Navigation – Plan du site

Rites « hérétiques » et mise en forme de l’écrit au sein d’un registre inquisitorial albigeois (Lat. 11847)

Jean-Philippe Marcoux-Fortier
p. 61-95

Entrées d'index

Mots-clés :

Cathare, hérétiques
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour cette partie, nous nous sommes inspiré des ouvrages suivants : J. Théry « L’évêque d’Albi Ber (...)

1Le conflit urbain qui sévit à Albi (Tarn) au cours du dernier quart du XIIIe siècle entre l’évêque du lieu, Bernard de Castanet (1276-1308), et de nombreux bourgeois de la ville ne constituait pas un événement isolé au sein de la trame des tensions urbaines de cette partie du Moyen Âge. Cependant, les procès d’Inquisition pour hérésie qui en découlèrent, en 1286-1287 et 1299-13001, initiés par le prélat et menant à la décapitation de l’oligarchie albigeoise, font foi des recours extrêmes d’un évêque contre ses opposants. Ces démarches inquisitoriales, qui sont indissociables d’une escalade du conflit entre Bernard de Castanet et les bourgeois d’Albi, certes sensibles pour certains à des pratiques religieuses dissidentes, permirent au prélat de bénéficier des méthodes développées par les inquisiteurs. Parmi celles-ci, comme nous le verrons dans l’étude du document lié aux procédures de 1299-1300, l’organisation des registres, archives constituant la véritable mémoire de l’Inquisition, offrait de grands avantages à la constitution de preuves contre les suspects, tout comme à la construction d’une « réalité » hérétique.

Du conflit urbain aux tribunaux d’exception

2Depuis 1240, une grande « tolérance épiscopale » régnait à Albi, certains témoignages affirmant que l’hérésie y prospérait sans qu’aucune procédure inquisitoriale n’ait été suscitée par les prédécesseurs de Bernard de Castanet. Fortement ancrés dans les intérêts locaux, ce siège épiscopal offrant à la fois la seigneurie cléricale et temporelle de cette cité, les précédents évêques n’avaient aucun avantage à persécuter certains de leurs diocésains qui faisaient partie de la plus haute oligarchie de la cité. Conscient de cette situation et voulant y remédier, le pape Innocent V profita de la vacance du siège pour y nommer en 1276 un prélat étranger à la société albigeoise qui saurait mettre fin au laxisme. Bernard de Castanet fut choisi pour son indéfectible loyauté à la cause romaine et à ses talents de juriste. Il avait déjà fait ses preuves en tant que légat en Lombardie et en Rhénanie, résolvant par le droit et la répression de délicates oppositions. Réputé homme à poigne, il était perçu comme apte à reprendre en main le diocèse dissident d’Albi. Ne se faisant aucune illusion sur l’accueil que ses diocésains lui feraient, il s’imposa d’emblée en réformateur inflexible.

3En tant que seigneur spirituel de la cité, le prélat lança une grande entreprise de récupération des biens d’Église, ce qui fit rapidement du diocèse d’Albi l’un des plus riches de France, aux dépens de nombreux laïcs qui s’étaient appropriés ces bénéfices. Il resserra également son emprise sur le chapitre cathédral tout en appliquant une pastorale rigoureuse visant à stigmatiser certains de ses paroissiens les plus influents, notamment les membres de la classe marchande, par la condamnation intransigeante de l’usure et du prêt à intérêt. De plus, il déclara contre-nature toute pratique sexuelle ne menant pas à la procréation, le contrôle des naissances que pratiquait la bourgeoisie devenant un crime spirituel ouvertement décrié. L’ensemble de ces interdits, sous-tendus par la menace constante de l’excommunication, rendit intolérable pour plusieurs Albigeois l’épiscopat de Bernard de Castanet, et ce parmi les membres les plus riches du diocèse.

4S’ajoutèrent à ces tensions les mesures exercées par le prélat en tant que seigneur temporel d’Albi, où il prôna un durcissement de l’application de la justice séculière. L’évêque semble avoir préconisé une application stricte des peines, sans égard aux circonstances atténuantes et aux appels des familles des inculpés, et serait intervenu personnellement dans certains cas afin d’aggraver les châtiments, parfois sanctionnés de la peine de mort. Ces mesures « terroristes », qui bouleversaient drastiquement l’équilibre en place depuis des décennies, avaient pour but de fléchir toute opposition face à un évêque qui détenait quasiment tous les ressorts du gouvernement urbain. L’ensemble des habitants du diocèse étaient désormais affectés par ces démonstrations de force. La peur de l’excommunication et de la mort sans sacrement était ainsi généralisée, alors que toute tolérance face aux non repentis était exclue. Les dépouilles de ceux-ci, ne pouvant être acceptées en terre d’Église, constituèrent de sinistres témoignages de l’intransigeance du prélat.

5Cette politique de la terreur avait permis à Bernard de Castanet de constituer une véritable théocratie épiscopale où il avait imposé à l’échelle locale les principes de la plenitudo potestatis, théorisée par les papes du XIIIe siècle dans leur quête du dominium mundi. Cependant, l’oligarchie albigeoise lui offrit une résistance acharnée et mobilisa toutes les ressources juridiques disponibles afin de contrecarrer les plans de l’évêque, ce qui mena à une radicalisation du conflit.

  • 2 J. Théry, « L’évêque d’Albi Bernard de Castanet... », p. 81.

6Face aux réticences de certains notables de la ville qui s’étaient organisés contre leur prélat, ce dernier profita de sa proximité avec les Frères prêcheurs pour se rapprocher de l’inquisiteur dominicain Jean Galand. Inquisiteur de Carcassonne, celui-ci s’était réfugié chez Bernard de Castanet en 1285 lorsqu’il avait été chassé par un puissant mouvement anti-inquisitorial d’origine communale. Lors de son exil albigeois, Jean Galand mena des procédures de représailles contre les bourgeois carcassonnais, ce qui permit à l’évêque de se familiariser avec la procédure inquisitoriale et de repérer les relations de certains de ses diocésains avec les insurgés. Quatre mois plus tard, fort de l’expérience héritée de l’inquisiteur dominicain, Bernard de Castanet passait à l’offensive dans sa propre cité dès le 18 janvier 12862.

  • 3 J.-L. Biget, « Les cathares devant les inquisiteurs en Languedoc », Revue du Tarn, 146 (été 1992), (...)
  • 4 J. Théry, « L’évêque d’Albi Bernard de Castanet... », p. 82.

7Cette longue procédure voyait Jean Galand présider à la majorité des interrogatoires, assisté généralement de l’évêque en tant que vice-inquisiteur. Les assesseurs étaient composés de Frères prêcheurs d’Albi et parfois des curés des paroisses d’où provenaient les accusés3. Bernard de Castanet, désormais au courant des liens qu’entretenaient certains membres de l’oligarchie albigeoise avec la dissidence religieuse, utilisa la procédure inquisitoriale afin d’asseoir son pouvoir épiscopal, faisant de ce type de tribunal un prolongement de sa politique de la terreur. Par ce type de procédure, le prélat parvint à inculper directement quelques-uns de ses opposants dont les liens hétérodoxes étaient mis au jour. Mais plus encore, par la constitution de registres où furent enregistrées des dénonciations contre un bien plus grand nombre de diocésains, le tribunal faisait planer sur cette population une formidable menace4. Les interrogatoires s’étant déroulés à huis clos, tout opposant pouvait redouter d’être interpelé.

  • 5 J.-L. Biget, « Un procès d’Inquisition à Albi en 1300 », Cahiers de Fanjeaux, 6 (1971), p. 282.
  • 6 J. Théry, « L’évêque et la ville... », p. 248.

8Au cours de cette procédure qui dura plus d’une année et demie, du 18 janvier 1286 au 19 septembre 1287, 11 déposants furent entendus lors de 64 comparutions. Cependant, ce fut 406 habitants du diocèse et des régions attenantes qui furent mentionnés5. Ce premier procès constitua ainsi, par-delà sa dizaine d’inculpations, un large dossier, incarné par le registre inquisitorial, au sein duquel l’évêque possédait les preuves du lien avec l’hérésie d’un grand nombre de ses ouailles, qu’il pourrait utiliser ensuite à son gré. Il le fit notamment à l’égard de quelques Albigeois, tel le marchand Jean de Castanet dont les biens furent saisis en 1293 et qui mourut sous la torture à la suite de son arrestation6.

  • 7 Ibid., p. 250.
  • 8 J.-L. Biget, « Un procès d’Inquisition à Albi... », p. 283-292.

9Or, la réelle mise à exécution de cette menace fut l’enclenchement de la procédure de 1299-1300, menée par Nicolas d’Abbeville, Bertrand de Clermont et Bernard de Castanet. Si la première procédure regroupait plus d’un an et demi de longues déclarations où chaque témoin était minutieusement interrogé à de multiples reprises, celle qui s’échelonna du 2 décembre 1299 au 30 mars 1300 donna davantage l’impression de l’élimination rapide d’un grand nombre d’individus au sein de l’oligarchie albigeoise. Depuis 1297, la juridiction épiscopale de Bernard de Castanet était sérieusement mise en échec par les appels qu’effectuaient les habitants d’Albi auprès de la justice royale, incarnée par le bailli. La neutralisation de la justice de l’évêque était si efficace qu’il décida de frapper avec célérité ses opposants à l’aide de cette seconde procédure7. Trente-cinq prévenus, dont vingt-cinq Albigeois, témoignèrent ainsi lors des quatre mois de la procédure au sein de 61 comparutions. La rapidité du procès, la brièveté des dépositions et la soumission évidente de certains prévenus à la torture propose un caractère bien différent du procès de 1286-12878. Cette seconde procédure mena à la constitution d’un second registre que nous connaissons aujourd’hui sous la forme d’une copie médiévale.

Le registre médiéval des procédures de 1299-1300 : le Lat. 11847 de la BnF

  • 9 J. B. Given, Inquisition and Medieval Society. Power, Discipline and Resistance in Languedoc, Ithac (...)
  • 10 C. Douais, « III. Interrogatoires de Bernard de Castanet, évêque d’Albi, de Nicolas d’Abbeville et (...)
  • 11 Ibid., p. 32-33.
  • 12 G. W. Davis, The Inquisition at Albi 1299-1300. Text of Register and Analysis, New York, Columbia U (...)

10Compte rendu de l’enquête d’inquisition pour hérésie de 1299-1300, ce registre est le résultat de plusieurs étapes d’élaboration. Tout d’abord, une première version, nommée protocole, fut notée par un notaire lors de la procédure à partir des déclarations en langue vernaculaire des déposants. On ne notait pas l’ensemble des déclarations alors que le notaire jugeait ce qui était pertinent à l’enquête et retranchait ce qui lui paraissait superflu, utilisant un vocabulaire et des formules qui étaient propres à la pratique inquisitoriale. Ultérieurement, cette première version fut traduite en latin sur une copie plus soignée, ajoutant retraits et apparat protocolaire. Ce résultat, selon la procédure en vigueur à l’époque, était transmis oralement aux témoins afin d’obtenir approbation ou modification, le notaire traduisant l’écrit aux déposants en vernaculaire. Ceux-ci pouvaient éventuellement en modifier le contenu avant de reconnaître le document comme représentatif de leurs déclarations. Finalement, on recopia cet écrit sur parchemin pour les archives, moyennant réorganisation, cet état final constituant ce qui nous est parvenu9. Il semble d’après les procédures ajoutées jusque vingt ans après le début de ce procès que ce dernier document ait été élaboré après 1319. En fait, selon les recherches de Célestin Douais10, il semble que le manuscrit latin 11847 de la Bibliothèque nationale de France ait été une copie d’un premier document, connu sous le nom de manuscrit du château de Merville, qui aurait appartenu à Bernard de Castanet. Un coup d’œil aux quelques fac-similés qui accompagnent l’étude de Douais indique que ce premier document possédait l’organisation et la mise en forme du Lat. 11847 et était ainsi, dès la première année du XIVe siècle, constitué en document d’archives. Son transfert en 1319 à Bernard Gui, inquisiteur de Toulouse, suite à la mort de l’évêque11, pourrait avoir suscité la copie qui constituerait le document que nous étudions, auquel furent ajoutés des feuillets supplémentaires concernant des comparutions de 1303 et de 1319. Tout ce que l’on sait par la suite de l'histoire du manuscrit est qu’il appartint à l’évêque de Metz, qui le légua au monastère de Saint-Germain-des-Prés en 173212. Nous imaginons que de là cette version fut transférée aux Archives nationales après la Révolution.

  • 13 Il s’agit d’un titre que nous avons donné à cette table, laquelle ne possède aucun titre original.
  • 14 G. W. Davis, The Inquisition at Albi..., p. 92-93.

11Le manuscrit Lat. 11847 de la BnF est un parchemin de 54 folios, d’une dimension de 305 mm par 217 mm, affichant une écriture cursive claire du début du XIVe siècle de couleur brune. Les sept premiers folios présentent une « table des individus contre lesquels les déposants témoignèrent13 » (voir illustration A pour un extrait). On trouve au verso du septième folio une table des déposants (voir illustration D). Les 48 folios suivants, numérotés de I à XLVIII, ainsi qu’un quarante-neuvième folio recto non numéroté accueillent les dépositions des témoins réalisées majoritairement en 1299-1300, puis en 1303 et 131914 (voir illustration F pour un extrait). Les déclarations d’un même témoin sont datées et présentées immédiatement l’une après l’autre en ordre chronologique sous le nom du déposant. Les noms des inquisiteurs présents apparaissent au début de chaque première déposition du témoin, alors que ceux des clercs subordonnés se trouvent à la fin de la dernière déposition du déposant. On ne possède que les réponses, les questions posées étant parfois sous-entendues mais jamais formulées. Les dépositions sont parsemées de déclarations liées à l’attestation et à la description de rites hérétiques, une participation à ceux-ci constituant les principales preuves d’appartenance à la dissidence. L’organisation visuelle de l’écrit au sein des registres présente toute l’emphase mise sur ces éléments du contenu.

Des outils livresques au service de la procédure

  • 15 À ce sujet nous nous sommes basé sur le chapitre de J. B. Given « The Technology of Documentation » (...)

12Lors du développement de l’Inquisition pontificale au début du second tiers du XIIIe siècle, la place croissante que prenait l’écrit au sein des diverses sphères du monde médiéval et les techniques qui en découlèrent furent habilement mises à profit par les clercs de ces tribunaux, les procédures d’Albi n’y faisant pas exception. Formés au sein d’universités et d’écoles épiscopales ou monastiques, les membres du personnel inquisitorial avaient pu bénéficier au cours de leur apprentissage de la généralisation du médium écrit et des nouveaux outils et utilisations livresques, fruits de la méthode scolastique15. Parmi ces innovations furent développés des procédés qui permettaient de mieux commenter, repérer et mettre en valeur l’information contenue au sein des manuscrits. Foliotation, paragraphes, tables des matières, index et notes marginales devinrent d’importants outils de lecture qui prirent désormais place au sein de ces archives judiciaires.

  • 16 J.-L. Biget, « Origines et développements de l’Inquisition en Languedoc (1229-1329) », Revue du Gév (...)
  • 17 J.-L. Biget, Hérésie et inquisition..., p. 188.

13Les perspectives que ces instruments fournissaient au traitement des procès inquisitoriaux firent exploser les possibilités de gestion des données, tout comme leur compréhension et accessibilité. Jean-Louis Biget y voit « pour l’époque une révolution analogue à celle que peut constituer aujourd’hui l’informatique16 ». Ces éléments permettaient le repérage et recoupement rapide et précis d’extraits de témoignages, augmentant la capacité de réactivité des juges lors des interrogatoires et par là même la crainte infligée aux déposants à l’occasion des procédures. Les prévenus vivaient ainsi constamment avec la peur qu’un méfait rapporté contre eux, même des années auparavant, soit ramené à l’avant-scène grâce à l’utilisation de ces archives, véritable mémoire de l’Inquisition17. Bien que les notaires inquisitoriaux, en raison de la nature mouvante de l’hérésie et du caractère propre aux registres, ne fissent pas un usage de ces outils aussi complexe que les théologiens scolastiques, ils n’utilisèrent pas moins ces procédés d’une manière redoutable dans l’exercice de leurs prérogatives.

14Ceux-ci prennent souvent une place prépondérante dans le champ visuel du manuscrit qui nous intéresse. Nous croyons que, par ces particularités de leur mise en forme de l’écrit, le registre propose un univers désignatif qui oriente l’appréhension du document et attribue un poids symbolique accru à certains passages, au sein desquels se situent en partie les descriptions de rites dissidents. En offrant ainsi une plus haute visibilité à certains extraits liés aux rites, ils augmentent également leur lisibilité, leur conférant implicitement une importance élevée.

  • 18 Voir à ce sujet l’analyse particulièrement éclairante d’un acte royal dans J. Morsel, L’aristocrati (...)
  • 19 J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scri (...)

15Notre étude sur la mise en forme de l’écrit passe par les cadres de réflexion que propose Joseph Morsel, lequel affirme que la distinction entre visibilité et lisibilité de l’écrit, ou différence entre ce que nous qualifierions de texte et d’image, n’existait pas en tant que dichotomie au Moyen Âge. À peine les médiévaux faisaient-ils une distinction entre les deux, mais sans les opposer, appréhendant ces aspects d’une manière complémentaire. L’immixtion fréquente d’écrits au sein des représentations figurées de cette époque ou l’omniprésence de motifs et d’images au sein de manuscrits sont de bons exemples de l’indissociation de ces éléments, l’un et l’autre permettant de « guider [l’]appréhension du contenu ». La dissociation texte / image, qui fait partie de notre intelligibilité actuelle, ne prit réellement d’importance qu’à partir de la mise en place de l’espace plastique de la « Renaissance », aux XVe et XVIe siècles18. Dans cette optique, nous tenterons d’analyser le registre selon l’intelligibilité médiévale, sans dissocier mise en forme et contenu de l’écrit. Au sein d’une tentative d’étude de la scripturalité médiévale, Joseph Morsel proposa notamment d’approcher les chartes comme des « objets graphiques », adoptant une position à l’opposée de la médiévistique traditionnelle qui a trop longtemps considéré les manuscrits comme des « textes », coupés de leur contexte matériel19. Nous tenterons également de suivre cette proposition de ce chercheur.

16Au sein du manuscrit que nous étudions des annotations et soulignements modernes furent ajoutés aux annotations médiévales, attribuables à des érudits de la fin du XVIe siècle. Nous exclurons ceux-ci de notre analyse, alors que nous nous appliquons à comprendre la dynamique originelle du registre. Suivant la logique de consultation du document, nous évoluerons donc progressivement au sein de la mise en forme du manuscrit en étudiant d’abord ses tables, pour ensuite aborder l’organisation de l’écrit des dépositions et finalement la dynamique des annotations marginales.

Les tables comme outils de construction
de la communauté hérétique

17Parmi les outils mentionnés précédemment, les tables qui précèdent les dépositions au sein du registre construisent un discours complémentaire à ces dernières, traçant une image d’ensemble des individus qui peuplent les témoignages. Nous verrons leur aspect et fonctionnement supposé avant de nous concentrer sur des annotations étiquetant certains individus.

Des outils précédant l’écrit : mise en forme d’une projection

  • 20 Foliotation moderne. La foliotation médiévale, en chiffres romains, n’apparaît qu’à partir de la pr (...)

18Débutant le manuscrit, bien que constituée à partir des dépositions, on observe une « table de tous les individus contre lesquels les déposants témoignèrent » (table A) qui se situe aux folios 1r à 7r20 (voir illustration A pour un extrait). Cette première table semble avoir permis de connaître rapidement le nom des personnes mentionnées au sein des témoignages de tel ou tel déposant, créant une image schématique de ces mentions. Cet outil devait donc faciliter d’éventuels recoupements, particulièrement utiles à la confrontation des témoignages. Ce fichier inquisitorial ainsi créé participait au contrôle de populations considérées suspectes dont l’existence est objectivée par l’écrit. Bien que ces fonctions semblent indéniables, nous estimons également que ce tableau crée dans une certaines mesure une image communautaire de l’hérésie à laquelle nous nous attarderons.

  • 21 « [nom du déposant] témoigna contre ceux-ci »
  • 22 Certaines exceptions sont toutefois présentes. En fait, le questionnaire inquisitorial privilégiait (...)

19Au sein de chaque folio, les noms sont disposés en deux colonnes justifiées à gauche et regroupés par sections correspondant à chaque déposant selon son ordre d’apparition dans le registre (voir illustration A pour la description subséquente). Chaque section débute par un titre en gros caractères, réalisé selon la formule « [nom du déposant] deponit contra istos21 ». Lorsqu’une liste occupe deux pages se faisant face, l’en-tête présente la formulation originelle s’étirant sur les deux folios. Chaque section est répartie en sous-sections topographiques répartissant les individus selon leur lieu de résidence, annoncé par un sous-titre en gros caractères, sans que ces lieux soient présentés en ordre alphabétique. Les noms des individus prennent place dans leur ordre d’apparition au sein des dépositions22, confirmant une constitution des tables à partir de la lecture des registres, alors qu’aucun ordre alphabétique n’y est décelable. Les titres et sous-titres sont tous soulignés et précédés d’un pied-de-mouche.

20De nombreuses traces de réglures témoignent de la constitution ordonnée de l’environnement écrit, alors que se distingue une organisation claire et espacée. Les titres et sous-titres, aisément repérables par leurs caractères plus gros, et plus encore par les soulignements et pieds-de- mouche, permettent un repérage rapide, alors que les noms se consultent aisément, chacun se présentant sur une ligne différente. Cette disposition en deux colonnes crée des espaces marginaux dans lesquels prennent place des annotations que nous analyserons plus loin.

  • 23 J. B. Given, Inquisition and Medieval Society..., p. 38.

21Les données toponymiques semblent fondamentales dans le repérage des individus, le lieu de résidence étant un élément auquel les inquisiteurs semblaient accorder une attention particulière, comme nous le verrons également plus loin dans la présentation des dépositions. James B. Given a fait valoir comment ce rattachement au lieu de résidence, que l’on pourrait croire facilement invalidé par le déménagement d’un témoin, était en fait une notion très persistante au sein de l’identité de chaque individu au Moyen Âge, à une époque où sociabilité, habitudes de vie et manières de s’exprimer étaient très spécifiques à l’échelle locale23. L’homme médiéval est avant tout le membre d’une communauté d’habitants, facteur essentiel de son état.

22Aucune spécification n’est toutefois réalisée afin de souligner à quelle date ou au sein de quel folio le nom d’un individu a été mentionné. Cette caractéristique nous propose que si cette table constitue un outil de recoupement de témoignages, d’une efficacité relative, elle n’en constitue pas moins une image de la communauté dissidente. Les individus qui y apparaissent ayant tous un lien avec les déposants, considérés comme suspects, cette liste propose une cartographie de la communauté hérétique, les sous-titres toponymiques précisant la répartition géographique de ses membres. Cette capacité de représentation semble évidente, bien que son utilité à la confrontation de témoignages demeure indéniable.

23En plus d’être associés à un lieu géographique, les noms sont parfois accompagnés de spécificités, lesquelles servent à associer un individu à un statut socioprofessionnel ou à établir des liens familiaux entre les personnes. Ces éléments sont dépendants des informations fournies lors des témoignages, la table n’étant qu’une image des dépositions. On retrouve généralement le titre des personnes mentionnées ayant égard à leur rang, tel magister ou dominus, devant leur nom. Leur métier ou leur fonction apparaissent toujours après leur nom, alors qu’une seconde ligne est parfois utilisée afin de compléter l’information sans briser l’agencement de la colonne. Ce type de spécificité n’est généralement fourni que pour les individus d’extraction sociale plus élevée (seigneur, chevalier, officier royal, clerc, etc.). Ces caractéristiques anthroponymiques sont à l’image de la distinction sociale de ces individus au sein de la population du diocèse, alors que d’autres types de spécificité sont réservés aux gens du commun. Sont attribuées à ces derniers des désignations socio-professionnelles ou familiales moins prestigieuses qui suivent les informations contenues dans les dépositions. Cependant, la majorité des noms ne possèdent pas de telles spécificités.

  • 24 J. B. Given, Inquisition and Medieval Society..., p. 38.

24De nombreuses désignations concernent les liens de parenté : uxor eius, fratres, sororius, gener, nepotes, etc. Si certains liens sont plus complexes et nécessitent davantage de précisions, telle la mention de personnes dont on ne connaît pas le nom mais uniquement la filiation, jusqu’à deux lignes supplémentaires sont utilisées pour préciser ce lien sans causer d’accroc à la disposition générale en colonne. Or, comme les membres d’une même famille apparaissent souvent les uns à la suite des autres au sein des dépositions, leurs noms se retrouvent dans le même ordre au sein des tables, évitant des périphrases complexes. Cela souligne par ailleurs le rôle structurant des relations familiales de la communauté médiévale, et donc dans la communauté dissidente dont la recherche, et la reconstitution, est l’objectif des inquisiteurs24. Si l’expression de la majorité des liens familiaux est insérée dans les colonnes, on trouve certaines mentions en marge centrale ou interne des folios, sous la forme d’annotations reliées par des traits aux individus concernés (voir illustration B). Ces indications marginales entourent d’un caractère particulier les relations qui unissent ces noms et semblent indiquer avec quelle importance le personnel inquisitorial considérait ces liens. Nous n’avons recensé qu’une seule occurrence de ce procédé visuel pour une catégorie socioprofessionnelle, celle de notarii (voir illustration C). Il n’est pas rare que l’on trouve au sein de ces listes des prénoms sans autre précision. De même, certaines personnes sont mentionnées sans nom, désignées simplement comme fils de, fille de, épouse de, ou par un autre lien social ou familial.

25La table A est suivie au septième folio verso d’une table des déposants (table B), dans laquelle les noms sont répartis sur deux colonnes justifiées à gauche et à droite, chacun étant précédé d’un pied-de-mouche (voir illustration D pour la description subséquente). Classés en sous-sections de lieu de résidence, les sous-titres étant eux-mêmes soulignés et précédés de pieds-de-mouche, ces noms sont suivis du numéro de folio où débute leur première déposition ; une ligne horizontale relie le nom et le numéro de folio. Clair et simple, cet outil permet de se rendre rapidement aux dépositions d’un déposant voulu. La foliotation originale en chiffres romains débute au cahier suivant, à la première page des dépositions.

  • 25 Lat. 11847, fol. 7v: « Notandum quod in libro sentenciarum inquisitorum apud carcassonam scribitu (...)
  • 26 Lat. 11847, fol. 7v : « Item sciendum quod dictus guillermus desiderii fratrem habuit alium nomi (...)

26Sous cette table des déposants au même folio sont inscrites deux notes, débutant chacune par une initiale ornée et totalisant ensemble dix lignes. La première évoque la condamnation en 1276 de Uc de Condat, Ramon del Boc et Ramon Deydier, lesquels furent alors déclarés « hérétiques fugitifs »25. Ces deux derniers sont très souvent désignés au sein des dépositions comme les heretici ou boni homines qui officient aux rites et ne sont pas vus par l’Inquisition comme de simples croyants. La seconde note spécifie que Ramon Deydier (Ramundus desiderii), est désigné parfois au sein du registre sous le prénom de Guillermus et le nom de Godaylh. On souligne également sa mention au sein d’un autre registre concernant des confessions toulousaines26. Ces notes achèvent la représentation schématique des déposants, ce folio illustrant la communauté des témoins et les boni homines qu’ils côtoyèrent. Ramon del Boc et Ramon Deydier étant des acteurs importants du registre qu’il convient de désigner avec une certaine emphase, on les présenta à part de la table A où il n’en est pas fait mention.

27Ces outils possèdent à coup sûr une certaine utilité qui aurait permis de repérer certains passages au sein des registres, bien que, dans l’éventualité d’une telle consultation, l’efficacité de ces procédés fusse l’époque bien plus développée au sein des écrits des théologiens universitaires. Il nous semble toutefois que ces tables créaient également une image de la communauté hérétique à travers une objectivation du contenu des dépositions, faisant interagir les liens entre divers individus, leur statut socio-professionnel et leur désignation sociale tout comme leur appartenance à une localité. Cet ensemble permettait graphiquement de représenter la communauté dissidente tout en constituant son existence. Il nous semble donc que ce phénomène participe à la légitimation du contrôle de ces populations suspectes. Nous avons vu comment les liens familiaux possèdent une importance qui se traduit jusque dans leur traitement matériel. Nous verrons maintenant comment, de manière très semblable, certains individus sont désignés au sein de la table A comme étant « hérétiques » ou « hérétiqués », ayant subi certains rites.

Hereticatus : désignation visuelle d’hérésie

28Un autre type d’annotations marginales au sein de la table A possède un lien avec les rites dissidents. Il s’agit de mentions, trouvées en marge des noms, se déclinant sous les formules hereticatus ou hereticati au pluriel, que nous pourrions traduire littéralement par « hérétiqué(s) », c’est-à-dire ayant subi le rite de l’hereticatio. Celui-ci est décrit au sein des dépositions comme le rite faisant accéder le mourant à une plus grande inclusion à la dissidence, alors qu’à cette occasion deux « boni homines » ou « heretici », des individus présentés dans le registre comme officiant les rites dissidents, « reçoivent dans leur secte » le mourant, comme le propose la formule récurrente « receperunt in secta eorum ». Les « hérétiqués » devaient probablement être considérés comme pleinement hérétiques, à tout le moins de manière passive. De même, l’annotation heretici au sein de la table désignait des individus qui administraient de tels rites, tels Ramon del Boc ou Ramon Deydier, constituant les réels vecteurs de l’inclusion, activement hérétiques en quelque sorte. Dans les deux cas cependant, leur lien à l’hérésie semble avoir été assez fort pour asseoir un haut niveau de culpabilité. On trouve ces annotations en marge interne ou centrale, face au nom qu’elles qualifient, à l’intérieur d’un encadrement stylisé partiel, parfois lié au nom par un trait (voir illustration E). Ce système d’annotations marginales, particulièrement visibles, ressemble étrangement au système d’annotations en marge des dépositions, que nous étudierons en profondeur plus tard. Ce procédé formel donne une place importante à ce qui est qualifié d’état d’hérésie au sein de la table, et contribue ainsi à valider son existence dans la communauté en désignant certains individus au sein des listes de noms.

29Cette désignation des « hérétiqués » ne semble toutefois pas exhaustive, les personnes qui auraient pu être considérées comme telles selon les dépositions n’étant pas toutes ainsi désignées au sein de la table. Par ailleurs, le nombre d’annotations hereticatus au sein de la table A pour un individu n’est pas forcément lié au nombre de mentions d’un tel rite liées à sa personne selon les déclarations des témoins. Nous n’avons pas pu établir davantage de liens directs entre ces annotations de la table A et les annotations hereticatus en marge des dépositions que nous présenterons plus loin. Nous ne détaillerons d’ailleurs pas les diverses tentatives que nous avons réalisées afin d’établir des liens entre ces divers éléments, lesquelles seraient trop longues à décrire ici, d’autant qu’elles se sont révélées vaines.

30Nous ne comprenons pas totalement l’utilisation qui pouvait être faite de ces annotations. Probablement servaient-elles de repères à la confrontation de témoignages autour de ces rites. Or, il nous semble également que ces outils marginaux, liés indirectement aux rites d’hereticatio, soulignent par leur portée désignative une valeur accrue autour de ces individus au sein des tables. Les individus désignés ainsi font figure d’hérétiques qualifiés au sein de ces listes qui représentent graphiquement la communauté dissidente, pointant du doigt l’hérésie et attestant son existence. Nous constatons ainsi comment par cette haute visibilité de certains éléments on concède une connotation particulière à la lisibilité de ces tables. Voyons maintenant comment la mise en forme de l’écrit joue un rôle semblable au sein des dépositions.

Formes et rythmes des déposition

31Les éléments de la matérialité de l’écrit inhérents aux dépositions répartissent le contenu du manuscrit selon une logique propre qui joue un rôle fondamental dans l’orientation de la lecture et le repérage de certains éléments. Les 44 folios du manuscrit présentent des masses ordonnées de témoignages où se situe le cœur même des investigations de 1299-1300 (voir illustration F pour un extrait). Les contrastes obtenus entre les titres et en-têtes en gros caractères et le corps de l’écrit guident la lecture, alors que les paragraphes, compacts mais ordonnés, rythmés de pieds-de-mouche, laissent transparaître l’évolution des événements rapportés. L’ensemble de cette mise en forme obéit à une structure portante qui permet de mieux saisir l’importance de ce qui y est décrit.

De l’en-tête à la déposition

32Une grande constance transpire de l’organisation des dépositions du document. Certaines marques de réglures horizontales et verticales accompagnent en arrière-plan la conception d’un environnement régulier et séquencé (voir illustration F pour la description subséquente). On distingue un en-tête au haut de chaque page, constitué de caractères deux fois plus hauts que ceux du corps de l’écrit, précédé et suivi d’un trait ou de points, annonçant le nom du déposant dont il est question ainsi que son lieu d’habitation. Lorsque les déclarations d’un même déposant se poursuivent sur plusieurs folios, l’en-tête est réparti de manière espacée sur les deux pages se faisant face. Le lieu d’habitation est parfois élagué lorsqu’il s’agit de la dernière page concernant un déposant. Cependant, l’en-tête entier apparaît au moins une fois pour chaque déposant. C’est dire l’indissociation des noms et des lieux de résidence dans l’organisation du document.

33Le manuscrit inaugure les sections consacrées à un nouveau déposant par un titre, en caractères de même grandeur que ceux des en-têtes, constitué du nom et parfois du lieu de résidence du témoin (voir illustration G). Un changement de déposant n’inclut pas nécessairement un changement de folio si l’espace est suffisant, la séparation visuelle étant assurée par le titre. On retrouve également une initiale ornée monochrome, d’une hauteur de deux lignes, qui complète très clairement la transition. Ces initiales et espacements permettent de repérer sans ambiguïté la première ligne d’un témoignage où se trouve un élément circonstanciel d’importance : la date des premières comparutions des déposants, orientant le lecteur dans le temps après avoir fait le point sur l’identité et le lieu de résidence du témoin.

34Le début de la première déposition d’un déposant ainsi repéré, suit un protocole strict qui fournit des éléments complémentaires : le nom de l’évêque et de l’inquisiteur qui présidèrent à l’interrogatoire, parfois le lieu de comparution, la formule jurée devant l’assemblée, parfois la liste des témoins cléricaux. Ces éléments ne reviennent généralement pas avec autant de détails au sein des comparutions successives, et c’est pourquoi l’importance de la présentation visuelle du début de la première comparution d’un déposant, qui se distingue très nettement au sein des folios, annonce l’information contextuelle la plus précise autour d’une comparution pour ce témoin. C’est, en quelque sorte, la manière de marquer son entrée au sein de la procédure.

35Les diverses comparutions d’un même déposant sont séparées par un changement de ligne et une majuscule de taille légèrement supérieure à la normale (voir illustration H). La première ligne des comparutions débute parfois par un pied-de-mouche ou l’expression Post que, dont le P majuscule est aisément repérable. Ces changements formels au début de chaque comparution aident à repérer l’interrogatoire recherché au sein du corps de l’écrit, bien qu’un coup d’œil rapide ne soit pas toujours suffisant, plusieurs changements de paragraphe se retrouvant à l’intérieur d’une même comparution.

Un corps de l’écrit à rythme variable

36Le contenu des dépositions présente également des séparations qui rythment le corps de l’écrit et guident le repérage des informations. Le manuscrit ne présente pas de changement de ligne à l’intérieur d’une même comparution, sauf en ce qui concerne la liste finale des témoins ecclésiastiques qui apparaissent par ce procédé en léger retrait de l’interrogatoire auquel ils se rattachent (voir illustration I). C’est ainsi que ces listes de clercs, qui débutent toujours par la formule « [pied-de- mouche] Hec deposuit […] » dont le H majuscule en début de ligne appuie l’effet, sont aisément repérables et revêtent une certaine importance symbolique, peut-être comme traitement particulier réservé au personnel clérical. Elle est un indicateur matériel clair de la fin des comparutions.

37Si les changements de ligne au sein de ce manuscrit sont rares, on remarque cependant à l’intérieur des comparutions, et pas forcément en début de ligne, des pieds-de-mouche qui semblent marquer un changement dans le propos du déposant (voir illustration J pour la description subséquente). Ceux-ci apparaissent en fonction des informations contenues dans l’écrit et ne se présentent donc pas à intervalle régulier, certaines pages n’en possédant pas alors que d’autres en affichent trois ou quatre. Chaque fois, on voit que ce type de ponctuation sert à marquer une inflexion, voire une rupture, mais à des degrés et pour des situations très diverses. De nombreux pieds-de-mouche servent à marquer un changement temporel dans la narration du déposant, alors que le plus souvent ils sont suivis de phrases débutant par Post que ou Postmodum. Parfois un changement contextuel survient dans le récit sans que l’on précise une temporalité. Parfois l’action suit son cours sans changement de lieu ni de temps. Mais il semble qu’on ait voulu alors marquer tout de même un changement de rythme ou une dissociation de propos. Ces inflexions dans le rythme du récit sont très variables et parfois peu évidentes à interpréter. Certains pieds-de-mouche semblent marquer une pause lors de l’énonciation du récit du témoin pendant son interrogatoire, alors qu’ils sont suivis de phrases débutant par Post que predictus [nom du déposant] addidit ou Item dixit quod. Ces segments laissent penser que le déposant s’est arrêté de parler et qu’il reprend après un temps, peut-être suite à une incitation à détailler ses propos ou à des questions posées. Au début ou à la fin des dépositions, ces pieds-de-mouche peuvent servir de ponctuation séparant la déposition d’un passage plus protocolaire, comme le serment de vérité que le déposant prête en fin de comparution.

38Alors que ces éléments permettent de fragmenter l’information au sein du manuscrit, un emploi régulier ne semble pas s’en dégager. Au sein d’un corps de l’écrit compact, réparti en une seule colonne justifiée à gauche et à droite, ces éléments de ponctuation sont parfois les seuls qui créent un contraste au sein de la masse des caractères. Peut-être servaient-ils à la mise en relief de certaines informations ou de segments de témoignage, mais, comme nous l’avons vu, les pieds-de-mouche ne constituent pas des outils de repérage précis. Ils semblent simplement marquer un rythme et agissent visuellement pour rendre le récit moins opaque.

Une solution aux discontinuités : les renvois

39Un mot doit être dit au sujet des quelques renvois présents dans le manuscrit. Un peu comme la table des déposants qui renvoyaient à des folios, ils effectuent des liens entre diverses parties des registres, parfois très éloignées les unes des autres. Les symboles de renvoi sont des plus élaborés, toujours à la limite de ce que nous interpréterions comme des images.

  • 27 « Require addicduem aliani predicti Guilelmi de mauriano infra folio xlii. »
  • 28 « Transsumptum sint de prothocollo papiri parui volumnus quod nondum fuerat ingrossatum. »

40Nous relevons deux cas de renvoi faisant chacun le lien entre deux dépositions d’un même témoin, permettant d’intégrer des ajouts tardifs au manuscrit. Le premier renvoi s’observe au bas du folio VIIv, à la fin de la série de dépositions de Guilhem de Mauriano (voir illustration K pour la description subséquente). À la suite du dernier paragraphe, détaché de ce dernier par un léger espace et un débordement dans la marge de gauche, une phrase tenant sur une ligne indique que doit être ajouté aux dépositions un dernier témoignage se trouvant au folio XLII27. En plus du débordement dans la marge de gauche, la phrase est précédée d’une hampe stylisée réalisant un encadrement partiel, se terminant vers le haut par une sorte de voile. La fin de la phrase est terminée par un petit signe de ponctuation, formé de points et de traits. Bien que cette ligne soit régulière, sa position légèrement décalée et les éléments de fin et de début de phrase la rendent immédiatement repérable lorsqu’on consulte la page. Au folio XLIIv, où l’on retrouve le début d’une autre déposition de Guilhem de Mauriano, un procédé plus simple et moins voyant figure en haut de page, entre l’en-tête et le début de la comparution. Une hampe plus simple introduit une phrase expliquant que le protocole est présent sur un autre document et qu’il fut transcrit à cet endroit28. En fait, ce dernier élément n’est pas tout à fait un renvoi, mais il s’agit d’un système apparenté puisqu’il tente de pallier le fait que cette déposition ne possède pas une partie de son appareil protocolaire.

  • 29 « Quere infra ratificationem huius confessionis folio xliiii sub tali signo [signe] »

41Un second renvoi s’observe au folio XXXIr où, au bas de la page, suivant la fin de la déposition de Guilhem Salavert, un pied-de-mouche débute une phrase inscrite sur une ligne légèrement décalée dans la marge de gauche (voir illustration L pour la description subséquente). Elle indique que la confirmation de témoignage de ce déposant se trouve au folio XLIIII près d’un signe qui y est dessiné29, c’est-à-dire une croix inscrite dans une espèce de fleur à quatre pétales ponctués d’un point. Ce même signe se retrouve effectivement au folio XLIIIIv, en haut de la page dans la marge de gauche, terminant une inscription qui débute par un pied-de-mouche et se décline sur quatre lignes en marge. Le tout se trouve en face du début de la confirmation de témoignage, informant le lecteur que celle-ci devrait se trouver au folio XXXI près du signe correspondant.

42Le système de renvoi du registre est simple et ordonné, respectant la clarté et la régularité habituelles du manuscrit, tout en tirant habilement parti d’un léger décalage visuel qui permet un repérage facile. De cette façon, le manuscrit intègre dans son ensemble des ajouts tardifs, témoins d’une réorganisation des premiers documents de la procédure de 1299-1300.

43En somme, nous avons vu comment l’écrit est mis en forme dans la portion, combien massive, des dépositions. Les divers procédés servent à coordonner l’organisation générale de ces éléments, marquant les points importants des dépositions, sans pour autant donner une place particulière aux passages décrivant des rituels. C’est plutôt l’observation des systèmes d’annotations marginales des dépositions de ces registres qui démontrera toute l’importance des rites au sein de cet univers écrit.

Les annotations marginales des dépositions

44Les annotations marginales d’origine médiévale que l’on observe au sein des dépositions constituent les éléments qui nous semblent les plus manifestes au sein de l’espace physique des registres (voir illustration M pour un exemple). Alors que titres et paragraphes ordonnent le rythme général des registres, les annotations marginales y infusent une certaine emphase. Mots portés en retrait, leur efficacité se décline tout autant à partir de ce qu’ils signifient qu’à partir de leur position en regard du texte des dépositions. Utilisés de manière récurrente, ils démontrent par les passages qu’ils désignent les éléments qui occupent une place centrale dans le fonctionnement des registres, la représentation mentale des inquisiteurs et le processus de l’aveu. Et en première place de ces éléments nous trouvons les rites.

Typologie des annotations d’origine médiévale

45Nous remarquons qu’au sein du manuscrit les annotations médiévales se situent toujours dans la marge extérieure des folios, en partie encadrées par des traits stylisés qui les soulignent et achèvent de les distinguer des paragraphes (voir illustration M). Nous avons relevé avec certitude 73 annotations médiévales, lesquelles se déclinent sous les sept appellations suivantes : adoratio (37), receptacio (5), uisio (5), hereticatio (23), solucio (1), hereticatio de auditu (1) et adorationes (1). Ces éléments font référence à des passages situés dans le corps du texte, en face précisément de l’information ciblée. La majorité font référence aux rites d’hereticatio et d’adoratio. Le dernier est présenté dans le registre comme une série de génuflexions et de paroles qu’un individu réalise et prononce face aux « boni homines » afin de leur témoigner son respect et de prouver son appartenance à la dissidence. L’annotation receptatio concerne une situation où un hérétique est reçu ou hébergé. L’annotation uisio fait référence à la vue d’un hérétique ou à une rencontre avec lui. L’annotation solucio fait référence au paiement d’un hérétique. L’ensemble de ces types d’annotation désigne des éléments d’inclusion à la sociabilité dissidente, les rites en constituant les gestes les plus importants.

46Cette brève typologie des annotations médiévales propose qu’une importance centrale a été attribuée aux rites au sein de ce système désignatif. Mais par-delà, les annotations marginales, ces agents forts de la visibilité, jouent un rôle particulièrement efficace au sein de la lisibilité. En plus de permettre un repérage rapide de certains passages liés à des pratiques de la sociabilité dissidente, elles semblent façonner la conception inquisitoriale de l’hérésie comme procédant de gestes que l’on souligne visuellement dans les registres.

Une répartition signifiante

47Les diverses tentatives que nous avons effectuées afin de comprendre si les annotations marginales avaient pu servir à guider le développement des procès ou à constituer des dossiers de charges contre les accusés se sont révélées séduisantes mais vaines. Nous pourrions en faire ici l’exposé, mais l’espace nous manque et notre propos est autre. Une certaine utilité liée au repérage de passages et à leur recoupement devait exister, mais la logique précise nous échappe. Au-delà de toute fonctionnalité qui aurait pu justifier l’emploi de ces annotations, nous verrons que le processus de construction de l’hérésie participe également de ces procédés désignatifs.

  • 30 Lat. 11847, fol. Ir : « Juratus super sancta quatuor dei euangelia dicere meram et plenam veritatem (...)

48Dans notre étude du manuscrit, nos observations s’appuient sur le tableau I qui met en relief la répartition des divers types d’annotation au long des comparutions du registre. Nous découvrons ainsi que 58 des 73 annotations de ce document, soit près de 80 % d’entre elles, sont en marge des trois premières comparutions de Guilhem de Mauriano, les trois premières dépositions du registre. Déposant-clef de cette procédure, premier interpelé entendu, l’importance des dépositions de ce témoin repose notamment sur leur longueur, près d’un cinquième du registre, et leur richesse en nombre de passages décrivant des rites, alors qu’on lui attribue la description de 57 rites avérés. Il semble qu’à la différence des autres déposants, dont les passages décrivant des rites sont rarement ciblés par des annotations, la majorité des situations à caractère rituel dont le récit lui est attribué sont désignées par ces marqueurs marginaux. Or, ce déposant a revêtu le rôle d’informateur au sein de cette procédure, si l’on en croit le protocole de son premier témoignage30, affirmant qu’il accepte de coopérer avec l’Inquisition afin d’obtenir la clémence du tribunal. Contraint ou libre de cette décision, cet individu fournit des témoignages qui constituèrent la base de l’orientation de la procédure, ce témoin dénonçant entre autres 17 des 35 déposants qui comparurent après lui. Les inquisiteurs semblent avoir en bonne partie constitué le cercle des déposants à partir des proches de Guilhem de Mauriano, d’où découlent de nombreux liens sociaux du registre.

  • 31 Cinq de ces annotations renvoient à l’hereticatio de Guilhem Azémar, trois à celle de Peire de Mede (...)

49Les 16 annotations restantes, qui apparaissent dans les marges de 13 autres dépositions, sont toutes relatives à l’hereticatio. Les 13 déposants qui rapportent des passages ainsi désignés n’eurent pas tous des rôles phares au sein du développement de la procédure, lorsqu’ils ne furent pas que marginalement impliqués. Ces 16 annotations sont par ailleurs réparties tout au long du manuscrit et de la procédure, ce qui n’attribue pas l’exclusivité de ces marqueurs au début du document. Trois de ces annotations se retrouvent en marge d’une comparution de Guilhem de Landes, et deux en marge d’une déposition de Peire Rigaud, alors que toutes les autres sont uniques au sein de leur comparution. Le seul élément qui pourrait les lier serait qu’elles semblent majoritairement référer à des événements communs, désignés plus d’une fois par ces indicateurs au sein du registre31. Bien qu’une certaine cohérence semble ainsi s’en dégager, il reste que l’ensemble des passages relatifs à ces événements n’ont pas été désignés de la sorte dans ce registre, ce qui prouve l’absence de pratique systématique dans ce sens. De plus, dans l’ensemble de ce document, seule une minorité des rites fut annotée de cette façon.

50En somme, bien que nous ne comprenions pas pleinement pourquoi toutes ces annotations furent réalisées, il n’en reste pas moins qu’elles soulignent des passages où sont décrites des pratiques condamnées par l’Inquisition qui se regroupent majoritairement autour des dépositions du premier témoin. Convergeant à partir de Guilhem de Mauriano, qu’elles semblent désigner comme l’informateur principal, ces annotations mettent en évidence une grande partie des actes dissidents de ce déposant, construisant à travers lui une figure de l’« hérétique ». De plus, au sein des passages visés par ces éléments marginaux se trouvent les noms de nombreux autres individus faisant partie de la sociabilité dissidente. Par le biais de ces annotations, il nous semble que l’on affirme la présence de l’hérésie dans cette communauté par des faits avérés, alors que les aveux d’un témoin ont valeur de vérité dans la procédure extraordinaire. Apparaît donc comment la haute visibilité de ces annotations oriente la lisibilité du registre vers ce qui nous semble être un aspect central de la construction de l’hérésie.

51Les annotations marginales sont des éléments qui jouent le rôle de repères visuels immanquables, sautant aux yeux par l’espace qu’ils occupent en marge, et nous semblent constituer les éléments les plus aboutis d’un univers désignatif éclairant certaines pratiques dissidentes, dont en premier lieu les rites hérétiques. Bien qu’il ne faille pas oblitérer le rôle fort probablement important qu’elles jouent dans le système de croisement des témoignages, la majorité des annotations, se concentrant autour du premier individu à témoigner, semblent contribuer à la construction de l’hérésie autour de la figure d’un déposant devenu archétype. Preuve vivante de la présence hérétique à travers ses aveux, ce déposant-clef fournit par la suite les pistes menant aux autres membres d’une communauté dissidente que l’on constitue de proche en proche. Éléments particulièrement dynamiques de la mise en forme de l’écrit, les annotations aiguillonnent le rythme général du document et mettent l’emphase sur les traits caractéristiques de la dissidence religieuse selon l’univers mental des inquisiteurs. Ces outils visuels confèrent une importante visibilité entraînant une lisibilité accrue à ces pratiques, soulignant le rôle central des rites dissidents au sein du processus de l’aveu et de la construction de l’hérésie.

Conclusion

52Au bout du compte, nous avons vu comment les divers aspects de la mise en forme de l’écrit au sein de ces registres se composent d’outils qui, s’ils appuient le déroulement de la procédure et les recoupements de témoignages, mènent à des processus de représentation de l’hérésie par l’Inquisition. Cela se décline d’abord par des tables qui préfigurent l’organisation des registres et les individus dont il est fait mention, axant notamment l’attention sur certaines personnes désignées « hérétiquées » ou « hérétiques ». Nous avons observé ensuite comment en-têtes, titres et corps de l’écrit au sein des dépositions successives orientent la lecture et facilitent le repérage des diverses séquences des témoignages. Finalement, l’analyse des annotations d’origine médiévale a démontré comment semblent mises en relief certaines pratiques constitutives de l’hérésie selon l’Inquisition, construisant majoritairement la figure du dissident autour du témoin-clef de la procédure et plaçant les rites hérétiques au centre du processus de l’aveu.

53Nos analyses butent cependant à de nombreuses limites. Nous n’avons pas la prétention d’expliquer l’ensemble des procédés qui sous-tendent cette mise en forme et nous ne parvenons pas à comprendre la cohérence de chaque annotation marginale.

54Il reste que malgré tout, nous avons pu mettre en relief un certain poids symbolique que semblent impliquer ces éléments d’un champ visuel indissociable de l’interprétation du contenu de l’écrit, selon le cadre d’analyse proposé par Joseph Morsel. Dans cet axe de réflexion, nous croyons avoir émis une suggestion légitime voulant que la visibilité de la mise en forme de l’écrit mène, à travers une progression de ses éléments constitutifs, à la désignation et à une meilleure lisibilité de certaines pratiques considérées hérétiques, procédant à leur situation dans le processus de l’aveu et la construction de l’hérésie. Nous avons ainsi tenté de mettre à jour certains ressorts du processus mental de la conception de la dissidence chez l’Inquisition. Mais à ces ressorts de représentation de l’hérésie les outils formels ne doivent pas céder ce qui semble être leur principale raison d’existence au sein du registre : le repérage de portions de témoignages servant aux recoupements et à l’évolution de la procédure.

55Il n’empêche que ces processus de conception de la dissidence constituèrent autant de recours pour l’évêque Bernard de Castanet lors de son instrumentalisation de l’outil inquisitorial et de la désignation hérétique. Sa politique de la terreur se prolongea également jusque dans ce document d’archive qui devait perpétuer le souvenir de l’hérésie à Albi, constituant aux yeux de ses contemporains la preuve tangible, visuelle et écrite de l’implantation de l’heretica pravitas au sein de son diocèse.

Illustration A

Illustration A

Tables A, lat. 11847, fol. 2r.

Illustration B

Illustration B

Spécificités familiales en annotations, tables A (détail), lat. 11847, fol. 2v.

llustration C

llustration C

Spécificité notarii en annotation, table A (détail), lat. 11847, fol. 6v.

Illustration D

Illustration D

Table B, lat. 11847, fol. 7v.

Annotations hereticatus, table A (détail), lat. 11847, fol. 1r.

Illustration F

Illustration F

Début de la déposition de Ramon Augier, lat. 11847, fol. VIIIr.

Illustration G

Fin des dépositions de Guilhem de Mauriano et début des dépositions de Bérenger Broze (détail), lat. 11847, fol. IXr.

Illustration H

Illustration H

Fin de la première déposition de Joan Constans et début de sa seconde (détail), lat. 11847, fol. Xr.

Illustration I

Illustration I

Fin de la seconde déposition de Bérenger Broze (extrait), lat. 11847, fol. Ixv.

Illustration J

Illustration J

Pied-de-mouche au cours d’une déposition, lat. 11847, fol. XIIIr.

Illustration K

Illustration K

(haut) renvoi au bas du folio VIIv 

(bas) renvoi au haut du folio XLIIv (lat. 11847)

(haut) renvoi au bas du folio XXXIr 

(bas) renvoi au haut du folio XLIIIIv (lat. 11847)

Illustration M

Illustration M

Annotations marginales, lat. 11847, fol. IIIIr (détail).

  • 32 A : adoratio ; AS : Adoraciones ; H : Hereticatio ; HA : Hereticatio de auditu ; R : (...)

Tableau I : Répartition des annotations marginales au sein du lat. 11847 (selon l’ordre du registre)32

Nom du déposant

Date

A

AS

H

HA

R

V

S

G. de Mauriano

2 déc. 1299 

16

0

2

0

2

3

1

G. de Mauriano

20 déc. 1299 

2

0

0

0

1

0

0

G. de Mauriano

18 janv. 1300

19

1

5

1

2

2

0

R. Augier

4 déc. 1299

0

0

0

0

0

0

0

R. Augier

17 déc. 1299

0

0

1

0

0

0

0

B. Broze

4 déc. 1299 

0

0

0

0

0

0

0

B. Broze

20 déc. 1299 

0

0

0

0

0

0

0

B. Broze

17 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

J. Constans

4 déc. 1299 

0

0

0

0

0

0

0

J. Constans

19 déc. 1299 

0

0

1

0

0

0

0

G. Delort

4 déc. 1299

0

0

0

0

0

0

0

G. Delort

16 déc. 1299

0

0

0

0

0

0

0

G. Delort

18 déc. 1299

0

0

0

0

0

0

0

R. Constans

5 déc. 1299

0

0

0

0

0

0

0

R. Constans

12 déc. 1299

0

0

0

0

0

0

0

R. Constans

17 janv. 1300

0

0

1

0

0

0

0

É. Mascot

17 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. de Landes

18 janv. 1300

0

0

3

0

0

0

0

G. Astruc

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Astruc

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

R. Calvière

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

R. Calvière

25 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

J. Fumet

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

J. Fumet

5 fév. 1300

0

0

1

0

0

0

0

B. de Montaigut

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. de Montaigut

30 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Fransa

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Fransa

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Golfier

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Golfier

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

P. Talhafer

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

P. Talhafer

25 janv. 1300

0

0

1

0

0

0

0

B. Fumet

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. Fumet

6 fév. 1300

0

0

1

0

0

0

0

J. Baudier

20 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

J. Baudier

5 fév. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Fenassa

21 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Fenassa

26 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

R. Uc

21 janv. 1300

0

0

0

0

0

0

0

R. Uc

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

D. de la Salle

23 fév. 1300

0

0

0

0

0

0

0

Y. Cardelhac

23 fév. 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. de Talapio

1er mars 1300

0

0

1

0

0

0

0

B. Sabatier

1er mars 1300

0

0

1

0

0

0

0

R. Garsie

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. Audiguier

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. Audiguier

30 mars 1300

0

0

1

0

0

0

0

G. Salavert

2 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. de Carvas

5 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. Azémar

9 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

B. Azémar

30 mars 1300

0

0

1

0

0

0

0

G. Torayl

9 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. Torayl

29 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

L. de Foyssens

9 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

L. de Foyssens

29 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

P. Azémar

9 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

P. Azémar

30 mars 1300

0

0

1

0

0

0

0

P. Rigaud

28 mars 1300

0

0

2

0

0

0

0

R. Pagut

29 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

S. Delort

29 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

S. de Frayssens

30 mars 1300

0

0

0

0

0

0

0

G. de Mauriano

17 janv. 1303

0

0

0

0

0

0

0

G. Salavert

6 août 1303

0

0

0

0

0

0

0

G. Salavert

5 mars 1319

0

0

0

0

0

0

0

Y. Coll

5 mars 1319

0

0

0

0

0

0

0

Haut de page

Notes

1 Pour cette partie, nous nous sommes inspiré des ouvrages suivants : J. Théry « L’évêque d’Albi Bernard de Castanet (v. 1240-1317), une politique de la terreur », Les inquisiteurs, Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (XIIIe-XIVe siècles), L. Albaret dir., Toulouse, Privat, 2001, p. 68-87 ; J. Théry, « L’évêque et la ville : les formes politico-judiciaires et religieuses d’un long conflit. L’envenimement (1277-1300) », Fama enormia. L’enquête sur les crimes de l’évêque d’Albi Bernard de Castanet (1307-1308). Gouvernement et contestation au temps de la théocratie pontificale et de l’hérésie des bons hommes, thèse de doctorat présentée à l’Université Lumière – Lyon 2, 2003 ; eux-mêmes en partie inspirés de plusieurs articles de J.-L. Biget. Nous n’avons malheureusement pas pu consulter l’article récent de Julien Théry, « Cum verbis blandis et sepe nefandis. Une mission pontificale en Lombardie après la bataille de Bénévent (1266-1267) », Legati et delegati papali, M. P. Alberzoni et C. Zey dir., Milan, Vita e Pensiero, 2011, p. 195-218. Voir également P. Gilli et J. Théry, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe s.), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010, p. 113-200.

2 J. Théry, « L’évêque d’Albi Bernard de Castanet... », p. 81.

3 J.-L. Biget, « Les cathares devant les inquisiteurs en Languedoc », Revue du Tarn, 146 (été 1992), p. 233.

4 J. Théry, « L’évêque d’Albi Bernard de Castanet... », p. 82.

5 J.-L. Biget, « Un procès d’Inquisition à Albi en 1300 », Cahiers de Fanjeaux, 6 (1971), p. 282.

6 J. Théry, « L’évêque et la ville... », p. 248.

7 Ibid., p. 250.

8 J.-L. Biget, « Un procès d’Inquisition à Albi... », p. 283-292.

9 J. B. Given, Inquisition and Medieval Society. Power, Discipline and Resistance in Languedoc, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1997, p. 28.

10 C. Douais, « III. Interrogatoires de Bernard de Castanet, évêque d’Albi, de Nicolas d’Abbeville et de Bertrand de Clermont, inquisiteurs (2 décembre 1299 – 30 mars 1300). – Exemplaire original de Bernard de Castanet », Les manuscrits du château de Merville. Notices, extraits et fac-similés, Paris, Alphonse Picard, 1890, p. 30-53.

11 Ibid., p. 32-33.

12 G. W. Davis, The Inquisition at Albi 1299-1300. Text of Register and Analysis, New York, Columbia University Press, 1948, p. 92.

13 Il s’agit d’un titre que nous avons donné à cette table, laquelle ne possède aucun titre original.

14 G. W. Davis, The Inquisition at Albi..., p. 92-93.

15 À ce sujet nous nous sommes basé sur le chapitre de J. B. Given « The Technology of Documentation », dans Inquisition and Medieval Society..., p. 25-51.

16 J.-L. Biget, « Origines et développements de l’Inquisition en Languedoc (1229-1329) », Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 8 (2e semestre 1999), p. 17.

17 J.-L. Biget, Hérésie et inquisition..., p. 188.

18 Voir à ce sujet l’analyse particulièrement éclairante d’un acte royal dans J. Morsel, L’aristocratie médiévale, Ve-XVe siècles, Paris, Armand Colin, 2004, p. 306-310.

19 J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, 2 (2000), p. 31-40

20 Foliotation moderne. La foliotation médiévale, en chiffres romains, n’apparaît qu’à partir de la première déposition.

21 « [nom du déposant] témoigna contre ceux-ci »

22 Certaines exceptions sont toutefois présentes. En fait, le questionnaire inquisitorial privilégiait la constitution de listes récapitulatives des personnes présentes aux événements rapportés dans les témoignages, généralement à la fin des dépositions. L’ordre des noms au sein de ces tables semble davantage correspondre à celui de ces listes qu’à la distribution des individus au fil des témoignages, lorsque certaines différences existent entre les deux. Nous en déduisons qu’afin de constituer la table A, le scribe consultait directement les listes récapitulatives des témoignages plutôt que de lire intégralement les dépositions.

23 J. B. Given, Inquisition and Medieval Society..., p. 38.

24 J. B. Given, Inquisition and Medieval Society..., p. 38.

25 Lat. 11847, fol. 7v: « Notandum quod in libro sentenciarum inquisitorum apud carcassonam scribitur et habetur hugo de condat Ramundus del boc et Guilelmus desiderii de albia dyocesis albiensis fuerunt sentencialiter condempnati et declarati esse heretici fugitivi et esse heretici consolati et perfecti per diffinitivam sentenciam fratris stephani vastinensis et fratris hugonis de boniolis de ordine predicatorum inquisitorum heretici pravitatis. Lata sentencia in coopertura mercati burgi carcassone die mercurii ante portam latinam anno domini millesimo ducentesimo septuagesimo sexto. »

26 Lat. 11847, fol. 7v : « Item sciendum quod dictus guillermus desiderii fratrem habuit alium nomine ramundum desiderii alias cognominatum godaylh. Require de utroque scilicet guilelmo et ramundo desiderii in confessione guilelmi duralli libro tercio confessionum tholose folio octogesimo quarto in secunda pagina ».

27 « Require addicduem aliani predicti Guilelmi de mauriano infra folio xlii. »

28 « Transsumptum sint de prothocollo papiri parui volumnus quod nondum fuerat ingrossatum. »

29 « Quere infra ratificationem huius confessionis folio xliiii sub tali signo [signe] »

30 Lat. 11847, fol. Ir : « Juratus super sancta quatuor dei euangelia dicere meram et plenam veritatem de facto heresis de se ut de principali et de aliis viuis et mortuis ut testis nec celare veritatem nec immiscere falsitatem amore, gracia, odio, timore vel favore, dixit et deposuit ut sequitur. Facta sibi protestacione per eosdem dominum episcopum et inquisitorem predictos et expresse dicto eisdem quod si inveniretur dicere falsum per suam revocacionem vel aliqualiter alias sicut falsus testis in facto heresis et impenitens puniretur. Et dictus Guillermus expresse gratis et ex certa sciencia se ad hoc obligavit et obtulit omni gracia sibi promissa penitus anullata nec contra hoc propter infliccionem pene cuiuscumque aliqualiter provocabit nec etiam proclamabit. »

31 Cinq de ces annotations renvoient à l’hereticatio de Guilhem Azémar, trois à celle de Peire de Medenco, trois à celles de Ramon de Raono, deux à celle de Ramon Fumet, deux à celle de Peire Rigaud et une seule à celle de Peire Aymeric.

32 A : adoratio ; AS : Adoraciones ; H : Hereticatio ; HA : Hereticatio de auditu ; R : Receptacio ; V : Visio ; S : Solucio.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration A
Légende Tables A, lat. 11847, fol. 2r.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Illustration B
Légende Spécificités familiales en annotations, tables A (détail), lat. 11847, fol. 2v.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre llustration C
Légende Spécificité notarii en annotation, table A (détail), lat. 11847, fol. 6v.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Illustration D
Légende Table B, lat. 11847, fol. 7v.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Illustration E
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-5.png
Fichier image/png, 46k
Légende Annotations hereticatus, table A (détail), lat. 11847, fol. 1r.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-6.png
Fichier image/png, 157k
Titre Illustration F
Légende Début de la déposition de Ramon Augier, lat. 11847, fol. VIIIr.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Illustration H
Légende Fin de la première déposition de Joan Constans et début de sa seconde (détail), lat. 11847, fol. Xr.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Illustration I
Légende Fin de la seconde déposition de Bérenger Broze (extrait), lat. 11847, fol. Ixv.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Illustration J
Légende Pied-de-mouche au cours d’une déposition, lat. 11847, fol. XIIIr.
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Illustration K
Légende (haut) renvoi au bas du folio VIIv 
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende (bas) renvoi au haut du folio XLIIv (lat. 11847)
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Illustration L
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende (haut) renvoi au bas du folio XXXIr 
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Illustration M
Légende Annotations marginales, lat. 11847, fol. IIIIr (détail).
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/322/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Marcoux-Fortier, « Rites « hérétiques » et mise en forme de l’écrit au sein d’un registre inquisitorial albigeois (Lat. 11847) », Memini, 14 | 2010, 61-95.

Référence électronique

Jean-Philippe Marcoux-Fortier, « Rites « hérétiques » et mise en forme de l’écrit au sein d’un registre inquisitorial albigeois (Lat. 11847) », Memini [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://memini.revues.org/322

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Marcoux-Fortier

Université de Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org