Navigation – Plan du site
Notes critiques

MASSON, Xavier. Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli

Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2009
José-Alexandre Le May
p. 171-175
Référence(s) :

MASSON, Xavier. Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2009, 398 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication de la thèse de doctorat que l’auteur a soutenue en 2006, sous la direction de Colette Beaune, à l’Université Paris X-Nanterre. Contrairement à certains chercheurs qui ont analysé le phénomène de la prédication sur un temps long en examinant plusieurs acteurs sociaux, l’auteur fait partie d’une tendance plus récente qui mise sur l’analyse d’un seul recueil de sermons ou d’un seul prédicateur. À cet effet, on peut penser à d’éminents historiens de la prédication médiévale tels Franco Morenzoni, Marie-Anne Polo de Beaulieu, Nicole Bériou ou encore Hervé Martin pour son dernier ouvrage sur le dominicain Pérégrin d’Opole. Le livre de Masson porte quant à lui sur un recueil de sermons modèles, écrit autour de 1340 par un prédicateur dominicain italien nommé Nicoluccio di Ascoli et destiné d’abord aux futurs frères de son ordre. Natif de la cité d’Ascoli Piceno dans les Marches italiennes, Nicoluccio a fréquenté l’Université de Bologne dans les années 1320, puis est devenu prieur aux couvents de San Pietro Martire et de San Andrea au cours des deux décennies suivantes. Auteur de nombreux ouvrages, ce dominicain exerça de son vivant une grande influence au sein de son ordre.

2Xavier Masson fait état d’un long processus de réflexion sur le sujet, comme le démontre une bibliographie étoffée de 26 pages touchant une diversité impressionnante de thèmes. L’historien tient compte de la plupart des propositions qui ont été émises par différents chercheurs depuis près de 40 ans, et ce, tant sur la prédication médiévale que sur les divers aspects de sa  pratique. Au cours des années 1970-1980, la linguistique et la sémiotique ont profondément influencé la pratique historienne qui a alors mis l'accent sur la structure et le contenu des sermons. Par l’analyse des images et des métaphores, l’influence d’une histoire des mentalités a aussi poussé les chercheurs à saisir les modalités de la pratique instituée dans l'optique de retrouver les traces d’une prédication populaire et normative. Au tournant de la décennie suivante, toujours en lien avec les études antérieures, la recherche s’est plutôt concentrée sur la diffusion et la réception des différentes prédications et sur les jeux de la représentation. Certains historiens sont passés de l'étude des normes collectives à celle des stratégies singulières. Le travail de Masson se place sans contredit en continuité avec ce mouvement. En plus d’effectuer avec une touche personnelle une synthèse des perspectives qui ont été dégagées avant lui, il met l’accent sur la stratégie développée par le prédicateur pour structurer une identité collective au sein « du système de communication de masse » (p. 7) établi par son ordre.

3La thèse de Xavier Masson se fonde sur l’idée que les sermons du dominicain Nicoluccio di Ascoli s’inscrivent dans la continuité d’une tradition établie par son ordre et visant à édifier une mythification de la société « dont les valeurs sont définies dans la prédication ». Structuré par la raison et la valorisation de l’ordre social, son discours aurait été celui d’une conciliation avec le monde et non d’une dénonciation de ses lacunes. En ce sens, les sermons modèles composés par Niccolucio di Ascoli, reconnu comme un « maître de la parole », ont servi à implanter un mode de vie consensuel structuré par le dogme chrétien chez ses destinataires, de futurs prédicateurs appartenant à son ordre, mais aussi à projeter la vision d’une hiérarchie sociale inspirée par Dieu. Malgré tout, Masson accorde à son prédicateur un certain espace de liberté quant à la production de son discours et à la structuration de certaines propositions, en plus de retrouver dans ce même discours une représentation du monde simplifiée à partir de catégorisations binaires. Pour nous en convaincre, l’historien divise son argumentation en trois parties respectivement intitulées Identités, Héritages et Destinée. C’est par l’arrimage de ces trois problèmes que Masson pose les bases conceptuelles de sa thèse.

4En parlant d’Identités, on découvre comment le prédicateur a édifié un discours justifiant son rôle social et structurant celui des différents acteurs s’intégrant dans le cadre idyllique et hiérarchisée de la société à laquelle il aspire. Tout d’abord, Masson commence par une analyse linguistique des sermons d’Ascoli pour voir comment l’articulation du langage et des thèmes utilisés confère à la parole du dominicain l’autorité souhaitée. Par la suite, il interprète le recueil à la lumière des événements sociopolitiques ayant cours au moment de sa rédaction par le dominicain. Par exemple, on retrouve des mentions de la querelle entre Guelfes et Gibelins, sur le dynamisme communal et commercial des cités italiennes du XIVe siècle et, plus subtilement, sur le règne de Robert d’Anjou. L’historien prend soin de souligner que les sermons cherchent à traduire un idéal de paix civile et de concorde, fondé sur l’unité et la soumission des pouvoirs temporels aux lois. À cet effet, il arrive à bien démontrer que les dominicains ont cherché avant tout à établir un ordre social politico-religieux fondé sur la justice, la prééminence des couches sociales les plus influentes et l’établissement d’une autorité monarchique afin d’assurer la stabilité sociale. Sur ce point, il est intéressant de noter que le prédicateur fonde l’identité politique sur « l’idéal angevin d’un monarque fédérateur, pacificateur et justicier » (p.108), alors que l’Italie est dominée par les mouvements communaux.

5Dans l’ensemble, en faisant le pari difficile de traiter un seul recueil sans tomber dans l’analyse textuelle, l’originalité du travail de Masson dans cette partie tient au fait qu’il a réussi à intégrer son prédicateur dans une trame historique permettant de mieux comprendre son œuvre. Ainsi, le lecteur sera heureux de constater un certain dépassement du cadre analytique trop longtemps limité à scruter la structure du sermon ou les normes disciplinaires sous-jacentes à son contenu. Cette approche dynamique du sujet n’aurait toutefois pas été envisageable sans le travail méticuleux de ses prédécesseurs issus de diverses disciplines.

6La seconde partie, soit l’Héritage, concerne plutôt le « registre culturel » dans lequel le prédicateur a puisé sa représentation du monde. Dans un premier temps, Masson démontre que le dominicain s’est principalement appuyé sur une culture biblique et que son bagage est tout de même très conventionnel : la Bible demeure le point d’ancrage essentiel dans ses sermons et le projet d’Ascoli se fonde sur l’édification morale de la société chrétienne. Malgré de nombreux rapprochements avec la pensée de Thomas d’Aquin, Masson fait remarquer que les sermons du dominicain conservent une certaine liberté pour citer les Écritures et ne sont pas simplement le fruit d’un assemblage issu de la tradition des commentaires patristiques et de l’exégèse biblique. Par la suite, l’historien scrute à la loupe l’érudition du prédicateur qui s’appuie sur un large éventail d’auteurs antiques et sur les savoirs scientifiques du Quadrivium. On découvre que les connaissances de Nicoluccio di Ascoli demeurent partielles et morcelées et forment les « symboles d’une réalité chrétienne qui les transcende » (p. 182). Globalement, le prédicateur effectue une lecture moralisante des différents sujets qu’il aborde et, malgré le fait qu’il cherche à édifier un mythe, les propos du dominicain n’auraient pas servi à faire rêver son auditoire, mais auraient souhaité présenter un monde intelligible où le modèle de la cité fondée sur le droit commun est conçu comme une œuvre de Dieu.

7En dernière analyse, Masson tente de cibler la stratégie discursive du prédicateur. Cette stratégie, dont le Christ et l’accès à la grâce divine par la caritas forment la pierre angulaire, cherche à orienter lecteurs et auditeurs vers une Destinée représentée par sa conception « dominicaine » de la société idéale. À partir d’une représentation de l’homme soumis à la volonté divine et pris dans une lutte intérieure opposant vices et vertus, Masson prétend que Nicoluccio di Ascoli cherche à assurer le Salut des fidèles en les exhortant à se confesser et à adopter « un comportement vertueux et d’abandonner la voie des vices ». De ce fait, l’ensemble du projet pastoral du dominicain est structuré dans l’optique de préparer son auditoire pour le Jugement dernier. Sur ce point, une des grandes particularités du recueil réside dans le fait que, contrairement à une stratégie largement répandue chez d’autres prédicateurs, l’objectif d’Ascoli n’a pas été de développer un sentiment de peur et d’angoisse chez son public, mais bien d’axer sa pastorale sur une vision lucide, concrète et optimiste de la fin des temps.  

8En fin de compte, construits sur un vaste héritage du passé et dictés dans le présent, les sermons se veulent édifiants pour une prédication future forgée à partir d’un consensus interne. Il s’agit ici d’une des forces de l’ouvrage de Xavier Masson, soit de rétablir l’existence précoce d’une dynamique passé-présent-futur à travers un objet imbriqué dans un cadre disciplinaire. En outre, l’auteur a cherché à arrimer le discours de son prédicateur avec les autres tendances discursives de son temps. Sur ce point, il démontre que, dans l’élaboration d’une rhétorique propre à l’ordre dominicain, les prédicateurs durent faire face à un courant divergent quoiqu’analogue provenant de l’ordre franciscain. Il est toutefois étrange qu’à partir de l’exemple de Pétrarque, Masson mentionne que le prédicateur « n’est pas un humaniste ou un pré-humaniste » (p.182). En fait, ce courant est encore à l’époque trop marginal pour qu’on puisse le présenter comme une voix concurrente. Enfin, Masson évoque la présence d’un discours normatif décrivant l’idéal communautaire à atteindre. Toutefois, il est clair que le discours original a subi des altérations au moment de sa transmission dans la communauté. Masson semble être conscient de ce problème, mais on est en droit de se demander comment les générations suivantes ont reçu et interprété le message en fonction des nouvelles conjonctures économiques, politiques et sociales. Sans demander à l’historien ce qu’il ne s’est pas proposé de faire, il est évident que cette thèse gagnerait à être intégrée dans le cadre d’une investigation au-delà des premiers soubresauts de la Peste noire pour marquer les changements et les continuités qui se sont opérés dans la tradition et le discours dominicain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José-Alexandre Le May, « MASSON, Xavier. Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli », Memini, 13 | 2009, 171-175.

Référence électronique

José-Alexandre Le May, « MASSON, Xavier. Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli », Memini [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://memini.revues.org/196

Haut de page

Auteur

José-Alexandre Le May

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org