Navigation – Plan du site

Du rôle des missi impériaux dans la supervision de la vie chrétienne. Témoignage d’une collection de capitulaires du début du ixe siècle1

Martin Gravel
p. 99-130

Texte intégral

Missus dominicus : de l’image d’Épinal à la connaissance historique

  • 1 J’aimerais remercier les professeurs John Drendel et Michel Hébert, qui m’ont donné l’occasion de (...)

1Le missus dominicus occupe une belle place parmi les figures emblématiques des siècles carolingiens, si bien que le plus modeste des manuels lui consacrera toujours quelques lignes. De l’ambitieux programme de gouvernement élaboré sous Charlemagne, il personnifie l’organisation raisonnée de l’administration, de l’armée et du système judiciaire, alors que le contrôle des périphéries de l’empire posait un défi de communication de premier ordre. Les sources écrites ont été généreuses à l’égard du missus dominicus, et le portrait que l’on veut bien y voir est aussi simple que crédible – du moins à première vue. Voyons ce qu’il en est.

  • 2 Le terme désigne ici l’ordre donné au sens large, libéré du sens technique synonyme d’édit – décis (...)

2Préoccupé par la dérive des instances judiciaires locales – bien souvent hors de portée de l’intervention directe du souverain –, Charlemagne lance sur les routes des inspecteurs d’un genre nouveau. Il les groupe deux par deux, un clerc et un laïc, afin d’assurer la compétence et la crédibilité de leur équipe, tant en matière ecclésiastique que séculière. Ces missi dominici œuvrent dans le cadre d’une circonscription territoriale aux limites bien définies, le missaticum. Parce que l’impartialité est essentielle à leur tâche, Charlemagne prend soin de les choisir en dehors du missaticum dont ils ont la charge, sélectionnant parmi ses vassaux des hommes peu fortunés, que le pouvoir n’a pas corrompus. Dès l’origine, leurs attributions dépassent les affaires de justice pour englober pratiquement toutes les activités touchées par l’autorité royale : contrôle de l’appareil judiciaire, récolte des serments, administration des domaines du fisc, commandement militaire, etc. Dans ce vaste cadre, ils tiennent un rôle de premier plan dans la diffusion des mandements et des ordonnances2. En somme, l’histoire constitutionnelle a reconnu chez le missus un genre de préfet régional, un fonctionnaire d’État remplacé régulièrement, au gré des nominations. De Charlemagne à Charles le Chauve, une partie de l’Occident chrétien aurait repris ses esprits juste assez longtemps pour se donner les institutions qui étaient à sa portée, imitant à rebours – et dans les limites de ses capacités – les belles et bonnes bureaucraties de l’époque contemporaine.

  • 3 E. Dümmler (éd.), Versus Teudulfi episcopi contra iudices, dans Monumenta Germaniae Historica. Poe (...)
  • 4 G. Monod, « Les mœurs judiciaires au viiie siècle d’après la "Paraenesis ad Judices" », Revue hist (...)

3Ce portrait idéalisé trouve ses couleurs dans une série de témoignages d’une grande force évocatrice. Ainsi, un poème de Théodulfe d’Orléans rapportant sa tournée missatique en Provence et en Septimanie, met en scène le missus dans sa lutte contre la corruption des cours de justice locales3. Gabriel Monod y voit un dithyrambe – ce que d’aucuns approuvent toujours – adressé à un Charlemagne imposant le droit dans un monde marqué par la décadence romaine et la barbarie germanique4. De même, Ermold le Noir voit dans le noble travail des missi une entreprise digne d’être relatée en distiques élégiaques :

  • 5 Eligit extemplo missos, quos mittat in orbem,
    Quorum vita proba sit, generosa fides,
    Munera quos n
    (...)

[Louis le Pieux] fait choix de légats pour les envoyer par le pays, gens de vie pure, de foi sincère, incorruptibles, insensibles à l’impérieuse flatterie des grands, à la faveur, à l’intrigue : ils devront parcourir diligemment le vaste empire des Francs, faire respecter la justice et le droit, libérer ceux qui, victimes de l’argent et de la force, avaient été réduits en servitude par son père ou au temps de son père5.

  • 6 A. Boretius et V. Krause (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio ii. Capitularia regum (...)
  • 7 Sur cette voie, l’étude la plus complète et la plus déterminante reste : V. Krause, « Geschichte d (...)
  • 8 À ce sujet, le témoignage cardinal est celui des Annales de Lorsch (a. 802) : G. H. Pertz (éd.), A (...)

4Si les grandes œuvres offrent les descriptions les plus impressionnantes, les sources normatives ne sont pas en reste. Les éditeurs ont reconnu plusieurs capitulaires comme vestiges des échanges entre la cour et ses missi, ce qui a valu à ces documents des titres expressifs et sans ambiguïté : Breviarium missorum, Missi cuiusdam admonitio, Capitulare missorum, etc.6. Pris dans son ensemble, ce corpus a permis de reconstituer la liste des tâches de ce valeureux fonctionnaire7. Mais en cette période d’instabilité, même une institution aussi bien construite ne pouvait se maintenir longtemps : les signes de sa décadence apparaissent bien vite. Déjà, en 802, Charlemagne se serait résigné à nommer des potentes locaux pour exercer la charge missatique : les pauperes, par leur indigence, s’étaient avérés faciles à corrompre8. Dès lors, les rois ne parviennent plus à maîtriser les nominations, que s’approprient les princes territoriaux dans le courant du ixe siècle.

  • 9 W. A. Eckhardt, « Die Capitularia missorum specialia von 802 », Deutsches Archiv für Erforschung d (...)
  • 10 Pour Ganshof, le capitulaire n’est que le vestige d’une pratique d’écriture d’importance secondair (...)
  • 11 J. Hannig, « Pauperiores vassi de infra palatio ? Zur Entstehung der karolingischen Königsbotenorg (...)
  • 12 J. Hannig, « Pauperiores vassi », p. 339-363. Pour une synthèse, par le même auteur : Id., « Zentr (...)
  • 13 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes. Entre l’administration centrale et l’administration loca (...)
  • 14 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 196 et passim.
  • 15 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 203-204.
  • 16 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 204-205.
  • 17 F. Bougard, La justice dans le royaume d'Italie : de la fin du viiie siècle au début du xie siècle (...)
  • 18 J. Hannig, « Zentrale Kontrolle und regionale Machtbalance », p. 43-46.

5La lecture habituelle que l’on fait de ces sources étaye solidement la conception préfectorale du missus dominicus présentée ci-dessus. Les historiens qui se sont donné pour mission de la mettre à l’épreuve relèvent tout un défi. Leur succès dépend d’une connaissance profonde du gouvernement carolingien et de ses organes, comme d’entreprises longues et minutieuses d’étude des manuscrits, de prosopographie, de lexicographie, d’histoire des concepts... Parmi ceux qui y sont arrivés avec succès, il faut compter Wilhelm A. Eckhardt, qui a montré la nécessité d’étudier les capitulaires dans leurs différentes versions, plutôt que de se fier systématiquement aux reconstitutions des éditeurs9. Il s’est opposé au pessimisme de François-Louis Ganshof quant aux capacités du gouvernement carolingien d’utiliser efficacement l’écriture dans la communication10. De plus, il a mis en doute le poncif selon lequel les missi étaient des hommes de modeste origine, choisis pour œuvrer en dehors de leur propre pays. Ce faisant, il a ouvert la voie à Jürgen Hannig, qui, grâce à une étude prosopographique, démontre que les missi dominici ont toujours été sélectionnés parmi les puissants de leur missaticum : comtes, évêques et abbés11. Il a aussi gratté l’épaisse couche de vernis d’originalité recouvrant l’institution missatique en insistant sur le fait que les Carolingiens n’avaient pas créé ex nihilo les représentants régionaux du pouvoir royal à la fin du viiie siècle12. Peu de temps avant Hannig, Karl Ferdinand Werner avait publié un article qui a largement contribué à secouer la crédulité ambiante favorable aux conclusions de Krause et de Ganshof13. Si Werner reste attaché à l’utilisation du mot « fonctionnaire » pour désigner les missi, il fait aussi plusieurs constatations nouvelles : la hiérarchie ecclésiastique – avec l’archevêque au premier rang – a joué un rôle majeur dans l’organisation du système missatique14 ; les missi ne sont pas remplacés régulièrement15 ; les missatica sont groupés au centre de l’empire, non en périphérie16. Surtout, Werner s’attaque de front au pessimisme de Ganshof en affirmant que le système missatique et son outillage devaient être relativement efficaces, puisque les souverains carolingiens ont pu gouverner à distance, sans engager les longues tournées nécessaires à un contrôle direct du territoire. Pour sa part, François Bougard montre qu’en Italie, le missus se présente la plupart du temps comme un envoyé chargé d’une tâche spécifique, dont les compétences particulières déterminent la sélection. La nomination à long terme de représentants régionaux aux pouvoirs étendus semble plus rare qu’on ne l’a cru17. Enfin, tous s’entendent pour reconnaître que le terme missi a servi à désigner les envoyés du souverain, sans distinguer clairement différentes catégories de représentants. Ainsi, la recherche s’intéresse maintenant aux envoyés dans leur ensemble, plutôt qu’à l’institution spécifique des missi dominici dont la durée et l’application territoriale s’avèrent limitées18.

  • 19 H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta. Überlieferung und Traditionszusam (...)
  • 20 A. Boretius, V. Krause (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio ii. Capitularia regum Fr (...)
  • 21 A. Bühler, « Capitularia relecta. Studien zur Entstehung und Überlieferung der Kapitularien Karls (...)
  • 22 G. Schmitz (éd.), Die Kapitulariensammlung des Ansegis (Collectio capitularium Ansegisi), Hanovre, (...)
  • 23 Pour son importante transmission manuscrite : L. Kéry, Canonical Collections of the Early Middle A (...)
  • 24 R. McKitterick, « Zur Herstellung von Kapitularien. Die Arbeit des Leges-Skriptoriums », Mitteilun (...)

6La révision des lieux communs touchant les missi est bien engagée, et il est souhaitable qu’elle soit maintenue. Il devient d’autant plus facile d’y contribuer que les outils de travail nécessaires sont de plus en plus faciles d’accès. Hubert Mordek a consacré une énergie considérable aux capitulaires royaux ; ses nombreuses publications essentielles à leur sujet culminent dans un ouvrage de référence permettant de connaître précisément la tradition manuscrite des capitulaires et de leurs collections19 – incluant ceux et celles qui ne sont pas connus de l’édition de référence20, appelée à être remplacée. Cet ouvrage de Mordek est venu ajouter à l’enquête d’Arnold Bühler sur la transmission des capitulaires, particulièrement utile pour ce qui concerne les collections juridiques21. Gerhard Schmitz a offert l’édition critique d’une collection de capitulaires importante, celle de l’abbé Anségise de Fontenelle22, appréciée à sa juste valeur depuis peu23. Enfin, contre le préconçu voulant que l’écriture soit la chasse gardée des clercs et des moines, Rosamond McKitterick a éclairé le rôle des élites laïques et des notaires de la cour impériale dans la diffusion des capitulaires24.

  • 25 Il s’agit d’un des chapitres de notre thèse, inscrite aux Universités de Montréal et de Paris-I so (...)
  • 26 Par convention, nous préférons l’usage de cette dénomination – attestée dans les sources – à celle (...)
  • 27 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 204-205. Werner considère à juste titre que dans le (...)

7Muni de cet outillage, inspiré par les ouvrages essentiels qui ont ouvert le chemin vers une connaissance plus nuancée de la fonction d’envoyé sous les Carolingiens, le présent article vise à ajouter une modeste contribution à la connaissance spécifique de leurs tâches. Il trouve son idée directrice dans une entreprise plus vaste25, portant sur le gouvernement carolingien de l’Aquitaine et des autres grandes régions du sud-ouest de l’empire : Vasconie26, Septimanie et Marche hispanique. Il ne sera pas question des missi dominici à proprement parler, mais bien d’un missus « tout court », d’un envoyé qui avait pour fonction de représenter le pouvoir impérial quelque part au-delà du centre de l’empire, hors de la zone dans laquelle on peut observer l’institution missatique proprement dite27.

  • 28 De 760 à 768, Pépin III consacre ses forces militaires à une série de campagnes visant à briser le (...)
  • 29 Elle se termine avec la défaite de Roncevaux, dont le souvenir a nourri la légende de la mort de R (...)
  • 30 Sur les tensions entre le gouvernement impérial et certaines factions aristocratiques du Sud-Ouest (...)

8Le Sud-Ouest constitue un espace propice à l’étude des représentants et des procédés de délégation, car les Carolingiens ne s’y sont guère déplacés après la conquête, qui fut le grand œuvre des dernières années du règne de Pépin III (« le Bref »)28. Charlemagne traverse le pays en 778 pour mener sa célèbre expédition contre Saragosse29 ; il n’y retourne pas. Une fois élevé à l’empire, Louis le Pieux ne visite plus l’Aquitaine – où il fut roi de 781 à 814 –, si ce n’est en 832 et en 839 pour calmer les révoltes que préparent Pépin Ier et Pépin II d’Aquitaine30. Trois courts passages en l’espace de 70 années ne peuvent suffire à assurer le gouvernement direct du souverain sur cet immense territoire situé entre Loire et Ebre. Pour le temps du règne de Charlemagne et de Louis le Pieux, la représentation du pouvoir souverain dépendait forcément du travail de leurs délégués : des fils-rois, des comtes, des vassaux royaux et des évêques. En plus, le pouvoir central n’a pas hésité à choisir sur place ou à envoyer d’autres représentants, des missi chargés d’assurer les communications avec le centre et de faire appliquer les ordonnances. Que peut-on connaître des tâches confiées à ces missi ? Est-il possible à ce sujet de dépasser le niveau des généralités ?

Sur les traces documentaires des missi en Aquitaine

  • 31 Dont cinq pour des bénéficiaires de Septimanie, notamment pour les monastères d’Aniane [BM2349], d (...)
  • 32 E. Mühlbacher et A. Dopsch, J. Lechner, M. Tangl (éd.), Die Urkunden der Karolinger i. Die Urkunde (...)
  • 33 C. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, 3éd., Toulouse, 1874-1875, col. 47‑50, (...)
  • 34 [BM2517] : M. Bouquet et L. Delisle (éd.), Recueil des historiens des Gaules et de la France, Pari (...)

9À première vue, les champs documentaires habituels de la recherche sur les missi ne promettent rien de consistant. Pour le Sud-Ouest pendant le règne de Charlemagne, subsistent six actes royaux authentiques31. Ils ne présentent guère d’information sur le rôle des missi, exception faite d’un mandement aux comtes de Septimanie, où l’archevêque Jean d’Arles est chargé d’assurer la liaison entre Charlemagne et son fils le roi d’Aquitaine32. Ajoutons : une notice de plaid produite à l’occasion d’un jugement rendu à Narbonne par des missi de Charlemagne33 ; un acte du roi Louis le Pieux mentionnant le comte Gauselme, chargé en tant que missus de délimiter les terres offertes par le roi au monastère de Gellone34. Voilà l’essentiel de ce que nous livre le corpus diplomatique pour le Sud-Ouest pendant la période 768‑814. Ces témoignages ne sont pas sans intérêt, mais ils n’offrent pas la possibilité de réviser ou d’enrichir notre connaissance de la fonction d’envoyé pour la région à l’étude.

  • 35 Le titre en fait foi : Incipiun(t) capitula quas bone memoriae genitur Pipinus sinodaliter et nos (...)
  • 36 Boretius propose l’été 768, alors que Pépin tente d’organiser les affaires du Sud-Ouest après la m (...)
  • 37 M. Rouche, « Peut-on parler d’une ethnogenèse des Aquitains ? », dans Typen der Ethnogenese unter (...)
  • 38 Ut quicquid missi nostri cum illis senioribus patriae ad nostrum profectum vel sanctae ecclesiae m (...)

10En apparence, le corpus des capitulaires n’est pas plus généreux, puisqu’on ne connaît que deux courts documents de ce type qui soient clairement associés au Sud-Ouest. Le premier est fait d’une série de recommandations attribuées à Pépin III, mais réutilisées et recopiées sous Charlemagne35. Les éditeurs en ont fait un capitulaire en douze chapitres, selon une numérotation que la source manuscrite ne connaît pas, qu’ils ont titré Pippini regis capitulare aquitanicum. La datation est incertaine, mais le lien avec la dernière étape de la soumission de l’Aquitaine semble évident36. Y sont abordés des thèmes qui suggèrent le désordre provoqué par les affrontements : clarification des droits de propriété des églises ; réforme du clergé et des communautés monastiques ; protection des pauvres ; mise en culture des bénéfices ; respect des lois distinctes des Francs et des Romani – terme servant alors à désigner les habitants de l’Aquitaine37. La remise en ordre concerne toutes les mailles des réseaux de pouvoir, c’est-à-dire les institutions ecclésiastiques, les monastères et les élites aristocratiques. Les problèmes de communication y occupent une place prépondérante, mais le missus n’y fait qu’une seule apparition, dans le dernier chapitre : « ce que nos envoyés [missi] ont bien décidé en accord avec les grands du pays, pour notre profit ou celui de la Sainte Église, que personne n’ose le mettre en doute »38.

  • 39 MGH Capit. I, p. 65-66, no 24.
  • 40 Voir l’annexe i.
  • 41 De illo edicto quod domnus et genitor noster Pipinus instituit et nos in postmodum pro nostros mis (...)
  • 42 Incipit breviarium de illa capitula quae domnus rex in Equitania Mancione et Eugerio missis suis e (...)
  • 43 J. Hannig, « Pauperiores vassi », p. 331. Il est possible que Mancio ait plutôt été abbé : F. Boug (...)
  • 44 MGH Capit. I, p. 42-43, no 18.
  • 45 MGH Capit. I, p. 46-51, no 20. F.-L. Ganshof, « Une crise dans le règne de Charlemagne, les années (...)
  • 46 MGH Capit. I, p. 65-66, no 24, c. 10.

11Quant au deuxième capitulaire pour l’Aquitaine, les auteurs de l’édition de référence l’ont intitulé Breviarium missorum aquitanicum39. Il nous est parvenu dans une copie incomplète, puisqu’un folio manque dans le manuscrit unique, nous privant, au bas mot, de la conclusion de son dernier chapitre40. En ouverture, le rédacteur anonyme annonce son intention de rappeler les directives données autrefois par Pépin et par Charlemagne (c. 1) : « À propos de l’édit qu’a promulgué notre seigneur et géniteur Pépin, dont par la suite nous avons ordonné la conservation et l’application par nos envoyés, et de même au sujet de nos propres décisions : comment tout cela a été appliqué »41. L’introduction livre le nom de deux missi chargés de faire respecter les recommandations du roi des Francs en Aquitaine : « Voici le résumé des chapitres dont le seigneur roi [a ordonné] l’application, [avec] prononciation du serment de fidélité, à ses envoyés en Aquitaine, Mancio et Eugerius »42. Il s’agit peut-être de l’évêque de Toulouse et d’un comte du palais43. Ce breviarium aurait été composé vers 785-790, puisque son deuxième chapitre mentionne les vingt années passées depuis l’appel à la réfection des bâtiments de culte dans le premier capitulaire dont il a été question. Peut-être s’insère-t-il dans le renouvellement des tentatives pour organiser le Sud-Ouest, à l’approche de la majorité de Louis le Pieux (791). Le breviarium ne propose pourtant qu’un collage de paraphrases de chapitres tirés du capitulaire précédent44, et de celui donné par Charlemagne à Herstal en 779 – lors de la grande assemblée visant à répondre aux grands défis de l’année 778 : révoltes saxonnes, échec de l’expédition d’Espagne, fragilité de la pacification de l’Italie45. Ainsi, le breviarium donne l’écho de directives transmises dans le cadre de la mise en ordre de la fin de la conquête (766-768) et de l’organisation du Sud-Ouest en royaume (778-781). Ce qui concerne directement les missi se limite à ce que propose son introduction, de même qu’à un rappel de la directive du Pippini regis capitulare aquitanicum, concernant les décisions communes des missi et des grands de la région46.

12Dans l’ensemble, les quelques actes et les deux capitulaires repérés jusqu’à présent ne permettent pas d’observation originale. Pour continuer l’enquête, il existe un autre chemin, qu’indiquent les deux capitulaires aquitains. En effet, ceux-ci ont été conservés dans un seul et même manuscrit (Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. Q 119 [cité : ms. Q 119]), insérés dans une collection qui témoigne de l’engagement d’un missus en Aquitaine. Bien que les capitulaires qui la composent n’aient pas tous été rédigés spécifiquement pour ce royaume, le montage de la collection illustre les préoccupations propres à un délégué de pouvoir qui y œuvrait.

  • 47 L’essentiel de ce qui suit dépend de la consultation du manuscrit lui-même, comme de notices et de (...)
  • 48 Cette hypothèse est de Bernhard Bischoff. Elle paraît d’abord en 1962 (K. A. Eckhardt (éd.), Pactu (...)
  • 49 Cette section principale du manuscrit comprend notamment une compilation de droit romain d’origine (...)
  • 50 Fol. 132-141.

13Si ce manuscrit est conservé à Leyde aux Pays-Bas depuis 1690, il trouve ses origines à la fin du ixe ou au début du xe siècle47, vraisemblablement dans la région de Paris48. Il propose d’abord un assemblage de codes de loi et de commentaires de droit qui trouve son modèle dans un manuscrit aujourd’hui perdu, composé à Tours au tout début du ixe siècle49. Les capitulaires carolingiens que l’on y rencontre sont groupés sur les derniers feuillets50. Ils pourraient avoir été ajoutés tardivement, lors de la confection du manuscrit dans la région parisienne. La compilation de capitulaires aurait donc une autre origine que la section proprement juridique du manuscrit. Une série d’indices conforte cette hypothèse.

  • 51 1re main : fol. 1r.-119v.(l. 8) ; 2main : fol. 120r.-131v. ; 3e main : fol. 132r.-132v.(l. 19) ; (...)
  • 52 Il s’agit de la quatrième main.
  • 53 On rencontre plus loin (fol. 140v.) un chapitre emprunté à un capitulaire antérieur de Pépin le Br (...)
  • 54 H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta, p. 456-463. Le ms. lat. 4404 prés (...)

14Premièrement, dans le ms. Q 119, la collection de capitulaires est transcrite par une main qui n’est pas celle du corps du livre51. Elle effectue un travail peu soigné, au latin approximatif, à la mise en page erratique et dépendante d’une linéation mal assurée52. Cette main pourrait être celle de l’utilisateur principal du manuscrit à ce moment, occupé à remplir lui-même les dernières pages d’un ouvrage confectionné par un copiste plus habile que lui. Deuxièmement, le folio 131 marque un temps d’arrêt dans le travail de transcription ; les premières lignes du recto portent la conclusion de la section principale du manuscrit. Ainsi, entre l’important corpus juridique et la modeste collection des capitulaires, le lecteur rencontre une pause de presque deux pages. Cet espace a été rempli d’une description des grades ecclésiastiques sans intérêt pour la composition d’ensemble. Le premier capitulaire ne commence qu’à la première ligne du folio 132. Il s’agit de celui que promulgue Pépin pour l’Aquitaine, dont il a déjà été question, et qui tient parfaitement le rôle d’introduction de la collection en tant que pièce la plus ancienne53, clairement orientée vers le Sud-Ouest. Troisièmement, la compilation n’est pas reproduite dans un manuscrit du début du ixe siècle (Paris, BNF, fonds latin, ms. 4404 [cité : ms. lat. 4404]), dont certains des textes de loi renvoient au même archétype que le ms. Q 119. Sur les quatre capitulaires carolingiens qu’il contient, le ms. lat. 4404 en présente trois des onze que propose le ms. Q 119, sans toutefois opérer la même sélection de chapitres54. Quatrièmement, le dernier quaternion du manuscrit a été amputé de son premier feuillet, pourtant déjà écrit, avant la complétion du reste du cahier. Voilà qui donne à penser que la collection s’est organisée au fur et à mesure que l’on y ajoutait les capitulaires, sans se presser, sur une période de quelques jours. Il ne s’agit probablement pas d’un travail continu, dépendant de l’archétype commun des mss lat. 4404 et Q 119.

  • 55 Bien qu’il reconnaisse que la sélection et la mise en ordre des capitulaires et de leurs chapitres (...)
  • 56 Il ne s’agit pas d’une pure supposition. La Bibliothèque d’État de Bavière possède une bande de pa (...)

15Cette dernière déduction dépend d’une série d’observations. D’abord, il est évident que le premier feuillet du dernier cahier manque, puisque le talon en est bien visible et que le tracé de la coupure est irrégulier. Le texte du Breviarium missorum aquitanicum s’interrompt brusquement au bas de la page précédente (fol. 135v.), alors que la suivante (fol. 136r.) ne donne que la deuxième partie d’un autre capitulaire, le Duplex legationis edictum. On ne peut soutenir que la suppression de sa première partie est une décision du copiste, puisqu’elle réapparaît un peu plus loin dans le cahier (fol. 139v.‑140)55. Tout porte à croire que la première partie du Duplex legationis edictum a été copiée une deuxième fois, pour en conserver le texte après l’excision du premier feuillet – geste dont le mobile reste difficile à cerner. De là, il est possible d’inférer que l’accumulation des capitulaires s’est faite par étapes, puisque le premier feuillet du dernier cahier a été éliminé avant la fin de la transcription de l’ensemble. Ce ralentissement de la copie soutient l’hypothèse selon laquelle les capitulaires n’ont pas été récupérés d’un trait, à même les pages de la collection juridique de Tours. Or, si la compilation de capitulaires n’a pas été tirée de ce manuscrit, elle pourrait être le résultat de la transcription de pièces conservées jusque-là sur des feuilles mobiles, des cahiers, un livret, peut-être un rouleau56. D’un tel ensemble, on aurait récupéré à Paris ce qui semblait intéressant, voire complémentaire à la collection juridique que l’on avait déjà reprise et recopiée dans le ms. Q 119. Il n’est donc pas nécessaire de supposer aux capitulaires la même origine tourangelle que la collection juridique. Le contenu des capitulaires permet d’imaginer que le représentant qui en faisait usage était en poste au cœur même du royaume d’Aquitaine – peut-être dans la région de Toulouse, si l’on en croit l’identification proposée par Hannig des missi mentionnés dans le Breviarium missorum aquitanicum. Il est probable cependant qu’avant d’atteindre Paris, cet ensemble ait transité par Tours en compagnie de la collection juridique à laquelle il se trouve associé dans le manuscrit. Au ixe siècle, Tours reste un des principaux points de contact entre l’Aquitaine, la Neustrie et la cour royale.

  • 57 MGH Capit. I, p. 157, c. 5.
  • 58 MGH Capit. I, p. 50, c. 12.

16Il est évident que le missus que l’on devine derrière la compilation de capitulaires du ms. Q 119 a œuvré quelque part en Aquitaine. La présence dans sa collection de deux capitulaires écrits pour cet espace en témoigne – d’autant plus qu’il s’agit de versions uniques. L’Aquitaine apparaît à nouveau dans le Capitula per missos cognita facienda, lorsqu’il est question des nouveaux immigrants dont Charlemagne s’efforce de contrôler l’installation dans les royaumes de ses fils57. Le lien entre le Sud-Ouest et la compilation du ms. Q 119 est corroboré par la version presque complète qu’elle propose du capitulaire de Herstal. Bien que ce dernier ne soit pas orienté spécifiquement vers l’Aquitaine, il est marqué par les difficultés rencontrées par le pouvoir royal franc dans cette région en 778 ; on y rappelle les ordonnances antérieures de Pépin le Bref58, et le Breviarium missorum aquitanicum en donne l’écho. Il est donc naturel de le rencontrer dans les documents d’un missus affecté en cet endroit.

  • 59 Voir l’annexe i pour une description de la collection.

17Il reste à tenter la reconstitution chronologique des événements, en recourant à des conjectures là où les indices livrés par l’étude du manuscrit ne suffisent pas à fonder des certitudes. Le ms. Q 119 résulte de la transcription, probablement faite à Paris, d’une collection de textes d’intérêt juridique, tirée d’un manuscrit de Tours du début du ixe siècle. Les capitulaires que l’on trouve sur ses dernières pages n’ont pas été tirés de cet archétype. Copiés pour un missus œuvrant en Aquitaine pour le compte de Charlemagne ou de Louis le Pieux, sur un support que l’on imagine modeste (un rouleau ?), les capitulaires seraient venus à Paris en passant par Tours dans le courant du ixe siècle. Ils pourraient avoir voyagé dans les affaires du missus qui en faisait usage, en supposant par exemple qu’il s’agissait du comte du palais Eugerius mentionné en tête du Breviarium missorum aquitanicum. Transcrite dans le ms. Q 119, cette collection constitue l’outillage d’un responsable de l’application des politiques du gouvernement de Charlemagne pour le Sud‑Ouest59.

  • 60 MGH Capit. I, p. 73-78, n28. MGH Conc. II, p. 165-171, n19G.
  • 61 MGH. Capit. I, p. 91-99, n33.
  • 62 Cette dernière observation ne tient pas compte de l’unique chapitre du Pippini regis capitulare, c (...)
  • 63 Admonitio generalis et, dans une moindre mesure, le Capitulare haristallense.
  • 64 Capitulare legibus additum, Duplex legationis edictum, Pippini regis capitulare, Capitula legi add (...)
  • 65 Pippini regis capitulare aquitanicum, Capitulare missorum, Capitularia missorum specialia, Breviar (...)

18La plupart des capitulaires retenus ont été retrouvés ailleurs, mais la sélection des chapitres conservés ici témoigne des intérêts spécifiques de l’utilisateur.On y remarque deux absents notoires, soit les actes du synode de Francfort (794)60 et le capitulaire général de 80261 : nous ne sommes pas devant une collection à vocation d’exhaustivité. Il n’y a pas de mise en ordre chronologique ou thématique apparente, si ce n’est que l’ensemble se termine avec la pièce la plus récente et débute avec la plus ancienne, laquelle témoigne des premiers efforts d’organisation des rapports du Sud-Ouest avec les Carolingiens62. Presque tous les capitulaires du ms. Q 119 sont attribuables à deux moments clés pour l’organisation du règne : (1) 789 et l’Admonitio generalis ; (2) 802-803 et la mise en ordre successive au couronnement impérial. Du reste, les capitulaires programmatiques63 côtoient les addenda législatifs64 et les aide-mémoire pour les missi65.

19La proportion importante de ces derniers permet d’associer avec certitude la compilation au travail des représentants du pouvoir, et de supposer qu’elle a servi à l’un d’entre eux. L’attention réservée au bon fonctionnement du système juridique et à l’organisation du service armé laisse croire qu’il s’agissait d’un envoyé laïc. L’abondance de chapitres concernant les communautés monastiques et les affaires du clergé ne permet pas de mettre en doute cette attribution. D’abord, une distinction stricte entre les affaires de l’Église et celle du siècle serait anachronique ; rien ne permet de croire que les responsabilités des représentants du pouvoir étaient partagées de part et d’autre d’une frontière aussi catégorique. Ensuite, pour peu que l’on y regarde de près, il devient évident que les chapitres visant les moines et les clercs témoignent eux aussi de la laïcité du missus qui en a gardé copie.

La sélection des capitula du ms. Q 119 : constitution d’un outillage pour la supervision de la société chrétienne

20Les sujets abordés dans la collection sont très variés. L’ensemble est donc difficile à saisir. Une lecture rapide ne permet pas d’en comprendre la logique, et peut laisser l’impression que l’on a devant soi un collage désorganisé. Il n’est certainement pas possible d’expliquer la présence de chacun des chapitres, ou la moindre modification du texte en fonction d’un plan d’ensemble suivi rigoureusement par le compilateur. Néanmoins, la forme de l’outil doit trahir sa fonction : il faut que l’usage particulier auquel cette collection a été consacrée se reflète dans sa composition. Ainsi, les affaires concernant les églises et les monastères y occupent une place trop importante pour qu’il soit possible d’en attribuer la présence à un hasard, à une erreur, voire à un goût pour la diversité.

  • 66 Pour les tables de concordance : Ch. De Clercq (éd. et trad.), Neuf capitulaires de Charlemagne co (...)
  • 67 Un parallèle entre Charlemagne et Josué est évoqué dans la préface : MGH Capit. I, p. 54. Sur la r (...)

21Un premier indice nous vient des chapitres de l’Admonitio generalis copiés dans le ms. Q 119. On sait que cette proclamation de 789 est fondamentale pour la réforme carolingienne. Il s’agit du deuxième grand capitulaire du règne de Charlemagne – après celui de Herstal en 779, que l’on trouve aussi dans le ms. Q 119. L’Admonitio generalis a pour ambition de mettre en ordre la société chrétienne en reprenant les directives des grands conciles oecuméniques et des décrétales des ive et ve siècles : toute sa composition est orientée en ce sens66. Sa transmission et son application n’étaient pas pour autant réservées aux hommes d’Église – il suffit pour s’en convaincre de rappeler le rôle que tient le roi dans sa promulgation67.

22Dans plusieurs manuscrits – le ms. Q 119 n’étant pas de ceux-là –, chacun des 82 chapitres de l’Admonitio generalis est précédé d’une indication permettant de savoir à qui il est adressé. Le chapitre 60 fait exception, parce qu’il sert de transition entre la première et la deuxième partie du capitulaire. Grâce à ces suscriptions aux évêques, aux clercs, aux moines, aux prêtres, au clergé, à tous les chrétiens, il est possible d’entrevoir le sens de la sélection opérée pour composer le ms. Q 119.

  • 68 MGH Capit. I, p. 52-62.

Proportion des chapitres adressés à tous dans l’Admonitio generalis68

  • 69 Les chapitres 67, 71 et 79 ont deux attributions : aux évêques et à tous les chrétiens (episcopis, (...)

Version

intégrale

Version du

ms. Q 119

nombre total de chapitres

nombre de chapitres adressés à tous

nombre total de chapitres

nombre de chapitres adressés à tous

1re partie

(c. 1-59)

59

28

10

6

2e partie

(c. 61-82)

22

1669

14

14

1re et 2e parties

81

44

24

20

23Il apparaît que les chapitres conservés par le compilateur traitent des responsabilités de tout un chacun dans la correction de la vie chrétienne. En effet, la plupart de ces chapitres portent la suscription « à tous » (omnibus). Le compilateur tend à écarter les autres recommandations, adressées spécifiquement aux clercs ou aux moines. On vise ici l’ensemble des croyants. Ce fait est particulièrement apparent pour la deuxième partie de l’Admonitio, dont le compilateur ne garde que des chapitres « à tous ». Dans la version intégrale du capitulaire, cette deuxième partie comprend 22 chapitres, dont 16 sont adressés à tous. De ces derniers, le manuscrit en reprend 14. Le travail de sélection est moins clair pour la première partie du capitulaire, mais l’effet d’ensemble persiste. Selon les suscriptions, 54 % des chapitres de l’Admonitio visent le peuple chrétien dans son ensemble ; les chapitres « à tous » comptent pour plus de la moitié de l’Admonitio dans sa version intégrale. Dans le ms. Q 119, cette proportion monte à 83 %, soit 20 chapitres sur un total de 24.

24Cette première observation se trouve confirmée par le choix spécifique des chapitres. On pourrait s’étonner du fait que, malgré tout, on trouve dans la collection quelques recommandations adressées aux évêques et aux prêtres. En y regardant de plus près, une explication se présente, qui permet de maintenir l’hypothèse de l’utilisation de la collection par un missus laïc. Ainsi, le chapitre 2 de l’Admonitio est pour les évêques, mais il sert à rappeler que la foi et les mœurs des candidats à l’élection épiscopale doivent être irréprochables. De même, le chapitre 4 vise seulement les prêtres, mais pour empêcher qu’ils gardent dans leur entourage des femmes que l’on pourrait soupçonner d’entretenir avec eux des relations illicites. Il n’est pas ici question de culte ou de dogme, mais de comportement. Il semble plausible que le roi ait voulu connaître la bonne tenue des clercs par le truchement de ses missi, laïcs inclus.

25Inversement, plusieurs chapitres adressés aux hommes d’Église qui ne trouvent pas de place dans le ms. Q 119 touchent à des activités que l’on imagine mal contrôlées par un laïc. Le chapitre 6, pour les prêtres, figure parmi ces absents : on y traite des officiants qui ne communient pas lorsqu’ils célèbrent la messe. Le chapitre 8, pour les évêques, concerne le respect de l’autorité du métropolitain par ses suffragants. De même, les chapitres 9 à 13 sont écartés parce qu’ils abordent le fonctionnement interne de la hiérarchie ecclésiastique. La lecture de la suite de l’Admonitio tend à confirmer ce procédé de sélection. Y a-t-il des contre-exemples ? Certainement, comme ce chapitre 14, qu’ignore le ms. Q 119, au sujet de l’interdiction faite aux clercs et aux moines d’entrer dans les tavernes. Selon l’hypothèse soutenue ici, un interdit de cette nature aurait pu se trouver dans cette version de l’Admonitio. Cependant, l’effet d’ensemble persiste, et se trouve renforcé par l’étude du reste de la collection : le personnage que l’on imagine utiliser ces capitulaires aurait été un missus laïc, plutôt qu’un clerc occupant la même fonction.

26En fait, ce qui ressort de plus intéressant, c’est qu’à l’intérieur de certaines limites, ce personnage aurait touché des questions de dogme ou de pratique cultuelle. Clercs, moines ou laïcs, les missi représentent une autorité royale liée de près à l’Église, consciente de ses responsabilités vis-à-vis de la communauté chrétienne. Prenons pour exemple le dernier chapitre de l’Admonitio generalis :

  • 70 Omnibus. Sed et vestrum videndum est, dilectissimi et venerabiles pastores et rectores ecclesiarum (...)

À tous. Il appartient à vous, vénérables, très chers bergers et guides des églises de Dieu, de voir à ce que prêchent correctement et vertueusement les prêtres que vous envoyez dans vos diocèses pour diriger le peuple servant Dieu et pour lui enseigner dans les églises. Vous ne devez pas permettre que quelqu’un mente au peuple et qu’il lui enseigne des nouveautés et des choses non canoniques, de sa propre invention et non conformes aux Écritures. Vous, par contre, vous devez prêcher les choses utiles, vertueuses et droites qui mènent à la vie éternelle. Vous devez enseigner à d’autres afin qu’ils puissent prêcher les mêmes choses. D’abord, de manière générale il faut éduquer tout le monde, afin que tous croient que le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont le Dieu unique, omnipotent, éternel et invisible qui a créé le ciel, la terre et la mer et tout ce qui s’y trouve, qu’il n’y a qu’une divinité, une substance, une majesté en les trois personnes du Père, du Fils et du Saint-Esprit. De même, il faut enseigner comment, de Marie toujours vierge, le Fils a pris chair par le Saint-Esprit, pour le salut et le rachat du genre humain, comment il est mort, a été enterré, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, comment il viendra à nouveau dans sa divine majesté pour juger tous les hommes [...]70

27Les caractères gras servent à indiquer ce qui a été sélectionné par le compilateur du ms. Q 119. Il est intéressant de constater qu’il élimine les premières lignes, qui sont clairement adressées aux évêques, mais qu’il reprend la transcription avec le credo des Apôtres. Il faut envisager que les missi fussent susceptibles de participer à la bonne connaissance des pratiques et des principes du christianisme, au moins en tant qu’observateurs du travail des clercs, et peut-être comme exemples à la communauté des croyants.

  • 71 Voir l’édition de ce capitulaire, reprise en annexe. Seuls les chapitres qui s’y trouvent souligné (...)

28C’est donc en étudiant la sélection des chapitres conservés qu’il devient possible de comprendre qui se cache derrière cette collection. Le deuxième segment du Duplex legationis edictum ajoute aux premiers indices tirés de l’Admonitio generalis. Le ms. Q 119 y reprend des recommandations de la première partie de ce capitulaire, laquelle suit une sélection de chapitres de la Règle bénédictine71. Qu’un missus laïc se soit occupé de l’application de la règle n’étonne pas outre mesure, si l’on remarque qu’il s’intéresse tout particulièrement aux contacts des moines avec l’extérieur : hospitalité (c. 9), maintien de la claustration des moniales (c. 19), déplacements des moines (c. 14). L’accueil des oblats et des convers tient une place importante, sans doute parce qu’il est susceptible de provoquer des conflits autour des héritages, donc l’intervention d’un missus (c. 11, 12, 15). Tous ces sujets sont abordés dans les chapitres 50 à 67 de la règle, qui sont ici bien représentés. Les deux premiers chapitres de la règle sont jugés utiles eux aussi, puisqu’ils appellent à distinguer les gyrovagues, les sarabaïtes et les anachorètes des bons moines cénobites (c. 1, 2). Cette précision est essentielle à celui qui doit s’assurer de la normalité des pèlerins et des voyageurs de tout acabit. Les ajouts de la première partie du Duplex legationis edictum qui ne trouvent pas de correspondance dans la Règle bénédictine participent du même plan d’ensemble : il faut s’assurer que le cas échéant, les moines ne seront pas punis selon les usages de la justice séculière (c. 16) ; il faut garder un œil sur les communautés féminines qui ne doivent pas vivre sans règle, sans supervision épiscopale (c. 19).

  • 72 Les exemples de ces interventions sont assez nombreux. Celles concernant Fulda sont bien connues : (...)
  • 73 F.-L. Ganshof, « La tractoria. Contribution à l’étude des origines du droit de gîte », Tijdschrift (...)

29Nous sommes vraisemblablement devant un aide-mémoire utile à un missus ne connaissant pas la règle, mais appelé à contrôler l’application de ses directives touchant les relations du monastère avec le monde. Comme l’abbé est le premier responsable des rapports de la communauté avec l’extérieur, il est normal que le missus se préoccupe de savoir à qui il a affaire (c. 3, 4). D’ailleurs, les conflits entre l’abbé et ses moines sont susceptibles de provoquer l’intervention du roi et de ses représentants72. Par contre, l’ordination n’est pas du ressort du missus, et le chapitre qui la concerne a été escamoté (c. 13). Le chapitre 9 trouve place dans le ms. Q 119 parce que la réception des hôtes touche directement les rapports du monastère avec le monde, surtout que les monastères avaient pour vocation de servir de haltes pour les messagers et les représentants du roi, dont les missi73. Le missus doit contrôler la bonne tenue du moine amené à prendre la route, ce qui explique qu’un chapitre traite de son vêtement (c. 10). Voilà qui participe du même outillage que les deux premiers chapitres qui présentent les bons et les mauvais moines. On peut douter qu’un abbé exerçant la fonction missatique ait eu besoin d’un tel document. De même, un évêque se serait probablement inquiété de l’organisation interne des communautés, comme de ses activités de culte et de prière. Les chapitres du Duplex legationis edictum conservés dans le ms. Q 119 n’abordent pas ces sujets. Pourtant, dans sa forme complète, le capitulaire ne les ignore pas puisqu’il s’intéresse à la nomination des doyens et des préposés (c. 5), au caractère des cellériers (c. 6), à l’ordination des abbés (c. 13), à la réception des cadeaux (c. 8) et même à la prière solitaire à l’oratoire (c. 7).

30Enfin, la présence du chapitre 29 sur la main lépreuse, et la mention des menstruations des moniales à la fin du chapitre 19 restent difficiles à expliquer. Il en est de même pour l’absence du chapitre 17 concernant le plaid comtal et du chapitre 18 sur le serment de fidélité dû au prince. Est-il possible que le missus ait voulu concentrer son attention sur ses obligations concernant les communautés monastiques ? Qu’il ait négligé les prescriptions qui lui semblaient évidentes ? Ces questions qui restent en suspens ne remettent pas en cause la déduction essentielle : nous sommes devant un aide-mémoire utile à un missus ne connaissant pas la règle, mais appelé à contrôler l’application de ses directives touchant aux relations du monastère avec le monde.

  • 74 MGH Capit. I, p. 46-51, no 20. T. M. BuckAdmonitio und Praedicatio, p. 37-44.

31Le constat est le même pour ce qui touche la hiérarchie ecclésiastique, qui ne se trouve abordée que dans les aspects pouvant faire l’objet d’un contrôle extérieur au clergé. C’est notamment le cas dans la première partie du capitulaire de Herstal, dont l’objectif principal est d’assurer le respect de la hiérarchie (c. 1-6)74. Vient ensuite une série de précisions sur l’immunité, le droit d’asile et d’autres réalités judiciaires avec lesquelles un missus laïc doit savoir composer lorsqu’il se trouve face à l’évêque (c. 8-11). De plus, le chapitre de l’unique capitulaire de Pépin III que reprend le ms. Q 119 fait l’objet d’une modification textuelle qui indique que notre missus connaît les limites de ses capacités d’intervention dans les affaires de l’institution ecclésiale. Ce chapitre traite de l’inceste et de son châtiment ; dans le ms. Q 119, il se termine comme suit :

  • 75 [...] pecuniam suam perdat si habet et si se emendare noluerit nullus eum recipiat nec cibo ei don (...)

[...] S’il possède des biens, [le coupable d’inceste] les perdra, et s’il refuse de se corriger, personne ne pourra le recevoir ou lui donner à manger : si quelqu’un le faisait, il devrait payer une amende de 60 sous au seigneur roi, jusqu’à ce que l’homme lui-même se corrige. S’il n’a pas de biens et qu’il est libre, il sera emprisonné jusqu’à satisfaction. S’il est esclave ou affranchi, il sera battu de nombreux coups et si c’est son maître qui a permis qu’il tombe dans une telle faute, ce dernier devra payer une amende de 60 sous au seigneur roi. S’il est un homme de bien, il perdra son honneur75.

32L’« homme de bien » du dernier énoncé est évidemment celui qui exerce une charge honorable, un honor qui lui sera retiré s’il est reconnu coupable d’inceste. Pour les dernières phrases de ce segment, en se basant sur les leçons de neuf autres manuscrits, l’édition des MGH propose plutôt :

1. [...] S’il est esclave ou affranchi, il sera battu de nombreux coups et si c’est son maître qui a permis qu’il tombe dans une telle faute, ce dernier devra payer la même amende de 60 sous au seigneur roi.

  • 76 Le lecteur constatera que la traduction proposée s’éloigne volontairement de la ponctuation établi (...)

2. Pour ce qui concerne les ecclésiastiques. S’il est un homme de bien [le coupable] perdra son honneur. Ceux qui sont de moindre statut seront plutôt battus et emprisonnés76.

  • 77 Le chapitre 16 du Duplex legationis edictum rappelait déjà à l’utilisateur du ms. Q 119 que les mo (...)

33On remarque qu’à l’origine, les mots escamotés dans la version du ms. Q 119 – reproduits ici en caractères gras – orientaient le deuxième chapitre vers les peines réservées aux clercs. Au plus haut rang de la hiérarchie, l’évêque incestueux devait perdre son siège (son honor) ; le plus modeste portier était châtié corporellement. Le compilateur ne récupère qu’une seule phrase de ce chapitre, en la sortant de son contexte. En transcrivant de la sorte, il obtient une version de la disposition contre l’inceste du capitulaire de Pépin III qui ne fait plus aucune allusion aux hommes d’Église : c’est qu’en matière d’inceste, ceux-ci répondaient à la justice ecclésiastique, hors du champ de compétence du missus laïc77.

34Il n’y a plus guère de doute possible : le missus dont le ms. Q 119 nous révèle les préoccupations s’occupait de la correction de la vie chrétienne, de la bonne tenue des moines et de l’institution ecclésiale, mais en respectant des limites qui semblent tracées pour un superviseur laïc.

Conclusion

35Structurée autour de la fréquentation d’un seul manuscrit, la présente étude éclaire le travail d’un missus œuvrant dans une grande région de l’Empire carolingien pendant une période de quelques d’années, tout au plus. Si sa portée documentaire, géographique et chronologique est réduite, son angle de vision offre, en conclusion, plus d’une perspective.

  • 78 Pour un état de l’avancement de la recherche sur les capitulaires : T. M. Buck, Admonitio und Prae (...)

36Le renouvellement de la recherche sur les capitulaires dépend de la prise en compte de leur état de conservation manuscrite78. Selon cette approche, la reconstitution des archétypes se trouve détournée de son objectif apparent : il ne s’agit pas seulement de fournir au médiéviste l’état primitif d’un capitulaire, le « bon texte » dont il pourrait se contenter, mais de lui donner un point de repère pour en apprécier les différentes versions, lesquelles portent les marques de leur utilisation à chaque étape de leur transmission. Le ms. Q 119 en donne l’illustration par l’agencement de ses capitulaires et la sélection de leurs chapitres. Une étude de l’état précis des textes transcrits dans le ms. Q 119 permettrait d’en tirer plus encore. Nous regrettons de n’avoir pas eu la possibilité de procéder à une transcription complète. Heureusement, les éditions critiques et les descriptions de manuscrits rendent possibles bien des observations.

  • 79 Les publications à ce sujet sont nombreuses, et leurs conclusions deviennent de plus en plus diffi (...)
  • 80 W. Hartmann, « Rechtskenntnis und Rechtsverständnis bei den Laien des früheren Mittelalters », dan (...)

37En démontrant qu’à l’origine, la collection de capitulaires du ms. Q 119 appartenait à un missus qui utilisait l’écrit sans être clerc, la présente enquête ajoute aux éléments de preuve qui s’accumulent contre le lieu commun – profondément enraciné – selon lequel les laïcs avaient perdu l’usage de l’écriture79. Plus encore, elle ajoute à l’éclairage jeté par Wilfried Hartmann sur la connaissance du droit ecclésiastique par les laïcs80. Encore une fois, il apparaît que la dichotomie opposant laïcs illettrés et clercs lettrés ne tient pas. Cette opposition dépend d’une représentation fautive de la réalité des temps carolingiens, partageant à tort les hommes et les institutions en deux sphères distinctes : l’Église et le monde séculier.

  • 81 La promotion de l’ordo clericorum, comme le détournement des églises et des fondations monastiques (...)

38En donnant à connaître les préoccupations d’un missus laïc au début du ixe siècle, le ms. Q 119 nous oblige à ajouter – à l’intérieur de certaines limites – la correction de la vie chrétienne, la bonne tenue des moines et l’organisation de l’institution ecclésiale aux champs d’action des envoyés laïcs de l’empereur. Doit-on s’en étonner ? Ce serait ignorer bien des traits caractéristiques de la période. L’organisation et la présidence des grands conciles restent des prérogatives royales. Les communautés monastiques et les sièges épiscopaux sont associés de près aux grandes familles aristocratiques de leurs régions, nonobstant les ingérences des princes carolingiens81. Les avoués et les abbés laïcs n’ignorent certainement pas les affaires des communautés dont ils maîtrisent les terres, les revenus et les relations au monde.

  • 82 Y. Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Âge. Bas-Empire, monde franc, France (ivexiisiècle), (...)

39L’espace géographique placé sous domination franque s’est accru rapidement dans le courant du viiie siècle. Il était devenu nécessaire d’assurer l’engagement du prince dans les périphéries où il ne pouvait espérer gouverner directement. Dans ce contexte, il n’est pas si étonnant de constater que les attributions de ce personnage quasi légendaire qu’est le missus fussent celles d’un délégué susceptible d’intervenir dans tous les domaines où l’autorité princière se trouvait compétente. Deux cents années avant les premiers frémissements de la réforme grégorienne, le prince carolingien n’avait rien d’un intrus dans les affaires d’Église : il y tenait un rôle de premier plan82, comparable – dans son aspect de contrepoids aux parrainages aristocratiques – à celui que se donne le pape aux xie-xiie siècles. Ce rôle, Charlemagne et Louis le Pieux l’ont exercé à distance dans les régions excentrées de l’Empire, par des intermédiaires dont il n’y a pas de raison de croire qu’ils furent, nécessairement, clercs et moines.

Haut de page

Annexe

Annexe I

Capitulaires d’un missus en Aquitaine (Leiden, Bibliotheek de Rijksunicersiteit, Voss. Lat. Q119)

Capitulaires d’un missus en Aquitaine (Leiden, Bibliotheek de Rijksunicersiteit, Voss. Lat. Q119)

Annexe II
Duplex legationis edictum83(2e section : fol. 139v.-140)

1.De monachis gyrovagis vel sarabaitis
À propos des moines gyrovagues ou sarabaïtes
[Reg. Ben. c. 1]

2. De anachoritis : melius est ut hortentur in congregatione permanere, quam animus eorum aliubi ambulare temptet.
À propos des anachorètes. Il est préférable qu’ils soient encouragés à rester en communauté, plutôt que leur âme se risque à vagabonder n’importe où.
[Reg. Ben. c. 1]

3. Ut non parvipendentes sint pastores animarum sibi commissarum, nec maiorem curam habeant de lucris terrenis quam de animabus sibi commissis.
Il ne faut pas que les arrogants soient les bergers des âmes qui leur sont confiées, et ils ne doivent pas avoir un plus grand soin des biens terrestres que des âmes dont ils ont la charge.
[Reg. Ben. c. 2]

4. De oboedientia quae abbati exhiberi debet, et ut absque murmuratione fiat.
Au sujet de l’obéissance qu’il faut montrer à l’abbé, qu’elle se fasse sans protestation.
[Reg. Ben. c. 5]

5. De decanis et praepositis : ut eorum mutatio secundum regulam fiat.
À propos des doyens et des prévôts. Leur remplacement doit être effectué selon la règle.
[Reg. Ben. c. 21]

6. De cellerariis monasterii : ut non avari mittantur, sed tales quales regula praecipit.
À propos des cellériers du monastère. Que les avares ne soient pas placés à ce poste, mais que tout soit en accord avec la règle.
[Reg. Ben. c. 31]

7. Ut ubi corpora sanctorum requiescunt aliud oratorium habeatur, ubi fratres secrete possint orare.
Il faut que là où reposent les corps des saints, il y ait un autre oratoire, où les frères pourront prier en secret.
[Reg. Ben. c. 52]

8. De eulogiis
Au sujet des cadeaux
[Reg. Ben. c. 54]

9. De susceptione hospitum : sicut regula continet.
Au sujet de la réception des hôtes : [que l’on fasse] comme il est écrit dans la règle.
[Reg. Ben. c. 53]

10. De vestimentis monachorum : ubi superfluum est, abscidatur ; et ubi minus, augeatur.
À propos du vêtement des moines : ce qui est de trop, qu’on le coupe ; là où il en a trop peu, qu’on en rajoute.
[Reg. Ben. c. 55]

11. De noviter venientibus ad conversationem : ut secundum regulam probentur, et non antea suscipiantur nisi sicut regula iubet ; et nullus cogatur invitus promittere. Et de oboedientia et de stabilitate permanendi, sicut regula habet.
À propos de ceux qui viennent se convertir. Il faut qu’ils soient mis à l’épreuve selon la règle, et ils ne doivent pas être reçus plus tôt, à moins que la règle le demande. Et personne ne peut être forcé à faire des vœux contre son gré. De même, au sujet de l’obéissance et de la fermeté dans l’intention de rester, comme l’indique la règle.
[Reg. Ben. c. 58]

12. De filiis nobilium qui offeruntur
À propos des fils de nobles qui sont donnés [au monastère]
[Reg. Ben. c. 59]

13. De ordinando abbate
Au sujet du choix de l’abbé
[Reg. Ben. c. 64]

14. De fratribus in via directis
À propos des frères qui sont envoyés sur les routes
[Reg. Ben. c. 67]

15. Ut nullus abbas pro susceptione monachi praemium non quaerat.
Aucun abbé ne peut chercher à obtenir une compensation pour la réception d’un moine.

16. Ut disciplina monachis regularis imponatur non secularis, id est non orbentur nec mancationes alias habeant nisi ex auctoritate regulae.
Que la punition régulière soit imposée aux moines, et non la séculière, ce qui signifie qu’ils ne doivent pas être énucléés ou subir d’autres mutilations, si ce n’est sous l’autorité de la règle.

17. Ut comites pupillorum et orfanorum causas primum audiant ; et in venationem non vadant illo die quando placitum debent custodire nec ad pastum.
Les comtes doivent entendre les causes des orphelins et des jeunes enfants en premier ; il ne doivent pas aller à la chasse et à la fête en ces jours où ils doivent tenir le plaid.

18. De sacramentis fidelitatis causa, quod nobis et filiis nostris iurare debent, quod his verbis contestari debet : ‘Sic promitto ego ille partibus domini mei Caroli regis et filiorum eius, quia fidelis sum et ero diebus vitae meae sine fraude et malo ingenio’.
Au sujet du serment de fidélité qu’ils doivent prononcer en notre faveur et celle de nos fils, qu’il soit dit en ces mots : « Ainsi, moi, untel, je m’engage vis-à-vis de mon seigneur le roi Charles et de ses fils, à être fidèle et à le rester pour tous les jours de ma vie, sans tricherie et sans manigance. »

19. De monasteriis minutis ubi nonnanes sine regula sedent, volumus ut in unum locum congregatio fiat regularis, et episcopus praevideat ubi fieri possint. Et ut nulla abbatissa foras monasterio exire non praesumat sine nostra iussione nec sibi subditas facere permittat ; et earum claustra sint bene firmata, et nullatenus ibi winileodos scribere vel mittere praesumant : et de pallore earum propter sanguinis minuationem.
Au sujet de ces petits monastères où vivent des religieuses sans aucune règle, nous voulons que soit organisée une congrégation régulière en un lieu donné. L’évêque se chargera de déterminer où cela peut être fait. De plus, aucune abbesse ne doit présumer sortir du monastère sans notre ordre, ni le permettre à celles qui lui sont confiées. Leur clôture doit être bien solide, et personne ne peut y écrire ou y envoyer des chants d’amour. Au sujet de leur pâleur, provoquée par écoulement de sang.

20. De tabulis vel codicibus requirendis, et ut nullus in psalterio vel in euangelio vel in aliis rebus sortire praesumat, nec divinationes aliquas observare.
Au sujet des tablettes et des livres essentiels. Que personne n’ose tirer au sort et chercher des divinations quelconques, que ce soit dans le psautier, dans l’évangéliaire ou en toute autre chose.

[...]

29. De manu leprosi
À propos de la main du lépreux

Haut de page

Notes

1 J’aimerais remercier les professeurs John Drendel et Michel Hébert, qui m’ont donné l’occasion de présenter ces travaux lors du colloque annuel de la SÉMQ tenu le 24 mars 2007. De même, je voudrais exprimer ma reconnaissance au professeur Jean-François Cottier, qui m’a encouragé à écrire cet article. Enfin, les commentaires des membres du comité de lecture de Memini m’ont été d’une première utilité. Je suis redevable au soutien du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) pour la poursuite des études doctorales dans le cadre desquelles j’ai eu l’occasion de compléter cette étude. Le département d’histoire de l’Université de Montréal a bien voulu m’attribuer une bourse pour un séjour de recherche à Leyde (Pays-Bas), où j’ai été accueilli avec bienveillance par le docteur André Th. Bouwman, conservateur des manuscrits occidentaux de la bibliothèque de l’Université de Leyde.

2 Le terme désigne ici l’ordre donné au sens large, libéré du sens technique synonyme d’édit – décision écrite, créatrice de droit – qu’il acquiert à partir du xiie siècle : O. Guyotjeannin et J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, 1993, p. 108. F.-L. Ganshof, Recherches sur les capitulaires, Paris, 1958 (1955), p. 18, n. 59.

3 E. Dümmler (éd.), Versus Teudulfi episcopi contra iudices, dans Monumenta Germaniae Historica. Poetae latini aevi karolini I, Berlin, 1881, p. 493-517, no xxviii.

4 G. Monod, « Les mœurs judiciaires au viiie siècle d’après la "Paraenesis ad Judices" », Revue historique, 36 (1888), p. 1-20.

5 Eligit extemplo missos, quos mittat in orbem,
Quorum vita proba sit, generosa fides,
Munera quos nequeant flecti, nec saeva potentum
Blandities, favor, aut ingeniosa lues,
Qui peragrent celeres Francorum regna per ampla,
Justitiam faciant judiciumque simul,
Quos pater aut patris sub tempore presserat urguens
Servitium relevent munere sive dolo
.
– E. Faral (éd. et trad.), Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, Paris, 1932, p. 64-67, v. 824 à 831.

6 A. Boretius et V. Krause (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio ii. Capitularia regum Francorum, Hanovre, 1883-1897, vol. i-ii [cité : MGH Capit. I-II]. Présentation classique des capitulaires aux missi : Ganshof, Recherches sur les capitulaires, p. 14‑16.

7 Sur cette voie, l’étude la plus complète et la plus déterminante reste : V. Krause, « Geschichte des Instituts der Missi Dominici », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 11 (1890), p. 193-300.

8 À ce sujet, le témoignage cardinal est celui des Annales de Lorsch (a. 802) : G. H. Pertz (éd.), Annales laureshamenses, alamannici, guelferbytani et nazariani, dans Monumenta Germaniae Historica. Scriptores i, Hanovre, 1826, p. 38-39.

9 W. A. Eckhardt, « Die Capitularia missorum specialia von 802 », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 12 (1956), p. 498-516.

10 Pour Ganshof, le capitulaire n’est que le vestige d’une pratique d’écriture d’importance secondaire, dans un système de législation, d’administration et de communication très largement construit sur l’oral. C’est le point de vue de son ouvrage clé sur les capitulaires [Ganshof, Recherches sur les capitulaires], comme de son article sur l’administration carolingienne : Id., « Charlemagne et l’usage de l’écrit en matière administrative », Le Moyen Âge, 57 (1951), p. 1‑25.

11 J. Hannig, « Pauperiores vassi de infra palatio ? Zur Entstehung der karolingischen Königsbotenorganisation », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 91 (1983), p. 309-374. Pour une présentation sommaire des contributions à l’effritement de la présentation classique du missus par Krause : J. Hannig, « Pauperiores vassi... », p. 313-314.

12 J. Hannig, « Pauperiores vassi », p. 339-363. Pour une synthèse, par le même auteur : Id., « Zentrale Kontrolle und regionale Machtbalance. Beobachtungen zum System der karolingischen Königsboten am Beispiel des Mittelrheingebietes », Archiv für Kulturgeschichte, 66 (1984), p. 3‑4.

13 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes. Entre l’administration centrale et l’administration locale de l’Empire carolingien », dans Histoire comparée de l’administration (ive-xviiie siècles), dir. W. Paravicini et K. F. Werner, Munich/Zürich, 1980, p. 191-239.

14 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 196 et passim.

15 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 203-204.

16 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 204-205.

17 F. Bougard, La justice dans le royaume d'Italie : de la fin du viiie siècle au début du xie siècle, Rome, 1995, p. 185-190.

18 J. Hannig, « Zentrale Kontrolle und regionale Machtbalance », p. 43-46.

19 H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta. Überlieferung und Traditionszusammenhang der fränkischen Herrschererlasse, Munich, 1995.

20 A. Boretius, V. Krause (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio ii. Capitularia regum Francorum, Hanovre, 1883-1897. Si possible, il faut favoriser les éditions de la série des conciles : A. Werminghoff (éd.), Monumenta Germaniae historica. Legum sectio iv. Concilia ii. Concilia aevi karolini, Hanovre, 1906-1908.

21 A. Bühler, « Capitularia relecta. Studien zur Entstehung und Überlieferung der Kapitularien Karls des Großen und Ludwigs des Frommen », Archiv für Diplomatik, 32 (1986), p. 305-501.

22 G. Schmitz (éd.), Die Kapitulariensammlung des Ansegis (Collectio capitularium Ansegisi), Hanovre, 1996.

23 Pour son importante transmission manuscrite : L. Kéry, Canonical Collections of the Early Middle Ages (ca 400-1140). A Bibliographical Guide to the Manuscripts and Literature, Washington (DC), 1999, p. 92-100. Pour la mise en valeur de la collection en tant que source pour l’historien : E. Boshof, Ludwig der Fromme, Darmstadt, 1996, p. 112-113. K. F. Werner, « Hludovicus augustus : gouverner l’empire chrétien – idées et réalités », dans Charlemagne’s Heir : New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840), dir. P. Godman et R. Collins, Oxford, 1990, p. 83-92.

24 R. McKitterick, « Zur Herstellung von Kapitularien. Die Arbeit des Leges-Skriptoriums », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 101 (1993), p. 3-16. Ead., The Carolingians and the Written Word, Cambridge, 1989, p. 37-60. Ead., « Some Carolingian lawbooks and their function », dans Authority and Power. Studies on Law and Government Presented to Walter Ullmann on his Seventieth Birthday, dir. P. Linehan et B. Tierney, Cambridge, 1980, p. 13-27.

25 Il s’agit d’un des chapitres de notre thèse, inscrite aux Universités de Montréal et de Paris-I sous le thème des communications à distance et du destin politique de l’Empire carolingien, sous la direction conjointe des professeures Régine Le Jan et Denise Angers.

26 Par convention, nous préférons l’usage de cette dénomination – attestée dans les sources – à celle de Gascogne ou de Pays basque, afin d’éviter un anachronisme.

27 K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 204-205. Werner considère à juste titre que dans le fond des choses, toutes les formes de délégation de l’exercice du bannum royal sont équivalentes : les regna et les marches sont semblables aux missatica ; les attributions de leurs responsables sont comparables à celles des missi. – K. F. Werner, « Missus – marchio – comes », p. 210, 219-221.

28 De 760 à 768, Pépin III consacre ses forces militaires à une série de campagnes visant à briser le pouvoir des ducs aquitains, et à réaffirmer l’autorité des rois francs sur les territoires situés entre Loire et Garonne. En 769, le jeune Charlemagne vient à bout des dernières résistances. Pour une reconstitution des événements : M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781. Naissance d’une région, Paris, 1979, p. 111-132.

29 Elle se termine avec la défaite de Roncevaux, dont le souvenir a nourri la légende de la mort de Roland. Pour démêler les faits historiques : R.-H. Bautier, « La campagne de Charlemagne en Espagne (778) : la réalité historique », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, 135 (1979), p. 1-47.

30 Sur les tensions entre le gouvernement impérial et certaines factions aristocratiques du Sud-Ouest : R. Collins, « Pippin I and the kingdom of Aquitaine », dans Charlemagne’s Heir, p. 378‑389.

31 Dont cinq pour des bénéficiaires de Septimanie, notamment pour les monastères d’Aniane [BM2349], de Caunes [BM2327], de La Grasse [BM2357], pour l’aprisionnaire Jean [BM2328] et les Hispani [BM2470]. L’exception s’avère être le monastère de Charroux en Aquitaine [BM2361]. Les cotes [BM2] renvoient au regeste de référence : J. F. Böhmer et E. Mühlbacher, J. Lechner, Regesta imperii i. Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern 751-918, Hildesheim, 1908 (1833). La carte proposée par Friedrich Prinz illustre bien la sous-représentation du Sud-Ouest dans le corpus des diplômes de Charlemagne : F. Prinz, « Schenkungen und Privilegien Karls des Großen », dans Karl der Große : Lebenswerk und Nachleben i. Persönlichkeit und Geschichte, dir. H. Beumann, Düsseldorf, 1965, p. 488.

32 E. Mühlbacher et A. Dopsch, J. Lechner, M. Tangl (éd.), Die Urkunden der Karolinger i. Die Urkunden Pippins, Karlmanns und Karls des Großen, Hanovre, 1906, p. 289-290, no 217.

33 C. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, 3éd., Toulouse, 1874-1875, col. 47‑50, no 6 (v). Au sujet des missi mentionnés dans cette notice : J. Hannig, « Pauperiores vassi... », p. 328‑330.

34 [BM2517] : M. Bouquet et L. Delisle (éd.), Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, 1869-, vol. vi, p. 453-454, no iii. Au sujet du comte Gauselme : Ph. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, 1997, p. 207.

35 Le titre en fait foi : Incipiun(t) capitula quas bone memoriae genitur Pipinus sinodaliter et nos in omnibus conservare volumus. Tout comme la formule de clôture : explicit capitula pipini condam. – Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. Q 119, fol. 132.

36 Boretius propose l’été 768, alors que Pépin tente d’organiser les affaires du Sud-Ouest après la mort du dernier duc des Aquitains, Waïfre : MGH Capit. I, p. 42. Les Regesta Imperii endossent cette hypothèse [BM2105]. On ne peut justifier autant de précision. Ce capitulaire doit être lu comme un vestige des dernières années de la conquête, après la suspension temporaire des incursions franques en 764-765. Dans la continuation de la chronique dite de Frédégaire, Pépin adopte alors l’attitude du maître en sa demeure, comme l’atteste la présence de Berthe à ses côtés, son hiver passé à Bourges en 767, ses appels au ralliement des Aquitains à sa cause : O. Devillers et J. Meyers (trad.), Frédégaire. Chronique des temps mérovingiens (Livre iv et continuations), Turnhout, 2001, p. 256-259, chap. 49 à 51. Il n’est pas nécessaire d’attendre 768 pour trouver un contexte de production correspondant à ces ordonnances ; proposons plutôt 766‑768.

37 M. Rouche, « Peut-on parler d’une ethnogenèse des Aquitains ? », dans Typen der Ethnogenese unter besonderer Berücksichtigung der Bayern, dir. H. Wolfram et W. Pohl, Vienne, 1990. vol. 1, p. 45-51.

38 Ut quicquid missi nostri cum illis senioribus patriae ad nostrum profectum vel sanctae ecclesiae melius consenserint, nullus contendere hoc praesumat.MGH Capit. I, p. 42-43, no 18, c. 12.

39 MGH Capit. I, p. 65-66, no 24.

40 Voir l’annexe i.

41 De illo edicto quod domnus et genitor noster Pipinus instituit et nos in postmodum pro nostros missos conservare et implere iussimus vel de nostros edictos, quomodo fuerunt custoditi.MGH Capit. I, p. 65.

42 Incipit breviarium de illa capitula quae domnus rex in Equitania Mancione et Eugerio missis suis explere [iussit et] sacramentum fidelitatis iurare. MGH Capit. I, p. 65.

43 J. Hannig, « Pauperiores vassi », p. 331. Il est possible que Mancio ait plutôt été abbé : F. Bougard, La justice dans le royaume d'Italie, p. 179. Bougard reprend ici une hypothèse de Ernst Hlawitschka.

44 MGH Capit. I, p. 42-43, no 18.

45 MGH Capit. I, p. 46-51, no 20. F.-L. Ganshof, « Une crise dans le règne de Charlemagne, les années 778 et 779 », dans Mélanges d’histoire et de littérature offerts à Charles Gilliard à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire, Lausanne, 1944, p. 140-143.

46 MGH Capit. I, p. 65-66, no 24, c. 10.

47 L’essentiel de ce qui suit dépend de la consultation du manuscrit lui-même, comme de notices et de descriptions le concernant, à savoir : H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta, p. 210-217. A. Bühler, « Capitularia relecta », p. 343, 345-348 et passim. K. A. de Meyier, Codices Vossiani latini, Leyde, 1975, vol. ii, p. 259-263. A. Holder (éd.), Lex salica emendata nach dem Codex Vossianus Q. 119, Leipzig, 1879, p. 59-62.

48 Cette hypothèse est de Bernhard Bischoff. Elle paraît d’abord en 1962 (K. A. Eckhardt (éd.), Pactus legis salicae, Hanovre, 1962, (« Leges nationum germanicarum », 4/1) p. xviii.), avant d’être reprise par Bühler et Mordek (voir note précédente). Avec de tels appuis, il semble raisonnable de la suivre, bien que l’on n’en connaisse pas l’argumentaire, sans doute de nature paléographique. Pour sa part, de Meyier reste vague et suppose que le manuscrit vient de quelque part en Gaule, peut-être d’Aquitaine (voir note précédente). Quoi qu’il en soit, le lieu de production du ms. Q 119 n’a que très peu d’incidence sur la présente enquête.

49 Cette section principale du manuscrit comprend notamment une compilation de droit romain d’origine wisigothique, de même que les lois des Saliens, des Ripuaires, des Alamans et des Bavarois : H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta, p. 211-213.

50 Fol. 132-141.

51 1re main : fol. 1r.-119v.(l. 8) ; 2main : fol. 120r.-131v. ; 3e main : fol. 132r.-132v.(l. 19) ; 4main : fol. 132v.(l. 20)-141v. – K. A. de Meyier, Codices Vossiani latini..., p. 259.

52 Il s’agit de la quatrième main.

53 On rencontre plus loin (fol. 140v.) un chapitre emprunté à un capitulaire antérieur de Pépin le Bref, aujourd’hui intitulé Pippini regis capitulare. Cependant, il se trouve si bien inséré dans une série de mises au point législatives de Charlemagne et de Louis le Pieux, que son ancienneté et son attribution pourraient avoir échappé au compilateur, lequel, avec le capitulaire aquitain de Pépin le Bref, place en tête de sa collection un document qu’il juge déterminant par son orientation, son origine et sa date de production.

54 H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta, p. 456-463. Le ms. lat. 4404 présente aussi le Capitulare legibus additum et le Capitulare missorum l’un à la suite de l’autre. On retrouve ces deux capitulaires côte à côte dans au moins 60 % des manuscrits associant textes de loi et capitulaires qu’étudie Arnold Bühler : A. Bühler, « Capitularia relecta », p. 341-359. De ce fait, il n’est pas possible de déduire de leur transcription dans les mss lat. 4404 et Q 119 que ceux‑ci dépendent d’une même compilation, déjà présente dans leur archétype commun.

55 Bien qu’il reconnaisse que la sélection et la mise en ordre des capitulaires et de leurs chapitres ne sont pas guidées par une logique précise, Bühler propose que ce partage visait à réunir les chapitres concernant les affaires ecclésiastiques. La structure de la collection ne répond pas très bien à cette hypothèse qui, au demeurant, ignore l’indice du feuillet disparu. Les chapitres touchant la vie des moines et des clercs se trouvent plus largement disséminés que Bühler le laisse entendre : A. Bühler, « Capitularia relecta... », p. 347.

56 Il ne s’agit pas d’une pure supposition. La Bibliothèque d’État de Bavière possède une bande de parchemin qui semble avoir appartenu à un rouleau du premier quart du ixe siècle, sur lequel on avait copié des capitulaires [München, Bayerische Staatsbibliothek, Lat. 29555/2]. Les archives départementales du Haut-Rhin conservent un document similaire [Colmar, Archives départementales du Haut-Rhin, grand document no 139]. Voir notamment : G. Schmitz, « The capitulary legislation of Louis the Pious », dans Charlemagne’s Heir, p. 426-427. Pour des fac‑similés : H. Mordek, « Karolingische Kapitularien », dans Überlieferung und Geltung normativer Texte des frühen und hohen Mittelalters, dir. H. Mordek, Sigmaringen, 1986, Abb. ii et iii. La préface de la collection d’Anségise laisse entendre que les capitulaires ont été transmis sur des feuilles volantes. Ganshof traduit : « [...] ils avaient au cours des temps, été écrits, ça et là sur de nombreux petits morceaux de parchemin » – F. - L. Ganshof, Recherches sur les capitulaires..., p. 69. L’utilisation de supports autres que le codex pour la transmission de l’écrit mérite d’être sérieusement considérée, comme le démontre Joseph‑Claude Poulin dans une contribution récente sur les livrets hagiographiques : J.‑C. Poulin, « Les libelli dans l’édition hagiographique avant le xiisiècle », dans Livrets, collections et textes. Études sur la tradition hagiographique latine, dir.M. Heinzelmann, Ostfildern, 2006, p. 15‑193.

57 MGH Capit. I, p. 157, c. 5.

58 MGH Capit. I, p. 50, c. 12.

59 Voir l’annexe i pour une description de la collection.

60 MGH Capit. I, p. 73-78, n28. MGH Conc. II, p. 165-171, n19G.

61 MGH. Capit. I, p. 91-99, n33.

62 Cette dernière observation ne tient pas compte de l’unique chapitre du Pippini regis capitulare, car il se trouve associé au capitulaire qui le précède dans le ms. Q 119.

63 Admonitio generalis et, dans une moindre mesure, le Capitulare haristallense.

64 Capitulare legibus additum, Duplex legationis edictum, Pippini regis capitulare, Capitula legi addita.

65 Pippini regis capitulare aquitanicum, Capitulare missorum, Capitularia missorum specialia, Breviarium missorum aquitanicum, Capitula per missos cognita facienda (ce dernier présente aussi trois ordonnances juridiques).

66 Pour les tables de concordance : Ch. De Clercq (éd. et trad.), Neuf capitulaires de Charlemagne concernant son œuvre réformatrice par les « missi », Milan, 1968, p. 11-13.

67 Un parallèle entre Charlemagne et Josué est évoqué dans la préface : MGH Capit. I, p. 54. Sur la représentation dans les capitulaires du roi comme guide de la chrétienté, voir : Th. M. Buck, Admonitio und Praedicatio. Zur religiös-pastoralen Dimension von Kapitularien und kapitulariennahen Texten (507-814), Francfort-sur-le-Main et al., 1997.

68 MGH Capit. I, p. 52-62.

69 Les chapitres 67, 71 et 79 ont deux attributions : aux évêques et à tous les chrétiens (episcopis, omnibus) (c. 67) ; aux prêtres et au peuple (aliquid sacerdos, aliquid populus) (c. 71) ; aux prêtres et à tous les chrétiens (aliquid sacerdotibus, aliquid omnibus) (c. 79) – MGH Capit. I, p. 59-60.

70 Omnibus. Sed et vestrum videndum est, dilectissimi et venerabiles pastores et rectores ecclesiarum Dei, ut presbyteros quos mittitis per parrochias vestras ad regendum et ad praedicandum per ecclesias populum Deo servientem, ut recte et honeste praedicent : et non sinatis nova vel non canonica aliquos ex suo sensu et non secundum scripturas sacras fingere et praedicare populo. Sed et vosmetipsi utilia, honesta et recta et quae ad vitam ducunt aeternam praedicate aliosque instruite, ut haec eadem praedicent. Primo omnium praedicandum est omnibus generaliter, ut credant Patrem et Filium et Spiritum sanctum unum esse Deum omnipotentem, aeternum, invisibilem, qui creavit caelum et terram, mare et omnia quae in eis sunt, et unam esse deitatem, substantiam et maiestatem in tribus personis Patris et Filii et Spiritus sancti. Item praedicandum est, quomodo Dei filius incarnatus est de Spiritu sancto et ex Maria semper virgine pro salute et reparatione humani generis, passus, sepultus et tertia die resurrexit et ascendit in celis ; et quomodo iterum venturus sit in maiestate divina, iudicare omnes homines [...] MGH Capit. I, p. 61, c. 82.

71 Voir l’édition de ce capitulaire, reprise en annexe. Seuls les chapitres qui s’y trouvent soulignés sont présents dans le ms. Q 119.

72 Les exemples de ces interventions sont assez nombreux. Celles concernant Fulda sont bien connues : S. Patzold, « Konflikte im Kloster Fulda zur Zeit der Karolinger », Fuldaer Geschichtsblätter, 76 (2000), p. 69-162.

73 F.-L. Ganshof, « La tractoria. Contribution à l’étude des origines du droit de gîte », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis. Revue d’histoire du droit, 8 (1927), p. 69-91.

74 MGH Capit. I, p. 46-51, no 20. T. M. BuckAdmonitio und Praedicatio, p. 37-44.

75 [...] pecuniam suam perdat si habet et si se emendare noluerit nullus eum recipiat nec cibo ei donet et si fecerit lx solidos domno rege componat usque dum ipse homo correxerit et si pecuniam non habet si liber est mittat in carcere usque ad satisfactionem Si seruus aut liber est uapuletur plagis multis et si dominus eius permiserit amplius in tale cadere lapsu ipsius lx solidos domno rege componat si bona persona fuerit perdat honorem suam. – transcription personnelle du ms. Q 119, fol. 140v., l. 16-21.

76 Le lecteur constatera que la traduction proposée s’éloigne volontairement de la ponctuation établie par les éditeurs :
1. [...] Si servus aut libertus est, vapuletur plagis multis ; et si dominus suus permiserit eum amplius in tale scelus cadere, ipsos lx solidos domno rege componat.
2. De ecclesiasticis vero, si bona persona fuerit, perdat honorem suum : minores vero vapulentur aut in carcerem recludanturMGH Capit. I, p. 31.

77 Le chapitre 16 du Duplex legationis edictum rappelait déjà à l’utilisateur du ms. Q 119 que les moines étaient exempts de la justice séculière : MGH Capit. I, p. 63.

78 Pour un état de l’avancement de la recherche sur les capitulaires : T. M. Buck, Admonitio und Praedicatio, p. 15-24.

79 Les publications à ce sujet sont nombreuses, et leurs conclusions deviennent de plus en plus difficiles à réfuter. Pour quelques titres récents touchant au thème général de la présente contribution : M. Mostert, « Communication, literacy and the development of early medieval society », dans Comunicare e significare nell’alto medioevo, Spolète, 2005, p. 29‑55. W. Brown, « When documents are destroyed or lost : lay people and archives in the early Middle Ages », Early Medieval Europe, 11 (2002), p. 337-366. J. M. H. Smith, « Aedificatio sancti loci. The making of a ninth-century holy place », dans Topographies of Power in the Early Middle Ages, dir. M. De Jong, C. van Rhijn et F. Theuws, Leyde et al., 2001, p. 361-396. K. Heidecker, « Communication by written texts in court cases : some charter evidence (ca 800 – ca 1100) », dans New Approaches to Medieval Communication, dir. M. Mostert, Turnhout, 1999, p. 101‑126. M. Mersiowsky, « Regierungspraxis und Schriftlichkeit im Karolingerreich : das Fallbeispiel der Mandate und Briefe », dans Schriftkultur und Reichsverwaltung unter den Karolingern, dir. R. Schieffer, Opladen, 1996, p. 109-166. J. L. Nelson, « Literacy in Carolingian government », dans The Uses of Literacy in Early Medieval Europe, dir. R. McKitterick, Cambridge, 1990, p. 258‑296.

80 W. Hartmann, « Rechtskenntnis und Rechtsverständnis bei den Laien des früheren Mittelalters », dans Aus Archiven und Bibliotheken. Festschrift für Raymund Kottje zum 65. Geburtstag, dir. H. Mordek, Francfort-sur-le-Main et al., 1992, p. 14-18.

81 La promotion de l’ordo clericorum, comme le détournement des églises et des fondations monastiques privées au profit du parrainage royal, annonce la réforme grégorienne : R. Le Jan, « Der Adel um 800 : Verwandtschaft, Herrschaft, Treue », dans Am Vorabend der Kaiserkrönung. Das Epos « Karolus Magnus et Leo papa » und der Papstbesuch in Paderborn 799, dir. P. Godman, J. Jarnut et P. Johanek, Berlin, 2002, p. 257-268. Trad. dans R. Le Jan, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, 2001, p. 108-118.

82 Y. Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Âge. Bas-Empire, monde franc, France (ivexiisiècle), Paris, 2002, p. 116-180.

83 MGH Capit. I, p. 62-64. Seuls les chapitres soulignés sont présents dans le ms. Q 119.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capitulaires d’un missus en Aquitaine (Leiden, Bibliotheek de Rijksunicersiteit, Voss. Lat. Q119)
URL http://memini.revues.org/docannexe/image/128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Gravel, « Du rôle des missi impériaux dans la supervision de la vie chrétienne. Témoignage d’une collection de capitulaires du début du ixe siècle », Memini, 11 | 2007, 99-130.

Référence électronique

Martin Gravel, « Du rôle des missi impériaux dans la supervision de la vie chrétienne. Témoignage d’une collection de capitulaires du début du ixe siècle », Memini [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://memini.revues.org/128 ; DOI : 10.4000/memini.128

Haut de page

Auteur

Martin Gravel

Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne
Université de Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • Revues.org