrit conservé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM, ms. 3)4, et le numéro de la revue Memini qu’elle a dirigé en 2011 présente trois articles portant sur les deux livres d’heures conservés à l’UQAM (mss 2 et 3) et sur celui de l’Université Concordia5.

  • 6 P. Andrist, P. Canart, M. Maniaci, La syntaxe du codex. Essai de codicologie structurale, Turnhout, (...)

4Le présent dossier propose quelques jalons supplémentaires. On trouvera d’abord des notices descriptives des 17 livres d’heures. Ces notices ne présentent pas la précision que l’on pourrait attendre d’un catalogue de manuscrits selon les normes codicologiques les plus récentes6. Si l’on peut souhaiter qu’un travail de ce type soit entrepris pour l’ensemble des manuscrits médiévaux conservés dans les collections publiques du Québec, notre présente ambition est plus modeste. Il s’agit de fournir une description des manuscrits établie en fonction de critères objectifs, tenant compte de leurs aspects formels, textuels, visuels et iconographiques, sans présupposer de l’importance d’un critère sur un autre.

5Les notices sont suivies de trois études monographiques, dont deux (manuscrits de Joliette et des Archives des Jésuites à Montréal) résultent d’un séminaire organisé avec des étudiants de deuxième cycle à l’Université Laval de Québec, entre janvier et avril 2012. La tâche demandée aux étudiants était la suivante :

  • 7 Nous tenons à remercier les conservateurs des Archives des Jésuites de Montréal et du Musée d’art d (...)

6Analyse complète de la codicologie du manuscrit7.

  • 8 Corpus Antiphonalium Officii, éd. R.-J. Hesbert, 6 vol., Rome (Rerum Ecclesiasticarum Documenta Ser (...)
  • 9 V. Leroquais, Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, 3 vol., Mâcon, Protat, 1 (...)
  • 10 E. Drigsdahl, Late Medieval and Renaissance Illuminated Manuscripts: Books of Hours, Copenhague, Ce (...)

7Relevé de l’ensemble des rubriques, incipit et explicit et identification de toutes les pièces du manuscrit en se fondant sur les corpus de formules liturgiques8, les recensements du chanoine Leroquais9 et la base de données établie par Erik Drigsdahl sur les livres d’heures du Moyen Âge et de la Renaissance10.

8Analyse complète des enluminures et, dans la mesure du possible, mise en relation de celles-ci avec d’autres images du même type connues dans d’autres livres d’heures.

9Relevé et analyse complète de l’ornement (lettrines historiées et ornées, lettres peintes, lettres rehaussées, bouts de ligne, ornements marginaux), tenant compte des rapports hiérarchiques et positionnels entre chaque élément, en vue de comprendre le sens de ces repères visuels dans l’organisation et l’usage du manuscrit.

10Identification de l’usage et de la provenance du manuscrit.

  • 11 Étude effectuée dans le cadre d’un Masters-Level du Department of English de l’Université d’Ottawa.

11Nous avons joint à ces travaux une étude menée par Brent Brubridge sur un livre d’heures conservé dans les collections de la bibliothèque universitaire d’Ottawa, dont les résultats complètent avantageusement notre dossier11.

Pour une histoire quantitative et relationnelle du livre d’heures manuscrit

  • 12 Là ne sont pas les seuls lieux de production des livres d’heures des xive-xvie siècles, mais les ré (...)

12L’enjeu des études rassemblées ici est d’attirer l’attention sur des manuscrits ordinaires dont l’intérêt réside moins dans des caractères exceptionnels – dont ils sont dépourvus – que dans les constantes et variantes qu’ils présentent avec les milliers d’autres livres d’heures produits en France, Angleterre, Flandre et Italie12. En effet, les livres d’heures manuscrits des xive-xvie siècles, considérés dans leur ensemble, constituent un matériau formidable qui a pour l’heure été délaissé au profit de quelques chefs-d’œuvre enluminés ou d’une approche principalement orientée vers la recherche du « maître » ou de « l’atelier » de production. Le sens social des livres d’heures va bien au-delà et il nous semble qu’il doit être recherché selon une démarche dialectique entre l’analyse monographique complète tenant compte de tous les éléments constitutifs des manuscrits (formels, textuels, visuels, ornementaux) et l’analyse sérielle formalisée d’un vaste corpus permettant d’établir la structure et les variantes des livres d’heures manuscrits de la fin du Moyen Âge. Nous aimerions ainsi plaider pour une analyse contextuelle du livre d’heures manuscrit, où chacun de ses éléments prend sens dans sa place au sein du codex, dans ses relations avec les autres éléments du codex et dans ses relations avec l’ensemble des autres manuscrits similaires produits à la même époque. Il s’agit ainsi de contribuer à une histoire sociale du livre d’heures, ancrée dans la structure codicologique des manuscrits. Bien conscient de l’ampleur de la tâche, qui ne pourra être menée que par un programme de recherche collectif, nous nous limiterons ici à quelques remarques d’ordre général et méthodologique susceptibles d’orienter l’analyse ultérieure des livres d’heures manuscrits, indépendamment de leur lieu de conservation –  ceux conservés dans les collections publiques du Québec n’étant qu’un point de départ pour la réflexion et nullement un objet en tant que tel.

  • 13 La bibliographie sur les livres d’heures est ample, mais souvent décevante. Outre les travaux impor (...)

13Le livre d’heures se développe au milieu du xive siècle, triomphe au xve, pour devenir un support de la dévotion des aristocrates puis des bourgeois, à mesure que s’entérine la conscience de devoir conformer son corps et ses actions à un idéal d’introspection spirituelle13. Il est emblématique de cette phase de l’évolution de l’Ecclesia médiévale qui assume pleinement la vie dans le siècle dès lors que tout ce qui relève de la chair est spiritualisé par des pratiques dévotionnelles, des donations, des sacrifices. Issues du bréviaire monastique, les prières théoriquement récitées ou chantées à l’occasion des huit offices quotidiens entrent dans le livre portable des laïcs, dans le coffre des épouses à marier, dans les demeures des familles à construire. Les femmes, mises à l’écart de l’Église institutionnelle, moins bien intégrées que les hommes dans les formes de vie consacrée, y trouvent un formidable moyen d’agrégation à l’Ecclesia, et il semble – mais cela mériterait d’être véritablement quantifié – que les livres d’heures leur aient été principalement destinés. Les formats réduits des ouvrages, allant parfois jusqu’au livre miniature (ainsi le ms. McGill 109, dont chaque page mesure 6 x 8 cm), répondent au besoin de les transporter de l’église à la demeure. Ils témoignent aussi d’une association particulière du manuscrit au corps de la personne, puisque logé dans la bourse ou dans l’aumônière le livre est le double qui accompagne le dévot dans ses déplacements, incarnant dans la chair écrite et ornée du parchemin la transfiguration de la chair profane de l’être en cheminement vers l’Esprit. Le livre d’heures fait exister son possesseur. Il est comme l’objet tangible et visible de son agrégation à la communauté des fidèles. Par lui, le fidèle devient ce qu’il doit être et ce qu’il veut que l’on connaisse de lui. Ainsi se comprennent les armoiries peintes ou les devises des possesseurs inscrites dans les enluminures (Jésuites, ms. 1, in-12°; McGill, ms. 154), ou encore les images qui les représentent en prière aux côtés de la Vierge, du Christ, d’un saint (McGill ms. 100 ; UQAM ms. 3). La situation de telles images au sein des manuscrits n’est sans doute pas aléatoire et il semble que la scène de l’Annonciation, fréquemment présentée en ouverture de l’office de la Vierge, en ait été un lieu privilégié. L’image de l’incarnation du Verbe dans le corps de la Vierge devenait ainsi le prototype de l’incarnation du Verbe dans le corps non sanctifié du lecteur en prière, tenu de ruminer, huit fois par jour, la parole salvatrice présentée sous ses yeux. Et lorsque l’image du fidèle côtoyait celle de la Crucifixion, s’imposait l’idée de la componction, celle sur les souffrances du Christ, pour mieux s’agréger la puissance de son sang rédempteur.

14Mais le corps du livre d’heures est peut-être moins celui d’une personne que celui d’une cellule sociale, la plus petite par laquelle on s’intègre à l’Ecclesia, celle du mariage et de la descendance. Union spirituelle de deux êtres de chair, pour engendrer dans la chair et construire une famille spirituelle, celle des parrains et marraines, celle de la communauté chrétienne qui se reproduit, tel est le mariage. Nombreux sont les livres d’heures qui accueillent des notices familiales, où l’on retient le nom des époux, de leurs descendances et des parrains et marraines qui leur ont été attribués. Les collections québécoises en présentent deux. Dans les heures de Pellegrin de Remicourt (UQAM, ms. 3), elle en fait l’ouverture, sur un cahier de parchemin traité comme un feuillet de manuscrit liturgique. Dans les heures de Philippe de Montholon (Jésuites, ms. 9, in-8°), la généalogie ajoutée sur un bifeuillet de papier à la fin du manuscrit présente le maillage complexe des liens de sang, de parrainage et de métier, qui constituent l’appartenance sociale de petits aristocrates bourguignons du xvie siècle. C’est ensuite la longue histoire du livre d’heures qu’il conviendrait de préciser pour mieux comprendre sa relation avec l’identité familiale. Fréquemment confectionné à l’occasion d’un mariage, le manuscrit incarne le couple dans sa dimension charnelle et spirituelle. Les notices familiales l’inscrivent dans le temps et l’espace, ceux des lieux et dates de naissance, des lieux d’origine des parrains et marraines. Le manuscrit est ensuite transmis à la génération suivante, mais les modalités de ces transmissions nous échappent, comme leur durée. On peut seulement comprendre que lorsque le manuscrit sort de la famille pour être vendu, c’est qu’il a perdu son sens, devenant un objet de collection et de convoitise, une marchandise dissécable en autant de pages enluminées, fragments morts fétichisés.

15Corps encore que celui auquel le livre d’heures peut apporter des soins. Les prières à la Vierge ou aux saints conduisent le corps des fidèles sur les chemins salvateurs de la spiritualisation progressive. Mais à côté de ces prières codifiées s’ajoutent parfois des prières propitiatoires destinées à des causes moins nobles ou strictement corporelles, comme conjurer la peur de la nuit (McGill, ms. 156) ou apaiser un mal de foie occasionnel (ms. d’Ottawa). Le livre d’heures devient alors concrètement le lieu de la dialectique entre le corps et l’esprit. En vertu du principe analogique propre à la société médiévale, les remèdes mêlent la récitation des prières consacrées et l’absorption d’herbes. Les invocations accordent une place privilégiée aux langues vernaculaires, celles des corps charnels, que l’on mêle parfois en d’habiles combinaisons avec la langue spirituelle, comme dans les prières additionnelles du manuscrit d’Ottawa dont les vers sont alternativement en latin et en italien, ou ceux d’une prière pénitentielle à Marie-Madeleine alternant le français et le latin (UQAM, ms. 3).

16Le bilinguisme se retrouve ailleurs. Qu’ils soient produits en Angleterre, en France ou en Italie, les livres d’heures présentent généralement les prières ordinaires en latin, mais les rubriques, les saints du calendrier ou certaines prières spécifiques sont fréquemment écrits en langue vernaculaire (Jésuites, ms. 1, in-12°; Jésuites, ms. 9, in-8° ; ms. Concordia ; ms. Musée des Beaux-Arts ; McGill, mss 97, 154, 155, 156, 158 ; Québec, ms. Musée de l’Amérique francophone ; UQAM, ms. 3). À l’inverse, les manuscrits produits en Flandre dont les prières ordinaires sont en flamand peuvent présenter des rubriques ou des incipit en latin (McGill, ms. 100). Ces usages sont bien connus, mais ils ne sont ni quantifiés, ni expliqués. En quoi l’invocation du saint en français serait-elle plus efficace que son invocation en latin ? Pourquoi la prière flamande devrait-elle être introduite par quelques mots en latin ?

  • 14 Voir les travaux cités supra dans les notes 7, 8 et 9, auxquels il convient notamment d’ajouter A(...)

17Si les pièces originales attirent légitimement l’attention des chercheurs, il ne faudrait pas pour autant délaisser les prières « classiques » qui constituent le corps des livres d’heures. Les historiens de la liturgie ont établi des répertoires qui permettent d’identifier leur origine (scripturaire ou patristique) et les usages des livres d’heures à partir de l’incipit des principaux offices14. Chacun s’accorde à reconnaître le peu d’originalité des prières retenues dans les livres d’heures, habituellement considérés comme une version appauvrie du bréviaire monastique. Certes, mais cela ne dispense pas d’analyser leur contenu. Les moyens techniques sont désormais disponibles pour établir non seulement des répertoires d’incipit, mais des bases des données textuelles relationnelles contenant l’intégralité des textes des différents usages. Il serait ainsi possible d’examiner les variantes des différents manuscrits, mais plus encore de mener des analyses sémantiques sur le contenu des pièces afin d’en dégager la structure et mieux comprendre les valeurs véhiculées par la parole euchologique des laïcs à la fin du Moyen Âge.

18Une lecture continue d’un livre d’heures met d’emblée en évidence quelques points saillants : l’être humain est pris dans une tension entre un corps pêcheur et un esprit libérateur ; sa vie se caractérise par un cheminement pénitentiel pour lequel il a besoin de l’intercession de la Vierge et des saints ; le cheminement est conçu de manière métaphorique comme une ascension verticale, d’où l’imploration récurrente à la descente de l’esprit dans le corps des fidèles afin d’assurer la montée de ce dernier ; le cheminement ascensionnel est conçu comme un processus de réunion harmonieuse du corps et de l’esprit, qui ont été désunis par le péché ; l’incarnation de l’Esprit dans le corps de la Vierge est le premier moment de basculement dans l’Histoire générale du salut (dont le salut personnel n’est pas dissociable), d’où l’insistance sur la méditation sur la descente de l’Esprit saint et sa fécondation du corps humain ; la Passion du Christ est considérée comme le second moment de basculement dans l’Histoire générale du salut par sa propension à racheter les corps déchus et à permettre la réunification corps/esprit, et c’est par la componction, soit la méditation sur les souffrances du Christ et la compassion avec lui, que l’on peut s’agréger au processus qu’il a initié. La plupart de ces thèmes sont classiques et pourraient être retrouvés dans bien d’autres « textes » liturgiques ou exégétiques, mais c’est moins dans leur originalité que dans leurs proportions et relations les uns avec les autres qu’ils pourraient nous permettre de mieux saisir la dévotion laïque de la fin du Moyen Âge. Quelle est, par exemple, la part du thème componctionnel (le plus tardomédiéval de tous), dans les prières des livres d’heures ? Dans quelle prière se trouve-t-il majoritairement ? Dans quels usages, quels lieux de production et à quelle époque ces thèmes sont-ils dominants ? Quelle place occupent-ils dans la structure du manuscrit (analyse codicologique contextuelle) ?

  • 15 Je n’entre pas ici dans la distinction entre récitation, incantation, psalmodie et chant, ni sur le (...)

19Pour répondre à de telles questions, il convient d’envisager les pièces écrites en relation avec les ornements du codex. Le livre d’heures est en effet un objet complexe constitué d’ensembles de mots formant des pièces à réciter15 et d’éléments visuels allant des ornements non narratifs aux scènes historiées. L’ornement est généralement délaissé dans les notices de catalogues ou les études monographiques, quelle que soit la nature du manuscrit, mais peut-être plus encore pour les livres d’heures dont les enluminures apparaissent bien souvent comme le seul aspect digne d’intérêt. Nous aimerions plaider à l’inverse pour une analyse systémique du décor et du texte.

  • 16 U. Ernst, « Farbe und Schrift im Mittelalter. Unter Berüscksichtigung antiker Grundlagen und neuzei (...)
  • 17 K. Rudy, « Dirty Books: Quantifying Patterns of Use in Medieval Manuscripts Using a Densitometer », (...)

20Dès l’apparition à la fin du viie siècle d’une articulation de la lettre et de l’ornement dans les manuscrits liturgiques, le décor revêtit un rôle structurant au sein du codex16. Par des jeux de rapports soignés entre la dimension, le caractère ou la couleur des lettres, par la répartition du décor en fonction des césures textuelles ou codicologiques du manuscrit et par la répétition ou l’unicité de certains motifs, le décor permit d’ordonner le contenu du codex tout en intégrant ses différentes composantes en un tout indissociable, véritablement intelligible dans les relations que chaque partie entretenait avec les autres. En l’absence de foliotation et, a fortiori, de table des matières ou d’index, c’est le système ornemental qui hiérarchise les pièces et fournit des repères au lecteur. D’où l’attention qu’il convient de porter à l’ensemble des initiales ornées, dont les hauteurs respectives répondent à un canevas organisationnel. Le schéma le plus classique est composé de quatre niveaux : grandes initiales (plus de 3 lignes) au début des sections du livre considérées comme importantes, initiales de deux ou trois lignes au début des pièces, initiales d’une ligne au début des versets, lettres rehaussées après les pauses de lectures au sein des pièces. Les fonds et la composition interne des lettrines jouent sur des alternances chromatiques, principalement rouge-bleu-or, que l’on repère dans la plupart des manuscrits de la fin du Moyen Âge. Les ornements filigranés, géométriques ou végétalisés qui peuplent les panses sont généralement de même facture au sein des lettrines de même type. Les retours à la ligne sont fréquents pour qu’une pièce ou un verset commence au début d’une nouvelle ligne et dans ce cas un bout de ligne orné termine la ligne incomplète. Le relevé systématique de ces systèmes ornementaux permettrait sans doute d’affiner l’attribution des manuscrits dès lors qu’un même atelier de production utilise le même système (ce qui resterait à prouver). L’observation attentive montre aussi que le système ornemental ne se résume pas à séparer les pièces ou les sections les unes des autres. Il hiérarchise et distingue en attribuant à des pièces que l’on pourrait croire secondaires les mêmes ornements que celui des débuts d’office ; ainsi dans le manuscrit UQAM 3, les prières Obsecro te, O intemerata, Quinze joies de la Vierge et Sept requêtes à notre Seigneur sont-elles introduites par une lettrine végétalisée sur fond d’or identique à celle qui introduit l’office de la Vierge. Seul, encore une fois, un relevé à très large échelle de telles distorsions permettrait de mesurer l’importance relative accordée aux pièces les unes par rapport aux autres, en associant ces observations à la fréquence de chacune des pièces en fonction des lieux de production, des usages, de leur place dans le codex (l’ordre est très variable) et des traces d’usure observées sur le manuscrit. À l’aide d’outils adéquats, la recherche sur ce dernier point peut renouveler en profondeur les connaissances de l’usage des manuscrits17. Ainsi pourrait-on savoir si les heures de l’office de la Vierge, partie nodale du livre d’heures, étaient véritablement lues, ou plus globalement si les livres étaient régulièrement consultés.

21La réflexion sur l’utilisation des livres d’heures nous conduit aux enluminures. Il est possible que les images narratives, généralement exécutées avec le plus grand soin, ait constitué l’un des attraits principaux de ces manuscrits dès l’époque de leur confection. Placées en introduction des sections principales (péricopes, heures de la Vierge, heures de la Croix, heures du Saint-Esprit, office des morts, psaumes pénitentiels), elles permettent de se retrouver aisément dans le codex, tout en constituant, au-delà de ce rôle pragmatique, des portes visuelles pour le cheminement spirituel accompli par la vocalisation des pièces. Trois des livres d’heures conservés dans les collections québécoises contiennent des annotations insistant sur le rôle bienfaiteur de l’observation des images (Joliette ; McGill, mss 97 et 98). Les images pouvaient être l’objet d’une longue contemplation par laquelle les mystères et les bienfaits de l’Incarnation ou de la Passion étaient médités, alors même que la qualité des peintures annonçait la richesse des commanditaires et les situait parmi le groupe des élus capables de voir personnellement l’image de la Vierge, du Christ, du saint ou des plaies du Crucifié.

22Chaque section du manuscrit est susceptible d’accueillir au moins une image. Les thèmes peuvent sembler très déterminés par la tradition, mais les variantes sont nombreuses, tant dans la composition, le nombre que le sujet. Les évangélistes écrivant ponctuent généralement les péricopes, mais leur présentation peut être rassemblée en une seule image, répartie au début de chaque péricope ou réduite à un seul évangéliste (dont l’identité est variable) pour les quatre. En vertu de l’exégèse associant chaque heure canoniale à une étape de la vie de la Vierge ou du Christ, les heures de l’office marial sont introduites par une image relative à la Vierge (Annonciation pour matines, Visitation pour laudes, Nativité pour prime, Annonce aux bergers pour tierce, Adoration des mages pour sexte, Présentation au Temple pour none, Fuite en Égypte pour vêpres, Couronnement pour complies), ou à la Passion du Christ (Transfiguration pour matines, Arrestation pour laudes, Présentation devant Caïphe pour prime, Flagellation pour tierce, Montée au Calvaire pour sexte, Crucifixion pour none, Descente de Croix pour vêpres, Mise au tombeau pour complies). La réduction des huit offices à sept (suppression des matines) fait parfois glisser l’Annonciation vers l’office de laudes, lorsque le cycle de la Vierge est privilégié dans l’enluminure ; on conserve ainsi cette image essentielle qui présente l’incarnation de l’Esprit dans le corps. Les psaumes pénitentiels sont introduits par une image relative à David, généralement sa prière au désert pour implorer la clémence divine, mais on peut choisir une image plus pénitentielle, comme celle de Bethsabée au bain ou du Jugement dernier. L’office de la Croix, lorsqu’il est présent, est introduit par une Crucifixion ; celui du Saint-Esprit l’est généralement par la descente de l’Esprit sur les apôtres et la Vierge. L’office des morts est annoncé par une scène de funérailles, située tantôt au moment de la célébration dans l’église, tantôt au moment de l’enterrement dans le cimetière. D’autres images peuvent ponctuer les prières additionnelles adressées à des saints spécifiques, alors représentés avec leurs attributs habituels sous des formats allant de la vignette à la pleine page ; ou encore les prières adressées au Christ, méditations componctionnelles sur sa Passion dont le texte est accompagné d’images des cinq plaies, de l’imago pietatis, de la Crucifixion ou des instruments de la Passion (McGill, mss 97 et 98). La liste n’est pas exhaustive, sachant que chaque pièce additionnelle peut être accompagnée d’une ou plusieurs images.

  • 18 S. Lepape, Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l’iconographie de l’Arbre de Jessé en (...)
  • 19 C. Bozzolo et E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge : trois essais de codico (...)

23Ces variantes sont bien connues, mais on ne les a pas encore mesurées ni comprises les unes par rapport aux autres ou en relation avec les lieux, dates de production, usages du manuscrit. En outre, quelle que soit la récurrence du thème illustré, les variantes internes sont très grandes. Les enluminures attribuées à un même atelier ne sont jamais identiques. L’ajout d’un personnage ou d’un objet, le changement des postures ou des rapports entre les figures sont autant de caractères signifiants qui peuvent dépendre du choix du commanditaire (lorsqu’on les représente au sein de l’image, par exemple), mais sans doute bien plus souvent de la pensée figurative du peintre. Celle-ci ne saurait être réduite à une liberté créatrice irréductible à toute recherche de sens. Elle repose sur des structures de représentation non-conscientes et non directement perceptibles, que l’analyse factorielle des correspondances peut mettre au jour, comme l’ont montré quelques recherches récentes18. D’autre part, les travaux de codicologie quantitative ont montré tout le profit intellectuel que l’on pouvait retirer de la mesure systématique de l’ensemble des caractères de vastes corpus de manuscrits19. Sur tous ces plans, les livres d’heures constituent un immense gisement qui attend ses historiens.

24Objet composé d’un entrelacement de textes, d’ornements et d’images, le livre d’heures mérite d’être considéré comme un édifice construit et articulé, dont les différentes composantes sont indissociables. On ne les comprendra pleinement que par les relations qu’elles entretiennent les unes avec les autres au sein du codex et par les constantes, variantes et discordances qui les relient aux autres manuscrits. Sur le plan textuel, le livre d’heures est un tissage complexe de fragments issus de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Autorités de l’Église et des usages liturgiques. Il est ainsi une construction discursive sur le temps eschatologique, appelée à être vocalisée de manière répétée tout au long du cycle annuel. L’homme ou la femme qui effectue cette vocalisation édifie son corps selon le modèle idéal de ceux à qui il adresse ses louanges, le Christ, la Vierge, les saints. Le livre qui est le médium de son cheminement est une œuvre non linéaire, sans réel début ni fin, sans pagination, dont les éléments disjoints sont réunis par des ornements récurrents, par des pauses visuelles, dont le sens, non immédiatement perceptible, se découvre par les va-et-vient quotidiens, par les lectures, les regards et les visions. C’est tout cet ensemble relationnel qu’il conviendrait de mettre au jour pour comprendre ces milliers de livres d’heures ordinaires, trop souvent oubliés au profit de quelques chefs d’œuvre inadéquatement soustraits de leur contexte.

Liste des livres d’heures manuscrits antérieurs à 1500 conservés dans les collections publiques du Québec

25Cette liste, sous réserve d’exhaustivité, ne comprend pas les manuscrits conservés dans des collections privées, car ils sont, par définition, exclus de la recherche scientifique tant qu’ils n’ont pas été versés dans des collections publiques.

26Elle n’intègre pas non plus les folios enluminés qui ont été découpés des manuscrits et qui sont conservés dans plusieurs collections publiques. Ces pièces détachées n’ont de sens que dans le codex pour lequel elles ont été produites, dans une relation dialectique avec les textes et avec les pratiques de vocalisation, de regard et de méditation dont les livres étaient l’objet.

27Les notices suivantes ne sont pas définitives. Leur objectif est de publier une description minimale des livres d’heures conservés dans les collections publiques du Québec en rassemblant ce qui a déjà été publié sur ces manuscrits. Ceux de McGill ont été décrits avec précision par Dyonisios Hatzopoulos (notices manuscrites inédites) ; le manuscrit du Musée de Joliette, celui de l’Université Concordia et les deux de l’Université du Québec à Montréal ont été présentés dans le cadre des recherches dirigées par Brenda Dunn-Lardeau. Il nous a néanmoins paru utile de fournir cette liste, qui retient les mêmes critères descriptifs pour l’ensemble des manuscrits et accorde une place à l’ornement non historié, qui avait généralement été négligé.

  • 20 À l’instar de ce qui est présenté dans le volume de P. Andrist, P. Canart, M. Maniaci, La syntaxe d (...)

28Bien des points devront être approfondis voire corrigés. Il manque notamment une description codicologique précise de chaque manuscrit, en fonction de laquelle l’ensemble de la structure textuelle et ornementale du codex prend véritablement sens20. Les prières rares n’ont pas toutes été identifiées. Il conviendra également d’étudier en détail les reliures, qui ont été négligées ici. La datation des manuscrits est un autre point épineux. Nous avons repris les datations proposées par les travaux antérieurs et nous proposons une fourchette pour les manuscrits non étudiés jusqu’alors. Ces dernières doivent être considérées comme des hypothèses qu’il conviendrait d’éprouver en fonction des caractères internes et externes des manuscrits. L’identification du lieu de production et du décor des manuscrits, voire des enlumineurs, reprennent, le cas échéant, les propositions des chercheurs antérieurs. Aucune proposition n’a été formulée pour les manuscrits non étudiés à ce jour.

29Les manuscrits sont présentés en fonction de l’ordre alphabétique du lieu de conservation.

Joliette, Musée d’art de Joliette

301 manuscrit

Livre d’heures à l’usage de Rouen. Rouen, 2e moitié du xve siècle (après 1468)

31Inv. 1988.024.6

Présentation matérielle

32Parchemin, 125 x 185 mm.

33132 fol. non numérotés.

34Cadre de justification : 65 x 90 mm. Écriture sur une colonne, à 15 lignes. Encre brune, rouge et bleue dans le calendrier. Encre brune et rubriques en rouge dans le reste du manuscrit.

35Latin. Quelques éléments en français : mois du calendrier, rubriques, prières des Quinze joies de la Vierge et des Sept requêtes à Notre Seigneur.

Contenu

36Fol. 1-12v : Calendrier. Les fêtes des saints principaux sont en bleu, les autres en rouge. Tous les saints locaux vénérés à Rouen sont présents dans le calendrier : saint Sever (1er février), saint Aubert (9 février), sainte Austreberte (10 février), saint Godard (8 juin), saint Ursin (12 juin), saint Martial (3 juillet), saint Ouen (31 août, à la date de son octave), saint Nigaise (11 octobre), saint Mellon (22 octobre), saint Romain (23 octobre).

37Fol. 13-18v : Péricopes.

38Fol. 18v-26v : Prières à la Vierge, O Intemerata et Obsecro te.

39Fol. 27-71v : Heures de la Vierge, de matines à complies.

40Fol. 64, ajout en latin dans une écriture cursive de la fin du xviie siècle, dans l’espace vierge à la fin de l’office de none, d’une note relative aux images du livre d’heures, à l’ancienneté de sa situation dans la maison du possesseur et à la nécessité de le lire avec attention. Egregiae salutasio angelica depicta est in isto libro ubi angelicus annunciat verba Mariae ut esset mater dei. Et reperio in isto libro multa ad notandum, primo in stillo antiquo sunt facta, secundo multae picturae virginis Mariae sunt factae, tertio rex Salomon depictus est, et verba post nativitatem domini sunt expresa et satis sunt dificilia ad legendum et a longo tempore sunt in ista domo quia semper servavimus antiquitatem, quia res antiquas sunt pulchiores novas ut animma(ve)rtimus sepius in legendis libris et audiendis rebus ab hominibus dictis, nam homines probi solent animmadvertere ista omnia.

41Fol. 72-72v : initialement vierge.

42Fol. 72 : Ajout dans la marge de gouttière d’une note en latin gallicisé, de la même écriture que celle du fol. 64, soulignant l’ancienneté du livre d’heures et la présence d’une image du roi Salomon (i.e. David). Istae haure sunt antique et multa sunt quae ad antiquitatem resensiunt. Et rex Salomon egregie depictus est folio isturam, et advenit aliquid accidenter legendo deus cedit ne res que in (cogitatu ?) In adventu adveniant (...). Au milieu de la page, dans une écriture sans doute de la même main, mais d’un caractère nettement plus gros : Iste ore. Iste ore fuerunt ollim a Reverendae domini Doriani, allio nomine de Labertori (...) que illi remanserunt (sequitur cresarie ?) sue.

43Fol. 73-85 : Psaumes pénitentiels.

44Fol. 85-89 : Litanie des saints.

45Fol. 90-92v : Heures de la Croix.

46Fol. 93-95 : Heures du Saint-Esprit.

47Fol. 95-100 : Quinze joies de la Vierge.

48Fol. 100-103 : Sept requêtes à notre Seigneur.

49Fol. 105-132v : Office des morts.

Ornement

50L’ornementation est de même facture dans le calendrier et le corps du livre d’heures.

517 enluminures occupant 11 lignes dans le cadre de justification et dépassant sous une arcade surbaissée dans la marge de tête, cernées de bordures végétalisées peuplées de chimères dans les trois autres marges. Les enluminures sont placées en ouverture des grandes sections.

52Péricopes : saint Luc écrivant, fol. 13.

53Heures de la Vierge, de laudes à complies : Annonciation (laudes, fol. 27), Nativité ou Adoration de l’Enfant (prime, fol. 51), Fuite en Égypte (vêpres, fol. 65). Les enluminures qui introduisaient les quatre autres offices de la Vierge (tierce, sexte, none et complies) ont été découpées.

54Psaumes pénitentiels : David en prières, fol. 73.

55Heures de la croix : Crucifixion avec la Vierge et saint Jean, fol. 90.

56Office des morts : absolution du défunt dans une église en présence de deux religieuses et de deux prêtres, fol. 105.

57Bordures végétalisées dans la marge de gouttière en début des petites sections.

58Initiales peintes de 3 ou 4 lignes de haut sur fond d’or à la panse végétalisée et filigranée au début des sections principales, en liaison avec les enluminures. Initiales peintes, dorées et filigranées de 2 lignes au début des psaumes, hymnes, lectiones, capitula, orationes et extraits de livres bibliques. Initiales d’une ligne de haut ornées de la même façon au début des prières communes à chaque office (Ave Maria, Alleluia, Sicut erat in principio, etc.), des versets psalmiques, des hymnes ou répons qui marquent le début d’une suite de pièces euchologiques, des saints de la litanie. Bouts de lignes ornés.

Bibliographie

59Allen-Demers, Maria et Risler, Alexis. « Le livre d’Heures à l’usage de Rouen conservé au Musée d’art de Joliette », dans le présent volume.

60Dunn-Lardeau, Brenda. « Livre d’heures à l’usage de Rouen », dans Le Musée d’art de Joliette. Catalogue des collections, sous la direction de Gaëtane Verna, Joliette, Musée d’art de Joliette, 2012, p. 216-217 (Cat. 62).

Exposition

61Un artiste choisit. Fenêtre sur le paysage dans nos collections, Joliette, Musée d’art de Joliette, du 31 janvier au 18 avril 1999. Pas de catalogue.

Montréal, Archives des Jésuites au Canada

622 manuscrits

Livres d’heures à l’usage de Cambrai. Nord de la France, dernières années du xve siècle

63Ms. 001, in-12°

Présentation matérielle

64Vélin, 102/105 x 146/149 mm.

65162 folios non numérotés mis à part les huit premiers des heures de la Vierge, paginés de 1 à 17.

66Les deux premiers folios ont été ajoutés à l’occasion de la reliure. Ils sont rattachés au cahier suivant par un onglet.

67Cadre de justification : 58 x 78 mm. Écriture sur une colonne, 18 lignes. Encre brune et fêtes principales en rouge dans le calendrier. Encre noire et rubriques rouges dans le reste du manuscrit, excepté au début des Heures de la Vierge où la rubrique, indiquant l’usage, est en bleu, et dans l’office des morts (fol. 133) où la rubrique indiquant le début de matines est en bleu. Caractère de l’écriture sensiblement plus petit dans les pièces itératives (répons, antiennes, versets) que pour toutes les autres pièces.

68Matériel euchologique en latin. Rubriques majoritairement en latin, parfois en flamand. Prescriptions en flamand sur la manière de réciter certaines prières et sur les indulgences qui en découlent (fol. 16, 22v, 26, 29, 70v, 71, 75, 92, 102, 106v, 115). Ajouts en flamand. Annotations en français.

Marques d’appartenance contemporaines de la composition du manuscrit

69Fol. 15v-16 : Blasons des commanditaires placés dans les marges de queue de la double page introductive des heures de la croix. Fol. 15v : d’azur au lion d’or, armé, lampassé et couronné de gueules, fleurdelisé. Fol. 16 : de gueules au chevron d’argent.

70Fol. 121 : dans la marge de queue, une banderole portant une inscription (devise ?) en flamand, non identifiée.

Contenu

71Fol. 1-2 : vierges avec marques d’estampages. Essais de plume au fol. 2v : 527 ; P.

72Fol. 3-14v : Calendrier.

73Fol. 15 : vierge.

  • 21 Je remercie Didier Martens et Frédéric Leroy pour leur aide dans la transcription de cette rubrique

74Fol. 15v-22v : Heures de la Croix. La rubrique introductive mentionne l’indulgence d’un an accordée par le pape Jean XXII à celui qui tiendra ces heures avec dévotion en mémoire de la Passion du Seigneur aussi souvent qu’il les lira : Die deese ghetijden houdt met devotien ende in ghedinckenessen des passien ons Heeren, hij verdient een jaer perdoens van den XXIIsten paus Janne alsoe dickent als hij se leest21.

75Fol. 22v-23v : Prière sur la sainte Croix. O crux gloriosa, o crux admiranda, o lignum preciosum, o admirabile signum.

76Fol. 24 : vierge.

77Fol. 24v-26 : Prière contre la peste. Recordare domine testamenti tui, et dic angelo percutienti cesset iam manus tua.

78Fol. 26-27v : Oraison de Bède le Vénérable De septem verbis Christi, avec mention de 30 jours d’indulgences pour qui la lira chaque jour.

79Fol. 28-28v : vierge.

80Fol. 29-29v : Prière sur le corps du Christ, Ave verum corpus natum de Maria Virgine, avec mention de 7 années d’indulgences pour toute personne qui la prononcera lors de la messe au moment de l’élévation selon le décret du pape Innocent.

81Fol. 30 : vierge.

82Fol. 30v-74 : Heures de la Vierge selon l’usage de Cambrai. Matines (fol. 31), laudes (45v), prime (52v), tierce (56v), sexte (fol. 59), none (fol. 62), vêpres (fol. 65), complies (fol. 71).

83Fol. 74-75 : Prières additionnelles à la Vierge. Salve Regina (fol. 74-74v), Regina celi letare (fol. 75).

84Fol. 75v-76 : vierges.

85Fol. 76v-91v : Psaumes pénitentiels (fol. 76v-85v) suivis de la litanie des saints (fol. 85v-91v).

86Fol. 92-95v : Prières à réciter lors de la messe selon les prescriptions du pape Sixte IV. Omnipotens misericors Deus. Ecce accedo ad sacramentum unigeniti filii tui domini nostri Ihesu Christi ; Domine sancte pater omnipotens eterne deus, da michi hoc sacrocanctum corpus filii tui domini ; psaume 67 (Deus misereatur nostri et benedicat nobis) ; oraison de Thomas d’Aquin pour la fin de la messe (Gratias tibi ago, Domine, sancte Pater, omnipotens eterne Deus, qui me indignum peccatorem) ; Oratio ad Deum non identifiée (Communio sacrosancti corporis tui domine, rex angelorum, me expurget a crimine et intercedente beata et gloriosa dei genitirice Maria semper virgine cum omnibus sanctis et electis dei, celestis regni me faciat esse consortem. Amen). Et deux prières de Thomas d’Aquin à réciter après la consécration : O sacrum convivium in quo Christus sumitur et Deus qui nobis sacramento mirabili passionis tue memoria reliquisti (oraison finale du Tantum ergo).

87Fol. 96 : vierge.

88Fol. 96v-99v : Suffrage de saint Erasme.

89Fol. 100-102 : Prière à la Vierge. Ave mundi spes Maria, ave mitis, ave pia, ave plena gratia afflictis desolatia.

90Fol. 102-102v : Prière composée pour les défunts accompagnée d’indulgences pour celui qui la lira. Avete omnes fideles quarum corpora hic et ubique requiescunt in pulvere.

91Fol. 103 : vierge.

92Fol. 103v-107v : Heures du Saint-Esprit.

93Fol. 108-108v : Versets de saint Bernard : Illumina oculos meos ; In manus tuas domine ; Locutus sum in lingua mea ; Et numerum dierum meorum ; Dirumpisti vincula ; Periit fuga a me ; Clamavi ad te domine ; Fac mecum signum. Suivis de l’oraison Omnipotens sempiterne deus qui Ezechie regi Iude cum lacrimis.

94Fol. 109 : vierge.

95Foil. 109v-111 : Prière pour saint Georges. Salve martyr gloriose, ave miles preciose, Christi flos milicie.

96Fol. 111v-112 : vierges.

97Fol. 112v-113v : Prière pour sainte Anne. Gaude felix Anna que peperisti prolem.

98Fol. 114 : vierge.

99Fol. 114v-119 : Obsecro te suivie de la prière O generosa et laudabilis virgo Maria.

100Fol. 119-119v : Prière du pape Grégoire sur la Passion (Domine Ihesum Christem, adore te in Cruce pendentem) précédée de la mention des indulgences accordées par les papes Grégoire, Nicolas V et Clément IV pour ceux qui liront cette prière.

101Fol. 120: vierge.

102Fol. 120v-122v : Stabat mater, précédé de la mention de 30 jours d’indulgences pour ceux qui liront la prière, conformément au décret du pape Benoît XII.

103Fol. 123 : vierge.

104Fol. 123v-126v : O intemerata.

105Fol. 127-129 : vierges.

106Fol. 129v-159 : Office des morts.

107Fol. 159v-162v : vierges.

108Prière en flamand à sainte Barbe ajoutée sur le fol. 161 dans une écriture cursive du xvie siècle.

Ajouts et marques d’appartenance postérieures à la composition du manuscrit

109Fol. 3 : 1aP dans la marge de tête. PB, en lettres majuscules inscrites dans un dessin géométrique en forme de coupe, dans la marge de gouttière, en regard des entrées du calendrier du 10 au 14 janvier. S et PB dans la marge de gouttière

110Fol. 127, dans une écriture du xviie siècle : Bouthillier. Fabula.

Ornement

Calendrier

111Monogramme KL en majuscules d’or sur fon peint rouge et bleu, de deux lignes de haut. Ornement des lettres dominicales A, peintes en bleu et sensiblement surdimensionnées par rapport aux autres lettres dominicales (elles n’ont pas été tracées sur tous les folios).

112Fol. 3 : amorce malhabile d’une bordure végétalisée dans la marge de queue.

Heures

11312 double-pages ornées en ouverture des sections principales : sur la page de gauche, une enluminure inscrite dans l’ensemble du cadre de justification et dépassant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée ; sur la page de droite, une lettrine peinte, ornée ou historiée, de 6, 7 ou 8 lignes de haut, se détachant sur un fond rectangulaire doré, en incipit de l’office. La double page est encadrée, dans les quatre marges, par une bordure peinte sur fond polychrome, à décor végétalisé et parfois peuplé d’oiseaux, d’insectes ou de chimères.

114Fol. 15v-16, en introduction de l’office de la croix. Sur la page de gauche, enluminure de la crucifixion avec la Vierge et saint Jean. Dans la marge de queue, blasons des commanditaires (voir supra). Lettrine de la page de droite à la panse végétalisée peuplée d’un oiseau, en grisaille.

115Fol. 24v-25, en regard de la prière contre la peste : saint Antoine en prière devant un livre ouvert, un porc à ses pieds, assis à l’extérieur devant une chapelle, une ville portuaire et des navires se dégageant dans le fond. Lettrine peinte en bleu sur fond d’or dont la panse pourpre est ornée d’un oiseau dans les végétaux, dessinés en or.

116Fol. 30v-31, en introduction des heures de la Vierge : mariage de la Vierge dans l’enluminure et Annonciation dans la lettrine ouvrant l’office de matines.

117Fol. 76v-77, en introduction des psaumes pénitentiels : Jugement dernier dans l’enluminure et David en prières dans la lettrine.

118Fol. 96v-97, en regard du suffrage pour saint Erasme: martyre de saint Erasme. Pas de lettrine historiée, mais une initiale ornée de 4 lignes.

119Fol. 103v-104, en introduction des heures du Saint Esprit : Trône de Grâce dans l’enluminure et sainte Face dans la lettrine.

120Fol. 109v-110, en regard de l’oraison pour saint Georges : saint Georges terrassant le dragon. Lettrine peinte et végétalisée de 7 lignes.

121Fol. 112v, en regard de l’oraison pour sainte Anne : sainte Anne en majesté portant la Vierge à l’Enfant. Lettrine peinte et végétalisée de 7 lignes.

122Fol. 114v, en regard de la prière Obsecro te : Immaculée conception. Lettrine peinte et végétalisée de 8 lignes.

123Fol. 120v, en regard de la prière Stabat mater : Vierge de douleur. Lettrine peinte et végétalisée de 6 lignes.

124Fol. 123v, en regard de la prière O intemerata : Visitation. Lettrine peinte et végétalisée de 6 lignes.

125Fol. 129v, en introduction de l’office des morts : Résurrection de Lazare par le Christ en présence de Marthe, Marie, saint Pierre et un témoin. Le visage de Lazare porte des traces d’effacement. Lettrine peinte et végétalisée de 6 lignes.

126Sections secondaires introduites par une bordure végétalisée peuplée d’oiseaux dans les quatre marges, accompagnée d’une initiale dorée, peinte et ornée, de 6 lignes de haut : oraison de Bède le Vénérable (fol. 26), prière Ave verum corpus natum de Maria virgine (fol. 29), Salve Regina (fol. 74), prière Ave mundi spes Maria (fol. 100), versets de saint Bernard (fol. 108), prière du pape Grégoire sur la Passion (lettrine historiée contentant les instruments de la Passion, fol. 119).

127Bordures végétalisées peuplées d’oiseaux dans les trois marges extérieures (tête, gouttière, queue) voire dans les quatre marges, au début de laudes (fol. 45v), prime (fol. 52v), tierce (fol. 56v), none (fol. 62), vêpres (fol. 65) et complies (fol. 71) de l’office de la Vierge.

128Initiales dorées à la panse peinte et filigranée, sur fond bleu ou bleu/rouge, de 3 ou 4 lignes de haut, au début des sections des heures de la croix et de la Vierge. Initiales dorées à la panse peinte et filigranée, sur fond bleu, rouge ou bleu/rouge, de deux lignes de haut, au début des oraisons, hymnes, versets. Initiales d’une ligne de haut au début des pièces itératives (Gloria patri, Sicut erat, Kyrie, etc.), alternativement dorées à filigranes noirs et bleues à filigranes rouges. Lettres rehaussées au début des versets. Lettres dont la haste ou la hampe est ornée dans les premières ou dernières lignes de certains folios. Pieds de mouche bleus avant quelques rubriques.

Livre d’heures à l’usage de Mons (?), dit Heures de Philippe de Montholon. Hainaut ou nord de la France, fin du xve siècle

129Ms. 009, in-8°

Présentation matérielle

130Vélin, 143 x 204 mm. 122 fol. non numérotés.

131Cadre de justification : 75 x 112 mm.

132Écriture sur une colonne, 18 lignes. Encre brune dans le calendrier, fêtes principales en rouge. Encre noire et rubriques rouges dans le reste du manuscrit.

133Matériel euchologique en latin. Calendrier et plusieurs rubriques en français.

134Le quaternion portant les péricopes évangéliques (fol. 9-12) est d’une facture différente du reste du manuscrit et semble avoir été produit un peu plus récemment.

Contenu

135Fol. 1-2 : initialement vierges. Au revers du fol. 1v, collé sur le plat de reliure supérieur : B.-M. Conant 1776. Fol. 2 : tampon du Collège des Jésuites de Montréal.

136Fol. 3-8v : Calendrier contenant plusieurs saints vénérés en Picardie et en Flandre : sainte Aldegonde (30 janvier), sainte Waudru (3 février), saint Bavon (23 février), saint Quentin (2 mai), saint Vincent (14 juillet, en rouge) et saint Ghislain (9 octobre, en rouge).

137Fol. 9-12v : Péricopes.

138Fol. 13-52v : Heures de la Vierge.

139Fol. 53-58v : Heures de la Croix.

140Fol. 59-63 : Heures du Saint-Esprit.

141Fol. 63-66v : Suffrage des saints contenant La Trinité, saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Christophe, sainte Catherine, sainte Barbe et sainte Marie Madeleine.

142Fol. 67-81v : Psaumes pénitentiels (65-74v) suivis de la litanie des saints (74v-79v).

143Fol. 81v-82v : Huit versets de saint Bernard.

144Fol. 82v : Salve Regina.

145Fol. 83-117v : Office des morts.

146Fol. 117-119v : Obsecro te.

147Fol. 120 : ajout dans une écriture cursive du xvie siècle de courtes notices biographiques sur les membres de la famille de Maître Philippe de Montholon, conseiller du roi et député lieutenant général au bailliage de Chalon-sur-Saône, possesseur du manuscrit. La généalogie est tenue de 1522 à 1563.

148Fol. 121-122 : vierges.

Ornement

Calendrier

149Bordures végétalisées dans les marges de gouttière. Monogramme KL en lettres d’or de deux lignes de haut, sur un cadre rectangulaire rouge et bleu.

Péricopes

150Dans la marge de queue, vignettes historiées représentant les évangélistes écrivant : saint Jean (fol. 9), saint Luc (fol. 10), saint Matthieu (fol. 11), saint Marc (fol. 12).

151Bordures à décor géométrique et végétalisé dans les marges de tête et de gouttière.

152Initiales d’or de deux lignes de haut au début de chaque péricope, ornées et peintes sur un cadre rectangulaire monochrome bleu ou rouge.

Heures, prières et suffrages

153Au début des grandes sections, 11 enluminures occupant 12 lignes sur 18 dans le cadre de justification et dépassant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. Les enluminures sont encadrées par une double baguette verticale bleue et dorée et par une bordure végétalisée dans les marges de petit fond, de queue et de gouttière. Le texte est introduit par une lettrine de 4 lignes de haut (5 lignes pour la première image, celle de l’Annonciation en ouverture des Heures de la Vierge), peinte en bleu ou rouge, filigranée, à la panse végétalisée et se détachant sur un fond d’or rectangulaire.

154Office de la Vierge : Annonciation (matines, fol. 13), Visitation (laudes, fol. 21v), Annonce aux bergers (tierce, fol. 33), Adoration des mages (sexte, fol. 36v), Présentation au Temple (none, fol. 39v), Fuite en Égypte (vêpres, fol. 42v), Massacre des Innocents (complies, fol. 48). Le folio 29, qui ouvrait l’heure de prime dans l’office de la Vierge et portait vraisemblablement au recto une image de la Nativité, a été découpé ; il n’en reste que le talon.

155Heures de la Croix : Crucifixion (fol. 53).

156Heures du Saint-Esprit : Pentecôte (fol. 59).

157Psaumes pénitentiels : David en prière (fol. 67).

158Office des morts : messe funéraire (fol. 83).

159Bordures végétalisées sur le même modèle que celles du calendrier dans les marges de gouttière de chaque feuillet.

160Initiales dorées sur un fond rectangulaire rouge et bleu, de 2 lignes de haut, au début des pièces et d’une ligne au début des versets. Bouts de lignes rouge et bleu dont les deux segments sont liés par un œillet doré. Lettres rehaussées de peinture jaune.

Bibliographie

161Frigault-Hamel, Patrice et Simard, Guillaume. « Les Heures de Philippe de Montholon, livre d’heures picard du xve siècle (Montréal, Archives des Jésuites, ms. 3) », dans le présent volume.

Montréal, Musée des Beaux-Arts

1621 manuscrit

Livre d’heures à l’usage de Paris. Nord de la France, Paris ou Rouen, fin du xve siècle

163Inv. 1943.1372

Présentation matérielle

164Parchemin. 131 x 171 mm.

165144 folios non numérotés (sauf quelques-uns qui portent une numérotation moderne au crayon). 2 folios manquants.

166Réglures à l’encre rouge. Cadre de justification 65 x 110 mm. Encre noire. Rubriques en rouge. Réclames.

167Écriture gothique quadrata sur une colonne, à 18 lignes dans le calendrier, 20 dans le reste du manuscrit. Caractères de taille légèrement plus petite pour les antiennes, répons et versets.

168Matériel euchologique en latin. Calendrier, quelques rubriques, prières des Quinze joies de la Vierge et des Sept requêtes à Notre Seigneur en français.

Contenu

169Fol. 1-4v : binion additionnel de parchemin, réglé à l’encre rouge à 21 lignes, portant sur le recto du premier folio une prière en écriture gothique (xve siècle ?) partiellement effacée : [S]alutem ex inimicis nostris et de manu omnium qui oderunt nos. / P[… a]d faciendam misericordiam cum patribus nostris et memorari testamenti s[… nos]. Également quelques annotations modernes au crayon.

170Fol. 5-16v : Calendrier. Encre brune, fêtes principales en rouge. Toutes les dates du calendrier correspondent à une fête de saint.

171Fol. 17r-20 : Péricopes de Jean, Luc, Matthieu et Marc.

172Fol. 20v-22v : Prière à la Vierge, Obsecro te.

173Fol. 22v-24 : Prière à la Vierge, O intemerata.

174Fol. 24v-26v : Symbole d’Athanase, intitulé Psalmus David.

175Fol. 27-77v : Heures de la Vierge, contenant matines (fol. 27-42v), laudes (fol. 43-50 ; le début manque, le fol. 43 commence avec la fin du psaume 92 : testimonia tua credibilia acta sunt), prime (fol. 51-55v), tierce (fol. 56-59v), sexte (fol. 60-63), none (fol. 64-67), vêpres (fol. 68-73), complies (fol. 74-77v).

176Fol. 78-91v : Psaumes pénitentiels (fol. 78-87) suivis de la litanie des saints (fol. 87-91v).

177Fol. 92-98 : Heures de la Croix.

178Fol. 98v-103v : Heures du Saint-Esprit.

179Fol. 104-136v : Office des morts. Le début manque. La rubrique de l’office est écrite en bas du fol. 107v. La page qui lui faisait face a été découpée, la réclame et l’onglet l’attestent.

180Fol. 137-140v : Prière des Quinze joies de la Vierge.

181Fol. 140v-143 : Prière des Sept requêtes à Notre-Seigneur.

182Fol. 144 : vierge.

Ornement

183Le décor est homogène dans l’ensemble du manuscrit.

Calendrier

184Monogramme KL en majuscules bleues filigranées sur fond d’or.

185Lettres dominicales A en majuscules d’une ligne de hauteur, peintes en or, filigranées, sur un fond bicolore rouge/bleu.

186Bordures végétalisées dans la marge de gouttière, dont la hauteur est celle du cadre de justification.

Heures et prières

187Dix enluminures occupant 15 ou 16 lignes dans le cadre de justification et débordant sous une arcade surbaissée dans la marge de tête introduisent les sections principales du manuscrit. Plusieurs lignes ou un folio complet ont été laissés vierges sur la page précédente pour que les enluminures se trouvent sur un recto (sauf pour les heures du Saint-Esprit). Le texte qui suit les enluminures est introduit par une lettrine peinte en bleu sur fond d’or, filigranée, à la panse ornée de fleurs ou historiée, dont la hauteur est de 3 (heures de la Croix), 4 (heures de la Vierge, psaumes pénitentiels) ou 5 lignes (heures du Saint-Esprit). Des bordures végétalisées se détachant sur un décor géométrique partiellement sur fond d’or ornent les marges de gouttière, de queue et de petit-fond. Les folios qui introduisaient les laudes des heures de la Vierge (fol. 43) et l’office des morts (fol. 104), et qui présentaient sans doute une enluminure, ont été découpés.

Heures de la Vierge :

188Fol. 27 (matines) : Annonciation et Visitation dans la lettrine.

189Fol. 51 (prime) : Nativité – adoration de l’Enfant.

190Fol. 56 (tierce) : Annonce aux bergers. L’image présente deux bergers accompagnés de deux femmes.

191Fol. 60 (sexte) : Adoration des mages.

192Fol. 64 (none) : Présentation au Temple. Une femme se tient en arrière-plan de la scène.

193Fol. 68 (vêpres) : Fuite en Égypte.

194Fol. 74 (complies) : Couronnement de la Vierge par un ange devant Dieu en pape.

195Psaumes pénitentiels : David en prières (fol. 78). David et Goliath dans la lettrine.

196Heures de la Croix : crucifixion avec la Vierge, saint Jean, les saintes femmes et les soldats (fol. 92).

197Heures du Saint-Esprit : Pentecôte avec 13 personnages masculins et la Vierge (fol. 98v).

198Les prières Obsecro te et O intemerata sont introduites par une bordure végétalisée peinte dans les marges de tête, de gouttière et de queue et une initiale peinte en bleu, filigranée, à la panse ornée de fleur et se détachant sur un fond d’or, de 4 lignes de haut. Le même système ornemental introduit les prières des Quinze joies de la Vierge et des Sept requêtes, mais les initiales occupent 5 lignes.

199Des bordures végétalisées dont la hauteur est celle du cadre de justification ornent les marges de gouttière de toutes les autres pages du manuscrit.

200Initiales peintes en bleu sur fond d’or, filigranées, de deux lignes de haut, au début des oraisons, lectiones, pièces secondaires. Initiales dorées sur fond alternativement rouge/bleu et à la panse peinte alternativement dans l’autre couleur, d’une ligne de haut, au début des versets psalmiques, saints de la litanie, etc.

201Bouts de ligne sous la forme de blocs rectangulaires bicolores bleu/rouge, filigranés de blanc et ponctués d’un œillet doré, ou sous la forme d’une petite fleur bicolore à quatre pétales.

Bibliographie

202Gougeon, Daniel. Dieu, les arts et la société. Cahier d’activités. 3e année du 2e cycle du secondaire. Montréal, Les éditions de L’École nouvelle, 2008, p. 13 : reproduction de l’image de la crucifixion au début de l’office de la croix.

203Leesti, Elizabeth. Les manuscrits français liturgiques du Moyen Âge / Liturgical Manuscripts of the Middle Ages, Montréal, Musée des Beaux-Arts de Montréal, 1987, p. 56 (Cat. n° 26) : reproduction de la double page avec le début des sept psaumes pénitentiels et l’enluminure de David en prière.

Exposition

204Art français du Moyen Âge, Québec, Musée du Québec et Montréal, Musée des Beaux-Arts, 18 octobre 1972 – 18 février 1973 (hors catalogue).

205Les manuscrits liturgiques du Moyen Âge / Liturgical Manuscripts of the Middle Ages, exposition itinérante préparée par le service de diffusion du Musée des Beaux-Arts de Montréal, Campbellton, La Baie, Guelph, Victoria, Vancouver, Saskatoon, Timmins, mars 1987–février 1988.

206Des années 1220 aux folles années 20 ! Chefs-d’œuvre de la collection de dessins des maîtres anciens à l'art moderne / From the 1220s to the Roaring ‘20s! Selections from the Museum’s Collection of European Master Drawings, Montréal, Musée des Beaux-Arts, 14 février au 13 mai 2012. Hors catalogue.

Montréal, Université Concordia, Bibliothèque Vanier, Collections spéciales

2071 manuscrit

Livre d’heures à l’usage de Paris. Nord de la France (Paris ?), 2emoitié du xve siècle (v. 1470-1480)

208BX2080 A2 1400zac

Présentation matérielle

209Parchemin, 120 x 170 mm. 224 folios non numérotés.

210Cadre de justification : 88 x 55 mm dans le calendrier, 84 x 54 mm dans le reste du manuscrit. Réglure à l’encre rouge.

211Écriture sur une colonne, à 17 lignes dans le calendrier, 14 lignes dans le reste du manuscrit. Encre noire, rubriques en rouge. Réclames.

212Latin (matériel euchologique) et français (calendrier, Quinze joies de la Vierge, Sept requêtes à notre Seigneur).

Contenu

213Fol. 1-12v : Calendrier. Toutes les dates correspondent à une fête de saint. Plusieurs saints, dont sainte Geneviève (3 janvier) et saint Chéron (28 mai) plaident pour un usage parisien, ou d’Île-de-France (saint Chéron est un saint du pays chartrain).

214Fol. 13-20 : Péricopes de Jean, Luc, Matthieu, Marc.

215Fol. 20v : vierge.

216Fol. 21-116 : Heures de la Vierge pour le commun de l’année, à l’usage de Paris, incluant matines (fol. 21-47), laudes (fol. 47v-64), prime (fol. 64v-70v), tierce (fol. 71-77), sexte (fol. 77v-83), none (fol. 83v-88v), vêpres (fol. 89-99v) et complies (fol. 100-107v) ; pièces supplémentaires à dire entre le samedi précédent l’Avent jusqu’aux vêpres de la vigile de Noël (fol. 107v-114) ; pièces supplémentaires pour la période comprise entre le lendemain de Noël et la Purification de la Vierge (fol. 114-115v) ; antienne supplémentaire (Regina celi, letare alleluia) pour de la période comprise entre l’octave de Pâques et l’Ascension (fol. 115v-116).

217Fol. 116v : vierge.

218Fol. 117-133 : Heures de la Croix.

219Fol. 133v : vierge.

220Fol. 134-196v : Office des morts.

221Fol. 197-201v : Oratio de beata Maria. Obsecro te.

222Fol. 201v-206 : Oratio devota ad Mariam. O intemerata.

223Fol. 206-213 : Les Quinze joies de la Vierge.

224Fol. 213v-216v : Les Sept requêtes à Notre Seigneur.

225Fol. 217-224v : Suffrages des saints, incluant saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Pierre et saint Paul, saint Laurent, saint Denis, saint Martin, saint Fiacre, saint Sébastien, les saintes reliques de la Passion, le saint lait de la très glorieuse Vierge Marie.

Ornement22

Calendrier

226Monogramme KL de 2 lignes de haut, lettres peintes en bleu rehaussées de filigranes blanc sur fond d’or. Fêtes des saints alternativement à l’encre rouge et bleu. Fêtes principales en or.

Heures et prières

227Les sections principales du manuscrit sont introduites par une enluminure occupant 11 lignes sur 14 dans le cadre de justification et dépassant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée, encadrée, dans les quatre marges, de bordures végétalisées à fond géométrique peuplées d’oiseaux et d’insectes. Le texte est introduit par une initiale peinte en semi grisaille de 3 lignes de haut, à la panse végétalisée et se détachant sur un fond polychrome :

228fol. 13 (péricopes) : saint Jean à Patmos faisant face à un monstre à sept têtes.

229fol. 21 (matines de l’office de la Vierge) : Annonciation.

230fol. 117 (heures de la Croix) : Crucifixion avec les deux larrons, saint Jean, la Vierge, une sainte femme, les soldats.

231fol. 134 (office des morts) : la Mort terrassant une femme dans un cimetière.

232Les sections secondaires sont introduites par une bordure végétalisée dans les marges de tête, de gouttière et de queue et une initiale peinte en semi grisaille de 3 lignes de haut, à la panse végétalisée et se détachant sur un fond polychrome : heures des offices de la Vierge (excepté matines), Obsecro te, O intemerata, Quinze joies de la Vierge, Sept requêtes à notre Seigneur.

233Les sections des pièces euchologiques sont introduites par une initiale peinte en bleu, de 2 lignes de haut, à la panse végétalisée se détachant sur un fond d’or.

234Les subdivisions et versets psalmiques sont introduits par une initiale peinte en or d’une ligne de haut, dont la panse est alternativement rouge ou bleue et se détachant sur un fond alternativement rouge ou bleu de manière inverse à l’alternance des panses.

235Lettres rehaussées de jaune au début des antiennes, répons, versets, hymnes.

236Bouts de lignes ornés : blocs bicolores rouge/bleu filigranés ponctués d’un œillet d’or ou petites fleurs au cœur d’or et aux pétales en filaments à l’encre noire.

Bibliographie

237Dunn-Lardeau, Brenda. « L’enlumineur du livre d’Heures des Collections spéciales Vanier de l’Université Concordia », Memini. Travaux et documents, 15, 2011, p. 73-94. Reproduction des enluminures des fol. 13 et 134.

Montréal, Université McGill, McLennan Library, Rare books and Special collections

  • 23 Les notices suivantes reprennent partiellement celles composées par Dyonisios Hatzopoulos qui figur (...)

2389 manuscrits23

Livre d’heures à l’usage de Sarum (Salisbury). Nord de la France, milieu du xve siècle

239McGill 97

Présentation matérielle

240Vélin, 140 x 195 mm.

241104 fol. (foliotation moderne au crayon). Incomplet (des manques dans la plupart des sections, au début ou à la fin). Réglure à l’encre rouge. Cadre de justification : 78 x 121 mm. Encre de couleur brun foncé. Écriture gothique du nord de la France à 33 lignes dans le calendrier, 22 lignes dans le reste du manuscrit.

242Latin.

Contenu

243Fol. 1-6 : cahier incomplet, actuellement ternion dont le premier folio formait jadis la couverture du manuscrit.

244Fol. 1-1v. Prière à la Vierge en français dans une écriture du xve siècle à l’encre brune, à 26 lignes. L’écriture du recto est fortement usée, signe que la page a constitué la couverture du manuscrit avant la reliure.

245Jhesu Christ fils de dieu le pere omnipotent, (… …) dieu des angels, fils de la glorieuse Vierge (Marie). En cest present jour n…is, moy a… … … que je suys. (…) vierge Marie mere de dieu dame precieuse et digne de toute laudeur, prie ton benoist et cher fils pour moy pecheur. Dame (…) vertu des angels et archanges et fleurs des pr…es et desir des prophetes, amour et croysance des apotres, glorieuse des esperans, ornemens de la verge reyne de toute la court celestielle de paradis, Dame prie ton benoist cher fils pour moy pecheur. Dame qui es parlement des anges et de toute la compaignie des archanges, ayde moy et me garde en ceste presente vie de tout mal (…) adversite et de (mort) subitayne et (s… … … … … … …yt) esprit et de tout mal pass.. … … … . Dame je te prie tant humblement come je (…) tu ne me desempares point en ceste (… …) quant mon ame se departira du corps. Doulce vierge Marie mere de dieu glorieuse, conforte moy en cest jour espo… … ..grement et que je soye digne davoir le royaulme …ble sans fin (1v)avecques luy. Est(o)ille de la mer, consolation de tout le monde, commayncement sens fin, ayes merci de moy pecheur. Dame saincte Marie, espose de ce Ihesu Christ, porte de salut, fleur sur toute nature, pomier de doulceur, pont des clemens, esper (…) creatures, fontayne de pitie et chief de virginite sur tous les anges, temple et palays ou est la verite de toutes les creatures sainctes et dignes, tu qui es bresche de doulceur et de repoux et de travail, en vous Dame se eliouyssant tous les anges et chantent tous les archanges. Dame misericordieuse plaise vous que (vos) hueillis misericordieux veulles virer envers moy pecheur, illumines moy de voustre saincte grace. En voustres sainctes mains je commande mon ame et mon corps et mon esprit. Amen.

246Fol. 2-6v : calendrier, de janvier à octobre, incluant plusieurs saints anglais communs dans l’usage de Sarum. Écriture brune, fêtes majeures en rouge. Les mois de novembre et décembre figuraient sans doute sur le premier folio d’un bifeuillet, dont le second portait le début de la section suivante, également amputée.

247Fol. 7-10v : Binion portant les quinze prières sur la Passion du Christ attribuées à Brigitte de Suède, chacune ponctuée par le Pater noster. Incomplet, la première prière (O domine Jhesu Christe, eterna dulcedo) et la troisième (O Jhesu mundi fabricator) manquent, la quatrième (O Jhesu celestis medica) n’est conservée que partiellement au début du fol. 7.

248Fol. 11-30v. Heures de la Vierge. Quatre quaternions amputés.

249fol. 11-14v : matines, dont le début manque.

250fol. 15-19v et 24-25 : laudes.

251fol. 20-23v : Memoriae des saints. Binion inséré dans les laudes des heures de la Vierge avec oraison pour le Saint-Esprit, la Trinité, la sainte Croix, saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Pierre et saint Paul, saint André, saint Thomas, saint Laurent, saint Sébastien, saint Nicolas, sainte Marie Madeleine, sainte Catherine, sainte Marguerite, Tous les saints.

252fol. 25-25v : prime, dont l’essentiel manque.

253fol. 26-26v : début de tierce.

254fol. 27-27v : fin de sexte.

255fol. 28-28v : fin de none.

256fol. 29-30v : fragments de complies.

257Fol. 31-42v. Prières additionnelles à la Vierge et au Christ. Deux quaternions amputés.

258fol. 31-31v : fragments du cantique de saint Bonaventure sur le Salve Regina, comprenant les dernières strophes, commençant par Nobis post hoc exilium ostende jusqu’à la fin, suivi de deux imprécations à la Vierge et à Dieu.

259fol. 32-33 : O Intemerata.

260fol. 33-35 : Obsecro te.

261fol. 35-35v : Gaude virgo mater Christi.

262fol. 36-36v : Oratio valde bona de sancta Maria (Gaude flore virginali).

263fol. 36v-38v : fragment des sept joies de la Vierge selon la composition du pape Clément IV, avec promesse de 100 jours d’indulgences pour une récitation quotidienne. La prière commence avec la fin de la 3e joie.

264fol. 39-40v : fragment des prières sur les cinq plaies du Christ (Ad imaginem domini nostri Ihesu Christi), suivies d’une oraison à la Vierge (O Maria plasmati) et d’une oraison à saint Jean l’évangéliste.

265fol. 41-42 : fragment de l’oraison de Bède le Vénérable De septem verbis Christi.

266fol. 42-42v : Oracio devota de passione domini (Precor te piissime domine Ihesu Christe).

267fol. 42v : Salutaciones ad sacrosanctum sacramentum (Ave domine Ihesu christe verbum patris filius virginis).

268Fol. 43-47v : Psaumes pénitentiels et textes afférents

269fol. 43-47v : psaumes pénitentiels (le début manque).

270fol. 47v-49 : Incipiunt quindecim psalmi cum tribularer.

271fol. 49-53v : litanie des saints.

272Fol. 54 : prière Pietate tua, quaesumus domine, nostrorum solue uincula omnium delictorum.

273Fol. 54v-70v: Office des morts.

274Fol. 71-79v : fragment de la Commendatio animarum.

275Fol. 80-83v : Psalmum de passione domini

276Fol. 84-93 : Psalterium beati Hieronymi.

277Fol. 93-93v : Ajout par une autre main de la fin du xve ou début du xvie siècle d’une prière à la Trinité introduite par Jean 1, 1-14, puis la prière Protector in te sperantium.

278Fol. 94-95v : fin de l’office de la Croix.

279Fol. 96-100v : fragment d’hymnes et prières à la Vierge introduites par l’invitation à regarder son image afin d’obtenir la rémission : Has videas laudes qui sacra virgine gaudes / Et venerando piam studeas laudare Mariam / Virginis intacte cum veneris ante figuram / Pretereundo cave ne taceatur ave / Invenies veniam sic salutando Mariam.

280Fol. 101-102v, trois séquences des évangiles ajoutées par une main du xvie siècle (Lc 1, 26-38 ; Mt 2, 1-12 ; Mc 16, 14-20).

Ornement

281Quatre enluminures au début de quelques grandes sections (plusieurs ont été découpées), occupant 16 lignes sur 22 dans le cadre de justification et débordant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. Les enluminures sont cernées, sur les quatre côtés, de bordures végétalisées. Le texte est introduit par une lettrine peinte, dorée et ornée de 6 lignes de haut :

282fol. 15, laudes de l’office de la Vierge : arrestation du Christ.

283fol. 26, tierce de l’office de la Vierge : flagellation du Christ.

284fol. 54v, office des morts : scène de funérailles.

285fol. 80, Psalterium de passione domini : Imago pietatis avec instruments de la Passion.

286Bordures végétalisées sur les quatre côtés encadrant la prière Ad imaginem domini nostri Ihesu Christi, fol. 39-40, et vignettes enluminées de 6 lignes de haut au début de chaque section : 5 plaies du Christ (une miniature par plaie, fol. 39-40), Vierge à l’Enfant (fol. 40), saint Jean l’évangéliste (fol. 40v).

287Bordures végétalisées sur les quatre côtés encadrant les suffrages des saints, fol. 20-23v. Vignettes enluminées de 6 lignes de haut introduisant chaque suffrage : Pentecôte (fol. 20), saint Michel terrassant le dragon (fol. 20v), saints Pierre et Paul (fol. 21), saint André (fol. 21v), saint Laurent (fol. 22), saint Étienne (fol. 22v), saint Nicolas (fol. 22v), sainte Marguerite et le dragon (fol. 23v).

288Initiales ornées et filigranées d’une ou deux lignes de haut au début des paragraphes et des versets ; de 3 lignes de haut au début des prières O intemerata (fol. 32), Obsecro te (fol. 33), Gaude uirgo mater Christi (fol. 35), Oratio valde bona de sancta Maria (fol. 36).

289Bouts de lignes ornés dans la litanie des saints, fol. 49-52.

Bibliographie

290De Ricci et Wilson, 97.

Livre d’heures à l’usage de Sarum (Salisbury). Angleterre ou Bruges, v. 1450

291McGill 98

Présentation matérielle

292Vélin, 120 x 185 mm.

293191 fol. (foliotation moderne au crayon).

  • 24 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

294Cadre de justification : 70 x 100 mm. Réglure à l’encre violette. Écriture sur une colonne, 17 lignes. Rubriques rouges, encre brun foncée (rouge et brun foncée dans le calendrier). Écrit en lettres gothiques angulaires et enluminé v. 1450, soit à Bruges, soit en Angleterre par l’atelier de Willem Vrelant24.

295Latin.

Contenu

296Fol. 1-12v : calendrier.

297Fol. 13v-20v : Oracio devota ad Christum (15 prières sur la Passion du Christ attribuées à Brigitte de Suède).

298Fol. 21v-23 : Oratio de sancta Trinitate (Domine deus omnipotens pater et filius et spiritus sanctus, da michi famulo tuo), avec psaumes.

299Fol. 23v-40v : Suffrages des saints incluant saint Jean Baptiste, saint Thomas Becket (dont le nom est effacé), saint Georges martyr, saint Christophe, sainte Anne, sainte Marie Madeleine, sainte Catherine, sainte Marguerite et sainte Barbe.

300Fol. 41v-85v : Heures de la Vierge, de matines à complies (Incipiunt horae beatae Mariae virginis secundum consuetudinem Angliae).

301Fol. 85v-100 : Hymnes et oraisons en l’honneur de la Vierge introduites par l’invitation à louer la Vierge tout en regardant son image afin d’obtenir la rémission : Has videas laudes qui sacra virgine gaudes / Et venerando piam studeas laudare Mariam / Virginis intacte cum veneris ante figuram / Pretereundo cave ne taceatur ave / Invenies veniam sic salutando Mariam.

302Fol. 100v-104v : Ad imaginem domini nostri Ihesu Christi, incluant des prières à la sainte Croix, à la tête du Christ, aux cinq plaies, à la Vierge et à saint Jean l’évangéliste.

303Fol. 105-1106v : Oratio venerabilis Bede presbyteri De septem verbis Christi in cruce pendentis, avec précision sur les bienfaits accordés à quiconque dira cette prière une fois par jour les genoux fléchis.

304Fol. 107-110 : Oraisons sur la Passion du Christ : Precor te piissime domine ihesu Christe propter illam caritatem ; Deus qui voluisti pro redemptione mundi ; Ave domine Ihesu christe verbum patris filius virginis. Oratio ad Christum (Ave verum corpus domini nostri Ihesu Christi natum de Maria virgine) ; Ave caro Christi cara inviolata ; Anima Christi sanctifica me. Oratio devota (Ave principium nostre creationis).

305Fol. 110-110v : Oraison Domine Iesu Christe qui hanc sacratissimam carnem qui, selon les prescriptions du pape Boniface VIII (VI dans le texte), à la demande du roi de France Philippe (IV), permet d’obtenir 2000 ans d’indulgences si elle est dite entre l’élévation du corps du Christ et le 3e Agnus Dei.

306Fol. 111v-131 : Sept psaumes pénitentiels (111v-120) et pièces afférentes, Quindecim psalmi (120-122), litanie des saints (122-131).

307Fol. 131v-132 : vierge.

308Fol. 132v-156v : Office des morts

309Fol. 157v-171v : Commendatio animarum.

310Fol. 172v-179 : Psalterium de Passione domini.

311Fol. 179v-191v: Psalterium Beati Hieronymi.

Ornement

31224 double-pages ornées au début des grandes sections, composées d’une enluminure occupant l’ensemble du cadre de justification sur la page de gauche, d’une lettrine peinte et ornée sur fond d’or occupant 5 lignes (office de la Vierge) ou 6 lignes de haut (prières au Christ, à la Trinité, suffrages des saints, Ad imaginem domini nostri, psaumes pénitentiels) et introduisant l’incipit des pièces, sur la page de droite ; l’ensemble est entouré de bordures végétalisées sur les quatre côtés :

313Fol. 13v-14, Oratio devota ad Christum : Christ bénissant, debout sur un globe.

314Fol. 21v-22, Oratio de sancta Trinitate : Trône de Grâce.

315Suffrages des saints : saint Jean Baptiste (fol. 23v-24) ; martyre de saint Thomas Becket (fol. 25v-26) ; saint Georges martyr terrassant le dragon (fol. 27v-28) ; saint Christophe portant le Christ (fol. 29v-30) ; sainte Anne portant la Vierge à l’Enfant lisant (fol. 31v-32) ; sainte Marie Madeleine (fol. 33v-34) ; sainte Catherine et l’empereur Maxence (fol. 36v-37) ; sainte Marguerite sortant du dragon (fol. 37v-38) ; sainte Barbe (fol. 39v-40).

316Office de la Vierge : matines, fol. 41v-42, Transfiguration ; laudes, fol. 49v-50, Arrestation du Christ ; prime, fol. 63v, Christ devant Caïphe ; tierce, fol. 68v, Flagellation du Christ ; sexte, fol. 71v-72, Montée au Calvaire ; none, fol. 74v-75, Crucifixion ; vêpres, fol. 77v-78, Descente de Croix ; complies, fol. 80v-81, Mise au tombeau.

317Fol. 100v, Ad imaginem domini nostri : Christ cloué sur la Croix.

318Fol. 111v-112, psaumes pénitentiels : Jugement dernier.

319Fol. 131v-132, office des morts : scène de funérailles avec chant d’un office funèbre.

320Fol. 157v-158, Commendatio animarum : résurrection d’une âme féminine emportée par deux anges.

321Fol. 172v-173, Psalterium de passione domini : Imago pietatis avec instruments de la Passion.

322Fol. 179v-180, Psalterium beati Iheronimi : saint Jérôme lisant accompagné du lion.

323Au début de sections secondaires, lettrines historiées de 5, 7 ou 8 lignes de haut et bordures végétalisées dans la marge de gouttière et la moitié extérieure des marges de tête et de queue :

324Oraisons pour la Vierge : fol. 85v, Salve virgo virginum stella matutina, Annonciation (8 l.) ; fol. 90, O intemerata, Pieta (7 l.) ; fol. 92, Obsecro te, Vierge à l’Enfant (7 l.).

325Fol. 101-103 : Ad imaginem domini nostri. Chaque section de la prière est introduite par une lettrine historiée de 5 ou 6 lignes de haut : fol. 101, la Croix (5 l.) ; fol. 101v, sainte face (6 l.) ; fol. 102, plaie de la main droite (6 l.) ; fol. 102, plaie de la main gauche (5 l.) ; fol. 102v, plaie du cœur (6 l.) ; fol. 103, plaie du pied droit (6 l.) ; fol. 103, plaie du pied gauche (5 l.) ; fol. 103v, la Vierge adorant l’Enfant dans un hortus conclusus (6 l.) ; fol. 104, saint Jean écrivant (6 l.).

326Fol. 105, Oraison de Bède le Vénérable De septem verbis Christi : Crucifixion avec les deux larrons (8 l.)

327Initiales peintes dorées et filigranées (alternance bleu sur filigrane rouge – or sur filigrane noir), d’une ou deux lignes de haut au début des paragraphes et des versets ; de 3 lignes de haut au début de la prière des 7 joies de la Vierge (fol. 97).

328Bouts de lignes ornés dans la litanie des saints (fol. 122v-126v).

Bibliographie

329De Ricci et Wilson, 98.

Livre d’heures à l’usage d’Utrecht, 1er quart du xve siècle

330McGill 100

Présentation matérielle

331Vélin, 130 x 190 mm.

332108 fol. (foliotation moderne au crayon). Plusieurs folios manquants, certains partiellement découpés.

333Cadre de justification : 73 x 85 mm. Écriture sur une colonne à 18 lignes (16 dans le calendrier). Rubriques rouges, encre brune (rouge et brune dans le calendrier), réglures à l’encre rouge pâle. Écriture gothique cursive du début du xve siècle. Piqûres. Signets.

334Flamand. La plupart des rubriques et quelques incipit en latin.

335Ex-libris du monastère Sainte-Marie-au-Capitole de Cologne dans une écriture du xviie siècle, en haut de la première page du calendrier : Sanctum monasterii Sanctae Mariae in Sion Coloniae.

Contenu

336Fol. 1-12v : calendrier.

337Fol. 13v-45 : Heures de la Vierge, de matines à complies.

338Fol. 46v-51 : Heures de la croix.

339Fol. 52v-58 : Prières au Christ et à la Vierge introduites par les sept prières de saint Grégoire sur la Passion.

340Fol. 59v-72v : Paumes pénitentiels (fol. 59v-67v) suivis de la litanie des saints (fol. 68-72v).

341Fol. 73v-92 : Heures du Saint-Esprit.

342Fol. 93v-108 : Office des morts.

Ornement

343Six double-pages ornées au début de quelques grandes sections, composées, sur la page de gauche, d’enluminures inscrites dans le cadre de justification et dépassant sous la forme d’une arcade surbaissée dans la marge de tête. Sur la page de droite, l’incipit est généralement introduit par une lettrine historiée de 10 ou 11 lignes de haut. L’ensemble est encadré sur les quatre côtés par une bordure végétalisée et peuplée d’oiseaux.

344Fol. 13v-14, matines de l’office de la Vierge : Annonciation dans l’enluminure et Vierge à l’Enfant dans la lettrine.

345Fol. 46v-47, Heures de la Croix : Crucifixion avec la Vierge, saint Jean et une femme en prière aux pieds de la croix ; Imago pietatis dans la lettrine.

346Fol. 52v-53, Sept prières de saint Grégoire sur la Passion : Messe de saint Grégoire accompagnée de la représentation de deux personnages, un cardinal et une femme. Pas de lettrine historiée au début du texte (initiale ornée de 3 lignes).

347Fol. 59v-60, Psaumes pénitentiels : Jugement dernier assisté d’un couple en prière ; David en prière dans la lettrine.

348Fol. 73v-74, Heures du Saint-Esprit : Christ en pied portant le globe crucifère dans sa main gauche et un livre ouvert dans sa droite, sous une arcade en perspective qui se détache devant un paysage ; Couronnement de la Vierge dans la lettrine.

349Fol. 93v-94, office des morts : Résurrection du Christ ; couple en prière dans le purgatoire dans la lettrine.

350Un signet constitué d’une petite languette de parchemin repliée et collée sur la tranche extérieure des feuillets indique le début de chaque section introduite par une enluminure ; les signets des fol. 13 et 52 ont disparu mais les traces de colle sont encore bien nettes.

351Bordures végétalisées dans la marge de tête et de queue et incipit introduit par une initiale ornée de 3 lignes de haut au début de sections secondaires : fol. 21 (laudes de la Vierge), fol. 28 (prime), fol. 30v (tierce), fol. 33 (sexte), fol. 35 (none, la marge de tête est découpée), fol. 37v (vêpres), fol. 42 (complies), fol. 68 (litanie), fol. 80v, 83, 84, 85v, 87, 88, 90.

352Initiales peintes d’une ou deux lignes de haut au début des pièces et des versets. Bordures ornées en début de sections secondaires.

Bibliographie

353De Ricci et Wilson, 100.

Livre d’heures à l’usage de Rome, Flandre, v. 1450-1480

354McGill 101

Présentation matérielle

355Vélin, 115 x 165 mm.

35653 fol. (foliotation moderne au crayon). Plusieurs folios manquants.

  • 25 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

357Cadre de justification : 60 x 98 mm. Écriture sur une colonne, 20 lignes. Rubriques rouges, encre brun foncé, réglure à l’encre violette. Écrit en lettres gothiques anguleuses. Décoré v. 1450-1480 en Flandre par des familiers de l’atelier de Willem Vrelant25.

358Latin.

Contenu

359Fol. 1-2v : Heures de la Croix.

360Fol. 3-4v : Heures du Saint-Esprit.

361Fol. 5-7v : Messe de la Vierge.

362Fol. 8v-10v : Péricopes

363Fol. 10v : Ajout d’une prière à Dieu en latin, écrite dans une main de la fin du xve ou début xvie siècle.

364Fol. 11-33v : Heures de la Vierge, de matines à complies (Incipit officium beatae Mariae Virginis secundum consuetudinem Romane ecclesie).

365Fol. 34-39v : Sept psaumes pénitentiels.

366Fol. 39v-42v : Litanie des saints.

367Fol. 43-49v : Fragment de l’office des morts. Le début est manquant.

368Fol. 50-51 : O intemerata.

369Fol. 51v-53v : Obsecro te.

Ornement

370Aucune enluminure.

371Sections principales introduites par une initiale peinte et dorée de 5 lignes de haut et encadrées par une bordure végétalisée dans les quatre marges : fol. 1 : heures de la croix, fol. 11 (matines de l’office de la Vierge), fol. 16 (laudes), fol. 22 (prime), fol. 24 (tierce), fol. 26 (sexte), fol. 28 (none), fol. 30 (vêpres), fol. 34 (psaumes pénitentiels),

372Sections secondaires introduites par une simple rubrique mais signalées par la même bordure végétalisée : fol. 3 (heures du Saint-Esprit), fol. 5 (messe de la Vierge).

373Initiales peintes et dorées de 3 lignes de haut au début des prières O intemerata (fol. 50) et Obsecro te (fol. 51v)

374Initiales peintes et dorées d’une ou deux lignes de haut au début des pièces et des versets.

375Bouts de ligne ornés dans la litanie, fol. 40-41v.

Bibliographie

376De Ricci et Wilson, 101.

Livre d’heures, sans doute produit en Flandre, fin du xve siècle

377McGill 109

Présentation matérielle

378Vélin, 60 x 80 mm.

379172 fol. (foliotation moderne au crayon). Plusieurs enluminures découpées et feuillets manquants entre fol. 123-124 et 158-159. Problèmes dans l’ordre de certains folios.

380Cadre de justification : 35 x 50 mm. Réglure à l’encre rouge. Écriture sur une colonne, 17 lignes. Rubriques rouges. Écriture noire (rouge et noire dans le calendrier).

381Latin.

Contenu

382Fol. 1-12 : Calendrier contenant plusieurs saints anglais et flamands.

383Fol. 12v-102v : Heures de la Vierge.

384Fol. 103-104 : vierge.

385Fol. 104v-115v : Psaumes pénitentiels.

386Fol. 115v-123v : Litanie des saints.

387Fol. 124-158v : Office des morts.

388Fol. 159-161v : fragment de la prière Obsecro te (le début manque).

389Fol. 162-164v : O intemerata.

390Fol. 165-166v : Oratio ad dominum Ihesum. O bone Ihesu, O dulcissime Ihesu, O piissime Ihesu.

391Fol. 167-170v : Symbole d’Athanase.

Ornement

392Double page enluminée en introduction des sections principales. Sur la page de gauche, enluminure occupant l’ensemble du cadre de justification et dépassant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. Sur la page de droite, incipit introduit par une lettrine ornée de 5 lignes de haut. L’ensemble est encadré par une bordure ornée de fleurs, fruits, oiseaux et insectes (style flamand du dernier quart du xve siècle) dans les quatre marges.

393Fol. 32v et 35, matines de l’office de la Vierge : Annonciation. Les fol. 33 et 34 sont insérés entre la double page qui introduit l’office de la Vierge.

394Fol. 50v-51, laudes de l’office de la Vierge : Visitation.

395Fol. 75v-76, none de l’office de la Vierge : Présentation au Temple.

396Fol. 81v et 88, vêpres de l’office de la Vierge : Massacre des Innocents. Les folios 82 à 87 sont insérés entre la double page enluminée.

397Fol. 94v-95, office de la Vierge pour l’Avent : Couronnement de la Vierge. Le fol. 94 est inséré entre les fol. 91 et 92.

398Fol. 104v-105, psaumes pénitentiels : David en prière. David porte l’habit franciscain.

399Fol. 124, office des morts. L’enluminure qui figurait au fol. 123v a été découpée.

400D’autres sections, que l’on peut difficilement considérer comme secondaires, sont introduites par une lettrine ornée de 5 lignes de haut et la même bordure ornée dans les quatre marges que celle des doubles pages enluminées : fol. 14 (office de la croix), fol. 19 (office du Saint-Esprit), fol. 24 (missa de beate Mariae), fol. 62 (prime de l’office de la Vierge), fol. 66 (tierce de l’office de la Vierge), fol. 71 (sexte de l’office de la Vierge), fol. 89 (complies de l’office de la Vierge). Il est possible que les pages historiées qui les précédaient aient été découpées, mais les traces n’en sont pas visibles.

401Lettrine historiée de 8 lignes de haut encadrée par une bordure ornée dans les marges de tête, de gouttière et de queue, de facture semblable à celle des doubles pages enluminées :

402Fol. 165, en introduction de l’oratio ad dominum Ihesu : Christ enfant, nu, trônant, bénissant de la main droite, un globe dans la main gauche, un homme en prière à ses côtés.

403Fol. 167, en introduction du symbole d’Athanase : saint Athanase.

404Initiales peintes, dorées et filigranées d’une ou deux lignes de haut au début des pièces et des versets.

405Bouts de ligne ornés dans la litanie des saints, fol. 116-120v.

Bibliographie

406De Ricci et Wilson, 100.

407Samson, J. M. Book of Hours in the Redpath Library, de Ricci 109. Tapuscrit, 18 p., effectué dans le cadre du Medieval Seminar du Prof. R. Bergman à l’Université McGill, mars 1969 (conservé dans le dossier du ms. à la McLennan Library).

Livres d’heures à l’usage de Rome. Bourgogne, après 1450

408McGill 154 (ancien 108A) Présentation matérielle

409Parchemin, 150 x 210 mm.

410128 fol. (foliotation moderne au crayon).

411Cadre de justification : 75 x 105 mm. Écriture sur une colonne, 16 lignes (17 dans le calendrier). Rubriques rouges, encre brune (rouge et brune dans le calendrier), réglures à l’encre rouge pâle. Réclames. Grattages. Écriture gothique anguleuse de la deuxième moitié du xve siècle. Les antiennes, répons et versets chantés sont écrits en caractères plus petits.

412Latin. Une prière en français, fol. 124v-125.

Marques d’identification

413Fol. 1 : ex-libris A moy Tabourot 1606 et devise de la famille A tous accords. La même main a ajouté des noms de saints dans le calendrier et la numérotation des jours selon le calendrier grégorien.

414Fol. 19 (début des heures de la Vierge) : dans la marge de queue, un homme nu porte un blason d’azur à l’équerre d’or, entre les branches desquelles est écrite la lettre E.

415Fol. 57 (début des nones de l’office de la Vierge) : ajout dans la marge de queue, dans une écriture du xviie siècle, d’un ange portant la devise de la famille Tabourot, A tous accords.

416Fol. 126v-127v : généalogie des possesseurs, la famille Tabourot, de 1606 à 1644 (famille de la petite aristocratie établie à Langres et Dijon aux xvie-xviie siècles).

Contenu

417Fol. 1-12v : Calendrier. Plusieurs saints pointent vers un commanditaire bourguignon (saint Claude, 6 juin ; saint Germain, 31 juillet ; saint Mammès, 17 août ; saint Just, 2 septembre ; saint Calixte pape, 13 octobre), sainte Colombe, ajoutée à la litanie majeure, fol. 89. Il est possible que le commanditaire ait eu des liens avec Cluny si l’on s’en tient à la présence de saint Mayeul dans le calendrier (11 mai) et de saint Géraud d’Aurillac dans la litanie majeure (fol. 88v).

418Fol. 13-18 : Péricopes évangéliques.

419Fol. 19-67v : Heures de la Vierge, de matines à complies.

420Fol. 68-71 : Heures de la Croix.

421Fol. 71v-74 : Heures du Saint-Esprit.

422Fol. 75-86v : Sept psaumes pénitentiels.

423Fol. 86v-91v : Litanie des saints.

424Fol. 92-120v : Office des morts.

425Fol. 120v-123v : Obsecro te.

426Fol. 123v-124v: Suffrages des saints incluant uniquement sainte Barbe et saint François.

427Fol. 124v-125v : Bénédictions et oraisons additionnelles, dont une en français : Ceste devote benediction doit on dire le matin et le soir et singulierement a la mort.

428Fol. 126 : ajout d’une prière à la Vierge en latin, dans une écriture du xviie siècle. Memorare o piissima Virgo Maria, non esse auditum.

429Fol. 126v-127v: Généalogie de la famille Tabourot de 1606 à 1644.

Ornement

430Sections principales introduites par une page enluminée composée d’une image historiée située sous une arcade inscrite dans le cadre de justification, occupant 12 lignes sur 16 et débordant dans la marge de tête, d’une initiale ornée de 4 lignes de haut introduisant le texte et, parfois, de vignettes historiées situées dans les quatre marges.

431Péricopes : saint Jean à Patmos (fol. 13).

432Heures de la Vierge :

433Fol. 19, laudes : Annonciation dans le cadre de justification. Les marges sont occupées par quatre scènes de la vie de la Vierge, qui se lisent en tournant en partant de la partie inférieure droite : la Vierge au Temple accueillie par un évêque, le mariage de la Vierge et de Joseph, la Visitation, la mort de la Vierge. Dans la marge de queue, un homme nu porte un blason d’azur à l’équerre d’or, entre les branches desquelles est écrite la lettre E.

434Fol. 35v, matines de l’office de la Vierge : Visitation. La scène est située devant une église qui pourrait être une représentation de saint Bénigne de Dijon. Les marges latérales présentent chacune un personnage masculin en pied, en robe brune, inscrit sous un dais architecturé. La marge de queue présente un homme âgé, s’appuyant sur une canne et recevant sur la tête les rayons du soleil.

435Fol. 47, prime de l’office de la Vierge : Nativité ou Adoration de l’Enfant. Dans la marge de queue, un berger, entouré de ses moutons, reçoit les rayons du soleil sur la tête. Bordure végétalisée dans les trois autres marges.

436Fol. 51, tierce de l’office de la Vierge : Annonce aux bergers occupant l’ensemble de la page.

437Fol. 54, sexte de l’office de la Vierge : Adoration des mages. Dans la marge de queue : un cardinal chevauchant un bœuf précède un cortège équestre. Bordures végétalisées dans les marges latérales.

438Fol. 57, none de l’office de la Vierge : Présentation au Temple. Bordures végétalisées dans les marges latérales.

439Fol. 60, vêpres de l’office de la Vierge : Fuite en Égypte. Massacre des Innocents dans la marge de queue.

440Fol. 65, complies de l’office de la Vierge : Couronnement de la Vierge. Dans la partie inférieure de l’image, en grisaille, deux anges en prière encadrent un ange portant un blason aniconique.

441Heures de la Croix, fol. 68. Crucifixion assistée par la Vierge et saint Jean, à droite, et par un homme en robe rouge et un soldat en armure, à gauche. Dans la marge de queue, le portement de croix : le Christ est assisté de trois soldats en armure qui l’aident à porter la croix.

442Heures du Saint-Esprit, fol. 91v. La Vierge précédant les douze apôtres, agenouillés, en prière devant les rayons de lumière parvenant de l’extérieur à travers un oculus. Dans la marge de queue, la colombe du Saint-Esprit rayonnant de toutes parts. Bordures végétalisées dans les marges latérales et de tête.

443Psaumes pénitentiels, fol. 75 : David en prières. Bordures végétalisées dans les marges latérales et de queue.

444Office des morts, fol. 92 : sépulture dans un cimetière. Bordures végétalisées peuplées de chimères sur les 4 côtés.

445Lettrines historiées de 4 lignes de haut pour introduire les sections secondaires :

446Péricopes : saint Luc (fol. 14v), saint Matthieu (fol. 15v), saint Marc (fol. 17).

447Obsecro te : Pieta (fol. 120v).

448Initiales peintes, dorées et filigranées d’une ou deux lignes de haut au début des pièces et versets. Bouts de lignes ornés. Lettres rehaussées.

Bibliographie

449Labrecque, Claire et Macias-Valadez, Katia. « L’art médiéval dans les collections québécoises », Cap-au-Diamant. La revue d’histoire du Québec, n° 42, été 1995 : Présence du Moyen Âge au Québec, p. 29, ill. 11 : reproduction de l’enluminure du fol. 92 au début de l’office des morts.

450Leesti, Elizabeth. Les manuscrits liturgiques du Moyen Âge / Liturgical Manuscripts of the Middle Ages, Montréal, Musée des Beaux-Arts de Montréal / The Montreal Museum of Fine Arts, 1987, p. 61, Cat. n° 31 (le ms. est signalé sous son ancienne cote, 108a). Reproduction des fol. 91v-92 avec la fin des 7 psaumes pénitentiels et le début de l’office des morts.

451Paradis, Marc. A Late Fifteenth Century Book of Hours in the McGill University Rare Book Room. Tapuscrit, 26-XI p., effectué dans le cadre du Medieval Seminar du Prof. R. Bergmann à l’Université McGill, avril 1986 (conservé dans le dossier du ms. à la McLennan Library).

Expositions

452Les manuscrits liturgiques du Moyen Âge / Liturgical Manuscripts of the Middle Ages, exposition itinérante subventionnée par les Musées nationaux du Canada et préparée par le service de diffusion du Musée des beaux-Arts de Montréal, 1987.

453Le livre de la Renaissance à Montréal, présentée à la Bibliothèque nationale du Québec en collaboration avec l’Université du Québec à Montréal et l’Université McGill, du 14 février 2012 au 27 janvier 2013.

Livre d’heures à l’usage de Rome, France du nord (Paris ?), v. 1470

454McGill 155 (ancien 99A) 

Présentation matérielle

455Vélin. 130 x 180 mm.

456192 fol. (foliotation moderne au crayon).

  • 26 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

457Cadre de justification : 60 x 85 mm. Réglure à l’encre rouge. Écriture sur une colonne, 14 lignes (17 dans le calendrier). Rubriques rouges, encre brun foncé (rouge, bleue et or dans le calendrier). Écriture gothique de la fin du xve siècle. Décoré dans le nord de la France dans la 2e moitié du xve siècle (notamment à Paris, atelier de Maître François)26. Réclames.

458Latin. Calendrier et quelques rubriques en français.

Contenu

459Fol. 1-12v : Calendrier.

460Fol. 13-20 : Péricopes.

461Fol. 20v-24v : Obsecro te.

462Fol. 24v-28v: O intemerata.

463Fol. 29-95v: Heures de la Vierge, de matines à complies.

464Fol. 95v-108v : Heures de la Vierge pour l’Avent. Cy commencent matines de Notre Dame a l’usage de Rome depuys le commencement de l’advent iusques a la Nativité Nostre Seigneur.

465Fol. 109-121v : Sept psaumes pénitentiels.

466Fol. 121v-129v : Litanie des saints.

467Fol. 130-134 : Heures de la Croix.

468Fol. 134v-138v : Heures du Saint-Esprit.

469Fol. 139-187 : Office des morts.

470Fol. 187v-191v : Suffrages des saints incluant saint Michel, saint Jean-Baptiste, saint Pierre, saint Étienne, saint Sébastien, saint Nicolas, saint Antoine, sainte Marie Madeleine et sainte Catherine.

Ornement

471Bordures végétalisées peintes et dorées dans les marges de tête, de queue et de gouttière autour de chaque début de mois dans le calendrier.

472Les sections principales sont introduites par une enluminure occupant 10 lignes sur 14 dans le cadre de justification et débordant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. L’incipit du texte est introduit par une lettrine peinte et dorée de 4 lignes de haut. Bordures végétalisées sur les quatre côtés, peuplées d’oiseaux, de quadrupèdes et de créatures hybrides.

473Péricopes : saint Jean écrivant l’évangile à Patmos (fol. 13) ; saint Luc (fol. 15) ; saint Matthieu (fol. 17) ; saint Marc (fol. 19).

474Obsecro te : Vierge allaitant (fol. 20v).

475Office de la Vierge : Annonciation assistée par une femme en prière, sans doute la commanditaire (matines fol. 29) ; Visitation (laudes, fol. 49v) ; Nativité – Adoration de l’Enfant (prime, fol. 62v) ; Annonce aux bergers (tierce, fol. 67v) ; Adoration des mages (sexte, fol. 72v) ; Présentation au Temple (none, fol. 77v) ; fuite en Égypte (vêpres, fol. 82v) ; Couronnement de la Vierge (complies, fol. 91).

476Psaumes pénitentiels : David en prières (fol. 109).

477Matines des heures de la croix : crucifixion (fol. 130).

478Heures du Saint-Esprit : Pentecôte avec 7 apôtres et la Vierge (fol. 134v).

479Office des morts : scène d’enterrement dans un cimetière (fol. 139).

480Sections secondaires introduites par une lettrine peinte et ornée sur fond d’or, de 4 lignes de haut, encadrée d’une bordure végétalisée peinte et dorée dans les marges de tête, de queue et de gouttière : O intemerata (fol. 24v) ; incipit de l’office de la Vierge pour l’Avent (fol. 96), laudes (fol. 100v), prime (fol. 102v), tierce (fol. 103), sexte (fol. 104), none (fol. 105), vêpres (fol. 105v), complies (fol. 106v).

481Dans les offices et les suffrages des saints, bordures végétalisées en marge de gouttière marquant le début des sections, bouts de lignes ornés, initiales peintes et dorées d’une ou deux lignes de haut en introduction des pièces et des versets, initiales rehaussées de jaune au début des pièces chantées.

Bibliographie27

  • 27 Des lettres conservées dans le dossier de ce manuscrit à la Bibliothèque de McGill, datées de 1973 (...)

482Labrecque, Claire et Macias-Valadez, Katia. « L’art médiéval dans les collections québécoises », Cap-au-Diamant. La revue d’histoire du Québec, n° 42, été 1995 : Présence du Moyen Âge au Québec, reproduction en première de couverture de l’enluminure du fol. 15 (saint Luc).

Livre d’heures. Bourgogne, Franche-Comté ou Champagne, 2e moitié du xve siècle

483McGill 156 (ancien 99B)

Présentation matérielle

484Vélin, 117 x 167 mm.

485171 fol. (foliotation moderne au crayon) constitués de trois unités codicologiques : 1/ calendrier (fol. 2-13v) ; 2/ heures de la Vierge et pièces afférentes (fol 14-136v) ; 3/ prières pour la Vierge, suffrage des saints et prières propitiatoires (fol. 137-166v). Quelques pages partiellement découpées. Deux folios enluminés découpés : entre fol. 51 et 52 (incipit de tierce des heures de la Vierge), entre fol. 55 et 56 (incipit de sexte des heures de la Vierge).

486Cadre de justification 64 x 90 mm. Réglure à l’encre rouge. Écriture sur une colonne à 15 lignes (fol. 14-21v : péricopes, Sept joies de la Vierge et Sept vers de saint Bernard), 16 lignes (fol. 22-166v) ou 17 lignes (fol. 2-13 : calendrier).

487Encre brune, rubriques rouges. Encre rouge et brune dans le calendrier. Dans les offices, les pièces chantées (versets, antiennes, répons) sont écrites dans un caractère plus petit que celui des oraisons.

488Latin. Calendrier et nombreuses rubriques en français (avec traits picards). Prières des Quinze joies de la Vierge et des Sept requêtes à notre Seigneur en français, fol. 137-144.

Marques d’appartenance

489Fol. 1v : J. Parker Blodwel Vicarage Nr Oswestry Saloso.

490Fol. 13v: J. P.

491Fol. 167: J. P.

Contenu

492Fol. 1 : vierge. Essais de plume au recto. Ex libris au verso : J. Parker Blodwel Vicarage Nr Oswestry Saloso.

493Fol. 2-13v : Calendrier. Les saints spécifiques du calendrier (saint Frobert, saint Savinien, sainte Savine, saint Aubin, saint Valérien, saint Claude, saint Médard, saint Antide, saint Loup, saint Quiriace, saint Gengoux, saint Germain, saint Just, saint Mammès, saint Louis roi, saint Fiacre, saint Bénigne) ou des suffrages (saint Fiacre, saint Bénigne, saints Médard et Gildard, saint Adrien, saint Claude, saint Vincent) pointent vers un commanditaire franc-comtois, bourguignon ou champenois.

494Fol. 14-18v : Péricopes.

495Fol. 20-21v : Les sept versets de saint Bernard.

496Fol. 22-74v : Heures de la Vierge, de matines à complies. Fol. 47, à la fin de l’office de laudes, ajouts dans une main du xviie siècle : dans la marge de tête, loué soit Dieu ; sur les lignes vierges au milieu de la page : benedicamus domino deo gratias. Ad primam.

497Fol. 75-95 : Psaumes pénitentiels (75-85v) suivis de la litanie des saints (85-93v) et d’oraisons à Dieu d’origine diverse (93v-95v) : Pie et exaudibilis domine Ihesu Christe ; Deus qui inter apostolicos sacerdotes ; Deus cuius miseratione anime ; Deus venie et largitor et humane salutis amator ; Incline domine aurem tuam ad preces nostras ; Deus cui proprium est misereri ; Absolue domine animas omnium fidelium ; Pretende dominie misericordiam tuam.

498Fol. 95v-98v : Obsecro te.

499Fol. 99-135: Office des morts.

500Fol. 135-136v : vierge. Sur les deux premières lignes du fol. 135v, ajout dans une écriture du xviie siècle, la même que celle du fol. 47, du début d’une prière : Quid prodest homini si universum mundum.

501Fol. 137-141 : Chy commenchent les XV ioyes de la benoite Vierge Marie.

502Fol. 141-144 : Sensieuent les VII requestes de la glorieuse Vierge Marie.

503Fol. 144-147v : O intemerata, intitulée Devote oreison de Nostre Dame.

504Fol. 147v-159v: Suffrages des saints incluant Notre-Dame, La Trinité, saint Michel, saint Jean-Baptiste, saint Pierre, saint Paul, saint Jean l’évangéliste, saint André, saint Étienne, saint Denis, saint Sébastien (deux oraisons), saint Maur, saint Fiacre, saint Martin, saint Nicolas, saint Antoine, saint Bénigne, saint Georges, saints Médard et Gildard, saint Adrien, sainte Marie Madeleine, sainte Catherine, sainte Anne, sainte Marguerite, Tous les saints.

505Fol. 159v-161 : trois prières propitiatoires en latin, avec rubrique en français, à réciter en effectuant le signe de croix lorsque l’on sort du lit et lorsque l’on se couche : Quant on part du lit ; Sur lit quant on se couche ; Oreison quant on part du lit.

506Fol. 161-161v : oraison De Nostre Seigneur Ihesu Christ

507Fol. 161v-165 : autres suffrages de saints incluant saint Vincent, saint Claude, saint Bernardin, Notre Dame.

508Fol. 165-165v : Prose de Nostre Dame (Inviolata integra et casta te Maria).

509Fol. 166-167 : Les sept versets de saint Bernard.

510Fol. 167-171 : Ajouts de prières à la fin du xve ou début xvie : O bone Ihesu, o piissime Ihesu, o dulcissime Ihesu (fol. 167-168v), puis une prière de protection à Dieu, Abraham, Isaac et Jacob, saint Michel et la Vierge (fol. 169-171).

Ornement

511Les sections principales sont introduites par une enluminure occupant 11 lignes sur 15 dans le cadre de justification et débordant dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. Le texte est introduit par une lettrine ornée sur fond d’or de 4 lignes de haut. Bordure végétalisée peinte, dorée et peuplée d’oiseaux dans les quatre marges.

512Heures de la Vierge : fol. 22, matines (Annonciation) ; fol. 47v, prime (Nativité ou Adoration de l’Enfant) ; fol. 59v, none (Présentation au Temple) ; fol. 64, vêpres (Fuite en Égypte) ; fol. 70v, complies (Couronnement de la Vierge).

513Psaumes pénitentiels, fol. 75 : David en prières.

514Office des morts, fol. 99 : scène de funérailles avec chant de l’office.

515Sections secondaires introduites par une bordure végétalisée peinte et dorée sur trois côtés avec une vignette peinte inscrite dans la marge de queue ou de gouttière. Le texte est introduit par une initiale peinte et dorée de 2 lignes de haut :

516Péricopes : fol. 14, 15, 16v (Matthieu, la vignette a été découpée), 18 (Marc, la marge de queue a été découpée).

517Incipit des heures de la Croix (fol. 45v) et des heures du Saint-Esprit (fol. 46v). Seuls les incipit de ces heures ont été rédigés. Les marges de queue où se trouvaient probablement des vignettes peintes ont été découpées.

518Fol. 95v, prière Obsecro te introduite par une bordure végétalisée peinte et dorée sur trois côtés et une lettrine historiée avec la Vierge à l’Enfant de trois lignes de haut.

519Initiales peintes et dorées d’une ou deux lignes au début des pièces et des versets.

520Bouts de lignes ornés dans les Sept joies de la Vierge et les Sept versets de saint Bernard (fol. 18v-21v) et dans la litanie (fol. 85v-92).

521Lettres rehaussées dans la prière Obsecro te, fol. 95v-98v.

522L’ornement de la troisième unité codicologique, fol. 137-167, comporte les mêmes caractéristiques que celui du reste du manuscrit, mais il n’est pas de la même main : bordures végétalisées peintes et dorées sur 3 côtés et lettrine peinte sur fond d’or de 4 lignes de haut au début des sections (Sept requêtes de la Vierge, fol. 141 ; O intemerata, fol. 144 ; suffrage des saints et prières propitiatoires, fol. 147v-166v). Initiales peintes et dorées d’une ou deux lignes de haut pour introduire les versets et les pièces.

Livre d’heures à l’usage de Rome. Nord de la France, milieu du xve siècle (1455 ?)

523McGill 158

Présentation matérielle

524Vélin, 82 x 110 mm.

525136 fol. sans reliure ni foliotation (plusieurs foliotations modernes au crayon ; quelques cahiers sont foliotés à l’encre dans une écriture moderne). Incomplet. Le calendrier manque ainsi que l’incipit des heures de la Vierge. La foliotation actuelle est à revoir. Plusieurs folios ne sont pas à la bonne place.

  • 28 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

526Cadre de justification : 44 x 65 mm. Écriture sur une colonne, 16 lignes. Réglures à l’encre brune. Encre brun foncé, rubriques rouges. Écrit et décoré dans le nord de la France ou en Flandre en petites cursives gothiques à la fin du xve siècle28. Antiennes, répons et versets en caractères plus petits que les autres pièces.

527Latin. Plusieurs rubriques en français avec traits picards. Ajout d’une prière en flamand dans une main de la fin du xve siècle, fol. 132v-135v.

Contenu

528Fol. 1 : Page de titre (écriture du xviie siècle ?). Heure de la Vierge. MCCCCLV.

529Fol. 2 : manquant.

530Fol. 3-43v : Heures de la Vierge, de matines à vêpres.

531Fol. 44-44v : début des heures de la Croix.

532Fol. 45-58v : Sept psaumes pénitentiels. La fin est manquante.

533Fol. 59-83v : Office des morts. Ajout dans une écriture cursive de la fin du xve ou du xvie siècle en bas du fol. 83v : Anime omnium fidelium defunctorum per misericordiam dey sine fine requiescant in oracionum. Amen.

534Fol. 84-95v : Suffrages des saints (fragmentaire), incluant saint Quentin, saint Antoine, saint Laurent, sainte Barbe, saint Adrien, saint Christophe, saint Blaise, sainte Marie Madeleine.

535Fol. 96-99v : Prières diverses (Novae laudis ad est festivitas, Stabat mater).

536Fol. 100-101v : prières de saint Grégoire sur la Passion.

537Fol. 102-117 : diverses prières à la Vierge, fragmentaires, incluant Obsecro te, O intemerata, Gaude flore virginali.

538Fol. 118-132 : Oraisons diverses, notamment à saint Sébastien, la sainte Croix, aux douze apôtres, à sainte Marguerite, Tous les saints, prière contre la mort.

539Fol. 132-135v : prière en flamand dans une écriture cursive de la fin du xve ou du début du xvie siècle.

540Fol. 136-136v : Sept versets de saint Bernard.

Ornement

541Le fol. 1 porte le titre Heures de la Vierge. mcccclv surmonté d’une fleur de lys ; une couronne est peinte entre le titre et la date. L’écriture semble dater du xviie siècle. Ce titre est encadré par une bordure végétalisée de même style que celles que l’on trouve dans le reste du manuscrit. Elle a été découpée et collée autour du titre, sur ce folio qui fait office de frontispice.

542Quelques sections sont introduites par une lettrine ornée et dorée de 5 lignes de haut et encadré par une bordure végétalisée dans les quatre marges : fol. 20 (prime des heures de la Vierge), fol. 32 (sexte), 35 (none), 38 (vêpres), 44 (heures de la Croix), 45 (psaumes pénitentiels), 59 (office des morts).

543Lettrine historiée de 8 lignes de haut et bordure végétalisée dans les 4 marges introduisant certains suffrages de saints : fol. 84v (saint Quentin), fol. 86 (saint Laurent) ; fol. 127v (Toussaint : un personnage en prière devant un groupe de saints) ; fol. 136 (Sept versets de saint Bernard : saint Bernard terrassant le diable).

544Lettrine ornée de 4 ou 5 lignes de haut et bordure végétalisée dans les quatre marges pour d’autres suffrages de saints ou prières mariales : fol. 85 (saint Antoine), fol. 87 (sainte Barbe), fol. 88 (saint Adrien), fol. 89 (saint Christophe), fol. 95 (Marie Madeleine), fol. 96 (Présentation de la Vierge : Noue laudis adest festiuitas grata mundo ac celi ciuibus), fol. 97 (Stabat mater), fol. 100 (prières de Grégoire le Grand sur la Passion), fol. 118 (saint Sébastien), fol. 126 (sainte Marguerite).

545Initiale peinte et dorée de 5 lignes de haut en introduction de la prière O Intemerata (fol. 105).

546Initiales peintes, filigranées et dorées d’une ou deux lignes de haut au début des pièces et des versets.

547Bouts de lignes ornés dans la litanie (fol. 54v-58v).

Montréal, Université du Québec à Montréal, Bibliothèque des Arts, collections spéciales

5482 manuscrits

Livre d’heures à l’usage de Rome, calendrier à l’usage de Sarum (Salisbury). Bruges, v. 1390-1400, augmenté à Florence dans le 2e quart du xve siècle

  • 29 Une description précise de ce manuscrit est donnée par A. Bergeron-Foote dans l’article cité en bib (...)

549Ms. 229

550Parchemin et vélin, 99 x 129 mm.

551165 fol. non numérotés.

552Deux sections codicologiques distinctes.

(I) Fol. 1-12v, 23-165

Présentation matérielle

553Cadre de justification : 52 x 78 mm.

554Écriture gothique textualis à l’encre brune (brune et rouge dans le calendrier). Texte sur une colonne, à 14 lignes (17 lignes dans le calendrier). Réglure à l’encre rouge pâle, rubriques en rouge.

555Latin. Ajouts en dialecte italien du nord.

Contenu

556Fol. 1-12v : Calendrier.

557Fol. 23-26 : Heures abrégées de la Vierge pour primes.

558Fol. 26v : blanc.

559Fol. 27-72v : Heures de la Vierge à l’usage de Rome, incluant matines (fol. 27-37v), laudes (fol. 38-49), prime (fol. 49v-53v), tierce (fol. 53v-56v), sexte (fol. 56v-59v), none (fol. 59v-62v), vêpres (fol. 62v-68), complies (fol. 68-72v).

560Fol. 73-103v : Messes votives en l’honneur de la Trinité (fol. 73-79v), des défunts (fol. 80-83v), de tous les saints (fol. 84-88v), des anges (fol. 89-93). Fol. 93v blanc. Messe votive en l’honneur de la sainte croix (fol. 94-96v), de la Vierge (fol. 97-99). Fol. 99v blanc. Messe votive en l’honneur du Saint Esprit (fol. 100-103v).

561Fol. 104-121 : Psaumes pénitentiels (fol. 104-116) et litanie (fol. 116-121).

562Fol. 121v : blanc.

563Fol. 122-155 : Office des morts.

564Fol. 155v : blanc.

565Fol. 156-157 : Prière des Cinq joies de la Vierge.

566Fol. 157-158v : suffrages des saints incluant saint Jean Baptiste, saint Antoine, sainte Catherine.

567Fol. 159-159v: Sept versets de saint Bernard.

568Fol. 160-164 : Péricopes de Luc, Matthieu et Marc.

569Fol. 164-165 : Prière en dialecte italien du nord pour quérir des soins : [S]egno illumina li me ogi che zamor e no dorme in la morte e che lo inimigo me no diga ce ello agia avvo possanza in verde le, e o parlan in la mea lengua a mi fea manifesto la mea fin, e lo numero de li me gorni chi me lo dira a zo che sapia zo che me manche. // [S]egno in le toe men a recomando lo me spirito segno de de [sic] la verite tu si me remuo. Ti me roto li me ligami, a ti sacrifichero la ostia de lo loso e si demandero lo nome de lo segno, la fuga peri se dami e no ne chi cerche lanima mea. Segno e o crea in ver de ti e si o dito che tu e la mea speranza in la terra de li vivi, fa con mego. Segno in ben azo che o vega quelli chi man avvo in odio, e sean confusi in pero che ti segno si me aia e si me consola. Amen.

Ornement

570L’ornement ne comprend pas d’enluminure mais un système hiérarchique très élaboré fondé sur les initiales.

571Lettrine de 5 interlignes de haut, peinte et ornée, sur fond d’or, à la panse végétalisée et se prolongeant en bordures végétales dans les marges, au début de chaque section importante : fol. 23 (heures de la Croix), fol. 27 (matines des heures de la Vierge), fol. 38 (laudes), fol. 49v (prime), fol. 53v (tierce), fol. 56v (sexte), fol. 59v (none), fol. 62v (vêpres), fol. 68 (complies), fol. 73 (messe en l’honneur de la Trinité), fol. 80 (messe pour les défunts), fol. 84 (messe en l’honneur de Tous les saints), fol. 89 (messe en l’honneur des anges), fol. 94 (messe en l’honneur de la sainte Croix), fol. 97 (messe en l’honneur de la Vierge), fol. 100 (messe en l’honneur du Saint-Esprit), fol. 104 (psaumes pénitentiels et litanie), fol. 122 (office des morts)

572Initiale marginale de 6 interlignes de haut, en or sur fond bleu et rouge, au début de la première lectio des matines de la Vierge (fol. 34), du premier psaume de none (fol. 60), des lectiones de l’évangile de Jean dans les messes en l’honneur de la Trinité (fol. 78v), des défunts (fol. 81v), de Tous les saints (fol. 87), des lectiones de l’évangile selon Matthieu dans les messes en l’honneur des anges (fol. 91) et de la sainte Croix (fol. 95v), de la lectio de l’évangile selon Luc dans la messe en l’honneur de la Vierge (fol. 98v), de la lectio des Actes et de l’évangile de Jean dans la messe en l’honneur du Saint-Esprit (fol. 100v, 101v), de l’oraison Inclina domine aurem tuam ad preces nostras de l’office des morts (fol. 126), du début des péricopes de Luc (fol. 160) et de Marc (fol. 163).

573Initiale marginale de même facture, de 4 interlignes de haut, au début de la messe de la Vierge (Introibo ad altare, ad Deum qui letificat iuventutem meam) insérée à la fin de l’office de la Vierge (fol. 71v). Cette messe, sans rubrique, est également signalée par un changement de couleur d’encre, ici brune et non noire. Il s’agit d’un ajout postérieur, même si l’écriture semble identique. Le fol. 72 est collé au précédent sur un onglet.

574Initiales de 2 interlignes de haut, peintes en or sur fond alternativement rouge ou bleu et dont la panse est alternativement dans l’autre couleur, au début des sections des offices.

575Initiales d’un interligne de haut au début des versets, alternativement peintes en or avec filigranes violets et peintes en bleu avec filigranes rouges.

576Lettres rehaussées de rouge au début des invocations, antiennes, versets et répons.

577Bouts de ligne à l’encre rouge et bleue dans la prière des Cinq joies de la Vierge, fol. 156-156v et dans les Versets de saint Bernard (fol. 159). Cette dernière prière est écrite alternativement à l’encre or et bleue, à raison de deux lignes par couleur.

(II) Fol. 13-22v

Présentation matérielle

578Vélin. Cadre de justification : 53 x 73 mm.

579Écriture italienne textualis formata (rotunda) à l’encre brune. Réglure à la mine de plomb. Rubriques en rouge, pieds de mouche en bleu.

580Latin.

Contenu

581Extrait des matines de l’office de la Vierge provenant d’un livre d’heures italien, comprenant les psaumes devant être récités le mardi et le vendredi : psaume 45 (Eructavit cor meum), 46 (Deus noster refugium et virtus), 86 (Fundamenta eius in montibus sanctis) ; le mercredi et le samedi : psaume 95 (Cantate domino canticum novum, cantate domino omnis terra), 96 (Dominus regnauit exultet terra), 97 (Cantate Domino canticum novum, quia mirabilia fecit).

Ornement

582Initiales peintes et ornées de 3 lignes de haut, sur fond d’or, au début de chaque section.

583Initiales peintes et bleu et filigranées de rouge au début des psaumes.

584Initiales peintes en bleu d’une ligne de haut au début des versets.

Bibliographie

585Bergeron-Foote, Ariane. « Entre Flandre, Angleterre et Italie, un livre d’heures résolument européen dans les Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM », Memini. Travaux et documents, 15, 2011, p. 39-58.

Livre d’heures à l’usage de Rouen, dit Heures de Pellegrin de Remicourt. Nord de la France (Rouen ?), v. 1470-1475

586Ms. 3

Présentation matérielle

587Parchemin, 4 + 108 folios non numérotés. 140 x 186 mm.

I. fol. 1

588Feuillet collé sur la page de garde en papier, réglé en rouge à 17 lignes.

589Sur les deux premières lignes du recto, dans une écriture du xvie siècle : « Aymer ifault dieu, sur toute Ihesu et son prochain comme soy mesme », suivi d’une signature.

II. Fol. 2-4v

590Binion dont le premier feuillet a été découpé, réglé à la pointe sèche et à l’encre rouge, à 24 ou 25 lignes. Cadre de justification : 92 x 127 mm. Écritures cursives de la fin du xve et du début du xvie siècle. Livre de famille de Pellegrin de Remicourt et son épouse Madeleine avec la liste de leurs 16 enfants, nés entre le 2 juillet 1478 et le 28 novembre 1500. Encre noire ou brune ; rubriques et notice sur Philippe, le 11e enfant du couple, en rouge. Dates, prénoms, mots « parrains » et « marraines » à l’encre rouge ou bleue. Pieds de mouche bleus.

III. Fol. 5-108

Présentation matérielle et contenu

591Fol. 5-16v : Calendrier. Écriture gothique de la fin du xve siècle à 17 lignes. Cadre de justification 70 x 110 mm. Encre rouge, bleue et or pour les noms de saints, noire pour les noms des mois et lettres dominicales. Monogramme KL peint en or sur fond rouge et bleu filigrané, de deux lignes de haut. Latin.

592Fol. 17-101v : Offices et prières additionnelles. Péricopes (fol. 17-20v), prières pour la Vierge, O intemerata et Obsecro te (fol. 21-23v), heures de la Vierge (fol. 24-67v) avec prières à saint Michel, saint Nicolas, sainte Catherine et pour la paix à la fin de l’office des laudes (fol. 42-43v), petites heures de la Croix (fol. 68-70v), petites heures du Saint-Esprit (fol. 71-72v), office des morts (fol. 73-95v), prières des Quinze joies de la Vierge, des Sept requêtes à Notre Seigneur, des Quinque gaudia beatae Mariae (fol. 96-101v). Écriture gothique de la fin du xve siècle à 17 lignes. Cadre de justification 70 x 110 mm. Écriture à l’encre noire. Rubriques en rouge. Caractères d’un module sensiblement plus petit pour les antiennes, répons et versets. Latin. Prières des Quinze joies de la Vierge (fol. 96) et des Sept requêtes à Notre Seigneur (fol. 99v) en français.

593Fol. 102-107v : Prières additionnelles. Écritures gothiques cursives de la fin du xve et du début du xvie siècle à 17 lignes. Initiales peintes de 1 ou 2 lignes de haut et bouts de lignes ornées (fol. 102-104v) ; initiales peintes (fol. 105-107v).

594Stabat mater (fol. 102-104),

595Sept douleurs de la Vierge : Interveniat pro nobis [quaesumus] domine (fol. 104),

596prière à Marie Madeleine, alternativement en latin et en français : Grave pondus Magdalena / De mez pechiez a dire voir (fol. 105-106v),

597transitus de saint François : Salve sancte pater patrie lux forma minorum (fol. 107),

598sept prières de saint Grégoire sur la Passion : Adore te domine Ihesu Christe in cruce pendenten (fol. 107v) suivies de la mention suivante : « Quiconque estant dans lestat de grace dira ces dessusdites oroysons gangnera XLVI mille ans de vrais pardons. Deo Gratias. »

599Fol. 108v : dans une écriture à l’encre brune du xvie siècle, semblable à celle du fol. 1, prière à saint Antoine de Padoue : O proles Hispaniae, pavor infidelium.

Ornement (fol. 17-101)

600Au début des sections où elles n’ont pas été découpées, 6 enluminures attribuées par B. Dunn-Lardeau à l’atelier du Maître de l’échevinage de Rouen, occupent 13 lignes du cadre de justification et débordent dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. L’incipit de l’office est introduit par une lettrine peinte en bleu sur fond d’or, à la panse végétalisée, de 4 lignes de haut. Bordures végétalisées, peuplées d’oiseaux et de chimères autour de la scène de l’Annonciation, dans les marges latérales et de queue.

601Fol. 27 : Annonciation (matines de l’office de la Vierge).

602Fol. 47 : Annonce aux bergers (tierce de la Vierge). Une jeune femme, portant une couronne de mariage, une robe rouge sur laquelle repose un bouquet de fleurs, accompagnée d’un lévrier, est représentée dans la scène auprès des bergers.

603Fol. 52 : Présentation au Temple (none de la Vierge). La même jeune femme que celle de l’Annonce aux bergers, portant un cierge incandescent, est représentée derrière la Vierge.

604Fol. 55 : Fuite en Égypte (vêpres).

605Fol. 68 : Crucifixion (heures de la croix).

606Fol. 73 : Inhumation dans un cimetière célébrée par six prêtres et un cortège de six pénitents. L’âme du défunt (un homme semble-t-il) est recueillie par un ange (office des morts).

607Plusieurs folios enluminés manquants : entre fol. 34 et 35 (laudes de l’office de la Vierge), entre fol. 43 et 44 (prime de l’office de la Vierge), entre fol. 49 et 50 (sexte de l’office de la Vierge), entre fol. 56 et 57 (complies de l’office de la Vierge), entre fol. 70 et 71 (heures du Saint-Esprit).

608Bordures végétalisées dans les marges de tête, de queue, et de petit fond, et lettrine végétalisée peinte sur fond d’or de 4 lignes de haut au début des prières Obsecro te (fol. 21), O intemerata (fol. 24), Quinze joies de la Vierge (fol. 96) et des Sept requêtes à Notre Seigneur (fol. 99v).

609Initiales d’or sur fond bleu ou rouge, filigranées, d’une ou deux lignes de haut, au début des versets.

610Bouts de lignes peints (rouge/bleu) rehaussés d’or et filigranés, et bouts de lignes ornés à l’encre noire parfois rehaussés de bleu et de rouge.

611Lettres rehaussées de couleur jaune.

Bibliographie

612Bergeron-Foote, Ariane. « Personnaliser un livre d’heures : l’exemple du livre de raison de Pierre Pellegrin, seigneur de Remicourt et de son épouse Madeleine Symier (1478-1500) », Memini. Travaux et documents, 15, 2011, p. 65-72. Reproduction du fol. 1, début de la descendance de Pellegrin de Remicourt.

613Dunn-Lardeau, Brenda. « Les enluminures et les bordures du livre d’Heures de Pellegrin de Remicourt », dans Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l’UQAM. Actes de la première journée d’études sur les livres anciens, suivis du catalogue de l’exposition L’Humanisme et les imprimeurs français au xvie siècle, Montréal, UQÀM, 2006 (collection « Figura », n° 15), p. 13-38.

614Hardy, Chantal. « Les Heures de 1480. Étude du manuscrit conservé à la Bibliothèque des Arts de l’UQAM », tapuscrit conservé dans le dossier du manuscrit aux Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM, 29 p.

615Hébert, Michel. « Un homme et son livre d’heures. Pierre Pellegrin, seigneur de Remicourt », dans Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l’UQAM. Actes de la première journée d’études sur les livres anciens, suivis du catalogue de l’exposition L’Humanisme et les imprimeurs français au xvie siècle, Montréal, UQÀM, 2006 (collection « Figura », n° 15), p. 39-57.

616Tylus, Piotr. « Pellegrin de Remicourt et son livre d’heures », ibid., p. 161-164.

Exposition

617L’Humanisme et les imprimeurs français au XVIe siècle, Montréal, UQÀM, Salle des livres rares, 2 décembre 2005 au 24 mars 2006. Catalogue dans Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l’UQAM. Actes de la première journée d’études sur les livres anciens, suivis du catalogue de l’exposition L’Humanisme et les imprimeurs français au xvie siècle, Montréal, UQÀM, 2006 (collection « Figura », n° 15), p. 155-201.

Québec, Musée de l’Amérique francophone (Dépôt du Séminaire de Québec)

6181 manuscrit

619Sans cote

Livre d’heures à l’usage de Paris, ayant appartenu à Denis et Jean d’Espinay. Nord de la France, xve siècle

Présentation matérielle

620Parchemin, 106 x 163 mm.

621148 fol. non numérotés.

622Latin. Calendrier et quelques rubriques en français. Ajouts en français.

623Cadre de justification : 65 x 95 mm. Écriture sur une colonne, à 17 lignes. Encre brune, rubriques en rouge. Encre rouge, bleue et or dans le calendrier. Réglure à l’encre rouge.

624L’écriture des répons, versets et antiennes présente un caractère sensiblement plus petit que celui des autres pièces.

625Reliure portant le nom « Urbain » (plat supérieur) « Boulie » (plat inférieur) surmonté d’une croix avec les instruments de la Passion.

Contenu

626Fol. 1-1v : vierge, jauni, ayant probablement servi de couverture avant la reliure.

627En haut du fol. 1, ajout dans une écriture cursive du xvie siècle : Un bon efent de sa puisinse. Anno 6, suivie de quelques lettres et chiffres non identifiés.

628Fol. 2-13v : Calendrier.

629Fol. 14-14v : vierge.

630Fol. 15-19 : Péricopes. Le folio introductif, qui présentait sans doute une image des quatre évangélistes et le début de la péricope de Jean a été découpé. Le talon subsiste.

631Fol. 19-22v : Obsecro te.

632Fol. 22v-24v : Oratio beate Marie (O intemerata).

633Fol. 25 : Devota oratio ad Ihesum Christum (O bone Ihesu duo in me agnosco).

634Fol. 25v : vierge.

635Fol. 26-74v : Heures de la Vierge. Les folios introductifs des différentes heures ont tous été découpés. Les talons subsistent.

636Fol. 75-88v : Psaumes pénitentiels et litanie. Le folio introductif manque.

637Fol. 89-94v : Heures de la croix. Le folio introductif manque.

638Fol. 95-98v : Heures du Saint-Esprit. Le folio introductif manque.

639Fol. 99-135v : Office des morts

640Fol. 136-146 : Suffrages des saints, incluant la Trinité, saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Pierre et saint Paul, saint André, saint Jacques, saint Etienne, saint Laurent, saint Sébastien, saint Adrien, saint Nicolas, saint Antoine, saint Fiacre, sainte Anne, sainte Marie Madeleine, sainte Catherine, sainte Marguerite, sainte Barbe, sainte Rose, sainte Apolline, sainte Geneviève, beata Avia, Tous les saints.

641Fol. 146v-148 : initialement vierges.

642Fol. 146 : Ajout dans une écriture de la fin du xve ou du début xvie siècle : Dyonius Despinay. Jehan Despinay. CHRISTI. Si nomen meum queris, Iohannes : plenus amoris, et in meo cognomine Despinay dicitur esse. Suivi d’une signature.

643Fol. 147v : Prière à saint Denis ajoutée dans une écriture cursive (début xvie ?) différente de celle du folio précédent : O benois saint Denis, que ta foy es grande, prie pour nous nostre signeur Jesus escrist et noüs quy ne somme poins en calité senblable a toy quy an elargisent ta sainte grace de ses joie. il nous face estre participens du roiaulme de paradis. Amen. Puis, dans la même écriture, en-dessous, encadré : Si fine l’oraison du glorieulx saint Denis quy pour sa festes a Saint Denis an France. En dessous, dans une écriture différente du xvie siècle. Quelques mots difficilement intelligibles : Si filio dominue nou secocu.

644Fol. 148 : Répétition, par la même main que celle du folio précédent, des deux premiers versets de la prière à saint Denis, en partie effacée. Puis, d’une autre main (milieu xvie siècle), différente de celles des fol. 146 et 147, prière à la sainte Croix : Saincte vraye croys aoree / Qui du corps de dieu fut aornee / Et de son sang anluminee / Par ta vertu par ta puissance / Deffens mon corps de male mechante / Et me octroyt par ton plaisir / Que vrays souffes puisse mourir. Finis.

Ornement

645Toutes les pages enluminées qui introduisaient les sections principales ont été découpées. Les talons subsistent. Laissant parfois deviner les bordures marginales végétalisées qui encadraient les images.

646Bordure végétalisée encadrée de deux baguettes verticales à l’encre rouge, dans la marge de gouttière de toutes les pages marquant le début d’une pièce ou d’une section d’un office.

647Initiale peinte en bleu, à la panse végétalisée se détachant sur une fond d’or, de 3 ou 4 lignes de haut au début de chaque péricope et des prières Obsecro te et O intemerata.

648Initiales dorées à la panse peinte et filigranée, sur fond peint alternativement rouge et bleu (voire rouge et bleu), d’une ou de deux lignes de haut au début des pièces et versets.

649Bouts de lignes ornés.

Bibliographie

650Labrecque, Claire et Macias-Valadez, Katia. « L’art médiéval dans les collections québécoises », Cap-au-Diamant. La revue d’histoire du Québec, n° 42, été 1995 : Présence du Moyen Âge au Québec, p. 27, ill. 4 : reproduction d’une double page de la section des vêpres de l’office de la Vierge (fol. 67v-68).

651Méhu, Didier. Gratia Dei. Les chemins du Moyen Âge, Montréal, Fides, 2003, p. 172-173 : reproduction d’une double page (fol. 17v-18) avec bordures végétalisées sur les quatre côtés au début de la péricope de Matthieu.

Haut de page

Notes

1 L’université McGill en conserve 19 : mss 95, 96, 99, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 110, 149, 153, 163, 165, 187, 189, 193, 198, 199. D’autres se trouvent très certainement ailleurs mais nous ne les avons pas répertoriées.

2 S. de Ricci et W. J. Wilson (collab.), Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, vol. II, New York, The H. W. Wilson Company, 1937, p. 2203-2222, « The Library of McGill University, Montreal, Canada » : 178 titres, numérotés de 1 à 178 (c’est cette numérotation que l’on reprend dans les notices descriptives des manuscrits). Le Supplément du Census ne recense pas de livres d’heures conservés dans les collections du Québec : C. U. Faye et W. H. Bond, Supplement to the Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, New York, The Bibliographical Society of America, 1962.

3 Elles sont consultables dans les dossiers des manuscrits aux Collections spéciales de la McLennan Library à l’Université McGill.

4 Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l’UQAM. Actes de la première journée d’études sur les livres anciens, suivis du catalogue de l’exposition L’Humanisme et les imprimeurs français au xvie siècle, dir. B. Dunn-Lardeau et J. Biron, Montréal, UQÀM, 2006 (collection « Figura », n° 15) : B. Dunn-Lardeau, « Les enluminures et les bordures du livre d’Heures de Pellegrin de Remicourt », p. 13-38 ; M. Hébert, « Un homme et son livre d’heures. Pierre Pellegrin, seigneur de Remicourt », p. 39-57 ; P. Tylus, « Pellegrin de Remicourt et son livre d’heures », p. 161-164.

5 Manuscrits du Moyen Âge et de l’Humanisme dans les Collections de l’UQAM et de Concordia, dir. B. Dunn-Lardeau et J. Auberger, Memini. Travaux et documents, 15, 2011, p. 5-94 : A. Bergeron-Foote, « Entre Flandre, Angleterre et Italie, un livre d’heures résolument européen dans les Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM », p. 39-58 ; Ead., « Personnaliser un livre d’heures : l’exemple du livre de raison de Pierre Pellegrin, seigneur de Remicourt et de son épouse Madeleine Symier (1478-1500) », p. 65-72 ; B. Dunn-Lardeau, « L’enlumineur du livre d’Heures des Collections spéciales Vanier de l’Université Concordia », p. 73-94.

6 P. Andrist, P. Canart, M. Maniaci, La syntaxe du codex. Essai de codicologie structurale, Turnhout, Brepols (Bibliologia, 34), 2013, notamment p. 135-169, où les auteurs présentent les défauts de différentes notices consacrées à un même manuscrit, avant de proposer une notice catalographique améliorée établie en fonction de la structure codicologique complexe du manuscrit et tenant compte du contenu, de la matière, de l’organisation des cahiers et des pages, de l’écriture et de l’encre, de l’ornementation, des notes additionnelles.

7 Nous tenons à remercier les conservateurs des Archives des Jésuites de Montréal et du Musée d’art de Joliette pour avoir permis une reproduction photographique complète des manuscrits et leur consultation répétée par les étudiants.

8 Corpus Antiphonalium Officii, éd. R.-J. Hesbert, 6 vol., Rome (Rerum Ecclesiasticarum Documenta Series Maior. Fontes, 7-12), 1963-1977/1978. Corpus benedictionum pontificalium, éd. E. Moeller, 4 vol. (CCSL 162, 162A, 162B, 162C), Turnhout, Brepols, 1971, 1973, 1979. Corpus orationum, éd. E. Moeller, J.-M. Clément, 11 vol., Turnhout, Brepols (CCSL, 160, 160A à 160J), 1992-1999. Corpus praefationum, éd. E. Moeller, 5 vol., Turnout, Brepols (CCSL 161, 161A à 161D), 1980-1981.

9 V. Leroquais, Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, 3 vol., Mâcon, Protat, 1927 ; vol. 4, Supplément aux livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale : Acquisitions récentes et donation Smith-Lesouëf, Mâcon, Protat, 1943.

10 E. Drigsdahl, Late Medieval and Renaissance Illuminated Manuscripts: Books of Hours, Copenhague, Center for Håndskriftstudier i Danmark, 1997-2006. [En ligne] http://www.chd.dk.

11 Étude effectuée dans le cadre d’un Masters-Level du Department of English de l’Université d’Ottawa.

12 Là ne sont pas les seuls lieux de production des livres d’heures des xive-xvie siècles, mais les régions représentées par les manuscrits conservées dans les collections du Québec.

13 La bibliographie sur les livres d’heures est ample, mais souvent décevante. Outre les travaux importants de Victor Leroquais et d’Erik Drigsdahl, cités dans les notes précédentes, nous retenons les travaux suivants, auxquels nous renvoyons une fois pour toutes dans cette introduction : E. Duffy, Marking the Hours: English People and their Prayers, 1240-1570, New Haven, CT, 2006 ; J. Harthan, Books of Hours and their Owners, London, 1977 (trad. française : L'âge d'or des livres d'heures, Paris / Bruxelles, Elsevier Séquoia, 1977) ; M. Milman, Les heures de la prière : catalogue des livres d’Heures de la bibliothèque de l’abbaye d'Einsiedeln, Turnhout, Brepols 2003 ; Time Sanctified. The Book of Hours in Medieval Art and Life: Exhibition organized by the Walters art Gallery, Baltimore, 23 April-17 July 1988, dir. R. S. Wieck, London, Sotheby’s Publications, 1988 ; D. Vanwinjsberghe, « The Cyclical Illustrations of the Little Hours of the Virgin in Pre-Eckyan Manuscripts », dans Flanders in a European Perspective: Manuscript Illumination Around 1400 in Flanders and Abroad. Proceedings of the International Colloquium, Leuven, 7-10 September 1993, dir. M. Smeyers and B. Cardon, Louvain, Peeters, 1995, p. 285-296 ; R. S. Wieck, Painted Prayers: the Book of Hours in Medieval and Renaissance Art, New York, George Braziller/The Pierpont Morgan Library, 1997 ; id., « Book of Hours », dans Leaves of Gold: Manuscript Illumination from Philadelphia Collections, ed. J. R. Tanis, Philadelphia, Philadelphia Museum of Art, 2001, p. 68-129 ; Id., « Prayer for the People: The Book of Hours », dans A History of Prayer: the First to the Fifteenth Century, ed. R. Hammerling. Leiden / Boston, Brill, 2008, p. 389-440.

14 Voir les travaux cités supra dans les notes 7, 8 et 9, auxquels il convient notamment d’ajouter A. Wilmart, Auteurs spirituels et textes dévots du Moyen Âge latin : études d'histoire littéraire, Paris, Bloud et Gay, 1932.

15 Je n’entre pas ici dans la distinction entre récitation, incantation, psalmodie et chant, ni sur les modalités de la voix, si importantes dans la liturgie monastique, pour englober dans le verbe « réciter » les différentes formes potentielles prises par la vocalisation de la prière laïque. Il conviendrait cependant de creuser cette question afin de savoir vraiment comment étaient « récitées » les pièces contenues dans les livres d’heures.

16 U. Ernst, « Farbe und Schrift im Mittelalter. Unter Berüscksichtigung antiker Grundlagen und neuzeitlicher Rezeptionsformen », dans Testo e immagine nell’alto medioevo, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 41, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1994, vol. 1, p. 343-415 ; B. Tewes, Die Handschriften der Schule von Luxeuil. Kunst und Ikonographie eines frühmitelalterlichen Skriptoriums, Wiesbaden, Harrassowitz, 2011 (Wolfenbütteler Mittelalter-Studien 22) ; D. Méhu, « Rituels, décors et ornements dans le pontifical d’Autun », dans Bologne et le pontifical d’Autun : un chef-d’œuvre inconnu du premier Trecento, 1330-1340, Langres, Éditions Dominique Gueniot, 2012, p. 177-194 ; Id., « The Colours of the Ritual: Description and Inscription of Church Dedication in Liturgical Manuscripts (10th-11th centuries) », à paraître dans Dumbarton Oaks Papers, 2014, Sign and Design. A Cross-Cultural Perspective.

17 K. Rudy, « Dirty Books: Quantifying Patterns of Use in Medieval Manuscripts Using a Densitometer », Journal of Historians of Netherlandish Art, 2, n°1-2, 2012, http://www.jhna.org/index.php/past-issues/volume-2-issue-1-2/129-dirty-books.

18 S. Lepape, Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France du Nord et en Angleterre, du xiiie siècle au xvie siècle, Thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2007. I. Guerreau, Klerikersiegel der Diözesen Halberstadt, Hildesheim, Paderborn und Verden im Mittelalter (um 1000-1500), Hanover, Hahnsche Buchhandlung, 2013 ; R. Marcoux, L’espace, le monument et l’image du mort au Moyen Âge : une enquête anthropologique sur les tombeaux médiévaux de la Collection Gaignières, thèse de doctorat, Université Laval / Université de Bourgogne, 2013. On retiendra également l’analyse sérielle et relationnelle menée par Jérôme Baschet sur les images du sein d’Abraham au Moyen Âge, même s’il ne s’est pas appuyé sur l’analyse factorielle des correspondances, ainsi que les remarques méthodologiques qu’il a formulées au sujet de l’analyse sérielle des images : J. Baschet, Le sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000 ; J. Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales », dans Id., L’iconographie médiévale, Paris, Folio Histoire Inédit, 2008, p. 251-280.

19 C. Bozzolo et E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge : trois essais de codicologie quantitative, Paris, Éditions du CNRS, 1980, et Supplément, Paris, Éditions du CNRS, 1983. C. Bozzolo et alii. La face cache du livre médiéval. L’histoire du livre médiéval vue par Ezio Ornato, ses amis et ses collègues, Rome, La Viella, 1997.

20 À l’instar de ce qui est présenté dans le volume de P. Andrist, P. Canart, M. Maniaci, La syntaxe du codex, op. cit.

21 Je remercie Didier Martens et Frédéric Leroy pour leur aide dans la transcription de cette rubrique.

22 Décrit par B. Dunn-Lardeau dans l’article cité en bibliographie.

23 Les notices suivantes reprennent partiellement celles composées par Dyonisios Hatzopoulos qui figurent dans les dossiers des manuscrits conservés aux Rare books and Special Collections de la McLennan Library de l’Université McGill. Ces notices présentes notamment des descriptions détaillées de la codicologie et des enluminures qui n’ont pas été reprises ici. Nous avons en revanche ajouté la description des ornements et la transcription des pièces originales. De même, des précisions ont été apportées relativement à l’identification de certaines pièces euchologiques.

24 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

25 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

26 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

27 Des lettres conservées dans le dossier de ce manuscrit à la Bibliothèque de McGill, datées de 1973 à 1976, témoignent d’une thèse consacrée à ce manuscrit par Vera F. Vines, étudiante à l’Université de Melbourne, sous la direction de Margaret Manion. Le dossier conserve également le plan et le résumé de la thèse (sans son titre), mais pas l’ouvrage, que je n’ai pas pu consulter et n’ai pas su repérer.

28 D’après la notice de D. Hatzopoulos conservée dans le dossier du manuscrit.

29 Une description précise de ce manuscrit est donnée par A. Bergeron-Foote dans l’article cité en bibliographie infra, p. 44-48. Nous la résumons ici, en apportant quelques précisions sur le contenu des fol. 13-22, 156-158v et 160-164, et quelques corrections dans la transcription de la prière des fol. 164-165. La description de l’ornement nous est propre. Pour une description précise de la codicologie, on se reportera à l’article de Mme Bergeron-Foote.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Méhu, « Les livres d’heures manuscrits conservés dans les collections publiques du Québec », Memini [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://memini.revues.org/478 ; DOI : 10.4000/memini.478

Haut de page

Auteur

Didier Méhu

Université Laval

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org