Navigation – Plan du site
Varia

Compte-rendu de la journée d’études « Microhistoire et pratiques historiennes. Échelles, acteurs, formes narratives », Marne la Vallée, 11 mai 2012

Aurélien Le Coq

Entrées d'index

Géographique :

Marne la Vallée, France, Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Le laboratoire ACP « Analyse Comparée des Pouvoirs » (EA 3350) a organisé le vendredi 11 mai 2012, à l’université Paris-Est Marne la Vallée, sous la coordination d’Antoine Franzini et de Didier Lett, une journée d’études consacrée à la microhistoire en présence de Carlo Ginzburg. Plusieurs interventions, le matin, ont permis de questionner les apports, les spécificités de la microhistoire, d’en évoquer les origines. L’après-midi, a été l’occasion pour deux historiens - Jean-Claude Schmitt puis Carlo Ginzburg - de se « raconter », d’évoquer leur expérience d’écriture en lien avec la microhistoire, avant qu’une table ronde ne vienne conclure les débats.

  • 1 « Réduire l’échelle d’observation... Pour quoi faire ? La place de la microhistoire dans les pratiq (...)
  • 2 R. Queneau dans Les fleurs bleues, Paris, 1965, comme F. Braudel dans Traité de sociologie, dir. G. (...)

2Didier Lett (Université Denis-Diderot Paris VII), a introduit la journée en retraçant les premiers pas de la microhistoire1. En Italie, elle s’est appuyée sur une revue, Quaderni Storici, et une collection publiée chez Einaudi, Microstorie. À l’origine était l’idée de trouver une autre voie au sein de l’histoire sociale en desserrant l’étau du structuralisme et la focalisation sur l’histoire globale. Défini de manière dépréciative au sein - comme hors - du champ historique2, le terme trouve une acception nouvelle en Italie, où Carlo Ginzburg, Carlo Poni, Edoardo Grendi et Giovanni Levi lui donnent un sens, une légitimité.

  • 3 E. Anheim et E. Castelli Gattinara, « Jeux d’échelles. Une histoire internationale », Revue de synt (...)
  • 4 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface de l’édition française de G. Levi, Pouvoir au villa (...)
  • 5 G. Noiriel, Sur la crise de l’histoire, Paris, 1996.
  • 6 Le retour de la biographie est concomitant du « retour de l’évènement », cf. Pierre Nora dans Faire (...)
  • 7 C. Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, Paris, 1980.
  • 8 Sur la biographie et les critiques qu’elle suscita : P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Acte (...)

3Cette recherche des origines permet de se pencher sur le projet « microhistoire » et donc sur ce qui justifie d’emprunter une telle voie : un objet, une méthode avec comme pierre angulaire le jeu d’échelle3. En réduisant l’échelle d’observation - à un village, une famille, un individu - la microhistoire sort du modèle de l’histoire régionale labroussienne. Cette histoire qui se veut, diront certains, au ras des sources plutôt qu’au ras du sol4, fait alors l’expérience de la singularité, de l’exception, sortant ainsi de la norme et déconstruisant les catégories familières - et parfois contraignantes - de la macrohistoire. Les questions qu’elle soulève s’inscrivent largement dans les débats qui ont animés la discipline historique, entre la « crise de l’histoire »5 et les nombreux « retours » ‑ biographie, événement, récit6. Le cas de Mennochio étudié par Carlo Ginzburg le montre bien. En une succession de soixante deux paragraphes inégaux, l’auteur laisse faire les acteurs, épouse la démarche de l’inquisiteur sans rompre la narration ni le rythme impulsé par les sources7. Bien que n’étant pas à proprement parler une biographie, ce récit sur la culture d’un meunier de Montereale montre le souci de mise en intrigue et participe de la réhabilitation de pratiques un temps déconsidérées par la recherche8.

  • 9 « Histoire du monde et microhistoire. Réflexions sur le changement d’échelle comme mode opératoire  (...)
  • 10 « Un bien de famille. La société mamelouke et la circulation des patrimoines, ou la petite histoire (...)
  • 11 Histoire du monde au XVe siècle, dir. P. Boucheron, coord. J. Loiseau, P. Monnet et Y. Potin, Paris (...)

4Dans son intervention, Julien Loiseau (Université Montpellier III/IUF) questionne l’articulation entre histoire du monde et microhistoire au prisme des études sur l’islam médiéval9. La discontinuité documentaire qui caractérise en grande partie les sources dont on dispose empêche toute tentative macro et sérielle. De même, les sources de la pratique, mises à jour, permettent la réalisation d’enquêtes limitées dans leur envergure mais très approfondies. La microhistoire devient alors une alternative intéressante, à condition de faire le travail nécessaire de mise en intrigue10. Selon Julien Loiseau, cette démarche microhistorique ne s’oppose pas à une histoire du monde renouvelée et épurée de son approche européano-centrée. Bien au contraire, la prise en compte de l’hétérogénéité des pratiques, des sources ainsi que le décloisonnement de l’historiographie permettent d’introduire une histoire à plusieurs voix, plusieurs échelles et plusieurs intensités narratives, comme en atteste l’ouvrage dirigé avec Patrick Boucheron sur le Monde au XVe siècle11.

  • 12 « Microhistoire, microphysique du pouvoir. Les secrétaires particuliers d’ancien régime, un objet p (...)

5La présentation de Nicolas Schapira (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) démontre l’intérêt d’appliquer la microhistoire au champ de l’histoire politique12. L’articulation des concepts foucaldiens sur les formes et la présence du pouvoir à la méthode microhistorique permet d’apporter un éclairage nouveau sur les premiers pas de Colbert, sa stratégie, ses relations avec les figures du pouvoir. La mise en lumière de la complexité d’un parcours individuel - y compris au cœur du pouvoir monarchique et non sur les marges - étaye le courant historiographique qui voit dans Colbert « l’homme d’un réseau », plutôt qu’un « homme nouveau ». La relation maître (Le Tellier) - secrétaire (Colbert), pendant la période charnière de la Fronde, permet une étude sur la nature relationnelle du pouvoir et est un révélateur de son fonctionnement. Nicolas Schapira démontre par l’étude de la correspondance entre Le Tellier et Colbert - qui représente son maître auprès de Mazarin - la façon dont le secrétaire inscrit sa propre action dans le cadre de celle de son patron - il entre peu de temps après au service de Mazarin. Le corpus utilisé - une correspondance importante et en partie chiffrée - entre dans la catégorie du « document unique » qui caractérise en partie l’approche microhistorique. En outre, l’analyse de l’écrit montre l’image que Colbert se fait et donne de Mazarin dans sa correspondance, sur un ton largement inspiré par les mazarinades. Par ses confidences et ses révélations, Colbert gagne la confiance de Le Tellier et donc gagne en responsabilité. Cette production du réel par l’écrit de même que cette circulation du pouvoir ne peuvent être appréhendées à ce point que par la microhistoire.

  • 13 « Le système est le contexte de l’expérience : juristes anciens dans l’enquête historique ».

6Le dernier exposé de la matinée, présenté par Jean-Frédéric Schaub (EHESS / Universidade nova de Lisboa) a abordé la question de la complexité de l’information et de la documentation, celle-ci n’étant pas propre à nos sociétés modernes13. Plus que quiconque, l’historien qui se situe dans une démarche microhistorique doit être conscient des limites et contenus de sa documentation. En effet, la mise par écrit représente une sorte de filtre important par l’expérience et la norme. L’étude du monde des juristes et de la magistrature par une approche croisée d’histoire du droit - anthropologie des normes juridiques - et d’histoire sociale permet de cerner les conditions de production des documents juridiques, mais aussi le système de production et reproduction des normes, son personnel, son fonctionnement.

7La discussion qui a suivi a insisté avec force sur la place centrale de la question des sources pour l’historien dans la pratique de la microhistoire.

  • 14 « Le singulier en question. Retour sur La conversion d’Hermann le juif ».

8Les séances de l’après-midi ont permis d’approfondir ces réflexions en faisant entrer l’auditoire dans « l’atelier de l’historien », l’invitant à partager l’expérience et le vécu du chercheur. Jean-Claude Schmitt (EHESS) est revenu sur son travail à propos du texte Hermannus quondam Judeus14. S’il ne se revendique pas à proprement parler de la microhistoire, il se voit volontiers en monsieur Jourdain. La traduction en italien d’un autre de ses ouvrages - Le saint lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle - dans la collection Microstorie, prouve si besoin est que sa démarche comporte de nombreuses similarités avec la méthode microhistorique, à commencer le fait - pour Hermann comme pour Guinefort - d’être parti d’un document unique au sein d’une recherche ample, raisonnée, en fonction d’une problématique. Par exemple, dans le cas d’Hermann, la réflexion sur les images médiévales, la fiction de l’individu dans la culture médiévale et les textes autobiographiques, l’intérêt pour les rêves ont été autant de raisons de s’intéresser à ce texte. A ce moment commence le travail sur le texte, l’étude fine du vocabulaire, des mots (chapitre 5, « Le baptême et le nom », p. 199-206), et enfin le souci de mise en intrigue, selon l’expression de Paul Veyne. In fine, Jean-Claude Schmitt voit la microhistoire comme une « respiration », une impérieuse nécessité de changer d’échelle, de déplacer la focale concernant son objet, au service d’un ressourcement dans la recherche.

  • 15 « Microhistoire : modes d’emploi ».
  • 16 C. Ginzburg, « Provincializing the world : Europeans, Indians, Jews (1704) », Postcolonial Studies, (...)

9Carlo Ginzburg enfin, a insisté sur l’hétérogénéité et la pluralité des approches au sein de la microhistoire15. En effet celle-ci est une expérience collective avec des méthodes, des pratiques variées sans qu’une quelconque orthodoxie ne prévale. Il existe néanmoins quelques spécificités et caractéristiques intangibles, notamment l’importance de parcourir un champ délimité, la question du document, de la focale et la prééminence de l’anomalie sur la norme, la première étant plus riche d’un point de vu cognitif et permettant de s’approcher de la seconde - ouvrant ainsi la voie à « l’exceptionnel normal », pour reprendre l’oxymore d’Edoardo Grendi. Ses recherches récentes exposées en 2011 dans Post Colonial Studies portent sur un traité du début du XVIIIe siècle d’un certain La Créquinière : Conformité des coutumes des Indiens Orientaux, avec des Juifs et des autres Peuples de l’Antiquité16. Paru à Bruxelles en 1704, l’ouvrage est lu par l’abbé Raguet, censeur royal, qui fait des suggestions à l’auteur alors qu’une seconde édition, qui ne verra pas le jour, est prévue en 1706. S’instaure alors un « dialogue », comme le dit Carlo Ginzburg, entre l’auteur et le censeur. Ce cas se révèle être une « anomalie généralisatrice » en ce qu’elle isole des traits distinctifs qui s’avèrent significatifs. En l’occurrence, l’ambivalence de l’écrit de la Créquinière serait révélatrice des racines culturelles des Lumières, montrant ainsi que micro et macro, analyse délimitée et histoire globale ne s’excluent pas, mais s’alimentent dans une interaction fructueuse.

10Un premier échange a amené le débat sur la question des usages de la microhistoire : faut-il multiplier les études de cas avec le danger de ne généraliser qu’en postlude ou bien étendre la portée généralisante au maximum (David Schreiber) ? Selon Carlo Ginzburg, « la micro-histoire c’est la généralisation ». Se pose aussi la question de la possibilité de faire de la microhistoire quand la documentation est foisonnante, par exemple pour les époques plus récentes. La microhistoire n’est-elle possible que lorsque le document est rare ? Toujours selon Carlo Ginzburg, lorsque l’historien se trouve submergé par la documentation, il doit inventer et adopter une « stratégie oblique » pour mieux appréhender son objet et articuler quantitatif et microhistoire.

11Une table ronde animée par Antoine Franzini (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), avait la difficile tâche de conclure la journée. Les débats furent de haute volée mais, comme on pouvait s’y attendre, de nombreuses questions restèrent en suspens.

  • 17 C. Ginzburg, « Signes, traces, pistes, racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 6, novembre (...)

12Etienne Anheim (Université de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines) a rappelé les apports et les caractéristiques de la microhistoire vue de France : sa contribution aux débats sur les formes de l’action, l’individu, la construction sociale des catégories, l’intensification du travail sur les sources. Surtout, le jeu d’échelle entre micro et macro et le paradigme indiciaire représentent les avancées épistémologiques les plus puissantes de la microhistoire, qui la dépassent pour s’adresser à l’ensemble des sciences sociales17. Mais cela ne se fait pas sans tensions : sur le terrain politique contre le relativisme et le contexte de la crise de la raison, sur le terrain littéraire en ce qui concerne les questions de la narration et de l’écriture de l’histoire, sur le terrain de la méthode à propos du danger néo-positiviste - est-on plus proche du vrai parce que plus proche de la source ? - sur le terrain épistémologique enfin à propos du réel, de la vérité, du statut de la connaissance.

13Vincent Azoulay (Université Paris-Est Marne-la-Vallée/IUF), apportait le regard de l’antiquisant sur la question des apports encore marginaux de la microhistoire aux études antiques. Selon lui, la microhistoire permet de sortir d’un certain nombre d’apories liées à l’application de l’anthropologie historique à la suite de Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Nacquet … La question de l’échelle permet de se détacher du cadre contraignant de la cité qui n’est plus perçue comme la structure d’étude idéale et quasi unique de la construction du lien social. La question du document joue également un rôle, l’histoire ancienne ayant parfois tendance à convoquer des sources d’époques différentes pour expliquer les grands phénomènes en écrasant les distinctions entre ces sources. L’« exceptionnel normal » enfin pose un défi immense à l’historien de l’antiquité à propos du statut épistémologique de la source : en effet les textes sont rares et particuliers, pourtant ils ont été étudié comme une norme ! « Xénophon est-il différent de Menocchio ? » s’interroge à juste titre Vincent Azoulay.

14David Schreiber (ENS Ulm) a conclu cette table ronde en rappelant que la micro-histoire n’est pas liée à la périodisation mais représente une manière d’appréhender les sources. Surtout, elle a contribué à donner des réponses dans le contexte de la crise de l’histoire, des questions mémorielles, du relativisme grâce à ce qui la définit : l’attention accrue aux sources, le paradigme de l’indice, la flexibilité du récit.

15La journée a ainsi permis de préciser dans quelle mesure la microhistoire représente un défi pour l’historien et l’amène à se questionner sur son métier et ses pratiques, à les réinventer en s’interrogeant sur les questions d’échelle, sur le document, la narration, l’objet et l’individu. Pourtant, des questions restent sans réponse, des tâtonnements annoncent les réflexions à venir. À propos des questions sur le réel et la vérité, les zones d’ombres restent denses : en définitive, à quoi l’historien a-t-il accès en s’approchant de la source, en racontant son objet d’étude, en changeant la focale ? Quel est le statut du savoir qu’il élabore ? Que raconte-t-il ? Gageons que cette journée aura apporté quelques éléments de réponse tout en participant à la saine et nécessaire remise en question des acquis et présupposés de la discipline.

Haut de page

Notes

1 « Réduire l’échelle d’observation... Pour quoi faire ? La place de la microhistoire dans les pratiques historiennes ».

2 R. Queneau dans Les fleurs bleues, Paris, 1965, comme F. Braudel dans Traité de sociologie, dir. G. Gurvitch, tome 1, Paris, 1958, associent le terme « microhistoire » à l’histoire évènementielle, à l’anecdote.

3 E. Anheim et E. Castelli Gattinara, « Jeux d’échelles. Une histoire internationale », Revue de synthèse 130, 4, 2009, p. 661-677, p. 669. Jeux d’échelle. La microanalyse à l’expérience, éd. J. Revel, Paris, 1996.

4 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface de l’édition française de G. Levi, Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, 1989.

5 G. Noiriel, Sur la crise de l’histoire, Paris, 1996.

6 Le retour de la biographie est concomitant du « retour de l’évènement », cf. Pierre Nora dans Faire de l’histoire, dir. J. Le Goff, P. Nora, tome 1, Nouveaux problèmes, Paris, 1986, p. 285-308. Sur les réflexions et le renouveau du récit en histoire et la mise en intrigue, voir principalement P. Veyne, Comment on écrit l’histoire ?, Paris, 1971; P. Ricœur, Temps et récit, Paris, 1983; J. Rancière, Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, 1992; A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, 1996.

7 C. Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, Paris, 1980.

8 Sur la biographie et les critiques qu’elle suscita : P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, juin 1986, p. 69-72. Une critique de la position de Bourdieu : J.-Cl. Passeron, « Biographie, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 31, 1990, p. 3-22.

9 « Histoire du monde et microhistoire. Réflexions sur le changement d’échelle comme mode opératoire ».

10 « Un bien de famille. La société mamelouke et la circulation des patrimoines, ou la petite histoire d’un moulin du Caire », Annales islamologiques, 37, 2003, p. 275-314.

11 Histoire du monde au XVe siècle, dir. P. Boucheron, coord. J. Loiseau, P. Monnet et Y. Potin, Paris, Fayard, 2009.

12 « Microhistoire, microphysique du pouvoir. Les secrétaires particuliers d’ancien régime, un objet pour une histoire relationnelle de l’action politique ».

13 « Le système est le contexte de l’expérience : juristes anciens dans l’enquête historique ».

14 « Le singulier en question. Retour sur La conversion d’Hermann le juif ».

15 « Microhistoire : modes d’emploi ».

16 C. Ginzburg, « Provincializing the world : Europeans, Indians, Jews (1704) », Postcolonial Studies, 14, 2, 2011, p. 135-150.

17 C. Ginzburg, « Signes, traces, pistes, racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 6, novembre 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Le Coq, « Compte-rendu de la journée d’études « Microhistoire et pratiques historiennes. Échelles, acteurs, formes narratives », Marne la Vallée, 11 mai 2012 », Memini [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 16 juillet 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://memini.revues.org/419

Haut de page

Auteur

Aurélien Le Coq

Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org