Navigation – Plan du site
Ad Libros !

Remerciements mélangés

Joseph-Claude Poulin
p. 183-185

Le premier mot qui vient à l’esprit dans une circonstance comme celle-ci, c’est le mot «reconnaissance» ; comme dans «devoir de reconnaissance».  Reconnaissance envers les organisateurs d’abord, d’avoir eu l’idée de marquer, non pas d’une pierre blanche, mais d’un volume – imprimé s’il-vous-plaît – de marquer l’aboutissement d’un parcours, d’un double parcours de médiévistes.  Reconnaissance ensuite envers les auteurs, qui se sont laissés convaincre de prélever, sur leur temps précieux que la science réclame, la durée et l’énergie de préparation d’une contribution originale.  Reconnaissance enfin pour tous ceux et celles, sur deux continents, qui ont rendu possible et enrichi les dits deux parcours.  Car ces deux trajectoires, liées l’une à l’autre depuis plus de 35 ans, et en partie rendues possibles l’une par l’autre, constituent une grande aventure intellectuelle, scientifique et humaine.  Eh oui, voilà le plan en trois parties de ma dissertation.

A– Aventure intellectuelle

Nous sommes issus de milieux assez différents.  Denise, d’une famille d’universitaires, dans une maison pleine de livres – des livres par milliers.  Dans sa famille, elle incarne la troisième génération consécutive à poursuivre des études supérieures en Europe.  Mes parents étaient des ruraux d’origine modeste ; mon père fut instituteur.  J’ai été le premier, dans ma lignée, à atteindre le niveau du doctorat.  Mon grand-père paternel était analphabète ; il ne savait même pas signer son nom.  Si on lui avait dit qu’un jour son petit-fils serait professeur d’université, jusqu’à enseigner à la Sorbonne, la proposition lui aurait paru assez improbable, si même il avait pu réaliser ce que ça signifie.  Mais dans les deux familles, une même importance cardinale attachée à l’éducation.  C’est sur cet élan familial que nous avons démarré dans l’entreprise de médiévistique.  Ces deux progressions à grandes enjambées sont comme une métaphore de l’essor du Québec au XXe siècle.

B– Aventure scientifique

Au moment d’effectuer le choix décisif d’aller poursuivre mes études supérieures en Europe, j’ai eu la chance de croiser, à l’Université Laval, un grand historien français – Robert Mandrou (un moderniste, venu enseigner une session intensive à Québec).  Mandrou s’est offert à organiser un petit séminaire de présentation du système universitaire français et à nous encourager à y faire le saut.  Aussitôt l’objection prévisible lui a été présentée : vous voyez bien comment l’université québécoise en est encore à des balbutiements (la scène se passe au début des années soixante) ; les Européens ont trop d’avance, nous partons de trop loin ; nous n’arriverons jamais à apporter une contribution valable à la conversation savante.  Mandrou a aussitôt voulu nous détromper de ce complexe d’infériorité, avec véhémence.  Mais bien sûr que les Québécois sont capables de participer au développement des connaissances ; mais pour ça, il y a une condition à remplir.  Il faut travailler ; TRA – VAIL – LER.  C’était dit.  Après coup, nos contributions respectives, dans l’ordre scientifique et syndical, peuvent s’interpréter comme de petites pierres apportées au vaste chantier de la construction, lente et patiente, d’une institution universitaire digne de ce nom, en terre d’Amérique, en français dans le texte.

C– Aventure humaine

Tout ce que nous avons pu faire, dire, proposer, développer a été façonné, rendu possible, enrichi par l’accueil extraordinaire de nombreuses personnes qui nous ont reçu généreusement dans leur amitié au fil des décennies ; pas seulement des médiévistes, pas seulement des historiens, depuis plus de 40 ans pour certains.  Ces personnes sont trop nombreuses pour être énumérées ici sans risque d’oublis impardonnables ; mais c’est le moment ou jamais de dire publiquement toute la reconnaissance que nous avons envers elles.  Et ça, c’est peut-être la plus belle facette de notre métier : une ouverture sur le monde, une richesse humaine qui nous ont transformés – pour le mieux, j’espère.  Cette dimension internationale n’était pas prévue au départ, mais c’est un bénéfice majeur de la profession, pas un bénéfice marginal, croyez-moi.  Pour ça aussi, une grande reconnaissance.

Qu’est-ce que ça représente, tout ça, pour les jeunes qui viendront ensuite ?  Nos deux aventures ne constituent pas un modèle, car les conditions d’exercice de la carrière ont beaucoup changé depuis l’époque de nos choix fondateurs respectifs.  Mais un exemple, sans doute, pour illustrer le fait que beaucoup de choses sont possibles, pour des Québécois francophones, s’ils s’en donnent la peine.  Si vous êtes jeunes, voyez grand.

Épilogue

Au terme de mes études doctorales, en 1969, je suis rentré d’Europe par la mer, sur un bateau russe, l’Alexander-Pushkin.  Cinq jours de détente en mer, pour digérer progressivement le décalage horaire – une sorte de sas de décompression.  Qu’est-ce qu’on peut bien faire de ces cinq jours de vie au ralenti ?  Où pouvait-on me trouver sur ce bateau ?  Non, pas à la piscine ; non, non, pas au bar ; oui, oui, oui, à la bibliothèque !

  • 1 Ivan Pavlov, Œuvres choisies.  Moscou, s.d. (éd. Kh. Kochtoïanz), p. 53.

Une bibliothèque évidemment bien fournie en ouvrages de propagande soviétique.  Mais j’ai fini par dénicher un recueil d’œuvres choisies d’un grand savant russe : Ivan Petrovitch Pavlov – célèbre pour ses recherches sur les réflexes conditionnels chez le chien et Prix Nobel de médecine en 1904.  En 1935, un an avant sa mort, Pavlov a écrit une lettre ouverte à la jeunesse dans laquelle il dit : «Qu’aurais-je à souhaiter à la jeunesse de ma Patrie qui s’est vouée à la science ?  Avant tout, de l’esprit de suite.  Je ne peux jamais parler sans émotion de cette condition essentielle d’un travail scientifique fécond.  De l’esprit de suite, de l’esprit de suite et encore de l’esprit de suite.»1  Ainsi soit-il.

Notes

1 Ivan Pavlov, Œuvres choisies.  Moscou, s.d. (éd. Kh. Kochtoïanz), p. 53.

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org