Navigation – Plan du site
Articles

Ville et environnement en Saxe aux IXe – XIe siècles

Sébastien Rossignol
p. 5-24

Notes de l'auteur

J’ai eu l’occasion de présenter les principaux éléments de cet article lors d’un séminaire de doctorants à Göttingen en 2007 ainsi qu’au congrès international de Leeds en 2008. J’ai pu profiter des remarques et commentaires lors des discussions et tient à remercier tous les participants. Je remercie également le lecteur anonyme de Memini pour les commentaires détaillés ainsi que Geneviève Bührer-Thierry (Marne-la-Vallée) et Jerzy Piekalski (Wrocław) pour la permission d’utiliser les illustrations.

Texte intégral

  • 1 « Nowhere was evidence of this supremacy (i.e. of man over nature) more visible and irrefutable tha (...)

1L’antagonisme entre ville et campagne nous semble aujourd’hui être une évidence. Dans un milieu urbain, tout ce qui nous entoure est construit par l’homme ; à la campagne, au contraire, on vit près d’une nature omniprésente. Le mode de vie urbain est associé à la culture, alors que la vie à la campagne rappelle la nature. La sociologue Deborah Stevenson a pu aller jusqu’à écrire à propos des métropoles du xxe siècle : « Nulle part n’était devenue aussi visible et irréfutable la preuve de la suprématie (de l’homme sur la nature) que dans les grandes cités du monde et dans leurs triomphes architecturaux et d’ingénierie – en particulier dans les ponts et les gratte-ciels. La métropole était l’antithèse de la nature et le symbole de sa défaite »1.

  • 2 Corpus fabularum Aesopicarum. Volumen prius : Fabulae Aesopicae soluta oratione conscriptae. Fascic (...)
  • 3 E. Engel, Die deutsche Stadt im Mittelalter, Düsseldorf, 2005 (d’abord paru en 1993), p. 262-265 ; (...)
  • 4 E. Engel, Die deutsche Stadt, p. 39-54 ; P. Boucheron, D. Menjot et M. Boone, « La Ville médiévale  (...)
  • 5 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mäch (...)
  • 6 P. Boucheron, D. Menjot et M. Boone, « La Ville médiévale », p. 419-423 ; J. Le Goff, A. Chédeville (...)
  • 7 Histoire de l’Europe urbaine II. De l’Ancien Régime à nos jours. Expansion et limite d’un modèle, d (...)
  • 8 G. Simmel, « Die Großstädte und das Geistesleben », dans Id., Brücke und Tür. Essays des Philosophe (...)
  • 9 J.-P. Durand, La Sociologie de Marx, Paris, 1995 (Repères).
  • 10 D. Stevenson, Cities ; Die europäische Stadt – Mythos und Wirklichkeit, dir. D. Hassenpflug, Münste (...)
  • 11 J. Le Goff, « Guerriers et bourgeois conquérants. L’Image de la ville dans la littérature française (...)

2L’idée d’un antagonisme entre ville et campagne était déjà familière des Grecs et des Romains de l’Antiquité. La fable d’Esope sur la souris des villes et la souris des campagnes, dont la thématique a été reprise par Horace dans ses satires, en témoigne : la vie à la campagne y est associée avec le calme, la sécurité et la simplicité, et la vie en ville avec un rythme effréné et une surabondance exagérée en tout2. Quant au bas Moyen Age, il nous a légué la formule juridique « l’air de la ville rend libre »3 – laquelle rend également compte à sa façon d’une conscience d’un antagonisme entre ville et campagne. Il s’agit dans ce cas d’une différenciation concernant le droit : les habitants des campagnes étaient soumis directement à leur seigneur, alors que les bourgeois des villes, depuis les xiie et xiiie siècles, jouissaient d’un droit différent et d’une forme d’autogouvernement4 – un nouveau développement dont Max Weber a reconnu la portée exceptionnelle5. Outre la distinction économique et le rôle du marché urbain, le besoin de distinguer entre ville et campagne s’exprimait alors de nombreuses manières : dans la topographie, cette différentiation était rendue visible par les enceintes des villes, qui démarquaient clairement dans l’espace la zone appartenant à la ville de celle de la campagne6. Pour ce qui est de l’époque industrielle, les villes y prirent des dimensions qui, sauf en de rares exceptions, n’avaient jamais été connues auparavant7. Dans ces métropoles se développèrent de nouveaux modes de vie, de nouvelles mentalités et de nouvelles formes d’identité. C’est avec une grande lucidité que Georg Simmel a décrit, au début du xxe siècle, les particularités du mode de vie urbain contemporain en opposition à celui des campagnes8. Maintenant que l’opposition entre une histoire marxiste – au sein de laquelle la ville a toujours eu une importance centrale9 – et une histoire plus libérale est révolue, les perceptions, les identités et les mentalités forment aujourd’hui des thèmes incontournables de la sociologie urbaine10 comme de l’histoire médiévale11.

3Est-ce qu’une différence essentielle, un antagonisme entre ville et campagne dans les représentations, en tant que paroxysme de l’opposition entre culture et nature, a toujours existé ? Est-ce qu’il s’agit du fruit d’une réflexion universelle, présente de différentes manières dans toutes les sociétés, bien qu’exprimée de façon plus ou moins conséquente ? En fait, quelques exemples pris en Europe à l’est du Rhin entre le IXe et le XIe siècle – plus particulièrement en Saxe, qui, d’une région périphérique de l’Empire carolingien, devint un espace clef des Empires ottonien et salien – démontreront que cet antagonisme conceptuel n’a pas toujours été aussi évident qu’il nous semble l’être aujourd’hui.

  • 12 G. Bührer-Thierry, L’Europe carolingienne (714-888), Paris, 2001 (Campus), p. 56.

Carte de la Germanie12

Carte de la Germanie12
  • 13 J. Piekalski, Od Kolonii ; pour la Pologne, dont la situation n’était guère différente de celle de (...)
  • 14 S. Rossignol, « Die Burgen der Slawen in den lateinischen Quellen des 9. bis 11. Jahrhunderts », da (...)

4Tout d’abord, il est important de souligner que ce que les contemporains percevaient comme des « villes » n’avait alors que peu à voir avec ce que nous entendons comme un habitat urbain en ce début de xxie siècle. Il s’agissait généralement d’un habitat dispersé, plus ou moins regroupé autour d’une place forte, et qui ne devait pas comprendre guère plus, dans la majorité des cas, que quelques centaines d’habitants13. Toutefois, cela ne signifie pas qu’une certaine idée de la ville, transportée par le vocabulaire urbain hérité de l’Antiquité, n’ait pas existé14. Plusieurs indices montrent au contraire que les auteurs de cette période avaient une certaine conception de la spécificité d’un habitat de type urbain.

  • 15 À propos des nouveaux évêchés en Saxe, voir C. Carroll, « The Bishoprics of Saxony in the First Cen (...)
  • 16 Anonyme de Paderborn, Translatio sancti Liborii, éd. V. de Vry, dans V. de Vry, Liborius. Brückenba (...)

5Le premier exemple provient du récit de translation des reliques de saint Liboire, déplacées du Mans à Paderborn en 83615. Il s’agit de la version du récit qui fut composée par un clerc anonyme de Paderborn vers la fin du ixe siècle16 ; l’auteur a remanié des récits déjà existants de la translation. La différence principale de cette nouvelle version par rapport aux précédentes réside dans le fait que l’auteur présente le point de vue d’un clerc saxon, actif à l’endroit où l’on avait reçu les reliques – il écrit sans doute sur demande de l’évêque de Paderborn Biso – alors que les premiers récits avaient été écrits du point de vue des clercs du Mans. On y observe que l’anonyme ressent un besoin instinctif de souligner l’importance du siège épiscopal dont il est lui-même originaire.

  • 17 Aecclesias per omnem regionem illam (...) construi fecit : atque parochias diligenti ratione suis q (...)

6L’œuvre du clerc anonyme comprend un récit de la fondation de l’évêché de Paderborn et plus particulièrement de la manière dont fut choisi l’endroit où devait être installé le siège épiscopal. Il écrit en effet à propos des premiers évêchés de Saxe que Charlemagne « fit construire des églises dans toute cette région : et en désignant des paroisses, avec une grande sagacité, devant être conservées dans leurs limites, puisque des civitates, dans lesquelles on doit construire des sièges épiscopaux d’après l’ancienne coutume, étaient complètement absentes de cette province, il choisit donc des endroits pour ceux-ci, qui semblaient particulièrement appropriés par rapport à d’autres, grâce à une certaine excellence naturelle et une fréquentation particulière par la population »17.

  • 18 M. Fixot, « La Cité et son territoire : l’exemple du Sud-Est de la Gaule », dans Towns and Their Te (...)

7En effet, selon une tradition romaine qui avait par la suite trouvé place dans le droit canonique, les sièges épiscopaux devaient être fondés dans des villes. Dans l’Empire romain, cela signifiait généralement que les sièges épiscopaux étaient installés dans les villes romaines et que les districts administratifs autour de ceux-ci devenaient des diocèses. L’organisation ecclésiastique était ainsi calquée sur l’administration civile18. Le point de départ était évidemment tout autre dans le cas des contrées situées de l’autre côté du limes. La condition selon laquelle un évêque devait s’installer dans une urbs ou civitas était toujours valide, mais il fallait trouver une nouvelle manière de définir celle-ci, afin de justifier l’endroit choisi pour devenir un siège épiscopal.

  • 19 La version la plus ancienne est probablement celle d’Erconrad, dont la datation fait toutefois l’ob (...)
  • 20 Walter Schlesinger a commenté à plusieurs reprises ce passage. Cependant, il n’a pas tenu compte du (...)

8L’auteur du récit de translation explique donc qu’il n’y avait pas en Saxe du ixe siècle de civitates comparables à celles du modèle romain. En fait, on peut observer que Paderborn n’avait jamais été désignée comme une civitas dans les récits de translation qui avaient servi de modèles au clerc anonyme19. Du point de vue des clercs de Francie occidentale, une civitas ne pouvait être qu’une agglomération d’origine romaine ; Paderborn, nouveau siège épiscopal, était certes une sedes, mais pas une civitas20. Cet état de fait ne pouvait satisfaire le clerc de Paderborn, écrivant quelques décennies plus tard, cherchant à démontrer l’importance des évêchés saxons mais soucieux de ne pas contredire ses prédécesseurs. Il devait donc trouver une manière de démontrer que Paderborn était digne d’être un siège épiscopal prestigieux, même si ce n’avait jamais été une civitas romaine.

9C’est dans cette optique que l’auteur anonyme souligne qu’il n’y avait nulle part en Saxe de civitates romaines : puisqu’il n’y en avait jamais eu en Saxe, on ne pouvait pas reprocher à Paderborn de ne pas en avoir été une. Mais tout de suite après, il s’empresse d’expliquer pourquoi c’était malgré tout un endroit approprié pour un nouveau siège épiscopal, donc ce qui faisait que l’endroit pouvait après tout être comparé aux civitates d’Europe occidentale. Il est surtout intéressant pour notre propos d’observer la manière dont il justifie le choix de l’endroit où devait être fondé le siège épiscopal de Paderborn : c’est un endroit avec une « excellence naturelle » et une « fréquentation particulière par la population ». Apparemment, c’étaient là les éléments qui caractérisaient, selon l’anonyme, cette localité et lui donnaient un caractère que l’on pourrait qualifier d’ « urbain », soit digne d’être comparé avec les villes d’origine romaine où se trouvaient les sièges épiscopaux des anciennes provinces de l’Empire.

  • 21 Patherbrunnensis sedes speciali quadam dignitate praecellit, habens amplissimam circumquaque planic (...)

10Voyons maintenant comment l’auteur anonyme, suite à ces remarques, décrit en détails l’endroit où devra être fondée Paderborn : « Le siège de Paderborn, écrit-il, excelle grâce à une certaine dignité spéciale, ayant tout autour une plaine des plus amples, ornée suffisamment de forêts vastes et bigarrées par leur grande diversité, ayant des champs féconds et des plus fertiles en fruits de toutes sortes. Tout près se trouve, à gauche du point de vue des murailles, un bois s’étendant en longueur et largeur sur plusieurs milles, à ce point convenable à l’usage comme pâturage pour le bétail et les troupeaux et pour l’élevage des abeilles qu’il ne semble pas très différent de cette région que les Saintes Écritures désignent comme la terre où coulent le lait et le miel. A la parure de l’endroit s’ajoutent à la fois l’apparence incomparable et le grand nombre des sources les plus saines, coulant ensemble dans une cavité également à l’intérieur même de l’oppidum, à tel point qu’il ne fut nulle part découvert quoi que ce soit de comparable en étendue autant qu’en agrément. Il ne manque pas ici et là d’autres rivières, très généreuses dans les avantages qu’elles offrent à ceux qui en ont besoin. L’air à cet endroit et la brise sont plus doux, et bien que dans une région froide, par une grâce naturelle plus tempérés, si bien que plus rapidement que dans d’autres régions, tous les fruits arrivent à leur maturité »21.

  • 22 E. R. Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter. Zweite, durchgesehene Auflage, B (...)

11La beauté du paysage est soulignée de manière singulièrement ostentatoire avec les termes specialis dignitas, ornamentum loci, incomparabilis species, amoenitas, naturalis gratia. Et qu’est-ce qui rend, d’après le clerc anonyme, cet endroit si spécialement beau et agréable ? Le bois tout près, les champs fertiles, les pâturages, l’eau fraîche, l’air pur. On aura remarqué qu’il s’agit là des éléments typiques du locus amoenus, l’ « endroit agréable » que l’on retrouve partout dans les littératures du Moyen Age. Selon Ernst Robert Curtius, les éléments indispensables en sont les arbres, les prés et les cours d’eau22. On les remarque tous dans la description de Paderborn. L’utilisation que fait l’anonyme du plus connu des topoi médiévaux est d’un haut niveau de sophistication : il s’efforce de faire appel à plusieurs sens – bien entendu, la vue : « apparence agréable », « agrément » ; l’odorat et le toucher : l’air et la brise « sont plus doux » ; le goût : les « fruits de toutes sortes », « le lait et le miel ». Tout cela donne une impression d’harmonie, de bien-être, de « grâce naturelle » conférée par l’environnement. Le lecteur se sent attiré et a envie d’y rester.

  • 23 E. R. Curtius, Europäische Literatur,p. 191-192.
  • 24 H. Beumann, « Der Schriftsteller und seine Kritiker im frühen Mittelalter », dans Id.,Wissenschaft (...)

12Les descriptions de loci amoeni par les auteurs médiévaux ne sont pas toujours d’un grand réalisme. On recherchait surtout les effets d’ordre littéraire, et comme Curtius l’a relevé, certains n’hésitaient pas à placer des plantes ou des arbres du Moyen Orient en Europe nordique et centrale, voire des lions – ils avaient tout simplement repris des éléments de descriptions bibliques ou de poètes de l’Antiquité latine, sans se préoccuper des différences de climat et de végétation23. On donnera crédit à notre auteur anonyme de ne pas s’être laissé aller à de tels artifices. Le site de Paderborn était en effet caractérisé – et l’est encore aujourd’hui – par une abondance exceptionnelle d’eau fraîche, celle coulant des sources de la Pader. Elles sont autour de deux cent à couler au même endroit, regroupées dans un bassin naturel. On ne s’étonnera pas que ce site unique ait pu saisir les Francs découvrant la région et que ce n’est certainement pas un hasard s’ils ont choisi cet endroit plutôt qu’un autre pour s’y installer. Les topoi des auteurs médiévaux ne sont pas nécessairement des formulations vides de sens : on cherchait surtout à donner une impression d’harmonie en utilisant des éléments déjà familiers aux lecteurs ; on les arrangeait en variant indéfiniment les mêmes éléments pour former un ensemble à la fois connu et nouveau. En fait, les topoi servaient surtout à fournir des éléments de formulation prêts à être utilisés, l’auteur ne devant que choisir ceux qui lui convenaient, en une méthode éprouvée, pour exprimer ce qu’il voulait. Mais rien n’était choisi au hasard, et le tout servait à mettre en mots l’intention de l’auteur24.

  • 25 E. R. Curtius, Europäische Literatur,p. 202.

13Ce n’est donc sans doute pas pour rien que le clerc anonyme a choisi d’utiliser le modèle du locus amoenus pour décrire le site de Paderborn. On a toute raison de croire que le choix de ces éléments correspondait à une intention mûrement réfléchie. Pourtant, on peut s’étonner qu’il ait eu recours à un tel modèle – il aurait pu en choisir un autre – pour décrire le site d’un futur siège épiscopal. Selon Curtius, le locus amoenus est « le motif principal de toute description de la nature »25. Ce ne sont certainement pas des éléments que nous serions tentés d’associer avec un habitat de type urbain. Toutefois, on peut penser que ces aspects ne sont pas seulement soulignés à cause de leur beauté, puisqu’ils avaient aussi une importance pratique : ils étaient nécessaires pour répondre aux besoins fondamentaux des habitants qui s’y installeraient ; ceux-ci devaient avoir à portée de la main tout ce qui leur serait nécessaire. Apparemment, l’auteur n’avait pas réellement de conception d’une distinction fondamentale entre ville et campagne, entre habitat urbain et rural. La distinction entre civitas et habitat rural était pour lui surtout qualitative : la première avait avant tout des ressources plus abondantes.

  • 26 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. B. Schmeidler, Hanovre, Leipzig, 1917 (...)
  • 27 V. Scior, Das Eigene und das Fremde. Identität und Fremdheit in den Chroniken Adams von Bremen, Hel (...)

14Le prochain exemple provient aussi de Saxe, mais de la seconde moitié du xie siècle – il s’agit de l’Histoire des archevêques de Hambourg-Brême par Adam de Brême26. L’auteur, qui dirigeait l’école épiscopale, avait composé son œuvre sur demande de son archevêque. Il y raconte l’histoire de l’évêché depuis ses débuts au ixe siècle et jusqu’à sa propre époque27.  

  • 28 Metropolis Hamburg caput extollit, olim viris et armis potens, agro et frugibus felix ; nunc vero (...)

15Selon le récit d’Adam, Hambourg aurait été complètement détruite par des pirates en 845. Suite à cet événement, le siège épiscopal aurait été transféré à Brême. Après avoir raconté ces événements, Adam décrit Hambourg : « La métropole de Hambourg élève la tête, autrefois puissante en hommes et en armes, heureuse de ses champs et de ses récoltes ; aujourd’hui cependant, victime de la revanche des pécheurs, elle a été réduite en une solitude, et bien qu’elle ait perdu les atours d’une ville, elle retient assez de forces pour se consoler des malheurs de son veuvage avec la prolifération de ses enfants, qu’elle voit s’accroître quotidiennement dans tout l’espace qui lui est destiné au Nord »28.

16C’est donc une « ville » (urbs) qu’Adam décrit de cette manière. Les aspects qu’il choisit de souligner comme caractéristiques de cette localité sont que Hambourg est habitée par des guerriers et est une forteresse. Mais en même temps, c’est avant tout la fertilité de ses champs qui lui confère une importance particulière ; après que ses habitants l’ont délaissée, elle est devenue un « désert » (solitudo). Il lui manque alors ce qu’Adam désigne comme les « atours d’une ville » (decus urbis) : soit ce qui lui donne son importance particulière – ses guerriers, ses fortifications et ses champs fertiles. On constate donc que ce sont les éléments suivants qui, pour Adam de Brême, sont essentiels pour caractériser une urbs de grande importance : outre sa position dans la hiérarchie ecclésiastique, ses hommes, ses armes et ses champs.

  • 29 Saxonia viris, armis et frugibus inclita. Adam de Brême, Gesta, 1,1, p. 4.
  • 30 Haec autem regio cum sit armis, viris et frugibus opulentissima, firmis undique saltuum vel termini (...)

17L’impression qui se dégage tout d’abord est que ce sont là des éléments qui, dans l’esprit d’Adam, confèrent à Hambourg une spécificité attribuée à un type d’habitat particulier, une urbs. On peut cependant facilement être ensuite dérouté par la manière dont Adam, en d’autres endroits, caractérise certaines régions. Il en va ainsi de la Saxe, région au centre de l’attention d’Adam puisque c’est dans celle-ci que se trouvait le siège archiépiscopal dont il racontait l’histoire. Or, selon lui, la Saxe est « illustre par ses hommes, ses armes et ses récoltes »29. On se rend immédiatement compte que les éléments qu’il a choisi de souligner sont exactement les mêmes que ceux utilisés pour décrire Hambourg. Et qu’en est-il de la Sclavania, la terre des Slaves ? Adam se donne également la peine de la décrire, et les mots qu’il utilise ne sont pas tellement différents : « Cette région cependant, écrit-il, comme elle est des plus fertiles en armes, en hommes et en récoltes, est entourée de tous côtés par des forêts ou des rivières qui en forment les limites stables »30. Encore une fois, Adam procède exactement de la même manière. Il utilise exactement les mêmes mots pour caractériser Hambourg, la Saxe ou la Sclavania : on y retrouve des hommes, des armes et des récoltes abondantes.

18Les éléments qui caractérisent ces régions sont les mêmes que ceux qui forment les « atours d’une ville », le decus urbis. Il n’y aurait donc pas de réelle différence entre ce qui rend une région ou une ville particulièrement importante. Adam n’a pas conscience d’aspects particuliers rendant compte d’une spécificité de la ville, de ce que nous décririons comme « urbain ». Il est évident qu’il ne peut être question, dans sa manière de voir le monde, d’un antagonisme entre habitat urbain et habitat rural. La situation est comparable avec celle de l’auteur anonyme de la Translation de saint Liboire au ixe siècle : pour l’un comme pour l’autre, une des caractéristiques principales d’un habitat de type urbain est constituée par la fertilité des champs qui l’entourent.

19Est-ce que cela signifie qu’on n’avait aucune conscience, en Saxe du ixe au xie siècle, d’une quelconque spécificité d’un habitat de type urbain ? En fait, il existait une conception de particularités de certaines agglomérations, qui leur conféraient un statut spécifique et que l’on pourrait qualifier d’ « urbain ». Les aspects retenus par les auteurs de cette période ont cependant comme caractéristique d’être empreints d’une grande subjectivité. Ils ne peuvent tous être traités en détails ici, mais quelques exemples en donneront une impression générale.

  • 31 Est locus insignis regali proximus aulae, / Fama sui late, quae vocitatur Aquis. Ermold le Noir, In (...)
  • 32 Ermold le Noir, In honorem,4,179-190, p. 63.

20Déjà en ce qui concerne le poète de la cour carolingienne Ermold le Noir, auteur d’une œuvre en l’honneur de Louis le Pieux, on constate que la principale caractéristique avec laquelle il distingue certaines agglomérations de Francie orientale d’autres de moindre importance est leur notoriété. Ainsi, la résidence impériale d’Aix-la-Chapelle est présentée comme un « lieu insigne », connu « par sa réputation largement répandue »31. Ermold se sert d’arguments semblables pour souligner l’importance d’Ingelheim, autre lieu de résidence des souverains carolingiens32. Ces endroits n’avaient pas de tradition romaine et leur importance n’était que récente, ce qui rendait difficile un recours à une tradition ancienne. La notoriété qui leur était ainsi attribuée leur conférait un élément de distinction.

  • 33 Ipse magnifice construxit. Widukind de Corvey, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, éd. G. Waitz, (...)
  • 34 Pascha loco celebri Quidilingaburg celebraturus. Widukind de Corvey, Rerum gestarum,3,75, p. 152.

21L’historien saxon Widukind de Corvey, chantre des souverains ottoniens et écrivant dans la seconde moitié du xe siècle, se sert parfois d’arguments qui ne sont pas très différents de ceux d’Ermold. Ainsi, il raconte à propos de la civitas de Magdebourg – un terme qu’il n’utilise que rarement et pour distinguer des agglomérations en liens étroits avec les souverains, préférant urbs pour les autres – qu’Otton Ier la « fit construire lui-même de manière magnifique »33. Quant à Quedlinburg, autre lieu de résidence favori des Ottoniens, elle est caractérisée comme un « lieu illustre »34. Ce qui rend ces deux agglomérations dignes d’être remarquées, c’est donc, pour le moine de Corvey, leur notoriété et leur apparence impressionnante.

  • 35 Bruno de Querfurt, S. Adalberti Pragensis episcopi et martyris vita altera, éd. J. Karwasińska, Var (...)
  • 36 Bruno de Querfurt, Vita quinque fratrum eremitarum seu vita vel passio Benedicti et Johannis socior (...)

22Bruno de Querfurt, missionnaire et auteur d’œuvres hagiographiques écrites au début du xie siècle, est celui qui insiste le plus sur l’esthétique agréable de quelques civitates. Ainsi, il présente Magdebourg comme une métropole « noble », siège d’un « grand archevêché » ; elle est placée sur la « belle rive de l’Elbe » et on y trouve un « très beau palais » construit par Otton Ier35. Pour ce qui est de Prague, il s’agit selon lui de « la plus grande urbs de la région » et elle est « noble »36.

  • 37 Nobilissima quondam Saxonum civitas. Adam de Brême, Gesta,1,1, p. 4.
  • 38 Inclyta civitas. Adam de Brême, Gesta,1,21, p. 27. Inclyta urbs. Adam de Brême, Gesta,2,15, p. 71.
  • 39 Civitas inclita. Adam de Brême, Gesta,3,20, p. 163.
  • 40 Nobilissima civitas (…) celeberrima statio. Adam de Brême, Gesta,2,22, p. 79.
  • 41 Clarissimum decus Grecie. Adam de Brême, Gesta,4,16, p. 243.
  • 42 L. Leciejewicz, Słowianie zachodni. Z dziejów tworzenia się średniowiecznej Europy, Wrocław, Varsov (...)

23Mais parmi ces auteurs, c’est Adam de Brême – encore lui – qui accorde la plus grande importance à la notoriété, à la noblesse, à la réputation de certaines agglomérations. Dès le premier chapitre de son œuvre historique, il fait de Hambourg « la plus noble civitas des Saxons »37. Elle est également à plusieurs reprises une « civitas » ou « urbs illustre »38. Hambourg n’est pas la seule à être caractérisée ainsi, puisque c’est aussi le cas de la civitas de Mecklembourg, où le prince des Abodrites Gottschalk avait fait construire des monastères39. L’agglomération portuaire de Iumne, sur la rive méridionale de la mer Baltique, est une « très noble civitas »40 ; quant à Kiev, il s’agit d’une « parure des plus illustres de la Grèce »41, c’est-à-dire de la chrétienté orientale42.

24On pourrait ajouter d’autres aspects régulièrement évoqués par les auteurs saxons de cette époque – richesse, apparence impressionnante des édifices – mais il suffira de retenir que ce qui donnait un supplément d’importance à certaines agglomérations, c’était avant tout des aspects subjectifs. Ce qui allouait à ces localités une spécificité que l’on pourrait qualifier d’ « urbaine » n’avait que peu à voir avec la grandeur réelle de l’agglomération ou le nombre d’habitants, pour ne nommer que deux éléments souvent retenus aujourd’hui pour distinguer un habitat urbain.

  • 43 J. Radkau, Natur und Macht. Eine Weltgeschichte der Umwelt, Munich, 2002, p. 172-182.
  • 44 A propos de l’approvisionnement en bois, voir E. Johann, « Wirtschaftsfaktor Wald. Am Beispiel des (...)
  • 45 E. Engel, Die deutsche Stadt,p. 265-270 ; P. Boucheron, D. Menjot et M. Boone, « La Ville médiévale (...)

25De tous temps, les problèmes d’approvisionnement ont été centraux pour tout habitat de type urbain ou pour toute agglomération humaine d’une certaine importance. L’approvisionnement en ressources essentielles est d’ailleurs l’un des facteurs décisifs qui rendent possible toute agglomération dès le départ43. Ainsi, l’accès à l’eau potable est une nécessité absolue pour la survie d’une agglomération ; on a besoin d’eau non seulement pour la consommation humaine, mais également pour les animaux et pour des raisons d’hygiène. Les problèmes d’approvisionnement étaient omniprésents dans les villes du bas Moyen Âge et de l’époque moderne44 : le bois, l’eau, la nourriture – tout cela était irremplaçable pour assurer l’existence autant que l’autonomie de ces communautés. Lorsque les villes devinrent plus grandes et les structures sociales plus complexes, l’organisation et l’administration des villes devinrent aussi plus sophistiquées. Mais les problèmes fondamentaux restaient les mêmes45.

  • 46 J. Piekalski, Od Kolonii,p. 165-166.

26Les agglomérations de type proto-urbain du haut Moyen Âge n’étaient certes pas des villes comme nous l’entendons aujourd’hui. L’archéologue Jerzy Piekalski, étudiant la topographie des villes d’Europe du Centre et du Centre-Est avant la période des villes communales, en est venu à la conclusion qu’il s’agissait généralement de complexes d’habitat multipartites, fragmentés et peu cohérents46. Le caractère urbain supposé des plus anciennes forteresses de Pologne a fait l’objet de débats passionnés ces dernières années et une nouvelle génération de chercheurs a fait table rase des anciennes conceptions.

  • 47 J. Piekalski, Od Kolonii do Krakowa. Przemiana topografii wczesnych miast, Wrocław, 1999 (Monografi (...)

Site proto-urbain de Paderborn47

Site proto-urbain de Paderborn47

a) reconstruction des espaces occupés, d’après les sources écrites,
b) espaces ayant fait l’objet de fouilles archéologiques,
c) églises,
d) bâtiments de monastères
1) forteresse avec église cathédrale et palais,
2) monastère Abdinghof,
3) monastère Busdorf,
4) église Saint-Pancras,
5) place du marché,
6) fortifications de la forteresse principale,
7) fortifications de la basse-cour,
8) Rickerwyk,
9) route Hellweg,
10) fouilles de la rue Am Kamp,
11) fouilles de Kötterhagen,
12) villa Aspethera,
13) Kämmerhof

  • 48 S. Moździoch, « The Origins » ; Id.,« Problemy » ; Id.,« Miejsca centralne Polski wczesnopiastowski (...)
  • 49 Voir surtout S. Moździoch, « Problemy ».   
  • 50 J. Piekalski, Od Kolonii,p. 40-41 ; M. Balzer, « Siedlungsgeschichte und topographische Entwicklung (...)

On en est venu à une vision beaucoup plus nuancée, en se refusant à qualifier de villes les simples forteresses, mais accordant un certain caractère proto-urbain à des complexes d’habitat dont les places fortes n’étaient qu’un des éléments48. Selon Sławomir Moździoch, les éléments qui conféraient un caractère urbain à ces ensembles – marchés, ateliers d’artisans – se retrouvaient généralement hors des forteresses49. Ces considérations des archéologues polonais concernent principalement l’habitat du royaume des Piast aux xe et xie siècles, mais le degré d’urbanisation de la Saxe du ixe siècle n’était certainement pas plus élevé et il est sans doute approprié de tenir compte de ces appels à la prudence appuyés sur les recherches les plus récentes. À Paderborn, l’archéologie nous apprend qu’on ne retrouvait, dans les premiers siècles, qu’un modeste habitat dispersé autour de la forteresse50.

27Considérant le caractère fragmenté, dispersé et peu cohérent de ces complexes d’habitat, on ne sera guère étonné du fait que les auteurs de cette période n’aient pas observé de différenciation stricte entre un habitat urbain et un habitat rural. La distinction était principalement abstraite et leur perception était influencée par la réalité qu’ils avaient sous les yeux.

28Toutefois, même en tenant compte de l’aspect modeste des agglomérations de type proto-urbain du haut Moyen Âge, dont les dimensions et la complexité étaient réduites, les problèmes d’approvisionnement étaient certainement source de préoccupations. Les auteurs des extraits présentés plus haut en étaient apparemment conscients : pour l’auteur anonyme de la Translation de saint Liboire, ce qui était primordial dans le choix de l’endroit qui allait devenir un nouveau siège épiscopal, c’était que ceux qui s’y installeraient aient tout ce dont ils avaient besoin – du bois, de l’eau fraîche, de la nourriture ; pour Adam de Brême, un des éléments les plus importants d’une urbs était constitué par la présence de champs fertiles produisant des récoltes abondantes. Ils rendaient possible l’établissement de guerriers et d’autres habitants.

29Ce qui est toutefois frappant, ce n’est pas tant que ces deux auteurs aient réalisé l’importance des problèmes d’approvisionnement pour un habitat qu’ils considéraient comme « urbain ». C’est surtout qu’ils aient fait de ces éléments – forêt, eau, champs – les plus importants pour caractériser des agglomérations de ce type. Et ces mêmes éléments n’étaient pas différents, dans le cas d’Adam de Brême, de ceux qui caractérisaient des régions entières.

30Selon toute apparence, la distinction entre ville et campagne n’était pas très claire pour ces deux auteurs. La différence était simplement que l’agglomération de type urbain avait des besoins plus importants – on y avait un besoin accru en bois, en eau, en nourriture.

  • 51 E. Vavra, « Der Wald im Mittelalter. Funktion – Nutzung – Deutung. Einführung », Das Mittelalter. P (...)
  • 52 J. Le Goff, « Le Désert-forêt dans l’Occident médiéval », dans Id., L’Imaginaire médiéval. Essais, (...)

31Au haut Moyen Âge, on percevait le monde comme étant divisé entre la terra culta et la terra inculta, une formulation que l’on retrouve dans d’innombrables chartes médiévales et qui était déjà connue de certains auteurs de l’Antiquité. On distinguait entre les régions convenables à l’habitat humain et celles qui ne l’étaient pas ; les caractéristiques principales de ce qui, dans le Nord de l’Europe, était considéré comme le « désert », c’est-à-dire la forêt, comprenaient l’absence d’habitations humaines et l’aspect inhospitalier51. La terra culta, ou ager, c’était tout ce qui avait été touché, modifié, transformé par l’être humain. Cela comprenait les formes d’habitat, les champs, les pâturages. À la terra inculta, ou saltus, appartenait tout ce qui était hors des activités humaines ou était perçu comme tel : la forêt vierge, la nature, les régions inhabitées. Cette opposition entre culture et nature, espaces cultivé et sauvage devint, dès la fin de l’Antiquité et les premiers siècles du Moyen Âge, beaucoup plus courante que celle entre ville et campagne52.

32Toutes les agglomérations, que ce soit la plus grande des métropoles ou le plus insignifiant des hameaux, appartenaient à la terra culta. À l’intérieur de celle-ci, les différences n’étaient que graduelles et n’étaient jamais essentielles. Cela explique pourquoi, dans le cas de Paderborn, la nature et les champs des environs étaient aussi importants que l’agglomération elle-même, et pourquoi Hambourg pouvait être caractérisée avec les mêmes éléments que la Saxe ou la Sclavania.

33Malgré tout, on peut reconnaître certains aspects qui donnaient à une agglomération de type urbain une plus grande importance que celle d’autres types d’agglomérations. Dans les mots d’Adam de Brême, une telle agglomération pouvait être felix, inclita ou opulentissima : « heureuse », « illustre », « des plus opulentes ». Ce sont des éléments d’ordre purement subjectifs, mais dont la portée n’en est pas nécessairement moindre. Et qu’est-ce qui rendait une agglomération particulièrement heureuse, illustre ou riche ? Tout d’abord, l’assurance d’un approvisionnement en tout ce que les habitants pourraient avoir besoin : de la nourriture, de l’eau, du bois. Ainsi, on comprend pourquoi tout cela était particulièrement souhaitable pour des agglomérations de type urbain dans l’esprit de l’auteur de la Translation de saint Liboire tout comme pour Adam de Brême. Ce qui était important, ce n’était pas de distinguer un habitat urbain d’un autre type d’habitat : après tout, tous ces types d’habitat appartenaient au domaine de la terra culta. Ce qui était essentiel, au contraire, c’était d’assurer aux habitants l’accès à tout ce dont ils avaient besoin.

  • 53 D. West, « Of Mice and Men » ; E. Fraenkel, Horace, p. 138-144 ; N. Rudd, The Satires, p.243-257.

34On se rappellera la fable d’Esope, reprise dans la satire d’Horace : ce qui caractérise le mode de vie urbain, c’est une abondance exagérée en tout ce qui peut paraître superficiel53. La souris des campagnes, désorientée par tout cela, préfère la vie simple et frugale qui lui est familière. On retrouve ainsi un aspect intemporel du mode de vie urbain : l’abondance, l’opulence. Cette conception n’était, après tout, pas étrangère aux gens du haut Moyen Âge : dans une société fondamentalement agraire, dans laquelle l’économie monétaire n’avait qu’un rôle secondaire, cette opulence n’était rendue possible que par la proximité immédiate des ressources disponibles.

35En conclusion, on peut affirmer que la distinction entre ville et campagne, dans la Saxe du ixe au xie siècle, ne signifiait pas une opposition entre nature et culture. Toutes les formes d’habitat appartenaient à la terra culta : les champs fertiles, les pâturages et les rivières exploitées par les êtres humains, tout cela en faisait partie autant que les agglomérations, et ce n’était pas une contradiction que d’en faire des attributs d’un habitat de type urbain.

36La distinction entre ville et campagne, entre nature et culture est avant tout une création des perceptions des contemporains et dépendante des particularités de chaque société. Il n’y a rien d’universel dans de telles conceptions ; même dans une société avec une forte continuité culturelle comme celle du haut Moyen Âge, elles pouvaient prendre différentes formes, évoluer et se transformer.

Haut de page

Notes

1 « Nowhere was evidence of this supremacy (i.e. of man over nature) more visible and irrefutable than in the great cities of the world and their architectural and engineering triumphs – in particular, their bridges and skyscrapers. The metropolis was the antithesis of nature and the symbol of its defeat ». D. Stevenson, Cities and Urban Cultures, Philadelphie, 2003 (Issues in Cultural and Media Studies).

2 Corpus fabularum Aesopicarum. Volumen prius : Fabulae Aesopicae soluta oratione conscriptae. Fasciculus alter, éd. A. Hausrath, H. Hunger, Leipzig, 1959 (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), Fab. 314, p. 129 ; Horace, Sermones, dans Id.,Opera, éd. D. R. Shackleton Bailey, Munich, Leipzig, 2001 (Bibliotheca Teubneriana), 2,6, p. 237-241. Voir D. West, « Of Mice and Men. Horace, Satires 2.6.77-117 », dans Quality and Pleasure in Latin Poetry, dir. Id. et T. Woodman, Cambridge, 1974, p. 67-80 ; E. Fraenkel, Horace, Oxford, 1980 (d’abord paru en 1957), p. 138-144 ; N. Rudd, The Satires of Horace, Cambridge, 1966, p. 243-257.  

3 E. Engel, Die deutsche Stadt im Mittelalter, Düsseldorf, 2005 (d’abord paru en 1993), p. 262-265 ; H. Mitteis, « Über den Rechtsgrund des Satzes “Stadtluft macht frei” », dans Die Stadt des Mittelalters. Zweiter Band. Recht und Verfassung, dir. C. Haase, Darmstadt, 1976 (Wege der Forschung, 243) (article d’abord paru en 1952), p. 182-202.

4 E. Engel, Die deutsche Stadt, p. 39-54 ; P. Boucheron, D. Menjot et M. Boone, « La Ville médiévale », dans Histoire de l’Europe urbaine I. De l’Antiquité au xviiie siècle. Genèse des villes européennes, dir. J.-L. Pinol, Paris, 2003, p. 495-526 ; G. Dilcher, « Die Rechtsgeschichte der Stadt », dans Deutsche Rechtsgeschichte. Land und Stadt – Bürger und Bauer im Alten Europa, dir. Id. et K. S. Bader, Heidelberg, 1999, p. 327-404.

5 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mächte. Nachlaß. Teilband 5 : Die Stadt, éd. W. Nippel, Tübingen, 2000 (Studienausgabe der Max Weber-Gesamtausgabe, vol. I/22-5). Voir K.-L. Ay, « Max Weber über die Stadt », dans Stadtgeschichtsforschung. Aspekte, Tendenzen, Perspektiven, dir. F. Mayrhofer, Linz, 1993 (Beiträge zur Geschichte der Städte Mitteleuropas, vol. XII), p. 69-80 ; Max Weber und die Stadt im Kulturvergleich, dir. H. Bruhnset W. Nippel, Göttingen, 2000 (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, vol. 140), p. 39-62 ; O. G. Oexle, « Priester – Krieger – Bürger. Formen der Herrschaft in Max Webers “Mittelalter” », dans Max Webers Herrschaftssoziologie. Studien zu Entstehung und Wirkung, dir. E. Hanke et W.J. Mommsen, Tübingen, 2001, p. 203-222.

6 P. Boucheron, D. Menjot et M. Boone, « La Ville médiévale », p. 419-423 ; J. Le Goff, A. Chédeville, J. Rossiaud, La Ville médiévale, Paris, 1980 (Histoire de la France urbaine, t. II), p. 198 ; B. Chevalier, Les Bonnes Villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 113 ; J. Piekalski, Od Kolonii do Krakowa. Przemiana topografii wczesnych miast, Wrocław, 1999 (Monografie archeologiczne. Uniwersytet Wrocławski, 4), p. 193-203.

7 Histoire de l’Europe urbaine II. De l’Ancien Régime à nos jours. Expansion et limite d’un modèle, dir. J.-L. Pinol, Paris, 2003 ; J. R. McNeill, Something New under the Sun. An Environmental History of the Twentieth-Century World, New York, Londres, 2000, p. 281-287.

8 G. Simmel, « Die Großstädte und das Geistesleben », dans Id., Brücke und Tür. Essays des Philosophen zur Geschichte, Religion, Kunst und Gesellschaft, éd. M. Landmann, Stuttgart, 1957 (article d’abord paru en 1903), p. 227-242.

9 J.-P. Durand, La Sociologie de Marx, Paris, 1995 (Repères).

10 D. Stevenson, Cities ; Die europäische Stadt – Mythos und Wirklichkeit, dir. D. Hassenpflug, Münster, Hambourg, Londres, 2002 (Region – Nation – Europa, vol. 4) ; S. Pile, Real Cities. Modernity, Space and the Phantasmagorias of City Life, Londres, New Delhi, 2005.

11 J. Le Goff, « Guerriers et bourgeois conquérants. L’Image de la ville dans la littérature française du xiie siècle », dans Id., L’Imaginaire médiéval. Essais, Paris, 1985  (Bibliothèque des Histoires) (article d’abord paru en 1979), p. 208-241 ; La Ville en France au Moyen Âge des Carolingiens à la Renaissance, dir. J. Le Goff, Paris, 1998 (Histoire de la France urbaine, tome 2) (d’abord paru en 1980) ; H. Kugler, Die Vorstellungen der Stadt in der Literatur des deutschen Mittelalters, Munich, 1986 (Münchener Texte und Untersuchungen zur deutschen Literatur des Mittelalters, 88) ; voir aussi l’habile combinaison d’histoire sociale et culturelle dans P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoir, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande, Paris, 1997 (Travaux d’Humanisme et de Renaissance, 317).

12 G. Bührer-Thierry, L’Europe carolingienne (714-888), Paris, 2001 (Campus), p. 56.

13 J. Piekalski, Od Kolonii ; pour la Pologne, dont la situation n’était guère différente de celle de la Saxe, voir S. Moździoch, « The Origins of the Medieval Polish Towns », Archaeologia Polona, 32 (1994), p. 129-153 ; Id., « Problemy badań nad początkami miast i wsią wczesnośredniowieczną w Polsce », Slavia Antiqua, XXXVIII (1997), p. 39-63.

14 S. Rossignol, « Die Burgen der Slawen in den lateinischen Quellen des 9. bis 11. Jahrhunderts », dans Siedlungsstrukturen und Burgen im westslawischen Raum. Beiträge der Sektion zur slawischen Frühgeschichte der 17. Jahrestagung des Mittel- und Ostdeutschen Verbandes für Altertumsforschung in Halle an der Saale, 19. bis 21. März 2007, dir. F. Biermann, T. Kersting et A. Klammt, Langenweißbach (Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte Mitteleuropas 52), p. 31-38.   

15 À propos des nouveaux évêchés en Saxe, voir C. Carroll, « The Bishoprics of Saxony in the First Century after Christianization », Early Medieval Europe, 8 (1999), p. 219-245. À propos de Paderborn, voir M. Balzer, « Paderborn. Zentralort der Karolinger in Sachsen des späten 8. und frühen 9. Jahrhunderts », dans799. Kunst und Kultur der Karolingerzeit. Karl der Große und Leo III. in Paderborn. Bd. 1. Katalog der Ausstellung Paderborn 1999, dir. C. Stiegemann et M. Wemhoff, Mayence, 1999, p. 116-123. À propos des reliques, voir H. Röckelein, Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität und Öffentlichkeit im Frühmittelalter, Stuttgart, 2002 (Beihefte der Francia, 48), p. 137-264 ; à propos des translations, voir H. Röckelein, Reliquientranslationen,p. 265-365 ; Ead., « Leben im Schutz der Heiligen. Reliquientranslationen nach Hessen vom 9. bis 11. Jahrhundert », dans Herrschaft, Bildung und Gebet. Gründung und Anfänge des Frauenstifts Essen, dir. G. Berghaus, T. Schilp et M. Schlagheck, Essen, 2008, p. 87-100 ; Les Reliques. Objets, cultes, symboles. Actes du colloque international de l’Université du Littoral-Côte d’Opal (Boulogne-sur-Mer), 4-6 septembre 1997, dir. E. Bozóky et A.-M. Helvétius, Turnhout, 1999 (Hagiologia, 1).

16 Anonyme de Paderborn, Translatio sancti Liborii, éd. V. de Vry, dans V. de Vry, Liborius. Brückenbauer Europas. Die mittelalterlichen Viten und Translationsberichte, Paderborn, Munich, Vienne, Zürich, 1997, p. 187-221. Voir H. Röckelein, Reliquientranslationen,p. 96-100.

17 Aecclesias per omnem regionem illam (...) construi fecit : atque parochias diligenti ratione suis quasque terminis servandas designans, quia civitates, in quibus more antiquo sedes episcopales constituerentur, illi paenitus provinciae deerant, loca tamen ad hoc, quae et naturali quadam excellentia et populi frequentia prae caeteris oportuna videbantur, elegit. Anonyme de Paderborn, Translatio, p. 189.

18 M. Fixot, « La Cité et son territoire : l’exemple du Sud-Est de la Gaule », dans Towns and Their Territories Between Late Antiquity and the Early Middle Ages, dir. G. P. Brogiolo, N. Gauthier et N. Christie, Leiden, Boston, Cologne, 2000 (The Transformation of the Roman World, 9), p. 37-61 ; X. Lafon, J.-Y. Marc, M. Sartre, « La Ville antique », dans Histoire de l’Europe urbaine I, dir. J.-L. Pinol, p. 234-236, 247-252.

19 La version la plus ancienne est probablement celle d’Erconrad, dont la datation fait toutefois l’objet de débats.  Erconrad, Translatio sancti Liborii, éd. A. Cohausz, dans A. Cohausz, Erconrads Translatio s. Liborii. Eine wiederentdeckte Geschichtsquelle der Karolingerzeit und die schon bekannten Übertragungsberichte,  Paderborn, 1966 (Studien und Quellen zur Westfälischen Geschichte, 6). Voir H. Röckelein, Reliquientranslationen,p. 96-100. La version dite d’Avranches a sans doute été composée dans les années soixante du ixe siècle. Translation de s. Liboire, éd. A. Poncelet, Annalecta Bollandiana, XXII (1903), p. 156-172. Voir H. Röckelein, Reliquientranslationen,p. 98-100.

20 Walter Schlesinger a commenté à plusieurs reprises ce passage. Cependant, il n’a pas tenu compte du fait que l’anonyme de Paderborn représentait le point de vue saxon, alors que ses prédécesseurs étaient tous des Francs occidentaux. Il n’a pas non plus tenu compte de la manière dont l’anonyme de Paderborn a retravaillé les récits déjà existants. Voir W. Schlesinger, « Burg und Stadt », dans Id., Beiträge zur Verfassungsgeschichte des Mittelalters. Band II. Städte und Territorien, Göttingen, 1963 (article d’abord paru en 1954), p. 142 ; Id., « Über mitteleuropäische Städtelandschaften der Frühzeit », dans Id., Beiträge, Band II (article d’abord paru en 1957), p. 42 ; Id., « Städtische Frühformen zwischen Rhein und Elbe », dans Id., Beiträge, Band II (article d’abord paru en 1958), p.148.

21 Patherbrunnensis sedes speciali quadam dignitate praecellit, habens amplissimam circumquaque planiciem, nemorum tamen frequenti et varia diversitate sufficienter ornatam, agros uberes et frugum omnium feracissimos. Cui adiacet a leva in ipso moeniorum prospectu silva multis passuum milibus in longum latumque diffusa, adeo peorum et armentorum pascuis apiumque servandarum usui oportuna, ut illi non dissimilis videatur regioni quam sacrae litterae vocant terram lactae et maellae manantem. Accedit ad ornamentum loci saluberimorum fontium, intra ipsum oppidum in unum pariter alveum confluentium, incomparabilis tam species, quam numerositas, in tantum, ut eorum latitudini amoenitati similes esse alibi minime compertum habeamus. Nec desunt hinc inde et alia flumina, utilitatum, quae ab his petuntur, largissima. Aer ibidem et aurea placidior, et licet in frigido terrarum tractu, naturali gratia temperantior, citius quam in aliis illarum regionum partibus, maturitatem cunctorum fructuum affere consuevit. Anonyme de Paderborn, Translatio, p. 190-191.

22 E. R. Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter. Zweite, durchgesehene Auflage, Bern, 1954, p. 202 ; L. Arbusow, Colores rhetorici. Eine Auswahl rhetorischer Figuren und Gemeinplätze als Hilfsmittel für akademische Übungen an mittelalterlichen Texten, 2e édition revue et augmentée par H. Peter, Göttingen, 1963, p. 111-116 ; M. Gally, « Variations sur le locus amoenus.Accords des sens et esthétique poétique », Poétique, 105 (1996), p. 161-177 ; F. Guizard-Duchamp, Les Terres du sauvage dans le monde franc (iveixe siècle), Rennes, 2009 (Histoire), p. 113-116.  

23 E. R. Curtius, Europäische Literatur,p. 191-192.

24 H. Beumann, « Der Schriftsteller und seine Kritiker im frühen Mittelalter », dans Id.,Wissenschaft vom Mittelalter. Ausgewählte Aufsätze, Cologne, Vienne, 1972 (article d’abord paru en 1959), p. 9-40 ; à propos des descriptions de paysages usant de topoi, voir M. Diesenberger, « Wahrnehmungen und Aneignung der Natur in den Gesta abbatum Fontanellensium », dans Text – Schrift – Codex. Quellenkundliche Arbeiten aus dem Institut für Österreichische Geschichtsforschung, dir. C. Egger et H. Weigl, Vienne, Munich, 2000 (Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung. Ergänzungsband 35), p. 10-11.

25 E. R. Curtius, Europäische Literatur,p. 202.

26 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. B. Schmeidler, Hanovre, Leipzig, 1917 (Monumenta Germaniae Historica. Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 2).

27 V. Scior, Das Eigene und das Fremde. Identität und Fremdheit in den Chroniken Adams von Bremen, Helmolds von Bosau und Arnolds von Lübeck, Berlin, 2002 (Orbis mediaevalis. Vorstellungswelten des Mittelalters, vol. 4), p. 29-37 ; D. Fraesdorff, Der barbarische Norden. Vorstellungen und Fremdheitskategorien bei Rimbert, Thietmar von Merseburg, Adam von Bremen und Helmold von Bosau, Berlin, 2005 (Orbis mediaevalis. Vorstellungswelten des Mittelalters, vol. 5) ; H. Brall, « Vom Reiz der Ferne. Wandlungen eines Vorstellungsschemas in Geschichtsschreibung und Dichtung des Mittelalters », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, 3,2 (1998), p. 45-61 ; G. Witkowski, « Opis wysp północy Adama Bremeńskiego jako dzieło etnografii wczesnośredniowiecznej », dans Studia z dziejów Europy Zachodniej i Śląska, dir. R. Żerelik, Wrocław, 1995 (Prace historyczne, 16), p. 9-43.

28 Metropolis Hamburg caput extollit, olim viris et armis potens, agro et frugibus felix ; nunc vero peccatorum vindictae patens in solitudinem redacta est ; et quamvis decorem urbis amiserit, vires adhuc retinet metropolis, viduitatis suae dampna consolans in provectu filiorum, quos per totam septentrionis latitudinem suae legationi cotidie videt accrescere.Adam de Brême, Gesta, 2,17, p. 73.

29 Saxonia viris, armis et frugibus inclita. Adam de Brême, Gesta, 1,1, p. 4.

30 Haec autem regio cum sit armis, viris et frugibus opulentissima, firmis undique saltuum vel terminis fluminum clauditur. Adam de Brême, Gesta, 2,21, p. 76.

31 Est locus insignis regali proximus aulae, / Fama sui late, quae vocitatur Aquis. Ermold le Noir, In honorem Hludowici christianissimi caesaris augusti, dans Poetae latini aevi Carolini, éd. E. Dümmler, t. II, Berlin, 1884 (Monumenta Germaniae Historica. Poetae latini medii aevi, t. II), 3,583-584, p. 57.

32 Ermold le Noir, In honorem,4,179-190, p. 63.

33 Ipse magnifice construxit. Widukind de Corvey, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, éd. G. Waitz, K. A. Kehr, P. Hirsch et H.-E. Lohmann, Hanovre, 1935 (Monumenta Germaniae Historica. Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 60), 3,76, p. 154.

34 Pascha loco celebri Quidilingaburg celebraturus. Widukind de Corvey, Rerum gestarum,3,75, p. 152.

35 Bruno de Querfurt, S. Adalberti Pragensis episcopi et martyris vita altera, éd. J. Karwasińska, Varsovie, 1969 (Monumenta Poloniae Historica / Pomniki dziejowe Polski, series nova, t. IV, fasc. 2), c. 4, p. 5.

36 Bruno de Querfurt, Vita quinque fratrum eremitarum seu vita vel passio Benedicti et Johannis sociorumque eorum, éd. J. Karwasińska, Varsovie, 1973 (Monumenta Poloniae Historica / Pomniki dziejowe Polski, series nova, t. IV, fasc. 3), c. 11, p. 54.

37 Nobilissima quondam Saxonum civitas. Adam de Brême, Gesta,1,1, p. 4.

38 Inclyta civitas. Adam de Brême, Gesta,1,21, p. 27. Inclyta urbs. Adam de Brême, Gesta,2,15, p. 71.

39 Civitas inclita. Adam de Brême, Gesta,3,20, p. 163.

40 Nobilissima civitas (…) celeberrima statio. Adam de Brême, Gesta,2,22, p. 79.

41 Clarissimum decus Grecie. Adam de Brême, Gesta,4,16, p. 243.

42 L. Leciejewicz, Słowianie zachodni. Z dziejów tworzenia się średniowiecznej Europy, Wrocław, Varsovie, Cracovie, Gdańsk, Łódź, 1989, p. 316.  

43 J. Radkau, Natur und Macht. Eine Weltgeschichte der Umwelt, Munich, 2002, p. 172-182.

44 A propos de l’approvisionnement en bois, voir E. Johann, « Wirtschaftsfaktor Wald. Am Beispiel des österreichischen Alpenraums », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, 13,2 (2008), p. 28-38 ; T. Marstaller, « Der Wald im Haus. Zum Wechselspiel von Holzressourcen und Hausbau », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, 13,2 (2008), p. 63-84. À propos de l’approvisionnement en eau, voir Die Wasserversorgung im Mittelalter, Mayence, 1991 (Geschichte der Wasserversorgung, vol. 4).

45 E. Engel, Die deutsche Stadt,p. 265-270 ; P. Boucheron, D. Menjot et M. Boone, « La Ville médiévale », p. 372-376 ; E. Schubert, Alltag im Mittelalter. Natürliches Lebensumfeld und menschliches Miteinander, Darmstadt, 2002, p. 86-94.

46 J. Piekalski, Od Kolonii,p. 165-166.

47 J. Piekalski, Od Kolonii do Krakowa. Przemiana topografii wczesnych miast, Wrocław, 1999 (Monografie archeologiczne. Uniwersytet Wrocławski, 4), p. 40.

48 S. Moździoch, « The Origins » ; Id.,« Problemy » ; Id.,« Miejsca centralne Polski wczesnopiastowskiej. Organizacja przestrzeni we wczesnym średniowieczu jako źródło poznania systemu społeczno-gospodarczego », dans Centrum i zaplecze we wczesnośredniowiecznej Europie środkowej, dir. Id., Wrocław, 1999(Spotkania Bytomskie, III), p. 21-51 ; P. Urbańczyk, « The Origins of Towns on the Outskirts of Medieval Europe – Poland, Norway and Ireland », Archaeologia Polona, 32 (1994), p. 108-127 ; Id.,« Wczesna urbanizacja ziem polskich », dans Civitas et villa. Miasto i wieś w średniowiecznej Europie środkowej, dir. C. Buśko, J. Klápště, L. Leciejewicz et S. Moździoch, Wrocław, Prague, 2002, p. 37-47 ; Id., Trudne początki Polski, Wrocław, 2008 (Monografie Fundacji na rzecz nauki polskiej), p. 107-141.

49 Voir surtout S. Moździoch, « Problemy ».   

50 J. Piekalski, Od Kolonii,p. 40-41 ; M. Balzer, « Siedlungsgeschichte und topographische Entwicklung Paderborns im Früh- und Hochmittelalter », dans Stadtkernforschung, dir. H. Jäger, Cologne, Vienne, 1987 (Städteforschung, Reihe A, vol. 27), p. 103-147 ; Id., « Paderborn ».  

51 E. Vavra, « Der Wald im Mittelalter. Funktion – Nutzung – Deutung. Einführung », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, 13,2 (2008), p. 3-7 ; W. Berges, « Land und Unland in der mittelalterlichen Welt », dans Festschrift für Hermann Heimpel zum 70. Geburtstag am 19. September 1971. Dritter Band, herausgegeben von den Mitarbeitern des Max-Planck-Instituts für Geschichte, Göttingen, 1972 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 36/III), p. 399-439 ; M.-E. Brunert, « Fulda als Kloster in eremo. Zentrale Quellen über die Gründung im Spiegel der hagiographischen Tradition », dans Kloster Fulda in der Welt der Karolinger und Ottonen, dir. G. Schrimpf, Francfort/M., 1996 (Fuldaer Studien, 7), p. 59-78 ; P. Depreux, Les Sociétés occidentales du milieu du vie à la fin du ixe siècle, Rennes, 2002, p. 68-70.

52 J. Le Goff, « Le Désert-forêt dans l’Occident médiéval », dans Id., L’Imaginaire médiéval. Essais, Paris, 1985 (Bibliothèque des Histoires) (article d’abord paru en 1980), p. 59-75. L’opposition entre ville et campagne n’est réapparue qu’avec l’apogée de la ville médiévale au xiiie siècle ; voir J. Le Goff, « Guerriers et bourgeois conquérants. L’Image de la ville dans la littérature française du xiie siècle », dans Id., L’Imaginaire (article d’abord paru en 1979), p. 208-241 ; C. J. Glacken, Traces on the Rhodian Shore. Nature and Culture in Western Thought from Ancient Times to the End of the Eighteenth Century, Berkeley, Los Angles, Londres, 1967, p. 32-33 ; Guizard-Duchamp, Les Terres, p. 52-58.    

53 D. West, « Of Mice and Men » ; E. Fraenkel, Horace, p. 138-144 ; N. Rudd, The Satires, p.243-257.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de la Germanie12
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Site proto-urbain de Paderborn47
Légende a) reconstruction des espaces occupés, d’après les sources écrites,b) espaces ayant fait l’objet de fouilles archéologiques,c) églises,d) bâtiments de monastères 1) forteresse avec église cathédrale et palais, 2) monastère Abdinghof, 3) monastère Busdorf, 4) église Saint-Pancras, 5) place du marché, 6) fortifications de la forteresse principale, 7) fortifications de la basse-cour, 8) Rickerwyk, 9) route Hellweg, 10) fouilles de la rue Am Kamp, 11) fouilles de Kötterhagen, 12) villa Aspethera,13) Kämmerhof
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/213/img-2.png
Fichier image/png, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Rossignol, « Ville et environnement en Saxe aux IXe – XIe siècles », Memini, 13 | 2009, 5-24.

Référence électronique

Sébastien Rossignol, « Ville et environnement en Saxe aux IXe – XIe siècles », Memini [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://memini.revues.org/213 ; DOI : 10.4000/memini.213

Haut de page

Auteur

Sébastien Rossignol

Université de Montréal, Université Wilfrid Laurier
Institut Historique Allemand de Varsovie

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org