Navigation – Plan du site
Ad Libros !

Quelques mots de remerciement

Denise Angers
p. 186-187

Chers amis,

Il est difficile de dire à quel point je suis ce soir touchée par cet hommage que vous nous rendez. Les «Mélanges» que vous nous offrez rejoignent les préoccupations qui ont été au centre de mon enseignement et de ma recherche : la centralité du manuscrit comme témoin du passé et l’importance capitale du retour aux sources.

Mon premier contact avec l’histoire médiévale et ses sources s’est déroulé, il y a 48 ans déjà lorsque, en première année de baccalauréat, j’ai suivi un cours sur l’histoire de l’Église au Moyen âge, guidée par un excellent professeur, Jacques Ménard à qui je rends ici hommage. Cette rencontre fut capitale. J’ai découvert, comme dans un éblouissement, cette période où le religieux, le politique et le social s’imbriquent mutuellement dans un concert, parfois orageux, magnifiquement rendu par Jacques Ménard. Ce qui fut déterminant dans l’orientation de ma carrière, ce fut le travail de session qu’il me demanda, qui me fit plonger dans les lettres adressées par Grégoire VII aux grands de son époque. Ce premier contact avec les sources fut décisif. Certes, je ne touchais là encore que des sources éditées mais le choc que j’en avais reçu était permanent.

J’ignorais cependant à l’époque qu’une route venait de s’ouvrir devant moi qui allait me conduire en France où j’allais tisser non seulement des liens professionnels mais aussi de solides liens d’amitié. Pourtant l’idée de faire des études outre-Atlantique ne m’était pas entièrement inconnue puisque déjà au début du XXe siècle, mon grand-père était venu parfaire ses études à la faculté de médecine de Paris, et qu’il avait été suivi par mon père, dans les années ‘30, cette fois à la Faculté libre des sciences politiques. Très attachés à la France, mes parents nous ont transmis un bagage culturel dont le Moyen âge faisait partie. Mais de là à en faire une carrière, il y avait un grand pas à franchir.

Le mémoire de maîtrise puis la recherche d’un sujet de recherche doctorale m’amenèrent vite à me colleter avec de vrais manuscrits, en particulier ceux des lettres de Benedetto Dei, à l’Archivio di Stato de Florence. La suite des événements m’a fait revenir de l’Italie vers la France et plus particulièrement vers la Normandie et vers d’autres types de manuscrits auxquels tout le reste de ma carrière est demeuré attaché. Ces manuscrits ne provoquent pas l’admiration par la richesse de leur décoration, la beauté de leur mise en page ou quelque autre qualité qui en faisaient, déjà au Moyen âge, des objets de luxe et d’attention. Ce ne sont pas de «beaux» manuscrits mais ils ont été au centre de mes interrogations.

D’abord des listes, listes de noms grâce auxquelles j’ai pu plonger dans la vie quotidienne de la société médiévale normande. À leur lecture, j’ai vu les familles se déplacer, disparaître même. Je les ai vu arriver dans les paroisses, cherchant peut-être un refuge contre les avatars de leur vie antérieure. Ces listes sont devenues pour moi des populations vivantes et les noms qui s’y trouvent des marqueurs d’identité. Je me suis intéressée ensuite aux actes notariés, aux terriers et aux comptes : partout, j’ai rencontré des hommes et des femmes, seigneurs, paysans, bourgeois des villes, aux prises avec la grave crise que traversa la France pendant la guerre de Cent ans, des hommes et des femmes aux allégeances partagées mais attachés à l’institution qui était au coeur de leur vie sociale, la paroisse. Tous les chercheurs qui se plongent dans les sources connaissent l’émotion qui nous saisit lorsque, au détour d’un acte, se révèle tout à coup à nous, comme une confidence qui n’attendait que notre lecture pour être révélée, un aspect de cette vie pourtant si lointaine, immersion dans une humanité qui était là bien avant nous, qui nous survivra mais qu’on aura tenté de faire vivre à la mesure de nos moyens. Je souhaite à tous les étudiants qui sont ici et qui souhaitent se consacrer à la recherche, de connaître ce coup de coeur qui nous attache à notre travail.

Dans tous ces travaux, et dans mon enseignement, les collègues et amis français et européens qui ont collaboré à ces «Mélanges», ont été pour moi des sources d’inspiration et des modèles. Je ne saurais trop les remercier du soutien qu’ils m’ont apporté, par les échanges que nous avons eus, par l’accueil réservé à mes étudiants qui, je l’espère sauront profiter de la richesse à laquelle ils ont le privilège d’avoir accès.

Merci à tous d’avoir pris de votre temps pour produire ce magnifique volume dont chacun des articles est une source de réflexion et un encouragement à continuer. Et merci à Jean-François, Martin et Sébastien pour cet extraordinaire témoignage d’amitié.

  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org