Navigation – Plan du site
Manuscrits du Moyen Âge et de l'Humanisme dans les collections de l'UQAM et de Concordia

L’enlumineur du livre d’Heures des Collections spéciales Vanier de l’Université Concordia

Brenda Dunn-Lardeau
p. 73-95

Entrées d'index

Mots-clés :

Livre d’heures

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Annie Murray, conservatrice aux Collections spéciales de la Bibliothèque Vanier du camp (...)
  • 2 Pour alléger la lecture, la référence à ce manuscrit sera abrégée en ms. Vanier dans le reste du te (...)

1L’examen de la liste des Livres rares imprimés de l’Université Concordia réservait une surprise derrière la mention intrigante « Catholic Church [Book of Hours] [14- ] BX2080 A2 1400zac »1. Il s’agit, en fait, d’un très beau manuscrit d’un livre d’Heures, conservé aux Collections spéciales de la Bibliothèque Vanier de cette Université2.

  • 3 Mes remerciements vont aussi à Chris James des Collections spéciales de la Bibliothèque Vanier pour (...)

2L’objet de cette étude est de rassembler les connaissances éparses entourant ce manuscrit enluminé, d’étudier de plus près trois de ses quatre enluminures, puis d’en identifier l’enlumineur3.

3Que savons-nous de ce manuscrit?

4Les informations connues jusqu’ici sur ce livre d’Heures, qui ont été complétées lors de notre étude, proviennent de quatre sources :

  • la description codicologique déposée dans le dossier de ce manuscrit à la Bibliothèque de l’Université Concordia,

  • la note du restaurateur de la reliure,

  • la notice du catalogue informatisé Clues de la bibliothèque,

  • les éléments au dossier concernant le donateur de ce manuscrit.

Description codicologique

5La première description codicologique et matérielle de ce livre d’Heures, que nous traduisons ci-dessous, rédigée à l’époque de la restauration de sa reliure, a été faite le 17 novembre 1993 par le Dr. K. E. Garay, de la Division des Archives et des Collections de recherche à la Bibliothèque Mills de l’Université McMaster à Hamilton (Ontario) :

6Livre dHeures en latin et en français, manuscrit sur parchemin enluminé [?Paris, c. 1450]

  • 4 Il sagit manifestement dune distraction, car en les énumérant, lauteur de cette description comp (...)
  • 5 Pour ce qui est de la décoration, nous comptons 11 folios, et non 9, décorés de lettrines ornées pl (...)

7185 [sic] x 120 mm, apparemment complet, 14 lignes par folio, réglé en rouge avec marges de trois quarts de pouce. Rubriques en rouge, fins de ligne en rouge, bleu et or à la grandeur du manuscrit. Cinq [sic]4 grandes miniatures cintrées avec bordures sur les côtés (péricopes des évangiles, Annonciation, Crucifixion et la Mort, surnommée la Faucheuse), neuf [sic]5 grandes lettrines historiées, chacune dans une page entourée de bordures sur trois côtés, peuplées de feuillage, de fruits et de fleurs.

8Provenance : Le calendrier indique que le manuscrit est à l’usage de Paris. Le calendrier comprend sainte Geneviève (patronne de Paris, fêtée le 3 janvier, en lettres d’or), Caraunus (saint Chéron, fêté le 28 mai, en lettres rouges), Éloi (fêté le 25 juin, en lettres rouges) et Estienne (fêté le 3 août, en lettres bleues).

9Manuscrit actuellement conservé dans les Collections spéciales de l’Université Concordia.

  • 6 À ce sujet, notons que les prières en français à la fin sont les « Quinze joies de la Vierge » qui (...)

10Texte : Calendrier, péricopes des évangiles, Heures de la Vierge, etc. Le calendrier est en français comme la plupart des prières à la Vierge à la fin du manuscrit6.

  • 7 Il s’agit, en fait, de lettrines ornées plutôt qu’historiées. Précisons également que chaque grande (...)

11Décoration : Il y a manifestement eu au moins deux artistes différents responsables de l’enluminure de ce manuscrit et peut-être même plusieurs autres. Les motifs des oiseaux et des papillons, enfermés dans leurs « cages » de forme triangulaire qui entourent les quatre grandes miniatures ne sont pas répétés sur les folios historiés [sic]7. Le feuillage sur les premières pages est d’une qualité beaucoup plus fine et présente un usage plus généreux d’or. Il est possible que les folios des miniatures aient été complétés un peu plus tard que le reste du manuscrit; il ne fait aucun doute que l’artiste responsable des personnages (à l’exception sans doute de la miniature sur la Mort) était sans doute peu sophistiqué, voire maladroit dans sa technique.

12De façon générale, le manuscrit, qui a maintenant subi une restauration mineure, se trouve désormais dans un état propre et apprêté, et a été soigneusement relié dans un style qui s’accorde avec le quinzième siècle.

Note du restaurateur de la reliure

  • 8 En fait, cette reliure comporte des volutes dans les coins qui évoquent celles des reliures à la fa (...)

13La note du 15 novembre 1992 du restaurateur de la reliure M. Dave Ouellette, que nous traduisons en la résumant, indique que le manuscrit serait de la deuxième moitié du XVe s. et n’aurait pas conservé sa reliure d’origine (qui devait sans doute être sur ais de bois recouverts de parchemin et munis de fermoirs). La reliure serait de la fin du XVIe s. ou du début du XVIIe s. en veau brun décorée à la plaque et dorée à chaud dans le style chargé de la période8. De plus, les coutures très serrées faites au moment de cette seconde reliure avaient contribué à faire se gondoler le parchemin.

14Pour toutes ces raisons et sachant que le plat supérieur de la reliure était détaché et que le deuxième ne tenait guère, il a été décidé en 1992 de relier à nouveau le manuscrit dans un style d’inspiration médiévale en parchemin souple. Il a également été décidé de gommer la foliotation qui avait été ajoutée au crayon.

Notice du catalogue Clues

15La notice du catalogue informatisé Clues de la Bibliothèque de l’Université Concordia, que nous traduisons ci-dessous, apporte quelques corrections aux dimensions (en incluant la reliure), des compléments d’information sur la réglure, le nombre de lignes du calendrier (différent de celui du reste du livre), ainsi que des précisions sur la reliure et la provenance :

  • 9 En excluant la reliure, les dimensions sont de 17 cm x 12 cm. Ajoutons qu’il y a quelques réclames (...)
  • 10 La description codicologique du Dr Garay les considère comme de grandes miniatures, cette notice co (...)

16Ce manuscrit sur vélin compte 224 folios (de 14 lignes et de 17 pour le calendrier), 18 cm9; copié en caractères gothiques, réglé à l’encre rouge pâle (mais non ligné) avec une reliure dorée à chaud en veau brun des XVIe ou XVIIe s. qui a été conservée par la bibliothèque; le ms. aurait vraisemblablement été copié en France au XVe siècle et comporte des lettrines et bordures enluminées ainsi que quatre petites miniatures10. Enfin, il s’agit d’un don de Charles Fox du 22 juin 1977.

Notes sur le donateur

  • 11 Pour faire bonne mesure, un autre livre d’Heures enluminé du XVe s. fut légué à l’Université McGill (...)

17Le dossier de la Bibliothèque permet de comprendre qu’il s’agit d’un don posthume11 à l’Université.

18Le donateur, Charles Fox, né en Angleterre le 17 mars 1897, est décédé à Montréal le 30 avril 1977. Après des études au Imperial College de Londres, il enseigna les mathématiques à l’Université de Londres avant d’émigrer au Canada en 1949, où il enseigna les mathématiques à McGill jusqu’à sa retraite en 1967. Il fut ensuite professeur invité pendant huit ans à l’Université Sir George Williams (maintenant l’Université Concordia), puis il continua d’y enseigner les mathématiques jusqu’à l’aube de ses 80 ans. En reconnaissance de ses réalisations en mathématiques, il fut élu à la Société royale du Canada en 1961.

Les enluminures

19A nos yeux, il y a eu au moins deux artistes responsables des enluminures. Dans ces pages seront examinées seules les peintures de l’artiste A, responsable des enluminures de saint Jean à Patmos (fol. 13r), de la Crucifixion (fol. 117r) et de la Mort s’emparant d’une femme (fol. 134r).

20L’artiste B, responsable de l’enluminure de l’Annonciation (fol. 21r), dont les proportions des deux personnages sont défectueuses, suit, par contre avec plus de succès, des traits stylistiques associés à l’artiste A, tels que les colonnes de marbre veiné de l’encadrement architectural aux couleurs différentes et dont les extrémités sont dorées, l’ample drapé des vêtements de la Vierge et la composition de la scène avec le dais à l’arrière. À cet entre-deux s’ajoute une interrogation concernant les traits des visages et les mains de la Vierge et de l’archange, lesquels paraissent avoir été effacés, puis retouchés grossièrement, car ils contrastent avec le reste de cette image et, hélas, la déparent.

L’enluminure de saint Jean à Patmos

  • 12 Parmi les autres mss suivant ce modèle, citons le fol. 13r avec les quatre évangélistes du ms. 1480 (...)

21L’aspect remarquable de cette enluminure est la présence du monstre de l’Apocalypse en face de saint Jean (voir Illustration A). Dans l’iconographie des livres d’Heures, il est courant de trouver une enluminure de l’évangéliste Jean au début du péricope, portraituré selon une des diverses scènes de sa vie. Parfois, il occupe l’un des quatre compartiments d’une grande enluminure que se partagent les évangélistes12.

  • 13 Là encore, cette scène connaît des variantes. Parfois, on voit la femme vêtue de soleil, debout sur (...)
  • 14 Voir le ms. Paris, Arsenal, lat. 562, fol. 13r.

22Une scène plus fréquente dans le péricope est celle de saint Jean à Patmos, assis sur l’herbe d’un îlot, un calame à la main, où il a la vision de l’Apocalypse avant de poursuivre la rédaction de son volumen tandis que l’aigle, son symbole, se tient debout près de lui, voire l’assiste avec un encrier et un porte-calame dans son bec13. Tout à l’opposé, c’est parfois, selon la légende, un diable ailé qui tente de lui voler l’encrier et le porte-calame pour l’empêcher d’écrire le dernier chapitre de l’Apocalypse14.

23Dans l’enluminure du ms. Vanier, saint Jean fait face au monstre plus grand que lui; l’aigle se tient en arrière du saint, les ailes menaçantes à demi déployées. Le monstre et l’aigle sont tous deux de couleur brune rehaussée d’or.

24Quelques enluminures comportant le monstre de l’Apocalypse

25On voit rarement le monstre de la vision de l’Apocalypse surgir de l’image avec ses nombreuses têtes couronnées comme dans le ms. Vanier, mais en voici quelques autres exemples comparables :

    • 15 L’image est flanquée de deux colonnes aux extrémités et au milieu dorés, qui sont décorées d’un mot (...)

    -le ms. français du début du XVIe s. (HM 1171) de la Huntington Library à San Marino offre un bel exemple du saint assis accompagné de son symbole, mais, cette fois, le monstre vole dans les airs et si l’on voit bien les sept têtes de profil, toutes ont perdu leur couronne15!

    • 16 Ce ms. est conservé à Saint-Petersbourg, Bibliothèque nationale de Russie, Lat. Q. v. I. 126.

    -Le ms. Heures de Louis d’Orléans, 1490, fol. 96v : l’enlumineur Jean Colombe a peint le monstre volant dans les airs, dont quelques-unes des têtes sont couronnées, mais sans l’aigle aux pieds de l’évangéliste16.

    • 17 Fait rarissime, ce monstre, dont la couleur brune est plus pâle, réapparaît, dans les bordures du f (...)

    -Dans un autre livre d’Heures, le ms. Arsenal 1181, aux marges peuplées autant d’animaux fantastiques, de grotesques que de saints personnages comme Véronique et le saint suaire (fol. 226v), on trouve aussi la représentation du monstre associée à la vignette de saint Jean à Patmos (fol. 13r) mais avec quelques particularités. En effet, ce monstre de couleur brune rehaussée d’or se démarque des autres par sa position, cette fois, à droite dans la riche bordure rouge ornée de feuilles d’acanthe rouge et or, de fleurettes bleues et de feuillage vert alors que l’évangéliste de la miniature, qui paraît plus âgé, est toujours accompagné de son symbole qui tient fidèlement son encrier17. Ajoutons que le corps de ce monstre, qui se termine par une queue et quatre pattes, compte également sept têtes couronnées rehaussées d’or dont les visages sont assez détaillés, de telle sorte que son allure générale le rend similaire à celui du ms. Vanier.

Le motif du monstre de l’enluminure du ms. Vanier

26Deux longues cornes sortent de la tête principale du monstre du ms. Vanier et deux toutes petites dépassent des couronnes des têtes immédiatement inférieures. En revanche, il serait malaisé de confirmer s’il est doté ou non d’une queue, ses pattes postérieures étant dans l’eau! Mais les pattes antérieures évoquent bien les pattes griffues d’un ours comme dans le texte de l’Apocalypse, même si l’image s’écarte par rapport au texte biblique pour ce qui est du détail des têtes et des cornes :

  • 18 Apocalypse 13, 1-3. Bible de Jérusalem, Paris, Editions du Cerf, 1973, p. 1792.

Alors je vis surgir de la mer une Bête ayant sept têtes et dix cornes, sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des titres blasphématoires. La Bête que je vis ressemblait à une panthère; avec des pattes comme celles d’un ours, et la gueule comme une gueule de lion 18.

Enluminures comparables de saint Jean à Patmos

  • 19 France 1500. The Pictorial Arts at the Dawn of the Renaissance, Catalogue no 15, éd. S. Hindman et (...)

27En cherchant des représentations comparables, on peut rapprocher la miniature du ms. Vanier d’une des huit lettrines historiées qui orne le livre d’Heures manuscrit (c. 1470), récemment décrit dans France 1500. The Pictorial Arts at the Dawn of the Renaissance19 (pour d’abréger, on se réfèrera désormais à cette description comme étant la notice 4 de France 1500.PA).

28Par rapport au ms. Vanier, la lettrine qui représente saint Jean à Patmos :

  • ne comprend pas de peinture du monstre;

  • présente de façon similaire un grand rocher et le fond bleuté et arboré;

  • le saint adopte une pose assise légèrement différente et porte une tunique aux mêmes tons rose pastel.

29Comme dans l’enluminure, il se dégage de la lettrine une présence sereine et cette même concentration, mélange de douceur et de discipline intérieure, devant sa mission de rédaction du volumen déroulé sur ses genoux.

  • 20 Je sais gré à Ariane Bergeron de la Galerie « Les Enluminures » de m’avoir informée du rectificatif (...)

30Ce dernier ms. a d’abord été attribué à Maître François, enlumineur en chef d’un important atelier parisien dont les travaux se situent dans le troisième quart du XVe siècle et qui peuvent s’étendre jusqu’à 1480 environ. Toutefois, depuis la publication de la notice 4 de France 1500.PA, son attribution va désormais au Maître de Jacques de Besançon20.

L’enluminure de la Crucifixion

  • 21 France 1500. The Pictorial Arts..., notice no 4, p. 4.

31Le manuscrit décrit dans la notice 4 de France 1500.PA contenait à l’origine quatre grandes miniatures, dont il ne reste plus que celle de la scène de la Crucifixion. Aussi, cette dernière peut être rapprochée du style de celle du ms. Vanier à plusieurs titres. Comme similitudes, notons la composition générale avec les personnages de part et d’autre de la croix, dont les saints auréolés à gauche qui portent des vêtements évocateurs de ceux de l’époque biblique, tandis que les soldats à droite portent des armures contemporaines. On peut ajouter à ces éléments communs les ossements au pied de la croix, puis le détail ornemental des tiny triangular finials articulating the arch21.

32Toutefois, dans le ms. Vanier :

  • les jambes du Christ gisant en croix paraissent un peu plus raides;

    • 22 Notons qu’Il y a aussi plusieurs ressemblances avec la scène de la crucifixion du ms. 81 Musée Cond (...)

    les visages de la Vierge en prière et de Marie Madeleine ne sont pas parfaitement proportionnés par rapport au reste du corps22;

  • la composition met en scène les deux larrons en croix plutôt qu’un arrière-fond urbain, tandis que les deux mss font allusion au ciel qui s’assombrit au moment de la mort du Christ.

33Somme toute, malgré leurs nombreuses similarités, le ms. Vanier présente une exécution légèrement moins accomplie que dans la scène correspondante du ms. de la notice 4 mentionnée, manuscrit attribué au Maître de Jacques de Besançon, ce qui suggère du travail provenant de son Cercle plutôt que de lui-même.

L’enluminure de la Mort s’emparant d’une femme

34L’enluminure la plus intrigante du ms. Vanier est certainement celle de la scène de l’allégorie de la Mort s’emparant d’une femme élégamment vêtue d’une robe à tassel dans un cimetière entouré d’un charnier bien garni de crânes (fol. 134r, voir Illustration B). C’est aussi un défi intéressant pour l’identification de l’enlumineur.

35Variations sur le thème de l’allégorie de la Mort dans les livres d’Heures

  • 23 Margaret Manion a étudié en profondeur cette enluminure de l’artiste parisien Maître François et sa (...)

36L’allégorie de la Mort est présente depuis longtemps dans les livres d’Heures et également dans des genres littéraires. Certains motifs sont très connus, tel celui des trois morts et des trois vifs, qui se rencontre toujours à la fin du XVe s. dans les livres d’Heures, - comme dans les Warncliffe Hours de Maître François (c. 1475-1480). Dans ce ms., ce thème est jumelé au motif en bordure inférieure où le donateur prie devant la tombe que creuse un fossoyeur dans un cimetière où se dressent de longues et fines croix dorées et d’autres en bois rouge à auvent; outre cela, ce cimetière est entouré d’un cloître surmonté d’un charnier rempli de crânes sous le toit pentu à motifs23.

L’allégorie de la Mort s’emparant de personnages féminins

37À notre connaissance, en dehors de l’enluminure du ms. Vanier, seules deux autres représentations de ce thème dramatique ont été repérées dans les livres d’Heures. Il s’agit :

    • 24 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures..., notice no 146, p. 268, fol. 93 du ms. Paris, (...)
    • 25 Ibid., notice no 146, p. 268.
    • 26 Ibid., voir aussi la notice no 145, p. 267-268 pour les Traités théologiques.

    d’une enluminure provenant d’un livre d’Heures à l’usage de Chartres, v. 1490-1495, attribué au Maître d’Anne de Bretagne et reproduite par F. Avril et N. Reynaud dans Les manuscrits à peinture en France 1440-152024. La Mort et la femme sont « présentés à mi-corps dans un cadre sommaire »25. Leur commentaire de 1993 indique : « La miniature la plus originale, dont le prototype ne se rencontre pas dans les autres livres d’Heures, représente pour l’office des morts la mort en forme de transi menaçant de sa flèche une femme qui fuit épouvantée (fol. 93) : le sujet permet à l’artiste de faire montre d’une veine dramatique et d’un sens du mouvement étrangers au calme des livres d’Heures cités, mais tels qu’ils se manifestent dans les Traités théologiques »26;

    • 27 J. Backhouse, Illumination from Books of Hours, Singapore, The British Library, 2004, p. 30,Death(...)

    d’une enluminure (voir Illustration C) tirée d’un livre d’Heures à l’usage de Rome des années 1480 (ms. Harley 2865, fol. 86), soit quelque dix ans avant celle du livre d’Heures de Chartres. Cette enluminure a été reproduite par Janet Backhouse onze années plus tard dans son livre Illumination from Books of Hours27 sous le titre « Death Overcoming a Lady » et elle l’attribue au Cercle du Maître de Jacques de Besançon.

38Dans cette représentation, non seulement la Mort pointe de sa lance une jeune femme qui porte aussi une robe à tassel et qui est coiffée d’un hennin d’où s’échappe une très longue chevelure, mais elle lui indique de l’autre main un cercueil entrouvert déjà prêt à la recevoir. Au loin, derrière une chapelle, on aperçoit un charnier rempli de crânes qui évoque à bien des égards la composition du ms. Vanier, avec des personnages confrontés à la Mort sensiblement tous de la même taille, alors que dans le ms, à l’usage de Chartres, la Mort, qui a des proportions géantes, dépasse de plus d’une tête sa jeune victime.

  • 28 Par ailleurs, d’autres peintures feront intervenir l’allégorie de la Mort pour traiter du thème des (...)

39Dans cet esprit, le face à face avec la Mort de la jeune femme du ms. Vanier a aussi quelque chose de saisissant qui s’adresse plus directement au spectateur de l’image, lequel est vraisemblablement le destinataire du livre28.

40Enluminures de jeunes hommes et de couples, terrassés par l’allégorie de la Mort

  • 29 Voir sur ce thème l’enluminure du ms. 167, fol. 110r de la Pierpont Morgan Library où la Mort effra (...)
  • 30 Dans le ms. Paris, Arsenal 635 à l’usage de Rouen, fol. 100r, la Mort, ceinte d’un linceul blanc, c (...)
  • 31 Une de ces scènes se trouve dans le livre dHeures à lusage de Rome en latin et en français exécut (...)
  • 32 Par ex. le ms. Paris, Arsenal, lat. 414 présente au fol. 90 r une miniature en pleine page illustra (...)

41En examinant d’autres livres d’Heures, on croise aussi, sur ce thème de la Mort, des personnages masculins, toujours élégamment mis, surpris seuls par la Mort qui les menace de sa lance29. Cette scène connaît parfois des variantes avec l’ami ou l’amie bouleversée qui assiste à l’entrée en scène de la Mort fauchant l’être aimé ou à sa victoire devant la jeune personne atteinte et terrassée30. Outre des enluminures avec un couple confronté à la Mort, il s’en trouve également où, parmi plusieurs couples frappés par la Faucheuse, certains gisent déjà au sol31. À l’occasion, c’est un moine, au lieu d’un laïc, qui semble prier pour le repos de l’âme de la jeune personne atteinte par la Mort32.

Enluminures des victimes de l’allégorie de la Mort dans l’entourage d’un roi

42Mais cette belle jeunesse dorée est-elle seule la proie de la Mort ainsi représentée? Il semble que ses proies appartiennent aux classes sociales les plus élevées. Examinons en effet les enluminures de deux autres manuscrits:

    • 33 J. Backhouse, Illumination from Books of Hours..., p. 40.

    le fol. 120 du ms. Harley 2935, un livre d’Heures à l’usage de Chartres que Janet Backhouse a attribuée au cercle du Maître de Jacques de Besançon33;

    • 34 Le catalogue du Musée Condé, p. 87-88 indique que ce volume (5 p. x 7 p. ½) appartenait à Nicolas l (...)

    le fol. 74r du ms. 81 du Musée Condé à Chantilly, connu sous le nom des Heures Le Camus 34.

43Dans le premier ms., on trouve l’image de la Mort confrontant un pape, un empereur et un roi. Dans le second ms., on voit la Mort debout avec sa lance qui vise un roi, son conseiller et un soldat tenant une hallebarde. Une femme portant une coiffe se tient debout derrière. Au loin dans le ciel, un ange tient un glaive rouge de sa main droite.

Cause probable de mortalité

  • 35 J. Brossollet et H. Mollaret, Pourquoi la peste? Le rat, la puce et le bubon, Paris, Découvertes Ga (...)
  • 36 Ibid., p. 14.
  • 37 Ibid., illustration, no 15b.

44Grâce aux travaux de Jacqueline Brossolet et Henri Mollaret sur la peste, la compréhension du sens de cette scène s’éclaire et apporte du coup une autre perspective de lecture des scènes de jeunes gens confrontés à la Mort que nous avons réunies jusqu’ici35. Les auteurs rappellent que l’Apocalypse avait reconnu à ce fléau « le pouvoir d’exterminer sur le quart de la terre »36. Aussi, ces auteurs identifient les acteurs de cette miniature des Heures Le Camus comme étant Nathan qui montre à David la Guerre, la Pestilence et la Famine grâce au commentaire suivant37 :

  • 38 Ibid., p. 15.

Le Deuxième Livre de Samuel, dans la Bible, raconte le châtiment divin encouru par David comme punition de son orgueil : « Je te propose trois choses, choisis-en une et je l’exécuterai pour toi. Faut-il que t’advienne trois années de famine dans ton pays, ou que tu fuies trois mois devant ton ennemi qui te poursuivra, ou qu’il y ait pendant trois jours la peste dans ton pays? » David ayant choisi ce dernier châtiment, « Yahvé envoya la peste en Israël, depuis le matin jusqu’au temps fixé, et le fléau frappa le peuple, parmi lesquels soixante-dix mille hommes moururent ». Dans l’illustration ci-contre, l’ange brandit son épée au-dessus d’un groupe de morts. Lorsque, sur ordre de Yahvé, il la remettra au fourreau, la peste cessera. Depuis la Bible, ce geste, souvent repris, signifie le pardon de Dieu et l’extinction du fléau38.

  • 39 M. Manion, « The Strozzi-Acciaiuoli Hours (ms. Felton 869-5), Florence, 1496 », The Felton Illumina (...)

45Outre la relation du choix de David dans le livre de Samuel et sa représentation dans les Heures Le Camus, Margaret Manion39 rappelle la présence de ce même récit dans le premier livre de Chroniques 21, 10-17 dans son commentaire explicatif d’une miniature de « David en prières » dans les Heures Strozzi-Acciaiuoli. Ainsi, les enlumineurs ont retenu de ces deux versions bibliques du même épisode de la vie de David lié à la peste deux moments différents : celui illustré dans les Heures Le Camus avec David et Nathan et cet autre de David en prières. En effet, après avoir choisi la peste parmi les trois punitions, David se trouve consterné par ses ravages sur le peuple innocent et la destruction imminente de Jérusalem. Il demande alors à Yahvé d’épargner le peuple et de restreindre la punition à lui seul en promettant de faire pénitence pour son orgueil. C’est le sens de la scène de « David en prières » qui illustre les Psaumes pénitentiaux dans nombre de livres d’Heures, où l’on voit David agenouillé à l’avant d’un paysage, sa couronne et sa lyre à ses pieds, avec une ville à l’arrière-plan adressant une prière à une représentation de Dieu ou d’un ange (exterminateur) pour que cesse la peste.

  • 40 The Black Death, éd. et trad. R. Harrox, Manchester and New York, Manchester University Press, 1994 (...)

46Dès lors, on comprend mieux comment, à partir de ce récit biblique, transpositions et adaptations ont pu germer pour illustrer la Mort, envisagée comme étant celle donnée par la peste qui, dans la mentalité générale, a encore des relents de châtiment biblique. Et faut-il le rappeler, cette épidémie n’a pas sévi uniquement au Moyen Âge, mais encore à la Renaissance, même si de façon plus épisodique et moins calamiteuse que lors de la grande peste de 134840.

  • 41 Nous excluons ici l’abondante iconographie de la peste qui affligea même saint Roch, protecteur de (...)

47À la lumière de tout ceci, l’enluminure de la jeune femme du ms. Vanier dont la Mort s’est emparée, s’intègre, certes, dans une tradition iconographique du rappel des fins dernières, reliée à l’Office des Morts des Livres d’Heures, mais aussi à l’idée de la Mort par la peste. En effet, cette illustration a la singularité de montrer trois taches noires sur la poitrine de la femme qui transparaissent sous le léger voile de son corsage (voir Illustration D), marques absentes des autres miniatures associées à ce motif réunies ici41.

Identification de l’enlumineur et datation du ms.

48En conclusion, il paraît raisonnable de confirmer l’origine parisienne du ms. des Collections spéciales Vanier (calendrier et facture) en se basant sur l’étude de trois de ses quatre enluminures qu’on peut attribuer au Cercle du Maître de Jacques de Besançon.

49La scène de saint Jean à Patmos, avec ou sans le monstre de Apocalypse, est déclinée dans plusieurs styles aussi bien à Rouen qu’à Paris, ce qui montre, si besoin était, la circulation des modèles artistiques des livres d’Heures. À l’examen, les teintes douces et des éléments semblables de la composition font en sorte que l’on peut rapprocher l’enluminure du ms. Vanier d’une œuvre attribuée au Maître de Jacques de Besançon, datée d’environ 1470, qui a été reproduite dans la notice 4 de France 1500.PA. Les mêmes convergences peuvent être observées entre l’enluminure de la Crucifixion du ms. Vanier et une lettrine de la même notice 4.

  • 42 Cité dans F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures..., p. 256. Pour N. R. (Nicole Reynaud (...)

50La troisième enluminure étudiée est une scène à la circulation plus restreinte, mais bien typée, avec en arrière-plan un cimetière entouré d’un charnier garni de crânes sous un toit. On retrouve cette composition chez le responsable des bordures des enluminures dans l’œuvre de Maître François dès 1475, puis dans le travail attribué au Cercle du Maître de Jacques de Besançon, à la fois dans le ms. Harley 2865 à partir des années 1480 et dans le ms. Vanier. Dans ce contexte, il est bon de rappeler que sous la plume d’Eleanor Spencer, a été créée pour le Maître de Jacques de Besançon l’appellation de « Chief Associate of Maître François »42.

51Le sujet central de la troisième enluminure est l’allégorie de la Mort s’emparant d’une femme. On assiste à l’émergence dans les livres d’Heures de ce modèle original dans des manifestations, datées au moins à partir des années 1480 avec le ms. Harley 2865 attribué au Cercle du Maître de Jacques de Besançon, et plus tard, dans les années 1490-1495, dans un autre livre d’Heures de la production du Maître d’Anne de Bretagne qui rend le sujet plus dramatique. La scène du ms. Vanier se situe stylistiquement très près de l’enluminure du ms. Harley 2865.

52A la lumière de ces éléments, tout pointe vers le style du Maître de Jacques de Besançon et, plus particulièrement, à son Cercle, si l’on tient compte de la qualité de l’exécution dans toutes les parties de l’enluminure. En conséquence, il est permis de resserrer la datation du ms. des Collections spéciales Vanier qui a d’abord été daté du XVe s., puis de la deuxième moitié du XVe siècle, en proposant maintenant les années entre 1470 et le début des années 1480.

Illustration A

Illustration A

Saint Jean à Patmos (Université Concordia, ms. Vanier, fol. 13r).

Illustration B

Illustration B

La Mort s’emparant d’une femme (Université Concordia, ms. Vanier, fol. 134r)

Illustration C

Illustration C

La Mort s’emparant d’une femme (British Library, ms. Harley 2865, fol. 86).

Illustration D

Illustration D

La Mort s’emparant d’une femme (Université Concordia, ms. Vanier, fol. 134r – détail)

Haut de page

Notes

1 Je remercie Annie Murray, conservatrice aux Collections spéciales de la Bibliothèque Vanier du campus Loyola de lUniversité Concordia, de mavoir obligeamment fourni cette liste, puis autorisée à reproduire deux enluminures tirées de ce livre dHeures.

2 Pour alléger la lecture, la référence à ce manuscrit sera abrégée en ms. Vanier dans le reste du texte.

3 Mes remerciements vont aussi à Chris James des Collections spéciales de la Bibliothèque Vanier pour avoir aimablement mis à ma disposition tous les éléments du dossier du manuscrit lors de mon examen sur place en septembre 2010 et réuni ceux concernant le dernier possesseur connu de ce manuscrit.

4 Il sagit manifestement dune distraction, car en les énumérant, lauteur de cette description compte bien quatre et non cinq grandes enluminures. En outre, bien que la première des quatre fasse partie du péricope des évangiles, il est plus usuel de la décrire comme étant la représentation de saint Jean à Patmos (fol. 13r). Suivent les scènes de lAnnonciation (fol. 21r) et de la Crucifixion (fol. 117r) pour finir avec une enluminure peu commune qui représente, certes, lallégorie de la Mort, surnommée la Faucheuse, mais que nous appellerons néanmoins simplement la Mort semparant dune femme (fol. 134r) pour tenir compte de la description quen font François Avril et Nicole Reynaud, voir Les manuscrits à peinture en France 1440-1520, dir. F. Avril et N. Raynaud, Paris, Flammarion/ Bibliothèque nationale de France, 1995 [1993], notice no 146, p. 268.

5 Pour ce qui est de la décoration, nous comptons 11 folios, et non 9, décorés de lettrines ornées plutôt quhistoriées, sans oublier les lettres KL en lettres rouges, bleues et or au début du recto de chacun des folios du mois du calendrier ainsi que des initiales peintes et bouts de lignes rouges et bleus rehaussés dor tout au long du manuscrit. Au sujet des onze folios décorés sur leurs trois bordures, celles-ci sont recouvertes dun entrelacs de feuilles dacanthe jaunes et bleues, de fleurettes, de petites feuilles et dun réseau de feuilles de vigne aux extrémités dor. Les lettrines des pages décorées sont en semi-grisaille et encadrées de rose et de bleu avec leurs panses sur fond dor fleuries de pensées, diris, ou encore de pâquerettes tandis que certaines sont égayées de fraises des bois. A lexception de matines, les lettrines ponctuent les Heures (laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies) ainsi que les prières Obsecro te, et O intemerata. Enfin, le début des Quinze joies et les Sept requêtes font également lobjet de folios décorés; outre cela, au sein de ces prières, chaque joie et chaque requête est précédée dune lettrine bleue sur fond dor sur deux lignes dont la panse est ornée de fleurs rouges et bleues rehaussées de blanc.

6 À ce sujet, notons que les prières en français à la fin sont les « Quinze joies de la Vierge » qui débutent avec Doulce Dame de misericorde puis Tres doulce Dame suivies des sept requêtes à Dieu qui commencent par Doulx Dieu, Doulx Pere, Saincte Trinite, Ung Dieu, Beau sire Dieu.

7 Il s’agit, en fait, de lettrines ornées plutôt qu’historiées. Précisons également que chaque grande miniature est entourée de bordures à motifs géométriques où une forme différente a été privilégiée pour chacune de ces quatre miniatures : cercles pour saint Jean à Patmos, losanges pour l’Annonciation, triangles pour la Crucifixion et carrés pour la Mort et la femme. Ces formes de couleur or contrastent avec le parchemin. Les bordures sont recouvertes de feuillages ou de feuilles d’acanthe bleues, de fleurettes, de baies, d’oiseaux divers alors que les deux premières bordures accueillent chacune un papillon. Outre cela, sous les quatre enluminures se trouvent des lettrines sur fond d’or qui se déploient en semi-grisaille sur trois lignes avec la panse ornée de feuilles d’acanthe pour celles sous les enluminures de saint Jean à Patmos, de la Crucifixion et de la Mort s’emparant d’une femme, alors que neuf fleurettes sont ordonnées en damier dans la panse de la lettrine sous l’enluminure de l’Annonciation.

8 En fait, cette reliure comporte des volutes dans les coins qui évoquent celles des reliures à la fanfare sans être à proprement parler une reliure de ce style.

9 En excluant la reliure, les dimensions sont de 17 cm x 12 cm. Ajoutons qu’il y a quelques réclames ici et là et que l’explicit de ce ms. se lit ainsi: Benedicamus domino. Deo gratias.

10 La description codicologique du Dr Garay les considère comme de grandes miniatures, cette notice comme petites. Tout dépend de la perspective adoptée. En effet, il s’agit de quatre folios où les scènes peintes sont entourées de bordures enluminées de telle sorte que tout le folio est enluminé, sauf pour quelques lignes de texte. Qu’à cela ne tienne, le sujet de la scène elle-même n’occupe à proprement parler qu’une demi-page et répond à la définition d’une vignette.

11 Pour faire bonne mesure, un autre livre d’Heures enluminé du XVe s. fut légué à l’Université McGill par Charles Fox et remis par Madame Fox en 1977. Il s’agit du ms. 156 (ancien 99a) qui est un livre d’Heures sur vélin décrit succinctement ainsi par la Division des Livres rares et Collections spécialisées: « XVe s., 171 fol. (18 x 13 cm), français ?, 17 [sic] miniatures, veau avec dorures, papiers marbrés, avec les ex-libris de Stanley Leighton et de Charles Fox ». En fait, il y a 7 miniatures et plusieurs folios décorés sur trois côtés de motifs floraux très délicats où dominent les tons de rose.

12 Parmi les autres mss suivant ce modèle, citons le fol. 13r avec les quatre évangélistes du ms. 1480 du Musée Condé, livre d’Heures à l’usage de Rouen.

13 Là encore, cette scène connaît des variantes. Parfois, on voit la femme vêtue de soleil, debout sur un croissant de lune dans le coin supérieur droit qui porte l’enfant dans ses bras. Par ex. au fol. B1r des Horae imprimées par Gilles Hardouin en 1516 et dont les gravures en noir et blanc furent par la suite peintes (McGill, cote BX2080 C37 1515) et dans les Heures à l’usage de Rome de 1533, Avignon, Bibl. mun., réserve 203, fol. A6.

14 Voir le ms. Paris, Arsenal, lat. 562, fol. 13r.

15 L’image est flanquée de deux colonnes aux extrémités et au milieu dorés, qui sont décorées d’un motif à spirales rouges, bleues et or.

16 Ce ms. est conservé à Saint-Petersbourg, Bibliothèque nationale de Russie, Lat. Q. v. I. 126.

17 Fait rarissime, ce monstre, dont la couleur brune est plus pâle, réapparaît, dans les bordures du fol. 201 r et v, mais son effet est moins frappant. D’une part, la bordure est déjà de couleur brune et d’autre part, sa fonction est plus décorative que narrative comme sa présence est dissociée de celle du saint.

18 Apocalypse 13, 1-3. Bible de Jérusalem, Paris, Editions du Cerf, 1973, p. 1792.

19 France 1500. The Pictorial Arts at the Dawn of the Renaissance, Catalogue no 15, éd. S. Hindman et A. Bergeron-Foote, Chicago, 2010, notice no 4, p. 26-29. Je remercie Sandra Hindman de m’avoir permis d’examiner cette lettrine dans la Galerie « Les Enluminures » au Louvre des Antiquaires à l’automne 2010 ainsi que de m’avoir communiqué la photo de cette lettrine qui ne figure pas dans le catalogue sus-mentionné.

20 Je sais gré à Ariane Bergeron de la Galerie « Les Enluminures » de m’avoir informée du rectificatif sur l’attribution de ce ms., qui a été révisée sur le conseil de Nicole Reynaud en se fondant sur les décors, les bordures et les éléments d’architecture (colonnades et rosaces). Voir aussi à ce sujet les pages consacrées au Maître de Jacques de Besançon dans F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures..., p. 256-262. Par ailleurs, rappelons que la distinction n’est pas toujours évidente entre les artistes de la triade parisienne composée du Maître de Jean Rolin, de Maître François et du Maître de Jacques de Besançon. Celle-ci a fait l’objet de bien des discussions et mises au point, voir F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures..., p. 38. Voir également à ce sujet M. M. Manion, The Felton Illuminated Manuscripts in the National Gallery of Victoria, Melbourne, Macmillan Art Publishing, 2005, p. 295 où elle note : While the styles of these three illuminators are closely related, and they each inherited and developed certain workshop patterns, their individual artistic identities are nonetheless clearly discernible, except in the years of immediate overlap which sometimes involved close collaboration beween the older and younger master (Notre traduction: « Tandis que les styles de ces trois enlumineurs sont étroitement reliés, et que chacun d’eux a hérité de certains modèles d’atelier qu’il a développés, leurs identités artistiques respectives peuvent néanmoins être clairement discernées, sauf pour les années de chevauchement immédiat qui parfois ont requis une collaboration étroite entre le maître le plus âgé et le plus jeune »).

21 France 1500. The Pictorial Arts..., notice no 4, p. 4.

22 Notons qu’Il y a aussi plusieurs ressemblances avec la scène de la crucifixion du ms. 81 Musée Condé des Heures Le Camus (fol. 87 r) où le Christ est entouré de deux larrons, avec à droite : des soldats et un cheval, puis à gauche : Marie, saint Jean et les saintes femmes et, derrière, un paysage très détaillé même si l’exécution générale y est plus fine que celle du ms. Vanier. Un autre élément de comparaison se trouve dans les lettrines ornées ou historiées en semi-grisaille.

23 Margaret Manion a étudié en profondeur cette enluminure de l’artiste parisien Maître François et sa bordure d’un autre artiste. Dans M. M. Manion, The Felton Illuminated Manuscripts in the National Gallery of Victoria, Melbourne, Macmillan Art Publishing, 2005, elle commente ainsi cette enluminure qui est reproduite à la planche 33, p. 369 : The cemetery with its surrounding cloister-charnel house occurs elsewhere in Maître François œuvre, and the border artist may well be copying a workshop model. But the representation of the burial ground as a place for meditation and reflective reading is less usual (p. 368, notre traduction: « Le cimetière entouré du cloître qui fait aussi office de charnier apparaît ailleurs dans l’œuvre de Maître François et il se pourrait bien que l’artiste responsable de la bordure soit en train de copier un modèle d’atelier. Toutefois, la représentation du cimetière comme lieu de méditation et de lecture qui fait réfléchir est moins courante »). Ailleurs, elle précise qu’on a rapproché le style de la bordure de celui d’artistes de Touraine en concluant que les liens de l’enlumineur parisien Maître François avec la production de manuscrits de la Loire mériteraient d’être approfondis. Voir The Medieval Imagination, Illuminated Manuscripts from Cambridge, Australia and New Zealand presented by the State library of Victoria, éd. B. Stocks et N. Morgan, Victoria, Macmillan Art Publishing, 2008, p. 168 pour la description de Margaret Manion et p. 169 pour la Planche 55 qui reproduit le fol. 78 illustrant l’Office des morts des Wharncliffe Hours (c. 1475-1480).

24 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures..., notice no 146, p. 268, fol. 93 du ms. Paris, B.N. lat. 1421.

25 Ibid., notice no 146, p. 268.

26 Ibid., voir aussi la notice no 145, p. 267-268 pour les Traités théologiques.

27 J. Backhouse, Illumination from Books of Hours, Singapore, The British Library, 2004, p. 30,Death Overcoming a Lady.

28 Par ailleurs, d’autres peintures feront intervenir l’allégorie de la Mort pour traiter du thème des fins dernières de manière plus personnelle, c’est le cas pour l’entrée no 88 du catalogue de l’exposition France 1500, entre Moyen Age et Renaissance, Catalogue de l’exposition au Grand Palais, 6 oct. 2010-10 janv. 2011, Milan, Éditions de la RMN, 2010, p. 204, no 88. Cette notice décrit un ouvrage de Jean Castel imprimé sur vélin à Paris v. 1505-1507 pour Antoine Vérard. Ce livre, qui n’est pas un livre d’Heures, a été réalisé pour Louise de Savoie (Paris, B.N. Vélins 2229) et réunit des arts de mourir. Il est orné d’une enluminure par le Maître de Philippe de Gueldre et de dix illustrations gravées sur bois et coloriées. L’enluminure au verso du titre et reproduite dans le catalogue représente la Mort vêtue d’un drap, qui tient un miroir à la main qu’elle présente devant ce qui est considéré comme la représentation de Louise de Savoie tenant son fils François par la main. La scène semble se passer dans un cimetière devant une grande croix à auvent rouge.

29 Voir sur ce thème l’enluminure du ms. 167, fol. 110r de la Pierpont Morgan Library où la Mort effraie un jeune homme de sa lance dans la bordure entourant une enluminure des obsèques (style de Rouen) ainsi que celle du ms. Paris, Arsenal 1188, fol. 75r, où l’un des trois médaillons, ornant la bordure à fond doré, représente la Mort entourée de son drap qui dirige sa lance dans la direction d’un jeune homme effrayé.

30 Dans le ms. Paris, Arsenal 635 à l’usage de Rouen, fol. 100r, la Mort, ceinte d’un linceul blanc, cherche à attraper de sa lance et par la manche un jeune homme très élégant qui porte un col en fourrure, un pantalon rayé or et bleu, et est chaussé de bottes rouges. Son amie à la chevelure rousse est vêtue d’une robe brune et paraît très effrayée. Derrière eux se dresse un château et non un cimetière. Dans les Heures de la fin du XVe s. à l’usage de Rome du ms. Châlons-en-Champagne, Bibl. mun. 26, un jeune homme élégamment vêtu est frappé par la Mort (fol. 81) qui l’attrape par la ceinture d’une main et le vise de sa lance levée vers lui de l’autre devant sa compagne bouleversée. Les personnages sont vus à mi-corps dans un encadrement architectural. Dans un autre ms. Dijon, Bibl. mun. 2978 (vers 1480-1490), la Mort s’en prend aussi à un couple et vise cette fois la femme de sa lance tout en l’attrapant par la manche de sa robe. Celle-ci semble saisie de peur tandis que son compagnon se tient derrière elle. La scène semble se passer dans un cimetière, compte tenu des ossements qui jonchent le sol. Aussi, la notice du site Enluminures indique que ce ms. localisé en Bourgogne serait considéré de style parisien par Y. Zaluska (site www.enluminures.cultures.fr consulté le 26 août 2012). Voir aussi la Mort et le couple du ms. Davis, University of California, Shields Library, UCL BX2080 A2 1497, fol. 70r.

31 Une de ces scènes se trouve dans le livre dHeures à lusage de Rome en latin et en français exécuté à Rouen v. 1500-1510 et conservé à Sydney, à la State Library of New South Wales, Collection Mitchell, Safe I/7e, fol. 70 r. Dans ce ms., que nous avons pu examiner sur place, la Mort arrive pour atteindre de la lance quelle tient à chaque main de jeunes amants dont lun, déjà atteint, est allongé sur lherbe et soutenu par son amie. À la différence des autres enluminures sur ce thème, celle-ci réunit trois couples dans un jardin clos qui regardent dun air inquiet la Mort arriver en courant avec une lance à chaque main. Cette enluminure « Death stabs young lovers » a été reproduite dans Medieval and Renaissance Illuminated Manuscripts in Australian Collections, éd. M. M. Manion et V. F. Vines, Melbourne, London, et New York, Thames and Hudson, 1984, planche 45, p. 193. Les auteurs de la notice no 84 suggèrent que le modèle pour cette enluminure pourrait provenir dune xylographie contemporaine (ibid., p. 206). Mentionnons enfin lillustration tirée de la brochure annonçant la Medieval Studies Summer School de lUniversité de Cambridge (27 juillet - 16 août 1997), p.7 (n.p.) qui reproduit une enluminure accompagnant la description du cours sur la peste de Rosemary Horrox. Il sagit dune enluminure des Heures de Jean de Montboissier, Paris, v. 1470-80, la Mort menace de sa lance rouge un jeune homme élégamment vêtu avec, à larrière, un paysage urbain tandis quun homme et une femme déjà atteints gisent au sol, ce qui suggère peut-être le début dune épidémie. Dans la description de sa mise en vente chez Sothebys (Western Manuscripts, 2006, lot 85), il est précisé que lenlumineur de ce ms. latin à lusage de Rome est Maître François. Ce ms., resté en mains privées jusque là, a eu des propriétaires aussi bien européens quaméricains comme en fait foi la section « provenance » de la notice descriptive (site www.invaluable.com/action-lot/the-montboissier-hours, consulté le 4 septembre 2012).

32 Par ex. le ms. Paris, Arsenal, lat. 414 présente au fol. 90 r une miniature en pleine page illustrant à l’arrière la Mort avec un drap qui la recouvre et une lance rouge levée pour attraper une jeune homme vêtu d’un manteau jaune or, d’un pantalon bleu accompagné d’un ami à l’arrière. Le jeune homme visé par la lance rouge de la Mort tient au poignet un oiseau noir. L’arrière-fond dépeint un château tandis qu’à l’avant-scène, un moine à la longue barbe et à la tête entourée d’un halo est assis les bras croisés, son chapelet à la main et un bâton de l’autre, devant un mort recouvert d’un linceul. Sur l’illustration apparaît également un cadre doré avec l’inscription au bas de l’incipit du Psaume de la Vulgate 114 :9, PLACEBO –DOMINO- IN – REGIONE.

33 J. Backhouse, Illumination from Books of Hours..., p. 40.

34 Le catalogue du Musée Condé, p. 87-88 indique que ce volume (5 p. x 7 p. ½) appartenait à Nicolas le Camus en 1576, époque de la reliure, laquelle, soit dit en passant, est très semblable à celle du ms. Vanier pour ce qui est de sa décoration des 4 coins et du médaillon central.

35 J. Brossollet et H. Mollaret, Pourquoi la peste? Le rat, la puce et le bubon, Paris, Découvertes Gallimard, sciences, 1994, 160 p.

36 Ibid., p. 14.

37 Ibid., illustration, no 15b.

38 Ibid., p. 15.

39 M. Manion, « The Strozzi-Acciaiuoli Hours (ms. Felton 869-5), Florence, 1496 », The Felton Illuminated Manuscripts in the National Gallery of Victoria, Melbourne, Macmillan Art Publishing, 2005, p. 402-403. Nous remercions Margaret Manion davoir relu notre article et attiré notre attention sur les allusions à la peste biblique avec la présence de Dieu ou de lange exterminateur dans le ciel dans la scène de « David en prières » des livres dHeures.

40 The Black Death, éd. et trad. R. Harrox, Manchester and New York, Manchester University Press, 1994, 364 p. (Manchester Medieval Sources Series). Dans ce livre, il est question des lois somptuaires de 1363 en Angleterre (ibid., p. 343) qui auraient été édictées en réaction aux mœurs des jeunes gens élégants et trop épris du monde pour penser à la mort qui les frappe en pleine jeunesse, à l’occasion des épidémies récentes où la peste est encore envisagée comme une punition divine.

41 Nous excluons ici l’abondante iconographie de la peste qui affligea même saint Roch, protecteur de la peste, par ex. sur la sculpture en bois du saint à l’église de Saint-Bertrand de Comminges dans les Pyrénées.

42 Cité dans F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures..., p. 256. Pour N. R. (Nicole Reynaud) qui signe cette page, « Plutôt que d’un associé, il s’agit en fait d’un successeur qui a repris l’atelier de son maître, comme le prouvent deux livres commencés par Maître François et terminés par lui (no 136; Nantes, Bibl. mun. ms. 8, voir no 17) et l’a encore développé.[…] L’ensemble de ses illustrations fait de lui l’enlumineur de loin le plus prolifique et le plus sollicité de tout le XVe siècle en France, il mérite l’attention en tant que représentatif du goût d’une époque ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration A
Légende Saint Jean à Patmos (Université Concordia, ms. Vanier, fol. 13r).
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/411/img-1.png
Fichier image/png, 630k
Titre Illustration B
Légende La Mort s’emparant d’une femme (Université Concordia, ms. Vanier, fol. 134r)
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/411/img-2.png
Fichier image/png, 643k
Titre Illustration C
Légende La Mort s’emparant d’une femme (British Library, ms. Harley 2865, fol. 86).
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/411/img-3.png
Fichier image/png, 618k
Titre Illustration D
Légende La Mort s’emparant d’une femme (Université Concordia, ms. Vanier, fol. 134r – détail)
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/411/img-4.png
Fichier image/png, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brenda Dunn-Lardeau, « L’enlumineur du livre d’Heures des Collections spéciales Vanier de l’Université Concordia », Memini, 15 | 2011, 73-95.

Référence électronique

Brenda Dunn-Lardeau, « L’enlumineur du livre d’Heures des Collections spéciales Vanier de l’Université Concordia », Memini [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://memini.revues.org/411 ; DOI : 10.4000/memini.411

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org