Navigation – Plan du site
Manuscrits du Moyen Âge et de l'Humanisme dans les collections de l'UQAM et de Concordia

Entre Flandre, Angleterre et Italie, un livre d’Heures résolument européen dans les Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM

Ariane Bergeron-Foote
p. 23-38

Entrées d'index

Mots-clés :

Livre d’heures, Québec, UQAM

Géographique :

Flandre, Angleterre, Italie

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Les Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM conservent un livre d’Heures jusqu’ici mal identifié. Bien qu’à l’usage universel de Rome (Heures de la Vierge et Office des morts), ce petit manuscrit présente, pour la plus grande partie, une esthétique insulaire, permettant de penser qu’il pouvait avoir été réalisé en Angleterre. Si son usage liturgique suit clairement celui de Rome, son calendrier est à l’usage de Sarum (Salisbury), indiquant qu’il était destiné à un fidèle insulaire. Il n’en demeure pas moins que ce manuscrit fut réalisé en Flandre, très probablement à Bruges, se rattachant ainsi à la grande tradition de manuscrits copiés en Flandre pour exportation en Angleterre. Malgré les aléas du temps et les destructions liées à la Réforme, on recense quelques 250 livres d’Heures produits en Flandre entre circa 1390 et 1520 pour exportation, la plupart destinés au marché anglais. Les livres d’Heures incunables et post-incunables français, notamment parisiens et rouennais, prendront le relais et l’on trouve des éditeurs français tels François Regnault ou les Kerver qui imprimeront des Heures à l’usage de Sarum pour exportation en Angleterre.

  • 1 Sur cette tradition, voir les travaux de E. Colledge, « South Netherlands Books of Hours Made for E (...)

2Un examen plus poussé de ce petit livre d’Heures permet maintenant de le ranger avec certitude dans le groupe des Heures réalisées en Flandre (le plus souvent à Bruges) pour exportation en Angleterre1. Destinés au marché commercial, ces manuscrits étaient souvent peu personnalisés, vendus à une clientèle souvent anglaise (mais pas toujours) qui pouvait faire ajouter a posteriori des éléments de personnalisation (armoiries, ajouts au calendrier, livre de raison) au manuscrit acheté déjà « tout fait ». On les reconnaît souvent à l’usage insulaire de Sarum ou de York, mais ces Heures pouvaient aussi suivre l’usage universel de Rome, comme dans le présent manuscrit. Ces Heures (UQAM, Coll. spéciales, ms. 2) renferment un manuscrit certes modeste, sans miniatures, mais au demeurant intéressant, car il est à ranger parmi la toute première vague de production flamande pour exportation en Angleterre, datable de la fin du XIVe ou tout début XVe siècle (1390-1400). La pratique de manuscrits copiés et peints en Flandre pour exportation en Angleterre, mais aussi en Espagne et en France, prendra son essor et se généralisera ensuite tout au long du XVe siècle.

  • 2 Voir illustrations A et B.

3Le libraire brugeois (liberaris) qui fit copier ce livre d’Heures le destinait certainement à être exporté en Angleterre: il fera copier un calendrier avec des saints résolument insulaires tels sainte Milburge (Abbesse de Wenlock, en Angleterre, morte vers 722), saint Georges (vénéré en Angleterre comme saint national), saint Brendan (ou Brandan, abbé irlandais du VIe siècle), saint Alban (protomartyr de Grande-Bretagne), saints Brice et Thomas de Cantorbéry (Thomas Beckett), qui n’auraient pas été privilégiés par un dévot en Flandre2. On relèvera aussi un choix concerté en faveur de saints franciscains (saint François, saint Antoine Abbé, sainte Claire) qui témoignent d’une sensibilité franciscaine ou de tertiaires franciscains. Il semble probable que le manuscrit ne fut probablement jamais « emporté » en Angleterre et semble avoir plutôt trouvé un possesseur italien qui fit ajouter les feuillets 13-22, copiés et décorés à Florence, vers 1425-1450.

  • 3 Voir N. J. Rogers, « Patrons and Purchasers... », p. 1169; sur l’enluminure et l’art pré-eyckien, c (...)
  • 4 Voir illustration C.

4Comme la plupart des Heures réalisées en Flandre pour exportation, il eût été logique d’y voir figurer des miniatures, peintes sur des singletons et insérées face à chaque grande division liturgique, comme il est coutumier dans les Heures de facture flamande3. Si ces miniatures ont existé, elles font aujourd’hui défaut; mais en collationnant le manuscrit nous n’avons pas trouvé de trace codicologique de leur présence antérieure. Il est aussi très possible que les miniatures n’aient jamais été insérées et que ce livre d’Heures soit demeuré dans un état « inachevé » intermédiaire, dans l’attente de son premier possesseur qui aurait commandité des miniatures ou du moins choisi parmi des feuillets libres peints à l’avance et prêts à être insérés. Dans l’état actuel, nous sommes en présence d’un livre de dévotion avec pour seul décor les initiales et baguettes ornementales qui scandent et introduisent les divisions liturgiques et différentes parties du manuscrit4.

  • 5 Voir P. Binski et P. Zutshi, Western Illuminated Manuscripts. A Catalogue of the Collection in Camb (...)

5Stylistiquement, ce décor se rapproche d’un petit groupe d’Heures peintes en Flandre pour exportation en Angleterre datables de la fin du XIVe ou tout début du XVe siècle : mentionnons tout particulièrement Cambridge, Cambridge University Library, Ii.6.2, Horae (usage de Sarum) (193 x 132 mm)5. A propos des Heures de Cambridge, citons E. Duffy :

  • 6 E. Duffy, Marking the Hours..., p. 83.

Produced in Flanders for the English market at the end of the fourteenth or beginning of the fifteenth century, this is an early example of production-line Books of Hours for a middle market..., and more than two hundred Sarum Books of Hours of this kind and quality survive...6.

  • 7 Voir illustration E. Nous remercions la Bibliothèque Bodléienne de l’Université d’Oxford pour l’aut (...)
  • 8 Voir M. Smeyers, Vlaasmse Miniaturen..., p. 10-12, pl. 4; O. Pächt et J. J. G. Alexander, Illuminat (...)

6Parmi les manuscrits à rapprocher des Heures, UQAM, ms. 2 et Cambridge University Library Ii.6.2, citons aussi Oxford, Bodleian Library, ms. Liturg. 251 (94 x 68 mm)7, datable de la toute fin du XIVe siècle mais destiné cette fois pour exportation en Catalogne, avec des rubriques rédigées en langue catalane8.

  • 9 Comparez illustration F (Heures, UQAM, Coll. Spéciales, ms. 2) et illustration G (Heures, Cambridge (...)
  • 10 Cf. l’appellation anglaise « Pink Canopies Group », et néerlandaise « De Groep met de roze Baldakij (...)

7Entre les deux manuscrits conservés à Cambridge et Oxford et le présent petit manuscrit, la ressemblance est frappante au niveau des pages ornées, avec un décor de feuilles de vigne colorées et à l’or bruni, des initiales ornées en rouge ou bleu avec un décor de feuilles de vigne colorées, et des baguettes qui encadrent le texte. On remarquera un petit élément du décor très caractéristique, sorte de besant un peu oblong à l’or bruni rehaussé de petits rinceaux tracés à l’encre9. Soulignons toutefois que les Heures de Cambridge et de Oxford renferment également des miniatures (singletons insérés) placées en regard du texte, lacunaires ou sans doute jamais insérées dans les Heures de l’UQAM. Il faut préciser que les deux manuscrits de Cambridge et d’Oxford sont illustrés de miniatures associées au « Groupe aux baldaquins roses»10.

  • 11 Voir illustration H.

8Si les miniatures n’ont jamais été insérées dans ces Heures, le manuscrit UQAM Coll. spéciales ms. 2 contient toutefois des textes peu courants sur près de trente feuillets (fol. 73-103v), ce qui n’est pas négligeable dans un manuscrit de petite taille11. Il s’agit d’une série de messes votives en l’honneur de la sainte Trinité, pour les défunts, pour la Toussaint, pour les anges, pour la Sainte Croix, en l’honneur de la Vierge Marie, pour le Saint-Esprit. Ce sont des textes que l’on trouverait volontiers dans les missels, mais aussi les livres de chœur (Graduels, livre de chœur destiné à la Messe qui contiennent des messes votives à la fin). Il est rare de les trouver dans un livre d’Heures et cela mérite d’être signalé.

  • 12 fol. 13-22; voir illustration I.
  • 13 Voir illustration J.

9Les manuscrits sont effectivement des objets vagabonds, ou du moins nomades. Nous ne pouvons pas dire si ces petites Heures ont effectivement traversé la Manche au début du XVe siècle. Il n’y pas de trace de possession anglaise à proprement parler, seulement une esthétique et des éléments textuels qui le destinaient à un fidèle insulaire. Il est possible qu’il soit resté pendant ce premier quart du XVe siècle sur l’étal ou les rayons d’un libraire brugeois ou flamand, en attendant de trouver preneur. Mais Bruges était un carrefour commercial incontournable, on y venait de l’Europe toute entière, des marchands, des notables, tout un monde y transitait. Il semble que ces petites Heures ont su plaire à un client italien quelques décennies après sa création, apparemment peu dérangé par le calendrier plutôt insulaire, et rassuré par l’usage universel de Rome. Le possesseur italien fit ajouter vers le second quart du XVe siècle un cahier après le calendrier, contenant des textes peu « canoniques » avec des antiennes et extraits des psaumes, répartis en fonction des jours de la semaine12 qu’il fit orner d’une lettrine dans le style italien. On reconnaît volontiers l’influence des « Heures des jours de la semaine » que l’on trouve dans les manuscrits du domaine flamand et néerlandais, mais peu répandues dans les Heures d’origine italienne. Faut-il y voir la volonté d’un fidèle italien de transposer dans son livre d’Heures, copié pour l’essentiel en Flandre, des textes inspirés de prières trouvées dans les manuscrits d’origine flamande et néerlandaise ? Un propriétaire suivant du XVe siècle a personnalisé son livre d’heures en ajoutant des prières en toscan aux feuillets 164-165, adressées au « Segno » [Seigneur], confirmant que ces Heures ont bien servi à un fidèle italien, peu dérangé par l’origine flamande du manuscrit, destiné à un fidèle anglais, mais finalement adopté et augmenté par un fidèle italien13.

  • 14 Autres ouvrages consultés : V. Leroquais, Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationa (...)

10Ces Heures, résolument européennes – entre Flandre, Angleterre et Italie – témoignent bien de la grande mobilité des livres et des individus au XVe, siècle d’or du livre d’Heures. On appréciait l’esthétique et le savoir-faire de Bruges, qui proposait des manuscrits adaptables aux besoins locaux des cultures avoisinantes, modulables sur mesure, tendant ainsi parfois vers la « haute-couture » avec des commandes bien précises venant de mécènes fortunés (citons les luxueuses Heures dites de Pembroke, commandées en Flandre par le seigneur de Pembroke, conservées au Philadelphia Museum of Art), ou relevant peut-être plus souvent du « prêt-à-porter » avec de petits livres de dévotion, certes plus modestes, mais toujours intéressants pour ce qu’ils dévoilent sur la circulation des livres et les pratiques de dévotion14.

Analyse codicologique

11Livre d’Heures (usage de Rome; calendrier à l’usage de Sarum)

12En latin (avec ajouts en italien), manuscrit enluminé sur parchemin

13Flandre pour exportation en Angleterre, vers 1390-1400 et additions, Italie, Florence (?), vers 1425-1450.

14165 fol., précédés de [7] fol. de papier blancs et suivis de [7] fol. également blancs, quelques manques (collation: i-ii6, iii10 [ce cahier, parchemin italien], iv4, v-xi8, xii7 [de 10 fol. ? avec lacune de viii-x, sans doute blancs)], xiii-xviii8, xix10, xx3 [de 4 fol., dernier feuillet sans doute blanc]), (I) écriture gothique (textualis), à l’encre brune, parfois tirant sur le brun foncé (fol. 1-12v; fol. 23-164), texte sur une seule colonne avec jusqu’à 14 longues lignes par feuillet (justification: 52 x 79 mm.), parchemin réglé à l’encre rouge pâle, rubriques à l’encre rouge, quelques initiales rehaussées de rouge, quelques bouts-de-ligne en bleu et rouge, texte des fol. 159-159v copié en alternance à l’or bruni et à l’encre bleue, nombreuses initiales à l’or bruni ou à l’encre bleue avec décor filigrané à l’encre violette ou rouge, initiales ornées d’une hauteur de 2 lignes à l’or bruni sur fond rose ou bleu rehaussé de blanc, 16 initiales ornées d’une hauteur de 5 lignes, introduisant les grandes divisions du texte, peintes en rouge vif ou bleu avec rehauts blancs sur fonds à l’or bruni et ornés de motifs floraux de couleur rouge et bleu dans la panse des lettres, baguettes à l’or bruni se prolongeant dans les marges avec décors de feuilles de vignes et de fleurs rouges et bleues sur des branchages rose ou bleu. – (II) écriture italienne, textualis formata (rotunda) à l’encre brune (fol. 13-22), texte sur une colonne, avec 14 longues lignes par feuillet (justification : 53 x 70 mm.), parchemin réglé à la mine de plomb, rubriques à l’encre rouge, quelques lettres d’attente, pieds de mouche en bleu, nombreuses initiales de couleur bleue, 4 initiales d’une hauteur de deux lignes peintes en bleu avec décor filigrané se prolongeant dans les marges à l’encre rouge, 2 initiales ornées (fol. 13 et 18) peintes en rose, bleu et vert avec rehauts blancs sur fonds à l’or bruni, avec décor filigrané à l’encre brune et disques à l’or bruni dans les marges, annotations ajoutées en fin de volume (en italien). Reliure du XIXe siècle de facture italienne, plein veau blond, plats avec un double encadrement de simple filets dorés avec fleurons aux angles extérieurs et intérieurs de l’encadrement intérieur, motif à froid ornemental poussé aux centre des plats, dos lisse avec motifs ornementaux à froid et titre doré en tête et en queue de dos : Officium B.V.M. et en queue Cod. Memb. Saec XV., contregardes et gardes de papier bleu glacé, traces de tranches gaufrées dorées. Quelques décharges sans gravité; oxydation de l’or bruni par endroits; feuillets rognés courts par endroits; serpentes de papier placées devant chaque page contenant une initiale ornée marquant les grandes divisions du texte). Dimensions: 99 x 129 mm.

Provenance

151. Copié en Flandre, très certainement pour exportation en Angleterre, ici pour l’usage liturgique universel de Rome. Par contre, le calendrier suit le modèle des calendriers à l’usage insulaire de Sarum, et contient des saints qui suggèrent que le manuscrit fut clairement destiné à être exporté en Angleterre tels Milburge (23 février), Valéry (1 avril), Georges (23 avril), Brandan ou Brendan (16 mai), Alban (23 juin), Lambert (17 septembre), Quentin (31 octobre), Brice (13 novembre) et en rouge Thomas de Cantorbéry ou Thomas Beckett (29 déc.). La présence de saints franciscains au Calendrier et dans les litanies (tels saint François, saint Antoine abbé, sainte Claire) tend à placer ce livre d’Heures dans un environnement proche des franciscains. Des modèles de calendrier à l’usage de Sarum se trouvent dans Copenhague, KB ms.Thott 143, avec un calendrier épars, proche de celui qui se trouve dans nos Heures, ou encore dans Horae ad usum Sarum, Paris, Antoine Vérard c. 1503-1505, qui contient un calendrier plus complet.

  • 15 Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Edili 144-147; voir L. Fabbri et M. Tacconi, I libri del (...)

162. Partie ajoutée au XVe siècle (fol. 13-22), de facture italienne, sans doute copiée et décorée à Florence, vers 1425-1450. Cette petite section, qui correspond à un cahier de 10 feuillets, fut sans doute incorporée assez tôt, comme en témoigne la présence d’un petit texte copié aux fol. 164-165 qui sont des prières en langue vernaculaire italienne (dialecte toscan). Le manuscrit a dû demeurer en Italie après le milieu du XVe siècle, et présente une reliure renouvelée du XIXe siècle de facture italienne. En l’absence d’éléments figuratifs, il n’y a que des éléments ornementaux pour tenter de cerner la région d’origine de ces ajouts. Il nous apparaît que ces feuillets présentent des comparaisons possibles avec, par exemple, les décors filigranés et ornés de manuscrits tels ceux attribués par exemple à Battista di Niccolo da Padova (1390/1395-1452) ou encore Zanobi Strozzi (1412-1468) des artistes qui ont contribué à l’enluminure et la décoration des quatre lectionnaires copiés pour l’Opera del Duomo de Florence vers 1445-144915.

173. Ancienne collection de l’École des Beaux-Arts de Montréal, créée par une loi du gouvernement du Québec sanctionnée le 8 mars 1922. L’EBAM offre initialement deux profils d’études, en architecture et en beaux-arts. Elle vise à former des peintres, des sculpteurs, des décorateurs et des dessinateurs pour le commerce et l’industrie, ainsi que des jeunes maîtres pour l’enseignement des arts. Nous ne savons pas par quel biais (achat ? don ou legs ?) ce manuscrit est passé dans les collections de l’EBAM.

184. Montréal, Université du Québec à Montréal (UQAM), Bibliothèque des Arts, Collections spéciales, ms. 2.

Texte

19fol. 1-12v, Calendrier, à l’usage de Sarum, en rouge et noir, avec les saints suivants : Batilde de Chelles, serve anglo-saxonne qui épousa Clovis II, roi des Francs (30 jan.); Milburge, abbesse de Wenlock en Angleterre (24 fév.); David, confesseur (1 mars); Cornélia (31 mars); Valéry, moine de Luxueil (1er avril); Georges, martyr, saint national en Angleterre (23 avril); Brandan ou Brendan, abbé irlandais (16 mai); Genès de Chateaumeillant [Genefacius] (5 juin); Barnabé de Chypre, premier évêque de Milan (en rouge, 11 juin); Alban, protomartyr de Grande-Bretagne (23 juin); Septem fratrum (11 juillet); Claire d’Assise, vierge (12 août); Gilles, ermite et abbé bénédictin, nombreuses dédicaces d’églises en Angleterre et en Écosse [Giles; Aegidius] (1 sept.); François d’Assise (4 oct.); Brice, évêque de Tours (13 nov.); Éloi de Noyon (en rouge, 1 dec.); Lazare (17 déc.); Thomas Becket de Cantorbéry, martyr anglais, archevêque-primat de Cantorbéry, assassiné en 1170 et canonisé en 1173 et « décanonisé » par Henri VIII qui ordonna en 1538 la destruction de toutes ses images (29 décembre, en rouge).

20fol. 13-22, [Ajout Italie, vers 1425-50] Antiennes et extraits des psaumes, répartis en fonction des jours de la semaine, rubrique, Notandum est quod supra dicti psalmi cum suis antiphonis dicuntur die dominico et die lune et iovis usque ad adventum domini. Et lectiones supra dicte dicuntur quotidie. Item in die martis et in die veneris dicitur hec antiphone cum lectionibus supradictis; autre rubrique, Item die mercurii et die sabbati dicitur hec antiphona; explicit, Explicit secundus et tertius nocturnus deo gratias;

21fol. 22v, feuillet blanc;

22fol. 23-26, Heures abrégées de la Vierge, rubrique, Ad primam, incipit, Hora prima ductus est...;

23fol. 26v, feuillet blanc;

24fol. 27-72v, Office de la Vierge, à l’usage de Rome, avec matines (fol. 27-37v), laudes (fol. 38-49), prime (fol. 49v-53v), tierce (fol. 53v-56v), sexte (fol. 56v-59v), none (fol. 59v-62v), vêpres [N.B. La première antienne pour les vêpres des Heures de la Vierge Dum esset] (fol. 62v-68), complies (fol. 68-72v) ;

25fol. 73-103v, Messes votives; fol. 73-79v, Messe en l’honneur de la Sainte Trinité, rubrique, In honore sancte trinitatis missa; fol. 80-83v, Messe pour les défunts, rubrique, Missa pro defunctis. Introitus; fol. 84-88v, Messe pour la Toussaint, rubrique, Missa de omnibus sanctis. Introitus; fol. 89-93, Messe pour les anges, rubrique, Missa de angelis. Introitus; fol. 93v, blanc; fol. 94-96v, Messe pour la Sainte Croix, rubrique, Missa de sancta cruce. Introitus; fol. 97-99, Messe pour la Vierge Marie, rubrique, Missa de sancta maria. Introitus; f. 99v, blanc; fol. 100-103v, Messe pour le Saint-Esprit, rubrique, Missa de sancto spiritu. Introitus;

26fol. 104-116, Psaumes de la Pénitence;

27fol. 116-121, Litanies et prières; parmi les saints à signaler, on notera saint François, saint Antoine, saint Léonard, sainte Colombe;

28fol. 121v, feuillet blanc;

29fol. 122-155, Office des morts (usage de Rome), avec les leçons suivantes : I. Credo quod; II. Qui Lazarum; III. Domine quando veneris; IV. Memento mei; V. Heu michi; VI. Ne recorderis; VII. Peccantem mei; VIII. Domine secundum; IX. Libera me;

30fol. 155v, feuillet blanc;

31fol. 156-158v, Prière à la Vierge et suffrages;

32fol. 159-159v, Sept vers de saint Bernard, copiés en alternance à l’or bruni et à l’encre bleue, Illumina oculos meos...;

33fol. 160-164, Péricopes évangéliques;

34fol. 164-165, Prières ajoutées en italien, dialecte toscan, milieu du XVe siècle : [S]egno illumina li me ogi che zamor e no dorme in la morte e che lo inimigo me no diga che ello agia avvo possanza in verde le. […] o parlan in la mea lengua a mi sea manifesto la mea fin e lo numero de li me gorni chi me lo dira a zo che sapia zo che me manche. [S]egno in le toe men arecomando lo me spirito segno de de [sic] la verite tu si me remuo. Ti me roto li me ligami a ti sacrifichero la ostia de lo loso e si demandero lo nome de lo segno. La fuga perise dami e no ne chi cerche l’anima mea. Segno e o crea in ver de ti e si o dito che tu e la mea speranza in la terra de li vivi. Facon meigo segno in ben azo che o vega quelli chi man avvo in odio e sean confusi in pero che ti segno si me aia e si me consola. Amen.

Illustration A

Illustration A

Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 5v, Calendrier, usage de Sarum, mois de mai et juin, avec mention de saint Brandan (16 mai).

Illustration B

Illustration B

Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 12v, Calendrier, usage de Sarum, mois de décembre, avec mention de saint Thomas Beckett (29 déc.).

Illustration C. Montréal

Illustration C. Montréal

UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 27r, Office de la Vierge, matines. À noter, l’absence de miniatures en regard.

Cambridge, CUL, Ii.6.2 fol. 33v-34, Heures peintes en Flandre pour exportation en Angleterre (Flandre, Bruges, vers 1400), Annonciation; Office de la Vierge, matines.

Oxford, Bodleian Library, Ms. Liturg. 251, fol. 92v-93, Heures peintes en Flandre pour exportation en Catalogne (Flandres, Bruges, vers 1390-1400), Massacre des Innocents; None des Heures de la Vierge.

Illustration F

Illustration F

Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 48 v.

Illustration G.

Illustration G.

Cambridge, CUL, Ii.6.2, Horae (usage de Sarum), f. 34, éléments de décor.

Illustration H

Illustration H

Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, f. 73, Messe votive en l’honneur de la Sainte Trinité.

Illustration I

Illustration I

Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, f. 13, Antiennes et extraits des psaumes, répartis en fonction des jours de la semaine, ajouts Italie, vers 1425-1450.

Illustration J

Illustration J

Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 163v-164, Fin des Péricopes évangéliques; Prières rajoutées en italien, dialecte toscan, milieu du XVe siècle.

Haut de page

Notes

1 Sur cette tradition, voir les travaux de E. Colledge, « South Netherlands Books of Hours Made for England », Scriptorium, 32, 1978, p. 55-57; N. J. Rogers, Books of Hours Produced in the Low Countries for the English Market in the Fifteenth Century, 2 vols. (unpublished M. Litt. Dissertation, University of Cambridge, 1982); N. J. Rogers, « Patrons and Purchasers : Evidence for the Original Owners of Books of Hours Produced in the Low Countries for the English Market », Als ich can. Liber Amicorum in Memory of Professor Maurits Smeyers, éd. B. Cardon, J. van der Stock et D. Vanwijnsberghe, Louvain, 2002, 2 vol., vol. II, p. 1165-1181.

2 Voir illustrations A et B.

3 Voir N. J. Rogers, « Patrons and Purchasers... », p. 1169; sur l’enluminure et l’art pré-eyckien, consulter Vlaamse miniaturen voor Van Eyck (c. 1380 - c. 1420), Tentoonstellingscatalogus, éd. M. Smeyers, Corpus of Illuminated Manuscripts, 6, Louvain, 1993 (Low Countries Series, 4); Flanders in a European Perspective. Manuscript Illumination around 1400 in Flanders and Abroad. Proceedings of the International Colloquium, Leuven 7-10 September 1993, éd. M. Smeyers et B. Cardon, Louvain, 1995; M. Smeyers, L’art de la miniature flamande du VIIIe au XVIe siècle, Tournai, 1998.

4 Voir illustration C.

5 Voir P. Binski et P. Zutshi, Western Illuminated Manuscripts. A Catalogue of the Collection in Cambridge University Library, Cambridge, 2011, no. 371, p. 343-344 : « One of the earliest Flemish Hours produced for English patrons »; E. Duffy, Marking the Hours. English People and their Prayers, 1240-1570, New Haven and London, 2006, pl. 14 (p. 26) et pl. 53 (p. 82-83); M. Smeyers (ed.), Vlaasmse Miniaturen..., p. 4-7, qui le date vers 1390-1400. Consulter illustration D. Nous remercions la Bibliothèque de l’Université de Cambridge pour l’autorisation de reproduire les illustrations de ces manuscrits dans cet article.

6 E. Duffy, Marking the Hours..., p. 83.

7 Voir illustration E. Nous remercions la Bibliothèque Bodléienne de l’Université d’Oxford pour l’autorisation de reproduire les illustrations de ces manuscrits dans cet article.

8 Voir M. Smeyers, Vlaasmse Miniaturen..., p. 10-12, pl. 4; O. Pächt et J. J. G. Alexander, Illuminated Manuscripts in the Bodleian Library, Oxford, 1966, vol. 1, no. 617, p. 48.

9 Comparez illustration F (Heures, UQAM, Coll. Spéciales, ms. 2) et illustration G (Heures, Cambridge, CUL, Ii.6.2).

10 Cf. l’appellation anglaise « Pink Canopies Group », et néerlandaise « De Groep met de roze Baldakijnen ». Voir M. Smeyers, Vlaamse miniaturen..., p. 4 et manuscrits 2 à 4 du catalogue; M. Smeyers, L’art de la miniature flamande..., p. 204.

11 Voir illustration H.

12 fol. 13-22; voir illustration I.

13 Voir illustration J.

14 Autres ouvrages consultés : V. Leroquais, Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1927; S. McKendrick, Flemish Illuminated Manuscripts 1400-1550, Londres, 2003; L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, Paris, PUF, 1958-1959; S. Wright, « Bruges Artists in London : The Patronage of the House of Lancaster », Flanders in a European Perspective. Manuscript Illumination around 1400 in Flanders and Abroad. Proceedings of the International Colloquium, Leuven 7 - 10 September 1993, éd. M. Smeyers et B. Cardon, Louvain, 1995, p. 93-103.

15 Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Edili 144-147; voir L. Fabbri et M. Tacconi, I libri del Duomo di Firenze. Codici liturgici e biblioteca di Santa Maria del Fiore (secoli XI-XVI), Florence, 1997, no. 75, p. 211-213 et pl. 18-21; voir aussi M. Levi d’Ancona, Miniatura e miniatori a Firenze dal XIV al XVI secolo, Florence, 1962, p. 59. Pour des Heures peintes par Zanobi Strozzi, on consultera A. Garzelli, Miniatura fiorentina del Rinascimento, 1440-1525. Un primo censimento, Florence, 1985, tome I, p. 18-19 et tome II, pl. 24, « Ore Adimari ». Sur ces artistes actifs à Florence vers le milieu du siècle, on consultera les notices pour chaque artiste dans Dizionario biografico dei miniatori italiani, secoli IX-XVI, éd. M. Bollati, Milan, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration A
Légende Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 5v, Calendrier, usage de Sarum, mois de mai et juin, avec mention de saint Brandan (16 mai).
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Illustration B
Légende Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 12v, Calendrier, usage de Sarum, mois de décembre, avec mention de saint Thomas Beckett (29 déc.).
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Illustration C. Montréal
Légende UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 27r, Office de la Vierge, matines. À noter, l’absence de miniatures en regard.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration D
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Cambridge, CUL, Ii.6.2 fol. 33v-34, Heures peintes en Flandre pour exportation en Angleterre (Flandre, Bruges, vers 1400), Annonciation; Office de la Vierge, matines.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration E
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Oxford, Bodleian Library, Ms. Liturg. 251, fol. 92v-93, Heures peintes en Flandre pour exportation en Catalogne (Flandres, Bruges, vers 1390-1400), Massacre des Innocents; None des Heures de la Vierge.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Illustration G.
Légende Cambridge, CUL, Ii.6.2, Horae (usage de Sarum), f. 34, éléments de décor.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration H
Légende Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, f. 73, Messe votive en l’honneur de la Sainte Trinité.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Illustration I
Légende Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, f. 13, Antiennes et extraits des psaumes, répartis en fonction des jours de la semaine, ajouts Italie, vers 1425-1450.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Illustration J
Légende Montréal, UQAM, Bibl. des Arts, Collections spéciales, ms. 2, fol. 163v-164, Fin des Péricopes évangéliques; Prières rajoutées en italien, dialecte toscan, milieu du XVe siècle.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/397/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariane Bergeron-Foote, « Entre Flandre, Angleterre et Italie, un livre d’Heures résolument européen dans les Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM », Memini, 15 | 2011, 23-38.

Référence électronique

Ariane Bergeron-Foote, « Entre Flandre, Angleterre et Italie, un livre d’Heures résolument européen dans les Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM », Memini [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://memini.revues.org/397 ; DOI : 10.4000/memini.397

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org