Navigation – Plan du site

Les compoix montpelliérains : approche qualitative des archives fiscales médiévales

Lucie Laumonier
p. 96-110

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version profondément remaniée d’une communication donnée au 9e colloque de la S (...)

1Les sources fiscales médiévales, en raison de leur état inégal, souvent partiel voire fragmentaire, ne peuvent prétendre à l’exhaustivité des archives de l’époque moderne, plus abondantes et détaillées. Cependant, au cœur des travaux en histoire sociale et démographique, elles ont suscité pendant une vingtaine d’années un intérêt très soutenu. Ce sont aujourd’hui les historiens de la fiscalité qui les étudient, dans une perspective nettement influencée par l’histoire culturelle. Ce renouveau épistémologique offre en effet aux chercheurs l’opportunité de réviser leurs approches des documents fiscaux, s’éloignant de l’étude sérielle pour se tourner vers une analyse qualitative. En tenant compte de leurs écueils et en les interrogeant différemment, ces archives s’avèrent être des sources de choix pour l’étude des sociétés. Après quelques remarques d’ordre historiographique, principalement axées sur les travaux francophones contemporains, nous soulignerons la diversité des champs de recherches offerts par les archives fiscales, d’après l’étude des compoix de Montpellier, conservés à partir de 13801.

Les archives fiscales dans l’historiographie française

  • 2 R.-H. Bautier, « L'histoire sociale et économique de la France médiévale de l'an mil à la fin du XV (...)
  • 3 A. Rigaudière, L'Assiette de l'impôt direct à la fin du XIVe siècle : le livre d'estimes des consul (...)

2Entre les années 1960 et 1985, l’histoire économique et sociale incite les historiens à s’intéresser aux sources fiscales : compoix, livres d’estimes et rôles de tailles. Elles sont l’objet de nombreuses recherches et nourrissent les monographies urbaines et régionales. En 1989, dans son bilan sur l’histoire économique et sociale de la France au Moyen Âge, Robert-Henri Bautier dénombre plus de trente mémoires et articles qui leur sont consacrés2, sans compter les éditions de textes, Saint-Flour par Albert Rigaudière, Toulouse par Philippe Wolff ou Paris, par Jean Favier3.

  • 4 Voir par exemple B. Suau-Noulens, « La cité de Rodez au milieu du XVe siècle d'après le livre d'“es (...)
  • 5 A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge d’après les compoix (1380-1450), thèse de l’ (...)
  • 6 Ibid., partie 2 « Les contribuables », p. 62-104.
  • 7 Ibid., partie 5 « Les contribuables dans la ville », p. 207-237.
  • 8 L. Guiraud , Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen Âge, Montpellier, Mémoire de la soc (...)

3Ces recherches poursuivent principalement deux objectifs4. Le premier est l’étude de la fiscalité, du point de vue politique – dans l’affirmation de l’autonomie urbaine par exemple – et du point de vue de la technique (tables d’allivrement, personnel municipal, etc.). Le deuxième, d’une plus grande ampleur, est l’analyse socio-économique de la population, permettant le dressement de cartes et graphiques qui reflètent la hiérarchie géographique et sociale des fortunes. Cette entreprise nécessite préalablement une étude topographique de la ville, une étude sérielle des allivrements, des biens et des individus (métier, sexe, possessions) et enfin le croisement de ces données. La thèse d’Anne-Catherine Marin-Rambier sur Montpellier est tout à fait caractéristique de cette démarche : après avoir rappelé l’histoire de la ville, elle s’intéresse au mode de dressement des registres et aux politiques fiscales municipales. Elle s’interroge ensuite sur l’assiette de l’impôt, le nombre d’exemptés, et la relation entre valeur réelle et valeur fiscale des biens5 puis procède à l’étude socio-économique de la population : répartition des sexes et des métiers6, des fortunes et des biens au sein des différents quartiers de la ville7. Ses propos sont soutenus par des cartes et des graphiques variés, dressant un portrait aussi complet que possible de la population montpelliéraine entre 1380 et les années 1450. Signalons que l’étude de la topographie urbaine, partiellement réalisée à l’aide des compoix, avait été réalisée à la fin du XIXe siècle par l’archéologue Louise Guiraud8.

  • 9 Pour un tour d’horizon des difficultés posées par les sources fiscales pour l’histoire économique e (...)
  • 10 Pour le Moyen Âge central, on peut consulter R. Fossier, « La démographie médiévale : problèmes de (...)
  • 11 A. Higounet-Nadal, Périgueux aux XIVe et XVe siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, Fé (...)

4Bien que relativement fidèles à la réalité, les reconstitutions de ces répartitions spatiales des richesses doivent être prises avec quelques précautions, immédiatement signalées par les chercheurs. Plusieurs problèmes se posent en effet, inlassablement rappelés depuis les premières publications : quel rapport établir entre le feu réel et le feu fiscal ? Quelle est la proportion d’exemptés, qui échappent à toute évaluation ? Comment déterminer le montant et l’assiette de l’impôt ? Comment calculer la valeur réelle des biens estimés9? Des questions semblables se posent pour les études démographiques menées à partir des sources fiscales10 : dans quelle mesure le nombre de feux correspond-il à la réalité ? Quel coefficient appliquer pour trouver le nombre effectif d’habitants ? De multiples précautions sont prises par les historiens qui, comme Arlette Higounet-Nadal pour la ville de Périgueux11, se lancent dans l’exercice.

  • 12 Ce fut le cas pour D. Herlihy et Ch. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles : une étude du « (...)
  • 13 J. Favier, Les contribuables parisiens..., p. 10.
  • 14 J. Russel, « L’évolution démographique de Montpellier au Moyen Âge », Annales du Midi, vol. 74, (19 (...)
  • 15 M. Anderson, Approaches to the History of the Western Family, 1500‑1914,  London, MacMillan, 1980, (...)
  • 16 A. Burguière, « Pour une typologie des formes d'organisation domestique de l'Europe moderne, xvie(...)

5Dans ce contexte historiographique, les sources fiscales ont servi, si leur richesse le permettait12, à déterminer la taille moyenne des ménages, estimer des taux de natalité, mortalité, des âges moyens au mariage, au décès, au veuvage. Néanmoins, les écarts très importants dans l’évaluation de la population des villes font douter de la fiabilité des documents fiscaux en matière d’études démographiques. La fourchette proposée par Jean Favier pour Paris va de 58 000 à 146 000 habitants13. L’estimation de la population de Montpellier a, quant à elle, donné lieu à trois tentatives, dont les écarts sont cependant moins élevés14. Une fois les limites de l’histoire démographique atteintes, qualifiées par Michael Anderson de « meaningless mean15 », l’on a finalement affirmé que les documents fiscaux et les recensements constituaient des « instantanés », qui ne reflètent la composition des ménages qu’à un moment précis, masquant le cycle de développement familial, un concept désormais plus central en histoire de la famille16.

  • 17 Citons tout de même, dans une tradition d’histoire économique et sociale, les recherches de L. Foss (...)
  • 18 D. Menjot, et M. Sanchez-Martinez (coord.), La fiscalité des villes au Moyen Âge (France méridional (...)
  • 19 M. Hébert, « “Bonnes villes” et capitales régionales : fiscalité d’État et identités urbaines en Pr (...)
  • 20 D. Menjot et M. Sànchez-Martìnez, « Introduction », dans D. Menjot et M. Sànchez-Martìnez (coord.), (...)
  • 21 Voir R. Chartier, « Le monde comme représentation », Annales E. S. C, vol. 44-2 (1989), p. 1505-152 (...)
  • 22 Pour une étude culturelle de l’impôt royal, on peut consulter L. Scordia, « Le roi doit vivre du si (...)
  • 23 C. Béghin-Le Gourriérec, Le rôle économique des femmes dans la sénéchaussée de Beaucaire à la fin d (...)

6Pendant quelques années, les monographies mettant en valeur les documents fiscaux se sont faites rares17, certainement parce que ces archives semblent avoir montré leurs limites. À Montpellier, elles sont écartées des recherches de Kathryn Reyerson, qui étudie pourtant l’histoire économique de la ville. Mais, depuis le début des années 2000, les sources fiscales font l’objet d’un regain d’intérêt en histoire de la fiscalité, s’éloignant par là même de l’étude des populations. Une série de tables-rondes et de colloques français18 rassemblent presque annuellement les médiévistes qui étudient les méthodes d’imposition, les techniques fiscales, les stratégies politiques sous-tendant la levée des impôts, les résistances qui leur sont opposées, la « création identitaire associée aux pratiques de la fiscalité19 », le tout « dans la perspective d’une histoire culturelle20 » profondément politique. Ce ne sont plus les propos des archives qui retiennent l’attention, mais la manière dont elles sont pensées, élaborées et perçues, leur sens idéologique et symbolique. Ces approches des sources fiscales s’inscrivent dans le renouvellement épistémologique qui s’opère depuis une quinzaine d’années et qui se traduit par de nombreuses études en histoire culturelle et des représentations21, ici dans une optique fiscale et politique22. Renouvellement ne signifie pas oubli. Les travaux en histoire économique, sociale et démographique sont précieux pour l’historiographie actuelle : ces recherches offrent un appui statistique servant de base comparative et transmettent une image, certes déformée mais probablement assez fidèle, de la population des sociétés étudiées. Malgré les précautions qu’elles nécessitent, les sources fiscales et les dénombrements de feux n’ont jamais cessé d’être exploités, même avec parcimonie. Les inventaires des compoix de Montpellier sont ainsi étudiés au début des années 2000 par Cécile Béghin-Le Gourriérec, parallèlement à des actes notariés, afin de mesurer la place des femmes dans l’économie de la sénéchaussée de Beaucaire23. Outre les aléas de la conservation des documents et leurs nombreuses lacunes, les archives fiscales peuvent être exploitées très efficacement par le biais d’une méthode qualitative, mise en avant par les historiens de la fiscalité. L’histoire culturelle offre en effet la possibilité de poser un regard neuf sur ces sources. Les compoix de Montpellier, exemplaires de la fiscalité des villes du Midi, nous permettront d’illustrer la diversité des approches qu’ils autorisent.

Montpellier au Moyen Âge

  • 24 C. Duhamel-Amado, « Les origines, 985-1103 », dans G. Fabre et Th. Lochard, Montpellier : la ville (...)
  • 25 Le pionnier des recherches sur Montpellier est sans conteste Alexandre Germain (Histoire de la Comm (...)
  • 26 Charte publiée par Alexandre Germain dans son Histoire de la Commune... Voir aussi A. Gouron, « Lib (...)

7Montpellier est une fondation seigneuriale du Xe siècle. Longtemps obscures, les circonstances entourant la création de la ville ont été bien analysées par Claudie Duhamel-Amado24 : la fondation répond à un redéploiement patrimonial de la famille seigneuriale des Guilhem, qui choisit ce lieu stratégique à la fin du Xe siècle pour installer sa nouvelle capitale. Plusieurs facteurs permettent le développement rapide de Montpellier : l’emplacement du site sur une route empruntée par les pèlerins, les politiques fiscales des seigneurs et le faible développement de Maguelone, siège de l’évêché éloigné d’une quinzaine de kilomètres. Guilhem V (1074-1121) dote Montpellier d’un débouché sur la Méditerranée en réaménageant le Lez pour permettre la circulation de bateaux plus imposants et en restaurant le port de Lattes25. Au milieu du XIIe siècle, les habitants se révoltent, accusant Guilhem VI d’ingérence et le chassent de la ville pendant deux ans. Ils constituent un consulat et s’octroient des pouvoirs judiciaires, situation qui ne dure guère. C’est finalement au début du XIIIe siècle, à la faveur du mariage de Marie, fille de Guilhem VIII et d’Eudoxie Comnène avec le roi d’Aragon, que Montpellier obtient sa charte des coutumes et libertés26, et qu’elle se dote d’un gouvernement reconnu par son seigneur. En 1276, la ville passe à la couronne de Majorque ; elle devient française en 1349.

  • 27 Sur l’histoire économique de la ville, voir principalement les travaux de Jean Combes et Kathryn Re (...)
  • 28 Pour la fin du Moyen Âge, voir B. Doumerc, « La lente agonie des ports du Midi : Narbonne, Montpell (...)
  • 29 J. Combes, « Industrie et commerce de la toile à Montpellier de la fin du XIIIe siècle à la fin du (...)
  • 30 A. Gouron, « Deux universités pour une ville », dans G. Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, Tou (...)
  • 31 L’histoire des Juifs de Montpellier est très bien documentée : M.-H. Vicaire (dir.), Juifs et judaï (...)

8Sous la tutelle des rois d’Aragon et de Majorque, Montpellier devient le plus grand centre urbain du Languedoc. Sa croissance économique est particulièrement vigoureuse, s’appuyant sur le commerce méditerranéen27 par le port de Lattes28 et sur la présence de la papauté à Avignon, toute proche. On échange à Montpellier principalement des épices et des draps29 (la ville est réputée pour la teinture rouge), mais aussi des denrées alimentaires et des produits de luxe. La ville attire donc de grands marchands internationaux, mais aussi des intellectuels. Montpellier est en effet réputée pour son enseignement précoce de la médecine et du droit ; ses deux universités30 connaissent un rayonnement important qui participent à l’expansion rapide de la ville et à sa dimension très multiculturelle. Le dynamisme de la communauté juive en est un exemple probant31.

  • 32 J. Combes, « Une ville face à la crise (milieu XIVe-fin XVe siècle) » dans G. Cholvy (dir.), Histoi (...)
  • 33 J. Combes et A.-E. Sayous, « Les commerçants et les capitalistes de Montpellier aux XIIIe et XIVe s (...)
  • 34 J. Combes, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du XIVe siè (...)

9Au plus fort de son expansion, au tournant du XIVe siècle, la ville compterait autour de 35 000 habitants, au maximum 18 000 dans les murs. Elle se développe avec vivacité jusqu’aux crises de la fin du Moyen Âge qui l’atteignent durement : dérèglements climatiques, mauvaises récoltes, raids répétés des Grandes Compagnies, s’accompagnent d’un alourdissement des impôts, et d’épisodes de peste32. Si la population et le Consulat s’appauvrissent pendant cette période, les grands marchands ne connaissent qu’un ralentissement de leurs activités, creusant l’écart des fortunes33. La crise sociale se traduit, d’abord en 1325 par une forte opposition, par les populares, aux impôts municipaux, puis, en 1379 par une révolte populaire sanglante contre l’impôt royal, qui marqua durablement les esprits34. Montpellier se relève lentement au XVe siècle, mais ne retrouve sa vigueur d’antan qu’à l’Époque Moderne.

La ville et les compoix

  • 35 La couverture du registre Joffre 240, compoix de Saint-Jacques indique à tort 1384. Le compoix lui- (...)
  • 36 B. Chevalier, « Introduction », dans D. Menjot et alii (dir.), L’impôt dans les villes de l’Ocident (...)
  • 37 La noblesse est imposée sur ses biens « d’antique contribution ».

10Les registres fiscaux de Montpellier, les compoix, sont parvenus jusqu’à nous à partir des années 138035. Le terme « compoix », qui vient du latin cum pensus, pesé, évalué ensemble, se rencontre surtout dans le Bas-Languedoc. À Montpellier ces registres sont appelés dans les archives consulaires libri manifestorum, référence à la déclaration fiscale, « manifeste », des contribuables. Ils constituent l’expression d’une « technique fiscale purement méditerranéenne36 », directe, proportionnelle à la fortune des habitants et fondée sur le principe de l’impôt réel – ce sont les biens et non les personnes qui sont imposés37. Cette technique est dite ad solidum et libram, c'est-à-dire que la fortune passe d’une valeur réelle à une valeur fiscale. En plus de l’impôt proportionnel on lève dans les premières années un impôt personnel, appelé focatge ou capatge, qui disparaît des registres dès le XVe siècle.

  • 38 Sur l’histoire de l’imposition et les premiers registres fiscaux, voir A. Rigaudière, « Les origine (...)
  • 39 J.-L. Biget, « La gestion de l’impôt dans les villes (XIIIe-XVe), essai de synthèse », dans D. Menj (...)
  • 40 La couverture contemporaine du registre Joffre 240 (Saint-Jacques de foras) indique « 1384 » mais l (...)

11L’imposition proportionnelle est attestée à partir de 1168, à Cailar dans la région nîmoise38. À Montpellier, c’est la charte de la ville qui la signale pour la première fois, en 1204. Il semble que, de manière générale, les registres soient tenus avec rigueur et rendus publics à partir du XIVe siècle, dans un souci de transparence, d’équité, et sous la pression des prélèvements royaux, ce qui explique que la plupart des archives conservées datent de cette période39. Les premiers documents montpelliérains dont nous disposons datent en effet des années 138040 ; ils demeurent à usage interne jusqu’à la création de la Cour des aides du Languedoc en 1437.

12Ce sont les prud’hommes de la ville qui sont en charge de la bonne levée des impôts. Leur rôle dans la fiscalité est mentionné dans la charte de 1204, article 95, dans le cadre d’un impôt destiné à la construction des murailles, prélevé en fonction de la fortune des habitants.

  • 41 A. Germain, Histoire de la Commune..., t. 1, p. 110. Le manuscrit original est aux archives municip (...)

Il est ordonné que des prud'hommes, gens de bien et bourgeois de Montpellier, seront élus avec serment pour estimer, en qualité d'arbitres assermentés, les biens et les ressources de tous les habitants, et déclarer dans quelle proportion chacun devra subvenir à la construction des murailles de la ville. Ces prud'hommes pourront réduire ou augmenter la part d'impôt de chacun des contribuables, comme ils croiront devoir le faire de bonne foi, selon l'exiguïté, la médiocrité ou l'opulence des divers patrimoines. […]41

  • 42 A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge..., p. 32-37.

13Ces prud’hommes sont appelés les Quatorze de la Chapelle, car ils prêtent serment aux consuls, qui les nomment, dans la chapelle du consulat. Leur mandat dure un an et ils doivent seconder les consuls dans toutes les activités relatives aux impôts. Ils sont deux pour estimer les septen, quartiers intérieurs (Saint-Paul, Saint-Mathieu, Saint-Firmin, Saint-Thomas, Sainte-Croix, Sainte-Anne, Sainte-Foy) et œuvrent ensemble dans les foras, les faubourgs (St-Jacques, St-Thomas et St-Firmin). Ils procèdent à l’établissement de l’assiette fiscale, des grilles d’allivrement, à la répartition de l’impôt, et aux dégrèvements, en accord avec les consuls42.

  • 43 Sur les modalités de dressement des registres, voir A. Rigaudière, « Les origines médiévales de l’i (...)

14Dans les villes du Midi, les compoix, cadastres ou livres d’estime sont dressés d’une manière assez semblable43. Convoqués par le crieur public, les Montpelliérains se rendent à la maison consulaire pour déclarer leurs biens, inscrits dans des registres par les notaires du consulat et leurs assistants. Les biens meubles et immeubles sont ensuite allivrés. On estime donc la valeur de la fortune des habitants et on calcule le montant total de l’impôt dont ils devront s’acquitter. Les registres sont utilisés pendant une certaine période, d’une dizaine d’années à un quart de siècle, jusqu’au dressement de nouveaux. Pendant ce temps, les déclarations des imposables sont corrigées et les mutations de patrimoine figurent en marge des estimations.

  • 44 M. Oudot de Dainville, « Remarques sur les compoix du Languedoc méditerranéen », Folklore, vol. 15 (...)
  • 45 A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge..., p. 44.
  • 46 Sur les dégrèvements, voir L. Laumonier, « Les Montpelliérains face à la fiscalité (fin XIVe et XVe(...)

15Les déclarations des Montpelliérains sont appelées « manifestes ». On y trouve le nom du chef de feu ; parfois sa situation conjugale ou familiale ; sa profession dans plus de la moitié des cas ; la liste de ses biens immeubles, ostals (maisons) en premier, puis vignes, champs, prés et autres lopins de terre, boutiques et tables de vente, avec leur localisation précise (confronts avec tels biens appartenant à telles personnes), les usages qui leur sont attachés, et leur estimation ; puis une estimation des biens meubles (vaisselle, argent comptant, animaux, rentes, etc.). Vient ensuite l’allivrement final, qui « traduit en livres cadastrales la valeur [des biens] d’après l’estimation des experts44 » et, parfois, la mention du serment prêté au consulat. En marge des manifestes ou à la suite de l’allivrement final, figurent les dégrèvements dont bénéficient les contribuables. Ces dégrèvements correspondent soit à des charges déductibles du capital, c'est-à-dire aux différents usages qui pèsent sur les biens et grèvent leur valeur, soit à des situations exceptionnelles, et répondent dans ce cas à des demandes spécifiques des Montpelliérains adressées aux consuls. Ces dernières déductions fiscales « traduisent de la part des autorités municipales la prise en considération de la personne même du contribuable dans la mesure où elles essaient de déterminer une réduction d’allivrement en relation avec la situation du contribuable45 » : en cas de deuil dans la famille ou, par exemple, de paiement d’une dot importante46.

16Avant la fin des années 1450 – avant la mise en place de la cour des aides du Languedoc – les compoix sont personnalisés par les notaires du consulat. Ceux-ci ajoutent çà et là des détails sur l’identité des contribuables, et détaillent plus ou moins longuement les raisons pour lesquelles le consulat leur a accordé des allègements fiscaux. Dans quelques cas, des actes notariés, encartés ou dont on a recopié des extraits, justifient des situations exceptionnelles. Loin d’être normalisés et systématisés, les compoix de Montpellier se révèlent riches de détails sur la ville et ses habitants : au-delà de l’étude des fortunes, ces archives peuvent être interrogées par des problématiques plus contemporaines, comme l’ont fait ailleurs les historiens de la fiscalité. Nous verrons tout d’abord que les compoix montpelliérains permettent de dépasser l’apparente fixité de ce type de source. En effet, ils révèlent la complexité des relations de parenté qui s’établissent au cours d’une ou plusieurs générations au sein de l’espace urbain.

Le cycle de développement familial : le cours de la vie et la ville

17Parce qu’ils servent pendant plusieurs années, et sont régulièrement mis à jour, figurent dans les marges des compoix les modifications des déclarations et les raisons pour lesquelles elles ont lieu : mariages et décès, successions en cours, dissolution d’affrèrement, etc. Ces archives témoignent de périodes correspondant au « cycle de développent familial », qui peut se définir comme suit : 

  • 47 A. CollompLa maison du père : famille et village en Haute‑Provence aux xviie et xviiie siècles, P (...)

l’évolution dans le temps de la composition d’un ménage, au cours de laquelle des individus de la même famille naissent, se marient, meurent et vivent sous le « toit paternel », y entrent ou le quittent. En fonction des circonstances démographiques, au fil des ans, la composition du ménage varie, passe par des phases d’expansion […] et des phases de contraction.47

  • 48 Les noms des individus sont restitués tels qu’ils apparaissent dans les registres.
  • 49 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 23v. « Lan .lxxxiiii. a .xxiiii. novembre los senhos coss (...)

18Ainsi, en 1384 un dégrèvement exceptionnel est accordé à Peyre et Gregory Salas48, frères et teinturiers du quartier de Sainte-Croix. Aisés, ils déclaraient quelques années plus tôt cinq habitations, leur patrimoine était alors estimé à 860 livres. Lorsque le dégrèvement intervient, le consulat accorde aux frères une réduction, en raison de plusieurs dépenses occasionnées par le décès de l’épouse de Peyre et son remariage avec une nouvelle femme, enfin par les noces de la fille de Gregory avec un certain Johan Masre49.

  • 50 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 53v, 54, 100 et 101v.
  • 51 Ibid., fol. 54. Le manifeste est presque vide, à l’exception de 150 livres de meubles.

19Certaines réorganisations familiales donnent davantage de fil à retordre aux notaires du consulat. Dans le registre de Sainte-Croix de l’année 1404, on trouve au folio 53v un manifeste raturé50. L’en-tête a été modifié à trois reprises : « les héritiers de senhor R. Sancho », puis « Raymon Delpueg » et enfin « La femme de senhor Ramon Sancho et Florensa sa fille femme de feu R. Delpueg ». L’estimation des biens s’élève à 424 livres, dont 300 de meubles. Plutôt riches en biens mobiliers, les héritiers de Ramon Sancho possèdent trois habitations de valeur moyenne. Une annotation précise que le meuble n’a pas été imposé l’année 1407 car une nouvelle déclaration a été faite. En effet, en vis-à-vis se trouve le manifeste de « La femme de senhor R. Sancho ». Son manifeste, incomplet51, s’achève par un renvoi au folio 100. À cet endroit, nous trouvons le manifeste de « Dona Catarina, femme de feu Ramon Sancho et sa fille Florensa et son mari P. Frichan ». Ce manifeste est suivi par deux textes qui signalent des évolutions de l’estimation. Que peut-on comprendre de ces ratures, listes de biens et mentions de dégrèvements, à première vue un peu confuses ?

20Lorsqu’en 1404 l’on procède à la première estimation, Ramon Sancho vient de décéder et sa succession est en cours de liquidation, comme l’indique l’expression « les héritiers de ». Par la suite, c’est le gendre, Raymon Delpueg, époux de Florensa, qui s’est déclaré chef de feu. Il décède et c’est Dona Catarina, la mère de Florensa qui prend la tête du ménage. Elle déclare alors les biens pour elle et sa fille veuve. Le notaire n’a pas cru bon de préciser ici le nom de Catarina, ni son veuvage d’ailleurs, en l’identifiant simplement comme la « femme de senhor R. Sancho ». Le veuvage des deux femmes les a-t-elles encouragées à s’installer ensemble ? Elles demeuraient peut-être déjà sous le même toit avec leurs époux respectifs mais rien ne permet de l’affirmer. Dans tous les cas, elles vivent ensemble lorsque Florensa perd son époux.

  • 52 Ibid., fol. 100.
  • 53 Voir à ce propos J. Hilaire, Les régimes des biens entre époux dans la région de Montpellier, du XI (...)
  • 54 J. Hilaire, Les régimes..., p. 473-564, R. Aubenas, Cours d’histoire..., t. 2, p. 39-52 et L. de Ch (...)

21C’est encore comme « femme de R. Sancho » que Catarina déclare ses biens à part en 1407, peut-être en raison du remariage de sa fille avec Peyre Frichan. Cette situation ne dure pas et un nouveau manifeste est fait52. Catarina, désormais désignée par son nom et son veuvage, déclare ses biens avec ceux de sa fille et de son nouveau gendre. Une communauté familiale avec matrilocalité de résidence s’est formée, semble-t-il sous la houlette de Catarina, qui gouverne l’ensemble du patrimoine, meubles et immeubles, hérités de son mari et acquis après sa mort. Sa fille en possède une part puisqu’elle apparaît dans l’en-tête du manifeste, au même titre que son époux. Peut-être Florensa a-t-elle hérité des biens de son père et Catarina jouit-elle de leur usufruit, comme cela est courant dans les dispositions testamentaires de Montpellier et du Languedoc53. L’on peut raisonnablement supposer que Peyre Frichan a, quant à lui, été exclu de la succession paternelle au profit d’un de ses frères, et doté en vu de son mariage, suivant là aussi les habitudes méridionales54. Quelques modifications sont apportées à l’estimation des biens, qui a augmenté d’une cinquantaine de livres depuis 1404, en partie par l’apport des biens de Peyre Frichan au foyer conjugal.

  • 55 Le texte suivant est rayé : « Dona Catarina, molher que fonc de senhor Ramon Sancho, sa filha et so (...)
  • 56 « Item lan mil ccccxj a xvj dezembre lo senhors [...] cossols li an mes son moble a dos cens et det (...)

22En 1409, le groupe domestique rencontre des difficultés financières et le consulat accorde une exemption de 180 livres pour cause de dettes55. Catarina, Florensa et Peyre forment toujours une communauté familiale, de biens et de vie. Deux ans plus tard, en 1411 un nouveau texte vient modifier le premier, qui est rayé, et annonce l’augmentation de l’estimation56. Le nom de Catarina n’apparaît plus mais on rencontre celui de Johan Dyonisi « son frère », et les sommes sont « au compte de P. Frichan ». Dona Catarina est-elle décédée ? Johan Dyonisi est-il son frère ou celui de Peyre Frichan ? Les archives notariales permettent bien souvent de répondre aux questions que soulève la brièveté de ces textes. Néanmoins, en trois estimations successives, et grâce aux dégrèvements dont les raisons sont exposées par les notaires, l’on parvient à saisir plusieurs restructurations du groupe domestique : deux décès entraînant deux veuvages – et la mort, possible, de Catarina –, un remariage, la dissolution de deux régimes matrimoniaux et la constitution d’une communauté familiale sous la responsabilité d’une veuve.

  • 57 AMM, Joffre 252, Saint-Paul, 1435, fol. 56v.
  • 58 AMM, Joffre 252, Saint-Paul, 1435, fol. 199.
  • 59 AMM, Joffre 257, Saint-Mathieu, 1447, fol. 7.
  • 60 K. Reyerson, « Patterns of Population Attraction and Mobility : the Case of Montpellier 1293-1348 »(...)
  • 61 AMM, Joffre 250, Sainte-Anne, 1435, fol. 134.
  • 62 AMM, Joffre 257, Saint-Mathieu, 1447, fol. 34v.

23Si les renvois au sein d’un même registre sont fréquents, ils le sont aussi d’un registre à l’autre, et offrent l’opportunité de suivre les contribuables dans leurs déplacements. Les Montpelliérains quittent parfois leur domicile pour changer de quartier entre le dressement du registre et sa première réfection. Les notaires indiquent ces changements d’adresse en indiquant par exemple « a mudat en san Tomas57 », « mudat a Santa Anna58 », « mudat en san Paul59 ». Dans quelques rares cas ils ajoutent le folio auquel l’on trouvera la nouvelle déclaration. L’étude de la mobilité géographique des individus au sein de l’espace urbain est réalisable à l’aide des compoix et des index alphabétiques de l’inventaire, bien que l’anthroponymie soit variable pour la période étudiée. Il s’agit d’une entreprise d’une certaine ampleur qui n’a pour le moment pas été menée, au contraire de l’étude de l’immigration vers Montpellier60. L’objectif poursuivi par le consulat au travers la tenue des registres n’est pas de repérer les individus mais leurs biens : la plupart des changements indiqués par les notaires grâce à la mention « mudat… » réfèrent soit à des ventes de biens immeubles, et se situent alors dans la marge des registres, soit à des dispositions juridiques précises quant à la jouissance et à la propriété des biens constituant un manifeste. Cela se traduit par la prise en charge de la déclaration d’une personne par une autre personne, avec ou sans déplacement physique des individus en question : « mudat en sant m[a]thieu sus la molher de Bertran Granier61 » ou « a mudat en santa Cros sus Johan Gaulert son gendre62 ».

  • 63 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 24v.
  • 64 65 francs qui annulent le meuble.
  • 65 Il déclare 540 livres. AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 23.
  • 66 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 18v. Il est nommé ici Esteve Costa.
  • 67 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 19v.
  • 68 « Un hostal en que esta ».
  • 69 Pour un premier bilan, voir A. Guerreau-Jalabert, « Sur les structures de parenté dans l'Europe méd (...)

24Les changements de domicile et les bouleversements qui les entraînent parfois sont aussi perceptibles dans le temps, d’un registre à un autre. En 1380, Peyre Cavadolh et Steve Costa, compagnons teinturiers de Sainte-Croix rendent leur manifeste, estimé à 116 livres63. Ils déclarent une maison dans laquelle ils résident, constituant une communauté familiale d’au moins trois individus. Car Peyre Cavadolh est marié et la maison appartient à sa femme : c’est une part de la dot, donnée par son père Johan Boysel, qui comprend aussi une vigne et un petit pécule64. Johan Boysel est un teinturier plutôt aisé65 qui réside à proximité, dans le même pâté de maison. En 1404 de nouveaux registres sont rédigés. Vingt-quatre années ont passé et les trois hommes résident toujours dans le quartier de Sainte- Croix, « île de senhor Jacme Arquier ». Peyre et Steve, autrefois compagnons, n’habitent plus ensemble. Steve66 pratique encore la teinture et s’est enrichi, il possède deux maisons, dont une dans laquelle il vit. S’il demeure avec sa famille, le registre ne le précise pas. Peyre Cavadolh de son côté déclare les biens pour lui et son beau-père Johan Boysel67. La maison que ce dernier possédait entre dans l’estimation, avec celle reçue en dot par sa fille. Les deux hommes et leur famille vivent ensemble : leurs biens sont considérés comme une unité, et une maison est notée de résidence68. Johan Boysel est probablement venu s’installer dans la demeure de sa fille à l’approche de la vieillesse. Ici encore les compoix révèlent de nombreux détails sur l’évolution des groupes domestiques montpelliérains. Les noces de Peyre Cavadolh avec la fille de Johan Boysel réduisent le ménage de ce dernier. Mais le mariage entraîne la création d’un nouveau feu, qui s’agrandit par l’arrivée de Steve Costa. Les deux compagnons s’affrèrent et s’installent dans la maison reçue lors des noces. Les années passent et les compagnons se séparent, Steve devient chef de son propre feu et fonde probablement une famille. Quant à Johan Boysel, il rejoint le domicile de son gendre et de sa fille, causant la disparition de son groupe domestique d’origine. Le temps d’une génération le cycle de développement familial a suivi son cours. Les réaménagements successifs de ces groupes domestiques sont par ailleurs variés sur le plan des formes de parenté mises en œuvre. Le feu constitué par Peyre, sa femme et Steve est fondé sur une parenté d’alliance et une parenté artificielle, tandis que celui constitué ensuite par Peyre, sa femme et Johan s’appuie sur des liens d’alliance et de consanguinité69.

  • 70 M. Bourin et P. Chareille, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, P. U. de Tours, 5 vo (...)
  • 71 Par exemple : A. Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Âge », Méla (...)
  • 72 C’est le cas de l’article de Caroline Jeanne qui s’intéresse aux rôles de taille, entre autres sour (...)

25Les histoires familiales de Peyre et Gregory Salas, de Catarina ou Steve Costa et Peyre Cavadolh sont des exemples de la complexité des rapports familiaux qui se déploient dans le temps et dans l’espace. La variété de ces situations ainsi que les enjeux personnels et sociaux qu’elles soulèvent soulignent la multiplicité des champs de recherches offerts par les compoix de Montpellier. Un de ces axes d’analyse est celui des systèmes d’identification au Moyen Âge. Cette entreprise, amorcée par les travaux de Monique Bourin et Pascal Chareille sur l’anthroponymie70, est aujourd’hui relue dans une perspective d’histoire des identités et des représentations71, au sein de laquelle l’histoire du genre tient une place fondamentale72.

Nommer et qualifier : l’histoire des identités et l’histoire des représentations

  • 73 B. M. Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge, individuation et individualisat (...)

26Les notaires et greffiers du consulat veillent à désigner les contribuables par leur nom, leur métier, parfois leur statut familial ou leur statut conjugal. Comme l’explique Dominique Iogna-Prat, « les systèmes d’identification au Moyen Âge obéissent à une logique de mise en conformité ; si l’individu est doté d’une visibilité particulière, c’est pour les nécessités du contrôle au sein de son réseau de sociabilité (famille, communauté d’habitant, paroisse, seigneurie, etc.)73 ». Ainsi, si un contribuable ne réside plus dans l’irla (le pâté de maison) au sein de laquelle il a été initialement estimé et qu’il n’a pas signalé son déménagement au consulat, l’on peut faire appel au voisinage, à la charité du métier ou à la famille mentionnée dans le manifeste pour le trouver. Les autorités municipales procèdent ici à une identification publique des contribuables, signifiante en ce qu’elle les intègre à un ordre social défini. Si le propos est de compter et d’estimer les biens, il est aussi de lever un impôt personnel, à charge pour les notaires de permettre aux Quatorze de la Chapelle de repérer et d’identifier les personnes qui le paieront. Les qualificatifs qui permettent de désigner un individu, mais aussi les arguments qui justifient des abattements fiscaux, sont notables et significatifs aux yeux des notaires. Pour l’historien, ils sont le reflet d’une perception spécifique de l’organisation de la société et témoignent des sensibilités à l’égard de certaines situations.

  • 74 Statistiques réalisées à partir du dépouillement systématique des 39 registres médiévaux, entre 138 (...)
  • 75 Les registres dressés en 1446 et 1447 ont donné lieu à une grande réfection, en 1448, devant la col (...)
  • 76 Voir la synthèse d’A. Rigaudière, « Les origines médiévales de l’impôt sur la fortune », dans Ph. C (...)
  • 77 La part restante est constituée majoritairement par les estimations d’héritiers (qui renvoient à de (...)
  • 78 Parce que les femmes estimées sont plus nombreuses.

27Dans les compoix, la proportion de femmes déclarant leurs biens est stable jusqu’à la période de rédaction 1430, entre 15 % et 22 % selon les registres74. Cette proportion baisse alors pour atteindre 10 % en 1446-144975. La part de femmes chefs de feu augmente ensuite jusqu’à la fin du XVe siècle et reprend un niveau semblable à celui d’un siècle auparavant, 17 %. Ces taux sont semblables à ceux observés dans les villes du Midi de la France76, et s’expliquent surtout par le faible nombre de femmes mariées déclarant leurs biens paraphernaux. Ensuite, l’on a pris en compte ici, pour des raisons pratiques, uniquement les femmes dont le nom figure dans l’en-tête des manifestes, non celles dont le nom apparaît au détour d’un confront ou de la mention d’une vente. Quant à la proportion d’hommes estimés, elle est remarquablement constante et se maintient au-dessus de 80 %77, sauf pour l’année de dressement 1404 où elle est autour de 77 % et celle de 1480, 76 %78. Au-delà du ratio sexué des contribuables montpelliérains, les compoix témoignent de la manière dont le consulat identifie ces hommes et ces femmes, c'est-à-dire sur les représentations genrées qui transparaissent à travers quelques mots brefs portés à l’en-tête des manifestes.

28Dans la plupart des cas, les notaires et greffiers du Consulat ne se limitent pas à donner simplement le nom des contribuables. Entre 1380 et 1480, les trois-quarts des femmes et des hommes sont identifiés par leur profession, leur statut conjugal, des liens de consanguinité ou plusieurs de ces éléments. Il existe entre les compoix des disparités assez fortes : d’une part entre les registres d’une même période de rédaction, d’autre part de manière diachronique, et enfin dans la répartition sexuée des identifiants. Ainsi, pour le registre de Sainte-Croix dressé en 1380, les notaires ont ajouté la profession de 85 % des hommes ou l’on relié à un groupe familial. Ils ont procédé de même pour près de 66 % des femmes. En revanche, dans le registre du faubourg Saint-Jacques de la même année, seulement 63 % des hommes et 35,6 % des femmes ont reçu de semblables qualificatifs. Ces écarts peuvent s’expliquer par la forte personnalisation des compoix de la part du personnel consulaire : chaque registre contient un certain nombre de formulations qui lui sont propres et qui diffèrent de celles contenues dans d’autres. De même, chaque notaire attache une importance variable à certaines situations familiales ou sociales.

29Malgré ces variations entre les registres d’une même période, l’on observe que la proportion de femmes qualifiées par leur métier, leur statut conjugal ou consanguin s’accroît dans le temps. En revanche, dans le cas des hommes, l’augmentation de la fréquence des qualificatifs cesse au milieu du XVe siècle pour se stabiliser à un taux moindre.

  • 79 Il s’agit ici d’un échantillon de 26 registres sur 39.

Tableau 1. Proportion et nombre de femmes identifiées par leur métier et/ou leur statut conjugal et/ou leur groupe familial79

Année
Septen

Croix

Faubourgs

Firmin

Foy

Mathieu

Paul

1380

65,7 % (67)

35,6 % (16)

1404-16

67,6 % (75)

45,8 % (60)

33,3 % (16)

1429-35

78,7 % (37)

77,8 % (7)

71,2 % (37)

77,4 % (24)

73,5 % (25)

1446-49

100,0 % (19)

82,6 % (19)

91,3 % (21)

84,6 % (11)

67,7 % (21)

89,7 % (26)

1469-70

92,0 % (46)

58,3 % (7)

83,3 % (40)

91,7 % (22)

83,3 % (35)

1480

94,8 % (91)

98,9 % (86)

87,5 % (35)

87,3 % (55)

94,6 % (70)

Tableau 2. Proportion et nombre d’hommes identifiés par leur métier et/ou leur statut conjugal et/ou leur groupe familial

Année
Septen

Croix

Faubourgs

Firmin

Foy

Mathieu

Paul

1380

84,8 % (442)

62,8 % (157)

1404-1416

64,6 % (308)

47,6 % (206)

44,9 % (115)

1429-1435

79,7 % (231)

82,3 % (107)

68,9 % (175)

66,5 % (137)

69,4 % (161)

1446-1449

79,8 % (138)

63,7 % (86)

79,0 % (132)

74,1 % (103)

86,4 % (318)

74,6 % (176)

1469-1470

69,9 % (197)

49,0 % (70)

58,3 % (155)

67,9 % (108)

70,4 % (171)

1480

71,2 % (259)

66,5 % (232)

69,7 % (140)

68,7 % (184)

74,9 % (251)

  • 80 La correspondance au sujet des feux et de la taille est contenue dans le Grand Chartrier. AMM, Gran (...)

30L’accroissement des qualificatifs entre 1380 et 1450 peut s'expliquer par l’intérêt et le soin grandissants portés aux documents officiels par le consulat, dans un but juridique et fiscal, ainsi que dans un souci de transparence vis-à-vis des autorités royales et de la population. Ce nouvel esprit administratif a pu inciter le personnel à être plus scrupuleux et à consacrer plus de temps à l’inscription de chaque contribuable. La chute démographique subie par la ville au tournant des XIVe et XVe siècles réduit par ailleurs la longueur des registres, facilitant une démarche plus qualitative de la part des notaires. Le nombre de contribuables se réduit en effet fortement dans les compoix entre 1380 et 1435, répondant à la fois à la crise démographique qui affecte la ville et aux tentatives répétées par le consulat de faire baisser le nombre de feux taillables par le roi80.

31En adoptant un regard genré, l’on observe que la proportion de femmes qualifiées est plus élevée que celle des hommes, à l’exception de quelques registres. Par ailleurs, une analyse plus approfondie des résultats, montre une répartition très claire des qualificatifs. La mention du métier est inférieure à 10 % pour les femmes dans 22 registres sur 26, au maximum 17 %, alors qu’elle est supérieure à 50 % dans 24 registres sur 26 pour les hommes. Inversement, la mention du statut conjugal ou familial des hommes est toujours inférieure à 9 %, alors qu’elle est portée aux manifestes de plus de 50 % des femmes à l’exception de trois registres. Les femmes sont donc plus souvent identifiées par leur parenté, consanguine ou d’alliance, et les hommes par leur profession.

  • 81 AMM, Joffre 249, Saint-Firmin, 1435, fol. 31 (deux manifestes), 62v, 72, 85v, 97v, 104v, 105, 129v, (...)
  • 82 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, f ol. 4v, 5v, 50, 55v, 65v, 82v, 85, 87, 87v, 93v, 94, 95v, 96 (...)

32L’importance du métier dans la désignation des hommes est particulièrement sensible dans le compoix de Saint-Firmin pour l’année 1435. À dix reprises, le notaire a indiqué « a jurat que non a ges [rien] de moble mais a son bon mestié81 », la mention de la profession suit dans huit cas. Aucun autre compoix ne contient de formule semblable, le notaire se limitant la plupart du temps à « a jurat [parfois : per son sagramen] que non a res de moble ». Dans ce registre, nulle femme n’est concernée par cette expression. C’est par contre le veuvage féminin qui est invoqué de manière semblable, surtout dans le registre de Sainte-Croix pour l’année 1380, où l’on trouve 17 fois une expression variant autour de « paubra dona vezoa [veuve], a jurat per son sagramen que non a res82 ». Dans les miracles de Saint-Louis, Sharon Farmer observe un phénomène semblable :

  • 83 Sh. Farmer, Surviving Poverty in Medieval Paris. Gender, Ideology, and the Daily Lives of the Poor, (...)

Only when the witness was a women, however, did the scribes record the identity of the witness’s spouse : as an aspect of the reproductive sphere, marital status was essential to identify a woman but not a man. Work, by contrast, was an aspect of the productive, or masculine sphere, and thus more central to men’s identities […]83

  • 84 C. Bourlet, « L’anthroponymie à Paris à la fin du XIIIe siècle d’après les rôles de la taille du rè (...)
  • 85 Ibid., p. 29.
  • 86 C. Beattie, « The Problem of Woman’s Work Identities in Post Black Death England », dans J. Bothwel (...)

33Les rôles de tailles de Paris84 se révèlent aussi contrastés. En revanche la mention du métier ne montre pas de différenciation genrée majeure : les femmes sont en effet identifiées par leur profession dans plus 65 % des cas, taux certes inférieur à celui des hommes, mais très semblable à la mention de leur situation familiale. L’importance de ces deux types de désignation des femmes, de ces « modèles concurrents85 », pour reprendre les termes de Caroline Bourlet, ne se retrouve pas à Montpellier où le métier ne permet pas d’identifier les femmes et où le système d’identification est donc fortement genré. L’étude comparative de quatre relevés d’impôts anglais par Cordelia Beattie montre aussi une nette domination de la parenté consanguine et d’alliance pour les femmes, aux dépens du métier86.

  • 87 Sh. Farmer, Surviving Poverty in Medieval Paris..., p. 39-40.
  • 88 « molher que fonc de » ne peut se traduire que maladroitement par « épouse qui était celle de ». Po (...)
  • 89 AMM, Joffre 257, Saint-Mathieu, 1447, fol. 192v.
  • 90 AMM, Joffre 240, Saint-Jacques, 1380, fol. 75.
  • 91 AMM, Joffre 252, Saint-Paul, 1435, fol. 9v.
  • 92 Fille ou fils – ici une fille - du premier lit de l’épouse, en occitan « filhastre ».
  • 93 AMM, Joffre 240, Saint-Jacques, 1380, fol. 73v.
  • 94 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 44v.
  • 95 AMM, Joffre 255, Saint-Paul, 1446, fol. 179v.
  • 96 AMM, Joffre 250, Sainte-Anne, 1435, fol. 27.
  • 97 AMM, Joffre 239, Saint-Firmin, 1404, fol. 96v et 123v.
  • 98 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 21.
  • 99 Ibid., fol. 44.

34Pour Sharon Farmer, ces différences dans la désignation des hommes et des femmes s’expliquent par le paradigme soutenant la construction des représentations du genre au Moyen Âge, paradigme fondé sur le récit de la chute d’Adam et Ève. Pour l’historienne, ce passage de la Genèse ne renvoie pas tant à une distinction corps/esprit marquant la frontière féminin/masculin, qu’à une répartition des tâches liant l’humanité à la chair. Aux hommes la productivité, par le travail physique, aux femmes la reproduction, par la douleur physique. « Indeed, the identification of men with the productive labor and women with reproductive labor was so deep and widespread that it even affected public record keeping […]87 ». C’est peut-être naturellement que les notaires et greffiers du consulat tendent à qualifier les femmes par leurs liens familiaux ou leur statut conjugal, et les hommes par leur profession. Dona Guilhelmeta, est épouse de feu Johan Monierenc88 ; Dona Dosa, sœur d’Urban Girart89 ; Dona Blanqua, mère de Pos Aufre90. D’autres ne sont pas nommées mais sont désignées par des liens de parenté : la nièce de Didier Duran et de Vidal Basset91, ou la fillâtre92 de Pons de Cabanas, femme de Franses Martin93. De même, maître Johan de la Costa, alias de Bras est barbier de Sainte‑Croix94, Esteve Balni est boucher de bœuf95 et Peyre Caylar est marchand96. Quant à Peyre et Joni, estimés en 1404 à Saint-Firmin, ils n’ont que leur prénom et leur métier : Peyre est « le cultivateur » et Joni « le pâtissier97 ». La fonction prend parfois le dessus sur le nom, qui apparaît en information secondaire : « manifeste du puiseur des Esquilles qui a pour nom Andrieu Goi98 », « manifeste du fournier du four du Château qui a pour nom Johan Marti99 ».

  • 100 Sh. Farmer, Surviving Poverty..., p. 39-43.
  • 101 A. Porteau-Bitker, et A. Talazac-Laurent, « La renommée dans le droit pénal laïque du XIIIe au XVe (...)
  • 102 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 7 ; Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 8, 107 et 109 ; (...)

35La hiérarchie entre chair et esprit se situe plutôt sur l’échelle sociale, le peuple – hommes et femmes – est lié à sa corporalité, à l’inverse de la noblesse100. Les historiens travaillant dans les archives judiciaires font des observations que l’on doit rapprocher des propos de Sharon Farmer : devant les tribunaux, les nobles portent leur honnêteté dans leur titre, leur réputation est a priori positive. Les gens du peuple doivent prouver leur bonne fama par leur métier, leur famille, ce que l’on dit d’eux101. L’on remarque ainsi dans les compoix que les notaires n’inscrivent que rarement la profession des hommes très fortunés, connus de la population et du consulat, comme les deux Yzarn Teinchurier, père et fils marchands drapiers, dont les notaires ne précisent le métier qu’une fois en sept estimations102. Par ailleurs, les détails les plus variés sont principalement apportés aux manifestes les plus faiblement allivrés, voire exemptés. Comme si la mention « nichil » ne suffisait pas toujours, les notaires tiennent à préciser, comme on l’a vu pour les veuves, un détail particulier justifiant peut-être davantage l’exemption ou une réduction des charges.

  • 103 AMM, Joffre 245, Faubourgs, 1417, Saint-Firmin, fol. 27v.
  • 104 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 62v.
  • 105 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 58v pour Sezelia, Joffre 257 bis, Saint-Firmin, 1448, fol (...)
  • 106 « impotent », « despoderat » ou « decrepitat ».
  • 107 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 37.
  • 108 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 62v.
  • 109 AMM, Joffre 257 bis, Saint-Firmin, 1448, fol. 194.
  • 110 AMM Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 51. Il était estimé en 1404 pour 954 livres dont 800 de me (...)
  • 111 Il est estimé pour 33 livres. AMM, Sainte-Croix, 1435, fol. 107v.

36L’on trouve ainsi des mentions de la faiblesse physique : l’âge comme Remon Belluoc « mout viel e paubre home103 » ; la maladie comme Esteve Calvet, « sellier, malade de Saint-Antoine [mal des ardents] qui a perdu une jambe dudit mal104 », ou Sezelia et Peyre Morgolh, pauvres et aveugles105. Notre échantillon contient 24 individus qualifiés par leur décrépitude ou une quelconque faiblesse physique. La cécité et l’impotence106, souvent associées à la vieillesse, sont largement majoritaires avec neuf occurrences chacune. Un homme est paralysé107 et d’autres sont malades, sans guère plus de précision. Parmi ces individus, la moitié est « nichil », c'est-à-dire ne possède rien des biens estimés à moins de 25 livres. Dans ces cas, l’ajout par le notaire de leur état physique permet de justifier leur pauvreté. Ainsi, Esteve Calvet, qui a perdu sa jambe, « fait publiquement l’aumône aux portes des églises108 », comme Peyre Morgolh, aveugle109. Les 12 autres mentions de la condition médicale des contribuables servent à justifier un dégrèvement exceptionnel, par exemple l’exemption des meubles. Ainsi les consuls révisent pour la deuxième fois en 1420 l’estimation de Johan Dorlhac, orgier de Sainte-Croix110. Déjà en 1412, l’on baissait son meuble, parce qu’il ne pratiquait plus de métier et ne pouvait gagner sa vie. L’on sait pourquoi cinq and plus tard, quand il est exempté du meuble restant. Johan est malade depuis longtemps et il l’est encore le 26 février quand le notaire inscrit la note. Il est marié, sa femme prend probablement soin de lui, comme le fait l’épouse d’Arnaut Rendayre, fournier aveugle du même quartier. Cette dernière jure à sa place qu’il n’a aucun meuble à déclarer, en raison de sa condition111.

  • 112 Voir M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, une étude sociale, Paris, Hachette, 1978 ; B. Geremek, La (...)
  • 113 Sur les femmes pauvres voir N. Gonthier, Lyon et ses pauvres au Moyen Âge (1350-1500), Lyon, L’Herm (...)
  • 114 « C’est en fait une réalité sociale très contrastée qui se cache sous l’expression générale de “pau (...)

37Parmi ces malades, ces aveugles et ces personnes impotentes, seulement quatre sont des femmes. En miroir, aucun homme ne déclare être un pauvre veuf, alors que c’est le cas de nombreuses femmes. Dans le dénuement, les hommes se situent par rapport aux standards positifs de pauvreté masculine112 : pauvres honnêtes, handicapés ou travailleurs – comme ceux qui ont « leur bon métier » -, dignes de recevoir l’aumône publique. Ils sont dans l’incapacité de gagner leur pain quotidien en raison de leur corps ou en dépit de leurs efforts. Les femmes quant à elles mettent en avant la rupture des liens conjugaux pour justifier de leur pauvreté. Les aumônes sont en effet destinées aussi aux pauvres femmes113, en particulier les pauvres veuves, qui, comme leurs homologues masculins handicapés ou honnêtes appartiennent aux pauvres du Christ. Ce groupe aux contours flous114 se distingue dans les compoix, certes par les exemptions dont ses membres bénéficient, mais surtout par les éléments justificatifs ajoutés par les notaires. Et bien qu’ils soient désignés par leur pauvreté, ils sont aussi marqués par les représentations du genre caractérisant la désignation des individus : aux hommes le travail, aux femmes la parenté.

38La réputation d’austérité des sources fiscales médiévales est certainement injustifiée dans le cas d’une fiscalité réelle et proportionnelle. Une approche plus qualitative, adaptée à des objets historiographiques actuels, permet de révéler leur potentialité comme nous l’avons montré ici avec l’histoire de la famille et l’histoire du genre. Ainsi les dynamiques familiales, absentes du traitement quantitatif de ces archives, se révèlent registre après registre et montrent leur complexité ainsi que la nécessité d’une étude minutieuse. Grâce aux particularismes propres à chaque notaire, les formules d’un systématisme trompeur témoignent de la manière dont le consulat tente d’ordonner la société montpelliéraine. Ils permettent à l’historien d’accéder à un système de représentations spécifique de la société médiévale. Un dépouillement complet, bien que fastidieux, s’avère nécessaire pour saisir la diversité des trajectoires familiales et l’effort croissant dans la qualification des individus. Il livre ainsi des résultats exemplaires de la multiplicité des analyses que l’on peut mener grâce aux archives fiscales.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version profondément remaniée d’une communication donnée au 9e colloque de la SEMQ le 16 avril 2010 à l’Université de Montréal.

2 R.-H. Bautier, « L'histoire sociale et économique de la France médiévale de l'an mil à la fin du XVe siècle », dans L'histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, actes du 20ème colloque de la SHMESP, 1989, p. 49-100, ici p. 66.

3 A. Rigaudière, L'Assiette de l'impôt direct à la fin du XIVe siècle : le livre d'estimes des consuls de Saint-Flour pour les années 1380-1385, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 1977 ; Ph. Wolff, Les « estimes » toulousaines des XIVe et XVe siècles, Toulouse, Bibliothèque de l’Association Marc Bloch de Toulouse, 1956 ; J. Favier, Les Contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent ans, les rôles d'impôt de 1421, 1423 et 1438, Genève, Droz, 1970.

4 Voir par exemple B. Suau-Noulens, « La cité de Rodez au milieu du XVe siècle d'après le livre d'“estimes” de 1449 », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 131-1 (1973), p. 151-175, D. Farcis, Études sur le Bas-Vivarais d’après les estimes de 1464, Positions des thèses de l’École nationale des chartes, 1974, p. 91-99.

5 A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge d’après les compoix (1380-1450), thèse de l’École nationale des Chartes, 1980, partie 1 « L’impôt », p. 1-61.

6 Ibid., partie 2 « Les contribuables », p. 62-104.

7 Ibid., partie 5 « Les contribuables dans la ville », p. 207-237.

8 L. Guiraud , Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen Âge, Montpellier, Mémoire de la société archéologique de Montpellier, 1895 et, plus récemment, G. Fabre et Th. Lochard, Montpellier : la ville médiévale, Montpellier, Éditions de l’Inventaire, 1992.

9 Pour un tour d’horizon des difficultés posées par les sources fiscales pour l’histoire économique et sociale, on peut se référer aux introductions des ouvrages cités ci-dessus et plus spécifiquement à J. Heers, « Les limites des méthodes statistiques pour les recherches en démographie médiévale », Annales de démographie historique, 1968, p. 43-73.

10 Pour le Moyen Âge central, on peut consulter R. Fossier, « La démographie médiévale : problèmes de méthode (Xe-XIIIe siècles) », Annales de démographie historique, 1975, p. 143-165. Pour un aperçu pour global, voir les actes du premier congrès de la SHMESP : La démographie médiévale : sources et méthodes, Actes du colloque de Nice (juin 1970), Paris, Les Belles Lettres, 1972 - par exemple la contribution de R. Baratier, « Démographie médiévale dans le midi méditerranéen. Sources et méthodes », p. 9-16.

11 A. Higounet-Nadal, Périgueux aux XIVe et XVe siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1979.

12 Ce fut le cas pour D. Herlihy et Ch. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles : une étude du «catasto» florentin de 1427, Paris, Fondation nationale des sciences politiques et EHESS, 1978.

13 J. Favier, Les contribuables parisiens..., p. 10.

14 J. Russel, « L’évolution démographique de Montpellier au Moyen Âge », Annales du Midi, vol. 74, (1962), p. 345-360 ; A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge..., p. 88-104 et enfin A. Gouron, « De l’impôt communal à l’impôt royal. Le cas de Montpellier », dans D. Menjot et alii, L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, XIIIe-XVe siècle, Actes du colloque de Bercy, 3-5 octobre 2001, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 291-304. Selon Josiah Russel, la ville compterait à la veille de la peste de 1348 entre 35 000 et 40 000 habitants. Ce chiffre est contesté par A.-C. Marin-Rambier qui l’estime trop élevé et critique la méthode de Russel. André Gouron, quant à lui, emploie des sources différentes pour mener ses évaluations. Il affirme que la ville intra-muros ne peut contenir plus de 18 000 habitants, le reste vivant à l’extérieur des enceintes. Il propose une estimation allant de 33 à 37 000 habitants.

15 M. Anderson, Approaches to the History of the Western Family, 1500‑1914,  London, MacMillan, 1980, p. 30.

16 A. Burguière, « Pour une typologie des formes d'organisation domestique de l'Europe moderne, xviexixe siècles», Annales ESC, vol. 41-3 (1986), p. 648. Plus largement, on peut se référer aux deux articles de Tamara Hareven qui proposent un bilan des approches et méthodes en histoire de la famille jusqu’aux années 2000 : T. Hareven, « L’histoire de la famille et la complexité du changement social », Cahiers d’histoire, vol. 45-1 (2000), p. 9‑34 et vol. 45-2 (2000), p. 205-232.

17 Citons tout de même, dans une tradition d’histoire économique et sociale, les recherches de L. Fossier, « L'artisanat parisien à la fin du XIIIe siècle d'après les rôles de taille : critique d'une source », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes, vol. 100-1 (1988), p. 125-135 et Ch. Brun, « Les structures physiques et sociales de la ville d’Uzès à la fin du Moyen Âge », Histoire et Mesure, vol. 14, 3-4 (1999), p. 249-298 .

18 D. Menjot, et M. Sanchez-Martinez (coord.), La fiscalité des villes au Moyen Âge (France méridionale, Catalogne et Castille), Toulouse, Privat, 4 volumes publiés entre 1996 et 2005. Ph. Contamine, J. Kerhervé et A. Rigaudière (dir.), L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin XIIe-début XVIe siècles, Actes du colloque de Bercy, 14-16 juin 2000, Comité pour l’histoire économique et financière, Paris, 2002. D. Menjot et alii, L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, XIIIe-XVe siècle, Actes du colloque de Bercy, 3-5 octobre 2001, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005. A. Rigaudière (dir.), De l’estime au cadastre en Europe. Le Moyen Âge, Actes du colloque des 11-13 juin 2003, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006.

19 M. Hébert, « “Bonnes villes” et capitales régionales : fiscalité d’État et identités urbaines en Provence autour de 1400 », dans D. Menjot et alii, L’impôt dans les villes..., p. 526-541.

20 D. Menjot et M. Sànchez-Martìnez, « Introduction », dans D. Menjot et M. Sànchez-Martìnez (coord.), La Fiscalité des villes…, t. 1, p.12.

21 Voir R. Chartier, « Le monde comme représentation », Annales E. S. C, vol. 44-2 (1989), p. 1505-1520 ; entretien avec Roger Chartier, « Les représentations du passé », dans J.‑C. Ruano-Borbalan (coord.), L’histoire aujourd’hui, Auxerre, PUF, coll. Sciences Humaines, 1999, p. 15-19. Pour une remise en question, S. Venayre, « L’invention de l’invention, l’histoire des représentations en France depuis 1980 », dans L. Martin et S. Venayre (dir.), L’histoire culturelle du contemporain, actes du Colloque de Cerisy, 23-30 août 2004, Paris, Nouveau Monde, 2005, p. 31-54.

22 Pour une étude culturelle de l’impôt royal, on peut consulter L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien ». La théorie de l’impôt en France (XIIIe-XVe siècles), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2005.

23 C. Béghin-Le Gourriérec, Le rôle économique des femmes dans la sénéchaussée de Beaucaire à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles), thèse de doctorat sous la direction de Ch. Klapish-Zuber, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2000 (trois volumes).

24 C. Duhamel-Amado, « Les origines, 985-1103 », dans G. Fabre et Th. Lochard, Montpellier : la ville médiévale, Montpellier, Éditions de l’Inventaire, 1992, p. 17-58 et « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe siècle) : questions généalogiques et retour à l'historiographie », Études sur l’Hérault, 7-8 (1991-1992), p. 89-108.

25 Le pionnier des recherches sur Montpellier est sans conteste Alexandre Germain (Histoire de la Commune de Montpellier, 3 tomes, Montpellier, J. Martel, 1854). Pour une histoire plus récente mais descriptive, voir les trois tomes rédigés par J. Baumel : Histoire d’une seigneurie du Midi de la France, Naissance de Montpellier (985-1213), Montpellier, Causse, 1969 ; Montpellier sous la seigneurie de Jacques le Conquérant et des rois de Majorque. Rattachement de Montpellieret et de Montpellier à la France (1213-1349), Montpellier, Causse, 1971 ; La fin d’une seigneurie du Midi de la France, Montpellier, ville royale (1349-1505), Montpellier, Causse, 1973. D’un point de vue plus analytique : G. Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 1984. Avec une approche religieuse, G. Cholvy, (dir.), Histoire du diocèse de Montpellier, Paris, Beauchesne, 1976. Pour des études topographiques, L. Guiraud, Les recherches topographiques à Montpellier, Montpellier, Mémoire de la société archéologique de Montpellier, 1895 et, plus récemment, G. Fabre et Th. Lochard, Montpellier : La ville médiévale…

26 Charte publiée par Alexandre Germain dans son Histoire de la Commune... Voir aussi A. Gouron, « Libertas hominum montispessulanum, Rédaction et diffusion des coutumes de Montpellier », Annales du Midi, 90 (1978), p. 289-318 et A. Ross Lewis, « The Development of Town Gouvernment in Twelfth Century Montpellier », Speculum, 22 (1947), p. 51-67.

27 Sur l’histoire économique de la ville, voir principalement les travaux de Jean Combes et Kathryn Reyerson. J. Combes, « Les investissements immobiliers à Montpellier au commencement du XVe siècle », Recueil de mémoires et travaux publié par la Société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, fasc. 2, Montpellier, Université de Montpellier, 1951, p. 21-28 ; avec A.-E. Sayous, « Les commerçants et les capitalistes de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles », Revue historique, 188-189 (1940), p. 341-377. De K. Reyerson, voir : Montpellier de 1250 à 1350 : centre commercial et financier, Thèse de droit, Université Montpellier I, 1977 ; « Commercial Fraud in the Middle Ages : The Case of the Dissembled Pepperer », Journal of Medieval History, 8 (1982), p. 63-73 ; « Le rôle de Montpellier dans le commerce des draps de laine avant 1350 », Annales du Midi, 94 (1982), p. 17-40 ; « Land, Houses and Real Estate Investment in Montpellier : A Study of the Notarial Property Transactions, 1298-1348 », Studies in Medieval and Renaissance History, 6 (1983), p. 39-112 ; « Women and Business in Medieval Montpellier », dans B. A. Hanawalt (dir.), Women and Work in Preindustrial Europe, Bloomington, Indiana University Press, 1986, p. 117-144 ; et The Art of the Deal : Intermediaries of Trade in Medieval Montpellier, Leyde, Brill, 2002. Voir aussi A. Germain, Histoire du commerce à Montpellier, Montpellier, J. Martel, 1861.

28 Pour la fin du Moyen Âge, voir B. Doumerc, « La lente agonie des ports du Midi : Narbonne, Montpellier et Marseille confrontés à l’évolution des circuits d’échanges (fin XVe-début XVIe siècle) », Annales du Midi, 106 (1994), p. 317-331.

29 J. Combes, « Industrie et commerce de la toile à Montpellier de la fin du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle », Recueil de mémoires et travaux publié par la société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, fasc. 9, Mélanges à Roger Aubenas, 1974, p. 181-212.

30 A. Gouron, « Deux universités pour une ville », dans G. Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 1984, p. 103-125 ; A. Gouron, « Médecins et juristes montpelliérains au XIIe siècle : une convergence d'origines ? » dans Hommage à Jean Combes (1903-1989). Etudes languedociennes offertes par ses anciens élèves, collègues et amis, Montpellier, Mémoires de la Société Archéologique de Montpellier, 1991 ; D. Le Blévec (dir.), L’Université de médecine de Montpellier et son rayonnement (XIIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2004.

31 L’histoire des Juifs de Montpellier est très bien documentée : M.-H. Vicaire (dir.), Juifs et judaïsme en Languedoc, Toulouse, Privat, 1977 ; C. Iancu (dir.), Les juifs de Montpellier et dans le Languedoc du Moyen Âge à nos jours, Montpellier, Centre de recherches et d’études juives et hébraïques, Université Paul Valéry, 1988 ; Y. Assis, « Les Juifs de Montpellier sous la domination aragonaise », Revue des études juives, 148 (1989), p. 5‑16 ; J. Shatzmiller, « Étudiants juifs à la Faculté de médecine de Montpellier, dernier quart du XIVe siècle », Jewish History, 6 (1992), p. 244-255 ; D. Iancu-Agou, « Les œuvres traduites des médecins montpelliérains dans les bibliothèques des Juifs du Midi de la France au XVe siècle », dans D. Le Blévec (dir.), L’Université de médecine de Montpellier..., p. 295-306 ; D. Incu-Agou et É. Nicolas (dir.), Des Tibbonides à Maïmonide, rayonnement des Juifs andalous en pays d’Oc médiéval, Paris, Cerf, 2009.

32 J. Combes, « Une ville face à la crise (milieu XIVe-fin XVe siècle) » dans G. Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 1984, p. 71-101.

33 J. Combes et A.-E. Sayous, « Les commerçants et les capitalistes de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles », Revue historique, 188-189 (1940), p. 341-377.

34 J. Combes, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du XIVe siècle », Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 64e Congrès, Privas, 22-23 mai 1971, Vivarais et Languedoc, Montpellier, Université Paul Valéry, 1972, p. 99-119. Pour la révolte populaire en tant que telle, voir J. Baumel, Histoire d’une seigneurie..., t. 2, p. 247-250 ; t. 3, p. 122 ; Vincent Challet la mentionne dans son article, « Émouvoir le prince. Révoltes populaires et recours au roi en Languedoc vers 1380 », Hypothèses (2001), p. 325-333.

35 La couverture du registre Joffre 240, compoix de Saint-Jacques indique à tort 1384. Le compoix lui-même signale des mutations de patrimoine à partir de 1380 (par exemple fol. 31 et 74v). Il est donc de cette année-là ou antérieur. L’archiviste Maurice Oudot de Dainville annonce un peu arbitrairement l’année 1375. Il sera, dans les notes, identifié comme registre de 1380.

36 B. Chevalier, « Introduction », dans D. Menjot et alii (dir.), L’impôt dans les villes de l’Ocident..., p. 5.

37 La noblesse est imposée sur ses biens « d’antique contribution ».

38 Sur l’histoire de l’imposition et les premiers registres fiscaux, voir A. Rigaudière, « Les origines médiévales de l’impôt sur la fortune », dans Ph. Contamine, J. Kerhervé et A. Rigaudière (dir.), L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public..., t. 1, p. 227-287.

39 J.-L. Biget, « La gestion de l’impôt dans les villes (XIIIe-XVe), essai de synthèse », dans D. Menjot et M. Sànchez-Martìnez, La Fiscalité des villes..., t. 4, p. 317-319.

40 La couverture contemporaine du registre Joffre 240 (Saint-Jacques de foras) indique « 1384 » mais le compoix lui-même signale des mutations de patrimoine à partir de 1380 (par exemple fol. 31 et 74v). Il est donc de cette année là ou antérieur. L’archiviste Maurice Oudot de Dainville annonce un peu arbitrairement l’année 1375. A.-C. Marin-Rambier retient, dans sa thèse, l’année 1380. C’est également comme cela qu’il est référencé aux archives municipales de la ville et qu’il sera identifié dans les références.

41 A. Germain, Histoire de la Commune..., t. 1, p. 110. Le manuscrit original est aux archives municipales, sous la cote AA-9, Petit Thalamus ; l’article est au folio 39.

42 A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge..., p. 32-37.

43 Sur les modalités de dressement des registres, voir A. Rigaudière, « Les origines médiévales de l’impôt sur la fortune », dans Ph. Contamine et alii, L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public..., p. 247-249 ; J.-L. Biget, « La gestion de l’impôt dans les villes (XIIIe-XVe siècle)... », dans D. Menjot et M. Sànchez-Martìnez, La Fiscalité des villes..., Tome 4, p. 311-336 ; et A. Rigaudière, « De l’estime au cadastre dans l’Occident médiéval : réflexions et pistes de recherches », dans A. Rigaudière (dir.), De l’estime au cadastre..., p. 3-22.

44 M. Oudot de Dainville, « Remarques sur les compoix du Languedoc méditerranéen », Folklore, vol. 15 (1939), p. 133.

45 A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge..., p. 44.

46 Sur les dégrèvements, voir L. Laumonier, « Les Montpelliérains face à la fiscalité (fin XIVe et XVe siècle) », Bulletin historique de la ville de Montpellier, 35, à paraître.

47 A. CollompLa maison du père : famille et village en Haute‑Provence aux xviie et xviiie siècles, Paris, PUF, 1983, p. 63.

48 Les noms des individus sont restitués tels qu’ils apparaissent dans les registres.

49 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 23v. « Lan .lxxxiiii. a .xxiiii. novembre los senhos cossols a rendat so que a pagar senhor P. per lo testament de sa primieyra molher non obstant so que a pres am la .ii.da (secunda) molher. E atenduda la dot que senhor Gregory a donat a sa filha am senhor Johan Marsre, los an amarmaz de dos C ll. »

50 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 53v, 54, 100 et 101v.

51 Ibid., fol. 54. Le manifeste est presque vide, à l’exception de 150 livres de meubles.

52 Ibid., fol. 100.

53 Voir à ce propos J. Hilaire, Les régimes des biens entre époux dans la région de Montpellier, du XIIIe à la fin du XVIe siècle, Contribution aux études d’histoire de droit écrit, Thèse de droit, Université de Montpellier, 1956, livre III : « Aspects successoraux du droit matrimonial », p. 473-564 et R. Aubenas, Cours d’histoire du droit privé, Anciens pays de droit écrit, Aix-en-Provence, La pensée universitaire, 1954 pour le tome 2 : « Aspects du mariage et du droit des gens mariés ».

54 J. Hilaire, Les régimes..., p. 473-564, R. Aubenas, Cours d’histoire..., t. 2, p. 39-52 et L. de Charrin, Les testaments dans la région de Montpellier au Moyen Âge, Ambilly, Les presses de Savoie, 1961, p. 81-84.

55 Le texte suivant est rayé : « Dona Catarina, molher que fonc de senhor Ramon Sancho, sa filha et son marit Peyre Frican, per lur moble per cent et setanta ll si que [ainsi] monta moble et heritages tres cens sinquanta ll. Item lan mccccix a xxviii doctobre totz los sieys senhors cossols ordoneron que non paguesson per lur moble mays per cent setanta ll attendut de grans deutes que an paguat e que an jurat que non val aquo. En que resta moble et heretages per tres cens sinquanta ll. » AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 101v.

56 « Item lan mil ccccxj a xvj dezembre lo senhors [...] cossols li an mes son moble a dos cens et detz e set ll punt volent et consenten Johan Dyonisi son frayre si que monta moble et heretages a tres cens et vint e sieys lievras contat P. Frican », Ibid.

57 AMM, Joffre 252, Saint-Paul, 1435, fol. 56v.

58 AMM, Joffre 252, Saint-Paul, 1435, fol. 199.

59 AMM, Joffre 257, Saint-Mathieu, 1447, fol. 7.

60 K. Reyerson, « Patterns of Population Attraction and Mobility : the Case of Montpellier 1293-1348 », Viator, 10 (1979), p. 257-281 et A.-C. Marin, « L’immigration à Montpellier au XVe siècle d’après les registres d’habitanage (1422-1442) », Actes du 110e Congrès national des sociétés savantes, t. 2, Recherches sur l’histoire de Montpellier et du Languedoc. Section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, CTHS, 1985, p. 99-123. K. Reyerson esquisse aussi une étude de l’émigration.

61 AMM, Joffre 250, Sainte-Anne, 1435, fol. 134.

62 AMM, Joffre 257, Saint-Mathieu, 1447, fol. 34v.

63 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 24v.

64 65 francs qui annulent le meuble.

65 Il déclare 540 livres. AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 23.

66 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 18v. Il est nommé ici Esteve Costa.

67 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 19v.

68 « Un hostal en que esta ».

69 Pour un premier bilan, voir A. Guerreau-Jalabert, « Sur les structures de parenté dans l'Europe médiévale », Annales E. S. C., 36-6 (1981), p. 1028-1049.

70 M. Bourin et P. Chareille, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, P. U. de Tours, 5 volumes publiés entre 1989 et 2002. Voir aussi, par exemple, P. Beck, « Anthroponymie et comportements démographiques : les “cherches de feux” bourguignonnes des XIVe et XVe siècles », Annales E. S. C., 38-6 (1983), p. 1336-1345.

71 Par exemple : A. Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen-Âge, 110 (1998), p. 137-157 et Ch. Klapisch-Zuber, « Les faux-semblants de l'identité. Noms de lignée, noms cachés, noms-refuges à Florence au XIVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen-Âge, 110 (1998), p. 159-172.

72 C’est le cas de l’article de Caroline Jeanne qui s’intéresse aux rôles de taille, entre autres sources. « “Je suis vesve, seulete et noir vestue” : Constructions et stratégies identitaires des veuves parisiennes à la fin du Moyen Âge », Hypothèses (2006), p. 191-201. Pour un état de l’histoire du genre : O. Hubert, « Féminin/masculin : l’histoire du genre », Revue d’Histoire de l’Amérique Française, 57-4 (2004), p. 473-479. Voir aussi P. Stafford et A. Mulder-Bakker (dir.), Gendering the Middle Ages, (numéro spécial de la revue Gender and History), Oxford, Blackwell, 2000.

73 B. M. Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge, individuation et individualisation avant la modernité, Paris, Aubier, 2005, p. 25.

74 Statistiques réalisées à partir du dépouillement systématique des 39 registres médiévaux, entre 1380 et 1480. AMM, Joffre 239 à 274 et Joffre 280.

75 Les registres dressés en 1446 et 1447 ont donné lieu à une grande réfection, en 1448, devant la colère des habitants qui les trouvaient injustes. Voir A.-C. Marin-Rambier, Montpellier à la fin du Moyen Âge..., p. 35.

76 Voir la synthèse d’A. Rigaudière, « Les origines médiévales de l’impôt sur la fortune », dans Ph. Contamine, J. Kerhervé et A. Rigaudière (dir.), L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public... t. 1, p. 227-287

77 La part restante est constituée majoritairement par les estimations d’héritiers (qui renvoient à des successions en cours de liquidation) dont le sexe est non identifié car la formule est « manifest dels heretiers de … ».

78 Parce que les femmes estimées sont plus nombreuses.

79 Il s’agit ici d’un échantillon de 26 registres sur 39.

80 La correspondance au sujet des feux et de la taille est contenue dans le Grand Chartrier. AMM, Grand Chartrier, Armoire D, cassette 14, Louvet 1725 à 1746. Voir aussi A. Gouron, « De l’impôt communal à l’impôt royal. Le cas de Montpellier », dans D. Menjot et alii (dir.), L’impôt dans les villes de l’Occident..., p. 291-304.

81 AMM, Joffre 249, Saint-Firmin, 1435, fol. 31 (deux manifestes), 62v, 72, 85v, 97v, 104v, 105, 129v, 132v. En foliotation médiévale.

82 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, f ol. 4v, 5v, 50, 55v, 65v, 82v, 85, 87, 87v, 93v, 94, 95v, 96v, 98v, 109, 115v (deux manifestes).

83 Sh. Farmer, Surviving Poverty in Medieval Paris. Gender, Ideology, and the Daily Lives of the Poor, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2002, p. 118.

84 C. Bourlet, « L’anthroponymie à Paris à la fin du XIIIe siècle d’après les rôles de la taille du règne de Philippe Le Bel », dans M. Bourin et P. Chareille (éd.), Genèse médiévale de..., t. II-2, 1992, p. 9-44.

85 Ibid., p. 29.

86 C. Beattie, « The Problem of Woman’s Work Identities in Post Black Death England », dans J. Bothwell, J. Godberg et M. Omrod (éd.), The Problem of Labour in Fourteenth-Century England, York, York Medieval Press, 2000, p. 1-19. Pour les statistiques voir le tableau p. 5.

87 Sh. Farmer, Surviving Poverty in Medieval Paris..., p. 39-40.

88 « molher que fonc de » ne peut se traduire que maladroitement par « épouse qui était celle de ». Pour alléger la lecture l’expression a été traduite par « de feu ». AMM, Joffre 239, Saint-Firmin, 1404, fol. 103v.

89 AMM, Joffre 257, Saint-Mathieu, 1447, fol. 192v.

90 AMM, Joffre 240, Saint-Jacques, 1380, fol. 75.

91 AMM, Joffre 252, Saint-Paul, 1435, fol. 9v.

92 Fille ou fils – ici une fille - du premier lit de l’épouse, en occitan « filhastre ».

93 AMM, Joffre 240, Saint-Jacques, 1380, fol. 73v.

94 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 44v.

95 AMM, Joffre 255, Saint-Paul, 1446, fol. 179v.

96 AMM, Joffre 250, Sainte-Anne, 1435, fol. 27.

97 AMM, Joffre 239, Saint-Firmin, 1404, fol. 96v et 123v.

98 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 21.

99 Ibid., fol. 44.

100 Sh. Farmer, Surviving Poverty..., p. 39-43.

101 A. Porteau-Bitker, et A. Talazac-Laurent, « La renommée dans le droit pénal laïque du XIIIe au XVe siècle », Médiévales, 24 (1993), p. 67-80 et C. Gauvard, « Honneur de femme et femme d’honneur en France à la fin du Moyen Âge », Francia, 28-1 (2001), p. 159-191.

102 AMM, Joffre 241, Sainte-Croix, 1380, fol. 7 ; Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 8, 107 et 109 ; Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 6, 129 et 151.

103 AMM, Joffre 245, Faubourgs, 1417, Saint-Firmin, fol. 27v.

104 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 62v.

105 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 58v pour Sezelia, Joffre 257 bis, Saint-Firmin, 1448, fol. 194.

106 « impotent », « despoderat » ou « decrepitat ».

107 AMM, Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 37.

108 AMM, Joffre 251, Sainte-Croix, 1435, fol. 62v.

109 AMM, Joffre 257 bis, Saint-Firmin, 1448, fol. 194.

110 AMM Joffre 243, Sainte-Croix, 1404, fol. 51. Il était estimé en 1404 pour 954 livres dont 800 de meubles.

111 Il est estimé pour 33 livres. AMM, Sainte-Croix, 1435, fol. 107v.

112 Voir M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, une étude sociale, Paris, Hachette, 1978 ; B. Geremek, La potence ou la pitié : l’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987.

113 Sur les femmes pauvres voir N. Gonthier, Lyon et ses pauvres au Moyen Âge (1350-1500), Lyon, L’Hermès, 1978, p. 51-67. Sur les Parisiennes, Sh. Farmer Surviving Poverty.... Selon les estimations de Daniel Le Blévec, 65 % des aumônes des bayles de la Fusterie d’Avignon s’adressent à des femmes. D. Le Blévec, La part du pauvre : l'assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIe siècle au milieu du XVe siècle, Rome, École française de Rome, 2000, t. 1, p. 277.

114 « C’est en fait une réalité sociale très contrastée qui se cache sous l’expression générale de “pauvres du Christ”. La clientèle des établissements charitables du Moyen Âge est diverse. » Daniel Le Blévec, La Part du pauvre..., t. 2, p. 771.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Laumonier, « Les compoix montpelliérains : approche qualitative des archives fiscales médiévales », Memini, 14 | 2010, 96-110.

Référence électronique

Lucie Laumonier, « Les compoix montpelliérains : approche qualitative des archives fiscales médiévales », Memini [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://memini.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Lucie Laumonier

Université de Sherbrooke-Université Montpellier 3

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org