Navigation – Plan du site
Manuscrits du Moyen Âge et de l'Humanisme dans les collections de l'UQAM et de Concordia

Un manuscrit humanistique du De finibus de Cicéron dans les Collections des Livres rares de l’UQAM

Benjamin Victor et Brenda Dunn-Lardeau
p. 39-58

Entrées d'index

Mots-clés :

Livres rares, UQAM, Québec

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Notes de la rédaction

avec la collaboration de Solange Lemaitre-Provost

Chercheure indépendante

Texte intégral

1La présence d’un manuscrit humanistique du XVe siècle du De finibus bonorum et malorum, cette œuvre de Cicéron sur le souverain bien (summum bonum), est l’occasion d’en proposer une notice codicologique inédite afin de faire connaître ses caractéristiques propres et d’en admirer l’écriture ainsi qu’une de ses lettrines ornées.

2Auteur : Cicéron [Cicero, Marcus Tullius] (106 - 43 av. J.-C.).

3Titre : De finibus bonorum et malorum (« Des termes extrêmes des biens et des maux »).

4Lieu et datation du manuscrit : [Italie (Milan ou environs), ca. 1460]

5Langue : latin.

Présentation

6Avocat et homme politique, Cicéron fut en outre un auteur latin prolifique dont l’œuvre sera abondamment étudiée et commentée au fil des siècles. Fils d’une famille aisée et cultivée de la petite ville d’Arpinum, il reçut une éducation de qualité, à la fin de laquelle il suivit, entre autres, les leçons des épicuriens Phèdre et Zénon, des académiciens Philon et Antiochus et du stoïcien Posidonius. Il réussit l’exploit difficile de se faire élire à des magistratures à Rome, et même d’y arriver au premier rang de la classe dirigeante, sans qu’un seul de ses ancêtres eût siégé au sénat; son principal atout fut ses dons d’expression, et surtout ses talents d’orateur et d’avocat. Il obtint la préture de 66 av. J.-C. et le consulat de 63, durant lequel il déjoua un complot visant un coup d’État. Il se voit néanmoins marginalisé, à partir de 60, par l’alliance entre Pompée, César et Crassus. Les manœuvres de ses adversaires l’envoient en exil en 58-57; après son retour, il ne jouera plus, jusqu’à la mort de César, qu’un rôle mineur dans la politique de la capitale. Cette période de relative inactivité politique est pourtant fertile à d’autres égards : à partir de 55, Cicéron rédige une série impressionnante d’écrits philosophiques et rhétoriques. Cette partie de son œuvre comprend une trentaine de titres et couvre un vaste éventail de sujets : éthique, théologie, épistémologie, théorie politique, art du discours. Se lançant de nouveau en politique en 44, Cicéron tombe bientôt victime des temps troublés : en décembre 43, il est assassiné par des soldats de Marc Antoine, qu’il avait tenté de faire déclarer ennemi public.

7Le De finibus bonorum…, qui nous intéresse ici, expose et soumet à des critiques les théories épicuriennes, stoïciennes, péripatéticiennes et académiciennes sur la nature du bien suprême et sur certaines questions qui lui sont apparentées. Comme dans la plupart de ses écrits philosophiques, Cicéron n’y vise pas une grande originalité, son but premier étant la synthèse et la vulgarisation. L’orateur écrivit ce dialogue après la mort de sa fille en février 45, selon les indications de sa correspondance; la rédaction fut terminée – et l’ouvrage confié aux copistes – en juin de cette même année.

8On supposera pour ce manuscrit une origine en Lombardie et une date de confection aux alentours de 1460. Le texte lui-même est étroitement apparenté à celui du manuscrit P (Paris, BnF lat. 6331). En cela, notre manuscrit se comporte comme la grande majorité des copies italiennes du XVe siècle.

9Incipit : « M. Tull. Ciceronis ad M. Brutum de finibus bonor(um) & malor(um) liber primus incipit » [p. 1]. Le texte débute : « Non eram nescius Brute cum quae summis ingeniis exq(ui)sitaque doctrina philosophi Graeco sermone tractauissent » [p. 1].

10Explicit : Derniers mots du texte : « in oppidum ad Pomponiu(m) p(er)reximus omnes ». Ensuite : « M. T. Ciceronis ad M. Brutum de finibus bonor(um) et malor(um) liber V et ultimus explicit feliciter » [p. 283].

11Description : 144 folios en quaternions réguliers, numérotés sur le recto, les chiffres désignant les numéros des pages. Cette pagination, à la mine, a été introduite au XXe siècle.

12Contenu : 2e garde sup., ex-libris; p. 1-44 Liber primus; p. 45-119 Liber secundus; p. 119-165 Liber tertius; p. 165-216 Liber quartus; p. 216-283 Liber quintus; p. 284-286 vides; p. 287, 
deux hexamètres, etc.; p. 288 vide; 1re garde inf. recto ex-libris; 1re garde inf. verso note manuscrite.

  • 1 « Aucune vertu ne vaut autant que la patience. Quoi que tu fasses, fais-le prudemment. Songe à la f (...)
  • 2 « Ô hommes sots et lents à croire ! »

13Annotations marginales (gloses, variantes et notabilia), dont un grand nombre de la main du copiste. Un lecteur de la Renaissance a noté les équivalents grecs de certains termes philosophiques employés par Cicéron. Vers et mentions diverses inscrits de la main de Bernardino Crespi (voir « Marques de possesseurs », ci-dessous) : « Nulla valet tantum virtus | patientia quantum. | Quid quid agis prodenter [sic] agas. | Respice finem. | Bernardinus de Chrispis siue de Rulfis. | Hic est conclusio. »1 [p. 287]. « O stulti et tardi ad credendum »2 [1re garde inf. verso], qui est une citation de Luc (24:25).

  • 3 Nous remercions les Livres rares de l’Université du Québec de nous autoriser à reproduire cette ill (...)

14Décoration : Chaque livre est introduit par une lettrine enluminée munie de rinceaux fins qui se prolongent dans les marges (p. 1, 45, 119, 165, 216). Les corps des lettres initiales et les feuilles des rinceaux sont dorés. Le fond des lettrines est peint en teintes d’azur, de lilas et de vert; certains motifs y apparaissent (vignes en volutes, groupes de points blancs, lignes ondulées blanches). La première lettrine est accompagnée d’une pastille d’or. Style milanais du milieu du XVe siècle. Un exemple comparable, signé par un copiste milanais et daté de 1456, est décrit dans J. J. G. Alexander et A. C. de la Mare, The Italian Manuscripts in the Library of Major J. R. Abbey, Londres (Faber & Faber, 1969), no 53 avec la planche LXVIIa. (Voir illustration de la première lettrine)3.

15Écriture : humanistique posée, d’un assez bon niveau d’exécution.

16Papier : 168 mm x 120 mm. Les filigranes, imparfaitement conservés en raison de rognures, sont néanmoins reconnaissables aux p. 145-146 et ailleurs. Il s’agit d’une rosette à neuf pétales s’insérant dans la série Briquet 6617-6623, dont l’origine lombarde est assez sûre, mais dont la diffusion fut plutôt large. Le filigrane du ms. YPA224 se rapproche le plus du Briquet 6617, attesté près de Coire entre 1461-1464.

17Marques de possesseurs : Ex-libris « Seruaui seruare meum est Bernardinus de Chrispis » [2e garde sup. recto]; d’autres ex-libris à ce nom : « Ego Bernardinus de Chrispis siue de Rolfis Busti Artitii » [2e garde sup. verso]; « Bernardinus de Ch. », puis, en bas de la page, « Chrispis » [1ère garde inf. recto]. Le manuscrit fut donc en possession de Bernardino Crespi (secrétaire auprès des ducs de Milan, mort en 1580) à Busto Arsizio.

18Ex-libris illisible en raison de rayures [p. 1, marge inférieure].

19Emblème avec aigle, lion et arbres, barres obliques vers le haut à droite, inscription « Hercules Comes Silva » [2e garde sup. verso]. Emblème identifié comme appartenant au comte Ercole Silva, bibliophile de Milan (1756-1840). Au-dessus de cet emblème figure le titre de l’œuvre De finibus bonorum et malorum M. T. Ciceronis ad Brutu(m), inscrit apparemment de la même encre noire.

20Ex-libris de l’École normale Jacques-Cartier avec numéro d’acquisition 03476 estampillé à l’encre bleue [recto de la deuxième garde supérieure]; deux autres ex-libris estampillés de l’École normale Jacques-Cartier, à l’encre noire [contre-plat supérieur et recto de la première garde supérieure]. Ce ms. de Cicéron a été l’un des premiers livres à figurer au catalogue de la bibliothèque de l’École normale Jacques-Cartier, dont le premier principal Hospice-Anthelme Verreau fut un bibliophile averti. Ce fonds fut légué à l’UQAM en 1969 au moment de sa fondation.

21Reliure : Demi-reliure du XIXe siècle en cuir vert orné de plantes dorées (dos et coins), plats en carton couvert de papier marbré. Dos : pièce de titre rouge indiquant M. Ciceronis De finibus bonorum [et] malorum ms. Deux types de feuilles de garde : parchemin (légèrement plus petit que les autres pages) et papier. Les gardes en parchemin sont anciennes; celles en papier furent ajoutées par le relieur du XIXe siècle.

22Cote : YPA224.

Illustration A

Illustration A

La première lettrine du De finibus

Haut de page

Bibliographie

Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, éd. et trad. J. Martha, Paris, Les Belles Lettres, 1928-1930, 2 vol.

Narducci, E., Cicerone : la parola e la politica, Rome, Editori Laterza, 2009.

M. Tulli Ciceronis De finibus bonorum et malorum libri I, II, éd. et comm. J. S. Reid, Cambridge, Cambridge University Press, 1925.

M. Tulli Ciceronis De finibus bonorum et malorum libri quinque, éd. L. D. Reynolds, Oxford, Clarendon Press, 1998.

Rouse, R. H., « Academica posteriora and De finibus bonorum et malorum », Texts and Transmission : A Survey of the Latin Classics, éd. L. D. Reynolds et al., Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 112-115.

Silva, E., Catalogo delibri della Biblioteca Silva in Cinisello, Cinisello Balsamo, Centro di Documentazione Storica, 1996 (Monza, 1811).

Haut de page

Notes

1 « Aucune vertu ne vaut autant que la patience. Quoi que tu fasses, fais-le prudemment. Songe à la fin. Bernardino Crespi, aussi nommé Rolfi. Ici est la conclusion. »

2 « Ô hommes sots et lents à croire ! »

3 Nous remercions les Livres rares de l’Université du Québec de nous autoriser à reproduire cette illustration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration A
Légende La première lettrine du De finibus
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Victor et Brenda Dunn-Lardeau, « Un manuscrit humanistique du De finibus de Cicéron dans les Collections des Livres rares de l’UQAM », Memini, 15 | 2011, 39-58.

Référence électronique

Benjamin Victor et Brenda Dunn-Lardeau, « Un manuscrit humanistique du De finibus de Cicéron dans les Collections des Livres rares de l’UQAM », Memini [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://memini.revues.org/405 ; DOI : 10.4000/memini.405

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org