Navigation – Plan du site

L’héritage mobile du roman médiéval :l’incursion du Bel Inconnu dans la Seconde Continuation du Conte du Graal

Julien Stout
p. 25-48

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On reprend le terme tel que le définit Gérard Genette (Palimpsestes, la littérature au second degré(...)
  • 2 Annie Combes et Annie Bertin parlent en effet d’un « contrat de continuation ». A.  Combes, A.  Ber (...)
  • 3 G.  Genette, Palimpsestes..., p. 224.
  • 4 A.  Combes et A.  Bertin, Écritures du Graal..., p. 31.
  • 5 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, édition du manuscrit 354 de Berne, traduction critique, prés (...)
  • 6 Robert de Boron, Joseph d'Arimathie: A Critical Edition of the Verse and Prose Versions, éd. R.  O’ (...)
  • 7 Sur la christianisation du Graal dans les Continuations et sur l’influence des autres romans du Gra (...)

1Inscrite dans un rapport d’« hypertextualité1 » avec le texte qu’elle prolonge (hypotexte), l’œuvre continuatrice (hypertexte) doit en principe s’appliquer à honorer un « contrat de continuation2 » qui la pousse à « veiller à l’unité de l’ensemble et à l’imperceptibilité des raccords3 », ainsi qu’à « respecter les caractéristiques narratives, diégétiques et stylistiques du texte premier4 ». Or on a depuis longtemps remarqué que les Continuations du Conte du Graal faisaient de sérieuses entorses à ce contrat tacite et diversifiaient le patrimoine légué par le Conte du Graal (P)5, dernier roman de Chrétien de Troyes laissé inachevé par son auteur (ca 1190), en y intégrant les éléments d’œuvres qui leur étaient contemporaines. Les chercheurs ont par exemple noté que les continuateurs se montraient particulièrement attentifs aux modifications chrétiennes apportées au motif du Graal par le Joseph d’Arimathie (ca 1200)6 et les romans du Graal en prose écrits à la suite du roman de Robert de Boron. Un rapide survol des différentes apparitions de l’objet dans le corpus permet aisément de constater qu’il prend un sens davantage conforme à l’actualité littéraire qu’aux indications laissées par Chrétien de Troyes dans son texte7.

  • 8 Michaël Riffaterre définit l’intertextualité comme étant « la perception par le lecteur de rapports (...)
  • 9 Une opinion que semble avoir John L. Grigsby : « Though the four continuators, especially Wauchier, (...)

2Les lectures comparatives du cycle en vers n’ont que très peu interrogé l’usage poétologique qu’ont fait les continuateurs de l’intertextualité8. Elles encouragent à penser que les auteurs des Continuations n’ont joué qu’un rôle mineur dans l’évolution des formes littéraires de leur époque et que, rangés derrière le prestige de leur maître et père, Chrétien de Troyes, ils n’ont fait qu’accepter passivement le changement progressif de l’horizon d’attente du public médiéval9. Pourtant, il suffit de tendre l’oreille au discours que les continuateurs tiennent sur leur art grâce, notamment, au thème du lignage pour comprendre qu’ils avaient à cœur de dialoguer de manière active avec les différents membres – anciens et nouveaux – de leur famille littéraire tout en assumant une position originale par rapport à ces derniers.

  • 10 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. I et II, éd. M.  Williams, 1922-1925 ; t. III (...)
  • 11 S.  Douchet, « Et par maintes fois m'ont dechut les diversitez qu'ai veües. La Continuation de Gerb (...)
  • 12 Ibid., p. 101.
  • 13 E.  Baumgartner, Le Récit médiéval. XIIe-XIIIe siècles, Paris, Hachette, coll. « Contours littérair (...)
  • 14 Sur l’épisode du « Tristan menestrel », qui se situe aux vers 3309-4832 et qui reprend les éléments (...)
  • 15 Au sujet des divers renvois intertextuels effectués par la Quatrième Continuation, voir K. V. Sincl (...)

3Les recherches menées sur la Quatrième Continuation (C4)10 ont déjà permis d’esquisser un portrait de l’« esthétique de la diversité11 » qu’aurait pratiquée son auteur, Gerbert. On a beaucoup écrit sur son « art consommé du roman12 » et sur son écriture tant continuatrice que compilatrice. Emmanuèle Baumgartner parle en effet d’une « Continuation en forme de compilation13 » pour qualifier ce texte qui poursuit encore les aventures de Perceval tout en consacrant un épisode entier au personnage de Tristan14 et qui multiplie les renvois à un prisme d’œuvres allant du Perlesvaus à l’Audigier15. D’après Keith Busby, le penchant que Gerbert semble avoir pour la compilation s’explique tant par son érudition que par la vogue, très répandue à son époque, des sommes littéraires :

  • 16 K.  Busby, « Der Tristan Menestrel... », p. 156, traduit par S. Douchet, « Une esthétique de la div (...)

Gerbert était très familier d’un vaste corpus de textes de la fin du premier quart du XIIIe siècle et le fait qu’il se réfère à autant d’œuvres antérieures pour composer son ouvrage renvoie à une caractéristique de cette période : la tendance à réunir un certain nombre de courants originellement séparés, dans le but de les assembler en une summa arthuriana16.

  • 17 A.  Leupin, « La faille et l'écriture dans les continuations du Perceval », Le Moyen Âge, vol. 88, (...)
  • 18 Ph.  Ménard, « L’histoire du Chevalier au cygne... », in fine.
  • 19 Wolfram von Eschenbach, Parzival, mittelhochdeutscher Text nach der sechsten Ausgabe von K. Lachman (...)
  • 20 S.  Douchet, « Une esthétique de la diversité... », p. 99.

4Le quatrième continuateur, qui a l’habitude d’insérer dans la narration des images « globalisantes » censées métaphoriser « une réflexion sur [son] art d’écrire17 », imagine une généalogie intertextuelle à Perceval, dont il se sert pour synthétiser sa démarche. Le soir du mariage du héros avec Blanchefleur, un ange lui raconte le destin de sa descendance et lui explique que, de sa lignée, viendra « une pucele » qui aura un fils « qui prime avra forme d’ome / qui molt sera gens et biaus / et puis devenra il oisiaus » (C4, v. 6918-6920) ainsi que trois autres fils « qui Jherusalem conquerront » (C4, v. 6932). Philippe Ménard a associé ces personnages anonymes aux héros de La Naissance du Chevalier au cygne et de la Chanson du Chevalier au cygne18, deux textes qui ont influencé la réécriture en moyen haut-allemand du Conte du Graal, le Parzival de Wolfram von Eschenbach19. Pour Sébastien Douchet, cette généalogie proleptique doit servir de « mode d’emploi à l’écriture continuatrice », qui est « la reprise et la recombinaison du matériau hypotextuel (Conte du Graal, Première, Deuxième et Troisième Continuation) mais aussi d’une tradition exogène20 ».

  • 21 I.  Arseneau, « Ce roman “n’est pas de la Reonde Table” : réhabilitation de la part ludique de la C (...)
  • 22 Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, publié, présenté et annoté par M.  Perret, traduction de M. Perr (...)
  • 23 Idem.
  • 24 Two Old French Gauvain Romances: Le chevalier à l'épée and La mule sans frein, Edited with Intr (...)
  • 25 À ce sujet, voir l’étude du personnage de Gauvain menée par Keith Busby (Gauvain in Old French Lite (...)
  • 26 F.  Dubost, « Tel cuide bien faire faut : le “beau jeu” de Renaut avec le merveilleux », dans J. Du (...)
  • 27 Ce Gerbert serait en fait Gerbert de Montreuil, auteur du roman parodique le Roman de la Violette. (...)
  • 28 I.  Arseneau, « Ce roman... », in fine.
  • 29 Ibid., p. 13.

5En procédant à « la réhabilitation de la part ludique21 » de la Quatrième Continuation, Isabelle Arseneau a mis en lumière le caractère transformatif de l’écriture de Gerbert. Elle relève une « série de renvois intertextuels au Bel Inconnu », roman écrit par Renaut de Beaujeu aux alentours de 120022, qui prouveraient que l’auteur revendique « son affiliation au courant parodique qui traverse la production narrative en vers […] à partir de la fin du XIIe siècle23 ». À cette époque, en effet, les récits arthuriens en vers se caractérisent par le goût de leurs auteurs pour les aventures parodiques qui mettent en scène Gauvain. Les textes comme Le Chevalier à l’épée, La Mule sans frein, La Vengeance Raguidel et Méraugis de Porletsguez24 s’appliquent principalement à poursuivre la déchéance du parangon de la chevalerie, amorcée dans le Conte du Graal25. Renaut de Beaujeu choisit même, dans Le Bel Inconnu, de donner un fils à Gauvain, Guinglain, personnage qui donne un corps et une voix à cette nouvelle génération d’auteurs désireuse de mettre à mal le patrimoine narratif légué par le Champenois26. Peut-être parodiste lui-même27, Gerbert s’inspirerait donc de ces héritiers plus rebelles du Conte du Graal en réunissant en une matière narrative très dense la série de textes qu’il a lus (sa « bibliothèque ») et qui l’ont influencé pour ensuite procéder à leur transformation et à leur bestornement. Le « renouvellement ludique28 » auquel il procède forcerait donc le passage de l’intertextualité à l’hypertextualité, terme dont Gérard Genette rappelle qu’il implique une « opération de transformation29 ».

  • 30 Seul Sébastien Douchet a analysé la présence de ce personnage dans la Seconde Continuation. Voir S. (...)
  • 31 Ibid., p. 43.

6À la suite de ces conclusions, il s’agira de démontrer que, quelques décennies avant Gerbert, l’auteur de la Seconde Continuation (C2), Wauchier de Denain, partageait déjà avec Renaut de Beaujeu (dont il est l’exact contemporain) cette volonté de transformer de façon ludique la matière romanesque léguée par le clerc champenois. En se concentrant sur l’incursion – fort peu glosée30 – de Guinglain dans le texte, l’analyse montrera que le second continuateur n’est pas insensible au « régime ludique de l’hypertexte31 ». La Seconde Continuation opte cependant pour un point de vue plus synthétique que celui de son contemporain : respectueux de la contrainte de continuité diégétique avec le Conte du Graal, Wauchier entend certes participer à la mutation du roman arthurien, mais il prétend également retracer les évolutions qu’a connues celui-ci depuis l’époque de Chrétien de Troyes, de façon à faire apparaître toute la ductilité du genre romanesque.

Un flirt avec la parodie

  • 32 F.  Dubost, « Tel cuide... », in fine.
  • 33 Ibid., p. 55.
  • 34 Ibid., p. 24. Au sujet de la figure du contredit, qui consiste à confronter un discours ou un énonc (...)
  • 35 Voir J.- C.  Lozachmeur, « Guinglain et Perceval », Études celtiques, 16 (1979), p. 279-281. En fai (...)
  • 36 « Un graal entre ses .II. meins / une damoiselle tenoit, / qui aviau les vallez venoit / […] atot l (...)
  • 37 F.  Dubost, « Tel cuide... », p. 56.
  • 38 F.  Gingras, « Les Fils de Gauvain... », p. 282.

7Dans un article intitulé « Le “beau jeu” de Renaut avec le merveilleux32 », Francis Dubost revient sur les mécanismes de bestornement du récit et de la merveille mis en place par l’auteur du Bel Inconnu qui, écrit le médiéviste, « transforme tout ce qu’il touche » et « casse la structure traditionnelle du conte merveilleux33 ». Il y compare la poétique parodique du romancier à l’exercice du « contredit », « ces propositions cocasses ou insoutenables énoncées par les spécialistes du jeu verbal et gestuel qu’étaient les jongleurs (joculatores)34 ». L’histoire de Guinglain – dont le nom a été lu par Jean-Claude Lozachmeur comme le calque celte de Perceval35 – serait ainsi l’envers parodique de celle du héros du Conte du Graal, ce dont témoignerait par exemple l’épreuve du « Fier Baissier » (Bel Inconnu, v. 3206), où le fils de Gauvain doit rompre par un baiser l’enchantement dont est victime une demoiselle changée en « wivre » (Bel Inconnu, v. 3128). La « grant clarté » (Bel Inconnu, v. 3133) qui émane de la bouche de la serpente rappelle la lumière éclatante qui accompagnait le Graal lors de sa première apparition36. Mais dans le Bel Inconnu, l’aventure épistémologique et sacrée du cortège du Graal cède la place aux « délices de la rencontre amoureuse », comme l’écrit Francis Dubost37. Pour Francis Gingras, cette transformation est le signe que « le Guinglain de Renaut de Beaujeu […] dilapide impunément l’héritage du Graal, remplacé par une femme-serpent38 ». Par ailleurs, le parodiste consacre la victoire de la nouvelle génération d’auteurs sur les anciens en mettant en scène un tournoi où Guinglain défait les vieux chevaliers de la Table Ronde, dont font partie Gauvain et Perceval (Bel Inconnu, v. 5501).

  • 39 Première Continuation de Perceval, texte du ms. L édité par William Roach, traduction et présentati (...)

8Cet ébranlement de ce qui fondait jusque-là le récit arthurien ne découragera pas Wauchier de Denain, qui entreprend d’écrire la suite des aventures des héros du Conte du Graal. Si le second continuateur se range ainsi du côté de l’ancienne génération, il inclut tout de même Guinglain dans son récit et lui fait rencontrer Perceval, puis Gauvain (C2, v. 22225-22551 et v. 31041-31420). Si ses apparitions ponctuelles (quelques centaines de vers seulement lui sont consacrés) surprennent de par leur apparente vacuité et contredisent quelque peu la Première Continuation qui avait déjà imaginé un fils à Gauvain, Lionel39, elles demandent néanmoins à être interprétées comme autant de manifestations de la contamination ludique de la Seconde Continuation et de l’ouverture de son auteur à ses cousins parodistes. Dans le premier tiers de l’œuvre, Guinglain provoque Perceval en duel après que celui-ci a flirté avec son amie. À l’image du combat acharné entre Guinglain et Perceval qui prend place dans le premier tiers de l’œuvre, la poétique du continuateur incarne les tendances narratives de plus en plus conflictuelles qu’elle doit réunir si elle veut être à la fois fidèle à son modèle, le Conte du Graal, et actuelle.

  • 40 Pour un survol des portraits stéréotypés de demoiselles, on consultera l’étude de synthèse de A. M. (...)

9Fidèle, le principal protagoniste du roman ne l’est pas toujours à Blanchefleur, sa dame, comme en témoigne son attitude au début de l’« épisode Guinglain ». Après une nuit passée à la belle étoile, il trouve sur son chemin l’amie du Bel Inconnu. Le narrateur en fait un portrait mélioratif dont la longueur n’a d’égale que sa banalité au regard des descriptions physiques de la tradition romanesque (C2, v. 22281-2230)40. On y retrouve en effet les éléments typiques du portrait traditionnel tels que les sourcils dorés (C2, v. 22294), la « face vermoille coloree  et plus blanche que noif gelee » (C2, v. 22297-22298) ou bien les « mameletes » qui sont « petites et duretes » (C2, v. 22305-22306). Wauchier a pu reprendre la description de Blanchefleur que fournissait Chrétien de Troyes, qui vantait lui aussi, entre autres choses, le « vermaus » de « son vis » (P, v. 1781-1782). L’aspect littéraire de la beauté de la dame est d’ailleurs accentué par le narrateur qui signale sa présence de façon ostentatoire au moment où il débute sa description :

Se je sa biauté vos disoie,

Conmant elle estoit bien formée,

Ainz seroit pres de la vesprée

Que je vos peüsse tout dire

Et toute sa biauté descrire

Mais tout briemant vos mostrerrai

  • 41 C2, v. 22286-22292.

De sa biauté ce que j’an sai41.

10Le caractère répétitif de ce passage qui se présente comme un exercice de rhétorique est quant à lui confirmé par Perceval lui-même, qui ne semble pas bien percevoir la différence entre Blanchefleur et cette autre demoiselle. Il se laisse en effet séduire par les charmes de la jeune femme : « Par un petit qu’il ne la prie  qu’elle l’amast, tant la vit belle » (C2, v. 22324-22325). À cet instant surgit Guinglain, qui provoque le héros en duel et met fin à cette idylle intertextuelle naissante. Mais il est, d’une certaine manière, déjà trop tard : le chevalier gallois semble désormais plus que disposé à orienter son désir vers de nouveaux objets, de même que le second continuateur, lui, assume le caractère centrifuge de sa « libido » descriptive et narrative.

11En fait, à ce point-ci du roman, ni le Gallois ni l’auteur n’en sont à leur première déloyauté. Au château de l’échiquier, déjà, Perceval se laissait charmer par la beauté merveilleuse de la maîtresse des lieux, « plus bele qu’autre crïature » (C2, v. 10070). Le samit dont elle était vêtue était parsemé d’étoiles « aussi cleres que chandoiles » (C2, v. 10068), ce qui n’était pas sans rappeler la « grant clarté » de la guivre féerique du Bel Inconnu (Bel Inconnu, v. 3133) qui n’était elle-même qu’un reflet de la lueur du Graal (P, v. 3164) que Chrétien de Troyes disait supérieure à celle des « chandoilles » (P, v. 3165). Wauchier pousse donc sciemment son personnage dans les bras de celle qui paraît se substituer à la « tant sainte chose » qu’est le Graal (P, v. 6351) :

Por son estre, por sa biauté

Vint une si grant volante

A Perceval de li amer

  • 42 C2, v. 10103-10106.

Qu’il comança a sopirer42.

  • 43 M.  Séguy, Les romans du Graal..., p. 304.
  • 44 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, édité et traduit par J.- M.  Fritz, Romans, dir. M.  Zink, Paris (...)
  • 45 « Li rois a ses chevaliers dist / Qu'il voloit le blanc cerf chacier / Por la costume ressaucier » (...)
  • 46 L’expression est de Danièle James-Raoul (« La conjointure ou l’agencement heureux », Chrétien de Tr (...)

12Cet amour féerique donne le coup d’envoi à une série d’aventures qui n’ont rien à voir avec la quête du Graal. Mireille Séguy rappelle d’ailleurs que le récit procède à de nombreuses digressions grâce à deux dispositifs, « celui du détour, qui, de manière récurrente, éloigne Perceval du Graal, et celui de la quête concurrente, qui oblitère longuement le projet initial du héros43 ». Le second continuateur ne semble pas pressé d’emprunter la « droite voie » (C2, v. 25972) qui mène « a la cort lou Roi Pescheor » (C2, v. 25973) et à la conclusion du récit, attendue depuis plusieurs années et plusieurs milliers de vers, déjà ! La principale quête qui l’occupe pendant des centaines de vers est celle du blanc cerf (C2, v. 20304-28238). Or la référence à cet animal merveilleux renvoie automatiquement au début d’Érec et Énide44 où la coutume de la chasse au blanc cerf, réinstaurée par Arthur45, servait principalement de métaphore à la « mout bel conjointure » (Érec, v. 14) de l’auteur, terme qu’il employait pour désigner sa poétique de l’« agencement heureux46 » de textes anciens en un conte original. Réinstaurer la coutume consistait ainsi, chez Chrétien, à la modifier à sa guise. En invoquant le blanc cerf, Wauchier de Denain donne par conséquent à sa continuation un caractère intertextuel et antiromanesque qui se voit renforcé par la transformation des motifs du géant et du nain, qui semblent relayer l’esthétique du contredit de l’auteur du Bel Inconnu.

  • 47 « Les êtres visés par cette dénomination ne sont pas très nombreux dans la chanson de geste, alors (...)
  • 48 F.  Dubost, « Tel cuide... », p. 38.
  • 49 F.  Dubost, Aspects fantastiques..., p. 621.
  • 50 Ibid., p. 623.

13Le géant romanesque, rappelle Francis Dubost, peut bien souvent être associé à la figure du sauvage47. Harpin de la Montagne, dans le Chevalier au Lion, se promet de livrer la fille du seigneur qu’il garde prisonnière « à la lubricité de ses valets et de jouir de cette déchéance », signe qu’il « s’acharne à dévaster tout ce qui porte témoignage de civilisation et de beauté48 ». Créatures dévastatrices, les géants vivent souvent sur une « terre gaste » qu’ils ont ravagée. Fidèles à l’archétype, les deux géants du Bel Inconnu ont « gasté » (Bel Inconnu, v. 735) toute une contrée et détruit les maisons qui s’y trouvaient (Bel Inconnu, v. 739-740). À ce goût pour la destruction vient s’ajouter, bien souvent, celui pour la chair humaine. Ainsi les géants du Moniage Guillaume, de Claris et Laris et d’Yder sont-ils à la fois « dévastateur[s] et anthropophage[s]49 ». Enfin, parce qu’il incarne par sa taille la démesure du désir de l’Autre, « le personnage explicitement désigné comme un géant se signale […] assez souvent par des méfaits sexuels qui vont de la brutalité à la perversion50 ».

  • 51 Ibid., p. 599.

14Dans l’épisode du géant de la Seconde Continuation (C2, v. 21659-21955), qui n’est pas à proprement parler une réécriture de l’épisode tel qu’il se présente dans le Bel Inconnu mais une variation sur le même motif, Wauchier décide de prendre à rebours les attentes liées à ces êtres surnaturels. Faisant preuve de ruse, il choisit de différer l’apparition du géant et dresse, en premier lieu, un décor courtois dans lequel un colosse exterminateur n’a, a priori, rien à faire. En effet, la « plus belle meson  c’onques veïst crestïens hom » (C2, v. 21695-21696) sur laquelle tombe Perceval au début de l’épisode ne laisse pas présager qu’un représentant de l’« Autrefois maléfique51 » y vit. La référence aux « crestïens hom » est là pour ancrer l’espace présenté dans un univers connu, régi par la Loi. L’intérieur de la demeure, lui, est d’un rare raffinement. Des mets exquis y trônent sur une table d’argent richement apprêtée :

Blanche nape, sel et coutiaus

Et hanas d’or, riches et biaux ;

Et de vïende tel plantez

  • 52 C2, v. 21709-21711.

C’un rois an fust toz honorez52.

15Bon joueur, le narrateur annonce la résurgence prochaine de la figure anthropophage en indiquant que la table est garnie de « char fresche » (C2, 21734) avant de préciser cependant que la chair n’est pas humaine et qu’il ne s’agit que d’« oisiaux et venoison » (C2, v. 21734). Alors qu’il décide de passer à table, une demoiselle « povremant vestue » (C2, v. 21749) lui donne des indications sur le cruel maître des lieux dont rien, jusqu’à présent, n’indiquait qu’il s’agissait d’un géant : « De ceanz est un jeanz sir[e],  qui molt est fel et députer[e] » (C2, v. 21760-21761). Il n’en faut pas moins pour que le héros s’imagine que, conformément à la « tradition » gigantale, le colosse s’est uni à la jeune fille. Celle-ci conteste les insinuations :

– Sire, fait elle, nenil, voir.

Ainz m’a tenue an son manoi[r]

Deus anz antiers et un demi,

Dont j’e formant lou cuer m[a]rri.

Ne je voil faire son bon,

  • 53 C2, v. 21769-21774.

Si ne me fait se honte non53.

16Bien qu’il soit « forz a demesure » (C2, v. 21789), le géant n’a pas passé outre l’interdiction verbale formulée par la jeune femme. Pendant deux ans et demi, les deux individus ont donc formé un curieux et platonique ménage que l’on serait tenté d’interpréter comme une transformation parodique du motif de la mal mariée. Le géant ayant toutes les caractéristiques d’un riche seigneur et non d’un rustre (demeure courtoise, mets raffinés, manières policées), on pourrait même supposer qu’il est en fait victime d'un sortilège. Beau prince, il serait devenu un monstre brutal suite à un maléfice semblable à celui du serpent du Bel Inconnu.

  • 54 Voir F.  Dubost, « Tel cuide… », p. 41-42 ; A.  Martineau, Le Nain et le Chevalier. Essai sur les n (...)
  • 55 F.  Dubost, « Tel cuide… », p. 42.
  • 56 Voir L'Âtre périlleux, édité par B.  Woledge, Paris, Champion, coll. « Classiques français du Moyen (...)

17Se posant comme l’exact inverse du colosse, la figure du nain est amenée, elle aussi, à subir des mutations. Le survol des nains de la littérature, effectué par Francis Dubost et systématisé depuis par Anne Martineau54, confirme qu’« avant 1200 [date à laquelle écrit Renaut de Beaujeu], la plupart des nains sont haïssables, hideux, difformes et perfides55 ». Avant le Bel Inconnu, le nain « canonique » est Frocin, le collaborateur bossu et félon du roi Marc qui, dans le Tristan de Béroul, ne cesse de mettre des bâtons dans les roues des deux amants de Cornouailles. Plus tard, les auteurs de romans arthuriens parodiques donneront une meilleure image de leurs nains. Dans L’Âtre périlleux, la bienveillance d’un nain permettra à Gauvain de nourrir la pucelle affamée (Âtre Périlleux, v. 4125) tandis que dans Meraugis de Portlesguez, le nain gardera le héros éponyme du déshonneur et le conduira vers la « voie de l’honneur » (Méraugis, v. 2206-2208). Mais dans la chronologie, Le Bel Inconnu est probablement le premier à donner un portrait « positif » d’un nain56. Avec Tidogolain, nain « cortois et bien apris » qui « gent ot le cors et biel le vis » (Bel Inconnu, v. 159-160), Renaut de Beaujeu remanie en la bestornant la figure telle qu’elle apparaissait dans les romans de Tristan, confirmant ainsi l’esthétique du contredit à laquelle il obéit.

  • 57 Pour une analyse des différents portraits de géant, voir F.  Dubost, Aspects fantastiques..., p. 58 (...)

18Signe de la grande versatilité de son auteur, la Seconde Continuation intègre les modifications à la figure du nain effectuées par Renaut et propose sa propre version de Tidogolain, à savoir le petit chevalier. Tandis qu’il chevauche parmi la lande, Gauvain voit arriver devant lui un chevalier « petiz a desmesure » (C2, v. 29359), inversion exacte de la formule qui sert le plus souvent à caractériser le géant et à rendre compte, justement, de sa démesure physique (et morale): « grant a desmesure57  ». L’aspect disharmonieux du spectacle que pourrait offrir un être démesurément petit est tout de suite contredit par le narrateur (« Mais » C2, v. 29360), qui en esquisse le portrait après une formule introductive habituellement réservée aux demoiselles :

Mais onques nule creature

D’ome et de fame ne fu nee,

Donc l’an feïst onc renonmee

Qui fut plus bele, au mien espoir.

  • 58 C2, v. 29360-29364.

Se je vos an voil dire voir58.

  • 59 Voir A.  Tobler et E.  Lommatzsch (dir.), Altfranzösisches Wörterbuch, Wiesbaden, Steiner, t. V, 19 (...)

19Le vers 29364 renvoie clairement à l’art de dire de l’auteur qui propose ici un nouveau canon de beauté dont il rappelle l’aspect « manovrez » (construit, fabriqué à la main, manuoperare59, C2, v. 29369). S’il y a bien une connivence entre le continuateur et le parodiste qui contredisent tous deux les attentes liées au géant ou au nain, on devine dans ce passage une divergence dans le projet esthétique de chacun des écrivains. Au contraste des énoncés de Renaut, qui ne décrivait pas Tidogolain mais jouait surtout sur l’opposition des termes « nain », « courtois » et « bel » pour susciter l’étonnement, Wauchier substitue une exploration d’ordre plastique qui trahit son penchant pour les formes de beauté nouvelles et inusitées. Chez le second continuateur, la démesure du nain n’est plus indice de laideur, elle est l’occasion de l’instauration de normes esthétiques qu’on pourrait qualifier de baroques, tant elles font coexister deux registres contradictoires, à savoir le monstrueusement petit et l’infiniment beau. Il ne s’agit donc pas, pour l’auteur de la Seconde Continuation, de relayer servilement les instruments parodiques de Renaut. Entre Perceval et Guinglain, entre le cycle romanesque initié par Chrétien de Troyes et la tradition des romans parodiques en vers, il s’établit un rapport de compétition que rappelle la différence de traitement, dans la continuation, de l’affrontement armé des deux chevaliers narré dans le Bel Inconnu. Là où, chez Renaut, le Bel Inconnu défaisait l’ensemble des anciens membres de la Table Ronde au cours du d’un tournoi, le combat mis en scène par Wauchier est nettement plus confidentiel et implique un face à face entre Perceval et Guinglain (C2, v. 22337-22372). Wauchier est donc plus ciblé dans ses attaques. En fait, il ne cesse d’invoquer son contemporain pour mieux s’en démarquer. L’analyse du portrait de Rosete, personnage féerique à l’apparence fluctuante, le confirme de façon synthétique.

Rosete ou la beauté fluctuante d’une « Fleur du Mal »

20Lorsque Rosete apparaît à la croisée d’un chemin, on croit d’abord à une redite de la rencontre entre Perceval et l’amie du Bel Inconnu. Dans un premier temps, le héros aperçoit la robe de soie du personnage, « tailliee a l’us de Cornuaille » (C2, v. 23172). Joli cœur dans le reste de la continuation, il n’éprouve aucune tentation face à la demoiselle, et pour cause : le physique de cette dernière la range davantage du côté des monstres. L’auteur, lui, voit dans Rosete l’occasion de prouver une fois de plus ses talents de portraitistes. Après s’être signalé au public comme il le faisait dans les autres portraits du roman (« Se de il voil dire voir » C2, v. 23176), il entame son copieux « antiportrait » :

Si chevox estoient plus noir

Que n’est pas pane de cornoille.

Petit front ot et grant oroille,

Sorciz bas qui velu estoient

Et tuit ansamble se tenoient ;

Noirs ot les iauz com arremanz,

Anfossez trestot la dedanz.

Ses nes rebifoit contremont

Corz et petiz, mais molt grant sont

Les narilles qu’elle a overtes.[…]

Granz danz avoit, jaunes et laiz,

S’ot [hautes] gencives delez ;

Mantons ot lons et granz grenons.

Dout tout est laide sa façons.

Car boçue estoit et maufete,

Deslïee et désaffublée,

Mais vestue conme fee.

Lou col avoit plus noir que fer ;

  • 60 C2, v. 23175-23119.

Bien sambloit deable d’anfer60.

  • 61 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion ou Le roman d'Yvain,édition critique d'après le manuscrit (...)
  • 62 T.  D.  Hunt, « Texte and Prétexte. Jauffre and Yvain », The Legacy... , vol. 2, p. 129.

21De la noirceur des cheveux à la disproportion de chacun des éléments de son corps et de son visage, le physique de la demoiselle est purement apocalyptique ; il est l’extrême inverse de ce que l’on est en droit d’attendre d’une demoiselle. Il rappelle les antiportraits du berger du Chevalier au Lion61 (Yvain, v. 294-313) et surtout de la Demoiselle Hideuse du Conte du Graal (P, v. 4544-4572), dont Tony Hunt expliquait qu’ils appartiennent « to the same tradition of vituperatio […] and [are] used to the same effect, namely to produce a reversal of expectations62 ». Même s’il emprunte à une tradition figée d’antiportraits, Wauchier joue des contraires (et de l’horizon d’attente, comme le dit à sa façon Tony Hunt). Il souligne l’habillement féerique de la demoiselle, en contradiction totale avec son aspect physique. Tout aussi contradictoire est la présence, aux côtés de cette créature infernale, d’un « biaux » chevalier (C2, v. 23204), qui s’offusque pourtant quand Perceval lui explique au sujet de son couple « qu’en ceste ovre […] rire et gaber puet on » (C2, v. 23233-23234).

  • 63 F.  Dubost, « Tel cuide... », p. 24.

22Or le nom de la demoiselle, « Rosete » (C2, v. 23358), place justement la scène sous le signe du rire de Renaut de Beaujeu. Le contraste entre le nom de fleur et l’image diabolique n'est pas sans rappeler la Rose Espanie du Bel Inconnu (Bel Inconnu, v. 1724), dont le nom jurait avec le physique. Comme l’écrit Francis Dubost, l’amie de « l’un des plus anciens chevaliers de la Table Ronde, Girflet, fils de Do » incarne dans le roman de Renaut de Beaujeu « la vieille chevalerie, celle qui reste figée sur ses rituels [et qui] paraît menacée par le temps63 ». Ainsi, la demoiselle devenue vilaine et ridée servait à la fois d’emblème et de contre-modèle à l’esthétique du contredit de Renaut. Cependant, Rosete n’est pas Rose Espanie. Bien que Wauchier cultive les contrastes et qu’il affiche un goût prononcé pour les portraits et les tableaux baroques, il ne décrit pas le temps comme la cause principale de la laideur de son anti-égérie, dont il compte bien imposer le canon à la cour arthurienne. L’arrivée du chevalier et de Rosete chez le roi des Bretons prend en effet des allures de manifeste et de pamphlet contre les parodistes qui railleraient et « gaberaient » trop promptement les vieux romans.

23Ainsi, le couple du beau et de la bête se rendent à Garadigan alors qu’y sont réunis les chevaliers de la Table Ronde (C2, v. 23403). Ces derniers, accoudés aux fenêtres du château (C2, v. 23413), « esgardent » la forêt dans une attitude purement contemplative, semblable, peut-être, à celle d’un auditoire. Si Sagremor est le premier à remarquer le couple chevauchant (C2, v. 23416), Keu en comprend le potentiel narratif et comique. Il s’improvise romancier et décide de jouer avec les attentes de la reine. Il se précipite dans les appartements royaux et annonce de façon mensongère à sa souveraine que tous les chevaliers sont fascinés par la beauté d’une demoiselle qui se dirige vers le château (C2, 23447). Piquée dans son orgueil, Guenièvre s’étonne et s’inquiète d’une telle beauté, qui pourrait faire de l’ombre à ses charmes : « Est-elle donc de tel biautez,  fait la roïne, con vos dites ? » (C2, v. 23448-23449). Passé maître dans l’art du suspens, Keu refuse d’en dire plus : « Ja par moi n’an savrez  jusque tant que vos la verroiz » (C2, v. 23452-23453). L’attitude de Keu est grandement semblable à celle du narrateur, qui jouait déjà sur les attentes et cultivait son effet de surprise en décrivant d’abord la robe de Rosete et ensuite son aspect repoussant. La reine mord en tout cas à l’hameçon et se précipite au milieu des chevaliers qui accueillent le couple. L’ami prend alors la parole et s’adresse à Arthur : « An vostre prison m’a tramis,  moi et m’amie o le cler vis  Percevaux, qui ne vos het mie » (C2, v. 23470-23472). Keu, à la manière d’un parodiste, ne crée un horizon d’attente que pour le décevoir et ainsi faire rire l’assemblée :

Lors n’i a chevalier qui ne rie,

Quant il oient celui conter

Que s’amie avoit lou vis cler ;

  • 64 C2, v. 23474-23477.

Meïsme la roïne an rit64.

24Fier de son succès, le sénéchal demande avec ironie si l’ami de Rosete n’a pas d’autres demoiselles en réserve (C2, v. 23483-23484). Vraisemblablement las des gouailleries de son frère de lait, Arthur met pourtant un terme à l’amusement général, dont il dénonce l’immaturité :

Kez, de ce soiez toz seürs

Que vos ne seroiz ja meurs.

Maudiz soit fruitz qui ne meure,

Et li homs qui tant s’aseüre

A dire mal qu’il acostume,

Et qui son cuer tant an alume,

Qu’il ne s’am puet pas tenir,

Ainz viaut tot le mont escharnir

  • 65 C2, v. 23493-23502.

Par sa laingue qui trop est folle65.

25Faut-il voir dans cette critique une pique adressée par l’auteur aux ironistes et aux parodistes qui n’ont d’autre talent que de tourner en dérision, par le biais de jeux formels purement autocentrés, les modèles que leur lègue la tradition romanesque ? Arthur préférerait-il que ses vassaux rient d’une autre manière, d’une façon semblable, peut-être, à celle de la demoiselle qui s’était esclaffée la première fois que Perceval était venu à la cour (P, v. 993) ? Dans cet épisode du Conte du Graal, Keu se faisait reprocher les remarques ironiques qu’il avait adressées au jeune Perceval : « Keux, fait li rois, por Dé merci,  trop dites volantiers anui » (P, v. 966-967). Une jeune femme riait ensuite au nez du héros et lui annonçait qu’il n’y aurait bientôt « nul chevalier meillor que [lui] » (P, v. 999), tandis qu’un « sot » dans l’assemblée s’exclamait :

Ceste pucele ne rira

Jusque tant que ele verra

Celui qui de chevalerie

  • 66 P, v. 1015-1018.

Avra tote la seignorie66.

26Ce rire prophétique provoquait alors l’ire de Keu, qui s’en prenait violemment aux deux personnages (« la pucele ferue ot » P, v. 1009). Digne successeur de Chrétien de Troyes, Wauchier verrait donc les « contredits » de Keu comme une stagnation, un retour en arrière peu souhaitable car « anuieuz ». Il préférerait un rire orienté vers l’avenir, vers l’avènement de Perceval et des nouvelles valeurs chevaleresques et romanesques dont il est l’étendard.

27D’ailleurs, dans la Seconde Continuation, tous les personnages ne sont pas aussi prompts que Keu à plaisanter de tout. Après avoir souri à la vue du couple, Perceval se ravise et se laisse convaincre par l’amour sans borne que manifeste l’ami de Rosete envers sa dame : « Pechié feroit  qui vos departiroit de li » (C2, v. 23366-23367). Ainsi mis en abyme, le rire généré par la figure du contredit est critiqué au profit d’une littérature plus mûre (C2, v. 2495) qui serait capable de dire la beauté d’amours et de demoiselles dont le canon serait encore à définir. Alors que Renaut ne faisait que constater, en quelques lignes, la laideur de Rose Espanie et la vieillesse des romans arthuriens qui le précédaient, le second continuateur s’attarde non sans délectation sur les détails de la plasticité anti-romanesque de Rosette (une « Fleur du Mal » avant l’heure ?).

28La jeune femme, qui ne prononce pas une seule parole dans un récit où tout le monde (narrateur, protagonistes) semble avoir quelque chose à dire à son sujet, n’est en fait qu’une image rhétorique, une merveille qui interroge et incite le lecteur à multiplier les interprétations. Comme pour confirmer cette hypothèse, le narrateur vient rappeler que Rosete n’est qu’une figure littéraire en racontant sa transformation féerique :

Tant con lui plot et a s’amie,

Qu’il amoit tant conme sa vie,

Qui fu pois, ce set l’an, si belle

Que l’an ne savoit damoiselle

De sa biauté an la contrée

  • 67 C2, v. 23527-23532.

Ce ne sai ge s’elle iert faee67.

  • 68 Voir L.  Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine, la naissance des fées, Paris, Ch (...)
  • 69 Tzvetan Todorov définit le fantastique comme l’hésitation ontologique « éprouvée par un être qui ne (...)

29Antoinette Saly, Laurence Harf-Lancner et Lucy Paton interprètent unanimement le vers 23532 comme le signe univoque de la nature féerique et surnaturelle de la demoiselle que le vers 23117 suggérait déjà par son habillement68. Le narrateur est pourtant plus prudent (« ne sai ge s’elle iert faee ») et laisse l’auditeur-lecteur dans un doute proprement fantastique69 qui fonctionne comme un appel au commentaire et peut-être même à la réécriture de cette merveille irrésolue. En effet, d’un point de vue poétique, l’hésitation ontologique autour du personnage de Rosete renvoie à l’écriture du continuateur qui s’efforce de retranscrire dans toute leur diversité les discours, les merveilles et les discours sur les merveilles. Il dresserait en quelque sorte un portrait plus global du roman médiéval, forme « ouverte » qui incite à la réécriture.

30Le dévoilement du nom de l’amant de Rosete vient d’ailleurs confirmer que Wauchier a pour dessein de montrer toute la relativité des canons romanesques. Forcé de s’identifier auprès de Perceval, le chevalier se trouve incapable de donner au Gallois autre chose que son surnom : « L’an m’apelle Biau Mauvés » (C2, v. 23328). Le héros semble intrigué par cette appellation, qu’il trouve en inadéquation profonde avec l’« estre » de l’individu :

[…] Se Diez me voie

An vostre non si a mançonge

Et voir, car sachiez sans alonge

Que Biau Mauvés n’estes vos mie,

  • 70 C2, v. 23329-23334

Mes bons et biaux70.

  • 71 Pour une étude des différentes variantes du « Beau Couard », on pourra consulter A.  Adler « The th (...)
  • 72 Ph.  Ménard, Le Rire et le Sourire..., p. 576-579.
  • 73 Ibid., p. 577.
  • 74 Voir A.  de Libera, La Querelle des universaux : de Platon à la fin du Moyen Âge, Paris, Éditions d (...)
  • 75 P.  Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique »,1975, p. 51.

31Il est à noter qu’en s’adressant à ce personnage dont il souligne le surnom paradoxal, Perceval dialogue avec la variante d’une des figures récurrentes du roman courtois : le « Beau Couard ». À titre d’exemple, un « Biax Coarz » et un « Lez Hardiz » sont mentionnés dans Érec et Énide (v. 1676). On trouve aussi un Beau Couard dans le Perlesvaus (1358, 48) et dans le Bel Inconnu (v. 48) et un Beau Mauvais dans Les Merveilles de Rigomer (v. 7077) et le Didot-Perceval (p. 873)71. Représentants de ce que Philippe Ménard nomme l’« onomastique plaisante72 », leurs noms seuls suffisent à susciter le sourire car « ils sont formés de deux éléments contradictoires et expriment un piquant paradoxe », à une époque où « c’est une anomalie de la Nature s’il y a discordance entre le physique et le moral73 ». Si ces considérations renvoient à la Querelle des Universaux et aux thèses « réalistes » selon lesquelles « rien n’est en dehors du particulier74 », qu’à un être correspondent un nom ainsi qu’une apparence stables, uniques (on se souvient de l’enseignement de la mère de Perceval : « Par le non conoist en l’ome » P, v. 526), il est frappant de remarquer à quel point Wauchier se joue des catégories. En effet, il ne fait que constater sans la résoudre la discordance entre l’être et le paraître de ce « bel inconnu ». Pratiquant un art du contredit, il ne confronte pas les contraires dans le but de provoquer le rire mais plutôt dans celui de montrer toute l’ambiguïté du rapport entre les mots et les choses. En ce sens, il annoncerait la poétique des Grands Rhétoriqueurs tels qu’ils ont été dépeints par Paul Zumthor. Comme ces derniers, sa jonglerie ne provient pas tant d’une « fantaisie verbale, que d’un jeu avec l’essence des choses75 » :

  • 76 Idem

Elle nie les universaux, tourne en dérision le nominalisme des doctes, mais aussi bien le réalisme qui s’y oppose : rien n’a de sens que les significations mêmes émanées du discours, et proprement inépuisables, sources d’associations sans fin, conciliatrices de tous contraires76.

  • 77 Ibid., p. 50-51.

32Peintre de la modernité, le second continuateur traite « la signification comme une efflorescence qui s’épanouirait en rayonnements successifs et contrastés, les pétales sortant des pétales en corolles toujours nouvelles et imprévisibles77 », à l’image du physique fluctuant de Rosete. Situé entre le « mançonge » et le « voir » (une formule qui renvoie au début de la partie arthurienne du Brut « Ne tot mençonge, ne tot voir » Brut v. 10038), entre le Beau et le Laid, le second continuateur célèbre également l’ambivalence sémantique sur laquelle repose le roman arthurien dont il propose une synthèse. En effet, tout en se montrant ouvert à l’avenir et aux interprétations sans cesse renouvelées de son œuvre, Wauchier opte pour un point de vue qui concilie le futur et le passé du roman.

Passé et avenir d’un « genre en devenir »

33Il est vrai qu’en choisissant de prolonger un texte composé dix ou vingt ans auparavant, Wauchier ne peut faire l’économie d’une réflexion sur le chemin parcouru entre-temps par le genre romanesque. À cet égard, il n’est pas fortuit que les rencontres avec Guinglain et Rosete dans la Seconde Continuation précèdent respectivement deux épisodes conçus comme des anamnèses : le retour chez Blanchefleur (C2, v. 22552-23120) et le retour au manoir de la mère (C2, v. 23533-23834), où Perceval prend à rebours le chemin qu’il avait emprunté pour se lancer dans l’aventure chevaleresque. Le retour chez le personnage maternel, rappelle Sébastien Douchet, garantit de manière symbolique la jonction entre l’hypotexte et son hypertexte :

  • 78 S.  Douchet, Logiques du continu et du discontinu. Espace, corps et écriture romanesque dans les Co (...)

La continuité de l’hypotexte au texte est ainsi assurée aussi bien au niveau de la narration, extra- et intradiégétique, que de la diégèse, et ce sur le modèle de la technique de la memoria rhétorique. À cette différence près que la structure conceptuelle de la mémoire rhétorique est narrativisée et mise en fiction78.

  • 79 Idem.

34Ce retour incarne également l’effet de dédoublement que produit un tel exercice de mémoire. Perceval découvre en effet que chez sa défunte mère vit un membre de sa famille dont il ignorait l’existence jusque-là : sa sœur. Ce personnage, dit Sébastien Douchet, n’est qu’un avatar de la mère qui « permet […] l’explicitation et la réduplication d’une situation implicitement posée par Chrétien79 ». Se laissant entraîner par un mouvement centripète qui le ramène vers les lieux du Conte du Graal, Wauchier peut parfois répéter sans le transformer le texte qu’il émule, comme le rappelle Annie Combes :

  • 80 A.  Combes et A.  Bertin, Écritures du Graal..., p. 44.

La projection d’un passé textuel dans le présent de la fiction se manifeste en particulier par des reprises à l’identique de passages écrits par Chrétien ou le premier continuateur. Une utilisation remarquable de ce procédé est faite au début du récit, lorsque sont intégralement recopiés quatorze vers (les vers 6217-6230 du Conte du Graal […] deviennent littéralement les vers 19617-19630 de la continuation)80.

35Le second continuateur peut donc littéralement s’identifier à son hypotexte, qu’il relit et réécrit. On pourrait dire que, parallèlement à l’esthétique du « contredit », il propose une esthétique de la redite. Est-ce par nostalgie qu’il véhicule sans les modifier les vers de son maître principal ? Peut-être cherche-t-il dans la figure de Chrétien de Troyes et dans les lieux du roman original une sorte de point de repère dans une littérature mouvante, même s’il lui arrive par ailleurs de faire l’éloge de cette mouvance.

  • 81 M.  Bakhtine, « Du discours romanesque », Esthétique et théorie du roman, traduit du russe par D.  (...)

36À cet égard, le combat entre l’ancienne (Perceval) et la nouvelle (Guinglain) chevalerie, se solde dans la Seconde Continuation par une victoire de la première sur la seconde. Dès que le Bel Inconnu apprend à qui il a affaire, il s’avoue vaincu (C2, v. 22380). C’est la renommée du héros, Perceval, et non sa supériorité chevaleresque, qui lui permet de l’emporter. Néanmoins, le choc retentissant des générations littéraires aura occupé tout l’espace d’un texte qui s’ouvre à la parodie mais opte pour un point de vue plus à même de synthétiser l’histoire du roman en mouvement. Le Conte du Graal lui sert alors de repère – et non de contre-modèle – dans une littérature où les canons changent à toute vitesse. Précédant de plusieurs siècles les considérations de Mikhaïl Bakhtine selon qui « le roman est le seul genre en devenir81 », il ne dilapide pas, comme Renaut de Beaujeu, l’héritage du roman médiéval ; il croit plutôt en l’avenir de sa démarche et de son texte, auquel il refuse, d’ailleurs, de donner un point final. De retour au château du Graal, Perceval ne parvient pas à ressouder l’épée que le Roi Pêcheur lui donne, signe que ses aventures ne sont pas finies (C2, v. 32558). Loin d’être un échec, cet inachèvement de l’épreuve renvoie à l’inachèvement de l’œuvre dont d’autres continuateurs devront écrire la fin. Il n’est donc guère étonnant que « Percevaus se resconforte » (C2, v. 32594) à la fin d’une œuvre qui aura été un aussi « Beau Jeu », peut-être, que celui de Renaut.

Haut de page

Notes

1 On reprend le terme tel que le définit Gérard Genette (Palimpsestes, la littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique », 1982) : « J’entends par là toute relation unissant un texte B (que j’appellerai hypertexte) à un texte antérieur A (que j’appellerai, bien sûr, hypotexte) sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire » (p. 13).

2 Annie Combes et Annie Bertin parlent en effet d’un « contrat de continuation ». A.  Combes, A.  Bertin, Écritures du Graal, Paris, P.U.F., coll. « Études littéraires recto-verso », 2001, p. 31.

3 G.  Genette, Palimpsestes..., p. 224.

4 A.  Combes et A.  Bertin, Écritures du Graal..., p. 31.

5 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, édition du manuscrit 354 de Berne, traduction critique, présentation et notes de Ch.  Méla, Paris, Librairie générale française / Le Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 1990.

6 Robert de Boron, Joseph d'Arimathie: A Critical Edition of the Verse and Prose Versions, éd. R.  O’ Gorman, Toronto, University of Toronto Press, 1995.

7 Sur la christianisation du Graal dans les Continuations et sur l’influence des autres romans du Graal sur le traitement du motif au sein du corpus, voir, entre autres, A. Combes et A. Bertin, Écritures du Graal..., p. 31-51 ; D.  D.  R.  Owen, The Evolution of the Grail Legend, Édimbourg et Londres, Oliver and Boyd, 1968 ; R.  S.  Loomis, The Grail, from Celtic Tradition to Christian Symbol, Cardiff, University of Wales Press ; New York, Columbia University Press, 1963, notamment p. 28-81 ; W.  Roach, « Transformations of the Grail theme in the first two Continuations of the Old French Perceval », Proceedings of the American Philosophical Society, vol. CX (1966), p. 160-164 et M.  Séguy, Les romans du Graal ou le signe imaginé, Paris, Champion, coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 2001, notamment p. 19-250.

8 Michaël Riffaterre définit l’intertextualité comme étant « la perception par le lecteur de rapports entre une œuvre et d’autres, qui l’ont précédée ou suivie » (« La trace de l’intertexte », La Pensée, no 215, octobre 1980, p. 4-18). On préférera ici la définition plus restrictive que Gérard Genette donne du terme. Pour le formaliste français, l’intertexte désigne la « coprésence entre deux ou plusieurs textes, c’est-à-dire, éidétiquement et le plus souvent, […] la présence effective d’un texte dans un autre » (Palimpsestes..., p. 8).

9 Une opinion que semble avoir John L. Grigsby : « Though the four continuators, especially Wauchier, lacked Chrétien’s art, he obviously remained their master » (« Heroes and their destinies in the continuations of Chrétien’s Perceval », dans N.  J.  Lacy, D.  Kelly et K. Busby (dir.), The Legacy of Chrétien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, 1987, 2 vol., vol. 2, p. 53).

10 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. I et II, éd. M.  Williams, 1922-1925 ; t. III, éd. M. Oswald, Paris, Champion, coll. « Classiques français du Moyen Âge », 1975.

11 S.  Douchet, « Et par maintes fois m'ont dechut les diversitez qu'ai veües. La Continuation de Gerbert de Montreuil : une esthétique de la diversité », Médiévales, no 7 (2005), p. 88-101.

12 Ibid., p. 101.

13 E.  Baumgartner, Le Récit médiéval. XIIe-XIIIe siècles, Paris, Hachette, coll. « Contours littéraires », 1995, p. 91.

14 Sur l’épisode du « Tristan menestrel », qui se situe aux vers 3309-4832 et qui reprend les éléments du Lai du Chèvrefeuille et de la Folie Tristan de Thomas, voir K.  Busby, « Der Tristan Menestrel des Gerbert de Montreuil und seine Stellung in der altfranzösischen Artustradition », Vox Romanica, vol. 42 (1983), p. 144-156 ; J.  Kjær, « L’épisode de “Tristan menestrel” dans la Continuation de Perceval par Gerbert de Montreuil (XIIIe siècle) : essai d’interprétation », Revue romane, vol. 25, no 2 (1990), p. 356-366 et F. Gingras, Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles, Paris, Champion, coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 2002, p. 90-93.

15 Au sujet des divers renvois intertextuels effectués par la Quatrième Continuation, voir K. V. Sinclair, « Gerbert de Montreuil and the parody Audigier », Romance Notes, vol. 17, no 2 (1976-1977), p. 208-211 ; A. Saly, « Le Perlesvaus et Gerbert de Montreuil », dans J.‑C. Faucon (dir.), Miscellanea Mediaevalia. Mélanges offerts à Philippe Ménard, Genève, Slatkine, 1998, p. 1163-1182 ; Ph.  Ménard, « L’histoire du Chevalier au Cygne dans la Continuation du Perceval de Gerbert », dans M.  Accarie, Ch.  Martineau-Génieys, J.‑G. Gouttebroze et É.  Kotler (dir.), Marginalité et Littérature. Hommage à Christine Martineau-Génieys, ILF-CNRS, Université de Nice-Sophia Antipolis, 2001, p. 249-262 et S.  Douchet, « Une esthétique de la diversité... », in fine.

16 K.  Busby, « Der Tristan Menestrel... », p. 156, traduit par S. Douchet, « Une esthétique de la diversité... », p. 100.

17 A.  Leupin, « La faille et l'écriture dans les continuations du Perceval », Le Moyen Âge, vol. 88, no 2 (1982), p. 257.

18 Ph.  Ménard, « L’histoire du Chevalier au cygne... », in fine.

19 Wolfram von Eschenbach, Parzival, mittelhochdeutscher Text nach der sechsten Ausgabe von K. Lachmann ; Übersetzung von P. Knecht ; Einführung zum Text von B. Schirok, Berlin, Walter de Gruyter, 1998.

20 S.  Douchet, « Une esthétique de la diversité... », p. 99.

21 I.  Arseneau, « Ce roman “n’est pas de la Reonde Table” : réhabilitation de la part ludique de la Continuation de Gerbert de Montreuil », Actes du 22e congrès de la Société internationale arthurienne, Rennes, 2008 : http://www.uhb.fr/alc/ias/actes/pdf/arseneau.pdf

22 Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, publié, présenté et annoté par M.  Perret, traduction de M. Perret et I. Weill, Paris, Champion, coll. « Champion classiques », 2003.

23 Idem.

24 Two Old French Gauvain Romances: Le chevalier à l'épée and La mule sans frein, Edited with Introduction, Notes and Glossary by R.  C.  Johnston and D.  D.  R.  Owen, Edinburgh, Scottish Academic Press, 1972 ; Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, édition critique par G.  Roussineau, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 2004 ; Méraugis de Portlesguez. Roman arthurien du XIIIe siècle, publié d’après le manuscrit de la bibliothèque du Vatican, Édition bilingue. Publication, traduction, présentation et notes par M.  Szkilnik, Paris, Champion, coll. « Champion classiques », 2004.

25 À ce sujet, voir l’étude du personnage de Gauvain menée par Keith Busby (Gauvain in Old French Literature, Amsterdam, Rodopi, 1980) et Stoyan Atanassov, (L'idole inconnue : le personnage de Gauvain dans quelques romans du XIIIe siècle, Orléans, Paradigme, coll. « Medievalia », 2000).

26 F.  Dubost, « Tel cuide bien faire faut : le “beau jeu” de Renaut avec le merveilleux », dans J. Dufournet (dir.), Le chevalier et la merveille dans Le Bel Inconnu ou le beau jeu de Renaut, Paris, Champion, coll. « Unichamp », 1996, p. 23-56 ; F.  Gingras, « Les Fils de Gauvain et l’héritage du roman médiéval », dans D.  Hüe et Ch.  Ferlanpin-Acher (dir.), Lignes et Lignages dans la littérature arthurienne, actes du 3e colloque arthurien organisé à l’Université de Haute-Bretagne, 13-14 octobre 2005, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 271-284.

27 Ce Gerbert serait en fait Gerbert de Montreuil, auteur du roman parodique le Roman de la Violette. Voir Ch.  François, Étude sur le style de la Continuation du Perceval par Gerbert et du Roman de la Violette par Gerbert de Montreuil, Paris, Droz, coll. « Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l'Université de Liège », 1932 ; F.  Kraus, Über Gerbert de Montreuil und seine Werke, Erlangen, Junge und Sohn, 1897 ; A.  Micha, J.- M.  Fritz, « Gerbert de Montreuil », Dictionnaire des lettres françaises..., p. 515-517 ; A.  Stanton, Gerbert de Montreuil as a Writer of Grail Romance : An Investigation of the Date and More Immediate Sources of the Continuation of Perceval, University of Chicago Dissertation, 1942 ; M.  Wilmotte, « Gerbert de Montreuil et les écrits qui lui sont attribués », Bulletin de l’Académie Royale de Belgique, 3, 1900, p. 166-189 ; H. Wrede, Die Fortsetzer des Gralromans Chrestiens de Troyes, thèse de l’Université de Göttingen, 1952.

28 I.  Arseneau, « Ce roman... », in fine.

29 Ibid., p. 13.

30 Seul Sébastien Douchet a analysé la présence de ce personnage dans la Seconde Continuation. Voir S.  Douchet, « Paroles du père au fils. Généalogie et filiation littéraire dans la Continuation de Wauchier de Denain », Lignes et Lignages..., p. 231-244. Le médiéviste avoue toutefois ne pas comprendre « la création d’un lien intertextuel avec Renaut de Beaujeu » (ibid., p. 235).

31 Ibid., p. 43.

32 F.  Dubost, « Tel cuide... », in fine.

33 Ibid., p. 55.

34 Ibid., p. 24. Au sujet de la figure du contredit, qui consiste à confronter un discours ou un énoncé et son envers, on pourra consulter Roger Dragonetti (Le Gai savoir dans la rhétorique courtoise. Flamenca et Joufroi de Poitiers, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Connexions du champ freudien », 1982, p. 49-67).

35 Voir J.- C.  Lozachmeur, « Guinglain et Perceval », Études celtiques, 16 (1979), p. 279-281. En fait, le spécialiste trace ce parallèle onomastique dans le cadre d’une réflexion portant sur les sources communes du Conte du Graal et du Bel Inconnu. Il avance l'hypothèse d'une saga galloise de « gwan(g)elyn » (« perce-ennemi »), devenu par erreur « gwanglyn » (« perce-val »). Le roman de Renaut de Beaujeu serait donc véritablement le double narratif de celui de Chrétien de Troyes. Pour un examen plus détaillé de la question, voir également J.- C.  Lozachmeur, « Le problème de la transmission des thèmes arthuriens à la lumière de quelques correspondances onomastiques », dans Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Monsieur Charles Foulon, professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance, par ses collègues, ses élèves et ses amis. Tome I, Rennes, Institut de français, Université de Haute-Bretagne, 1980, p. 217-225 et W.  H.  Schofield, Studies on the “Libeaus Desconus”, Boston, Ginn, coll. « Harvard Studies and Notes in Philology and Literature », 1895.

36 « Un graal entre ses .II. meins / une damoiselle tenoit, / qui aviau les vallez venoit / […] atot lo graal qu’ele tint / une si grant clartez i vint » (P, v. 3158-3164).

37 F.  Dubost, « Tel cuide... », p. 56.

38 F.  Gingras, « Les Fils de Gauvain... », p. 282.

39 Première Continuation de Perceval, texte du ms. L édité par William Roach, traduction et présentation par C.- A.  Van Coolput-Storms, Paris, Libraire générale française / Le Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 1993.

40 Pour un survol des portraits stéréotypés de demoiselles, on consultera l’étude de synthèse de A. M.  Colby, The Portrait in Twelfth-Century French Literature. An Example of the Stylistic Originality of Chrétien de Troyes, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 1965, p. 25-71.

41 C2, v. 22286-22292.

42 C2, v. 10103-10106.

43 M.  Séguy, Les romans du Graal..., p. 304.

44 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, édité et traduit par J.- M.  Fritz, Romans, dir. M.  Zink, Paris, Le Livre de Poche, coll. « La Pochothèque », 1994.

45 « Li rois a ses chevaliers dist / Qu'il voloit le blanc cerf chacier / Por la costume ressaucier » (Érec, v. 36-38).

46 L’expression est de Danièle James-Raoul (« La conjointure ou l’agencement heureux », Chrétien de Troyes, la griffe d’un style, Paris, Champion, coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 2007, p. 424-603).

47 « Les êtres visés par cette dénomination ne sont pas très nombreux dans la chanson de geste, alors qu’ils sont très bien représentés dans le roman » (F.  Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (XIIe-XIIIe siècle). L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois, Paris, Champion ; Genève, Slatkine, 1991, p. 599).

48 F.  Dubost, « Tel cuide... », p. 38.

49 F.  Dubost, Aspects fantastiques..., p. 621.

50 Ibid., p. 623.

51 Ibid., p. 599.

52 C2, v. 21709-21711.

53 C2, v. 21769-21774.

54 Voir F.  Dubost, « Tel cuide… », p. 41-42 ; A.  Martineau, Le Nain et le Chevalier. Essai sur les nains français du Moyen Âge, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, coll. « Traditions et Croyances », 2003 et V.  J.  Harward, The Dwarfs of Arthurian Romance and Celtic Tradition, Leiden, E. J. Brill, 1958.

55 F.  Dubost, « Tel cuide… », p. 42.

56 Voir L'Âtre périlleux, édité par B.  Woledge, Paris, Champion, coll. « Classiques français du Moyen Âge », 1936 et Méraugis..., in fine.

57 Pour une analyse des différents portraits de géant, voir F.  Dubost, Aspects fantastiques..., p. 587-589.

58 C2, v. 29360-29364.

59 Voir A.  Tobler et E.  Lommatzsch (dir.), Altfranzösisches Wörterbuch, Wiesbaden, Steiner, t. V, 1963, art. « manovrer ».

60 C2, v. 23175-23119.

61 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion ou Le roman d'Yvain,édition critique d'après le manuscrit B.N. fr. 1433, traduction, présentation et notes de D.  F.  Hult, Paris, Librairie Générale Française / Le Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1994.

62 T.  D.  Hunt, « Texte and Prétexte. Jauffre and Yvain », The Legacy... , vol. 2, p. 129.

63 F.  Dubost, « Tel cuide... », p. 24.

64 C2, v. 23474-23477.

65 C2, v. 23493-23502.

66 P, v. 1015-1018.

67 C2, v. 23527-23532.

68 Voir L.  Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine, la naissance des fées, Paris, Champion, 1984, p. 73-74 ; L.  A.  Paton, Studies in the Fairy Mythology of Arthurian Romance, Boston, Ginn, 1903, p. 151 ; A.  Saly, « La Demoiselle hideuse dans le roman arthurien », Travaux de littérature, 7, 1994, p. 27-51.

69 Tzvetan Todorov définit le fantastique comme l’hésitation ontologique « éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel » (Introduction à la littérature fantastique, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Essais », 1980, p. 39). On doit à Francis Dubost d’avoir redéfini ce terme afin qu’il puisse être appliqué au contexte littéraire médiéval. Le médiéviste reprend la formule de Tzvetan Todorov et décrit le fantastique médiéval comme étant « l’hésitation éprouvée [au Moyen Âge] devant l’inexplicable par un être qui connaît d’autres causalités que naturelles » (« Quelque chose que l’on serait tenté d’appeler le fantastique... Remarques sur la naissance du concept », Revue des langues romanes, 101-2 (1997), p. 18).

70 C2, v. 23329-23334

71 Pour une étude des différentes variantes du « Beau Couard », on pourra consulter A.  Adler « The themes of “The Handsome Coward” and of “The Handsome Unknown” in Meraugis de Portlesguez », Modern Philology, 5-1 (1947), p. 218-224 ; E. Bruegger, « “Der schöne Feigling” in der arthurischen Literatur », Zeitschrift für romanische Philologie, 61 (1941), p. 1-44, 63 (1943), 123-173 et 275-328,. 65 (1949), p. 121-192 et 289-433 et « Nachtrag zu Der schöne Feigling in der arthurischen Literatur », Zeitschrift für romanische Philologie, 67 (1951), p. 289-298 ; Ph.  Ménard, Le Rire et le Sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge (1150-1250), Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises », 1969, p. 387-389 et p. 577 ; W. A. Nitze, The Old French Grail Romance of Perlesvaus, a Study of Its Principal Source, dissertation, John Hopkins University, Baltimore, 1902, p. 86.

72 Ph.  Ménard, Le Rire et le Sourire..., p. 576-579.

73 Ibid., p. 577.

74 Voir A.  de Libera, La Querelle des universaux : de Platon à la fin du Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Des travaux », 1996, p. 138. Il s’agit là de la principale thèse des « reales » contre laquelle Abélard et les « nominales » s’opposent.

75 P.  Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique »,1975, p. 51.

76 Idem

77 Ibid., p. 50-51.

78 S.  Douchet, Logiques du continu et du discontinu. Espace, corps et écriture romanesque dans les Continuations du Conte du Graal (1190-1240), thèse de doctorat de l’Université de Paris IV-Sorbonne, sous la direction de Dominique Boutet, à paraître aux éditions Champion sous le titre : L’Écriture de l’espace au Moyen Âge. Étude des Continuations du Conte du Graal (1190-1240), p. 522.

79 Idem.

80 A.  Combes et A.  Bertin, Écritures du Graal..., p. 44.

81 M.  Bakhtine, « Du discours romanesque », Esthétique et théorie du roman, traduit du russe par D.  Oliver, préface de M.  Aucouturier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1978, p. 441.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Stout, « L’héritage mobile du roman médiéval :l’incursion du Bel Inconnu dans la Seconde Continuation du Conte du Graal », Memini, 14 | 2010, 25-48.

Référence électronique

Julien Stout, « L’héritage mobile du roman médiéval :l’incursion du Bel Inconnu dans la Seconde Continuation du Conte du Graal », Memini [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://memini.revues.org/313

Haut de page

Auteur

Julien Stout

Université de Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org