Navigation – Plan du site
Manuscrits du Moyen Âge et de l'Humanisme dans les collections de l'UQAM et de Concordia

Une enquête sur les manuscrits montréalais, depuis le recensement de Ricci jusqu’aux tout récents signalements

Brenda Dunn-Lardeau et Janick Auberger
p. 7-22

Entrées d'index

Mots-clés :

Bible

Géographique :

Québec

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Notes de la rédaction

Notices assemblées et présentées par Brenda Dunn-Lardeau et Janick Auberger

Texte intégral

  • 1 Dans cet avant-propos, B. D.-L. a été responsable des remarques préliminaires sur les collections d (...)

1Nos institutions montréalaises ont pris le soin de réunir et de conserver des manuscrits de très grande qualité depuis fort longtemps. Pourtant, les manuscrits conservés au Québec ne semblent retenir l’attention des bibliographes et des chercheurs que de manière épisodique alors qu’ils sont plus nombreux que l’on croit et sujets à de fréquents déménagements de lieux de conservation, de telle sorte qu’ils méritent bien qu’on se penche sur leur sort 1 !

Le premier répertoire de S. de Ricci

  • 2 S. de Ricci et W. J. Wilson, Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States an (...)
  • 3 Nous prendrons la liberté d’abréger en ms. ou mss la forme au singulier et au pluriel.

2Dans son recensement de 1935-1940 ainsi que dans le supplément de 19622, Seymour de Ricci a donné un portrait des manuscrits3 conservés au Canada en plus de ceux conservés aux États-Unis.

  • 4 Les entrées du Musée McCord sont fort précieuses, avec un nombre important de testaments, le plus a (...)
  • 5 Il s’agit d’un ms. à Ottawa ainsi que des mss de la Bibliothèque du Saint Stephens College à Edmon (...)
  • 6 Signalons l’ajout des fonds du Pontifical Institute of Medieval Studies, de la Collection Lee et un (...)

3Pour Montréal, ce répertoire réunit les mss des deux Bibliothèques de McGill ainsi que deux mss provenant de deux Collections privées de Montréal (Willoughby et Travers Lewis), six mss de la Collection F. Cleveland Morgan et 18 documents d’archives du Musée McCord4. Pour le reste du Canada, le Census signalait quelques mss à Ottawa, Edmonton, Halifax et Toronto5. Le supplément ajoutait quelques mss à Toronto6.

  • 7 Citons à titre d’exemple l’exposition The Book. A Technology of the Spirit. An Exhibition of Mediev (...)

4Ce répertoire demeure un outil de repérage fort utile même si, depuis, certains manuscrits dans les Collections privées ont changé de main ou sont entrés dans les Collections publiques, sans oublier que depuis sa publication, il y a environ 80 ans, les listes de manuscrits de ces mêmes institutions se sont allongées à la suite de legs ou d’achats. Outre cela, d’autres institutions n’avaient pas été visitées ou n’existaient pas encore au moment de la publication du Census, de telle sorte que différentes mises à jour s’imposeraient. La mise à jour complète du Census pour le Canada serait un travail en soi, vu plusieurs omissions dont certaines ont maintenant été identifiées, comme par exemple certains mss du Manitoba7.

5Nous donnerons deux exemples des mises à jour nécessaires concernant les signalements pour les villes d’Ottawa et de Montréal, après quoi nous ferons état d’autres manuscrits conservés au Québec qui ne font partie ni de ce premier recensement ni de celui de B. Roy en 1999. Suivra la présentation de cinq études de ce numéro de Memini sur les manuscrits du Moyen Âge et de l’Humanisme dans les Collections de l’UQAM et de Concordia.

Mise à jour nécessaire pour le ms. d’Ottawa

  • 8 S. de Ricci et W. J. Wilson, Census..., p. 2234.
  • 9 G. de Jocas, et J. de Jocas, « Le Livre d’heures de la famille de Jocas », Études dhistoire littér (...)

6Le Census fait état à Ottawa du livre d’Heures de la Bibliothèque de la famille de Jocas8. Il s’agit d’un ms. du XVe s. copié dans la région de Clermont, qui comporte 19 grandes miniatures et 4 petites. Ce ms., exécuté pour cette famille à l’occasion du mariage le 12 février 1495 entre Catherine de Bellesmanières et Jean de Brassier, marquis de Jocas, a fait l’objet d’une description dans un article de 1932 par Germaine et Jeanne de Jocas9. Le calendrier confirme l’origine du ms. avec un culte particulier aux saints du Quercy, du Puy et surtout de Clermont. De plus, le ms. fut personnalisé grâce aux armes des deux familles qui furent peintes après la confection du ms.

  • 10 Je remercie Charles de Jocas et sa fille Marie de Jocas d’avoir si généreusement répondu à mes ques (...)

7Ce livre d’Heures a été conservé en France jusqu’à la mort en 1930 de Marcel de Jocas, le frère de Jeanne et de Germaine. Puis, lors du partage des biens, c’est son fils Jacques qui en a hérité (plutôt que l’aîné Guy). Jacques de Jocas l’a apporté au Canada, puis ramené avec lui en France en 1939. Au décès de sa femme, ce livre précieux est passé à leur fille Sophie de Jocas. Ce ms., qui était encore sorti et employé lors de cérémonies, tels les mariages, ne se trouve donc plus au Canada depuis 1939, il appartient plutôt à une collection particulière et se trouve à Paris10.

8Nécessité de mise à jour pour le Québec

  • 11 Suite à nos consultations au Musée des Beaux-Arts et aux Livres rares de McGill portant sur les 6 é (...)

9En ce qui concerne les manuscrits conservés à Montréal, le répertoire de Ricci décrivait la Collection de folios détachés de six manuscrits de F. Cleveland Morgan. Depuis, cette collection est passée en partie à McGill et, en partie, au Musée des Beaux-Arts de Montréal, à qui Elizabeth Morgan, veuve de F. Cleveland Morgan, en a légué deux. Ainsi deux folios sont au Musée des Beaux-Arts ainsi que deux, et peut-être quatre, à McGill. Les deux folios non identifiés avec certitude dans la Collection de McGill sont des folios dont on possède seulement les dimensions pour aider à l’identification11.

10Les fonds les plus riches énumérés dans le Census se trouvent aux Livres rares et Collections spécialisées de McGill ainsi qu’à la Bibliothèque Osler de McGill qui est consacrée à l’histoire de la médecine, avec des manuscrits tant de la tradition occidentale qu’arabe. Au départ, le Census donnait 178 entrées (comprenant manuscrits complets et folios détachés) pour les Livres rares et Collections spéciales de McGill et 31 pour la Bibliothèque Osler.

11Selon M. Richard Virr, conservateur en chef des Livres rares et Collections spéciales de McGill, il s’avère qu’en date du 11 mai 2012, le décompte serait plutôt le suivant :

  • 12 Notre traduction du courriel de Richard Virr : For Rare Books the count is 227 plus at least four n (...)

12Le total s’élève à 227 sans compter au moins 4 autres qui ne sont pas sur la liste actuelle. Ces chiffres ne comprennent pas les numéros 149 à 178 du répertoire de Ricci qui sont de nature archivistique plutôt que des manuscrits à proprement parler (c’est-à-dire des livres ou fragments de livres). Ce total de 227 ne comprend pas non plus les entrées 1 à 5 du répertoire de Ricci qui sont des manuscrits grecs. Il vaut aussi la peine de noter que certains des documents répertoriés dans de Ricci n’ont jamais été localisés aux Livres rares et Collections spéciales de McGill de telle sorte qu’une cote de cette Bibliothèque ne coïncide pas toujours avec un numéro du Census de Ricci12.

13Pour la bibliothèque Osler, de l’avis du conservateur en chef intérimaire Christopher Lyons, le nombre est resté plus ou moins le même.

14Manuscrits signalés entre 1987 et 2006

  • 13 B. Roy, « Spicilegium Montis Regii, Description de quelques manuscrits conservés à Montréal », Memi (...)

15Les manuscrits mentionnés dans le Census ne sont pas les seuls mss conservés au Québec, comme l’ont montré des études sur les manuscrits, folios détachés, voire des fragments d’autres collections montréalaises, que Bruno Roy a cités dans son article sur le sujet13.

Signalements additionnels dans Memini

  • 14 E. Leesti, Les manuscrits liturgiques du Moyen âge. Liturgical Manuscripts of the Middle Ages. Mont (...)

16Ainsi, Bruno Roy rappelait que depuis le répertoire de Ricci, quelques autres manuscrits avaient été portés à la connaissance du public : notamment, les folios détachés du Musée des Beaux-Arts qui ont fait l’objet d’une exposition en 1987 et dont treize feuillets ont été décrits dans un catalogue rédigé par E. Leesti ; les fragments de légendier collés dans une reliure à l’Université de Montréal signalés par A. M. Légaré ; puis, le testament du XIVe s. de Guillaume de Bracon conservé à l’UQAM et que Michel Hébert a décrit, transcrit et traduit dans Memini14.

  • 15 Le premier, dans une écriture anglaise du XIVes., réunit six pièces de littérature profane et sacré (...)
  • 16 Il s’agit d’un recueil de sermons du franciscain Pierre de Saint-Benoît qui prêchait à Paris vers 1 (...)
  • 17 Il s’agit de deux feuillets de parchemin tirées du De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais (...)

17Parmi les nouveaux manuscrits que Bruno Roy portait à l’attention du public, il notait que deux d’entre d’eux étaient conservés à l’Université de Montréal15, l’un à la Bibliothèque centrale de la Ville de Montréal (fonds Aegidius Fauteux, ms. 1)16, deux à l’Université de Montréal et un fragment à la Bibliothèque nationale du Québec17. Dans son article, Bruno Roy observait :

  • 18 B. Roy, « Spicilegium Montis Regii... », p. 172.

18Sans doute se trouve-t-il ailleurs au Québec d’autres manuscrits médiévaux, sous possession publique ou privée, qui mériteraient d’être incorporés au patrimoine international. La présente étude servira peut-être d’incitatif pour que l’existence de ces précieux témoins du Moyen Âge soit signalée aux chercheurs18.

19Il y a trois mss médiévaux de l’ancien fonds du Séminaire de Québec qui se trouvaient au Musée de l’Amérique française. Ces manuscrits font désormais partie de la collection gérée par le Musée de la civilisation, dont le Musée de l’Amérique française est une composante depuis 1995.

  • 19 Il s’agit d’un ms. copié en France au XIIe siècle et complété en Italie au XIVe siècle (Musée de la (...)
  • 20 Il s’agit d’un manuscrit sur parchemin de 144 fol., copié en France au XVe siècle (Québec, Musée de (...)
  • 21 D. Méhu, Gratia Dei, Les chemins du Moyen Age, Québec, Musée de la Civilisation, Saint-Laurent, Fid (...)

20Deux des trois notices peuvent être consultées sur le réseau des bibliothèques du gouvernement du Québec : celles des Satyres de Juvénal19 et du livre d’Heures à l’usage de Paris de Jean d’Espinay20 dont Didier Méhu a reproduit une double page aux marges ornées de motifs floraux dans Gratia Dei. La notice du troisième ms. ne figure pas sur ce réseau, mais Didier Méhu a reproduit, toujours dans Gratia Dei, la double page des fol. xlviiV Et xlviijr décrite comme étant la « Règle des moines de Benoît de Nursie, XIIIe s »21.

Signalement additionnel de l’UQAM

  • 22 B. Dunn-Lardeau, « Les enluminures et les bordures du Livre d’Heures de Pellegrin de Remicourt », L (...)

21Outre les mss additionnels identifiés par Bruno Roy, il est apparu récemment que d’autres encore se trouvaient à Montréal. Ainsi, les Heures de Pellegrin de Remicourt (v. 1470-1475), ms. en latin et en français sur parchemin, conservé aux Collections spéciales de la Bibliothèque des Arts de l’UQAM (ms. 3) ont été portées à l’attention générale lors d’une exposition de livres anciens montée entre décembre 2005 et mars 2006 dans la Salle des Livres rares de l’Université du Québec à Montréal par le Groupe de recherche multidisciplinaire de Montréal sur les livres anciens (XVe s. - XVIIIe s.). Puis, en 2006, deux articles et une notice ont été consacrés à ces Heures22.

Mises à jour et récents signalements de manuscrits

22Le présent numéro de Memini devrait réaliser au moins en partie le vœu émis par Bruno Roy, de mieux faire connaître un certain nombre de manuscrits conservés en sol québécois qui n’ont pas fait partie des répertoires mentionnés mais dont certains ont été signalées depuis 2006. Notons cependant que la constitution d’une liste des livres d’Heures manuscrits et imprimés conservés au Québec, notamment à Québec, Montréal et Joliette, fera l’objet d’une recherche ultérieure.

23Pour notre part, c’est à l’occasion du travail de commissaire de l’exposition à BAnQ (février 2012 - janvier 2013) sur « Le Livre de la Renaissance à Montréal » que le dépouillement des fonds des sept institutions prêteuses en vue de la sélection des artéfacts nous a donné l’occasion de porter une attention aux livres manuscrits et non seulement aux imprimés des fonds de livres anciens montréalais, tout spécialement ceux conservés au Musée des Beaux-Arts de Montréal, à BAnQ et à la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus logée au Collège Jean-de-Brébeuf.

24Faisons d’abord une présentation générale des mss de ces trois institutions avant d’approfondir le cas des mss conservés à l’UQAM et à Concordia.

Illustration A

Illustration A

Reliure dite de Louvain du ms. Pharetra fidei contra Judeos.

Haut de page

Notes

1 Dans cet avant-propos, B. D.-L. a été responsable des remarques préliminaires sur les collections de manuscrits au Québec et plus particulièrement à Montréal, et J. A. de la présentation des articles de ce numéro.

2 S. de Ricci et W. J. Wilson, Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, New York, H. W. Wilson, 1937, t. II, p. 2203-2229. Nous nous référerons désormais à ce répertoire par le vocable Census. Et pour le supplément : Ch. Urdahl Faye (continué par W. H. Bond), Supplement of the Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, New York, Bibliographical Society of America, 1962.

3 Nous prendrons la liberté d’abréger en ms. ou mss la forme au singulier et au pluriel.

4 Les entrées du Musée McCord sont fort précieuses, avec un nombre important de testaments, le plus ancien étant daté du 4 octobre 1290, ainsi que des lettres, certaines autographes, d’autres signées par l’un ou l’autre des personnalités suivantes : Philippe de Commines, François 1er, Henri II, Charles IX, Henri III, Henri IV ainsi que Philippe II.

5 Il s’agit d’un ms. à Ottawa ainsi que des mss de la Bibliothèque du Saint Stephens College à Edmonton, de la Bibliothèque de Kings College University à Halifax, de la Bibliothèque de l’Académie de Médecine à Toronto, du Royal Ontario Museum of Archaeology et de la Bibliothèque de l’Université de Toronto.

6 Signalons l’ajout des fonds du Pontifical Institute of Medieval Studies, de la Collection Lee et une mise à jour de la liste des mss de la Bibliothèque de l’Université de Toronto et du Royal Ontario Museum of Archaeology.

7 Citons à titre d’exemple l’exposition The Book. A Technology of the Spirit. An Exhibition of Medieval and Renaissance Bibles, Prayer Books, Choir Books and Histories présentée entre le 29 mai et le 27 juin 2004 à l’Université du Manitoba par les soins de P. Dyck, D. Bartel et S. Sweeney à partir des fonds manitobains de l’Université du Manitoba et de l’Université canadienne mennonite. Aucun de ceux-ci n’est mentionné dans le Census ou son Supplément.

8 S. de Ricci et W. J. Wilson, Census..., p. 2234.

9 G. de Jocas, et J. de Jocas, « Le Livre d’heures de la famille de Jocas », Études dhistoire littéraire et doctrinale du XIIIe siècle, Première série, Publications de l’Institut d’études médiévales d’Ottawa, Paris et Ottawa, 1932, p. 185-191 avec 2 planches en noir et blanc.

10 Je remercie Charles de Jocas et sa fille Marie de Jocas d’avoir si généreusement répondu à mes questions concernant le livre d’Heures de la famille et ses voyages outre-Atlantique.

11 Suite à nos consultations au Musée des Beaux-Arts et aux Livres rares de McGill portant sur les 6 éléments de cette collection, le numéro 1 : Evangiles (1 fol.) correspond à McGill ms. GREEK 10 ; le numéro 2 : Actes et Epîtres (2 fol.), à McGill, ms. GREEK 10 ; le numéro 3 : (1 fol.) petite miniature du XIIIe s. des trois Maries au tombeau correspond au MBA1962.1356 ; le numéro 4 : Bréviaire (1 fol.) correspond peut-être à McGill, ms. 196 et le numéro 6 : Psautier (1 fol.) correspond peut-être à McGill, ms. 168. Je remercie Richard Virr de m’avoir fourni les cotes des mss dans cette institution et proposé les correspondances avec le Census.

12 Notre traduction du courriel de Richard Virr : For Rare Books the count is 227 plus at least four not on the list. These numbers do not include de Ricci 149 through 178 which are archival in nature and not manuscripts (i.e. books or fragments of books) nor do they include de Ricci 1 through 5 which are Greek manuscripts. It is also worth noting that some material listed in de Ricci has never been located so a RBSC number does not always equal a de Ricci number.

13 B. Roy, « Spicilegium Montis Regii, Description de quelques manuscrits conservés à Montréal », Memini. Travaux et documents, 3, 1999, p. 171-194. Je remercie madame H. Kogen d’avoir confirmé que les seuls articles de Memini à avoir traité des manuscrits conservés au Québec sont ceux déjà mentionnés sous la plume de M. Hébert et de B. Roy.

14 E. Leesti, Les manuscrits liturgiques du Moyen âge. Liturgical Manuscripts of the Middle Ages. Montréal, Musée des Beaux-Arts de Montréal, 1987 ; A. M. Légaré, Répertoire des incunables conservés aux Collections spéciales de lUniversité de Montréal, Montréal, Institut d’études médiévales, 1988, p. 27-28 et M. Hébert, « Guillaume de Bracon (†1393), conseiller au parlement, d’après son testament », Memini. Travaux et documents publiés par la Société des études médiévales du Québec, 1, 1997, p. 23-42.

15 Le premier, dans une écriture anglaise du XIVe s., réunit six pièces de littérature profane et sacrée, qui vont d’une liste d’épices à des sermons en passant par un extrait d’un écrit du pape Innocent III. Le second est un recueil factice de six manuscrits d’origine viennoise du XVe s.

16 Il s’agit d’un recueil de sermons du franciscain Pierre de Saint-Benoît qui prêchait à Paris vers 1280. Voir infra pour sa nouvelle localisation.

17 Il s’agit de deux feuillets de parchemin tirées du De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais qui ont servi de page de garde aux commentaires de Gabriel Biel sur les Sentences de Pierre Lombard, Lyon, Johan Klein, 1514.

18 B. Roy, « Spicilegium Montis Regii... », p. 172.

19 Il s’agit d’un ms. copié en France au XIIe siècle et complété en Italie au XIVe siècle (Musée de la Civilisation, MAF 3e étage, fonds ancien, Bibl. Sém. Québec, cote 25.3).

20 Il s’agit d’un manuscrit sur parchemin de 144 fol., copié en France au XVe siècle (Québec, Musée de la civilisation, MAF 3e étage, fonds ancien, Bibl. Sém. Québec, cote : 26.3).

21 D. Méhu, Gratia Dei, Les chemins du Moyen Age, Québec, Musée de la Civilisation, Saint-Laurent, Fides, 2003, p. 172-173 et p. 120. Ce manuscrit sur parchemin de 11 x 16,5 x 1,8 cm est conservé au Musée de la Civilisation, dépôt du Séminaire de Québec, Ms. 854 .

22 B. Dunn-Lardeau, « Les enluminures et les bordures du Livre d’Heures de Pellegrin de Remicourt », Le Livre médiéval et humaniste dans les collections de lUQAM. Actes de la Journée détudes sur les livres anciens suivis du Catalogue de lexposition « Lhumanisme et les imprimeurs français au XVIes. », dir. B. Dunn-Lardeau et J. Biron, Université du Québec à Montréal, Figura. Le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, 2006 (coll. « Figura », no 15), p. 13-38 ; M. Hébert, « Un homme et son livre d’Heures. Pierre Pellegrin, seigneur de Remicourt », Ibidem, p. 39-57 ; P. Tylus, « Les Heures de Pellegrin de Remicourt », Ibidem, p. 161-164.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration A
Légende Reliure dite de Louvain du ms. Pharetra fidei contra Judeos.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brenda Dunn-Lardeau et Janick Auberger, « Une enquête sur les manuscrits montréalais, depuis le recensement de Ricci jusqu’aux tout récents signalements », Memini, 15 | 2011, 7-22.

Référence électronique

Brenda Dunn-Lardeau et Janick Auberger, « Une enquête sur les manuscrits montréalais, depuis le recensement de Ricci jusqu’aux tout récents signalements », Memini [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://memini.revues.org/388 ; DOI : 10.4000/memini.388

Haut de page

Auteurs

Brenda Dunn-Lardeau

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Janick Auberger

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org