Navigation – Plan du site
Manuscrits du Moyen Âge et de l'Humanisme dans les collections de l'UQAM et de Concordia

Une Bible portative du XIIIe siècle dans les collections de l’UQAM1

Benjamin Victor
p. 23-38
Référence(s) :

Langue : latin

Lieu et datation du manuscrit : [France méridionale (?), milieu du XIIIe siècle]

Entrées d'index

Mots-clés :

Bible

Géographique :

Québec, France méridionale

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Présentation

  • 1 L’auteur tient à remercier le docteur Laura Light de lui avoir fait part de ses connaissances de sp (...)

1Bien que la Sainte Écriture fût l’autorité par excellence de l’Antiquité jusque dans l’âge moderne, sa place assurée en amont de tout savoir n’empêchait pas sa forme matérielle de changer, parfois radicalement, d’une époque à l’autre. Durant l’Antiquité et le tout début du Moyen Âge, il était rare de rassembler tous les textes reconnus inspirés sous une seule couverture ou même dans un seul ensemble. Des Bibles complètes, en un volume ou en plusieurs, commencent enfin à se rencontrer régulièrement au neuvième siècle (mais ne remplacent pas tout à fait les Bibles partielles et ne remplacent pas du tout les livres contenant les textes bibliques nécessaires à la liturgie). Ces Bibles étaient destinées à des institutions, surtout monastiques, où elles servaient à la lecture au chœur ou au réfectoire, à la consultation et tout simplement à être admirées (il pouvait s’agir de volumes richement décorés, de taille impressionnante). Puisque chaque monastère était une communauté à part et en soi, la stricte uniformité ne s’imposait pas quant au contenu, à sa disposition et aux variantes textuelles. Un autre fait nouveau se produit dès le début du douzième siècle dans les milieux intellectuellement actifs : des Bibles glosées, exemplaires commentés de la Sainte Écriture toute entière, apparaissent à côté des commentaires sur des livres bibliques individuels.

  • 2 Ch. de Hamel, The Book. A History of the Bible, Londres-New York, 2001, p. 117-118.

2De nouvelles conditions s’installèrent avec l’essor des universités et des ordres mendiants. De très nombreuses personnes circulant en dehors des cloîtres avaient désormais besoin de Bibles aux fins de l’étude ou de la prédication. Le besoin fut comblé par les Bibles portatives, dont l’évolution dans les ateliers laïcs parisiens vers 1200 est bien décrite chez Christopher de Hamel2. Elles sont déjà novatrices d’un point de vue technique : le parchemin est d’une minceur jusqu’alors inconnue, l’écriture, à la fois extrêmement petite et hautement lisible. La présentation du contenu est remarquable elle aussi : les livres bibliques se succèdent selon un ordre standard et se munissent de prologues, de nombre fixe, choisis parmi les divers textes utilisés à cette fin dans les Bibles glosées du siècle précédent. Des titres courants dans la marge supérieure de chaque page assurent que le lecteur sache à tout moment dans quel livre il se trouve; chaque chapitre de chaque livre débute par une grande initiale bien visible, et (sauf dans le psautier) les chapitres sont numérotés selon un nouveau système (qui est essentiellement celui des Bibles modernes). Tout est donc conçu pour la commodité de l’utilisation : les nouvelles Bibles, s’il est permis de leur appliquer une expression de nos jours, marquent un progrès dans la gestion de l’information. Des ateliers en dehors de Paris et de la France ne tardent pas à les imiter, si bien qu’en peu de temps des exemplaires sur le même modèle se multiplient partout en Europe occidentale. Il est d’usage de qualifier tous ces livres, quelle que soit leur origine, de « Bibles de Paris » dans la mesure où ils respectent la présentation fixée à Paris au début du XIIIe siècle.

3Comme la quasi-totalité des bibles latines du Moyen Âge, celles dites de Paris présentent la version qu’on appelle « vulgate » : les Évangiles dans la traduction de Jérôme, les livres canoniques de l’Ancien Testament, à la seule exception des Psaumes, dans la traduction de Jérôme tenant compte de l’original hébreu, les Psaumes dans une traduction réalisée par Jérôme à partir de la version grecque standard (c’est le psautier dit « gallican »), les livres deutérocanoniques de l’Ancien Testament et le Nouveau Testament à part les Évangiles dans des traductions latines non-hiéronymiennes. L’ordre des livres est celui qui sera consacré par l’Église catholique au XVIe siècle, sauf que les Actes des apôtres se placent après les Épîtres de Paul. Les Bibles de Paris exécutées après 1230 comportent normalement l’une des formes variantes des Interprétations des noms hébraïques, glossaire étymologique de noms, surtout personnels.

4Toute Bible médiévale était confectionnée avec soin, et les Bibles portatives étaient réalisées en général par des hommes de métier spécialisés. Cela dit, le présent manuscrit est de facture relativement modeste. C’est un exemple correct de son genre, sans plus.

5Incipit : Incipit epistula sancti Ieronimi presbyteri de omnibus diuine historie libris. Frater Ambrosius mihi tua munuscula perferens detulit (« Ici commence la lettre de Saint Jérôme, prêtre, sur l’ensemble des livres du divin récit. Le frère Ambroise m’a apporté et livré tes cadeaux » (premier folio recto).

6Explicit : Sysaia equisio exclusio gaudii (verso du dernier folio en parchemin); le reste du texte est perdu avec le dernier cahier du manuscrit.

7Structure : Dans son état actuel, le présent manuscrit se compose de 586 folios de parchemin médiéval, de deux gardes supérieures en papier de date moderne et de trois gardes inférieures, également en papier moderne. Aucune foliotation/pagination n’est visible; il est possible qu’elle ait disparu lors d’une rognure. Les cahiers de 1 à 9 se composaient originellement de 24 folios chacun. Le quatrième folio du premier cahier, où devaient figurer le prologue Desiderii mei et le début de Genèse, a été perdu. Le septième cahier a perdu son deuxième folio, sur lequel était écrit II Rois 19 - II Rois 20. Le dixième cahier, allant de Nehemiah 8 à Esther 8, affiche une structure irrégulière (dont le détail se voit mal) et comporte 23 folios; il semble avoir été confectionné ainsi à l’origine. Les cahiers de 11 à 24, de facture régulière, comportent 24 folios chacun. La fin de la Bible proprement dite, d’Apocalypse 18.19 à 22.21, est écrite sur deux folios dont la structure n’est pas visible. Le deuxième de ces folios est mutilé : sa partie inférieure a été enlevée et ultérieurement remplacée par du papier. Le dernier cahier médiéval, contenant les Interprétations des noms hébraïques, comporte 11 folios; encore une fois, la structure exacte ne se laisse pas établir.

Contenu

  • 3 F. Stegmüller, Repertorium biblicum medii aevi, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientif (...)
  • 4 S. Berger Histoire de la Vulgate pendant les premiers siècles du Moyen Âge, Paris, 1893, p. 106, 10 (...)
  • 5 Une telle Bible, d’origine italienne, est décrite dans L. Light et S. Hindman, Before the King Jame (...)

8Deux particularités en matière de contenu méritent d’être signalées. D’abord, le livre (deutérocanonique) de Baruch, ainsi que son prologue (Liber iste, texte no 491 dans le recueil de Stegmüller3), y sont absents. Dans les Bibles qui suivent plus strictement le modèle parisien, ces deux textes figurent entre Lamentations et le prologue d’Ézéchiel; l’omission de Baruch se constate aussi dans certaines Bibles du haut Moyen Âge4 et dans quelques-unes du treizième siècle5.D’ailleurs, les Interprétations des noms hébraïques (voir sous « Présentation », ci-dessus) revêtent une forme insolite. Elles commencent par Aba pater uel paternitas. Syrium est, non hebreum, ce qui les rapproche du Stegmüller 9990; toutefois, elles n’y sont pas identiques.

9Le détail du contenu se décrit comme suit :

  • Prologue hiéronymien Frater Ambrosius mihi tua munuscula perferens detulit (Stegmüller 284), dont il manque la fin

  • (Un texte, probablement Stegmüller 285, a disparu avec la perte du quatrième folio)

  • Genèse (dont les huit premiers versets sont perdus)

  • Exode

  • Lévitique

  • Nombres

  • Deutéronome

  • Prologue Tandem finito (Stegmüller 311)

  • Josué

  • Juges

  • Ruth

  • Prologue Viginti et duas (Stegmüller 323)

  • I Rois (=I Samuel)

  • II Rois (=II Samuel); l’essentiel des chapitres 19 et 20 manque en raison de la perte d’une feuille

  • III Rois

  • IV Rois

  • Prologue Si septuaginta (Stegmüller 328)

  • I Paralipomena (=I Chroniques)

  • Prologue Quomodo Grecorum (Stegmüller 327)

  • II Paralipomena (II Chroniques)

  • Prologue Utrum difficilius (Stegmüller 330)

  • I Esdras

  • Néhémie

  • II Esdras

  • Prologue Mirari non desino (Stegmüller 332)

  • Tobie

  • Prologue Apud Hebreos (Stegmüller 335)

  • Judith

  • Les prologues Librum Hesther (Stegmüller 341) et Rursum in libro Hesther (Stegmüller 343), présentés comme ne faisant qu’un seul (comme c’était normal)

  • Esther

  • Prologue Cogor per singulos (Stegmüller 344)

  • Prologue Si aut fiscellam (Stegmüller 357)

  • Job

  • Psaumes

  • Prologue Iungat epistola (Stegmüller 457)

  • Proverbes

  • Prologue Memini me hoc (Stegmüller 462)

  • L’Ecclésiaste

  • Cantique

  • Prologue Liber Sapientie (Stegmüller 468).

  • Sagesse

  • Prologue Multorum nobis (ce ne sont que les premiers versets de l’Ecclé­siastique, qui étaient présentés au Moyen Âge comme un prologue)

  • L’Ecclésiastique

  • Prologue Nemo cum prophetas (Stegmüller 482)

  • Isaïe

  • Prologue Ieremias propheta cui (Stegmüller 487)

  • Jérémie

  • Lamentations

  • Prologue Ezechiel propheta (Stegmüller 492)

  • Ézéchiel

  • Prologue Danielem prophetam (Stegmüller 494)

  • Daniel

  • Prologue Non idem ordo (Stegmüller 500)

  • Prologue Temporibus Ozie (Stegmüller 507)

  • Osée

  • Prologue Sanctus Ioel (Stegmüller 511)

  • Prologue Ioel filius Phatuel (Stegmüller 510)

  • Joël

  • Prologue Ozias rex (Stegmüller 515)

  • Prologue Amos propheta (Stegmüller 512)

  • Prologue Hic Amos propheta (Stegmüller 513)

  • Amos

  • Prologue Iacob patriarcha (Stegmüller 519) et Hebrei hunc dicunt (Stegmüller 517), présentés comme ne faisant qu’un seul (comme c’était normal)

  • Abdias

  • Prologue Sanctum Ionam (Stegmüller 524)

  • Prologue Ionas columba et dolens filius (Stegmüller 521)

  • Jonas

  • Prologue Temporibus Ioathe (Stegmüller 526)

  • Michée

  • Prologue Nahum prophetam (Stegmüller 528)

  • Nahum

  • Prologue Quattuor prophete (Stegmüller 531)

  • Habacuc

  • Prologue Tradunt Hebrei (Stegmüller 534)

  • Sophonie

  • Prologue Ieremias propheta ob causam (Stegmüller 538)

  • Aggée

  • Prologue In anno secundo (Stegmüller 539)

  • Zacharie

  • Prologue Deus per Moysen (Stegmüller 543)

  • Malachie

  • Prologue Cum sim promptus (Stegmüller 547)

  • Prologue Memini me in palacio (Stegmüller 553)

  • Prologue Maccabeorum duo libri pernotant prelia…ad gloriam passionis (Stegmüller 551)

  • I Maccabées

  • II Maccabées

  • Prologue Matheus ex Iudea sicut in ordine primus ponitur…operantis dei intelligendam diligenter esse dispositionem querentibus non tacere (Stegmüller 590)

  • Prologue Matheus cum primo (Stegmüller 589)

  • Matthieu

  • Prologue Marchus euangelista dei electus (Stegmüller 607)

  • Marc

  • Prologue Quoniam quidem (en fait, ce sont les premiers versets de Luc, qui passaient au Moyen Âge pour être un prologue)

  • Prologue Lucas Syrus natione Anthiocensis arte medica discipulus apostolorum Paulum secutus postea usque ad consummationem eius serviens Domino…fastidientibus prodidisse (texte proche du Stegmüller 620)

  • Luc

  • Prologue Hic est Iohannes (Stegmüller 624)

  • Jean

  • Prologue Romani sunt in partes Ytalie. hii preuenti sunt a falsis apostolis…hos reuocat apostolus ad ueram et ad euangelicam fidem scribens eis a Corintho. (texte hybride, se rapprochant le plus du Stegmüller 677)

  • Romains

  • Prologue Corinthii sunt Achaici, et hii similiter ab apostolo audierunt uerbum ueritatis et subuersi sunt multifarie a falsis apostolis...hos reuocat apostolus ad ueram fidem et euangelicam sapientiam scribens eis ab Epheso per Timotheum discipulum suum. (texte intermédiaire entre le Stegmüller 684 et le Stegmüller 685)

  • I Corinthiens

  • Prologue Post actam penitentiam consolatoriam scribit eis epistolam (Stegmüller 699)

  • II Corinthiens

  • Prologue Galathe sunt Greci. hii uerbum ueritatis (Stegmüller 707)

  • Galates

  • Prologue Ephesii sunt Asiani…Tythicum diaconem (Stegmüller 715)

  • Éphésiens

  • Prologues Philipenses sunt Macedones…de carcere per Epafroditum (Stegmüller 728)

  • Philippiens

  • Prologue Colosenses et sicut Laodicenses sunt Asiani; et ipsi preuenti (Stegmüller 736)

  • Colossiens

  • Prologue Thessalonicenses sunt Macedones in Christo Iesu…per Tythicum et Onesimum (Stegmüller 747)

  • I Thessaloniciens

  • Prologue Ad Thessalonicenses…scribens hanc epistulam ab Athenis per Tithicum diaconem et Onesimum acolitum (Stegmüller 752)

  • II Thessaloniciens

  • Prologue Timotheum instruit…scribens ei a Laoditia (variante du Stegmüller 765)

  • I Timothée

  • Prologue Item Timotheo (Stegmüller 772)

  • II Timothée

  • Prologue Titum commonefacit (Stegmüller 780)

  • Tite

  • Prologue Philemoni familiares litteras facit…per suprascriptum Onesimum (Stegmüller 783)

  • Philémon

  • Prologue In primis dicendum est cur apostolus Paulus in hac epistula scribendo [sic] (Stegmüller 793)

  • Hébreux

  • Prologue Lucas Antiochensis natione Syrus (Stegmüller 637)

  • Actes des apôtres

  • Prologue Non ita est ordo (Stegmüller 809)

  • Épîtres catholiques

  • Prologue Omnes qui pie (Stegmüller 839)

  • Apocalypse

  • Interprétations des noms hébraïques Aba pater uel paternitas. Syrium est, non hebreum. (proche du Stegmüller 9990 sans lui être identique). Il manque la fin (les derniers mots conservés sont Sysaia equisio exclusio gaudii).

Décoration

10La décoration suit un plan méthodique et constant, dont l’essentiel est caractéristique des Bibles de Paris, dans le but non seulement d’embellir le volume mais aussi d’aider le lecteur à s’y repérer. Chaque livre biblique commence par une lettrine; il en est de même du tout premier texte du volume (le prologue général Frater Ambrosius). À l’intérieur de chaque livre, les chapitres sont introduits par des initiales bleues aux filigranes rouges alternant avec des initiales rouges aux filigranes bleus (voir Illustration A). Cependant, un régime différent s’applique au psautier : les Psaumes 1, 26, 38, 52, 68, 80, 97 et 109 débutent par des lettrines comme celles qui ouvrent les livres bibliques (voir Illustration B), les autres Psaumes par des lettres filigranées; la division du psautier qui en résulte était depuis longtemps standard. Les prologues sont introduits par des lettres filigranées bicolores (rouge et bleu, voir illustration A). Des débuts de phrases se signalent par des lettres majuscules rouges et bleues dans le psautier, partout ailleurs par des lettres rehaussées de rouge. Il y a des titres courants partout (pour la plupart rendus illisibles par des rognures).

11La plupart des lettrines débutant les livres bibliques et les groupes de Psaumes présentent des dragons s’enroulant à l’intérieur des lettres ou autour d’elles (voir illustrations A et B); celle en tête du prologue Frater Ambrosius au recto de la première feuille représente le travail de l’écriture (voir illustration C). Parfois la lettre est rosâtre sur un fond bleu, parfois elle est bleue sur un fond mauve. Des lettres d’attente sont visibles dans les marges intérieures.

12La perte de la quatrième feuille a déjà été évoquée : elle a sans doute été enlevée en raison d’une enluminure au début de Genèse. La dernière page d’Apocalypse a vraisemblablement été mutilée pour le même motif.

Écriture, mise en page

  • 6 A. Derolez, The Palaeography of Gothic Manuscript Books from the Twelfth to the Early Sixteenth Cen (...)
  • 7 B. Bischoff, Paléographie de lAntiquité romaine et du Moyen Âge occidental, Paris, 1985, p. 152.

13La Bible et les prologues sont réalisés dans une gothica textualis libraria dont certaines lettres sont simplifiées afin de permettre un très petit module. Cette variante de la textualis, typique des Bibles portatives, est bien décrite chez Derolez6.Les exemples les mieux réussis de cette écriture (parmi lesquels on ne saurait classer le présent manuscrit) méritent le terme « perle » qui lui a été appliqué7.Les Interprétations des noms hébraïques ne sont pas de la même main que la Bible et les prologues. Cette deuxième main pratique une textualis libraria plus légère et plus espacée.

14Des corrections marginales ont été introduites par le copiste de la Bible ainsi que par d’autres personnes. Un lecteur médiéval a corrigé la numérotation des chapitres par endroits et a numéroté les Psaumes.

15La mise en page est partout en deux colonnes, avec 49 lignes de réglure dans la Bible (un peu plus par endroits), entre 33 et 40 dans les Interprétations des noms hébraïques. La réglure est tracée à la mine. Les copistes n’écrivent pas sur la première ligne. L’espace écrit total mesure à peu près 9 cm x 6 cm.

16Support : Un parchemin blanc, très mince, mesurant c. 12,5 cm x 8 cm dans son état actuel (mais ayant subi des rognures importantes). Les 586 feuilles n’ont que 4,4 cm d’épaisseur au total. Le parchemin est donc considérablement plus mince que notre papier de photocopie, et même qu’un grand nombre de papiers d’imprimerie.

17Reliure : Pleine reliure du dix-huitième siècle en cuir rouge estampé aux motifs dorés sur des ais en carton. Cette reliure, dont le plat supérieur est détaché, est en mauvais état. Le parchemin fut sévèrement rogné lors de la reliure. Les tranches portent des traces de dorure. Le titre « [B]iblia sacra » est estampé sur le dos.

18Origine, date, provenance : Des critères paléographiques ainsi que l’apparence du parchemin accusent une origine dans le sud de l’Europe. Le style de l’écriture et des initiales filigranées font penser surtout à la France méridionale. Une date postérieure à 1230 est indiquée par la présence des Interprétations des noms hébraïques. Le manuscrit a visiblement séjourné en Italie, où une main d’époque contemporaine a inscrit les mots codice gotico sur le verso de la deuxième garde supérieure. Il reste des traces de deux ex-libris, également au verso de la deuxième garde supérieure. Des anciens propriétaires ont inscrit des numéros d’inventaire vel sim. sur la deuxième garde supérieure verso et la première garde inférieure recto. Le manuscrit aboutit à la bibliothèque de l’École des Beaux-Arts de Montréal à une date et par un biais qui ne se laissent pas préciser. Il resta à l’École des Beaux Arts jusqu’à son intégration à l’UQÀM, lors de la fondation de cette dernière en 1969.

19Cote : Le manuscrit est conservé avec la cote ms. 1 aux Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM.

Illustration A

Illustration A

Prologue de l’Ecclésiaste; début de l’Ecclésiaste

Illustration B

Illustration B

Début du psautier

Illustration C

Illustration C

1er folio recto : début du prologue général

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

The Cambridge History of the Bible, éd. P. R. Ackroyd et al., Cambridge, Cambridge University Press, 3 vols., 1963-1970.

Dahan, G., « Lexiques hébreu/latin ? Les recueils d’interprétations des noms hébraïques », Les manuscrits des lexiques et glossaires de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge, éd. J. Hamesse, Louvain-la-Neuve, Fédération Internationale des Instituts d’Études Médiévales, 1996, p. 481‑526.

Light, L., « The Bible and the Individual : the thirteenth-century Paris Bible », The Practice of the Bible in the Middle Ages : Production, Reception, & Performance in Western Christianity, éd. S. Boynton et D. Reilly, New York, Columbia University Press, 2011, p. 228-246.

The New Cambridge History of the Bible, éd. E. A. Matter, et R. Mardsen, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Le Moyen Âge et la Bible, éd. P. Riché et G. Lobrichon, Paris, Beauchesne, 1984.

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier le docteur Laura Light de lui avoir fait part de ses connaissances de spécialiste.

2 Ch. de Hamel, The Book. A History of the Bible, Londres-New York, 2001, p. 117-118.

3 F. Stegmüller, Repertorium biblicum medii aevi, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1950-1980, 11 vol (par la suite : Stegmüller)

4 S. Berger Histoire de la Vulgate pendant les premiers siècles du Moyen Âge, Paris, 1893, p. 106, 108 et 130.

5 Une telle Bible, d’origine italienne, est décrite dans L. Light et S. Hindman, Before the King James Bible, Chicago, 2011, no 3, p. 20-21.

6 A. Derolez, The Palaeography of Gothic Manuscript Books from the Twelfth to the Early Sixteenth Century, Cambridge, 2003, p. 100 (avec la pl. 20).

7 B. Bischoff, Paléographie de lAntiquité romaine et du Moyen Âge occidental, Paris, 1985, p. 152.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration A
Légende Prologue de l’Ecclésiaste; début de l’Ecclésiaste
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Illustration B
Légende Début du psautier
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Illustration C
Légende 1er folio recto : début du prologue général
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Victor, « Une Bible portative du XIIIe siècle dans les collections de l’UQAM », Memini, 15 | 2011, 23-38.

Référence électronique

Benjamin Victor, « Une Bible portative du XIIIe siècle dans les collections de l’UQAM », Memini [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://memini.revues.org/393 ; DOI : 10.4000/memini.393

Haut de page

Auteur

Benjamin Victor

Université de Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org