Navigation – Plan du site
Soutenance de thèse

Distances, rencontres, communications. Les défis de la concorde dans l’Empire carolingien

Thèse de doctorat et de Ph. D., Université de Montréal / Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 20101
Martin Gravel
p. 85-98

Texte intégral

L’Empire carolingien comme réseau de relations

1L’Empire carolingien doit être conçu comme un réseau de relations, comme l’enchevêtrement des liens du baptême, du sang, de l’alliance, de l’amitié, de la servitude et d’une multitude de fidélités. Adopter cette conception et abandonner le cadre de pensée institutionnel de l’homo modernicus, c’est se donner le meilleur point d’observation pour saisir les fonctionnements sociaux de la période. Ce dépaysement volontaire montre le destin de l’Empire carolingien comme le déroulement imprévisible d’un immense jeu d’interactions dynamiques, multiformes, complexes dans leurs enchevêtrements et bien souvent déroutantes. Assurément, cet objet d’histoire impose aux médiévistes la distanciation critique des anthropologues.

2Avant et après l’empire, la réalité sociologique de l’Occident chrétien était semblable à une courtepointe dont les diverses pièces étaient découpées à l’échelle des régions. Les relations déterminantes se réalisaient au niveau de ces nébuleuses territoriales, chacune regroupant quelques cités au semis des communautés rurales de leur vaste voisinage. De cette mosaïque régionalisée, les premiers Carolingiens ont ambitionné de faire un corps non pas indifférencié dans ses parties, mais uni dans un État dont la finalité était de corriger et d’étendre la communauté chrétienne. Pour y arriver, les princes de la nouvelle famille royale devaient prendre place dans les réseaux de relations élitaires pour en orienter les liens vers eux, en traversant les limites régionales. En somme, le défi impérial fut d’abord celui de la création d’un centre relationnel à un collage disparate.

  • 1 La soutenance pour les deux universités d’attache a eu lieu à l’Université de Montréal le vendredi (...)
  • 2 À ce sujet, les travaux déterminants sont ceux de Klaus Zechiel-Eckes, notamment : K. Zechiel-Eckes(...)

3Les efforts visant à relever ce défi ont orienté les réflexions des lettrés contemporains. La théorie a enrichi les pratiques qui lui étaient antérieures. Plusieurs des grands débats idéologiques de la période furent les épiphénomènes de la tentative d’orchestration d’une multitude d’intérêts spécifiques, sur un espace qui dépassait la logique des régions. L’engouement du IXe siècle pour les questions hiérarchiques trouve son impulsion dans les considérations utilitaires du gouvernement central en matière de délégation et de communication. Il en est de même pour l’élévation du pape à la tête de l’Église, en réaction à une autorité impériale trop ambitieuse en matières spirituelle et ecclésiale. L’Empire carolingien a incité l’Église à se réorienter, à clarifier sa hiérarchie, à se centrer sur Rome2. Avant d’en arriver là, Louis le Pieux s’est fait responsable du salut du peuple chrétien. Conscient des exigences concrètes de sa tâche, il a remanié le nœud des relations à l’échelle de son empire pour lui donner l’unité, la cohérence, la centralité et la stabilité permettant d’attendre en bon ordre la fin des temps et le retour du Christ. L’Empire carolingien est un réseau de relations... Insistons sur sa nature profondément chrétienne, sa finalité eschatologique, donc sa prétention à durer.

  • 3 Constat que confirment d’autres études, notamment celles de Geneviève Bührer-Thierry sur la lumière (...)

4Il faut aborder les relations du point de vue des éloignements qui les définissent. Pour que les conséquences de la distance puissent être comprises, il faut s’émanciper de nos repères, qui sont ceux d’une civilisation qui a vaincu tous les obstacles de la géographie. Investir l’histoire des grands réseaux des sociétés préindustrielles passe par ce changement de perspective. Cette approche révèle l’importance de la rencontre pour le politique3. Le face-à-face est un acte relationnel d’autant plus crucial qu’il ne se réalise que difficilement. Les relations de confiance les plus déterminantes se construisent ou s’écroulent dans la décision de voyager ou de rester immobile, d’accueillir ou de refuser, de faire honneur ou honte à celui qui s’annonce. L’Empire carolingien est un réseau de relations dont les fils dépendent des rencontres. Si les distances empêchent les déplacements, les acteurs politiques s’en remettent aux communications, selon des modalités créatrices d’un espace de rendez-vous virtuel. Les échanges écrits sont avant tout des gestes relationnels.

5Dans ce réseau, il y a plus que les relations d’entente. La société politique carolingienne se réalise jusque dans ses antagonismes. Quelles qu’en soient les modalités, les faides, les procès et les affrontements de tous genres ont pour effet de secouer l’ordre social et d’en provoquer la recomposition. En d’autres termes, les conflits réorientent les relations du tissu socio-politique. Il faut donc considérer que la centralité du gouvernement impérial carolingien et sa pertinence au plan régional dépendaient de ses efforts pour se mêler aux conflits déterminant les relations de pouvoir dans les localités. À distance, l’empereur cherchait à influencer leur règlement, mais comme les moyens de la délégation et de la communication étaient limités, la pérennisation de certaines tensions lui était nécessaire dans les régions les plus éloignées de son rayon d’intervention. L’empire est un immense réseau de relations... L’empereur ne saurait se maintenir en son centre sans entretenir l’instabilité des périphéries. Le statisme était une utopie réservée à l’expression des idéaux; les princes carolingiens savaient que leur autorité dépendait de leur capacité à s’imposer dans un monde de relations fluctuantes et conflictuelles. La concorde devait naître de la gestion par le pouvoir central des bouillonnements locaux, du contrôle de la discorde plutôt que de son éradication. L’unité et la paix n’ont pas survécu à l’application de ce plan.

Aux origines de la discorde

6Il est des zizanies si déshonorantes que la mémoire collective peine à en donner le récit. Les chroniqueurs condamnent les uns pour mieux exonérer les autres, dans l’espoir d’imposer un jugement et d’en faire le consensus d’une paix nouvelle. Pour les contemporains, l’affrontement de Louis le Pieux et de ses fils dans les derniers jours de juin 833 compte parmi ces fautes inexpiables. Presque aussitôt, l’événement a mérité un nom à la hauteur de la honte qu’il inspirait : le Champ du Mensonge.

7Louis le Pieux a été forcé de mener ses troupes au-devant de celles de ses fils. Les armées se sont rencontrées près de Colmar. Selon l’Astronome, le pape Grégoire IV aurait passé plusieurs jours en discussion auprès de Louis le Pieux, jouant l’arbitre dans l’espoir d’éviter le massacre. Ses efforts ne donnent rien : les pires manigances viennent à bout de ses honnêtes négociations.

  • 4 Remissus autem ab imperatore ad filios, ut pacem mutuam necteret, cum pene omnis populus partim don (...)

Une fois que [Grégoire] eut quitté l’empereur pour rejoindre les fils et nouer une paix commune, il ne lui fut pas donné de revenir comme il lui avait été ordonné de le faire. En effet, attiré par les cadeaux, séduit par les promesses, terrorisé par les menaces, à la façon d’un torrent, presque tout le populus avait rejoint les fils et le populus qui les accompagnait déjà. Les troupes s’étaient amassées là, au fur et à mesure qu’elles abandonnaient l’empereur, de sorte que de jour en jour la rébellion crut, jusqu’à la fête de saint Paul. En ce jour, ces plebei en vinrent à menacer de mener la charge contre l’empereur, dans le but de plaire à ses fils. Mais comme l’empereur ne voulait pas résister à tous ces hommes, il enjoignit à ses fils de ne pas se laisser aller au désordre du populus4.

  • 5 Mayke De Jong montre qu’il utilise ce procédé pour protéger la mémoire des actions de Louis le Pieu (...)

8Alors que le pape et l’empereur cherchaient à rétablir la concorde, les fils rois pervertissaient le populus, les plebei.  Conspiration d’une foule criminelle contre ses dirigeants légitimes : c’est l’image autour de laquelle l’Astronome établit sa version des événements5.

9Simple tour de rhétorique ? De polémique ? Artifice d’écriture indépendant des faits ? Dans ses hyperboles, peut-être, mais il reste qu’au Champ du Mensonge, quel que soit le parti-pris des chroniqueurs, l’argument décisif revient au peuple en armes. Lothaire, Pépin et Louis ont constitué une troupe si imposante, si menaçante, que leur père a été forcé de se livrer. Déjà sous Charlemagne, l’insuffisance des relations du pouvoir central avec les élites des royaumes périphériques préparait ce retournement.

10Plus que de toute autre chose, l’empereur dépendait des fidélités centrées sur lui et sur sa cour. Ces relations se réalisaient dans la rencontre. Sans elle, la magnanimité du maître et la soumission du fidèle ne tiennent aucune confirmation, aucun soubassement. La rencontre doit avoir lieu à l’origine des relations, puis dans les situations de crise. Mais l’empire est immense. Les itinérances de la cour impériale ne suffisent pas à favoriser les rencontres de l’empereur et de ses hommes. Plus encore, l’immobilité symbolise la supériorité du prince, le déplacement marque la soumission du fidèle. Les voyages de ce dernier sont donc nécessaires pour établir et maintenir la relation. Parce que ces voyages sont longs et coûteux, parce que l’accueil n’est pas donné à tous, cette dynamique relationnelle favorise les individus capables de se déplacer jusqu’à la cour et d’y être reçus, donc les élites des couches supérieures. À tout le moins, ceux qui ne peuvent pas marcher, ceux qui sont arrêtés aux portes du palais ne profitent pas de cette relation. La distinction entre ceux qui rencontrent l’empereur et ceux qui restent éloignés de lui suggère déjà une dynamique conflictuelle dans les rapports des élites régionales.

11Les communications à distance ajoutent à ce déséquilibre parce que leur usage est aussi l’affaire des plus puissants. L’écriture épistolaire a favorisé l’entretien de certaines relations à la cour, au détriment de ceux qui n’avaient pas les moyens de lancer des messagers sur les routes. Ce fait est apparent dans les échanges par lesquels les grands aristocrates et certaines institutions ecclésiales pétitionnent l’empereur. Ils activent leurs relations avec lui dans l’intention d’en tirer un avantage sur leurs opposants au plan local. Comme les communications bien reçues par l’empereur étaient celles qui provenaient des parties avec lesquelles il entretenait déjà un lien, l’avantage se trouvait du côté de ceux qui avaient la possibilité de se déplacer à la cour. Cette conclusion trouve appui dans une observation primordiale : les interventions de l’empereur dans les conflits locaux s’opèrent sur le mode de la réaction. Il intervient lorsqu’il est invité à le faire par des institutions et des individus qui lui sont déjà liés. L’empereur se mêle des conflits en faveur de réclamants souvent beaucoup plus près de lui que ne le sont leurs adversaires. L’avantage des communications se trouve du même côté que celui des déplacements et de la rencontre.

12En principe, la délégation hiérarchique des fonctions judiciaires aurait pu contrebalancer le handicap de ceux qui ne se déplaçaient pas et qui ne communiquaient pas. L’empereur exige des missi, des comtes et des évêques qu’ils entendent et défendent les plus petits. En principe toujours, les plaids de justice offraient une solution accessible à ceux qui ne pouvaient compter sur leur relation à l’empereur. Et pourtant, la délégation a accentué l’avantage des communicants. Les agents impériaux étaient partie prenante dans les conflits déterminant les rapports de force au plan local. Comme, ils entretenaient des relations avec le souverain, ils étaient eux-mêmes favorisés dans leur compétition avec les élites non communicantes. Qui plus est, par la protection, l’immunité et la vassalité, l’empereur s’est associé d’autres groupes, en redoublement ou en marge de la hiérarchie. Ces fidélités particulières dépendent aussi de sa rencontre et de l’entretien d’un rapport à lui par les communications. Elles jouent contre les intérêts de ceux qui n’ont pas de liens avec le centre. Enfin, le gouvernement impérial a mené une lutte ouverte contre les réseaux de relations opposés ou indépendants de la hiérarchie impériale, privant les non-communicants d’un recours qui leur permettait de s’appuyer entre eux. Ceux qui pouvaient se déplacer et communiquer avec la cour tiraient avantage des interdits, des redoublements et des tensions antagoniques qui devaient empêcher les régions de trouver un équilibre dont l’empereur serait exclu.

13L’empereur appuie les grands qu’il s’attache par la rencontre, la communication et la distribution des honneurs. Les autres se trouvent désavantagés. Il est permis d’avancer qu’ils comprenaient ce désavantage comme une injustice, dans la mesure où les moyens de légitimation utilisés pour fonder la nouvelle dynastie royale franque permettaient de rejoindre les régions les plus éloignées du centre. Absent de corps, le souverain était présent partout, dans les paroles, les édifices, les monnaies, les documents, les prières... Cette vaste diffusion rejoignait certainement les basses strates de la société élitaires, jusqu’à ceux qui ne pouvaient le rencontrer ou communiquer avec sa cour. Comme tout le monde, les non-communicants subissaient le battage médiatique de la légitimité carolingienne et constataient l’omniprésence virtuelle de ce prince auprès duquel ils ne pouvaient trouver de réconfort. Tout porte à croire que cette campagne s’est avérée efficace, mais ses succès pourraient avoir joué contre l’empereur, puisqu’elle créait des attentes chez ceux qui ne profitaient pas du patronage impérial.

Pour les Carolingiens, contre l’empereur

14Par la force de leurs armes, par les liens de la rencontre, par leurs interventions à distance, par la distribution des honneurs, par leur opposition aux relations contraires à leur autorité, par le rayonnement médiatique de leur légitimité, les Carolingiens se sont imposés à l’Occident. Ils se sont appuyés sur les grands, ceux qu’ils rencontraient, ceux avec qui ils communiquaient. En deçà de ces liens, les non-communicants cherchent ailleurs les appuis essentiels à la défense de leurs intérêts.

  • 6 Ce dont témoigne avec beaucoup de force le cas de la future Catalogne, dont l’aristocratie est long (...)

15L’étude de la relation du pouvoir carolingien au sud-ouest de son empire permet d’échafauder une hypothèse. Ce Sud-Ouest constituait l’ensemble régional le plus vaste de l’empire et le plus éloigné de son centre. Charles Martel et Pépin III s’y sont imposés par la force et par la rencontre, parvenant au fil de longues campagnes à tisser des liens avec l’aristocratie régionale. Cependant, en pratique, une fois devenu roi en 768, Charlemagne n’a pas cherché à retourner au sud de la Loire. Après la succession de 814, Louis le Pieux a maintenu cette distance. Certes, le Sud-Ouest est devenu royaume d’Aquitaine et dans cette transformation, il a gagné un roi, mais cela n’a pas suffi à assurer la présence carolingienne sur la totalité de son immense territoire. Au bas mot, la Marche hispanique, la Septimanie, la Vasconie et même le Toulousain souffrent de l’absence du prince. Et pourtant, à l’exception sans doute de la Vasconie, la légitimité carolingienne s’enracine, signe des succès de sa médiatisation6.

16Après la conquête, l’autorité carolingienne est reconnue dans le royaume d’Aquitaine, mais le souverain ne s’y présente plus. La dynamique de ses échanges avec les élites se transforme complètement. Pépin III était venu à la rencontre des hommes du Sud-Ouest. Les plus puissants se déplacent ensuite vers la cour pour se lier à Charlemagne et réclamer son aide. L’aspect foncièrement réactif de ses interventions suggère que les parties incapables de se déplacer, de communiquer ou de se faire représenter étaient désavantagées. Il leur fallait trouver d’autres appuis, d’autres moyens de défendre leurs droits.

17Carolingiens et rois en Aquitaine, Louis le Pieux et Pépin Ier ont profité de leur proximité, de leur titre et de la légitimité carolingienne. Ils étaient les seuls à combiner ces avantages et de ce fait, leur arbitrage pouvait servir de solution aux élites non communicantes. Cette dynamique aurait favorisé la formation d’une clientèle élitaire propre au roi. Celle-ci est à peine perceptible, hormis dans les grandes entreprises militaires : au Champ du Mensonge en 833, à Fontenoy-en-Puisaye en 841, à Toulouse et Angoulême en 844, jusque dans la guérilla de Pépin II après 848. Néanmoins, d’un texte à l’autre, repérés au fil d’ensembles documentaires disjoints entre eux, ses contours se laissent deviner. Ces indices ne sont pas nombreux, mais parce qu’ils ont la même orientation, ils soutiennent notre hypothèse de manière convaincante.

  • 7 A. Boretius et V. Krause (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio II. Capitularia regum F (...)
  • 8 E. Zeumer (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio V. Formulae merowingici et karolini ae (...)
  • 9 Ibid., p. 173, no 11.
  • 10 Ibid., p. 174, no 14.
  • 11 Boretius et Krause, Monumenta... Capitularia..., vol. I, p. 263, no 133.
  • 12 L. Levillain (éd.), Recueil des actes de Pépin Ier et de Pépin II, rois d’Aquitaine (814-848), Pari (...)
  • 13 Ibid., p. 166-169, no 38; p. 198-200, no 50; p. 246-248, no 60.

18Sous Louis le Pieux, des familles autrefois fidèles aux ducs d’Aquitaine réclament toujours le contrôle des places fortes que tenaient leurs ancêtres, sans demander l’intervention de l’empereur7. Un autre fidèle du duc souffre une quarantaine d’années de servitude avant de se plaindre à la cour impériale8. Une missive confirme la persistance des tensions de l’après-conquête entre les hommes des Carolingiens et ceux qui avaient appuyé les ducs9. La lettre d’une veuve menacée de spoliation révèle la capacité des délégués de l’empereur à jouer de leur relation au centre contre leurs adversaires locaux, sans égard pour les décisions de l’empereur10. Si les plus modestes Hispani parviennent à se faire entendre à la cour impériale, c’est qu’ils y sont représentés; leur réclamation se transforme en critique des grands qui abusent contre eux de la faveur impériale11. En comparaison, le tribunal du roi semble prêt à entendre les plaintes des moins fortunés, selon une procédure judiciaire où ils obtiennent le droit de parole et des explications12. De plus, les rois d’Aquitaine montrent leur intention de soutenir des individus qui n’avaient pas nécessairement les moyens de se lier à l’empereur, des hommes prometteurs par leurs associations, mais campés dans les franges de l’aristocratie au moment où le roi les favorise13. Enfin, l’enchaînement des actes de restitutions conservés pour Pépin Ier et Pépin II laisse entrevoir une politique d’utilisation de la précaire pour constituer leurs clientèles armées.

19Ce florilège n’est disparate qu’en apparence. Chacune de ses pièces offre un témoignage en faveur de l’existence de ces élites qui ne communiquaient pas avec l’empereur. Étudiés de près, les contre-exemples renforcent l’effet global. Ils révèlent des missi et d’autres puissants liés à l’empereur qui agissent contre la volonté impériale en toute impunité. Ainsi, la veuve cherche en vain à faire respecter un diplôme, les minores Hispani souffrent de la façon dont leurs maîtres abusent des ordonnances impériales. Ensemble, ils rappellent que la distance qui sépare l’empereur des non-communicants dépend en grande partie de l’incapacité de ces élites à se déplacer pour la rencontre et à communiquer par la missive et la représentation.

20L’empereur n’est pas nécessairement opposé à ceux qui ne lui sont pas attachés par l’alliance, les honneurs, la protection ou la vassalité. Sa contribution au détachement des non-communicants tient plutôt au fait qu’il n’est pas capable de se mêler aux conflits locaux autrement que de façon réactive. Ses interventions avantagent ceux qui peuvent venir à la cour et maintenir leurs relations par de nouvelles rencontres et les artifices de la communication. Sur ce plan, nos conclusions générales appuient les études de cas concernant les élites du Sud-Ouest. Elles montrent l’éloignement de l’empereur et l’étendue des efforts de déplacements exigés des communicants. Elles révèlent la correspondance comme un média relationnel, utilisé par les communicants pour solliciter la réaction de l’empereur. La justice impériale répond aux situations qui lui sont soumises, particulièrement lorsqu’il faut protéger la double hiérarchie dont dépend sa relation aux localités. En appuyant ceux qui communiquent avec sa cour, en renforçant les liens qui les unissent à lui, l’empereur favorise les plus grands au détriment des plus petits. Tout cela pose des conditions favorables à la différenciation d’une strate élitaire définie par son incapacité à communiquer. Les princes carolingiens ont fondé sur cette base leur opposition armée à l’empereur.

21En somme, la distance entre l’idéal exprimé et les réalités du gouvernement a nourri de graves ressentiments chez ceux pour qui la justice impériale était inaccessible; cette tension prend toute son importance dans les strates inférieures de l’élite guerrière. Les limites de la relation entre le centre et les périphéries ont conditionné la rupture, mais ces limites ne sont pas institutionnelles : elles sont plutôt relationnelles. L’échec relationneldu pouvoir impérial a nourri le ressentiment des élites non communicantes, créant les conditions qui ont permis aux Lothaire, Pépin, Louis et autres grands de s’opposer à l’empereur dans les luttes qui ont retenu toute l’attention des chroniqueurs et des historiens, au détriment des lourdes ondulations qui remuent les allégeances de la troupe.

Communiquer dans l’espace

22Quelques idées doivent s’imposer au sujet des communications et de leurs effets sur les réalités politiques et sociales des VIIIe-IXe siècles.

23Les distances géographiques comptent parmi les facteurs cardinaux de l’histoire préindustrielle. Au sujet de la vitesse des communications, les siècles carolingiens ne souffrent pas de la comparaison avec les autres grands États européens. Il reste cependant que les déplacements étaient exigeants. Malgré cela, les réseaux de pouvoir se forment et se transforment au fil des rencontres des petits et des grands acteurs. Au faîte de sa puissance, l’empereur joue de son immobilité pour forcer l’expression de la sujétion et de l’obéissance à ceux qui se déplacent pour le rencontrer. Seules les crises forcent son mouvement hors du centre de son empire. La souveraineté impériale de Louis le Pieux est héliocentrique.

24Les communications complètent la dynamique de l’attraction au centre. Les premiers Carolingiens sont conscients de l’importance des effets médiatiques pour leur légitimité. Les situations spécifiques appellent d’autres formes de communication, par la missive notamment. Tout porte à croire que le pouvoir central pouvait compter sur un système efficace de transmission circulaire de ses ordonnances, grâce à la hiérarchie ecclésiale. Sous toutes ses formes, la missive réaffirme les relations, dans le contexte des échanges qui ne réclament pas la rencontre directe. Avant d’être informative et performative, la communication écrite à distance est relationnelle, notamment parce qu’elle évoque le face-à-face de l’expéditeur et du destinataire. Mais les déplacements, les missives et les messagers ne pouvaient suffire à gouverner d’aussi vastes étendues. Dans son rapport avec les régions de son empire, par les communications, l’empereur ne peut faire mieux qu’adopter une approche réactive : il n’intervient dans les conflits locaux qu’en fonction de la sollicitation des parties qui lui sont déjà liées.

25Les procédés de délégation complémentent ceux de la rencontre et des communications. Leur étude a permis de comprendre les méthodes élaborées par les Carolingiens pour contrebalancer les limites de leurs relations aux périphéries. Sous cet angle, certains problèmes bien connus de la recherche reçoivent un éclairage nouveau. Ainsi, chez les Carolingiens, la vaste promotion de l’idéal hiérarchique cohabite avec des manœuvres ciblées de façon à maintenir des tensions et des oppositions au plan local. Il leur fallait profiter des avantages de la délégation et se prémunir contre ses fragilités. De même, les interdits contre les redoublements de liens contrecarraient la formation de réseaux concurrents à la double hiérarchie ecclésiale et séculière. Des prohibitions de l’inceste à celles du braconnage ou des conjurations, ces mesures participent de l’éradication des relations dont l’empereur et l’Église sont exclus. Par contre, le souverain a utilisé la vassalité pour étendre le réseau de ses fidèles jusque dans les périphéries les plus éloignées. La marche du vassal et l’accueil du souverain sont les gestes constitutifs de l’engagement vassalique. C’est dans cette logique qu’il faut placer la relation des Carolingiens aux Hispani : elle ne dépend pas tant des aprisions que de leur rencontre. Le prince manque d’appuis locaux dans les pays les plus instables et les plus éloignés du centre de son empire. Réactivité, tensions contrôlées, interdits des conjurations, vassalité, aprisions : ces objets d’histoire ne sont disparates qu’en apparence. Abordés sous l’angle de l’éloignement géographique, ils s’associent dans leur participation au projet de gouvernement impérial de Charlemagne et de Louis le Pieux.

26Parmi les critères cardinaux de son analyse, l’histoire des siècles carolingiens doit réserver leurs places aux distances, aux obstacles géographiques, aux conditions des déplacements et aux vitesses de communication. Qui sont les hommes dont l’empereur exige les allées et venues, la présence, les lettres ou les messagers ? Qui sont ceux qu’il ignore, qu’il abandonne à d’autres ? Il faut tendre l’oreille, parce qu’en définitive, les uns comme les autres ont leur mot à dire dans le destin des États.

Haut de page

Annexe

Table des matières

Première partie : La fragmentation politique de l’Empire carolingien au prisme des communications

Chapitre I. Louis le Pieux et l’unité politique carolingienne : Points de vue historiographiques

1. Penser l’échec de l’unité impériale : thèmes et variations

2. À la recherche des responsables

3. Remises en question. Les contributions phares de Ganshof et Schieffer

4. De 1986 à aujourd’hui. État de la recherche

Chapitre II. Les conflits politiques sur le terrain des communications. Concepts, sources, méthodologie

1. Approcher autrement l’histoire politique

2. Les élites et leurs conflits

3. Aux sources des communications

Deuxième partie : Réaliser l’empire par les communications

Chapitre III. L’empereur immobile

1. La rencontre : espace primordial du social et du politique

2. Un empereur éloigné de ses sujets

3. Possibilités et limites des moyens de déplacement

Chapitre IV. Omniprésence d’un empereur absent. Médiatisation symbolique, mise en scène et légitimité

1. La rumeur et la réalisation du politique

2. La présence symbolique de l’empereur

3. Les mises en scène du pouvoir impérial

Chapitre V. Gouverner l’empire par missives et messagers

1. Informer l’empereur, diriger l’empire

2. Les relations au centre par les communications

Chapitre VI. Déléguer, diviser, opposer. D’une hiérarchie idéale à l’instabilité

1. Les arborescences de l’Empire carolingien

2. L’empereur face aux dangers de la délégation hiérarchique

3. À la recherche d’un difficile équilibre

Troisième partie : Le royaume d’Aquitaine. Limites du programme d’intégration à l’empire

Chapitre VII. Entre le pouvoir carolingien et les élites du Sud-Ouest. Les chemins de la guerre et du gouvernement

1. Une conquête par l’épée et la main tendue

2. De la rencontre à la délégation, un nouveau paradigme

3. Les Carolingiens et les élites du Sud-Ouest. Distances, mouvements et rencontres (800-840)

Chapitre VIII. Ces élites qui ne communiquent pas. Résistance à l’empereur dans le royaume d’Aquitaine

1. L’empereur et les élites aristocratiques du Sud-Ouest : un rendez-vous. manqué ?

2. L’empereur, le roi et leurs délégués dans le règlement des conflits

3. Carolingiens chez eux en Aquitaine : le règne des Pépin (814-848)

Haut de page

Notes

1 La soutenance pour les deux universités d’attache a eu lieu à l’Université de Montréal le vendredi 17 septembre 2010, devant un jury présidé par Serge Lusignan (Université de Montréal) et composé de Denise Angers (Université de Montréal), Régine Le Jan (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Geneviève Bührer-Thierry (Université de Paris-Est Marne-la-Vallée) et Adam J. Kosto (Columbia University).

2 À ce sujet, les travaux déterminants sont ceux de Klaus Zechiel-Eckes, notamment : K. Zechiel-Eckes, « Zwei Arbeitshandschriften Pseudoisidors (Codd. St. Petersburg F. v. I. 11 und Paris lat. 11611) », Francia, 27/1 (2000), p. 205-210; id., « Ein Blick in Pseudoisidors Werkstatt. Studien zum Entstehungsprozeß der falschen Dekretalen », Francia, 28 (2001), p. 37-90; id., « Auf Pseudoisidors Spur. Oder : Versuch, einen dichten Schleier zu lüften », dans W. Hartmann et G. Schmitz (dir.), Fortschritt durch Fälschungen ? Ursprung, Gestalt und Wirkungen der pseudoisidorischen Fälschungen, Hanovre, Hahnsche, 2002, p. 1-28; id., « Der “unbeugsame” Exterminator ? Isidorus Mercator und der Kampf gegen den Chorepiskopat », dans O. Münsch et T. Zotz (dir.), Scientia veritatis. Festschrift für Hubert Mordek zum 65. Geburtstag, Ostfildern, Thorbecke, 2004, p. 175-190. Voir aussi : J. Fried et W. Brandes, Donation of Constantine and Constitutum Constantini. The Misinterpretation of a Fiction and its Original Meaning, Berlin / New York, de Gruyter, 2007.

3 Constat que confirment d’autres études, notamment celles de Geneviève Bührer-Thierry sur la lumière, le regard du prince et le supplice de l’énucléation : G. Bührer-Thierry, « Unter dem Blick des Herrscher : Blick, Augen und Sicht im Frühmittelalter », dans G. Krieger (dir.), Verwandtschaft, Freundschaft, Bruderschaft. Soziale Lebens- und Kommunikations-formen im Mittelalter, Berlin, Akademie, 2009, p. 221-228.

4 Remissus autem ab imperatore ad filios, ut pacem mutuam necteret, cum pene omnis populus partim donis abstractus, partim promissis inlectus, partim minis territus, ad eos populumque cum eis consistentem more torrentis deflueret, nequaquam, ut fuerat iussus, est redire permissus. Tot ergo copiis inibi adductis et imperatori subductis, adeo defectio in dies invaluit, ut festivitate sancti Pauli plebei contra imperatorem, adulando filiis eius, inruptionem facere minarentur. Quibus imperator viribus obniti non valens, filiis mandavit, ne se populari exponerent direptioni. – E. Tremp (éd. et trad.), Thegan,Die Taten Kaiser Ludwigs. Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, Hanovre, Hahnsche, 1995, c. 48, p. 476‑479.

5 Mayke De Jong montre qu’il utilise ce procédé pour protéger la mémoire des actions de Louis le Pieux face aux révoltes : M. De Jong, The Penitential State. Authority and Atonement in the Age of Louis the Pious, 814-840, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 47-48, 224-225 et passim.

6 Ce dont témoigne avec beaucoup de force le cas de la future Catalogne, dont l’aristocratie est longtemps restée fidèle à la famille carolingienne, malgré les distances, envers et contre les familles princières qui cherchaient à s’imposer : M. Zimmermann, « Conscience gothique et affirmation nationale dans la genèse de la Catalogne (IXe-XIe siècles) », dans J. Fontaine, Ch. Pellistrandi (dir.), L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Madrid, Casa de Velazquez, 1992, p. 50-67. Id., « La datation des documents catalans du IXe au XIIe siècle : un itinéraire politique », Annales du Midi, 93 (1981), p. 345-375. R. d’Abadal i de Vinyals, « La domination carolingienne en Catalogne », Revue historique, 125 (1960), p. 319-340. J.-F. Lemarignier, « Les fidèles du roi de France (936-987) », dans Recueil de travaux offert à M. Clovis Brunel, Paris, Société de l’École des chartes, 1955, vol. II, p. 138-162.

7 A. Boretius et V. Krause (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio II. Capitularia regum Francorum, Hanovre, MGH, 1883, vol. I, p. 296-297, no 145.

8 E. Zeumer (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio V. Formulae merowingici et karolini aevi, Hanovre, Hahnsche, 1882-1886, p. 325-326, no 53.

9 Ibid., p. 173, no 11.

10 Ibid., p. 174, no 14.

11 Boretius et Krause, Monumenta... Capitularia..., vol. I, p. 263, no 133.

12 L. Levillain (éd.), Recueil des actes de Pépin Ier et de Pépin II, rois d’Aquitaine (814-848), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1926, p. 44-47, no 12.

13 Ibid., p. 166-169, no 38; p. 198-200, no 50; p. 246-248, no 60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Gravel, « Distances, rencontres, communications. Les défis de la concorde dans l’Empire carolingien », Memini, 13 | 2009, 85-98.

Référence électronique

Martin Gravel, « Distances, rencontres, communications. Les défis de la concorde dans l’Empire carolingien », Memini [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://memini.revues.org/221

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org