Navigation – Plan du site

Le Cathon en francoys, une attribution possible à Julien Macho1

Charles Laneville
p. 49-60

Texte intégral

  • 1 Cet article s’inspire grandement d’un travail antérieur : C. Laneville. Julien Macho et sa contribu (...)

1Le Cathon en francoys est parmi les premiers incunables à sortir des presses lyonnaises à la fin du 15e siècle. Il s’agit d’une traduction en prose sur deux colonnes des Disticha Catonis. L’auteur ajoute aux traductions des sentences latines certaines explications et surtout d’autres citations provenant de la Bible et des grands théologiens. S’y trouvent aussi certaines vies de saints et des exempla pour servir à l’édification morale du lecteur. On trouve à la Bibliothèque nationale de France le texte du Cathon en francoys dans trois incunables lyonnais imprimés avant 1500. Après cette date, plusieurs impressions multiplièrent le texte.

2Le premier incunable (Bnf, Rés. R-430) est incomplet : le catalogue général des incunables de la Bibliothèque nationale de France décrit ainsi cet ouvrage : « le Cathon en francoys, paru en 1477 sous les presses de Martin Husz » :

    En ce petit libret est contenue une briefve et utille doctrine pour toutes gens. Laquelle est prinse et composee sur le cathon avec aulcunes addicions et auctorites des sains docteurs et des prophetes. Et aussi plusieurs histoires et exemples auctenticques des sains peres et cronicques anciennes vrayes et aprouees

    • 2 Bibliothèque nationale, Catalogue des incunables: CIBN. Tome I. Fasc. 3, C-D, Paris, Bibliothèque n (...)
    • 3 Toutes les citations tirées du Cathon en francoys proviennent de cet incunable.

    3et ajoute : « Datation d’après l’état de la gravure, moins usée que dans l’Exposition de la Bible, datable « non post 1477?, cf. no B-464 »2. Le deuxième date de 1480 (BnF, Res M-R-157) et provient des presses de Guillaume Le Roy; cet exemplaire est complet et le texte correspond à celui du premier incunable3. Le troisième (BnF, Rés. D-4887), imprimé chez Jean de Vingles présente un texte en tout point semblable à celui des deux autres témoins; toutefois la disposition plus aérée du texte rend sa lecture plus facile.

    4Le point de départ de ce travail est simple : si l’Exposition de la Bible, œuvre attribuée à Julien Macho, a permis de retrouver l’imprimeur et la date de parution du Cathon de 1477, est-ce qu’une comparaison entre le texte même du Cathon et les écrits de Macho pourrait permettre d’en identifier l’auteur ?

    5Le lyonnais Julien Macho, un théologien membre de l’Ordre des ermites de saint Augustin, est l’un des premiers savants à s’associer à l’imprimerie. Publiés dans une courte période, entre 1473 et 1480, ses incunables proviennent de sources diverses : bibles en langue vernaculaire française, écrits religieux et didactiques en latin sortant des ateliers humanistes italiens et même certains écrits allemands. Vraisemblablement, son but était de fournir aux laïcs un enseignement moral, chrétien, sans les obliger à un détour par l’apprentissage du latin.

    • 4 E. Reuss, « Fragments littéraires et critiques relatifs à l’histoire de la Bible française. Seconde (...)
    • 5 A. Claudin, Histoire de l'imprimerie en France au XVe et au XVIe siècle. Tome troisième, Paris, Imp (...)

    6Sept œuvres lui sont attribuées jusqu’à présent : un Ancien et un Nouveau Testament (considérés comme la plus ancienne Bible complète imprimée en français4); l’Exposicion et vraye declaracion de la Bible, tant du vieil que du nouvel Testament, une version de la Bible moralisée; le Miroir de vie humaine, une traduction du Speculum humanae vitae; la Légende des saints nouveaux; le Mirouer de la redemption de lumain lignage (le premier livre à gravures de l’histoire de l’imprimerie française5) et une version des fables d’Ésope.

    7La comparaison du Cathon en francoys avec l’Ésope et le Mirouer de la redemption de lumain lignage (MRUL) de Macho a permis de dégager une certaine parenté d’esprit entre les deux auteurs, notamment en ce qui concerne l’utilisation des proverbes et des exemples trouvés dans l’Ésope et dans les propos contenus dans le prologue et l’épilogue du MRUL.

    Propos similaires

    8Un examen du texte du Cathon en francoys révèle ceci : l’épilogue se développe dans un style comparable aux fameux Disticha Catonis et montre deux éléments intéressants, soit le titre que l’auteur veut lui donner ainsi que les raisons qui l’ont incité à utiliser une écriture plus succincte :

      Tu ne dois esmerveiller se ce petit livret contient deux sentences en deux vers car jay ce fait pour deux causes principalement.
      Premierement pour eviter longues parolles et trop grande prolicite car se je eusse mis pluseurs vers la sentence eust este si grande et si obscure que a peine mon sens leust peu comprendre concevoir ne exposer et pour ce ay je fait ce petit livret en doubles vers lesquelz contiennent deux briefves sentences et utiles pour les simples gens.
      Et aussi pour ce que au jourduy plusieurs se esjouissent des briefves parolles ou sentence. La seconde cause pourquoy jay fait et trouve ce petit livret en deux vers est pour ce que la doctrine et gouvernement du corps et de lame y est contenue pour laquelle chose peut lon intituler ce petit livret le miroir du regime et gouvernement du corps et ame. Amen.

      • 6 Julien Macho, Cy commence le mirouer de la redemption de lumain lignage translate de latin en franc (...)

      9On retrouve une idée semblable dans le prologue du MRUL de Julien Macho6 :

        je ne veus pas expliquer les histoires et figures sinon ce qui sera couvenant a ma matiere pour non desplaire aux lisans et oyans car au jourdui on se delecte a peu de parolle et pour ce pour les lais et simples gens je mettray histoires et figures affin que par ycelles puissent congoistre la doctrine de cestuy livre.

        Exemples semblables

        • 7 Voir E. Schulze-Busacker, « Philippe de Novare, les Quatre âges de l’homme », Romania, 127 (2009), (...)
        • 8 Cet exemplum a été très populaire; le Thesaurus Exemplorum Medii Aevi (ThEMA) contient six fiches à (...)
        • 9 Julien Macho, Recueil général des isopets III. L' Ésope de Julien Macho, éd. P. Ruelle. Paris, A. e (...)

        10D’autres similitudes avec les écrits de Macho ont pu être relevées, surtout avec l’Ésope. Dans le Cathon, on trouve : « Erudi libros [...]Tu dois enseigner a tes enfans bonne doctrine et bonnes meurs » (fol. 7rb). L’auteur indique même sa source : « Boèce et le livre de la discipline des escoliers »7. Un autre exemple, celui du jeune qui arrache le nez de son père, est lui aussi vraisemblablement tiré du Pseudo-Boèce8. Ce dernier exemple se rapproche de la fable Du jeune larron et de sa mere dans laquelle le premier arrache le nez de la seconde au sixième livre des Fables de Ésope, Nouvelle translation9.

        • 10 Ibid., p. 245-247. Le ThEMA possède une fiche – retrouvée grâce aux mots-clés « femme chaste »- pou (...)

        11D’autres extraits permettent de croire à une communauté d’esprit entre Macho et l’auteur du Cathon. Le texte suivant est une fable venant illustrer l’explication donnée au distique latin et à sa traduction. La similitude avec la fable D’une vielle maquerelle et d’une jeune femme de l’Ésope ne fait aucun doute même si le récit est un peu plus élaboré dans la fable de Macho10.

        12Tout d’abord, voici l’extrait du Cathon :

          Meretricem fuge etc. [...] Pierre alphons racompte en son livre que en espaigne en la cite de hispalensis avoit une moult belle et bonne bourgeoise et bien aymee de son mari Or advint quil avoyt un jeune clerc qui sen amoura et la requist et pria plusieurs fois damours Mais pour riens ne li voulut consentir. Lors quant le clerc vit quil estoit du tout refuse il entra en si grand melancolie quil sembloit mieux mort que vif […]. Celle vielle maquerelle avoit une petite chiennecte quon appelloit pasquecte laquele fist jeusner troys jours entiers sans boire ne menger puis luy […] (fol. 14vb - 15rb)

          13Chez Macho, dans le huitième livre de ses fables, Les subtilles fables de Alphonse, la fable va comme suit :

          • 11 Ibid., p. 244-245.

          14Ung noble homme jadis qui avoit prins une chaste femme, laquelle estoyt moult belle a merveilles. Or advint que le dit noble homme voulut aller par devocion en pelerinaige a Romme en laissant sa femme en sa maison et pour ce qu’il sçavoit bien qu’elle estoit bonne. Advint que, une journée, ainsi que elle alloit par la ville, ung jeune filx fut prins de l’amour d’elle, lequel se avança de la prier de son amour en luy promectant dons infinis. Mais elle qui, estoit bonne, aimoit plus chier mourir que de soy consentir, dont le galant cuida mourir de dueil…Et la vielle, caute et malicieuse, luy dit : « Soiez joieux et si prenez bon couraige, car je feray bien vostre faict. » Laquelle s’en alla en sa maison et fit jeuner troys jours une petite chienne.11

          15Il est possible de faire le même exercice avec plusieurs autres passages :

            Illud stude agere quod bonum est. [...] Nous lisons dung roy qui avoit troys filz lequel en la fin de ces jours il fist son testament Cest assovoir que le plus paresseux de ses filz seroit son hoir Lors chascun affin quil peust venir au dit heritaige vouloyt dire quil estoit le plus paresseux Le premier dist estoit si paresseux que sil estoyt assis dempres le feu et ses jambes ardoyent quil ne sen releveroyt pas. (fol. 17ra - rb)

            • 12 Ibid., p. 178-181. Le ThEMA indique une source à ce texte – trouvé avec les mots-clés « fils paress (...)

            16On retrouve dans la fable Du pere et de ses troys enfans le même thème. À quelques différences près, car leur père en mourant pose deux autres conditions et la paresse de chacun des fils n’a pas les mêmes caractéristiques12 :

              [un juge demande qui héritera du moulin de leur père] Et ilz luy dysrent : « A celluy de nous qui sera le plus grant mansongyer, pygre et paresseux ». Et, adoncques, le premier dist : « Je suys le plus paresseux, ca j’ay demouré plusieurs ans en une mayson grande et suys encore ou degout de la mayson, qui la pluye me crevoyt les yeulx et me faysoyt pourryr le corps a la fange, et j’aymeroye myeulx la demourer par ma paresse que de moy lever et retourner ».

              • 13 Ibid., p. 80-81.
              • 14 Ibid., p. 80.
              • 15 Elle correspond au numéro 307 du classement de G. Dicke, K. Grubmüller, Die Fabeln des Mittelalters (...)

              17Ci-dessous, l’auteur du Cathon illustre ses propos avec une fable connue de Macho, la fable du chien et de la piece de char13 même si le promythium est bien différent de la fin du distique de Caton : « Celluy qui desire a avoir le bien d’aultruy souvent pert le sien propre »14. Cette fable est très répandue : on la trouve d’ailleurs dans la plupart des recueils de fables15. Voici le résumé présent dans le Cathon :

                Que noscitura tenes quam uis sint cara relinque Utilitas opidus proponi tempore debet. [...] « Nous veons par eperience que quant un chien porte une piece de char en sa geule quant il voit lombre de la char quil porte et quil cuide prendre lombre de ladicte piece mais il est trompe car il ne trouve rien ». (fol. 22ra - rb)

                18On est une fois de plus frappé par une similitude entre le Cathon et l’Ésope dans la réflexion suivante, tout d’abord dans le Cathon :

                  Cum te aliquis laudat tuus index esse memento Plus aliis de te quam tu tibi credere noli (sur les flatteurs). [...] «Selon ce quon trouve en droit canon il y a quatre manieres de louenges[...] La tierce car ilz resemblent a lescorpion et a la mouche a miel qui oingnent par devant et poingnent par derriere » (fol. 24rb - va).

                  • 16 Julien Macho, Recueil général..., p. 134.

                  19Macho exprime une idée semblable dans la fable Du pastour et du veneur : « Et, pour ce, il ne se fault point fier en homme a deux visaiges et a deux langues, semblable a l’escorpion qui oingt de la langue et point de la queue. »16

                  20Une réflexion sur les gens du siècle est aussi commune aux deux recueils :

                    Noli homines blandos nimium sermone probare fistula dulce canit volucrem dum decipit anceps. « On lit de sainct ambroyse qui reprist publiquement lempereur de son peche Au quel lempereur respondit quil avoit trouve ung homme de verite. Mais aujourduy les princes tant de lesglise comme seculiers ne vueullent dire ne entendre ceulx qui leur dient verite ». (fol. 30ra - rb)

                    • 17 Ibid., p. 138.

                    21On remarque la même idée dans la fable De l’omme de verité, du mensongier et des singes : « Le temps passé, l’on louoit plus les hommes plains de fallaces et de mensonges que les hommes de verité, laquelle chose regne grandement aujourduy »17.

                    • 18 Ibid., p. 145.

                    22Un dernier rapprochement peut se faire aussi entre la fable De la formys et de la sigaille18 et ce passage du Cathon :

                      Constans et lenis ut res ex postulat esto Temporibus mores sapiens sine crimine mutat. [...] « Le saige dist que diverses meurs et condicions correspondent a plusieurs en divers lieux Et dit quil y a temps de parler et temps de tayre Temps de naistre et temps de nourrir Temps de rire et temps de plourer temps de planter et temps de semier et moissonner temps despargner et de despendre temps de guerre et temps de paix mais en tous temps dois estre ferme et constant et non nuisable ». (fol. 22rb - va)

                      • 19 Ibid., p. 281.
                      • 20 Proverbe 1463, ms Q (BnF, lat. 10360, Bonum Spatium, fin 13e s.) dans J. Morawski, Proverbes frança (...)

                      23Ruelle notait pour la fable que « cette addition de Macho est une alllusion à Eccl. III : 1-8 »19. On peut ajouter aussi une référence à un proverbe recueilli par J. Morawski : « L’en doit prendre le temps comme Dieu l’envoye » 20.

                      24Cette première comparaison entre le Mirouer de la redemption de lumain lignage et l’Ésope de Macho et ce Cathon anonyme a permis de mettre en évidence des passages semblables qui confirment une ressemblance dans le bagage culturel des deux auteurs.

                      Proverbes communs aux deux auteurs

                      • 21 E. Langlois, « Anciens proverbes français », Bibliothèque de l'École des Chartes, 60, 1899, p. 569- (...)
                      • 22 En guise de référence pour ce recueil : J. de La Véprie, Les proverbes communs recueillis par J. de (...)
                      • 23 L’étude des proverbes et de leur origine dans l’Ésope de Macho se retrouve dans ma thèse de doctora (...)

                      25De plus, certains proverbes retrouvés dans le Cathon sont communs à l’Ésope de Macho ou puisent à la même source. On remarque que ces derniers pourraient provenir du recueil de proverbes d’Étienne Legris21 ou des Proverbes communs22, ouvrages vraisemblablement utilisés par Macho23. Ces quelques proverbes sont certainement parmi les plus populaires de l’époque et on les retrouve dans bien des œuvres médiévales; ils sont donc loin de représenter une preuve tangible de parenté entre le Cathon et l’œuvre de Macho, mais ils demeurent néanmoins un élément de l’hypothèse. Dans l’énumération ci-dessous, on trouve d’abord les proverbes relevés dans le Cathon et leur correspondance dans le recueil de Legris. Il est à noter qu’ils sont tous présents dans l’Ésope de Macho :

                        (fol. 30rb) Cum tibi sin nati nec opes artibus illos Instree quod possint in opem deffendere vitam. [...] « Car on dit communement que mieulx vault mestier que espruuier » (Étienne Legris, 442)

                          (fol. 54va) Verbera cum tuleris dicems aliquando magistri ..er patris impreium cum verbis exit in iram, [...] « Car le commun proverbe dit que doulce parolle reffraint grant ire » (Étienne Legris, 210 : « Doulce parole fraint grant ire »)

                            (fol. 55va) « Pour ce dit le commun proverbe que mal advise a souvent peine » (Étienne Legris, 402)

                              (fol. 58ra) « mestier vaut mieux que espervier » (Étienne Legris, 442).

                                (fol. 62vb) «  qui trop embrace peu estraint » (Étienne Legris, 683).

                                  (fol. 62vb) « Qui plus haut monte quil ne doit de plus hault chiet quil ne le voudroit. » (Étienne Legris, 665 : « Qui plus hault monte qu’i ne doit, De plus hault chiet qu’i ne voudroit »)

                                  • 24 En comparant les sentences brèves, on remarque qu’elles sont présentées dans un ordre différent de (...)

                                  26Ainsi, tout comme Macho, l’auteur du Cathon en francoys utilise des proverbes semblables et prend certains de ses exemples dans les fables d’Ésope. La plupart des distiques exposés de manière abrégée en latin sont suivis d’une traduction et d’explications24. Dans plusieurs cas, ces explications sont illustrées par des exemples provenant de différents recueils. On remarque la même démarche dans le MRUL, où Macho explique la signification de la Bible aux « simples gens ». Par exemple, dans le Cathon en francoys :

                                    Consultus esto […] Tu dois estre consoillie et advisie de ton propre fayt et aussi sur le fait d’aultruy. Cest adire que tu soyez tel que tu puisses douner conseil a toy mesmes et aux autres quant tu en auras besoing.
                                    Saint ambroise dit que tout homme qui veult bien conseiller les aultres doit avoir en soy trois choses. Cest assavoir sapience, justice et louenge, et vraye experience de la chose sur quoi il veult donner conseil. (fol. 5ra)

                                    27Et dans le MRUL :

                                      Leuuangile celluy jour de lapparition au deuxieme chapitre Saint matthieu.
                                      En cellui temps comme jhesus fut ne en bethleen en judee au temps du roy herode le roys vindrent en jherusalem [...]
                                      La glose de cette euuangile
                                      Aujourduy nous celebrons la feste et la solennite du jour auquel nostre seigneur jhesuscrist cest volu manifeste aux roys qui le queroyent. Et pour ce tous ceulx qui querent le salut de leur ame et la veulnet [sic] trouver doyvent faire comme les roys. Car les roys quirent jhesuscrist par troys manieres. Diligamment dung courage et fermement […] (fol. 29 ra-rb)

                                      Une paternité incertaine

                                      28Bien qu’il y ait beaucoup de points en commun entre les œuvres de Macho et le Cathon en francoys, il est difficile de conclure de manière certaine. Toutefois cet exercice peut servir de point de départ d’une réflexion plus large au sujet des débuts de l’imprimerie lyonnaise.

                                      • 25 C. Marchello-Nizia, La langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, Armand Colin, 2005, p. 38-3 (...)
                                      • 26 Julien Macho, Recueil général..., p. XXXI-XXXV.
                                      • 27 Jacques de Voragine, La Légende dorée. Édition critique dans la révision de 1476 par Jean Batallier (...)

                                      29Tout d’abord en ce qui concerne la langue des textes publiés à l’époque, C. Marchello-Nizia avait remarqué, en ce qui concerne la région lyonnaise, l’utilisation de deux scripta, l’une francoprovençale pour un usage local et l’autre française pour les rapports avec les autres provinces et Paris (où les textes sont imprimés en latin et non en français encore à cette époque). Force est de constater qu’on ne remarque pas la présence du francoprovençal dans les textes de Julien Macho. Il semble que l’imprimerie naissante, dans le but d’avoir un plus grand bassin d’acheteurs, favorise l’essor d’« une langue littéraire commune, d’une scripta pouvant être comprise par tous »25 et les ouvrages de l’époque appliquent ce principe. Les ressemblances entre différents textes ne seraient donc pas fortuites. De plus, P. Ruelle, dans son édition de l’Ésope de Macho26, avait déjà remarqué certaines similitudes avec le texte de la Légende dorée rédigée par Jean Batallier, un théologien dominicain avec lequel Macho a collaboré pour son édition de la Légende des saints nouveaux. B. Dunn-Lardeau faisait le même constat dans l’analyse linguistique accompagnant son édition de cette version de la Légende dorée27. Elle avait aussi remarqué cette similitude entre Macho et Batallier surtout dans « la prolifération et la polyvalence du mot et ». Elle note d’ailleurs que les commentaires de Pierre Ruelle à ce sujet pour l’Ésope de Macho pourraient bien s’appliquer aussi à la Légende dorée.

                                      • 28 J. Monfrin avait bien cerné la complexité de l’édition des incunables dans « Problèmes d’éditions d (...)
                                      • 29 A. Claudin, Histoire de l'imprimerie en France..., p. 1-192.
                                      • 30 Voir notamment : G. Fau, S. Saksik et al., « L'imprimerie à Lyon au XVe siècle : un état des lieux  (...)

                                      30L’écriture de l’auteur du Cathon, celle de Jean Batallier et celle de Julien Macho sont donc semblables et on pourrait poser ici la question : quelle influence peut avoir l’imprimeur (ou le typographe) sur le texte qu’il imprime28 ? Toutefois, on sait que les ouvrages utilisés pour cette recherche proviennent d’imprimeurs différents : l’Ésope de Macho a été imprimé pour la première fois chez Marc Reinhard, son Mirouer de la redemption de lumain lignage, chez Martin Husz, tout comme le Cathon en francoys, et la Légende dorée de Batallier provient de chez Guillaume Le Roy. Un lien existe entre tous ces imprimeurs. Ils ont tous collaboré avec l’homme d’affaires Barthélémy Buyer29, le premier lyonnais à investir dans l’imprimerie. Les dernières recherches à son sujet affirment qu’il n’aurait été que le support financier de l’entreprise30, mais serait-il possible d’envisager qu’il avait un droit de regard sur les textes ? Dans la production des incunables, quelle influence peut avoir le typographe ?

                                      31Il est difficile de savoir si le texte imprimé correspond au texte que l’auteur a fourni. On n’a pas encore retrouvé de manuscrit qui auraient pu servir de texte de base : il était probablement détruit une fois la version imprimée. Il faudrait alors effectuer une analyse poussée du texte d’un auteur pour ensuite le comparer à d’autres auteurs des débuts de l’imprimerie lyonnaise afin de distinguer les particularités propres à chacun d’entre eux. Cette comparaison devra tenir compte de l’imprimerie d’où sortent les incunables pour vérifier si l’imprimeur n’a pas lui aussi laissé sa trace.

                                      32Si l’attribution du Cathon en francoys à Julien Macho demeure hypothèse présomptueuse, l’analyse des traits semblables entre certains travaux de Macho et le texte du Cathon peut être vue comme le point de départ d’un projet beaucoup plus vaste qui demanderait l’analyse textuelle d’un grand nombre d’incunables lyonnais du XVe siècle. Ce projet permettrait ainsi de mieux connaître les pratiques des auteurs et des imprimeurs de l’époque.

                                      Haut de page

                                      Notes

                                      1 Cet article s’inspire grandement d’un travail antérieur : C. Laneville. Julien Macho et sa contribution à la vie culturelle de Lyon. Thèse de doctorat, Université de Montréal, 2012, p. 68-75.

                                      2 Bibliothèque nationale, Catalogue des incunables: CIBN. Tome I. Fasc. 3, C-D, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006. p. 492.

                                      3 Toutes les citations tirées du Cathon en francoys proviennent de cet incunable.

                                      4 E. Reuss, « Fragments littéraires et critiques relatifs à l’histoire de la Bible française. Seconde série. Les Bibles du quatorzième et du quinzième siècle et les premières éditions imprimées », Revue de théologie et de philosophie chrétienne, 14 (1857), p. 129-141, p 129.

                                      5 A. Claudin, Histoire de l'imprimerie en France au XVe et au XVIe siècle. Tome troisième, Paris, Imprimerie Nationale, 1904, p. 158.

                                      6 Julien Macho, Cy commence le mirouer de la redemption de lumain lignage translate de latin en francoys, Lyon, Martin Husz, 1478, fol. 1rb.

                                      7 Voir E. Schulze-Busacker, « Philippe de Novare, les Quatre âges de l’homme », Romania, 127 (2009), p. 104-146, p. 110 et 141. Il ne s’agit pas de Boèce mais d’un traité latin d’un Pseudo-Boèce (Boèce, De disciplina scolarium, éd. O. Weijers, Leide, E. J. Brill, 1976, p. 101-102).

                                      8 Cet exemplum a été très populaire; le Thesaurus Exemplorum Medii Aevi (ThEMA) contient six fiches à son sujet dont une intitulée « Un fils arrache le nez à son père » (Tubach 3488). Le De disciplina scolarium du Pseudo-Boèce en offre une version.

                                      9 Julien Macho, Recueil général des isopets III. L' Ésope de Julien Macho, éd. P. Ruelle. Paris, A. et J. Picard, 1982, p. 202.

                                      10 Ibid., p. 245-247. Le ThEMA possède une fiche – retrouvée grâce aux mots-clés « femme chaste »- pour cet exemplum (Tubach 661), qui dérive du 13e chapitre de la Disciplina clericalis.

                                      11 Ibid., p. 244-245.

                                      12 Ibid., p. 178-181. Le ThEMA indique une source à ce texte – trouvé avec les mots-clés « fils paresseux » (Tubach 2896 et 3005) – le recueil intitulé Ci nous dit (éd. G. Blangez, Paris, Société des anciens textes français, 1979-1986, 2 vol.).

                                      13 Ibid., p. 80-81.

                                      14 Ibid., p. 80.

                                      15 Elle correspond au numéro 307 du classement de G. Dicke, K. Grubmüller, Die Fabeln des Mittelalters und der frühen Neuzeit : ein Katalog der deutschen Versionen und ihrer lateinischen Entsprechungen, München, W. Fink, 1987.

                                      16 Julien Macho, Recueil général..., p. 134.

                                      17 Ibid., p. 138.

                                      18 Ibid., p. 145.

                                      19 Ibid., p. 281.

                                      20 Proverbe 1463, ms Q (BnF, lat. 10360, Bonum Spatium, fin 13e s.) dans J. Morawski, Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris, Champion, 1925, p. 53.

                                      21 E. Langlois, « Anciens proverbes français », Bibliothèque de l'École des Chartes, 60, 1899, p. 569-601. Chanoine de Lisieux, Étienne Legris avait écrit en 1444 un Répertoire du Roman de la Rose qu’il avait offert à Jean Lebègue. Son recueil contient plus de 800 proverbes en français suivis d’un commentaire en latin.

                                      22 En guise de référence pour ce recueil : J. de La Véprie, Les proverbes communs recueillis par J. de La Véprie, éd. A. Veinant, Paris, Silvestre, 1839. La première version imprimée date de 1495 par Jean de La Véprie, prieur de l’abbaye de Clairvaux. Ce recueil reprend tous les proverbes contenus dans les Proverbes ruraux et vulgaux, recueil du XIIIe siècle.

                                      23 L’étude des proverbes et de leur origine dans l’Ésope de Macho se retrouve dans ma thèse de doctorat : C. Laneville. Julien Macho et sa contribution ... p. 116-201.

                                      24 En comparant les sentences brèves, on remarque qu’elles sont présentées dans un ordre différent de celui donné dans le travail de M. Boas, mais on les retrouve toutes. Toujours selon les indications de Boas, elles semblent se rapporter surtout à deux incunables notés dans le Gesamtkatalog der Wiegendrucke 7 Conjuratio-Eigenschaften, (2. durchgesehene Auflage), Stuttgart/New York, A. Hiersemann, 1968 : les incunables 6277 (1475) et 6252 (1472). Voir aussi M. Boas, Disticha Catonis recensuit et apparatu critico instruxit Marcus Boas. Opus post Marci Boas mortem edendum curavit Henricus Johannes Botschuyver, Amstelodami, North-Holland Pub. Co., 1952, praefatio p. LXIII-LXIV).

                                      25 C. Marchello-Nizia, La langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, Armand Colin, 2005, p. 38-39.

                                      26 Julien Macho, Recueil général..., p. XXXI-XXXV.

                                      27 Jacques de Voragine, La Légende dorée. Édition critique dans la révision de 1476 par Jean Batallier d’après la traduction de Jean de Vignay (1333-1348) de la Legenda aurea (c. 1261-1266), publiée par Brenda Dunn-Lardeau, Paris, H. Champion, 1997, p. 45-83.

                                      28 J. Monfrin avait bien cerné la complexité de l’édition des incunables dans « Problèmes d’éditions de textes », Critique et édition de textes. Actes du XVIIe Congrès international de linguistique et philologie romanes (Aix-en-Provence, 29 août-3 septembre 1983), Aix-en-Provence, Université de Provence, 1986, p. 359-360.

                                      29 A. Claudin, Histoire de l'imprimerie en France..., p. 1-192.

                                      30 Voir notamment : G. Fau, S. Saksik et al., « L'imprimerie à Lyon au XVe siècle : un état des lieux », dans F. Barbier (dir.), Le berceau du livre, autour des incunables. Études et essais offerts au professeur Pierre Aquilon par ses élèves, ses collègues et ses amis, Genève, Droz, 2004, p. 191-208.

                                      Haut de page

                                      Pour citer cet article

                                      Référence papier

                                      Charles Laneville, « Le Cathon en francoys, une attribution possible à Julien Macho », Memini, 14 | 2010, 49-60.

                                      Référence électronique

                                      Charles Laneville, « Le Cathon en francoys, une attribution possible à Julien Macho », Memini [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://memini.revues.org/318

                                      Haut de page

                                      Auteur

                                      Charles Laneville

                                      Université de Montréal

                                      Haut de page

                                      Droits d'auteur

                                      Tous droits réservés

                                      Haut de page
                                      • Logo Société des études médiévales du Québec
                                      • Revues.org